La bande son de la guerre du Vietnam

Réalisé en 1987 par Bill Couturié, le documentaire Dear America: Letters Home from Vietnam s’inspire d’une anthologie de lettres de soldats américains envoyées durant la guerre du Vietnam. Le film suit la chronologie de la guerre à l’aide de nombreuses archives filmées et sa bande sonore fait largement appel à la musique rock ou pop de l’époque. Le spectateur reconnaît ainsi le célèbre Fortunate Son (Creedence Clearwater Revival, 1969), des chansons des Rolling Stones, Bob Dylan, MC5, Jimi Hendrix, Buffalo Springfield, The Doors, et de bien d’autres groupes.

Le film s’achève sur un titre emblématique, Born in the U.S.A. de Bruce Springsteen (1984), chanson parfois mal comprise qui évoque l’impact désastreux de la guerre du Vietnam sur la société américaine et dénonce le sort d’un vétéran rejeté dans son propre pays.

Lire la suite

Retour sur la théorie de la notation de Nelson Goodman

Nelson Goodman a proposé dans Langages de l’art1 une interprétation nouvelle de l’objet d’art fondée sur une philosophie nominaliste du langage. Dans cet ouvrage classique de l’esthétique analytique, Goodman s’interroge en particulier sur la différence entre œuvre originale et contrefaçon. Il introduit alors la distinction entre arts autographiques où la reproduction d’une œuvre – même tout à fait exacte – n’acquiert jamais un statut d’authenticité (en peinture par exemple), et arts allographiques où l’œuvre peut être instanciée de multiples fois (cas de la partition de musique qui donne lieu à plusieurs exécutions) (p. 147). Cette dichotomie doit être bien distinguée de la reproductibilité des œuvres. Ainsi, l’estampe est selon lui un art autographique quand bien même l’œuvre peut être instanciée identiquement de multiples fois. Il se demande ensuite « pourquoi l’usage de la notation est-il approprié à certains arts et non à d’autres » (p.154). Il soutient ainsi que la notation caractérise les arts allographiques et n’existe pas dans les arts autographiques, donc en particulier en peinture et plus généralement dans les arts visuels.

Banksy Music Rat (www.banksy-wallpaper.com)

Lire la suite

  1. Langages de l’art, une approche de la théorie des symboles, par Nelson Goodman, présentation et traduction par Jacques Morizot de Languages of Art: An Approach to a Theory of Symbols, Éditions Jacqueline Chambon, 1980, réédité dans la collection Pluriel Hachette Littératures. Les numéros de page cités renvoient à cette édition. []

Lady Gaga, virtuose de l’image dropping

La plupart des analyses des vidéos de Lady Gaga mettent en avant un ensemble de références visuelles empruntées à une catégorie précise de sources et ignorent d’autres allusions. Ainsi, tel article considère que ces clips sont construits comme des bandes-annonces usant de références évidentes à des séquences de longs métrages, un autre reconnaît les tenues vestimentaires remarquables de la star, tandis qu’un troisième s’attache à mettre en évidence les emprunts au symbolisme occultiste. En réalité, les références visuelles que l’on peut déceler dans ces films sont nombreuses et s’enchevêtrent tellement qu’il n’est guère possible de privilégier une source ou un point de vue sans risquer une mésinterprétation.

Sur une séquence très brève de la vidéo du titre Paparazzi, nous identifierons des références diverses qui s’entrecroisent de façon apparemment chaotique. Il devient alors difficile de postuler que ces séquences possèdent une interprétation unique qui ne pourrait être connue que par ceux qui en possèdent les clés. Nous avançons bien au contraire l’hypothèse selon laquelle ces collages d’images puisées dans des réservoirs hétéroclites constituent un « image dropping« , une technique d’expression visuelle dont le ressort est l’étonnement du spectateur et qui a pour objectif principal la légitimation de la star en tant qu’artiste.

Photogrammes de la vidéo Lady Gaga - Paparazzi entre 2:04 et 2:27
Photogrammes de la vidéo Lady Gaga – Paparazzi entre 2:04 et 2:27

Lire la suite