“Return of the Red Man” – Indiens et autres peuples autochtones d’Amérique vus par le magazine Life (1936-1972) [1/7]

Notre nation est née dans le génocide lorsqu’elle a adopté la doctrine selon laquelle l’Américain d’origine, l’Indien, était une race inférieure. […] Nous sommes peut-être la seule nation qui a tenté, dans le cadre de sa politique nationale, d’éliminer sa population indigène. De plus, nous avons élevé cette expérience tragique au rang de noble croisade. Jusqu’à ce jour, en effet, nous n’avons pas été capables de désavouer cet épisode honteux ou de ressentir des remords à son sujet. Notre littérature, nos films, notre théâtre, notre folklore l’exaltent. On apprend encore à nos enfants à respecter la violence qui a réduit un peuple d’une culture antérieure à quelques groupes fragmentés parqués dans des réserves appauvries.
Martin Luther King, Why We Can’t Wait, 1964. Boston : Beacon Press, 2011, pp. 41-42

Résumé

Au cours de ses trente-six années d’existence, l’hebdomadaire américain Life a publié de nombreuses images représentant des autochtones du continent américain : Inuits, Hawaïens, Amérindiens (Indiens). D’autres images montrent des Américains blancs qui imitent ces populations, en particulier des enfants ou des adultes qui ‘jouent aux Indiens’. Les commentaires qui accompagnent ces images reproduisent fréquemment les habituels poncifs méprisants envers les peuples premiers qui seraient ‘primitifs’, ‘sauvages’, ‘incultes’, etc. Certaines images qui se veulent cocasses, notamment dans les annonces publicitaires, sont même franchement racistes. Du côté rédactionnel, les Indiens sont le plus souvent considérés comme des populations folkloriques, vestiges du passé, dont les danses et tenues pittoresques agrémentent les pages. Les articles ne s’intéressent guère à leur histoire tragique et à leur vie réelle actuelle. À partir de la fin des années 1960, par leur mode de vie largement imaginé, les Indiens sont comparés aux hippies, et quelques articles évoquent superficiellement leurs droits et leurs luttes. Deux numéros titrés Return of the Red Man (1967) et Our Indian Heritage (1971) illustrent ce changement. Tout au long de son histoire, le magazine exprime en somme envers les peuples autochtones la lente et timide évolution de l’idéologie suprématiste de la classe moyenne blanche, directement héritée du colonialisme brutal qui a fondé les États-Unis.

Sommaire

[partie 1/7]
1. Le magazine Life et les minorités américaines
1.1. La représentation des minorités visibles dans Life
1.2. Constitution du corpus d’étude
1.3. La représentation des peuples autochtones américains dans Life
1.4. Rubriques et crédits photographiques

[partie 2/7]
2. Les Inuits et autres peuples autochtones du Grand Nord américain (Alaska, Canada)
2.1. La désignation des peuples autochtones du Grand Nord américain dans Life
2.2. Publicités
2.3. Couvertures
2.4. Articles

[partie 3/7]
3. Les Autochtones Hawaïens
3.1. La désignation des Autochtones Hawaïens dans Life
3.2. Publicités
3.3. Couvertures
3.4. Articles

[partie 4/7]
4. Les Amérindiens d’Amérique latine (Mexique, Amérique Centrale, Amérique du Sud)
4.1. La désignation des Amérindiens d’Amérique latine dans Life
4.2. Publicités
4.3. Couvertures
4.4. Articles

[partie 5/7]
5. Les Amérindiens des États-Unis et du Canada (Indiens d’Amérique)
5.1. La désignation des Indiens d’Amérique dans Life
5.2. Publicités
5.3. Couvertures

[partie 6/7]
5.4. Articles
5.4.1. Les numéros spéciaux de Life
5.4.2. Les représentations des Indiens dans la culture des États-Unis
5.4.3. Les représentations de figures et d’événements historiques
5.4.4. Jeux d’imitation
5.4.5. Les Indiens vus par les Blancs

[partie 7/7]
5.4.6. À la découverte des cultures indiennes
5.4.7. Les Indiens contemporains
Références bibliographiques

 

1. Le magazine Life et les minorités américaines

1.1. La représentation des minorités visibles dans Life

En 1936, Henry Luce, le fondateur de Time, rachète et relance le magazine Life qui devient rapidement le premier hebdomadaire américain d’information entièrement illustré de photographies. Jusqu’à sa cessation de parution, en décembre 1972, Life a joué un rôle considérable dans l’histoire du photojournalisme et dans la culture visuelle américaine. Comme les historiennes de la photographie Katherine A. Bussard et Kristen Gresh le rappellent : “au cours de ses trente-six années d’existence en tant qu’hebdomadaire, [Life] est devenu l’un des magazines les plus lus et les plus influents du milieu du 20e siècle, en particulier auprès du public blanc de la classe moyenne qu’il ciblait1.

Katherine A. Bussard précise que “la couverture de Life sur de nombreux sujets relaie les idéologies dominantes, notamment celles de la société blanche, conservatrice et chrétienne de la classe moyenne ; la couverture des relations raciales, cependant, était irrégulière et désordonnée, sans qu’un point de vue cohérent d’une année à l’autre ou même d’une semaine à l’autre ne se manifeste2.

La représentation dans Life des minorités visibles de la société américaine – tout particulièrement des Afro-Américains – témoigne que le magazine s’adresse manifestement à la classe moyenne blanche. Plusieurs études ont été consacrées à la couverture photographique des Afro-américains dans la presse américaine et à son évolution au cours des années. Elles montrent que les médias américains dominants ont progressé très lentement, sur plusieurs décennies, en abandonnant progressivement les stéréotypes raciaux et en considérant peu à peu les Afro-Américains comme des membres à part entière de la société américaine3. À partir de 1948 dans Life, ainsi que dans d’autres magazines, cette évolution positive est notamment portée par le travail du photographe afro-américain Gordon Parks4. Le processus est également encouragé par la création en 1945 du mensuel Ebony, qui s’inspire très largement du modèle de Life, puis en 1951 de l’hebdomadaire Jet, tous deux destinés au public afro-américain.

En ce qui concerne les images publicitaires, leur évolution dans Life montre également que l’engagement des annonceurs en faveur de l’intégration raciale n’a cessé de croître, même si, dans plusieurs domaines de la vie sociale, les lecteurs blancs continuaient à se méfier des Afro-Américains et avaient du mal à les imaginer comme leurs égaux5.

Bien que d’autres groupes sociaux américains racialisés comme les Juifs, les Latinos, les Américains d’origine japonaise ou chinoise, ou les Amérindiens aient fait l’objet dans Life d’articles variés et souvent contestables d’un point de vue moderne, ce sont les Afro-Américains qui ont de loin focalisé l’attention du magazine. Dès lors, les études sur la représentation des minorités visibles dans Life se sont essentiellement concentrées sur les Afro-Américains ; les autres minorités, nettement moins représentées dans la société et dans l’hebdomadaire, ont suscité beaucoup moins d’intérêt.

Selene G. Phillips, spécialiste des Native American studies et membre de la Nation Ojibwe, a analysé en 2012 l’évolution de la représentation des Indiens Américains dans Life aux alentours de la Seconde Guerre mondiale. Son article s’appuie sur un corpus d’images publicitaires publiées dans le magazine entre 1937 et 1949. À notre connaissance, il s’agit de la seule étude académique sur le sujet concernant le magazine Life6. Son travail a été précédé en 1996 par celui de Mary Ann Weston, mais qui concerne toute la presse américaine et non spécifiquement Life7. L’étude de Selene G. Phillips ne porte pas seulement sur les Indiens Américains. Pour elle, le terme American Indian n’est pas ethnographique, il regroupe aussi les peuples autochtones d’Alaska, de Hawaï et les Indiens Mexicains qui sont inclus dans son corpus8. Notre étude partage ce point de vue élargi ; elle est cependant bien plus vaste puisqu’elle concerne tous les peuples autochtones du continent américain et qu’elle s’intéresse à la fois aux images publicitaires et à celles publiées dans les articles durant toute la période de parution du magazine (1936-1972).

1.2. Constitution du corpus d’étude

Les 1878 numéros du magazine Life parus du 23 novembre 1936 au 29 décembre 1972 ont été numérisés par Google et sont disponibles sur Google Books. Quelques sondages dans la collection ont montré que le repérage de toutes les photos ou illustrations où figurent des Amérindiens, dans les articles ou dans les publicités, semblait a priori réalisable en un temps raisonnable [alors qu’un travail du même ordre sur les images d’Afro-Américains n’était guère envisageable parce qu’elles sont beaucoup plus nombreuses]. Au passage, les deux applications Google Life Photo Collection et Google Life tags sont inopérantes pour cette recherche parce qu’elles sont déconnectées de la collection numérisée.

Le terme le plus fréquemment utilisé dans Life pour désigner les Amérindiens est Indians. Il est évident qu’une recherche sur ce mot (ou son singulier) génère un bruit documentaire important puisqu’il désigne aussi les habitants de l’Inde et qu’il intervient dans plusieurs locutions (Indian Ocean, etc.). L’inconvénient est supportable, il suffit d’ignorer les résultats non pertinents pour la recherche entreprise.

Mais il y a bien plus grave. Le moteur de recherche de Google s’est avéré déficient lorsque la requête porte sur un grand nombre de numéros du magazine. De nombreuses pages qui comportent les mots Indian ou Indians, par exemple, ne sont pas retrouvées. Pour tenter de pallier ce silence documentaire, une stratégie laborieuse a été mise en place. La recherche globale a été scindée en multiples requêtes, chacune portant sur une période très limitée (en général une année). Elle a aussi été étendue, toujours avec cette méthode, à de nombreux autres mots ou locutions : noms de peuples amérindiens (tribus indiennes) et d’autres peuples indigènes (‘Esquimaux’, Hawaïens, etc.), noms de personnages et de lieux célèbres liés à l’histoire, titres de westerns où interviennent des Indiens, termes culturels liés aux peuples en question, etc. Cet ensemble de recherches fastidieuses a permis de constituer une base de 442 articles et 175 publicités distinctes, ce qui correspond à 1232 pages sélectionnées, soit environ 4000 images. Bien entendu, ce corpus ne prétend pas être exhaustif, mais il est certainement très représentatif de l’image des peuples autochtones américains diffusée par le magazine durant ses trente-six années d’existence. Pour le dire autrement, il est peu probable qu’un aspect significatif de la vision par Life des peuples autochtones américains ait été omis.

Les liens qui figurent dans l’article permettent au lecteur d’accéder facilement aux pages du magazine Life numérisées sur Google Books. Les captures d’écran retenues comme illustrations de l’article sont libellées Copyrighted material, conformément aux indications filigranées qui figurent sur les pages.

1.3. La représentation des peuples autochtones américains dans Life

La suite de l’article décrit plusieurs aspects significatifs de la représentation en images des peuples autochtones américains dans le magazine Life. Beaucoup de ces images relèvent manifestement de vieux stéréotypes désobligeants et souvent racistes. D’autres, bien plus rares, tentent de témoigner des problèmes et des luttes de ces peuples. Entre ces deux ‘pôles’ de la représentation, il existe de nombreux autres types d’images. Pour en rendre compte commodément, l’article est organisé en quatre sections qui correspondent aux populations natives de quatre zones géographiques, même si ces peuples ne sont pas toujours amérindiens au sens ethnographique :

  • les Inuits et autres peuples autochtones du Grand Nord américain (Alaska, Canada),
  • les Autochtones Hawaïens,
  • les Amérindiens d’Amérique latine (Mexique, Amérique Centrale et Amérique du Sud),
  • les Amérindiens des États-Unis et du Canada, communément appelés Indiens d’Amérique.

Dans le champ des études sur les premiers peuples américains, il est d’usage en effet d’inclure les Inuits (qui ne sont pas Amérindiens) et d’autres peuples du Grand Nord américain, ainsi que les autochtones Hawaïens (qui sont d’origine polynésienne). Comme nous l’avons déjà signalé, c’est le choix effectué par Selene G. Phillips dans son étude sur l’évolution de la représentation des Indiens Américains dans le magazine Life aux alentours de la Seconde Guerre mondiale. Un autre exemple dans un tout autre domaine est donné par l’anthologie de la poésie des premiers peuples américains, publiée récemment par Joy Harjo, qui comporte des auteurs Inuits et autochtones Hawaïens9.

Il existe des différences importantes entre les représentations des populations autochtones dans ces grandes zones. Bien entendu, puisque Life est un magazine américain, la dernière section sur les Indiens d’Amérique est nettement plus longue que les trois premières.
Pour chacune de ces zones, on décrira successivement les images dans les publicités, puis sur les couvertures, et enfin les photos et parfois les dessins qui figurent dans les articles rédactionnels.

1.4. Rubriques et crédits photographiques

En dehors des images publicitaires, ce sont donc surtout des photos qui ont été retenues dans le corpus. Les articles qui les contiennent relèvent de catégories très diverses : politique, société, arts, culture, cinéma, faits divers, sports, etc. Ils s’échelonnent du reportage sur plusieurs pages avec de nombreux clichés à la brève qui n’en comporte qu’un seul. Toutes les rubriques de la nomenclature du magazine ont été retenues lors de la recherche des images, même celles que l’on pourrait juger ‘mineures’, comme People ou Speaking of Pictures. De même, la rubrique Letters to the Editors a également été analysée ; le courrier des lecteurs est en effet pratiquement le seul endroit du magazine où des Amérindiens ou des sympathisants de la cause amérindienne se sont exprimés (rarement et très brièvement) lorsqu’ils n’étaient pas d’accord avec un point de vue exposé dans un article. De temps à autre, le magazine a publié aussi des photos envoyées par des lecteurs et regroupées sous la rubrique occasionnelle Pictures to the Editors, bien évidemment également analysée.

Pour promouvoir le photojournalisme, le magazine a inventé très tôt le format de l’essai photographique [photographic essay ou parfois pictorial essay], en général confié à un seul photographe libre de développer son regard sur plusieurs pages. L’expression photographic essay est attestée pour la première fois dans la table des matières de la parution du 30 août 193710. Selon l’historienne de la photographie Nadya Bair, on peut définir le genre comme une “narration visuelle combinant photographies, textes et conception graphique11.
L’essai photographique n’est pas devenu systématique, chaque livraison du magazine n’en contient pas un, et parfois, un même numéro peut comporter deux essais confiés à deux photographes différents.
Plusieurs clichés retenus ici ont été publiés à l’intérieur d’un essai photographique ; il est alors judicieux de prendre connaissance de l’ensemble de l’essai en cliquant sur le lien indiqué.

Les photos des couvertures et articles sélectionnés proviennent de multiples sources. Elles sont créditées scrupuleusement dans chacune des légendes.

Les reproductions de peintures ou de gravures sont pour la plupart issues de grandes institutions culturelles : Library of Congress, Museum of Modern Art, Metropolitan Museum of Art, Museum of the American Indian, N. Y. Public Library, etc.
Plusieurs photos proviennent d’organisations gouvernementales (U. S. Army Signal Corps) et d’agences (Associated Press, ACME, Pix Publishing, De Venny-Wood Studio, etc.).
Certains clichés anciens ont été réalisés par des photographes bien connus pour leurs portraits d’Amérindiens (Edward S. Curtis, William Stinton Soule, Edward H. Latham, Frances B. Johnston).

La plus grande partie des photos a cependant été réalisée pour Life par des photographes contemporains. Parmi ceux qui ont signé plusieurs clichés retenus, on remarque des noms qui ont marqué l’histoire du magazine, notamment Margaret Bourke-White, Cornell Capa, Ralph Crane, Eliot Elisofon, Andreas Feininger, Bernard Hoffman, Hikaru “Carl” Iwasaki, Art Kane, Yale Joel, Robert W. Kelley, Dmitri Kessel, Ralph Morse, Arthur Muray, Walter Sanders, Frank Scherschel, Steve Shapiro, George Silk, Peter Stackpole, Don Uhrbrock, John Zimmerman. On relève aussi, au nombre des curiosités, l’unique reportage cosigné par Robert Capa et son frère Cornell.

Article en sept parties : (partie suivante)

  1. Katherine A. Bussard & Kristen Gresh (editors), Life Magazine and the Power of Photography, Princeton University Art Museum, Distributed by Yale University Press, New Haven and London, 2020, p. 15. []
  2. Katherine A. Bussard, Spatializing Race Relations in the Pages of Life Magazine, in Katherine A. Bussard & Kristen Gresh, op. cit., p. 232 sq. []
  3. D’après Paul Lester & Ron Smith, African-American Picture Coverage in “Life”, “Newsweek” and “Time” 1937-1988, the Annual Meeting of the Association for Education in Journalism and Mass Communication, Washington, DC, August 10-13, 1989. []
  4. Sur le travail de Gordon Parks pour Life, voir Erika Doss, Visualizing Black America: Gordon Parks at Life, 1948-1971, in Looking at Life Magazine, ed. Erika Doss, Washington D. C., Smithsonian Institution Press, 2001, p. 220 sq. [Version PDF disponible sur nd.edu (University of Notre Dame)]. []
  5. D’après John Grady, Advertising images as social indicators: depictions of blacks in LIFE magazine, 1936–2000, Visual Studies, Vol. 22, No. 3, December 2007 [Version PDF disponible sur middlebury.edu]. []
  6. Selene G. Phillips, ‘Indians on our Warpath’ – WWII Images of American Indians in Life Magazine, 1937 – 1949, in American Indians and the Mass Media, edited by Meta G. Carstarphen and John Sanchez, University of Oklahoma Press, Norman : Oklahoma, 2012. []
  7. Mary Ann Weston, Native Americans in the News: Images of Indians in the Twentieth Century Press, Greenwood Press, 1996. []
  8. Selene G. Phillips, art. cit., p. 39. []
  9. Living Nations, Living Words: An Anthology of First Peoples Poetry, Collected and with Introduction by Joy Harjo, Foreword by Carla Hayden, W. W. Norton and Company in association with the Library of Congress, 2021. Cette anthologie publiée par Joy Harjo, première amérindienne honorée comme “poète lauréat des États-Unis”, comporte trois poétesses Iñupiaq (Inuit d’Alaska) et quatre poétesses et poètes Hawaiian Natives parmi les 47 auteurs retenus. []
  10. D’après Nadya Bair, Photo-Essays at Life, in Katherine A. Bussard & Kristen Gresh (editors), op. cit., p. 129 sq. []
  11. ibid. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search