Rum bum bum bum (à propos d’un clip de Rihanna)

Difficile cet été d’échapper au dernier tube de Rihanna, Man Down (album Loud, 2010), en tête des charts depuis quelques semaines.

Sur un rythme reggae, interprétée avec des contretemps marqués par l’artiste barbadienne aux intonations nasillardes, la chanson est ponctuée d’un leitmotiv rum bum bum bum devenu rapidement sa signature.

Le titre évoque le meurtre d’un homme abattu d’un coup de pistolet par la chanteuse:

Oh mama, mama, mama
I just shot a man down
In Central Station
In front of a big ol’ crowd

[Marque insigne du succès, certaines phrases de la chanson existent aussi en version lolcat.]

Les paroles1 n’évoquent pas toutefois les circonstances de ce crime mais expriment le repentir et l’impulsivité à l’origine de cet acte fatal. Le meurtre n’est en aucune manière valorisé dans ce texte.

La raison du crime est brièvement décrite comme une banale dispute ayant mal tournée:

What started out as a simple altercation
Turned into a real sticky situation

Rihanna présente cette chanson comme un mélange de reggae et de gangsta, ce type de rap qui met en avant différentes activités crapuleuses dont le trafic de drogue, le viol et la violence envers les femmes, le meurtre.

Man Down reprend ainsi le titre d’un rap de 50 Cent sur l’album Curtis (2007), et le surnom de l’arme utilisée, Peggy Sue, est une référence à celui du petit calibre dissimulé dans une chaussure dans All I Need de Jay-Z sur l’album The Blueprint (2001).

Du côté du reggae, la narration d’un crime à la première personne renvoie bien sûr au célèbre I shot the Sheriff (Bob Marley, 1973). Les producteurs affirment d’ailleurs qu’ils ont souhaité réaliser une version féminine du titre de Marley.

Le clip vidéo réalisé par Anthony Mandler en Jamaïque modifie singulièrement le récit de la chanson. Il s’ouvre sans accompagnement musical sur Rihanna tuant un homme dans une gare au milieu de la foule. La chanson commence ensuite, sur un retour en arrière d’une journée. La chanteuse est alors à vélo dans un quartier de Kingston. Plusieurs séquences s’enchaînent, puis elle se rend dans une discothèque où elle danse avec un homme2. Le danseur devient insistant et suit Rihanna à la sortie de la discothèque. Elle est agressée par l’homme et apparaît ensuite en pleurs dans la rue. Elle a peut-être été violée, ce n’est pas explicite dans le film. Elle revient chez elle en courant et prend un pistolet dans un tiroir.

Trois temps successifs sont donc figurés. (1) La veille du meurtre, où la jeune femme semble insouciante et heureuse dans une Jamaïque conforme aux clichés (soleil, mer, accueil, danse, armes et insécurité, etc.). À la suite d’une rencontre dans une discothèque, elle subit une agression et elle est probablement violée. (2) Elle se venge en tuant son agresseur. (3) Elle prend conscience de son geste et exprime ses remords et son désarroi. Seul le troisième temps de cette histoire est énoncé dans la chanson, et la proposition visuelle qui l’accompagne transforme une altercation en agression violente.

Cette discordance se comprend mieux en recherchant les premières interviews de l’artiste au sujet de la chanson, alors que l’album Loud et le clip n’étaient pas encore sortis. Elle explique ainsi que le propos est métaphorique; il ne s’agit pas de descendre les gens dans la rue, mais d’une femme qui brise le cœur d’un homme.

L’accompagnement visuel de la chanson s’est probablement appuyé sur l’expérience de la chanteuse, victime elle-même de violences conjugales en 2009, en interprétant de façon moins allégorique les paroles. En utilisant les recettes gangsta, le film « glamourise » en quelque sorte la vengeance d’une femme violée ou plus exactement son envie de vengeance.

Le clip a été contesté par le Parents Television Council (PTC), une organisation conservatrice qui dénonce les programmes de télévision « mauvais » pour les enfants. Le PTC stigmatise la scène du crime au début du film et estime que le clip constitue une apologie du meurtre en réponse aux violences envers les femmes3. Cette controverse ridicule a d’ailleurs contribué au succès du clip, et a conduit Rihanna à défendre cette fois une interprétation moins édulcorée de la chanson, devenue manifeste contre le viol et conçue explicitement comme une alerte à la prudence destinée aux femmes.

Elle est soutenue en cela par nombre de commentateurs4 qui estiment que Man Down constitue une réponse à la « glamourisation » de la domination sexuelle des femmes et de la violence dans un certain nombre de raps masculins. La chanson explique ainsi que la fureur et l’envie de meurtre sont une réaction saine et normale après un viol, mais que ce n’est pas une bonne idée de passer à l’acte.

  1. Traduction française ici. []
  2. Joué par le modèle jamaïcain Oraine Barrett. []
  3. Confusion une fois de plus entre la réalité d’un acte et l’expression artistique, comme nous en avons connu aussi en France, voir par exemple l’article Ces artistes fantômes que sont les rappeurs français, par Youssoupha. []
  4. Lire par exemple Everyone Should Learn From ‘Man Down’, par Gina Aimey-Moss. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. PCH dit :

    Merci pour cet article qui m’a fait connaître cette chanson (sans doute pas impérissable, mais un succés en tout cas).
    Peut-être oubliez-vous dans la narration ce qui propose la chanteuse elle-même en train de chanter sa chanson comme il se doit sur fond de torrents (allégories d’humeurs comme larmes ou autres probablement, n’est-ce pas) (redoublement phatique peut-être) et d’autres plans comme la fumée qui sort d’une bouche, peut-être d’autres encore (on peut penser que les chaussures de la jeune danseuse-il y a un dédoublement entre la chanteuse-danseuse-à casquette qui rappelle aussi des souvenirs militaires- et la « simple » danseuse en boîte- probablement violentée ne sont pas raccord entre la boite de nuit et la recherche du « petit 22 peggy sue » perdu dans des vêtements qui rappellent cette autre chanson – d’un autre siècle-« les dessous troublants, c’est pour ma maman »…: °))).
    Je m’interroge sur l’apparition d’une autre arme dans le déroulement de la narration.
    Le « rum bumbumbum » est-il, à votre avis, un prolégomène à une exécution capitale (celle du type qui ressort du viol son débardeur déchiré) ou de la jeune femme (du fait des paroles : « dites au juge d’être clément » -je traduis librement la fin des paroles) ?

  2. @PCH: Merci pour ces suggestions. Pour rédiger mon billet, j’ai lu sur des sites de fans quelques interprétations concernant chacune des scènes du clip, la fumée qui sort de la bouche, la mèche blanche de la chanteuse, etc. Je n’ai rien vu de vraiment convaincant, mon sujet n’était pas l’herméneutique visuelle du clip, et je n’en ai donc pas parlé.
    Le revolver manipulé par l’un des hommes peut figurer le fait que la Jamaïque est un pays avec un fort taux de criminalité.
    Mais mon propos était surtout de montrer que c’est le film et non le texte qui permet d’interpréter la chanson comme le désir de vengeance d’une femme violée. Et il est probable comme je le dis que la chanson renvoyait au départ à un registre plus symbolique.
    Quant au « rum bum bum bum », je suis bien moins subtil que vous et je l’entends comme une onomatopée figurant des armes à feux, et rimant vaguement avec « man down ». Il est certain en tout cas que sa récurrence et le phrasé de Rihanna constituent la marque sonore de la chanson.

  3. Marguerite dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui me permet de me pencher sur cette chanson dont le « Rum bum bum bum » m’a intrigué tout l’été dans la bouche de mes gamins en colo…
    à propos du registre plus symbolique, pourriez-vous expliquer d’avantage ? « il ne s’agit pas de descendre les gens dans la rue, mais d’une femme qui brise le cœur d’un homme. » Le texte parlerait d’un chagrin d’amour causé par une femme à un homme ? Que faire du message du clip alors ?

  4. @Marguerite: L’interprétation symbolique figure dans une interview de Rihanna à Spin en octobre 2010: On this reggae-tinged track, Rihanna delivers graphic lyrics about shooting a man, but it’s not like she’s armed with a glock and gunning down dudes on the street. « The song is about breaking a man’s heart ». C’est donc bien uniquement la construction visuelle, le clip qui a provoqué la réinterprétation de l’histoire comme celle d’un véritable meurtre et la vengeance d’une femme violée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.