“Return of the Red Man” – Indiens et autres peuples autochtones d’Amérique vus par le magazine Life (1936-1972) [4/7]

[sommaire]

4. Les Amérindiens d’Amérique latine (Mexique, Amérique Centrale, Amérique du Sud)

4.1. La désignation des Amérindiens d’Amérique latine dans Life

Les Amérindiens d’Amérique latine sont fréquemment appelés Indians ou Native Indians dans Life. Pour quelques tribus amazoniennes, ce sont des appellations populaires considérées à présent comme péjoratives qui sont utilisées : Jivaros ou Aucas par exemple. À l’inverse, certaines populations actuelles sont parfois désignées par les noms de civilisations précolombiennes prestigieuses dont elles sont les héritières directes : Incas, Mayas, Aztèques, Olmèques, Tarasques, Zapotèques. Dans cet article, nous utiliserons les deux termes Amérindiens ou Indiens.

4.2. Publicités

Peu de publicités parues dans Life représentent des Indiens d’Amérique latine. En bonne logique, les marques qui ont publié des annonces dans ce magazine essentiellement lu aux États-Unis et au Canada ont préféré y faire figurer des Indiens nord-américains.

Dans la publicité Nicholson, le fabricant de limes déjà rencontré à propos des Inuits, un Indien d’Amérique du Sud a ingénieusement fabriqué un harpon avec une lime pour chasser la tortue géante. L’Indien s’empare d’un produit de la civilisation occidentale et le détourne pour ses besoins.
La publicité de la compagnie pharmaceutique Squibb [devenue Bristol Myers Squibb] illustre le processus inverse. La firme industrielle occidentale s’empare d’un produit de la jungle sud-américaine, elle fabrique du curare médicinal à partir d’une drogue utilisée par les Indiens d’Amazonie sur les pointes de leurs flèches.
La compagnie d’assurance New York Life Insurance invente une histoire sur l’assurance-vie en mettant en scène un oncle bourlingueur qui achète des curiosités indiennes en Amérique Centrale.

Image 42 – Life, Apr 19, 1937, p. 77, Harpoons Tortoise with Nicholson File / Life, Oct. 9, 1944, p. 24, Jungle Drug – Squibb / Life, Apr. 7, 1952, p. 2, It isn’t often you discover you have a rich uncle, New York Life Insurance Company. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Les annonces en pleine page et en couleurs de la marque de whisky canadien Canadian Club semblent s’inspirer des reportages de Life avec leurs photographies d’Indiens mexicains dans des scènes spectaculaires et exotiques.

Image 43 – Life, Oct. 18, 1943, p. 109, Canadian Club Whisky – Chant of the Aztecs / Life, Sep. 10, 1945, p. 145, Canadian Club Whisky – Discovery in Yucatan / Life, Oct. 22, 1951, p. 161, Canadian Club Whisky – Life hangs by a thread on this Mexican Maypole. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Comme nous le verrons plus loin, les marques Nicholson et Canada Club ont également utilisé des images d’Indiens des États-Unis et du Canada.

4.3. Couvertures

Une seule couverture de Life représente un Amérindien du Mexique, un fermier originaire du Yucatan qui pose en 1947 devant une statue retrouvée à Chichen Itza, l’un des plus importants sites de la civilisation Maya. La légende précise : “Les deux profils présentés en couverture de Life montrent à quel point les Indiens Mayas modernes du sud du Mexique et d’Amérique centrale ressemblent à leurs ancêtres, les créateurs de la plus grande culture purement autochtone de l’hémisphère occidental.

Image 44 – Life, Jun. 30 Jun 1947, cover, Ancient and Modern Mayas, photo by Dmitri Kessel. © Life via Google Books, Copyrighted material.

4.4. Articles

Les représentations des Amérindiens d’Amérique latine dans Life donnent à voir plusieurs stéréotypes.

Primitifs et nus

Dès le premier numéro du magazine, un reportage sur le Brésil est saturé de préjugés racistes : “Les Brésiliens sont un peuple charmant, mais ils sont incurablement paresseux. Les premiers conquistadors portugais n’ont pas amené leurs femmes, ils ont épousé des aborigènes indiennes et leurs descendants ont ajouté le sang des esclaves noirs à la souche. Le mélange n’a pas fonctionné”.
Par ailleurs, les aborigènes Indiens et les esclaves noirs statufiés sont représentés nus comme pour accentuer leur caractère primitif.

Image 45 – Life, Nov. 23, 1936, pp. 42 & 44, Brazil – The Biggest American Republic [Indian woman and chidren] [Brazil: its civilization], photos by R. I. Nessmith & Ewing Galloway. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1948, un orthodontiste et explorateur amateur, Harry B. Wright, réalise un reportage photographique sur les Indiens Camayuras du Mato Grosso “dont le mode de vie est aussi primitif que celui de l’Âge de Pierre”. L’auteur précise que les Camayuras vivent presque nus, qu’ils sont joyeux et relativement en bonne santé. Dans les années qui suivent ce reportage, ils seront décimés par la rougeole à la suite de leurs contacts avec les Blancs.

Image 46 – Life, Sept. 20, 1948, pp. 89-90, Stone Age Brazilians – Completely untouched by white man’s civilization, Indians live simple but happy life in Matto Grosso, photos by Dr. Harry B. Wright. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Sauvages à civiliser

Loin de cette imagerie idyllique, les Amérindiens d’Amérique latine sont fréquemment qualifiés de sauvages, ils sont craints pour leurs accès de violence envers les Blancs.

Life publie en 1939 une photo du patron de la compagnie Texaco, Torkild Rieber, en visite sur une concession de forage pétrolier en Colombie. Il porte un jeune garçon dans ses bras, “un Indien Motilone nommé Martin, membre d’une tribu sauvage qui tire périodiquement des flèches sur les pionniers du pétrole. Martin a été trouvé abandonné au printemps dernier et adopté par un ingénieur du camp”.

Illustré par le photographe français Jean Manzon, un article devenu célèbre présente en 1945 “une tribu de féroces sauvages brésiliens [qui] fait la guerre à un aviateur amical avec de vieux arcs et des flèches”. Pour la spécialiste d’histoire de la photographie brésilienne Marcella Marer, citée par André Gunthert, les Amérindiens sont ici “réduits à la caricature folklorique qui sert la politique coloniale” du Brésil1.

Image 47 – Life, Oct. 16, 1939, p. 21, U. S. Tycoon finds friend, oil and a market in South America, photos by E. S. Maloney & John Phillips [la même photo a été publiée à nouveau dans un autre article sur Torkild Rieber : Life, Jul. 1, 1940, p. 57, ‘Cap’ Rieber, by Joseph J. Thorndike Jr.] / Life, Mar. 19, 1945, p. 70, Indians shoot a plane – Tribe of fierce Brazilian savages war against a friendly flier with ancient bows and arrows, photos by Jean Manzon. © Life via Google Books, Copyrighted material.

L’année suivante, un reportage photographique de l’explorateur Lewis Cotlow décrit des Indiens des Andes qui transforment des têtes humaines en trophées de guerre. Le nom de Jivaros par lequel ils sont désignés couramment est à présent considéré comme péjoratif et ils sont appelés désormais Shuars. L’article détaille le rituel de la chasse aux têtes humaines et le mode de préparation des têtes réduites. Par contraste, la dernière page de l’article est consacrée aux mœurs paisibles des Indiens Colorados (actuellement nommés Tsáchila, en Équateur).

Image 48 – Life, Jul. 15, 1946, pp. 44-46, Head-Hunters – Andes Indians make war trophies from human heads, photos by Yale Joel, Frank Stockman, Lewis Cotlow. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Life a également publié cinq ans plus tard des photos de l’explorateur revenu dans la région, muni d’un exemplaire du magazine de 1946 utilisé comme “passeport” auprès de ces “sauvages de la jungle” (Life, Oct. 22, 1951, p. 61, Sequel – Old heads revisited – A copy of Life is a ‘passport’ to jungle savages, photos by Lewis Cotlow).

En 1956, le magazine publie un reportage sur l’Opération Auca, une tentative d’évangélisation d’une tribu indigène de la forêt d’Équateur par cinq jeunes américains, missionnaires protestants évangéliques. Le nom Auca est un péjoratif qui n’est plus employé de nos jours, il désigne le peuple Huaorani. L’opération s’est achevée sur un dramatique fiasco puisque les missionnaires ont été massacrés par des guerriers Huaorani. L’article de Life qui relate cette histoire de “cinq hommes pieux qui ont cherché à apporter la parole de Dieu à une tribu féroce de sauvages de l’Âge de Pierre dans une jungle reculée de l’Équateur” a profondément marqué les milieux évangéliques américains. Le reportage photographique est constitué de clichés pris par l’un des missionnaires assassinés, Nate Saint, complété par quelques photos de l’envoyé spécial de Life, Cornell Capa [le jeune frère de Robert Capa]. L’article s’achève sur les portraits des épouses des missionnaires qui poursuivent leur tâche, “confiantes que les Aucas seront toujours sauvés”.

Image 49 – Life, Jan. 30, 1956, pp. 11 & 15, Go ye and preach the gospel, photographs by Nate Saint & Cornell Capa. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Plusieurs articles publiés de 1957 à 1966 reviennent sur cet événement qui a bouleversé les lecteurs du magazine2.

Trois de ces reportages photographiques sont signés Cornell Capa, et deux ont été réalisés par lui en collaboration avec Elisabeth Elliot, la veuve de l’un des missionnaires assassinés. Comme le rappelle un article qui célèbre les plus grands photojournalistes du magazine, Cornell Capa a effectivement “développé un intérêt obsessionnel pour les familles des missionnaires morts et pour le monde d’Âge de Pierre des Indiens” ; il a aussi participé au livre d’Elisabeth Elliot Through Gates of Splendor qui raconte son point de vue évangéliste sur l’Opération Auca3. Tous ces reportages donnent à voir des indigènes jadis redoutables mais désormais pacifiés, accueillants pour les Blancs venus les convertir et les civiliser. Leur ‘rédemption’ est mise en scène dans un cliché ‘amusant’ du photographe Carlo Bavagnoli où deux Aucas en haut de forme s’amusent à Londres sous le regard de la sœur d’un des missionnaires assassinés. Comme pour les Inuits (Image 16 ci-dessus), ces Amérindiens grimés apparaissent ridicules et infantilisés, ce sont des ‘sauvages apprivoisés’.

Image 50 – Life, May 20, 1957, p. 30, The Martyrs’ Widows return to teach in Jungle, photographed for Life by Cornell Capa / Life, Nov. 24 nov. 1958, p. 23, Child among her father’s killers – Missionaries Live with Aucas, photos by Elisabeth Elliot and Cornell Capa / Life, Dec. 2, 1966, p. 42, Aucas’ life among the Londoners, photo by Carlo Bavagnoli. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Missions d’aide et d’éducation

Les missions américaines d’aide et d’éducation à destination des Indiens d’Amérique du Sud se multiplient au début des années 1960. Le président John F. Kennedy crée en 1961 le Peace Corps, un programme gouvernemental de volontariat destiné à aider les pays en voie de développement. Le photographe Donald Uhrbrock réalise un sujet sur les jeunes volontaires du Peace Corps qui interviennent en Colombie, tandis que Cornell Capa propose un reportage sur un couple installé au Pérou. Même si les actions représentées apparaissent moins prosélytiques que dans les années 1950, des religieux ou des groupes en prière figurent encore sur les photos ; il s’agit toujours, sous couvert d’aide et d’éducation, de convertir les Indiens.

Image 51 – Life, Jan. 5, 1962, p. 23, Up front with the Peace Corps, photos by Don Uhrbrock / Life, Sep. 14, 1962, p. 75, Bring the Word – The Rugged Work of a Tribe’s Teacher, photographed for Life by Cornell Capa. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Le premier reportage qui apparaisse dénué de ‘zèle’ religieux concerne, en 1967, le travail de l’architecte néerlandaise Tony Zwollo, missionnée par le gouvernement mexicain pour aider les populations autochtones à construire des écoles. L’arrogance culturelle demeure cependant toujours présente puisque l’on y apprend que “plus d’une fois, les Indiens l’ont appelée la réincarnation de l’ancienne fille du soleil”.

Image 52 – Life, Oct. 13, 1967, p. 103, The ‘Sun-Maiden’ Architect, photos Lynn Pelham from Rapho-Guillumette. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Dévotion chrétienne, syncrétisme, culte des morts

Les Amérindiens d’Amérique latine sont fréquemment perçus comme des peuples primitifs et animistes qui deviennent extrêmement dévots lorsqu’ils se convertissent au christianisme.
Le pèlerinage à la Vierge de Guadalupe est particulièrement suivi par les Indiens du Mexique qui “font partie des peuples les plus pieux de la chrétienté” selon un article de 1938. “Les Mexicains aiment l’église” confirme un autre article cette même année.

Image 53 – Life, Jan. 10, 1938, p. 49, The camera overseas – The catholics of Mexico crawl to the shrine of Guadalupe, photo by Enrique Gutmann / Life, Apr. 11, 1938, p. 55, Mexico – Can a socialist at home be a good neighbor abroad – The Mexicans like church, photo by Fritz Henle. © Life via Google Books, Copyrighted material.

La dévotion des Indiens s’accompagne souvent de rituels païens. “Les anciens dieux sont toujours vénérés par les tribus Mayas en principe catholiques” et l’offrande de nourriture et de fleurs aux morts n’est pas rare.

Image 54 – Life, Jun. 30, 1947, p. 66, Modern Maya [The Old Gods are still worshiped by nominally Catholic Maya tribes], photo by Dmitri Kessel / Life, Nov. 28, 1949, p. 36, Feast for the Dead [Mexican Indian women offer food and flowers to the dead], photo by Juan Guzmán. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Coca et champignons magiques

Dans les années 1950, quelques reportages ‘ethnographiques’ s’intéressent aux substances psychotropes utilisées par les Indiens d’Amérique latine. En 1952, dans un essai photographique sur le coca signé Eliot Elisofon, on apprend que les Indiens du Pérou et de Bolivie mâchent des feuilles de cette plante pour échapper au froid et à la faim. L’article élude le caractère sacré de la pratique pour les Indiens. Cinq ans plus tard, par contre, un autre essai photographique explicite les effets des champignons hallucinogènes absorbés lors d’un rituel Mazatèque, au Mexique, et tente d’en comprendre la signification. Intitulé Seeking the Magic Mushroom, l’article aura un énorme retentissement. Il est écrit par Robert Gordon Wasson, un chercheur amateur (et banquier) américain, qui est désormais considéré comme un pionnier de l’ethnomycologie.

Image 55 – Life, May 19, 1952, p. 141, In Peru and Bolivia – people chew coca leaves to escape cold and hunger, Photographed for Life by Eliot Elisofon – Happy chewer / Life, May 13, 1957, pp. 104-105, Seeking the Magic Mushroom, by Robert Gordon Wasson, photo by Allan B. Richardson. © Life via Google Books, Copyrighted material.

L’encyclopédie Wikipedia précise que la renommée de cet article doit beaucoup à son titre : “contre la volonté de Wasson, un rédacteur du magazine Life a ajouté l’expression Magic Mushroom au titre, ce qui a introduit son usage dans la culture populaire. L’article a influencé la contre-culture naissante aux États-Unis et a conduit de nombreux hippies, dont Timothy Leary, à se rendre au Mexique dans les années 1960 à la recherche du champignon”. Pourtant, jusqu’à la fin de sa parution en décembre 1972, le magazine évoquera plusieurs fois les hallucinogènes et Timothy Leary à propos du mouvement hippie, mais sans décrire leurs relations avec les pratiques rituelles des Indiens d’Amérique latine [si l’on excepte un bref compte-rendu d’un ouvrage de Carlos Castaneda en 1971 : Life, May 14, 1971, p. 20, Book review – Yaqui sorcerer’s failed apprentice].

Découverte du monde moderne et tourisme

Life décrit les habits et les fêtes traditionnelles des Indiens d’Amérique du Sud en soulignant leurs caractères anachroniques et folkloriques. Dans ces reportages, les autochtones apparaissent naïfs et découvrent le monde moderne. Parfois, une mise en abyme (peut-être involontaire) de leur archaïsme supposé peut être décelée, par exemple lors de la visite d’une Indienne à bord d’un bateau qui navigue sur les traces de Christophe Colomb ou lorsque deux Boliviennes vont voir un film de Tarzan au cinéma.

Image 56 – Life, Mar. 25, 1940, p. 105, Life Resails Columbus’ Routes – A San Blas’ Indian girl visits the Capitana, wearing in her nose and ears gold ornaments similar to those that aroused the cupidity of Spain’s conquistadores, photos by Samuel Eliot Morison / Life, Oct. 6, 1947, p. 119, Mexican whirlers – An old religious ceremony is a combination Maypole and trapeze act, photo by Juan Guzmán / Life, Dec. 20, 1963, p. 22, The Universal Magic of the Movies [Bolivia – In La Paz, Almara Indian women become cosmopolites for an afternoon, seeing the American Tarzan the Magnificent…], photo by Alfredo Linares. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Pour le magazine, l’afflux des touristes en provenance des États-Unis est bénéfique pour les populations indiennes qui deviennent à la fois guides et attractions.

Image 57 – Life, Mar. 17, 1952, p. 59, Mexico’s Pet Volcano, photo by Juan Guzmán / Life, Apr. 14, 1967, pp. 42-43, South America’s Onrush to Mañana, photo by Bill Ray. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Peuples en voie de disparition

Life décrit certains des peuples autochtones particulièrement démunis qui vivent alors encore dans l’extrême sud de la Terre de Feu. Conscient que ces populations sont alors en voie de disparition, le magazine explique en 1941 que “les Indiens Yahgan étaient autrefois le peuple le plus rustique du monde, ils supportaient ce climat presque sans abri ni vêtements. Maintenant, ils mangent la nourriture des hommes blancs, portent leurs vêtements, meurent de leurs maladies”. En 1959, dans une série sur Charles Darwin, Life précise que le grand naturaliste avait trouvé dans ce pays désolé “la race la plus misérable de l’homme” ; le reportage est accompagné de photographies de A. Y. Owen sur les peuples Yaghan, Alacaluf [Kawésqar] et Onas [Selk’nam].

Image 58 – Life, Aug. 25, 1941, p. 52, Tierra del Fuego – Land’s end of South America, photo by John Phillips / Life, Jun. 1, 1959, pp. 70 & 74, Darwin’s World of Nature, Part VI – Uttermost region of the Earth – In Tierra del Fuego, Darwin found man’s most wretched race, text by Lincoln Barnett, photos by A. Y. Owen. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Catastrophes

Life a fréquemment couvert les catastrophes naturelles. Lorsque un tremblement de terre dévaste Cuzco au Mexique ou quand une avalanche dévaste une vallée andine, ce sont surtout les populations les plus pauvres qui sont affectées, et les Indiens sont alors particulièrement représentés dans le magazine.

Image 59 – Life, Jun. 12, 1950, p. 40, Quake in Cuzco, photos by Eliot Elisofon / Life, Jan. 26, 1962, pp. 32-33, Valley buried alive, photographed for Life by Don Uhrbrock. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Civilisations précolombiennes – continuité, archéologie, art

Le numéro du magazine où un Amérindien pose devant une statue à Chichen Itza (Image 44 ci-dessus) comporte un essai photographique de Dmitri Kessel sur les Mayas. Dans cet essai, plusieurs articles se succèdent, décrivant la grandeur de la civilisation passée, son architecture spectaculaire et ses arts. La continuité des Mayas avec les populations amérindiennes actuelles qui vivent sur le territoire de l’ancienne civilisation prestigieuse est constamment rappelée.

Image 60 – Life, Jun. 30, 1947, pp. 51 & 62, The Maya – Their civilization was the New World’s finest, photographs for Life by Dmitri Kessel ; p. 63, Modern Maya – The ancient greatness is gone but the old customs survive, photos by Dmitri Kessel. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Life décrit plusieurs autres découvertes archéologiques sur les civilisations précolombiennes : le travail de pionnier de Paul Kosok et Maria Reiche sur les géoglyphes de Nazca au Pérou, la découverte de la momie d’un enfant Inca, celle d’un site Olmèque contenant “les plus anciennes peintures des Amériques”.

Image 61 – Life, Jul. 28, 1947, p. 75, Pre-Inca markings in Peru – People of Nazca made lines in the desert to plot course of the sun, Photos Servicio Aerofotografico Nacional (Peruvian Air Corps) & Ralph Morse / Life, Apr. 5, 1954, p. 25, Clues in killing of a noble Inca child, photos Ilse Mayer [Ilse Günther] / Life, May 12, 1967, p. 108, Oldest paintings in the Americas, photos by Carlo T. E. Gay. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1954, un essai photographique d’Andreas Feininger donne à voir une récente exposition de plus de 400 objets d’art précolombiens au Museum of Modern Art de New York.

Image 62 – Life, Apr. 12, 1954, pp. 100-101, Art Riches of the Andes – U.S. gets first full look at the work of ancient South American artisans, photographed for Life by Andreas Feininger. © Life via Google Books, Copyrighted material, Éléments sous droit d’auteur.

En 1964, un reportage explique comment une énorme statue du dieu Tláloc a été déplacée depuis la ville de Coatlinchán pour aller garder symboliquement l’entrée du nouveau National Museum of Anthropology à Mexico. Les habitants de la ville, très attachés à leur statue, se sont opposés à ce transfert qui a dû être effectué avec l’aide de l’armée.

Image 63 – Life, Dec. 11, 1964, pp. 87-88, Ancient Rain God on the Move, photos by Peter Anderson. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Le magazine ne rend pas seulement compte de découvertes confirmées et d’expositions officielles. Il demeure aussi ouvert aux hypothèses audacieuses concernant le peuplement de l’Amérique. Plusieurs articles de 1969 relatent les expéditions ‘Ra’ du navigateur norvégien Thor Heyerdahl qui souhaite montrer que les anciens Égyptiens auraient pu atteindre l’Amérique et influencer les civilisations précolombiennes. En 1970, un papier se fait l’écho d’une théorie formulée par un spécialiste des terres-cuites précolombiennes, Alexander Von Wuthenau, qui estime que “toute la famille humaine est représentée sur ces poteries, ce qui suggère que les Sémites, les Africains et les Japonais ont atteint le Nouveau Monde bien avant Christophe Colomb4.

Tous ces exemples témoignent d’un intérêt soutenu de l’hebdomadaire pour les civilisations précolombiennes qui tranche avec son indifférence presque totale envers les arts et l’archéologie des Inuits ou des autochtones Hawaïens.

Mexique – l’obsession ethnique de Life

En avril 1938, un essai photographique s’interroge : “Mexique : un socialiste chez lui peut-il être un bon voisin à l’étranger ?”. Moins d’un an plus tard, un autre essai photographique sur le Mexique “fait état d’une révolution sociale en cours”.
Les deux dossiers s’ouvrent sur une photo du président du Mexique, Lázaro Cárdenas. Sur le second cliché, il est debout devant des ruines Mayas ; il s’agit du même site archéologique (Uxmal) que celui qui figure dans l’essai photographique sur les Mayas de 1947 (voir ci-dessus, Image 60). Le texte précise que le président Cárdenas est un Indien Tarasque [Tarasques est un ancien nom, désormais considéré comme péjoratif, qui désigne actuellement les Purépechas, un peuple amérindien originaire du Michoacán au Mexique].

Image 64 – Life, Apr. 11, 1938, p. 50, Mexico : Can a socialist at home be a good neighbor abroad ?, photos by Severin from B. S., Betty Kirk, Thos. D. McAvoy / Life, Jan. 23, 1939, p. 29, Mexico – Life reports on a social revolution in progress, photo Betty Kirk. © Life via Google Books, Copyrighted material.

L’article de 1938 est ponctué de remarques déconcertantes sur la place des Indiens dans la société mexicaine. Morceaux choisis :
Il est bon de se rappeler que la principale souche sanguine des Mexicains est apparentée à celle des Indiens d’Amérique que les hommes blancs des États-Unis ont dépossédés. Les hommes blancs d’Espagne ont dépossédé les Indiens cultivés du Mexique, mais ils ont ensuite été absorbés par eux. Finalement, les Indiens se sont lassés de la servitude. Aujourd’hui, le Mexique est dirigé par des Indiens et des métis. Leur président est un Indien Tarasque. […]
À peine un cinquième des Mexicains d’aujourd’hui prétend être de pure race blanche. Environ un tiers d’entre eux ont la prétention d’être de purs Indiens. Le reste est un mélange. […]
De toutes les républiques d’Amérique latine, c’est au Mexique seulement que des hommes de sang indien ont préempté le gouvernement des Blancs. Toutes les autres républiques soutiennent le général Franco dans la guerre civile espagnole. Le Mexique soutient les Loyalistes.” (Life, Apr. 11, 1938, pp. 50, 52, 56).

Même Pancho Villa, l’ “enfant terrible de la politique mexicaine”, est qualifié d’Indien (ibid. p. 54).

L’essai photographique de 1939 sur le Mexique manifeste également une obsession pour la catégorisation ethnique brutale des personnes photographiées : un groupe est qualifié d’“Indiens mestizos” (p. 30), sur un marché de poteries “les Indiens sont mongoloïdes” (p. 34), des enfants qui portent des gardénias et des bananes sont des “Indiens de la côte qui ont du sang noir” (p. 35). Enfin, l’article précise à nouveau que “le président Cárdenas est un Indien cuivré de souche tarascane presque pure” (p. 35).

Image 65 – Life, Jan. 23, 1939, p. 35, Mexico – Life reports on a social revolution in progress – Gardenias and bananas ; President Cárdenas, photos by Arthur Muray & Julien Bryan. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Mexique – les représentations artistiques des Indiens

À plusieurs reprises, Life témoigne de la vitalité de la peinture mexicaine contemporaine. La représentation des Indiens par les artistes est particulièrement soulignée, même si certains commentaires de l’hebdomadaire semblent parfois déplacés ou quasiment racistes pour un lecteur moderne.

Dès 1938, un article s’ouvre sur une photo de Diego Rivera et Frida Kahlo. Quelques-unes des œuvres d’artistes mexicains qui font l’objet d’une exposition itinérante aux États-Unis sont ensuite décrites. Plusieurs œuvres représentées sont accompagnées de remarques fielleuses. Dans la légende accompagnant l’image de son tableau figurant des Indiens, Rivera est qualifié de “big fat artist”, “aussi connu pour ses querelles politiques que pour son art”. Manifestement, l’engagement politique de Rivera et d’autres artistes mexicains n’est pas du goût du magazine.

Le tableau The Aunts de Julio Castellanos est ainsi présenté : “Cette étude de femmes indiennes illustre le torse lourd et les jambes courtes de cette race qui constitue l’écrasante majorité de la population hybride du Mexique. L’artiste Castellanos est un petit homme qui aime peindre des personnes lourdes et tristes. Influencé par l’art indien primitif, il est l’un des jeunes artistes mexicains les plus connus”.

Image 66 – Life, Mar. 14, 1938, pp. 29-30, Revolutionary Mexican art show tours the U. S. – Social satire and the common people are its favorite topics, photos by R. R. Donnelley & Sons Co. Color Studio [œuvres de Diego Rivera, Carlos Orozco Romero, Roberto Montenegro, Antonio Ruíz, Julio Castellanos, Jesús Guerrero Galván]. © Life via Google Books, Copyrighted material.

L’année suivante, l’essai photographique sur le Mexique déjà mentionné présente une fresque en plusieurs tableaux de Diego Rivera. Peinte dans l’ancien palais Cortés à Cuernavaca, le titre de l’œuvre, Historia de Morelos, Conquista y Revolucíon, n’est pas mentionné. Dans cette fresque, Rivera dépeint les violences que les Indiens ont endurées et la domination des Espagnols. Le commentaire du magazine renvoie dos à dos les Espagnols et les Indiens : “[les Espagnols] ont détruit la grande civilisation aztèque du Mexique […] ils ont réduit l’écrasante majorité de la population à la famine et à la bêtise du bois [wooden stupidity]. Les Indiens se sont emparés de leur religion et l’ont imprégnée de rites païens et idolâtres. Ils ont absorbé une bonne partie du sang de l’homme blanc. Mais ils ont aussi été infectés par la tradition de trahison, de cruauté et de cupidité que les Espagnols imposaient aux Indiens”.
Le même article présente le portrait d’une jeune Indienne de Tehuantepec, étudiante en obstétrique et modèle de Rivera, et celui de Frida Kahlo [nommée Rivera], également en costume d’Indienne de Tehuantepec.

Image 67 – Life, Jan. 23, 1939, pp. 41-42, Mexico – Life reports on a social revolution in progress, The Spaniards [by Diego Rivera], photos by Arthur Muray. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Deux années plus tard, Life consacre un autre reportage à la fresque murale Pan-American Unity peinte par Diego Rivera pour l’exposition Art in Action sur commande du San Francisco Junior College. L’article s’ouvre sur une photo de Rivera qui ébauche la fresque et sur une légende explicative des panneaux reproduits dans les pages suivantes. Dans le premier panneau, se mêlent des éléments artistiques ou mythologiques extraits de différentes cultures précolombiennes et des représentations de l’art mexicain moderne.

Image 68 – Life, Mar. 3, 1941, pp. 52-53, Diego Rivera, his amazing new mural depicts Pan-American unity, photos by Peter Stackpole – Fernand Bourges. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1946, un article rend compte d’une nouvelle exposition itinérante de peintres mexicains aux États-Unis. Une œuvre du peintre Rufino Tamayo représentant un joueur de flûte indien est reproduite en pleine page ; sa légende affirme que Tamayo est lui-même “un pur Indien Zapotèque” et qu’il “produit des toiles sauvages mais subtilement peintes qui rappellent l’art sacré des anciens Mayas”. Un autre tableau du peintre Juan Soriano représente une “mulâtresse Indienne-nègre”, car “les femmes métisses exotiques font de bons sujets de peinture pour les artistes mexicains”.

Image 69 – Life, Jun. 3, 1946, p. 59, Modern Mexican art – A brilliant new generation of painters invades U. S. galleries – The Flute Player, by Rufino Tamayo, photo by Fernand Bourges ; p. 60, Mulatto from Alvarado by Juan Soriano, photo by Fernand Bourges. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Life consacre un article à Rufino Tamayo en 1953 à l’occasion de son retour au Mexique après 15 années d’exil à New York. Selon le magazine, l’artiste avait été découragé par la domination de l’“art social et de propagande des Big Three (Rivera, Siqueiros, Orozco)” alors qu’il développe lui-même un art personnel et non politique. Il pose sur la première page à côté d’un buste Maya, car il est “né de souche indienne zapotèque”, et pour sa femme il est demeuré “un petit garçon indien” (p. 105). Tamayo “a incorporé des éléments archaïques à son art”. On le voit ensuite en pleine page au Palacio Nacional de Bellas Artes de Mexico, peignant une fresque murale, un “hommage à la race indienne”.

Image 70 – Life, Mar. 16, 1953, pp. 98 & 103, Tamayo – After 15-year exile, Mexican painter wins fame at home, photos by Fernand Bourges & Juan Guzmán. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Instrumentalisation en politique

Lorsque les hommes politiques sont photographiés au cours de voyages, leurs visites aux Indiens dans des contrées reculées et les spectacles que ces derniers donnent en costumes traditionnels deviennent des rendez-vous habituels. Ces événements exotiques et sympathiques semblent du meilleur effet dans les magazines. On observera plus loin ce même phénomène sur une plus grande échelle avec les Indiens d’Amérique du Nord, également instrumentalisés dans ces mises en scène politico-médiatiques.

Image 71 – Life, Mar. 17, 1947, p. 50, Truman charms Mexico, photo by Yale Joel / Life, Nov. 8, 1954, p. 68, Bolivia opens sky-high road [Embrace for president Paz Estenssoro is given by Indians…], photos by Walter Sanders / Life, Dec. 10, 1965, p. 48, R. F. K. drops in on the Hixkaryana Indians [Robert F. Kennedy], photo by Richard Goodwin. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Article en sept parties : (partie précédente) (partie suivante)

  1. André Gunthert, De l’utilité d’un anti-héros dans l’étude du photojournalisme, Chronique Fisheye #51, 10 janvier 2022 [à propos du master EHESS de Marcella Marer, L’émergence du photojournalisme brésilien à travers l’objectif du Français Jean Manzon : la mise en scène d’un nouveau Brésil, mémoire de master, EHESS, sous la direction d’André Gunthert, rapporteure : Raphaële Bertho, octobre 2021.]. []
  2. Life, Apr. 8, 1957, p. 88, Flight of the ‘Blue bird’ – The Blue brothers of Yale make a hazardous hemispheric odyssey – The Brothers visit head hunters [visite aux Jivaros et aux Aucas] / Life, May 13, 1957, p. 187, Danger and Dedication [annonce du prochain reportage de Cornell Capa sur les Aucas] / Life, May 20, 1957, p. 24, The Martyrs’ Widows return to teach in Jungle, photographed for Life by Cornell Capa / Life, Nov. 24 nov. 1958, p. 23, Child among her father’s killers – Missionaries Live with Aucas, photos by Elisabeth Elliot and Cornell Capa / Life, Apr. 7, 1961, p. 118, Widow’s Jungle Life amid Husband’s Killers – Two missionary women strive to teach Aucas, by Elisabeth Elliot, photos Elisabeth Elliot & Cornell Capa / Life, Dec. 2, 1966, p. 42, Aucas’ life among the Londoners, photo by Carlo Bavagnoli. []
  3. Life, Dec. 23, 1966, p. 130, Anywhere, Everywhere for the Story… for the News, the Meaning, the Drama, by Hugh Moffett. []
  4. Life, Jun. 6, 1969, p. 89, Kon-Tiki’s famous skipper goes to sea in a ship of reeds, the Ra / Life, Aug. 15, 1969, p. 36, Stormy Wreck of the Paper Ship ‘Ra’ / Life, Oct. 16, 1970, p. 12, Art review – Was there a pre-Columbian melting pot ?, by Karl E. Meyer, photos by Alejandro [Alexander] Von Wuthenau. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search