Robert Capa aurait-il pu être filmé alors qu’il photographiait le débarquement de Normandie ?

Dans le cadre du projet PhotosNormandie, une hypothèse audacieuse a été émise récemment : à quelques secondes près, Robert Capa aurait pu apparaître sur un film tourné par un opérateur de l’armée américaine, alors qu’il prenait ses premières photos du débarquement de Normandie.
Cette hypothèse a été discutée durant ces derniers mois entre son auteur, Philippe Villéger, contributeur du projet PhotosNormandie, le critique photo et historien A. D. Coleman, du projet Alternate History: Robert Capa on D-Day, et moi-même.

Le présent article expose l’essentiel de ces échanges aussi simplement que possible. Les considérations techniques ou logistiques sur le débarquement sont volontairement limitées, et le jargon militaire de l’époque est réduit au maximum [le lecteur que ces détails rebutent peut lire directement la conclusion qui explique le principal résultat de la discussion : le regard nouveau sur le débarquement vécu par Capa].
Il n’est guère possible cependant d’éviter certaines dénominations habituelles, rappelées ci-dessous :

La plage qui avait pour nom de code Omaha Beach est longue d’environ sept kilomètres. Pour la planification des opérations, elle était divisée d’Ouest en Est en quatre secteurs de largeurs différentes nommés Charlie, Dog, Easy, et Fox. Les trois derniers secteurs étaient subdivisés en sous-secteurs identifiés par des noms de couleur : Green, White, Red, toujours d’Ouest en Est1. Capa a débarqué sur le secteur Easy Red, situé sur la commune de Colleville-sur-Mer. Une partie de l’analyse consiste à identifier la localisation précise de son arrivée puisque ce secteur est large d’environ 1,6 kilomètres.

Les types de navires de débarquement engagés sont désignés par des sigles :

  • LCVP (Landing Craft Vehicle & Personnel), petite péniche de débarquement de troupe et de véhicules qui pouvait transporter 36 soldats, soit environ une section ;
  • LCI(L) (Landing Craft Infantry (Large)), grande péniche de débarquement de troupe, qui pouvait transporter une compagnie, soit environ 200 soldats ;
  • LCM (Landing Craft Mechanized), grande barge de débarquement destinée à transporter des véhicules ;
  • LCT (Landing Craft Tank), grande barge de débarquement destinée à transporter des chars de combat.

Les cinq premières photos de Robert Capa à Omaha Beach

Robert Capa a débarqué le 6 juin 1944 sur le secteur Easy Red où il a pris dix photos. Les numéros de vues sur chaque image de la planche-contact du film s’échelonnent de 29 à 38. La vue 37 qui manque en avant-dernière position est la célèbre photo The Face in the Surf dont le négatif est désormais perdu.

01 – Planche-contact des dix photos de Robert Capa prises le 6 juin 1944 lors de son débarquement à Omaha Beach. Source : Magnum Contact Sheets.

Dans la suite de cet article, chaque photo est référencée par un C (pour Capa) suivi du numéro du négatif sur la planche-contact. Nous nous intéresserons surtout aux cinq premières vues (C29 à C33) où la côte est visible et les soldats figurent de dos. Sur les cinq vues suivantes (C34 à C38) qui ont été prises en direction de la mer, les soldats figurent de face ou de profil.
La première photo, C29, a été prise depuis le LCVP qui transportait le groupe auquel Capa s’était joint. Elle montre des soldats qui s’élancent en direction du rivage.
En retraçant son débarquement dans son livre Slightly Out of Focus, Capa signale que les hommes de son bateau pataugeaient dans l’eau jusqu’à la taille. Il s’est alors arrêté sur la passerelle du LCVP pour prendre une photo, mais le maître d’équipage, “pressé de sortir de cet enfer” et qui prenait cette pause pour une hésitation, lui a envoyé un coup de pied bien placé pour le décider2. Capa est donc très vraisemblablement sorti l’un des derniers du LCVP.

02 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C29, référence PAR121451 sur Magnum Photos, capture d’écran. Photo parue dans Life, June 19, 1944, p. 26.

Capa a pris ensuite les vues suivantes où il semble suivre certains des soldats qui l’ont précédé.

03 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C30, référence PAR121457 sur Magnum Photos, capture d’écran.

 

04 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C31, référence PAR77872 sur Magnum Photos, capture d’écran.

Examinons plus attentivement la vue C32, depuis le premier plan jusqu’au rivage en arrière plan ; elle est annotée ci-après.

05 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C32, référence PAR121459 sur Magnum Photos, capture d’écran. Photo parue dans Life, June 19, 1944, p. 25.

 

06 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C32 annotée.

On remarque plusieurs obstacles de plage : trois hérissons tchèques avec des soldats affairés tout autour dans le but de les faire sauter, et un pieu tout près du hérisson le plus à droite. Ces obstacles sont également partiellement visibles sur les vues C31 et C33.

Plus avant vers le rivage, le véhicule blindé avec un grand numéro 10 est visible sur les trois vues C31 à C33. Un groupe de soldats est massé à l’abri derrière lui. Il s’agit d’un char américain dit “wading Sherman” [Sherman pataugeur] qui accompagnait la Demolition Gap-Assault Team 10. Ce char était souvent équipé d’une lame avant, comme un bulldozer, pour déblayer les débris après que les sapeurs de l’équipe aient fait sauter les obstacles de plage. L’objectif de ces équipes spécialisées était de créer des passages sécurisés et balisés afin de permettre aux péniches suivantes et aux autres navires d’aborder le rivage à toute heure de la marée.
Ce type de char n’était pas amphibie, mais il pouvait évoluer en partie immergé. Il était en effet équipé d’une coque imperméabilisée. Deux grandes tuyères coudées qui devaient rester hors de l’eau permettaient qu’il demeure opérationnel. Ce système parfois appelé schnorkel (snorkel en anglais) avait d’abord été développé pour les sous-marins. Sur ces chars, la tuyère la plus en avant permettait l’entrée d’air pour le moteur et l’équipage, et la tuyère arrière évacuait les gaz d’échappement. Le numéro d’identification de la Gap-Assault Team 10 est ici peint sur la tuyère arrière.

Encore plus avant vers le rivage, un autre “wading Sherman”, sans numéro visible, est également entouré d’un groupe de soldats.
À la droite de celui-ci et plus près encore du rivage, on distingue deux autres chars Sherman particuliers. Ce type de char modifié dit DD [Dual Drive] était pleinement amphibie. Il était capable de flotter grâce à une jupe de caoutchouc imperméable et disposait de deux hélices pour le propulser dans l’eau3. Sur cet engin aussi, une longue tuyère en forme de cheminée permettait l’échappement des gaz. Sur la vue C32, les jupes de flottaison des deux chars sont relevées sur l’arrière, et le cercle blanc sur celui de gauche est une bouée4. La plupart des 32 chars DD d’Omaha Beach ont été largués bien trop loin en mer. Ils ont coulé et leurs équipages n’ont pas tous pu être sauvés. Seuls cinq d’entre eux dont les deux que l’on voit ici ont atteint le rivage.

En arrière-plan, on distingue deux lignes de soldats et des matériels arrivés antérieurement. La première ligne est sur la plage, l’autre sur les dunes qui la surplombent, probablement débarqués lors des vagues précédentes.
Cette simple remarque démontre que Capa n’est pas arrivé avec la première vague.

Enfin, sur la photo C33, un autre pieu et un autre “wading Sherman” apparaissent à droite près du rivage. Ce char est partiellement visible sur la C32.

07 – Robert Capa, Omaha Beach, 6 juin 1944, photo C33, référence PAR121458 sur Magnum Photos, capture d’écran.

 

À la recherche d’un film tourné par un opérateur des U.S. Coast Guard

En 2017, A. D. Coleman et Charles Herrick ont attiré l’attention sur certaines séquences filmées qui avaient été tournées par des opérateurs des U. S. Coast Guard (USCG) lors du débarquement à Omaha Beach5.

L’une de ces séquences est particulièrement intéressante. Elle a été repérée initialement dans le court-métrage Beachhead to Berlin réalisé dès 1945 et largement distribué pour mettre en avant le rôle des USCG lors de l’opération Overlord [liens vers le film en note de bas de page ; voir ici sa fiche IMDB]6.

Cette séquence est par ailleurs exploitée dans d’autres montages que nous avons également retrouvés [liens en note de bas de page]7.

Nous avons finalement réussi à identifier le rush du film USCG dans le catalogue NARA (National Archives and Records Administration), sous la référence 428-NPC-157078.

Toutes les versions que nous avons retrouvées sont malheureusement de médiocre qualité.

Le film s’ouvre sur une ardoise d’identification portant le nom de l’opérateur USCG, Ruley, que nous connaissons bien. En 2017, Charles Herrick avait identifié Robert Capa dans plusieurs séquences d’un autre film portant la référence NARA 428-NPC-10782. Les séquences de ce dernier film ont été tournées lors de l’opération Overlord par David T. Ruley qui avait le grade de second chef photographe [Chief Photographer’s Mate (C. Pho. M.)] des U.S. Coast Guard9. Sur ce film en couleurs, on peut voir Capa à bord du LCI(L)-94, tenant l’ardoise d’identification de Ruley, quittant Omaha Beach après avoir pris les photos que l’on connaît, puis dans un LCVP faisant la navette entre le LCI(L)-94 et l’USS Samuel Chase.

08 – Ardoise Ruley, film 428-NPC-15707 en 0:07 / Ardoise Ruley portée par Robert Capa, film en couleurs 428-NPC-10782 en 5:15

La séquence filmée par Ruley

Voici la séquence qui retient notre attention :

09David Ruley, séquence extraite du film NARA 428-NPC-15707 à partir de 0:46

Au premier plan, sur la droite de l’image, une colonne de soldats se prépare à débarquer du pont d’un LCI(L). Il s’agit évidemment du LCI(L)-94 sur lequel Ruley était affecté comme photographe/cinéaste. Le navire est alors échoué pour la première fois afin de débarquer ses troupes et son matériel. Comme on le précisera plus loin, le LCI quitte ensuite la plage et revient s’échouer une seconde fois sur une zone plus sûre afin de terminer son débarquement. C’est ce navire que Capa a emprunté pour rejoindre le USS Samuel Chase qui devait le ramener ensuite en Angleterre10.
Au centre de l’image, quelques soldats qui viennent de débarquer du LCI sont immergés, ils sont chargés de leurs équipements et semblent avancer difficilement dans la mer.
Sur la partie gauche, en haut et en arrière-plan, un groupe de soldats débarque d’un LCVP et se dirige vers le rivage. Sur leur trajet, on remarque des obstacles de plages similaires à ceux relevés sur les premières photos de Capa : trois hérissons et un pieu vu de côté, situé près du hérisson le plus à droite (voir les photogrammes annotés ci-après). Derrière ces soldats, on distingue un ‘wading’ char auprès duquel un groupe de soldats s’abrite. Un grand numéro que l’on ne peut guère lire figure sur le char qui semble immobile durant la séquence. Au loin, derrière ce char numéroté, un autre char avec une sorte de ‘cheminée’ progresse durant la séquence, suivi par un groupe de soldats qui s’abritent derrière lui. Il s’agit manifestement d’un char DD.
Au début de la séquence (voir les photogrammes, en haut), on distingue des chars près du rivage.

10 – David Ruley, séquence extraite du film NARA 428-NPC-15707, photogrammes annotés. De haut en bas, timecodes : 0:00, 0:02, 0:09.

Les deux échouages successifs du LCI(L)-94

La planification du débarquement prévoyait que le LCI(L)-94 accoste lors de la vague 11 (H+70 soit 7h40) sur le secteur Dog Red d’Omaha Beach. À son arrivée, le lieutenant Gene R. Gislason, qui commandait le navire, a jugé que les conditions qui régnaient alors dans cette zone étaient inacceptables.
Alors qu’il était encore au large, Gislason a vu le LCI(L)-91, qui appartenait aussi à la vague 11, s’échouer sur la plage et prendre feu. Après avoir observé le LCI(L)-92 de la vague 13 subir le même sort peu après s’être échoué à 8h10, Gislason a décidé de rechercher un site d’accostage plus sûr. Il s’est alors dirigé vers l’Est le long de la plage. Après un trajet d’environ deux kilomètres, il a repéré une brèche dans les obstacles, réalisée par la Gap-Assault Team 10 sur Easy Red. Il a alors réussi à faire échouer son LCI environ 40 à 50 minutes après l’heure prévue.
Alors que la moitié seulement des troupes avaient débarqué, le courant a entraîné le navire vers un obstacle miné. Gislason a donc remis à flot le LCI qui s’est à nouveau échoué une centaine de mètres plus à l’Est. Lors de la manœuvre, le navire a heurté au moins un obstacle non miné, ce qui a endommagé une hélice et un arbre de propulsion. Sur ce nouveau site d’échouage, Gislason a terminé le débarquement des troupes. Alors que les derniers soldats quittaient la rampe, le LCI a été frappé par trois obus allemands dans la cabine de pilotage. Trois membres d’équipage ont été tués, et le navire a subi de graves avaries électriques. Malgré cela, Gislason a réussi à dégager le LCI de la plage en pilotage manuel et avec une seule hélice. Il a ensuite supervisé les réparations, effectuées en quatre heures, ce qui a permis au LCI(L)-94 de rester opérationnel dans la zone d’assaut durant trois semaines.
La plupart des commandants de LCI des U.S. Coast Guard avaient peu d’expérience avant d’entrer dans l’armée. Gislason, par contre, avait une trentaine d’années, et avant la guerre il avait été capitaine sur des bateaux navigant sur les Grands Lacs, sur ou près de la frontière canadienne, dans la partie supérieure du centre-est des États-Unis. Cette expérience l’a certainement beaucoup aidé. Pour son comportement lors du débarquement, il a reçu la Silver Star11.

Les photos prises par le lieutenant Gislason, commandant du LCI(L)-94

Gislason était un photographe amateur. En contrevenant au règlement militaire, il a utilisé son appareil personnel pour prendre quelques photos du double échouage de son navire lors du débarquement. Des copies de ces photos ont été données à Charles Jarreau, un jeune membre de l’équipage du LCI(L)-94. En 1992, la femme de Jarreau a fait don de ces photos au National WWII Museum de la Nouvelle-Orléans. C’est pourquoi ces clichés sont souvent crédités Jarreau, bien que ce dernier ait déclaré, dans un entretien avec l’historien Stephen Ambrose, que c’était bien Gislason qui les avait prises12.

11 – LCI(L)-94, Omaha Beach, Normandy, 6 juin 1944. Deux photos prises par le lieutenant Gene R. Gislason, attribuées à Charles Jarreau. The National WWII Museum, New Orleans. Le lieu de débarquement est indiqué par erreur ‘Dog Red’, secteur initialement prévu pour l’accostage du LCI. Source : nationalww2museum.org [1], voir aussi [2] et [3].

Des sources concordantes

Trois sources se complètent donc. Les cinq premières photos de Capa, la séquence filmée par Ruley et les photos de Gislason peuvent être comparées.

12 – De haut en bas : Robert Capa, photo C32 ; David T. Ruley, photogramme du film NARA 428-NPC-15707, tourné du LCI(L)-94  ; Gene R. Gislason, photo prise du pont du LCI(L)-94, The National WWII Museum, New Orleans. Images annotées.

Dans la séquence de Ruley, la disposition des obstacles et des chars ‘wading’ (dont le n° 10) est tout à fait semblable à celle qui figure sur les cinq premières photos de Capa. Si les photos de Capa ont été prises depuis la mer vers le rivage, quasiment dans l’axe du pieu qui figure à côté du hérisson de droite, la séquence de Ruley a été tournée sous un angle ouvert qui laisse apparaître la rampe d’appui oblique du pieu. La différence d’angle de prise de vue explique aussi que les deux chars DD près du rivage, bien visibles sur les photos de Capa, ne sont pas repérables sur la séquence de Ruley. Ils sont par contre bien visibles sur la photo de Gislason, prise comme la séquence de Ruley depuis le LCI(L)-94, mais selon un angle plus proche de celui des clichés de Capa.
Le char ‘wading’ près du rivage, à droite des deux chars DD, est également repérable sur les premiers clichés de Capa ainsi que sur la photo de Gislason.

Lorsque Capa a rejoint le LCI(L)-94 pour quitter Easy Red, il a repris son Rolleiflex après s’être séché. Il a alors réalisé quelques photos depuis le pont du navire. Sur l’une d’elles, publiée également dans Life le 19 juin 1944, on distingue clairement les deux chars DD avec leurs “cheminées” caractéristiques et la bouée sur celui de gauche13. Les chars ‘wading’ sont également reconnaissables (voir détail, ci-dessous à droite). En comparant les obstacles de plage, on notera aussi que la marée est à un niveau sensiblement plus élevé que sur les documents précédents.

13 – Robert Capa, American soldiers landing on Omaha Beach, D-Day, Normandy, France, The Robert Capa and Cornell Capa Archive, Purchase, with funds provided by the ICP Acquisitions Committee and John L. Steffens, 2007, réf. 2007.17.2, ICP Website, screenshot. Photo parue dans Life, June 19, 1944, p. 28 / Détail de la photo.

Si l’on revient à l’arrière-plan du film de Ruley, le char DD que l’on voit progresser avec un groupe de soldats derrière le char ‘wading’ n° 10 n’apparaît pas sur les premières photos de Capa et de Gislason puisqu’il est en dehors de leurs champs respectifs.

En résumé, les sources comparées montrent clairement un même endroit du secteur Easy Red d’Omaha Beach, capturé sous des angles différents et à des moments légèrement différents.
Cette concordance a été démontrée par A.D. Coleman et Charles Herrick dès 2017 dans les articles cités en note ci-dessus. Herrick ajoute même que le recoupement peut être poursuivi avec les photos suivantes de Capa ; c’est ainsi, par exemple, qu’il rapproche les obstacles qui figurent sur la photo The Face in the Surf (C37) et ceux du film de Ruley :

14 – Robert Capa, photo C37, The Face in the Surf, (à gauche); David Ruley, frame from D-Day film (à droite). Source : Guest Post 24: Charles Herrick on Capa’s D-Day (e), May 14, 2017, figure 4

Quelle chronologie ?

La chronologie relative entre les différentes sources [Capa, Ruley et Gislason] est extrêmement difficile à établir.
Les témoignages des soldats et des marins présents sur le LCI(L)-94 ont été enregistrés longtemps après les événements, ce qui rend leur exactitude très discutable. Celui de Capa, dans son livre Slightly Out of Focus, n’est pas fiable – rappelons qu’il a été franc en admettant que son texte n’était pas toujours conforme à la vérité14. La chronologie ne peut guère être établie qu’en confrontant les images aux horaires supposés du débarquement de Capa et des deux échouages successifs du LCI(L)-94, lequel, comme on le sait, n’a pas suivi les prévisions initiales.

Malgré ces incertitudes, le niveau de la marée visible sur les différentes images démontre que les événements capturés se sont déroulés dans un laps de temps relativement court. Selon Herrick, en effet, la marée à ce moment-là montait d’une trentaine de centimètres environ (un pied) toutes les onze minutes15. Bien que la qualité du film de Ruley dont nous disposons soit très médiocre, on peut observer que le niveau de la mer qui apparaît dans la séquence retenue est tout à fait semblable à celui qui figure sur les photos de Capa, notamment autour des obstacles de plage qui constituent un bon repère.
Sur les photos de Gislason, le niveau de la marée apparaît plus élevé. Elles ont donc été prises après, certainement lors du second échouage du LCI. Pour le confirmer, nous disposons d’un autre indice. La photo de Gislason déjà examinée montre en effet du personnel médical qui débarque en utilisant une passerelle du LCI, ainsi qu’un tas de caisses entreposées sur le pont. Or, après la séquence que nous avons retenue, le film de Ruley se poursuit, et il comporte une autre séquence où ces caisses entreposées apparaissent disposées identiquement, avec le même groupe de soldats des USCG qui s’en occupe. Juste avant cette séquence, des obstacles de plage sont visibles et l’on constate là encore que le niveau de la marée apparaît plus élevé. La photo de Gislason et cette seconde séquence ont donc été prises à peu près au même moment, et selon toute vraisemblance lors du second échouage du LCI.

15 – Gene R. Gislason, photo prise du pont du LCI(L)-94, The National WWII Museum, New Orleans ; David T. Ruley, photogramme du film NARA 428-NPC-15707, en 2:19.

Par ailleurs, dans Slightly Out of Focus, Capa décrit lui aussi l’arrivée d’un LCI sous le feu de l’ennemi et des “médecins de la Croix-Rouge” qui sautent par-dessus son bord ; c’est à ce moment-là qu’il se met à courir pour le rejoindre en se disant : “je vais juste me sécher les mains sur le bateau16. Si l’on en croit ce récit, son départ de la plage interviendrait donc après le second échouage du LCI(L)-94.

En résumé, les événements photographiés par Capa et Gislason et ceux filmés par Ruley se sont déroulés sensiblement au même endroit et dans un laps de temps réduit, de l’ordre d’une trentaine de minutes. Ce laps de temps reste compatible avec la durée de la manœuvre réalisée par Gislason pour les deux échouages successifs du LCI(L)-94, à une centaine de mètres l’un de l’autre, et les deux débarquements/déchargements qui ont suivi chacun des échouages.

Quels horaires ?

La discussion sur le rapprochement entre les photos de Capa et le film de Ruley n’a pas permis aux participants de s’accorder sur les horaires des divers événements décrits. Afin d’évaluer les divergences entre les propositions discutées, qui sont dans l’ensemble minimes, on trouvera ci-dessous une liste des horaires retenus selon les principales sources.

Arrivée de Capa sur le secteur Easy Red

  • vers 7h50 / 7h55 selon Villéger
  • entre 8h15 et 8h20 selon Herrick (23 septembre 2015 ; horaire repris plusieurs fois dans ses articles)
  • entre 8h15 et 8h20, selon Coleman, d’après les estimations de Herrick17.

Premier échouage du LCI(L)-94

  • vers 7h47 selon Villéger et Pieter Jutte
  • estimé vers 8h25 / 8h30 selon Herrick (14 mai 2017)

Second échouage du LCI(L)-94

  • estimé à 8h20 / 8h25 par Villéger (conversations privées)

Bombardement du LCI(L)-94

Embarquement de Capa sur le LCI(L)-94

Départ du LCI(L)-94 vers le Samuel Chase

  • 08h37 selon Villéger
  • 9h selon Herrick (14 mai 2017 et 17 mai 2017)
  • 9h, selon Coleman, d’après les estimations de Herrick19.

Deux scénarios

Deux hypothèses principales ont été formulées à propos de l’ordre et des relations possibles entre les événements. Nous les appellerons ici ‘scénario décorrélé’ et ‘scénario corrélé’.

Scénario décorrélé
Le LCVP qui apparaît en arrière-plan dans la séquence filmée de Ruley n’est pas celui qui transportait Capa. Les soldats qui figurent sur les cinq premières photos de Capa ne sont pas ceux que l’on voit débarquer du LCVP dans la séquence. Le photographe était arrivé sur la plage plusieurs minutes avant que le LCI(L)-94 n’aborde le rivage. Les photos de Capa sont donc antérieures à la séquence filmée par Ruley.

Selon ce scénario, Capa a débarqué sur le secteur Easy Red vers 8h2020. Alors qu’il est en train de réaliser ses clichés, le LCI(L)-94 s’approche de la plage, s’échoue pour la première fois, et commence à débarquer ses troupes. À l’appui de cette chronologie, Herrick remarque l’ombre d’un navire en haut à droite du cliché The Face in the Surf. Il identifie cette silhouette au LCI(L)-94 qui arrive pour la première fois sur le rivage, et Capa, alors présent sur la plage, le photographie incidemment en réalisant son fameux cliché.

16 – Robert Capa, photo C37, The Face in the Surf, annotée par Charles Herrick. La silhouette du LCI(L)-94, à bord duquel Capa a rejoint l’USS Samuel Chase après Omaha Beach, apparaît dans le rectangle rouge en haut à droite. Source : Guest Post 28: Charles Herrick on Capa’s D-Day (j), June 6, 2019.

Capa monte ensuite à bord du LCI(L)-94 pour quitter la plage alors que le navire se prépare à se retirer de son premier échouage. Le LCI s’éloigne, puis il revient s’échouer une seconde fois et fini de débarquer le personnel médical [voir ci-dessus (15) le rapprochement entre la photo de Gislason et la seconde séquence de Ruley]. Il repart ensuite vers le large et le Samuel Chase.

Scénario corrélé

Le LCVP que l’on voit dans la séquence filmée par Ruley est celui qui transportait Capa. Les cinq premières photos de Capa sont donc postérieures de quelques secondes ou minutes à la séquence filmée. Les soldats qui figurent sur ces photos sont ceux que l’on voit débarquer dans la séquence. Puisque Capa était probablement l’un des derniers à sortir du LCVP, si Ruley avait filmé un peu plus longtemps la scène, on aurait pu le voir alors qu’il était en train de prendre ses premiers clichés. Cette hypothèse a été proposée par Philippe Villéger.

Selon Villéger, ce rapprochement étroit est justifié par les identifications individuelles de plusieurs soldats sur les deux médias. Pour pratiquement chacun des soldats qui figure sur les premières photos de Capa, Villéger présume que l’on peut lui faire correspondre un soldat de la séquence filmée par Ruley. Les identifications sont justifiées par les attitudes des hommes, leurs trajectoires, et les autres soldats qui les entourent.
Voici un exemple de rapprochement proposé par Villéger.
Vers la fin de la séquence filmée par Ruley, on remarque un soldat qui tombe. Il est précédé par un autre soldat qui porte une lourde charge du bras gauche [voir la séquence filmée ci-dessus en (5)].

17 – David Ruley, séquence extraite du film NARA 428-NPC-15707, photogramme annoté, détail, timecode 0:09.

Villéger rapproche ces deux hommes de deux soldats qui figurent sur la photo C31 de Capa.

18 – Robert Capa, photo C31 annotée.

Le soldat qui porte une charge est aussi visible sur les photos C32 et C33 ; son sac à dos comporte une tache claire caractéristique que l’on devine aussi sur le soldat qui semble lui correspondre dans la séquence Ruley.

Selon ce ‘scénario corrélé’, le LCI(L)-94 s’approche de la plage, s’échoue une première fois, et commence à débarquer des troupes. C’est alors que le LCVP qui emmène Capa débarque lui aussi ses soldats. Le photographe prend alors ses premiers clichés en direction du rivage. Il prend ensuite des photos en direction de la mer. Sur l’une d’elles, The Face in the Surf, apparaît vaguement la silhouette du LCI qui est encore échoué, ou plus probablement qui repart pour sa manœuvre du second échouage.
Le LCI revient s’échouer une seconde fois et le personnel médical achève son débarquement. C’est alors que Capa monte à son bord pour quitter la plage.

Divergence

Le moment où Capa embarque sur le LCI(L)-94 pour quitter la plage constitue un point de désaccord entre les deux versions.
Reprenons le récit de Capa dans son livre.
Il affirme être monté à bord du LCI(L)-94 au moment où les derniers membres du personnel médical débarquaient. Peu de temps après, le LCI a été touché par des obus allemands. Il raconte qu’il est allé ensuite se sécher dans la salle des machines. Puis il est remonté sur le pont du LCI où il a photographié la plage de loin, noyée dans la fumée, et les efforts des équipes médicales portant secours aux victimes du bombardement qui venait de se produire21.
Comme nous l’avons déjà observé, le débarquement final du personnel médical du LCI est documenté par l’une des photos de Gislason et une séquence du film de Ruley (réf. 428-NPC-15707). Il intervient lors du second échouage du LCI. Par ailleurs, les séquences du film en couleurs de Ruley (réf. 428-NPC-10782) attestent que Capa était bien à bord pour tenir l’ardoise de Ruley, et photographier les blessés et les secours à la suite de ce bombardement. Et sur ces images, il apparaît dans un uniforme sec. Il s’est donc bien séché dans la salle des machines avant de prendre ses dernières photos22.

Villéger retient exactement ce scénario pour son hypothèse. Capa quitte la plage en embarquant sur le LCI(L)-94 lors de son second échouage. Il se sèche rapidement et revient sur le pont où il tient l’ardoise de Ruley et réalise ses dernières photos à bord du LCI.

Cependant, la description que donne Capa de son embarquement est discutable. Rappelons à nouveau que son livre prend parfois quelques libertés avec la vérité. En particulier, le récit qu’il donne de son embarquement de retour vers le Samuel Chase n’est pas particulièrement fiable puisqu’il affirme que le navire où il vient d’embarquer pour quitter la plage prend l’eau et va couler. Nous savons que c’est faux. C’est le LCI(L)-85 que Capa a vu sombrer, et non le LCI(L)-94 sur lequel il était ; ce dernier a été endommagé, mais il est demeuré opérationnel après les réparations effectuées à l’initiative de son commandant, Gislason.

Peut-on envisager de lever certaines incertitudes sur les scénarios et les horaires décrits précédemment ? Pour avancer sur la question des horaires, de nouveaux documents doivent être découverts, en premier lieu le journal de bord du LCI(L)-94 que personne apparemment n’a encore retrouvé. Et pour espérer départager les deux scénarios, il est absolument nécessaire de mettre la main sur une version de meilleure qualité du film de Ruley, de façon à reprendre l’analyse des correspondances qui demeurent encore très hasardeuses23.

Conclusion le débarquement de Robert Capa : de bloody Omaha au film de Ruley

Malgré ses imprécisions, l’analyse du film de Ruley que l’on vient de résumer est éclairante. Quel que soit le scénario retenu, ‘corrélé’ ou ‘décorrélé’, ce document montre en effet à quoi devait ressembler le débarquement vécu par Capa. Le groupe de débarquement auquel le photographe a participé devait être tout à fait similaire à celui qui figure dans la séquence retenue : le lieu et la péniche LCVP sont identiques, la composition et le mode de déploiement du groupe sont analogues, l’horaire est vraisemblablement très proche. On ne distingue que peu d’impacts de balles et d’obus dans la mer. Cependant, les soldats débarquent visiblement sous le feu ennemi puisqu’ils se protègent constamment. Mais ils progressent régulièrement, ils ne sont pas décimés. À l’exception des soldats lourdement chargés qui débarquent du LCI(L)-94, on voit très peu de corps dans la mer qui est peu profonde à cet endroit (on en voit quelques-uns dans la suite du film). Les hommes nouvellement débarqués du LCVP avancent normalement vers le rivage. Certains courent, d’autres sont surchargés et marchent. Manifestement, ils ne sont ni paralysés par la peur, ni immobilisés par le feu ennemi. Au même moment, d’autres groupes progressent à l’abri de chars amphibies. Des équipes spécialisées s’activent près des obstacles de plage pour les détruire. En résumé, le film donne à voir une attaque frontale d’un rivage bien défendu. L’ennemi a disposé des obstacles efficaces pour empêcher l’assaut, il possède l’avantage du relief et défend âprement ses positions, mais malgré ces difficultés, les assaillants américains n’apparaissent pas désemparés, chaque groupe de soldats semble effectuer en bon ordre la tâche qui lui a été assignée.

Cette description est assez différente de l’image que l’on se fait habituellement du débarquement à Omaha Beach, à travers, notamment, les clichés de Capa. Comme le résume Herrick : “La renommée de ces photos est due en grande partie à l’histoire fausse selon laquelle elles ont été prises au moment où la première vague a débarqué sous un feu meurtrier. Ce n’est pas le cas. Elles ont été prises deux heures après l’heure H sur un secteur d’Omaha Beach qui était alors relativement peu défendu. Les images animées, prises dans la même zone au même moment par Ruley depuis le LCI(L)-94 en train de débarquer des troupes, fournissent un contexte entièrement différent aux photos de Capa.24.

Des cinq plages du débarquement, comme on le sait, Omaha Beach a été de loin la plus meurtrière. On dénombre ainsi à Omaha dix fois plus de victimes qu’à Utah, l’autre plage américaine. Cependant, comme le relève l’historien Olivier Wieviorka : “Au soir du 6 juin, les Alliés affichaient un bilan satisfaisant puisque quelque 156 000 hommes avaient pris pied sur le rivage normand [dont] 56 000 débarquant sur Utah et Omaha. Au rebours d’une légende tenace, les pertes furent relativement minimes. Alors que les états-majors prévoyaient 25 000 victimes, ils ne relèvent que 10 000 morts, blessés ou disparus – un chiffre de toute évidence réconfortant. Omaha comptait pour un quart dans ce bilan macabre […]25.
L’historien Anthony Beevor relativise lui aussi les pertes subies en rappelant que 3 000 civils français sont morts le premier jour du débarquement, soit le double du total des morts américains26. Comme d’autres spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, il souligne également que l’assaut initial, particulièrement dur à Omaha, a beaucoup compté dans la mémoire américaine de l’événement : “Bien que les pertes alliées du Jour J aient été très inférieures aux estimations des états-majors, cela n’atténua en rien le choc du massacre de la première vague à Omaha […] Omaha devint une légende américaine.27. C’est en fait sur un seul sous-secteur de Dog Green, celui où est arrivé la compagnie A du 116e régiment d’infanterie lors la première vague, que le débarquement à Omaha peut être qualifié de véritable massacre. Avec 100 hommes tués sur 21528, cet épisode dramatique spécifique symbolise désormais pour le grand public américain l’ensemble de l’assaut d’Omaha Beach.
L’historien Christophe Prime formule un avis semblable : “La bataille livrée par le V US Corps sur Omaha Beach n’a pas dépassé en intensité ou en férocité les batailles livrées par les Alliés dans le Pacifique ou bien en Italie, mais elle est devenue un événement militaire majeur29. Dès lors, son importance dans la mémoire américaine a été constamment entretenue par les commémorations et visites successives des présidents américains.

Plage la plus meurtière globalement et choc de la première vague sur certains secteurs, c’est à partir de ces deux constats réels que le récit d’Omaha la sanglante [bloody Omaha] s’est construit et qu’il s’est répandu très tôt après le débarquement. C’est en suivant l’histoire de la construction de ce récit que l’on peut comprendre comment les célèbres clichés de Capa ont été reçus et interprétés, et d’où provient cette idée (fausse) qu’ils ont été pris lors d’un assaut terriblement meurtrier, celui de la première vague à Omaha Beach.

Dès le 8 juin 1944, plusieurs journaux américains et canadiens publient certaines des photos de Robert Capa ainsi qu’un cliché de Robert F. Sargent, photographe des U.S. Coast Guard, pris également à Omaha, et qui devait lui aussi devenir emblématique30. Ces images des champs de bataille et des plages ont été envoyées au pool d’agences et transmises aux journaux en tant que radiophotographies. Conformément à la pratique du pool, le nom du photographe n’apparaît pas dans les crédits. Les légendes sont sommaires et assez stéréotypées. Bien entendu, le lieu de débarquement et le nom de code de la plage ne sont jamais dévoilés. Les légendes ne mentionnent pas non plus si les soldats appartiennent à la première vague de l’assaut, mais il est régulièrement précisé qu’ils subissent des tirs d’artillerie lourde et de mitrailleuses depuis des casemates allemandes.

Le 9 juin, le cliché The Face in the Surf est publié dans plusieurs journaux. En définitive, au moins six des dix premières photos de Capa prises le 6 juin paraissent dans les journaux américains durant les jours qui suivent le débarquement. Les clichés de Capa sont réunis à d’autres photos prises indistinctement à Omaha et Utah et qui illustrent, côté américain, le débarquement qui vient d’avoir lieu. À ce stade, les deux plages américaines sont confondues.
Dès le 9 juin également paraît l’une des premières photos montrant des morts américains sur la plage d’Omaha (voir la référence p012903, sur PhotosNormandie). Sa légende là encore est sobre. Un journal cependant se risque à préciser : “Bien que les pertes n’aient pas été aussi élevées que prévu lors des premiers débarquements, les officiers alliés préviennent que le pourcentage risque d’augmenter lorsque les contre-attaques allemandes prendront de l’ampleur.” (légende de la photo publiée dans The Washington Observer, June 10, 1944, p. 2.). On peut supposer que le texte a été rédigé dans le but de rassurer l’opinion en minimisant les pertes effectives, mais il s’avérera exact, jusque dans son pronostic puisque par la suite les pertes américaines seront sensiblement plus lourdes que prévu, en particulier lors de la bataille des Haies, alors que les troupes progressaient à l’intérieur des terres.

Le magazine Life daté du 19 juin 1944 publie ensuite cinq des photos prises par Capa sur la plage et cinq autres clichés réalisés alors qu’il était sur le chemin de retour vers l’Angleterre, sur le LCI(L)-94 puis sur le Samuel Chase. Dans l’article non signé qui introduit ses photos, Capa est présenté comme le photographe de Lifequi a débarqué avec la première vague des troupes” ; le texte poursuit “Bien que les premiers rapports sur les débarquements aient indiqué une faible opposition, ses photos montrent la violence de la bataille et la force des défenses allemandes” (art. cit., p. 25).
La légende de la première photo de Capa prise à Omaha (C29) poursuit dans la même veine : “La première vague de troupes d’assaut américaines fonce sur la plage à travers les vagues bouillonnantes. Depuis les hauteurs, des mitrailleuses ont abattu plusieurs hommes dans l’eau”.
Désormais, Capa et ses photos seront associés à la première vague d’assaut.
Le texte donne ensuite une localisation très imprécise et fausse, entre Saint-Vaast-la Hougue et Isigny, c’est-à-dire la côte Sud-Est du Cotentin, où est située Utah Beach, à plus de 35 kilomètres d’Omaha Beach.
La photo des premiers morts américains publiée dès le 9 juin (v. ci-dessus) est reprise aussi dans cette édition de Life, en illustration d’un article de Charles Christian Wertenbaker qui était alors rédacteur en chef du magazine pour l’étranger. L’article est très évasif sur les opérations, les noms des navires mentionnés et les cartes qui l’accompagnent sont fantaisistes. Wertenbaker publiera au début du mois de septembre 1944 le premier ouvrage entièrement consacré au débarquement de Normandie, Invasion!, illustré de photos de Capa.

Le nom de code de la plage apparaît pour la première fois dans Life à la fin du mois d’août 1944, plus de deux mois après le débarquement, alors que la bataille de Normandie s’achève, dans une série de dessins d’Aaron Bohrod31. Pour l’artiste, Omaha est un “nom de code d’un célèbre point de débarquement quelque part en Normandie”. Aucun détail n’est donné sur les pertes subies par l’armée américaine sur ce site.

En octobre 1944, le même artiste réalise pour le magazine une série de peintures sur Omaha, qualifiée de ‘tête de pont la plus sanglante de Normandie32. L’article mentionne d’autres noms de plages utilisés par les Américains comme Utah et Red [sic], et précise que ‘la plus rouge de toutes, du point de vue du sang, a été Omaha’.

L’expression est donc lancée dès la fin de l’année 1944, et Omaha Beach sera dès lors fréquemment décrite comme ‘la sanglante’ [bloody]. Dans Life, par la suite, on retrouve plusieurs fois la plage ainsi qualifiée, par exemple dans deux articles qui présentent des œuvres du peintre Ogden Pleissner ; en janvier 1945, celui-ci illustre à Omaha Beach une ‘scène des débarquements les plus sanglants’, et en mai 1946, il peint ‘la plus sanglante plage de Normandie33.

D’autres magazines américains, dont Newsweek, utilisent l’expression bloody Omaha entre 1945 et 194734. La formule se retrouve aussi fréquemment dans les journaux : 7 fois en 1945, 7 fois en 1946, 11 fois en 1947, sans compter les descriptions d’Omaha Beach à l’aide d’autres termes tout aussi sinistres35.
En France, à l’occasion du troisième anniversaire du débarquement, le journal issu de la résistance Le Franc-Tireur publie le 6 juin 1947 un article sur Omaha, la plage sanglante36.

Depuis cette époque de l’immédiat après-guerre, la locution bloody Omaha s’est imposée, surtout dans les publications destinées au grand public. Par contre, elle n’a jamais été beaucoup employée par les historiens, qui, comme on l’a vu, relativisent les pertes américaines subies sur cette plage. En 1945 déjà, l’historien Charles Holt Taylor évite la locution en décrivant factuellement et précisément la bataille dans un ouvrage copieux intitulé sobrement Omaha Beachhead, préparé à la demande de l’U.S. Army37. Pour rappel, les historiens cités précédemment (Ambrose, Wieviorka, Beevor, Prime) ne l’utilisent pas non plus ; Jean Quellien est apparemment l’un des rares historiens contemporains à y recourir, et le seul sans doute à affirmer encore que Capa a débarqué avec la première vague d’assaut à Omaha Beach…38.

Revenons à Capa justement. Son livre Slightly Out of Focus est publié en 1947 alors que la réputation funeste de bloody Omaha est déjà largement établie auprès du grand public. Or, trois ans auparavant, Life a présenté Capa comme le seul photographe ayant débarqué sur cette plage avec la première vague d’assaut. Lorsqu’il aborde l’événement dans son livre, le photographe ne peut qu’endosser ce rôle. Il accorde alors son récit à la réputation de la plage, si meurtrière pour la première vague à laquelle il prétend appartenir. Il décrit les balles et les obus qui trouent la mer, les chars carbonisés, les vedettes de débarquement en train de couler, les corps flottants autour de lui et les morts qui roulent avec les vagues. Il raconte aussi comment le LCI sur lequel il vient d’embarquer pour quitter la plage a été frappé par un bombardement meurtrier (ce qui est vrai), et comment le navire est en train de couler (ce qui est faux). Ce récit, qui ne concorde pas vraiment avec ce que montre le film de Ruley, a probablement été composé par Capa pour correspondre à l’image que le public se faisait, à l’époque, de l’assaut de la première vague sur bloody Omaha. Il a sciemment dramatisé son témoignage ; il s’est décrit se jetant dans les vomissures à l’approche de la plage, échappant de peu à la mort, puis sur un navire en train de sombrer, éclaboussé de sang et de plumes provenant de vestes éclatées, s’évanouissant… Entendons-nous bien. Il ne s’agit pas ici de prétendre que le débarquement vécu par Capa à Omaha a été facile et sans danger. Les soins aux blessés à la suite du bombardement meurtrier du LCI, photographiés par Capa et filmés par Ruley, montrent clairement que ce n’était pas le cas. Capa était bien au cœur d’une bataille. Comme tous les soldats qui l’entouraient, il craignait d’être blessé ou tué. Mais deux heures environ après l’assaut de la première vague, le déroulement de l’offensive en ce secteur précis d’Easy Red n’était certainement pas apocalyptique, à la manière de la scène d’ouverture du film Saving Private Ryan. Le film de Ruley permet de mieux comprendre le contexte des photos de Capa ; il montre que les difficultés et périls de la bataille en cours étaient réels, mais demeuraient conformes à ce que l’on peut attendre de la poursuite d’une attaque méthodique quelques heures après le choc de l’assaut initial.

Merci à A. D. Coleman et Philippe Villéger.

À la mémoire de Bernard Lebrun,
en souvenir de nos discussions sur Capa et quelques autres sujets.

  1. Voir par exemple les sections Préparation de l’assaut et Cartes d’Omaha Beach sur le site omaha-vierville.com d’Yves Cordelle. []
  2. Robert Capa, Juste un peu flou : Slightly out of focus [1947], avec Richard Whelan (préface), Cornell Capa (préface), traduit de l’anglais par Catherine Chaine, Paris : Delpire, 2003, p. 167 []
  3. Voir les photos et l’article Les chars Sherman amphibies sur la plage de Vierville, sur le site omaha-viervielle.com. []
  4. Sur la ‘cheminée’ et la bouée des chars DD, voir les articles Duplex Drive Tanks de Pieter Jutte, [1] [2] [3]. Pour mieux appréhender l’apparence de ces deux types de chars, ‘wading’ et DD, voir la première photo du second article. []
  5. Voir notamment : The Parallax View (#33) by A.D. Coleman, April 30, 2017 ; Guest Post 24: Charles Herrick on Capa’s D-Day (e), May 14, 2017 ; Guest Post 27: Charles Herrick on Capa’s D-Day (i), May 20, 2019. []
  6. Beachhead to Berlin – Documentary of 1945, à partir de 13:57 ; Beachhead to Berlin, autre version, à partir de 14:34 ; Beachhead to Berlin, abrégé, à partir de 3:59 ; Beachhead to Berlin, abrégé, à partir de 3:55 ; Beachhead to Berlin, colorisé et abrégé, à partir de 3:59 []
  7. Normandy Archival, à partir de 9:04, et Classic Omaha Footage, à partir de 0:23, deux vidéos sur le site du National WW2 Museum de La Nouvelle-Orléans ; At the Beaches of Normandy (In Colour) June, 1944, à partir de 12:57 ; D-Day in Colour, séquence tronquée à partir de 34:56 ; D-Day Movie Fixed Credits, à partir de 4’57 ; Critical Past, Landing craft loaded with soldiers and equipment establish beachhead in Normandy during D-Day invasion, à partir de 3:59. []
  8. voir aussi : US Coast Guard Omaha Beach D-Day June 6 1944, by OTD Canadian Military History, à partir de 0:48. []
  9. Voir l’article de Herrick que j’ai traduit en français : Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie, 18 mai 2017. []
  10. Voir l’article de Herrick traduit, déjà cité. []
  11. Sources de ce résumé : Stephen E. Ambrose, D-Day, June 6, 1944: The Climactic Battle of World War II, New York: Simon & Schuster, 1994, p. 225 et 234 / United States Coast Guard at Normandy sur WW2Talk.com / articles de Charles Herrick, notamment : Guest Post 24: Charles Herrick on Capa’s D-Day (e), May, 14, 2017 ; Guest Post 27: Charles Herrick on Capa’s D-Day (h), May 17, 2019 ; Guest Post 28: Charles Herrick on Capa’s D-Day (j), June, 6, 2019. []
  12. Voir Guest Post 27: Charles Herrick on Capa’s D-Day (h), May 17, 2019. []
  13. Voir Alternate History: Robert Capa on D-Day (47), by A. D. Coleman, March 29, 2021, et photo 2430×2500 sur le site de l’ICP. []
  14. Écrire la vérité est tellement difficile […], alors pour mieux la traduire, je me suis permis de faire quelques retouches à ma façon. Tous les événements et les personnages de ce livre sont fortuits et ont un certain rapport avec la vérité.” Robert Capa, Avertissement de l’édition originale de Slightly Out of Focus, cité par Richard Whelan, in Robert Capa, op. cit., Introduction, p. 13. []
  15. Charles Herrick on Capa’s D-Day (i), May 20, 2019. []
  16. Robert Capa, op. cit., p. 171. []
  17. A. D. Coleman, Alternate History: Robert Capa on D-Day, Exposure, February 12, 2019. Cette synthèse des recherches menées par son équipe à cette date a été publiée dans le journal américain de la Society for Photographic Education. []
  18. A. D. Coleman, Alternate History: Robert Capa on D-Day, Exposure, loc. cit. []
  19. A. D. Coleman, Alternate History: Robert Capa on D-Day, Exposure, loc. cit. []
  20. Pour l’argumentation en faveur de cet horaire, on consultera les articles de Herrick déjà mentionnés. []
  21. Robert Capa, op. cit., pp. 171-172. []
  22. Voir la traduction de l’article de Herrick déjà citée : Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie, 18 mai 2017. []
  23. Dans le cadre du projet PhotosNormandie, nous sommes actuellement à la recherche d’une meilleure numérisation de ce film, et nous avons bon espoir qu’elle aboutisse grâce à l’amabilité de Dominique Forget d’Archives de Guerres. []
  24. Guest Post 27: Charles Herrick on Capa’s D-Day (h), May 17, 2019, comments. []
  25. Olivier Wieviorka, Histoire du Débarquement en Normandie – Des origines à la libération de Paris – 1941-1944, Paris : Éditions du Seuil, 2007, p. 236 []
  26. Antony Beevor, D-Day et la bataille de Normandie, trad. de l’anglais par Jean-François Sené, Raymond Clarinard et Isabelle Taudière, Paris : Calmann-Lévy, 2009, p. 129 []
  27. Antony Beevor, ibid., pp. 129-130. []
  28. Anthony Beevor, op. cit., p. 129. []
  29. Christophe Prime, Omaha Beach – 6 juin 1944, Tallandier, 2018, Introduction, p. 7. []
  30. Voir Les premières publications des photos de Robert Capa sur le débarquement en Normandie, 16 août 2013. []
  31. Speaking of Pictures – Aaron Bohrod sketches the war in France, Life, Aug, 28, 1944, p. 8. []
  32. “Omaha Beach” – A historical record of the bloodiest Normandy beachhead is painted by Aaron Bohrod, Life, Oct. 30, 1944, p. 53. []
  33. Breakthrough at St Lô – Pleissner paints historic turning point of the war, Life, Jan. 8, 1945, p. 46 [On Omaha Beach, scene of the bloodiest invasion landings…] / Battlefield of Europe – A “Life” artist paints the war’s memorable places, Life, May. 13, 1946, p. 68 [Omaha Beach… the bloodiest beach in Normandy]. []
  34. Voir par exemple : History 67th Armored Regiment, Volume 2, Numéro 67, 1945, p. 22 / The American Photo Engraver, Volume 37, 1945, p. 361 / The Red Cross Courier, Volumes 25 à 28, 1945, p. 22 / Newsweek, Volume 27, Partie 2, 1946, p. 34. Sources Ngram Viewer. []
  35. Source : Google Newspapers. []
  36. Trois ans après… Avec un vétéran à Omaha Beach, la plage sanglante, Le Franc-Tireur, 6 juin 1947. []
  37. The Battle for Omaha Beach, D-Day, June 6, 1944: The Official History by the U.S. Army, Modern Annotated Edition. Boston Hill Press, 2014. [First published at war’s end in 1945 as Omaha Beachhead by the U.S. Army. The official historian was Colonel Charles Holt Taylor, a former professor at Harvard University]. []
  38. Jean Quellien, Le Jour J et la bataille de Normandie, Orep Editions, 2015, p. 168 et p. 174 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search