“Return of the Red Man” – Indiens et autres peuples autochtones d’Amérique vus par le magazine Life (1936-1972) [3/7]

[sommaire]

3. Les Autochtones Hawaïens

3.1. La désignation des Autochtones Hawaïens dans Life

Les Autochtones Hawaïens sont quelquefois appelés Hawaiian Natives dans Life, expression tout à fait acceptable d’un point de vue moderne. Par contre, la composition ethnique diversifiée de la population de l’archipel a conduit le magazine à utiliser plusieurs désignations racisées, habituelles à l’époque, mais désormais nettement plus dérangeantes. Ainsi, les natifs d’origine polynésienne qui peuplaient l’archipel avant la colonisation par les Blancs sont fréquemment appelés Pure Hawaiians. Quelques articles qui emploient ces dénominations jugées à présent problématiques sont décrits ci-dessous.

3.2. Publicités

Comme pour les Esquimaux, les publicités qui représentent des natifs d’Hawaï ont recours aux stéréotypes vestimentaires. Dès 1938, la firme Dole qui commercialise un jus d’ananas produit dans l’archipel utilise abondamment des dessins stylisés montrant de jeunes Hawaïennes et Hawaïens toujours souriants, en tenues légères, parfois presque nus. Certains ont été réalisés par des artistes alors renommés comme le litho-graveur Robert Riggs, les peintres et illustrateurs Millard Sheets et Miguel Covarrubias.

Image 18 – Life, Oct. 17, 1938 p. 2, Dole – Truly Hawaiian – ‘Pineapple Harvest’, lithograph by Robert Riggs, world-famous lithographer. [offre d’une reproduction de lithographie] / Life, Dec. 19, 1938, p. 3, Dole Pineapple Gems – Millard Sheets, noted American painter, depicts Hawaiian woman gathering fragrant flowers in the early morning for making holiday leis / Life, Jan. 23, 1939 p. 58, Dole – Islanders enjoy holidays too – Ancient rulers of Hawaii received royal gifts of fragrant pineapples on feast days / Life, Mar. 20, 1939 p. 70, Dole – Hawaiian Hula girls know ‘swing’ / Life, Apr. 17 Apr 1939 p. 4, Dole – There’s joy in Hawaii – Hula Girl. Drawing by Covarrubias for the Hawaiian Pineapple Co., Ltd. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Les jeunes Hawaïennes sont fréquemment représentées en danseuse de hula, un type de danse traditionnelle hawaïenne accompagnée de chants. Elles portent une fleur dans les cheveux, un collier de fleurs, et sont vêtues d’une jupe à franges (végétale ?) et d’un haut de bikini. Les publicités mentionnent aussi souvent un autre mot hawaïen qui désigne un autre stéréotype attaché au pays, le lei, la couronne de fleurs confectionnée par des jeunes femmes et donnée en marque de bienvenue.

Image 19 – Life, Jun. 5, 1939, p. 71, Dole – Pineapple juice from Hawaii – Fair and fragrant are the blossoms from which Hawaiian lei makers fashion Hawaii’s graceful tribute to visitors / Life, Aug. 25, 1941, p. 88, Dole – Pineapple juice from Hawaii. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Les publicités pour le tourisme à Hawaï utilisent bien entendu les mêmes clichés vestimentaires. Plus curieusement, on les retrouve aussi dans certaines publicités pour des appareils électroménagers, où parfois l’acheteur peut gagner un voyage dans l’archipel.

Image 20 – Life, Mar. 7, 1938, p. 68, Hawaii Tourist Bureau / Life, Mar. 6, 1944, p. 103, Tappan [gazinières] [‘Kapuahi’ en haut à gauche] / Life, Oct. 25, 1948, p. 15, Bendix Automatic Washer – Last chance to win a 12-day cruise to Hawaii for two. © Life via Google Books, Copyrighted material.

La tenue suggestive des danseuses de hula n’a pas manqué d’inspirer les fabricants de sous-vêtements féminins. En 1959, à l’occasion de l’admission d’Hawaï comme 50e État, la marque Formfit crée un soutien-gorge appelé Aloha, d’après le mot hawaïen utilisé pour la salutation et qui recouvre bien d’autres sentiments [le nouvel État sera d’ailleurs très vite surnommé The Aloha State]. C’est ici un jeu d’imitation, cette pièce de lingerie permet à la femme blanche de s’imaginer en “pur profil polynésien”.

Image 21 – Life, Sep. 7, 1959, p. 10, Aloha Bra by Formfit. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Dans les années 1950, la publicité Dole abandonne la figure de la danseuse hawaïenne pour un autre stéréotype, une scène de vacances avec sa crique ensoleillée, son palmier et ses pirogues. On ne quitte guère les clichés avec la marque Hawaiian Punch qui présente un jeune Hawaïen déguisé mais toujours affublé d’une fleur dans les cheveux et d’un collier de fleurs.

Image 22 – Life, Mar. 16, 1953, pp. 68-69, Dole – Hawaiian pineapple / Life, Oct. 26, 1959, p. 76, Hawaiian Punch & Hawaiian Golden Punch. © Life via Google Books, Copyrighted material.

3.3. Couvertures

Une seule couverture de Life représente un cliché de jeune Hawaïenne, replié sur deux pages. Sur ce numéro du magazine qui met en avant le 50e État américain, la jeune femme est décrite comme “une beauté Hawaïenne qui s’appelle Elizabeth Logue”.

Image 23 – Life, Oct. 8, 1965, cover, Vigor and languor on glowing tropical isles – Hawaii – 50th state – in color, photo by Mark Kauffman. © Life via Google Books, Copyrighted material.

On apprend dans les pages intérieures que “son teint provient de ses ancêtres Hawaïens, Chinois et Anglais”. Elle joue dans le film Hawaii (1966), réalisé par George Roy Hill d’après une nouvelle de James Michener, “parce qu’elle incarne la beauté qu’Hawaï confère à sa population multiraciale”. À nouveau, l’archipel est réduit à une image stéréotypée, celle d’une belle jeune femme ‘typée’.

3.4. Articles

L’obsession de l’harmonie multiraciale et la place des Hawaïens natifs

Le caractère multiracial de la population hawaïenne est un thème fréquemment abordé dans les pages du magazine.
Une galerie de portraits présente en 1942 les multiples “races” et leurs “combinaisons” parmi la population des îles hawaïennes. Issu du travail photographique d’un certain Dr. William W. Krauss, “race biologist” [sic], le résultat est déconcertant pour un lecteur moderne. Chaque portrait est décrit par différentes proportions de “sangs” choisis dans des catégories considérées comme “pures” : hawaïen, chinois, japonais, coréen, philippin, espagnol, portugais, etc. Les femmes sont les plus nombreuses dans cette galerie, et elles figurent en costumes exotiques censés rappeler leurs origines. Les hommes quant à eux sont tous en veston/cravate, excepté le “pure Samoan”, présenté torse nu.

Image 24 – Life, Jun. 22, 1942, pp. 8-11, Speaking of Pictures… Hawaiian islands have many races, more combinations…, photos by Dr. William W. Krauss © Life via Google Books, Copyrighted material.

Un essai photographique réalisé par Eliot Elisofon en 1945 reprend la même idée en rappelant que dans l’archipel “un grand nombre de races vivent ensemble dans l’amitié”. Pour illustrer qu’à Hawaï “une nouvelle race émerge”, une galerie présente des jeunes femmes souriantes, décrites là encore par leurs origines mêlées. L’article poursuit avec de nombreuses photos de personnes et de familles d’origines diverses, et conclut en rappelant qu’il existe encore beaucoup d’Hawaïens de souche, “la race fière et heureuse découverte par le capitaine Cook en 1778”.

Image 25 – Life, Nov. 26, 1945, pp. 103-111, Hawaii : A melting pot – A score of races live together in amity, photos by Eliot Elisofon. A new race is emerging / There are still many Hawaiians. © Life via Google Books, Copyrighted material.

À la veille de son admission comme État fédéré, un essai photographique plutôt lénifiant sur Hawaï insiste à nouveau sur la grande variété de la population. L’encart rappelle que l’archipel deviendra le seul état dont la majorité de la population est “orientale” et que “chacune des 64 combinaisons raciales possibles peut être trouvée dans les îles” [sic]. Heureusement, pour surmonter les frictions entre les communautés, “les progrès de la christianisation et de l’américanisation ont apporté une unité chaleureuse dans la diversité”. En illustration de ces propos, une photo d’un groupe de passagers sur un aéroport hawaïen est accompagné d’une étonnante légende – chacune des personnes est décrite selon ses caractéristiques raciales, et quelques-unes sont qualifiées de Pure Hawaiians.

Image 26 – Life, Mar. 23, 1959, pp. 70-71, Hawaii – beauty, wealth, amiable people, photographed for Life by Ralph Crane. Rich variety of people. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1965, la photo de la jeune femme en couverture (v. ci-dessus) annonce un reportage photographique de Mark Kauffman sur Hawaï. Après quelques pages sur l’hospitalité des îles (l’esprit Aloha) et la beauté des paysages, un encart nous apprend que “seule une infime minorité [des gens] sont de purs descendants d’un passé païen”. Sans que le contexte colonial d’asservissement soit explicitement mentionné, l’article rappelle que les autochtones ont été convertis au christianisme et que des commerçants et baleiniers ont amené dans les îles plusieurs maladies qui les ont décimés. Les Hawaïens natifs ont aussi été submergés par des vagues d’immigrants de diverses origines, mais finalement ces groupes se sont fondus en une remarquable harmonie. Pour le dire autrement, le drame de la colonisation du pays se termine dans la sérénité américaine…

Image 27 – Life, Oct. 8, 1965, pp. 92-93, Hawaii : The Golden Land, photographed by Mark Kauffman. Only a tiny minority are pure descendants from A Pagan Past. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Colliers de fleurs et hula – la vie heureuse dans les îles

Le stéréotype le plus fréquemment utilisé dans les articles est une figure déjà rencontrée dans les publicités, l’image d’une jeune femme qui danse le hula, la plupart du temps avec un collier de fleurs, une jupe à franges et un haut de bikini. En 1942, le magazine a publié un essai photographique de Ralph Morse sur Hawaï en guerre qui rappelle que le hula se danse toujours durant le conflit. D’autres photos confirment que les évolutions des danseuses hawaïennes semblent uniquement destinées à égayer les militaires basés dans l’archipel.

Image 28 – Life, May 11, 1942, p. 91, Hawaii at war – America’s Pacific paradise is now an armed camp – The Hula is danced in war or peace, photos by Ralph Morse / Life, Jul. 6, 1942, p. 8, Letters to the Editors – Hula Girl [Lei Mamo Sousa], photos by William R. Towsley. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Ce poncif repris dans plusieurs articles est le plus évident, mais il n’est pas le seul. La vie est facile et heureuse dans ces îles ensoleillées où l’on peut rencontrer des autochtones exotiques – non seulement de jolies danseuses mais aussi des pêcheurs rustiques et ingénieux.

Image 29 – Life, Nov. 26, 1945, p. 111, Hawaii – A melting pot – A score of races live together in amity [A Hawaiian fisherman comes out of the sea], photos by Eliot Elisofon / Life, Feb. 9, 1948, p. 97, ‘The 49th State’ – Hawaii, now grown up, makes bid to join Union, photographs for Life by Eliot Elisofon [In the darkness before moonrise Hawaiian natives, with kerosene flares and spears, stalk fish in the shallow waters below Honolulu’s Diamond Head]. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Ces deux photos sont signées Eliot Elisofon, un photojournaliste qui a illustré plusieurs articles et essais photographiques sur Hawaï pour Life. À la fin de la guerre, le magazine publie son reportage sur un luau, une fête traditionnelle hawaïenne où la préparation en commun d’un repas ensuite partagé s’accompagne de hula, musiques, chants, et divertissements divers [le nom de cette fête en hawaïen est ʻahaʻaina. Le mot luau a probablement été inventé par l’industrie culturelle occidentale ; il s’écrit lūʻau selon l’orthographe hawaïenne moderne. Cf. The Story of the Lūʻau (3 vidéos), Smithsonian’s National Museum of the American Indian, May 12, 2021]. En réalité, la tradition est ici largement altérée puisque le luau est organisé à l’occasion de l’escale à Hawaï d’une escouade de marins américains de retour d’Okinawa. Appuyé par un commentaire ethnographique à bon marché, l’article montre un groupe de marins et de femmes en train de s’embrasser avant le repas, “une coutume qui n’est pas native mais qui s’est avérée très agréable”. Le reportage met l’accent ensuite sur différents couples qui flirtent et s’amusent, puis sur le spectacle donné pour les marins par un groupe de danseuses de hula.

Image 30 – Life, Aug. 27 Aug 1945, pp. 103 & 106, Life goes to a luau in Hawaii, photographs by Eliot Elisofon. © Life via Google Books, Copyrighted material.

La culture hawaïenne est réduite à un spectacle, point d’aboutissement d’un processus de folklorisation que nous observerons également à propos des Indiens.

Image 31 – Life, Oct. 25, 1948, pp. 156-157, Life goes to a Hawaiian Ball, photos by Bob Ebert from G. H. © Life via Google Books, Copyrighted material.

 

Image 32 – Life, Dec. 2, 1957, p. 91, Close-up – Henry J. in Hawaiian playground, photos by N. R. Farbman – Kaiser watches Dancer Nalani perform at one of floor shows he has at resort [article sur l’industriel Henry J. Kaiser] / Life, Mar. 23, 1959, p. 25, Hoopla in the land of the hula, photos by Leonard McCombe – Dancing Wahine in Honolulu Stadium for a special show to celebrate new statehood. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Appropriations et jeux d’imitation

Entre l’attaque de Pearl Harbor et l’admission de Hawaï comme nouvel État, l’intérêt des Américains pour les coutumes et la culture des habitants natifs de l’archipel a été décuplé. Les femmes américaines blanches notamment ont commencé à pratiquer le hula et à fabriquer des vêtements inspirés du muumuu, la robe lâche traditionnelle portée par les hawaïennes. En 1944, un reportage du photographe d’origine albanaise Gjon Mili décrit en photos plusieurs figures de hula exécutées par “Kay Toth, une jeune Américaine (connue professionnellement sous le nom de Kelani) dont les interprétations ont été validées par la Fédération hawaïenne [de hula]”. En 1957, une brève photographique décrit l’engouement des étudiantes pour le muumuu et le showroom d’une couturière qui s’est lancée avec succès dans la confection de ces vêtements.

Image 33 – Life, Mar. 6, 1944, pp. 47-48, The Classic Hula – American girls are now learning ancient native dance of Hawaii, photos by Gjon Mili / Life, Dec. 2, 1957, p. 117, A to-do over muumuu [vêtement traditionnel hawaïen], photos by Joe Clark & Ray Solowinski. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Toutes ces femmes sont manifestement très impliquées dans leurs entreprises respectives. Ces deux exemples peuvent dès lors être qualifiés de véritables appropriations de certains éléments de la culture hawaïenne. Par contre, les nombreuses femmes américaines (plus rarement des hommes) qui s’essaient au hula ne relèvent plus vraiment de l’appropriation mais plutôt du jeu d’imitation tel que nous l’avons déjà rencontré précédemment.

Image 34 – Life, Feb. 22, 1954, p. 27, Decision approaches for Hawaii, photos by George Silk – They copy us and some of us copy them [Exported hula, Hawaii’s famous dance, is taught by Puanani Alama to a tourist] / Life, Jul. 14, 1958, p. 78, U. S. sounds a summery note, photo by Myron H. Davis – Chicago ukulele ladies / Life, Aug. 31, 1959, p. 40, Hawaii’s Sunny Summer School, photos by Ralph Crane – Hula Exam / Life, Aug. 7, 1961, p. 74, Food and Atmosphere Dished Up Flamboyantly [Scotty Brody, 9, dances a hula], photos by Yale Joel. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1958, la fête hawaïenne organisée à New York par Richard Burton pour sa femme relève également du jeu d’imitation – les 200 personnalités du spectacle invitées “portaient des habits plus ou moins tropicaux” et des colliers à fleurs.

Image 35 – Life, Jun. 16, 1958, pp. 109-110, Hawaii Hoopla in N.Y., photos by Jerry Cooke. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Le surf, une pratique culturelle hawaïenne devenue un sport américain

Le surf était une pratique sociale et culturelle centrale dans les diverses cultures polynésiennes anciennes. À Hawaï, le surf est bien antérieur à l’arrivée des colons européens ; il n’était pas considéré comme un sport mais plutôt comme un art possédant des connotations religieuses. En tentant de convertir les Hawaïens, les missionnaires protestants ont aussi essayé d’éliminer le surf, considéré comme une activité frivole. À la fin du 19e siècle, lorsque Waikiki devient une destination touristique prisée des Américains blancs, la pratique du surf est un loisir très prisé mais qui demeure local. Le premier club de surf réservé aux hommes blancs est créé en 1908 ; les femmes n’y seront admises qu’en 1926. Au début du 20e siècle, les Hawaïens George Freeth et Duke Kahanamoku commencent à diffuser l’activité en effectuant des démonstrations aux États-Unis et en Australie. Ils créent un club multiracial à Hawaï en 1911 et deviennent les premières icônes du surf qui se transforme alors en un véritable sport1.

Cette histoire ici rapidement retracée n’est jamais évoquée dans Life. Lorsque le magazine est relancé en 1936, le surf s’est répandu sur plusieurs côtes des États-Unis et il est déjà considéré comme un sport américain. Parmi les nombreux articles qui y sont consacrés, certains indiquent très brièvement que la discipline est d’origine hawaïenne, mais cette ascendance n’est jamais expliquée. Les reportages valorisent les images spectaculaires, la modernité du sport, la décontraction de ses pratiquants2.

Le nom de Duke Kahanamoku n’apparaît qu’incidemment en 1939 dans un article sur l’héritière multimillionnaire Doris Duke, et il n’est mentionné qu’en tant que champion Olympique de natation, pas comme acteur majeur de la diffusion du surf (Life, Mar. 20, 1939, p. 75, Life goes calling on Doris Duke Cromwell and her husband with Photographer Munkácsi in their new Honolulu home – Fishing in the surf [David Kahanamoku, brother of the Olympic swimming champion, Duke]). En d’autres termes, Life méconnaît les Hawaïens natifs qui ont très largement participé à la mutation sportive d’une de leurs pratiques ancestrales.

Les sportifs autochtones ne sont pourtant pas absents des pages du magazine. Ils pratiquent des jeux traditionnels assez dangereux comme la glisse sur des feuilles de ti (épinard hawaïen)3 ou le football pieds nus. Ils ont aussi adopté des sports ‘exotiques’ comme le sumo où le champion Jesse Kuhaulua excelle.

Image 36 – Life, May, 21, 1956, p. 180, Travel on a ti leaf, photo by Robert Wenkam / Life, Nov. 3, 1961, p. 124, … Though sometimes painful for the toe… It’s Hawaiian football ! Photographed for Life by Lawrence Schiller / Life, Nov. 17, 1972, p. 69, Hawaiian Giant in Sumo Land, photos by Mark Godfrey. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En définitive, parmi les dizaines de surfeuses et surfeurs dont les photos ont été publiées par le magazine, deux seulement sont des Hawaïennes natives, les championnes Barrie Algaw et Roella (Rell) Sunn.

Image 37 – Life, Oct. 14, 1966, p. 142, A Shoo-in Surf Champ – Buoyant balancing act by a master of tandem [Pete Peterson, 53 ans, en tandem avec Barrie Algaw, 17 ans, de Waikiki] ; p. 144 [Roella (Rell) Sunn, bandée et dépitée], photos by Charles Bonnay. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Le surf participe à l’imaginaire d’Hawaï, fantasmé par les Occidentaux comme un pays aux plages paradisiaques. En 1971, un reportage photographique de Ralph Crane donne une toute autre vision de l’archipel. Il s’ouvre sur une double page qui donne à voir une cheminée d’usine crachant une fumée noire et une plage jonchée de détritus. L’article dénonce la pollution, les espèces végétales et animales menacées, le tourisme envahissant, les programmes immobiliers démesurés. Il s’agit vraisemblablement de l’un des premiers papiers exprimant dans Life un point de vue écologiste. Il se termine par un encart présentant le groupe Save Our Surf : “Alors que les bulldozers avancent inexorablement, de nombreux Hawaïens de souche partent en guerre contre les promoteurs. Save Our Surf, une organisation de jeunes ayant des sections dans toutes les écoles d’Oahu, a fait pression sur le législateur de l’État pour sauver les sites de surf, interdire les hydrofoils et arrêter les constructions.

Image 38 – Life, Nov. 26, 1971, p. 64, Goodbye to You, Blue Hawaii, photographed by Ralph Crane – Tuning up the old Hawaiian war chant. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Les autochtones Hawaïens absents de la politique

Au début du 19e siècle, l’archipel est unifié par le roi Kamehameha I, fondateur de la monarchie hawaïenne. L’influence des États-Unis sur la vie politique hawaïenne était alors déjà importante et elle deviendra prépondérante à partir de 1875. Le Royaume hawaïen durera jusqu’en 1893. Une éphémère République d’Hawaï lui succède de 1894 à 1898, date à laquelle l’archipel est annexé par les États-Unis en tant que territoire organisé incorporé à l’Union.

L’époque monarchique est représentée dans Life par quelques clichés du tournage d’Hawaii, un film de George Roy Hill qui retrace la tentative de conversion des habitants par des missionnaires calvinistes américains et la colonisation progressive du royaume. L’actrice tahitienne Jocelyne LaGarde joue dans ce film le rôle d’une reine hawaïenne fictive, Queen Malama.

Image 39 – Life, Oct. 14, 1966, pp. 69-70, A Big Bundle of Royalty, photos by Dennis Stock from Magnum, [Hawaii, réal. George Roy Hill, 1966, d’après le roman de James A. Michener]. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Les images de ce film sont en fait la seule représentation dans Life d’Hawaïens autochtones dirigeant leur propre pays ! Tout au long des 36 années de publication du magazine, les Hawaïens natifs semblent absents des reportages sur la politique du pays.

À la suite de l’attaque de la base navale de Pearl Harbor, le territoire d’Hawaï est placé sous la loi martiale durant la Seconde Guerre mondiale. La constitution territoriale est suspendue et plusieurs gouverneurs militaires se succèdent. Après la guerre et jusqu’à l’admission d’Hawaï comme État américain, en 1959, la politique locale se renouvelle sans toutefois que les Hawaïens natifs y prennent part. Dans une société toujours décrite en termes de ‘races’, les politiciens blancs locaux demeurent dominants, même si un article de 1953 prétend que Samuel Wilder King, le nouveau gouverneur territorial nommé par le Président Eisenhower, apporte “du sang hawaïen pour les Hawaïens”.

Image 40 – Life, Feb. 9, 1948, p. 108, ‘The 49th State’ – Hawaii, now grown up, makes bid to join Union. The Hawaiians – Model melting pot blends many races, photos by Eliot Elisofon / Life, Mar. 16 1953, p. 30, Hawaiian blood for Hawaiians [Samuel Wilder King, descended directly from a chief’s daughter named Mahi-kalani-hoou-lu-moku-i-kekai], photo by Joe Pacheco for Honolulu Star-Bulletin. © Life via Google Books, Copyrighted material.

En 1954, un mouvement démocratique porté par des grèves générales et des manifestations bouleverse la politique hawaïenne. Les élections territoriales amènent de nouvelles figures sur la scène politique locale, notamment des Hawaïens d’origine chinoise et japonaise (Life, Feb. 22, 1954, p. 21, Decision approaches for Hawaii, photos by George Silk and Eliot Elisofon). L’ouverture de la politique aux communautés asiatiques est confirmée lors des scrutins qui suivent, avec les élections au Congrès de personnalités marquantes comme Hiram Fong et Daniel Inouye, photographiés plusieurs fois. En revanche, le magazine n’a jamais photographié de politiciens autochtones. Pour Life, la spécificité hawaïenne est ailleurs, dans l’amusement… Les reportages soulignent le caractère unique des campagnes électorales dans l’archipel, avec leurs danseuses de hula et les colliers de fleurs portés par les candidats. Ce processus de folklorisation se retrouve comme nous le verrons dans les meetings politiques en territoire indien, où le port de la ‘coiffe de guerre’ [war bonnet] par un candidat en visite est devenu une figure imposée (voir la partie 5 ci-dessous).

Image 41 – Life, Aug. 17, 1959, pp. 42 & 46, The unique Hawaiian look in politics, photos by Ralph Crane. © Life via Google Books, Copyrighted material.

Article en sept parties : (partie précédente) (partie suivante)



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2022, 5 avril). “Return of the Red Man” – Indiens et autres peuples autochtones d’Amérique vus par le magazine Life (1936-1972) [3/7]. Déjà Vu. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ni9p

  1. D’après History of Surfing – Polynesia, sur Wikipedia/En. []
  2. Quelques articles de Life sur le surf, par ordre chronologique : Life, Aug. 26, 1940, p. 50, Surf riding on California beach is a favorite summertime sport [sur la championne Nana Wigton] / Life, Oct. 28, 1957, p. 111, Gidget makes the grade [sur la championne Kathy Kohner, alors âgée de 15 ans] / Life, Sep. 1, 1961, p. 47, The Mad Happy Surfers, photographed for Life by Allan Grant / Life, May 24, 1963, p. 56, Elite Surfers’ peril and ecstasy in Hawaii – Riding the Wild Waves, photographed for Life by George Silk / Life, Jul. 3, 1964, p. 68, Surfing in tandem / Life, Aug. 7, 1964, p. 47, Surfing pizza-style [sur le pypo boarding] / Life, Jun. 10, 1966, p. 81, Is J. J. Really King of the Surf [sur J. J. Moon, de son vrai nom Ned Eckert, surfer mythomane] / Life, Oct. 14, 1966, p. 142, A Shoo-in Surf Champ / Life, Mar. 6, 1970, p. 48, The Desert Blooms with Surf. []
  3. Voir le film Hawaii’s ‘ti Leaf’ Slide, British Pathé, 1956 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search