À propos d’une « église vivante et parlante » : art brut et art de propagande

L’abbé Victor Paysant (1841-1921) est nommé curé de Ménil-Gondouin (Orne) en 1873. Une nouvelle église vient d’être bâtie à la suite du regroupement de trois paroisses. Elle n’est pas encore terminée. Le nouveau curé l’achève puis il entreprend sa décoration. Durant 48 ans, il restaure des sculptures anciennes et en crée de nouvelles, modifie les autels, décore le bénitier, enrichit le mobilier, et couvre l’édifice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de peintures et inscriptions pieuses diverses. L’abbé fait visiter volontiers son œuvre qu’il qualifie de musée chrétien ou de bibliothèque chrétienne et qu’il nomme l’église vivante et parlante1 de Ménil-Gondouin. Il entreprend également de publier plusieurs brochures et de nombreuses cartes postales où il se met bien souvent en scène. Ajoutées à son caractère « original » et à ses boutades réputées, toutes ces initiatives heurtent néanmoins ses supérieurs. Après sa mort et à la demande de ses successeurs, les sculptures sont retirées et les peintures sont effacées ou recouvertes.

L’église Saint-Vigor vivante et parlante de l’abbé Victor Paysant à Ménil-Gondouin (photo : Virginia Manso)

L’église est restaurée à partir de 2004 à l’initiative de la municipalité et avec l’autorisation de l’évêché.

L’œuvre de l’abbé Paysant est presque toujours qualifiée d’art brut et la décoration de son église est souvent rapprochée des peintures qui figuraient sur les églises et les cathédrales au Moyen Âge et à la Renaissance, figurant une sorte de « catéchisme illustré »2.

Ce double rattachement n’est cependant jamais bien expliqué. La confrontation de ces deux qualifications pose pourtant quelques problèmes et demande des éclaircissements. Selon nous, cet édifice particulier se comprend mieux en essayant d’identifier les intentions proprement doctrinales et même propagandistes qui ont motivé son auteur plutôt que de s’en tenir à une grille de lecture artistique selon une supposée filiation remontant à l’époque médiévale.

L’église de Ménil-Gondouin se rapporterait donc à l’art brut, c’est-à-dire, selon le mot de Jean Dubuffet, créateur du concept, à un « art qui ne connaît pas son nom ».

Inscriptions sur la façade de l’église (photo : Virginia Manso)

La définition classique de Dubuffet mérite ici d’être rappelée :

« Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écriture, etc.) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions ».

Les exemples les plus connus d’art brut présentent une autre caractéristique importante sous-entendue dans cette définition. Qu’il s’agisse du palais idéal du facteur Cheval (contemporain de l’église vivante et parlante), de la maison Picassiette, du plancher de Jeannot, ou, moins connues mais situées dans la même région, des réalisations d’André Hardy ou d’Euclide Ferrera da Costa, c’est toujours une même personne qui conçoit et réalise l’œuvre qualifiée d’art brut. Ce n’est pas le cas pour l’église de Ménil-Gondouin où le concepteur, l’abbé Paysant, ne tire certainement pas tout de son « propre fond » et dirige pour réaliser ses œuvres plusieurs ouvriers peintres et sculpteurs. Par ailleurs, l’abbé n’était probablement pas « indemne » de culture artistique et ses sources d’inspiration sont connues : la Bible, le rituel catholique de l’époque, le bréviaire et le missel du diocèse de Bayeux (alors que la paroisse appartient au diocèse de Séez, ce qui constitue une petite énigme…). Il passait certainement à l’époque et dans ce milieu pour un intellectuel. Ainsi, il herborisait et faisait partie de sociétés savantes, ce qui là encore ne cadre pas vraiment avec l’idée que l’on se fait d’un représentant de l’art brut.

Petra autem erat Christus – Intérieur de l’église vivante et parlante de l’abbé Victor Paysant (photo : Virginia Manso)

Le rapprochement avec les peintures des églises au Moyen Âge et à la Renaissance3 est semble-t-il une construction moderne qui n’est pas attestée par l’abbé Paysant dans les brochures où il « explique » son œuvre. L’une des rares églises de la région possédant des fresques murales intérieures est celle du Douet Arthus sur la commune d’Heugon. Mais il n’y figure aucune inscription. L’abbé ne devait probablement pas la connaître, pas plus que les églises ailleurs en France qui comportent encore des inscriptions4.

Les inscriptions de l’église sont nombreuses et souvent longues. C’est un étrange mélange de citations bibliques (la plupart en latin), de textes liturgiques, de réflexions brèves ou de compositions plus élaborées du curé lui-même qui au total devaient constituer pour lui ce qu’il est important de retenir en relation avec les images et les statues exposées. L’ensemble de ce qui est donné à lire est véritablement hétéroclite. Trois langues sont utilisées : le français, le latin (pour le nouveau testament), l’hébreu (pour quelques citations de l’ancien testament). Il n’existe malheureusement aucune transcription de ces inscriptions permettant de retrouver l’origine des textes en français lorsqu’ils proviennent de bréviaires, de missels ou d’autres ouvrages liturgiques. Une véritable étude d’ordre épigraphique serait ici nécessaire. La place accordée à l’hébreu – mal écrit d’ailleurs selon les hébraïsants consultés par M. Guy Béchet – et l’abondance des personnages de l’ancien testament mentionnés sont assez remarquables et s’expliquent sans doute parce que l’abbé avait effectué plusieurs pèlerinages dont l’un en Palestine. On note aussi l’absence d’inscriptions en grec, langue classique qui intervenait pourtant dans la formation des ecclésiastiques de l’époque (plus fréquemment certainement que l’hébreu). L’ensemble des inscriptions ainsi que certaines légendes de cartes postales laissent à penser que l’abbé Paysant s’intéressait à l’origine des langues d’un point de vue théologique et pouvait croire à une origine divine de l’hébreu.

Carte postale – Mesnil-Gondouin, façade extérieure de l’Église

En ce qui concerne les figurations, on note diverses représentations de la Vierge, dont une dédiée à Notre-Dame-de-France et une autre à Notre-Dame-des-Armées. Par contre, il n’existe aucune mention de l’Immaculée Conception, croyance pourtant promulguée au rang de dogme catholique en 18545. À côté de plusieurs saints locaux, on relève aussi les cultes de Jeanne d’Arc et de Saint-Michel et la mention de personnages qui ne sont pas béatifiés comme Charlemagne. Toutes ces figurations illustrent une conception combattive et patriotique de la religion dans l’esprit de la droite chrétienne du XIXème siècle.

L’édition des cartes postales constitue un aspect essentiel de l’œuvre de l’abbé Paysant, inséparable de l’aménagement et de la décoration de l’église. De 1902 à 1914, en plein âge d’or de la carte postale6, plus de 200 cartes postales (244 d’après certains comptages) sont éditées chez 17 éditeurs différents. L’un de ces éditeurs est mentionné E.L.C. soit Édition Locale de Cartes, et l’abbé Paysant est très certainement l’éditeur de cette série. L’objectif de ces cartes est de prolonger l’imagerie et le message véhiculés par la décoration de l’église, mais aussi de mettre en avant son protagoniste. L’église vivante et parlante y est ainsi qualifiée sans modestie de « huitième merveille du monde » dont son créateur est le « fondateur inspiré ». Celui-ci se met d’ailleurs en scène, par exemple en archange Saint-Michel apparaissant à Jeanne d’Arc, tout comme il s’était fait représenter dans l’église en train de célébrer un office. Ce prolongement par la carte postale, diversifié et important, avait aussi un but lucratif afin de collecter des fonds pour l’entretien de l’édifice. Cette utilisation d’un médium relativement nouveau à l’époque, planifié et maîtrisé par le concepteur de l’œuvre, n’existe pas à notre connaissance chez les représentants habituels de l’art brut.

Carte postale – Sanctuaire, travée de gauche, côté de l’Église

Autres cartes postales ici.

Enfin, l’abbé Paysant a publié de 1887 à 1909 une douzaine de plaquettes, la plupart en vue d’expliquer et de justifier son travail sur l’église. Là encore, ce n’est pas une pratique habituelle dans l’art brut. Parmi ces brochures, 4 titres suffisent à décrire les intentions et propos de l’auteur : Pourquoi toutes ces statues, tableaux, images, symboles, souvenirs, dans cette nouvelle église de Ménil-Gondouin (1902), Raisons inspiratrices de ce que j’ai fait ici pour la gloire de Dieu et l’édification publique (1902, dans lequel il stigmatise « les faux dévots, bigots et bégueules, dont les grimaces pharisaïques et judaïques sont plus outrageantes que les injures des impies » [sic]), Ne soyez pas Turcs, mais vrais catholiques, intelligents et pratiquants (1909, re-sic), Réponses aux objections (1909)7. Les développements, les images et le style utilisés dans ces écrits révèlent une foi simple (pour ne pas dire simpliste), certainement sincère et profonde, mais prônant une soumission respectueuse et totale à la religion catholique. Ces propos sans nuances, où le Bien et le Mal sont toujours parfaitement repérés, sont visiblement enracinés dans une conception doctrinale réactionnaire de la fin du XIXème siècle.

Nous devons lire les décorations de cet édifice comme un témoignage sur une catéchèse, originale dans la forme mais extrêmement conservatrice sur le fond, pratiquée à la fin du XIXème siècle en milieu rural. Cette forme artistique ne peut se satisfaire de l’accès direct, de l’immédiateté supposée dans l’art brut. Elle nécessite bien au contraire d’être soigneusement replacée dans son contexte historique, sociétal et idéologique. Par ses thèmes et le contenu de ses inscriptions, cette église nécessiterait d’être interprétée par des spécialistes de l’ecclésiologie et de la doctrine catholique, plus peut-être que d’être revendiquée par l’art brut dont elle diffère par bien des aspects. En ce sens, les méthodes historiques et comparatives utilisées pour analyser le matériel graphique de la propagande politique au début du XXème siècle seraient certainement utiles. L’église vivante et parlante de Ménil-Gondouin peut être considérée comme appartenant à une forme spécifique d’art de propagande.

Je remercie Guy Béchet, Jean Jaigu, Virginia Manso, Sylvain Maresca pour leur aide lors de la rédaction de ce billet.

  1. Cette expression concernant l’Église en tant qu’institution figure déjà dans un passage hostile au protestantisme dans l’Histoire universelle de l’Église Catholique de René François Rohrbacher parue entre 1842 et 1849. Il est possible que l’abbé Paysant l’ait empruntée à cet historien ecclésiastique qu’il a pu lire lors de ses études de séminariste de 1863 à 1867 []
  2. Voir par exemple : l’article Victor Paysant sur Wikipedia ; ce billet sur animula vagula – rives et dérives de l’art brut et un autre ici ; un signalement sur art-insoliteNormandie insolite par Pascale Lemare (Christine Bonneton, 2005) ; Bonjour Aux promeneurs – sur les chemins de l’art brut par Olivier Thiébaut p. 11 préface de Denys Riout (Alternatives, 1996) ; Art brut, architectures marginales : un art du bricolage par Marielle Magliozzi p.104 (L’Harmattan, 2008) ; L’église vivante et parlante, par Yves Buffetaut, Itinéraires de Normandie, n° 12, décembre 2008 ; La Huitième merveille du monde film de l’ACCAAN 2007 ; une vidéo du diocèse de Séez sur Dailymotion []
  3. « Dans les églises de moindre importance ou dans les chapelles de villages, l’imagerie chrétienne était assurée par des peintures murales, moins coûteuses, mais également plus fragiles : la plupart ont disparu. » La vie sociale des images par Sylvain Maresca, chap. 3, L’essor des images à partir du Moyen-Age, p. 6 []
  4. Comme celles de Meslay-le Grenet près de Chartres et de Vals près de Foix – signalements de Sylvain Maresca []
  5. La première église dédiée à ce culte a pourtant été édifiée à Séez, évêché dont dépend la paroisse []
  6. Voir La vie sociale des images par Sylvain Maresca, chap. 12, La carte postale, p. 3 []
  7. Extraits dans la monographie Abbé Victor Paysant, recherches sur sa vie et son œuvre, les Amis du Houlme, 1996, chapitre III []

6 pensées sur “À propos d’une « église vivante et parlante » : art brut et art de propagande”

  1. Je connais bien cette église pour avoir passé toutes mes vacances étant enfant à moins d’un kilomètre (également parce que mon grand-père a longtemps été président des Amis du Houlme, que vous citez en référence). Ce lieu m’étant cher, je souhaite ajouter quelques éléments à votre excellent post. Tout d’abord, comme vous l’évoquez, il est important de noter que même si la décoration a été conçue par l’abbé Paysant, il ne l’a que très partiellement réalisée. En effet les fresques et les sculptures ont été en quasi-totalité réalisées par M. Coulombe, peintre et graveur et M. Petit, sculpteur (données que l’on peut retrouver sur la page wikipedia consacrée à Ménil Gondouin ou sur les cartes postales d’époque). Je partage votre avis, le terme d’art brut me semble vraiment inapproprié pour désigner l’église. Je la rattacherais donc plutôt à l’art naïf ou éventuellement comme vous le faites à l’art de propagande, du fait du message qu’elle délivre. Quand on parle d’église vivante, il est intéressant de noter que les inscriptions on évolué au cours du temps (en particulier celles consacrées au Malin).

    D’un point de vue plus personnel, l’intérieur ayant été recouvert pendant des années d’une peinture blanche fanée sur laquelle était tracés de faux joints, je me réjouis que les phrases et motifs qui l’ornaient aient été recréés. En revanche, concernant l’extérieur, j’ai tendance à regretter la façade patinée de mon enfance d’où surgissaient par endroit des messages mystérieux, tronqués, lisibles ou pas en fonction de la luminosité.

  2. Merci pour ce beau post. Juste une petite remarque en passant vis-à-vis de la conclusion. N’y a t-il pas dans le texte une contraction entre l’idée qu’il s’agit d’un art de propagande, et celle d’un édifice que seuls des « spécialistes de l’ecclésiologie et de la doctrine catholique » sont à même de comprendre?
    Sans doute faut-il croire Paysant quand il dit qu’il a réalisé cette oeuvre « pour la gloire de Dieu et l’édification publique »: le caractère didactique de l’oeuvre n’est qu’une des deux composantes de son approche. Pour jouer le jeu comparatiste, il me semble que pas plus que pour les églises du Moyen Age, on ne puisse parler de « bible des illettrés » pour cet édifice. (cf. J. Baschet « Pour en finir avec la bible des illettrés » in L’iconographie médiévale)

  3. Merci pour vos commentaires.
    @François-Charles: Effectivement, MM. Coulombe et Petit sont les artistes/ouvriers les plus connus. D’autres sont probablement intervenus comme on peut le voir d’après cette carte postale http://putangespontecrepin.free.fr/carte/cp397.jpg
    @P.-O: Je n’ai pas été assez précis. Si l’on peut rattacher cette oeuvre à un « art de la propagande » (d’une façon qui demande certainement une meilleure analyse), cela veut dire qu’il est nécessaire d’en effectuer l’analyse à l’aide de spécialistes de l’ecclésiologie et de la doctrine catholique de la fin du XIXème siècle, de la même façon par exemple que les affiches de la propagande soviétique nécessitent une bonne connaissance historique et politique de la période en question. Les références liturgiques, doctrinales, et parfois historiques des inscriptions ne sont plus guère accessibles qu’aux spécialistes actuellement alors qu’elles pouvaient l’être au lecteur moyen de l’époque. Encore n’est-ce pas si sûr d’ailleurs, car plusieurs témoignages qui datent de l’entre-deux-guerres montrent que les visiteurs voyaient plutôt dans l’église une sorte d’oeuvre un peu cocasse qui prêtait à sourire plutôt qu’à approfondir leur foi. Je suis d’accord sur le fait que l’oeuvre ne s’adressait pas à des illettrés. La plupart des paysans de l’époque pouvaient lire les abondantes inscriptions en français. L’usage du latin et de l’hébreu par contre relève plus de la composante « gloire de Dieu » que de l' »édification publique », avec sans doute aussi l’intention d’impressionner, de faire autorité. Merci pour la réf. à Baschet que je ne connaissais pas.

  4. Bonjour , je remercie Francois Charles,d avoir rendu ses lettres de noblesse à mon aieul, Henri Coulombe, qui d ailleurs, se trouve sur la carte postale située plus haut. Il ne faut pas oublié non plus le peintre contemporain, MR Sineux, qui a su remettre en l état les murs de cette église.

  5. Ping : L'Art Brut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *