“Une jeune femme coud un drapeau américain” – une illustration de la redocumentarisation

PhotosNormandie est un projet collaboratif qui a pour objectif d’améliorer les légendes de plus de 5100 photos et 300 films historiques du débarquement et de la bataille de Normandie1. De nombreuses photos d’enfants figurent dans la collection. L’une d’elles retient ici l’attention. Elle a été prise en juillet 1944 à Littry (actuellement Le Molay-Littry, Calvados). Elle représente une jeune femme qui coud un drapeau américain sous le regard d’enfants, deux autres femmes sont en arrière-plan dans l’encoignure de la porte.

image 01 – Réf. p013292. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA [cliquez sur la référence pour afficher la photo et sa légende dans le projet PhotosNormandie]

Nous possédons très peu de témoignages directs concernant les photos de la collection. C’est le cas par chance pour celle-ci :

“Je n’ai absolument aucun souvenir du moment où cette photo a été prise” raconte Louis Dauge, le seul garçon de la photo, où il figure avec six de ses sœurs. “Je pense que c’est une photo arrangée, parce qu’à l’époque, c’était pas facile de nous avoir tous ensemble en même temps, donc il y a dû avoir une petite mise en scène”.
En avant donc pour les présentations : celle qui coud le drapeau, c’est Antoinette, 18 ans.
Derrière Louis, Jeanne et Valérie, 19 ans toutes les deux. Scrutant attentivement les gestes d’Antoinette, Yvette 8 ans et Lucienne 6 ans (avec le gilet). Enfin tournant la tête pour regarder ses sœurs et son frère, Andrée, 4 ans à l’époque.
La photo a été prise à la porte de la maison familiale, au hameau des Petits Carreaux, sur la D10 menant du Molay-Littry au grand carrefour de la forêt de Cerisy (“Et la maison existe toujours” précise Louis Dauge).
Source : La Normandie au cœur de l’histoire – La Presse de la Manche hors série – 70e anniversaire du débarquement, mars 2014, rubrique ‘C’est moi sur la photo !’, enquête de Frédéric Patard, page 79.

image 02 – Réf. p013292 annotée par Michel Le Querrec. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

Métadonnées et documentarisation

Dans une perspective archivistique classique, où le cliché est un objet matériel (un tirage), ce document est déjà convenablement décrit. La localisation et les personnages qui y figurent sont en effet identifiés, la date de prise de vue est assez précisément connue, et permet d’expliquer la scène : un drapeau américain est confectionné à l’occasion de la fête nationale américaine et en l’honneur des soldats qui ont libéré le village. Nous sommes en mesure de répondre aux interrogations habituelles : Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? – qui est sur la photo, que représente la scène, à quelle date et dans quel lieu. Toutes ces informations peuvent figurer dans une légende développée et satisfaisante, et la perspective d’amélioration du travail documentaire semble limitée à la recherche de détails encore inconnus : nom du photographe, date de prise de vue plus précise, etc.
On nomme métadonnées, cet ensemble structuré d’informations qui servent à caractériser et décrire une ressource quelconque, matérielle ou numérisée. Si l’on s’en tient aux seuls documents considérés isolément, ce travail d’enrichissement de métadonnées constitue la base de la documentarisation, c’est-à-dire le processus qui vise à décrire les documents et leurs contenus.

Autres photos de la collection

À ces techniques de documentarisation internes (métadonnées), s’ajoutent des procédés de documentarisation externes qui permettent, quant à eux, de relier les contenus des documents à des éléments extérieurs [d’après Claire Scopsi & Patrick Peccatte, Documentarisation et redocumentarisation : du document d’archive à la collection patrimoniale documentarisée, in Usages et pratiques des patrimoines numérisés, Colloque et publication du réseau UDPN (Usages Des Patrimoines Numérisés), 2021, à paraître. Par la suite, je citerai largement cet article sous la signature CS&PP].

Une recherche sur le mot Littry dans la collection PhotosNormandie permet ainsi de retrouver six autres clichés montrant des boutiques et des maisons pavoisées aux couleurs américaines.

image 03 – Réf. p000920, Littry, 29 juin 1944 – Un badaud regarde une vitrine, le patron et la patronne sont à l’intérieur du magasin / Réf. p013338, Littry, début juillet 1944 – Deux soldats américains lisent une banderole accrochée à la façade d’une maison. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

Pour ces deux photos, l’équipe de PhotosNormandie a émis des doutes concernant la spontanéité des scènes représentées. Sur la première, il s’agit visiblement d’une mise en scène, le couple a exposé ostensiblement toutes sortes d’ustensiles en cuivre et en étain, métaux qui étaient réquisitionnés durant l’occupation. Sur la seconde, la banderole est écrite en anglais correct, son graphisme est régulier et bien centré, elle n’a sans doute pas été réalisée artisanalement et spontanément par les habitants, comme certains écriteaux que l’on peut voir sur d’autres photos ci-dessous.

Les deux villages du Molay et de Littry ont été libérés dès le 10 juin par des soldats de la 2nd US Infantry Division. Les huit victimes civiles et la destruction d’une partie de la mairie ont été provoqués par des bombardements aux premiers jours du Débarquement et non par la libération proprement dite. Au début de juillet, les habitants avaient donc noué des relations amicales avec leurs libérateurs ; un soldat américain épousera d’ailleurs plus tard la fille des propriétaires du Café de Paris au hameau de La Mine, rattaché au Molay. Ce contexte explique que les habitants se sont apparemment mobilisés de bonne grâce à l’occasion de la fête du 4 juillet pour confectionner et déployer des drapeaux américains et multiplier les marques de sympathie.

image 04 – Réf. p013348, Littry, début juillet 1944 – Des Américains à bord de leurs GMC 6X6 passent dans la rue de Balleroy où se tiennent des civils en joie sous des drapeaux et une pancarte “Vive l’Amérique” / Réf. p012983, Littry, début juillet 1944 – Deux MPs se tiennent avec une femme sous l’enseigne du magasin ‘Peinture-Droguerie A. Auvray’ qui affiche une pancarte “Vive l’Amérique”, voir la photo précédente. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

 

image 05 – Réf. p013447, Littry, 5 juillet 1944 – Devant le ‘Café des Sports’ des civils accrochent des drapeaux français et américains sur la façade / Réf. p013347, Littry, 4 juillet 1944 – Deux petites filles habillées aux couleurs des libérateurs découvrent le chewing-gum que leur tend un sous-officier US. À noter sur la pancarte le ‘s’ du mot ‘Thanks’ corrigé après-coup. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA

Redocumentarisation

“On appelle redocumentarisation le traitement que l’on fait subir à un document déjà documentarisé sous sa forme analogique, lorsqu’il est numérisé et mis en ligne” (CS&PP). La redocumentarisation implique donc non seulement la numérisation des documents mais leur accessibilité en ligne.

“La redocumentarisation de fonds photographiques numérisés permet d’identifier d’autres documents en ligne, en relation avec chaque cliché, par exemple d’autres photos appartenant à une même série, des séquences filmées en relation directe, des photos prises par d’autres photographes au même moment, des exemplaires de la photo transmis par radio, des annotations et légendes qui figurent sur le tirage d’origine, des versions recadrées ou colorisées utilisées sur différents supports, des versions censurées ou non censurées (selon le cas), des strates de légendes attribuées successivement au cliché, des utilisations de la photo à des fins publicitaires, sur des couvertures de livres, de disques, des affiches, sans oublier bien sûr les clichés récents réalisés au même endroit. On peut ajouter à ces exemples, des documents textuels, articles, entretiens avec les photographes, ou notes personnelles qui apportent des informations sur les conditions dans lesquelles le cliché a été pris” (CS&PP).

Le recensement ci-dessus des autres photos prises à Littry qui figurent dans la collection PhotosNormandie constitue une première étape très facile de la redocumentarisation du cliché de la couturière. Elle peut être poursuivie.

Autres photos hors de la collection

Une recherche sur le mot Littry dans l’inventaire ‘13 Num – Fonds de photographies américaines’ du site des Archives départementales de la Manche permet de retrouver les clichés que nous avons déjà évoqués, en particulier celui de la jeune femme qui coud un drapeau américain, daté ici précisément du 4 juillet 1944.

Dans cette collection figure une autre photo de la couturière, Antoinette, et de sa plus jeune sœur, Andrée.

image 06 – Capture d’écran d’un affichage filigrané – Réf. 13 Num 1737, Sous le regard d’une enfant, une jeune femme fabrique un drapeau américain. Archives départementales de la Manche

On retrouve aussi d’autres photos qui ne figurent pas dans la collection PhotosNormandie.

image 07 – Captures d’écran d’affichages filigranés – Réf. 13 Num 4118 [en double avec un cadrage légèrement différent : 13 Num 1714], Célébration de l’Independance Day : un groupe de résistants pose avec les drapeaux français et américain à l’entrée de la mairie, Littry, 1944 / Réf. 13 Num 1704, Deux jeunes femmes tiennent une banderole “Vive l’Amérique” devant le monument aux morts du Molay, 1944. Archives départementales de la Manche

image 08 – Captures d’écran d’affichages filigranés – Réf. 13 Num 4990 [en double avec un cadrage légèrement différent : 13 Num 1702], Un groupe de villageois s’est réuni devant l’hôtel du Commerce pour écouter une émission retransmise par les haut-parleurs d’un camion de l’armée américaine appartenant probablement à la Psychological Warfare Division, La Mine, 4 juillet, 1944 / Réf. 13 Num 397, En l’honneur du 4 juillet, devant le café de Paris, un groupe de civils acclamant des soldats américains, le Molay-Littry, 1944. Archives départementales de la Manche

Le second cliché de la couturière et de sa jeune sœur est pris en intérieur. Le photographe a donc effectué plusieurs photographies de l’épisode en des endroits différents, et deux clichés seulement nous sont connus. Il a certainement dirigé les enfants de la famille Dauge entre l’intérieur de la maison et le pas de la porte et peut-être a-t-il pris d’autres clichés qui ne nous sont pas parvenus. Par extension, on peut légitimement supposer que ce même photographe est l’auteur des autres clichés décrits précédemment, réalisant ainsi un reportage assez complet sur les deux villages contigus pavoisés aux couleurs américaines pour le jour de l’Indépendance. Nous rencontrerons un peu plus loin un argument en faveur de cette hypothèse.

Séquence filmée

Désormais, “il n’est plus possible de concevoir une photo du projet PhotosNormandie comme une entité autonome à renseigner individuellement. Chaque photo doit plutôt être considérée comme insérée dans un véritable réseau parfois complexe d’images et de pièces diverses. À partir d’une seule photo, de nombreux documents ou parties de documents doivent être recensés, décrits, analysés méticuleusement à l’aide de méthodes variées, et participer ainsi à la redocumentarisation. Ainsi, la recherche systématique de séquences filmées en relation avec les photos a progressivement pris une importante inattendue. Pour ce qui concerne l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale, les équipes chargées de “documenter la guerre en train de se faire” étaient formées d’un photographe et d’un cameraman qui opéraient presque toujours simultanément, filmant et photographiant ensemble les mêmes événements. Les images fixes et animées ainsi produites peuvent par conséquent être rapprochées et parfois s’éclairer mutuellement. Pourtant, ces relations sont demeurées longtemps négligées, probablement parce que les traitements d’archivage réalisés immédiatement après la guerre distinguaient radicalement deux médias largement tributaires de leurs propres méthodes de visualisation (papier et projection). La recherche systématique des liens entre images fixes et images animées n’avait jusqu’à présent jamais été entreprise avant l’initiative du projet PhotosNormandie. Elle a abouti en 2013 à l’ajout d’un corpus de 300 films historiques d’archive en libre accès sur YouTube, et tout travail documentaire sur une photo quelconque associe désormais une recherche (fructueuse ou non) dans la base des films. Environ une photo sur dix de la collection a ainsi pu être mise en correspondance avec une séquence filmée” (CS&PP).

Dans les 300 films en question, nous n’avons pas retrouvé la séquence filmée correspondant à la photo de la couturière de Littry. Il se peut que nous ne l’ayons pas repérée dans cette collection, mais il est plus probable que le film nous a échappé lors du programme de numérisation conduit en 2013. La séquence existe pourtant puisqu’elle apparaît dans un film documentaire datant de 2014.

L’équipe du projet n’apprécie pas beaucoup d’utiliser les documentaires commerciaux pour référencer une séquence filmée parce que nous n’avons pas accès alors à la séquence originale. En particulier dans les documentaires du type de celui-ci, réalisé par Isabelle Clarke, Daniel Costelle et Frédéric Lumière, où les images d’archives sont allégrement tronquées, recadrées, colorisées, sonorisées, décontextualisées, et montées bout à bout au service d’une narration frénétique. De plus, les liens Web qui s’y réfèrent ne peuvent être considérés comme stables et pérennes. Nous aurions préféré identifier l’archive non éditée [footage], mais voilà, nous ne la connaissons pas (pas encore…). Cette source demeure néanmoins recevable puisqu’elle prouve que l’archive originale, non éditée, existe bien et que nous devons persévérer pour la retrouver.
La jeune couturière cousant un drapeau américain sur le pas de la porte, entourée de sa famille, devait apparaître un sujet suffisamment curieux pour être filmé. On peut aussi imaginer que le cameraman n’a probablement pas filmé en intérieur pour des raisons d’éclairage insuffisant.

Actualités cinématographiques

Les actualités cinématographiques [newsreels] étaient des courts métrages documentaires constitués de montages de séquences filmées sur des sujets d’actualités couvrant des domaines variés. Ces courts métrages étaient projetés juste avant le long métrage à l’affiche, ou parfois dans des salles dédiées. Concurrencées par la télévision, les actualités cinématographiques ont disparu à partir de la fin des années 1960.
Universal Newsreel était une série d’actualités cinématographiques publiées deux fois par semaine entre 1929 et 1967 par les studios Universal. De durée variable, entre 3 et 10 minutes, c’était l’une des séries les plus diffusées durant la Seconde Guerre mondiale, et bien entendu elle traitait fréquemment de la guerre en cours2.

Un film d’actualité daté du 18 juillet 1944 retient notre attention. Intitulé Liberation Of France Forges On, il dure seulement un peu plus de 3 minutes. Il est visible sur le site archive.org, malheureusement avec une qualité très médiocre. On y reconnaît pourtant plusieurs séquences en relation avec des photos de la collection PhotosNormandie, par exemple le lieutenant général Omar Bradley actionnant le cordon tire-feu d’une pièce d’artillerie lourde (réf. p013331) ou bien encore des soldats au combat lors de la bataille des haies (réf. p013355). La séquence de la jeune couturière et sa famille y figure aussi ; elle est présentée ci-dessous extraite d’une archive composite du site hdarchives.com, dans une meilleure qualité mais avec un filigrane et un timecode.

On reconnaît également un bref plan sur l’enseigne du magasin ‘Peinture-Droguerie A. Auvray’ (image 4 ci-dessus), ce qui montre que le photographe qui opérait en même temps que le cinéaste est vraisemblablement l’auteur de tous les clichés décrits au début de l’article.

La séquence est ponctuée par le commentaire : “In all the liberated towns and villages, Yanks and Frenchs join in the celebration. Here’s a French Betsy Ross” [Dans toutes les villes et villages libérés, les Yankees et les Français se joignent à la fête. Voici une Betsy Ross française]. Selon la tradition américaine, largement contestée par les historiens, Betsy Ross est le nom de la femme qui a fabriqué à la demande de George Washington le premier drapeau américain, avec les étoiles disposées en cercle. La jeune française de 1944 est alors assimilée à cette figure légendaire à l’occasion de l’Independance Day où la bannière nationale est particulièrement honorée.

Il existe aussi un autre film d’actualité qui reprend la séquence abrégée dans un montage différent et avec le même commentaire. Ce film est exploité dans un documentaire intitulé From D-Day to the Rhine datant de mars 1990.

La série d’actualités cinématographiques d’où cette dernière séquence est extraite n’a pas été identifiée.
Au passage, après 14 ans d’existence du projet PhotosNormandie, nous devons reconnaître que les films d’actualités cinématographiques de 1944 n’ont pas encore été méthodiquement identifiés et analysés.

Publications dans la presse de l’époque

Avec la recherche des séquences filmées, l’équipe du projet PhotosNormandie a entrepris également une autre recherche systématique, celle des premières publications des clichés dans la presse américaine et canadienne de l’époque. “L’analyse est effectuée en priorité sur les sites (parfois payants) des journaux numérisés, mais aussi dans les magazines, les livres, les rapports. Les moteurs publics de recherche d’image par contenu sont inopérants puisqu’ils n’indexent pas les photos de ces collections numérisées. La seule méthode consiste à utiliser le travail d’observation réalisé par des humains (la ‘force brute’) en compulsant les collections numérisées page après page. En distribuant les titres à examiner entre les volontaires participants à la recherche, l’analyse a mis à jour des centaines d’articles de presse publiés peu après le Débarquement où figurent des photos de corpus initial. Une recherche similaire effectuée par le collectif PhotosNormandie sur les photos prises par Robert Capa à Omaha Beach le 6 juin 1944 a démontré aussi que ces clichés fameux sont parus dans de nombreux journaux nord-américains avant qu’ils soient publiés dans le magazine Life le 19 juin (date habituellement retenue par l’histoire du photojournalisme pour la publication de ces clichés). Cette dernière enquête est représentative de l’extension du champ de la redocumentarisation puisque les photos de Capa ne font pas partie du corpus initial.
Ces deux types d’investigations, la recherche de séquences filmées et la recherche de publications dans la presse de l’époque, requièrent évidemment une très bonne mémoire visuelle des milliers de photos du corpus. Elles étendent le projet PhotosNormandie vers des objets qui ne figuraient pas initialement dans le corpus initial.” (CS&PP).

Le cliché de la jeune couturière est paru dans plusieurs quotidiens américains dès le 7 juillet 1944.

On remarque que la photo est recadrée, coupée en haut, sur la droite (le mur a disparu) et en bas (on ne voit plus les jambes de la petite Andrée accroupie). Les légendes publiées qui l’accompagnent font à nouveau référence à la figure de Betsy Ross. Il est mentionné aussi qu’il s’agit d’un cliché militaire produit par le Signal Corps et distribué par radio [wirephoto] par l’agence Associated Press.

Une autre version de la photo est publiée un peu plus tard, à partir du 10 juillet 1944, avec un recadrage plus étroit encore où la petite Andrée, en bas à gauche, a disparu. La figure de Betsy Ross est toujours mentionnée dans les légendes. Il s’agit bien d’une autre transmission de la photo comme l’indique la mention Army Radiophoto from NEA [National Editorial Association, devenu National Newspaper Association en 1964]. La légende est enjolivée, on y précise que la jeune femme qui n’a pas assez d’argent pour acheter un drapeau en l’honneur des héros américains a décidé d’en confectionner un.

Deux autres photos de la série prise au Molay-Littry ont été publiées, celles qui sont décrites dans le montage de l’image 3 ci-dessus sous les références p000920 et p013338.

image 11 – The Sydney Morning Herald, July 8, 1944, page 3 [cf. Réf p000920]

La publication de ces photos montre qu’à partir du 7 juillet l’agence Associated Press a diffusé aux rédactions abonnées à son service au moins trois radiophotos du reportage réalisé vers le 4 juillet au Molay-Littry. La seconde photo est d’ailleurs localisée à La Mine, hameau rattaché au Molay, et sa légende précise que les marques noires sous la banderole correspondent au masquage effectué par la censure.

Radiophoto

La radiophoto ou téléphotographie est l’envoi d’images par télégraphe, téléphone ou radio. En français, on nomme parfois le procédé bélinographe ou bélino d’après le système mis au point par l’ingénieur Édouard Belin au début du 20e siècle. En anglais, on l’appelle wirephoto, wire-picture, ou bien encore radiotelephoto.
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les radiophotos ont constitué une source essentielle de photos pour les quotidiens américains et canadiens. Elles étaient aussi utilisées parfois par les magazines lorsque les films n’étaient pas encore disponibles. Les services de radiophoto étaient mis en œuvre par le Signal Corps et gérés par l’agence Acme ou directement par Associated Press.
L’illustration qui suit est un exemple de radiophoto avec sa légende associée, elle montre un appareil de radiophoto mis en œuvre par des opératrices du Signal Corps.

image 13 – WACS [Women’s Army Auxiliary Corps] Operate Radiotelephoto Machine. The Allison Collection, ref. 77.09.51. Credit : Signal Corps photo from ACME, September 6, 1944

Dès le début du projet PhotosNormandie, nous avons pris conscience de l’importance de ces documents, à la fois parce que beaucoup de ces clichés n’existent plus que sous cette forme de radiophotos, mais aussi parce que très souvent leurs légendes sont reprises et adaptées par les rédactions. Nous avons eu la chance de pouvoir ajouter au projet un ensemble de 300 radiophotos, la collection Allison dont il est intéressant de retracer l’origine.
James Allison était journaliste sportif et travaillait durant la guerre pour le Houston Press. Il a alors remarqué que de nombreuses radiophotos qui n’étaient pas publiées dans le quotidien étaient systématiquement détruites. Il a obtenu l’autorisation de conserver ces images, et à la fin de la guerre, il avait collecté plus de 4600 radiophotos. En août 1977, Allison a fait don de sa collection à l’Arkansas Museum of Science and History. La collection Allison est désormais accessible en ligne sur le compte Flickr du MacArthur Museum of Arkansas Military History, mais malheureusement sans les légendes qui sont habituellement associées aux photos. C’est le sous-ensemble de cette collection concernant la bataille de Normandie qui est intégré au projet PhotosNormandie (sans ‘troncatures’, avec les légendes associées aux photos).

La radiophoto de la jeune couturière de Littry ne figure pas dans la collection Allison. Mais nous avons pu néanmoins la retrouver sur le site rareflags.com consacré aux drapeaux américains historiques.

image 14 – French Betsy, Somewhere in Normandy – Associated Press Wirephoto from Signal Corps, July 7, 1944

image 15 – French Betsy, Somewhere in Normandy – Associated Press Wirephoto from Signal Corps, July 7, 1944 [légende, probablement au verso]

Ce document pose pourtant un problème.

Il semble que ce soit bien une radiophoto de ce type qui a été utilisée pour la version du cliché publiée les 7 et 8 juillet (voir image 9 ci-dessus) puisque l’on retrouve le même recadrage de l’image, coupée en haut, sur la droite et en bas. Le délai entre la date de la prise de vue le 4 juillet et la transmission le 7 juillet paraît toutefois un peu long, car la censure militaire, qui était appliquée systématiquement à toutes les photos destinées à la publication dans la presse, demandait en général une seule journée. Le reportage dans son ensemble a peut-être été bouclé un peu plus tard et a fait l’objet d’une transmission globale puisque deux autres photos ont été transmises comme on l’a vu.

La radiophoto apparaît très retouchée. Un dessinateur a tracé des contours imaginaires et des aplats, sans doute pour accentuer les personnages. Ce genre de retouche sur une radiophoto dont la qualité est médiocre n’est pas rare. Dans la collection Allison, il en existe qui sont bien plus altérées encore et deviennent pratiquement impossibles à utiliser par la presse ; le document suivant en est un exemple.

image 16 – Refugees flee from Invasion, June 13, 1944, The Allison Collection, ref. 77.09.1735.a

La retouche de la radiophoto de Littry introduit une ligne largement au-dessus des têtes des petites Lucienne et Yvette qui observent leur sœur en train de coudre (cf. image 2). Or les photos publiées dans les journaux à partir du 7 juillet montrent une ombre située plus bas, comme sur le cliché original, au-dessus de la tête d’Yvette mais en dessous du niveau de celle de Lucienne. Soit la retouche a été réalisée après la transmission de la radiophoto, soit les journaux ont exploité des radiophotos semblables à celle reproduite ici mais non retouchées.
Rappelons enfin que la photo dans une version avec un recadrage plus étroit (cf. image 10) a fait l’objet d’une transmission par un autre canal ; nous n’avons pas retrouvé la radiophoto correspondant à cette transmission.

Une photo du magazine Life

Le magazine Life a publié en 1939 une photo d’une femme tenant un drapeau américain, entourée de ses cinq enfants. La légende nous apprend que la famille Bergdoll est originaire d’Allemagne et que seul le dernier enfant possède alors la nationalité américaine. La mère et ses enfants attendent l’arrivée du père venant d’Allemagne en contemplant un drapeau de leur nouveau pays.

image 17 – The symbol of American patriotism, Life Magazine, April 24, 1939, page 26

La composition de la scène rappelle évidemment la photo de la couturière de 1944, en particulier par la position assise de la petite fille au premier plan, le regard tourné en arrière vers sa mère. La photo est créditée W. W. c’est-à-dire Wide World dans le magazine (p. 91), ce qui ne nous apprend rien sur le photographe… Nous ne pouvons que constater la troublante similarité entre les deux clichés et nous interroger sur la possibilité d’une influence ou d’une réminiscence de la photo de 1939 lorsque le soldat du Signal Corps a pris le cliché de Littry en 1944. Il est aussi possible bien entendu que la coïncidence soit fortuite. Comme la question demeure ouverte, il demeure légitime de rapprocher les deux clichés, en espérant que d’hypothétiques recherches futures permettront d’en savoir plus.

La redocumentarisation comme structuration de l’espace numérisé

Les documents rassemblés ici montrent beaucoup plus que ce que donne à voir la photo initiale de la jeune couturière. C’est toute une organisation de la fabrication et de la diffusion des images de la guerre qui se dévoile. L’ensemble des photos examinées et la séquence filmée forment un véritable reportage sur le pavoisement aux couleurs américaines d’un village français à l’occasion de l’Independance Day. Les images ont ensuite été largement publiées dans la presse et projetées dans les actualités cinématographiques américaines. Assimilée à la figure légendaire de Betsy Ross, l’image mise en scène de la jeune couturière entourée par ses sœurs et son frère apparaît instrumentalisée en montrant l’enthousiasme spontané des Français envers leurs libérateurs3. Elle participe à une entreprise de propagande destinée à l’opinion publique américaine.

À l’exception sans doute du film de Clarke et Costelle, tous les documents mentionnés dans cet article sont initialement des objets matériels (photos, films, radiophotos, journaux, livres, magazines, etc.). En théorie, la recherche décrite aurait pu aboutir tout aussi bien en s’en tenant à un processus de documentarisation classique sur des documents matériels disséminés partout dans le monde, et qu’il aurait fallu identifier, collecter, analyser, et enfin mettre en relation les uns avec les autres. Quand on essaie d’imaginer un tel travail uniquement sur des documents matériels, il n’est pas difficile de se rendre compte qu’il est impossible. Le préfixe ‘re’ de la redocumentarisation introduit manifestement une différence de nature profonde avec la documentarisation. C’est bien la numérisation massive des documents étudiés et leur accessibilité en ligne qui a effectivement permis d’accomplir le travail documentaire que nous venons de décrire, et qui reste évidemment provisoire et toujours perfectible. La redocumentarisation n’est absolument pas centrée sur les contenus des documents déjà connus, c’est un processus de découverte de nouveaux documents. “Il n’est pas possible de concevoir la redocumentarisation comme agissant sur une collection fermée. Le corpus de documents initial, n’est qu’un point de départ, il est foncièrement malléable et extensible, il peut s’étendre au fur et à mesure du progrès de la redocumentarisation et doit même pouvoir changer de nature.” (CS&PP).

Le travail de redocumentarisation est analogue à celui de l’archéologue qui met à jour des vestiges enfouis. Ce dernier doit explorer parfois de vastes espaces, avec méthode. Il découvre parfois des objets fabriqués, des artefacts qu’il met en relation avec d’autres artefacts, et reconstitue ainsi des structures.

“En repensant le processus de redocumentarisation à partir du sens et du contenu des documents plutôt que de leur accessibilité, il peut être intéressant de concevoir la totalité des documents numérisés imaginables – qu’ils soient sur le Web ou ailleurs – comme un vaste ensemble flasque possédant des structures faibles, floues et peu apparentes. On peut le voir comme un espace numérisé sur lequel on cherche à découvrir de nouvelles informations, de nouveaux liens, de nouveaux documents, etc. à l’aide de méthodologies ad hoc, c’est-à-dire en utilisant des pratiques de recherche développées expressément à partir d’une catégorie précise de documents et pour répondre à des questions précises. L’objectif de la redocumentarisation est d’expliciter quelques-unes de ces structures faibles, de construire à partir de celles-ci de nouvelles micro-structures plus solides qui introduisent quelques îlots d’organisation dans cet espace largement désordonné. La redocumentarisation apparaît fondamentalement comme la création d’informations structurées sur un immense espace numérisé.” (CS&PP).

  1. Voir la présentation du projet ici. []
  2. D’après Wikipedia/EN : articles Newsreel et Universal Newsreel. []
  3. Comme on le sait, bien entendu, cet accueil n’a pas été aussi enthousiaste dans les villes et villages bombardés où l’on déplorait de nombreuses victimes et des destructions considérables. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search