Les couvertures illustrées des magazines américains [1860-1960] – récurrences et séquences narratives [4/4]

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]

IV. Les couvertures illustrées multi-images – temporalité, récurrence, succession narrative

Une illustration multi-images est composée de plusieurs scènes dessinées bien distinctes représentées sur une même page. La dernière partie de cet article s’intéresse à ce type d’illustration composite qui figure parfois sur certaines couvertures de magazines.
Plusieurs catégories d’illustrations multi-images peuvent être distinguées.

Illustrations multi-images sans éléments récurrents

Les séries et séquences de couvertures examinées précédemment suivent la chronologie des parutions des magazines. Dans les illustrations multi-images, ce sont les relations explicites ou implicites entre les différentes scènes représentées qui déterminent le rapport au temps. La temporalité est alors induite par le parcours de lecture de la succession des images formant l’illustration. Lorsqu’il n’existe pas d’éléments récurrents repérables entre les images constitutives de l’illustration, le lecteur est invité à imaginer qu’il s’agit de scènes concomitantes, de ‘vues’ sur certains événements qui se produisent en même temps.

Concomitance

L’agencement des différentes images qui composent une illustration multi-image peut prendre des formes variées.
Dans la première couverture du New Yorker ci-dessous, que l’on doit à l’artiste Perry Barlow, la concomitance des différentes scènes de restaurants est ponctuée par la mention à gauche des nombreux plats qui y sont servis.
Les dessins de l’illustratrice d’origine hongroise Ilonka Karasz comportent fréquemment de nombreux détails et personnages. Dans l’illustration retenue ici, les scènes campagnardes figurées, que l’on peut imaginer concomitantes, s’inscrivent dans une grille délimitée par une végétation foisonnante.
À l’inverse, le dessin de Norman Rockwell pour le Post adopte une composition minimaliste pour suggérer la simultanéité des deux scènes figurées dans deux panneaux rectangulaires verticaux bien distincts.

The New Yorker, April 2, 1938, Art by Perry Barlow ; The New Yorker, December 29, 1945, Art by Ilonka Karasz ; The Saturday Evening Post, September 24, 1949, Art by Norman Rockwell

On rencontrera souvent cette formule des panneaux verticaux ou horizontaux par la suite.
L’artiste américain d’origine arménienne Constantin Alajálov [parfois orthographié Aladjalov] a fréquemment utilisé le procédé pour représenter la simultanéité.

The Saturday Evening Post, Art by Constantin Alajálov : October 27, 1951, “Waiting for His Date” ; May 8, 1954, “Different Interests” ; November 12, 1960, “First Vote in the New States”

L’illustrateur William Steig, le créateur de l’ogre Shrek, a utilisé un compartimentage plus élaboré pour suggérer la concomitance de plusieurs scènes dans une série de couvertures du New Yorker publiées entre 1938 et 1942.

he New Yorker, Art by William Steig : September 3, 1938 ; February 4, 1939

The New Yorker, Art by William Steig : April 15, 1939 ; July 29, 1939

The New Yorker, Art by William Steig : July 6, 1940 ; October 26, 1940 ; April 25, 1942

Évolution diachronique

Dans un petit nombre d’illustrations, les scènes figurées comparent des époques différentes. Sans qu’aucun élément graphique récurrent ne soit utilisé, ce sont les dates mentionnées comme légendes des différentes images composites qui guident la lecture diachronique de l’illustration.

The Saturday Evening Post, May 3, 1952, Child Psychology, Art by Richard Sargent ; Popular Mechanics, February 1958

Simultanéité à travers un dispositif médiatique (téléphone ou télévision)

La généralisation du téléphone a permis aux artistes de représenter des scènes familières se déroulant simultanément en des endroits différents. Les conversations téléphoniques entre deux personnes sont alors représentées simplement à l’aide de deux panneaux ou images. Constantin Alajálov a fréquemment utilisé le procédé.

The Saturday Evening Post, Art by Constantin Alajálov : July 30, 1955, “Baby Talk” ; May 12, 1962, “She Has a Great Personality”

 

The Saturday Evening Post : May 7, 1960, “Fathers’ Homework”, Art by John Falter ; February 10, 1962, “Cool Record”, Art by Amos Sewell

Des compositions graphiques plus complexes permettent de représenter la simultanéité de plusieurs scènes reliées par le réseau téléphonique.

The Saturday Evening Post : March 17, 1928, “The Party Line”, Art by Lawrence Toney ; June 7, 1952, “Telephone Party Line”, Art by Constantin Alajálov ; April 7, 1962, “Eavesdropping Operator”, Art by Constantin Alajálov

Perry Barlow semble être le seul illustrateur ayant représenté un même événement tel qu’il est diffusé simultanément, sous des angles différents, par différents réseaux de télévision.

The New Yorker, July 9, 1960, “Television screens featuring different political rallies”, Art by Perry Barlow

Répétitions, stéréotypes

La répétition d’un sujet similaire révèle le caractère stéréotypé des comportements individuels dans la vie moderne. Là encore, Alajálov a fréquemment eu recours au procédé pour The New Yorker dans les années 1940.

The New Yorker, Art by Constantin Alajálov : July 30, 1938 ; September 30, 1939, “People Eating Hot Dogs” ; December 8, 1945

Dans la décennie suivante, des illustrateurs renommés comme Garrett Price et Charles E. Martin ont réalisé à nouveau des couvertures du New Yorker à l’aide de sujets répétitifs.

The New Yorker : February 27, 1954, Art by Garrett Price ; April 19, 1958, Art by Charles E. Martin ; February 14, 1959, Art by Charles E. Martin

 

Illustrations multi-images comportant des éléments récurrents

Personnages répétitifs

Garrett Price et Charles E. Martin ont également représenté des personnages répétitifs, plus exactement des silhouettes itératives complètement identiques représentées dans des situations semblables. La satire du comportement stéréotypé s’accompagne alors d’une dimension temporelle puisque l’on peut imaginer que les personnages évoluent de scène en scène.

The New Yorker : November 18, 1950, Art by Garrett Price ; November 7, 1959, Art by Charles E. Martin

Personnages récurrents

Dès le début du vingtième siècle, en fait, les illustrateurs ont dessiné des personnages récurrents dans des compositions graphiques parfois originales.

Life, August 26, 1909, “Ad Astra”, Art by R. M. Crosby ; The American Girl [précédemment ‘The Rallye’, magazine des Girl Scouts of the USA], June 1931

Alternatives, points de vue différents

En utilisant des personnages récurrents, Constantin Alajálov (encore) a représenté des scènes alternatives, des points de vue différents, sous la forme de panneaux verticaux.

The New Yorker, Art by Constantin Alajálov : September 7, 1935 ; March 9, 1940 ; October 19, 1940

Scènes imaginées par un personnage

Alajálov a aussi utilisé le procédé pour figurer l’indécision d’un personnage imaginant plusieurs options [la seconde couverture préfigure les hésitations de Milou et du capitaine Haddock, partagés entre l’appel d’un ange et celui d’un diable].

The New Yorker, Art by Constantin Alajálov : June 22, 1935 ; March 13, 1937

La représentation d’un personnage s’imaginant dans des situations variées est ancienne. On la retrouve dès 1883 sur deux couvertures multi-images dessinées par E. W. Kemble pour le magazine Life.

Life Magazine, Art by Edward Winsor Kemble : October 4, 1883, “Give me my vacation later on’ says Lancelot Healthlift” ; October 18, 1883, “Bwing on your wabbits now; who’s afwaid”

Images doubles et successions narratives

Durant cette même année 1883, une suite de couvertures du pulp magazine Argosy illustre un récit d’aventure ; elle forme une succession narrative où l’on reconnaît les mêmes personnages. Chaque illustration est constituée de deux images représentant des scènes de l’épisode en cours qui se déroulent au même moment.

The Golden Argosy, Lost in the Wilds; a Sequel to “Up the Tapajos” by Rollo Robbins, Jr. : June 16, 1883 ; June 23, 1883 ; June 30, 1883

 

Illustrations multi-images comportant une progression temporelle

Cette section s’intéresse aux différentes catégories de couvertures multi-images où les scènes individuelles figurant sur la page forment une progression temporelle.

États successifs représentés sur une même illustration

Fondé en 1845, le magazine de vulgarisation scientifique Scientific American est la plus ancienne publication américaine publiée sans discontinuer jusqu’à nos jours. Plusieurs de ses couvertures anciennes représentent des états successifs ou bien l’évolution d’un processus dans des contextes très différents : apparences d’une machine, reconstitution paléontologique, destruction de dirigeables allemands [cette dernière illustration est singulière puisque la fragilité des Zeppelins est figurée par plusieurs états de dirigeables endommagés, représentés sans délimitations].

image 61 – Scientific American : February 13, 1875 ; December 14, 1907 ; August 16, 1913, “A French Conception of Zeppelin Frailty”

Photos

La généralisation de la pratique photographique a permis aux artistes de concevoir des illustrations multi-images montrant la progression d’un récit sous la forme d’une collection de clichés. Le pulp magazine The Shadow a ainsi illustré plusieurs histoires de son héros à l’aide d’un jeu de photos parfois légendées.

The Shadow : May 15, 1937 ; August 1st, 1937 ; November 1, 1942

Plus tard, des couvertures de grands magazines d’actualité ont aussi représenté une collection ou un album de photos. La première illustration est l’œuvre de l’incontournable Alajálov. La seconde, qui laisse entendre que la photographie est plutôt une affaire d’homme (!), est de George Hughes qui travaillait dans le style de Rockwell.

The New Yorker, March 10, 1945, Art by Constantin Alajálov ; The Saturday Evening Post, August 6, 1949, Art by George Hughes

Évolution des expressions d’un même personnage

Capturées par le cinéma ou la photographie, les différentes expressions d’un même visage ont inspiré dès les années 1920 quelques illustrations. La première, que l’on doit à l’illustrateur Penrhyn Stanlaws, se moque du manque d’expressivité des acteurs au cinéma ; l’artiste connaissait bien le sujet puisqu’il a également réalisé plusieurs films muets. La seconde figure les images produites par un dispositif utilisant la voix pour moduler un néon rotatif.

Life Magazine, June 14, 1923, “Movie Number – The Gamut of Emotion on the Screen”, Art by Penrhyn Stanlaws ; Practical Electrics, June 1924, “The New Flame Language”

Le plus célèbre exemple de cette catégorie est constitué par le couple de couvertures du Post réalisé par Norman Rockwell en 1952. Les expressions d’un petit garçon puis d’une petite fille, croquées durant une journée entière, sont représentées sur deux parutions non successives (le lecteur moderne s’amusera des stéréotypes de genre sur ces deux images).

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell ; May 24, 1952, “Day in the Life of a Little Boy” ; August 30, 1952, “Day in the Life of a Little Girl”

Personnages de bandes dessinées

On peut se demander à ce stade si certains artistes illustrateurs ont pu s’inspirer des comics pour composer leurs couvertures multi-images.
Remarquons tout d’abord que les représentations de comics proprement dits en couverture de magazines sont rares. Comme nous l’avons rappelé, les suppléments hebdomadaires des journaux quotidiens ont publié de nombreux comic strips au début du 20e siècle. Cependant, ils apparaissent assez peu en couverture. La publication fréquente de Bonzo The Dog en couverture de magazines américains constitue une exception notable. Créé en 1922 par l’illustrateur britannique George E. Studdy, Bonzo the Dog a d’abord été publié par plusieurs magazines britanniques dont The Sketch avant de traverser l’Atlantique et d’apparaître la même année dans le supplément dominical The American Weekly1. Si Bonzo est souvent figuré sur une seule illustration pleine page, quelques couvertures représentent des gags en plusieurs images.

The American Weekly – Sunday Supplement, Art by George E. Studdy : February 25, 1923 ; April 1, 1923 ; October 4, 1925

Les gags de Bonzo ont aussi été publiés en couverture du magazine Farm & Fireside (qui deviendra The Country Home en 1930). À cette époque, Bonzo n’est pas le seul chien héro d’un comic strip. L’illustratrice et auteure de bande dessinée Edwina Dumm [qui signait Edwina] a publié à partir de 1928 des planches de son strip Sinbad the Dog dans Life Magazine. Elle a aussi réalisé pour ce magazine plusieurs couvertures. L’une d’entre elles reproduit une planche entière de Sinbad.

Farm and Fireside, April 1924, Bonzo the Dog, Art by George E. Studdy ; Life Magazine, March 6, 1931, Sinbad the Dog, Art by Edwina [Frances Edwina Dumm] [source 2Neat Magazines]

Illustrations narratives multi-panneaux

Les illustrations narratives multi-panneaux peuvent s’apparenter à une forme simple de bande dessinée. Elles sont inventoriées ici selon la disposition des images sur la page. Le fil conducteur de cette section est donc constitué à la fois par le compartimentage des couvertures illustrées et par le sens de lecture des images constitutives qui forment une courte narration.

Narration horizontale

La façon la plus simple de raconter une histoire en deux images est de suivre le sens de lecture occidental habituel, de la gauche vers la droite, en accolant horizontalement les images. Sur une page de couverture, l’illustration est donc divisée en deux panneaux verticaux. En réalité, cette disposition a été rarement utilisée parce qu’elle conduit à des images étroites, et qu’elle ne peut guère être extrapolée au-delà de deux panneaux sans devenir illisible.

Life, November 27, 1931, “Reinterpretation Depression”, Art probably by Fred G. Cooper ; The Saturday Evening Post, February 7, 1959, “Sticking out His Tongue”, Art by Richard Sargent

Une couverture du New Yorker signée Constantin Alajálov constitue l’un des rares exemples de narration horizontale utilisant plus de deux images. La division de l’espace n’est pas marquée à proprement parler par des panneaux mais par les lignes qui symbolisent les manches successives d’un tournoi de tennis.

The New Yorker, September 11, 1937, Art by Constantin Alajálov

Narration verticale sur deux niveaux

Pour les narrations en deux images seulement, les illustrateurs ont privilégié très largement la division de la page en panneaux horizontaux que le lecteur parcourt verticalement de haut en bas.
L’une des illustrations les plus connues a été peinte par Norman Rockwell en 1947 pour le Post. Intitulée Coming and Going, cette illustration montre la volonté de Rockwell, à cette époque, de raconter des histoires à la manière des comics.

image 70 – The Saturday Evening Post, August 30, 1947, “Coming and Going”, Art by Norman Rockwell

Comme l’explique la critique d’art Kate Taylor : “Dans son désir de raconter une histoire, Rockwell s’est même parfois tourné vers les cases du comic strip : dans Coming and Going, une couverture de l’été 1947 pour le Post, il a divisé l’image en deux volets, l’un supérieur et l’autre inférieur, pour montrer une famille exaltée partant pour la plage le matin et revenant épuisée le soir. L’image est remplie d’une affectueuse observation des personnes et des objets, depuis les chaises longues attachées dangereusement sur un côté de la voiture jusqu’à la fille qui fait des bulles à l’intérieur de celle-ci. Rockwell, qui travaillait généralement à la peinture à l’huile, a produit ces détails d’une précision obsessionnelle en utilisant des modèles vivants, des costumes, des accessoires historiques et contemporains, créant des scènes qu’il photographiait et esquissait ensuite avant de peindre.”2.

Thornton Utz, illustrateur très actif dans les années 1950, a réalisé 45 couvertures pour le Post dont trois sous la forme de narrations verticales sur deux niveaux.

The Saturday Evening Post, Art by Thornton Utz : June 28, 1952, “Coming and Going to Work” ; August 17, 1957, “Where the Girls Are” ; May 3, 1958, “Women’s Choir”

Ce format a été utilisé par de nombreux artistes travaillant pour le Post, dont Earl Mayan et Constantin Alajálov, mais aussi, plus rarement, pour d’autres magazines comme le supplément dominical The American Weekly du Washington Post.

The Saturday Evening Post, December 18, 1954, “Plowed-Over Driveway”, Art by Earl Mayan ; The Saturday Evening Post, June 2, 1956, “Wedding and Rehearsal”, Art by Earl Mayan ; The American Weekly, June 21, 1957, Art by Pete Hawley

The Saturday Evening Post : January 3, 1959, “Hot Pursuit Turns Cold,” Art by Constantin Alajálov ; April 30, 1960, “Puppy Sellout”, Art by George Hughes ; February 18, 1961, “Putting Time in the Office”, Art by Dick Sargent

Narration verticale sur trois niveaux ou plus

Les narrations verticales sur trois niveaux ou plus sont attestées dès les années 1920 sur quelques couvertures du magazine Life. Elles sont plus élaborées que les simples juxtapositions mises en œuvre dans les compositions sur deux niveaux qui apparaissent en fait assez tardivement (Rockwell, 1947).

Life : November 20, 1924, Thanksgiving Number, Art by F. G. Cooper ; June 14, 1928, “Five men reading about politics in the newspaper”, Art by G. W. (Probably Gluyas Williams)

Dans les années 1930 et au début des années 1940, The New Yorker publie aussi des illustrations sur trois niveaux, en particulier une composition originale de l’artiste Virginia Andrews qui s’affranchit du format rectangulaire des panneaux.

The New Yorker : Saturday, July 9, 1932, Art by Virginia Andrews ; December 6, 1941, Art by Charles E. Martin

À partir de 1949, ce format est adopté en couverture du Post par plusieurs artistes. Thornton Utz, à nouveau, l’utilise fréquemment.

The Saturday Evening Post, Art by Thornton Utz : September 10, 1949, “Missed the Bus” ; October 20, 1951, “Commuter Train” ; October 24, 1953, “Hurried Clean-up”

The Saturday Evening Post : December 19, 1953, “New Toy Train”, Art by Richard Sargent ; November 19, 1955, “Pillow Fight”, Art by Thornton Utz ; September 15, 1956, “Commuter Pickup”, Art by Thornton Utz

The Saturday Evening Post : December 27, 1958, “Christmas Morning”, Art by Ben Kimberly Prins ; August 8, 1959, “Bridge Fishing”, Art by Thornton Utz ; September 5, 1959, “Before, During & After Picnic”, Art by John Falter

Narration verticale cyclique

Quelques rares compositions particulières peuvent être rapprochées du format narratif vertical sur plus de trois niveaux. Ces illustrations caricaturent les comportements répétitifs et cycliques dans la vie moderne.

Life, August 8, 1930, “Men departing on various outings happy and returning dejected and red faced”, Art by Herb Breneman ; The New Yorker, September 22, 1956, Art by Charles E. Martin

Narration selon le sens de lecture habituel

Le sens de lecture occidental habituel est un autre mode de narration implicite couramment utilisé. Le lecteur commence alors par la première image constitutive de l’illustration en haut à gauche de la page, il parcourt les images horizontalement de gauche à droite, puis il passe à la ligne suivante. Perry Barlow et Constantin Alajálov, là encore, ont utilisé ce mode de narration.

The New Yorker, September 9, 1939, Art by Constantin Alajálov ; The American Weekly, June 7, 1953, Art by Charles M. Hawes ; The New Yorker, November 16, 1957, Art by Perry Barlow

L’un des illustrateurs les plus prolifiques du Post, Richard “Dick” Sargent, a utilisé le procédé avec une simple grille 2 sur 2.

The Saturday Evening Post, Art by Richard Sargent : March 20, 1954, “Anger Transference” ; November 6, 1954, “Night Raid”

Narration cyclique selon le sens de lecture

Sur quelques illustrations du New Yorker, la succession des images forme un cycle illustrant la répétitivité des rythmes annuels ou quotidiens, ou bien encore la succession des saisons. Constantin Alajálov, Rea Irvin et Garrett Price ont utilisé ce mode narratif.

The New Yorker : September 14, 1940, Art by Constantin Alajálov ; April 2, 1955, Art by Rea Irvin ; December 28, 1963, Art by Garrett Price

Narration numérotée

Les lecteurs du Post n’étaient peut-être pas toujours à l’aise avec les illustrations multi-images. Bien souvent, l’ordre de lecture des images constitutives est explicité à l’aide d’une numérotation, parfois même sur des compositions très simples à quatre images. On peut douter que cette numérotation superflue ait été introduite par les artistes chez qui on la retrouve (Thornton Utz, Constantin Alajálov, Dick Sargent, Norman Rockwell). Il s’agit plus vraisemblablement d’une initiative de la direction artistique du magazine.

The Saturday Evening Post : May 12, 1956, “Mr Mom”, Art by Thornton Utz ; May 2, 1959, “Dieting Through Dessert”, Art by Constantin Alajálov ; October 1, 1960, “Beethoven to Bacon & Eggs”, Art by Constantin Alajálov

The Saturday Evening Post : October 21, 1961, “Rush Hour”, Art by Richard Sargent ; November 25, 1961, “Cheerleader”, Art by Norman Rockwell ; April 21, 1962, “Smile for the Photographer”, Art by Richard Sargent

Narration cyclique numérotée

Pour terminer cette étude, on relève enfin que Constantin Alajálov a réalisé trois illustrations narratives numérotées du genre cyclique. Elles sont toutes trois dans la même veine machiste…

The Saturday Evening Post, Art by Constantin Alajálov : June 1, 1957, “Story of Love” ; April 8, 1961, “Circle of Love” ; February 17, 1962, “But Can She Cook”

L’illustration de magazine et les comics

Comme nous l’avons observé au début de cet article en recensant les illustratrices et illustrateurs américains de la période 1860-1960, très peu d’artistes ont travaillé à la fois dans le domaine de l’illustration de magazine et celui des comics. L’illustration et les comics constituent effectivement deux traditions iconographiques différentes. Mais cela ne signifie pas que les artistes de ‘l’âge d’or de l’illustration’ ignoraient les associations ou juxtapositions d’images pour raconter des histoires. Les exemples qui précèdent montrent en effet qu’ils ont utilisé trois types de procédés narratifs :

  • la séquence narrative : suite de couvertures de parutions successives racontant une histoire ;
  • la série non séquentielle narrative : suite de couvertures de parutions qui ne se suivent pas chronologiquement mais qui pourtant sont liées et racontent une histoire ;
  • l’illustration multi-images narrative : unique couverture illustrée composée de plusieurs images distinctes où la succession des images selon un parcours de lecture raconte une histoire.

Les illustrations qui en résultent peuvent s’apparenter à des comic strips.

Une illustration multi-images narrative ressemble en effet à un strip un peu particulier. Même si l’illustration dans son ensemble possède parfois un titre, les images constitutives sont toujours dépourvues de légendes et de phylactères, ce qui est très rare dans les véritables comic strips. Une telle illustration raconte en somme une ‘histoire sans paroles’ et évoque une saynète du cinéma muet.

Les séquences et séries narratives ne sont pas exactement des comics. Elles sont également sans légendes et sans phylactères, mais surtout leur séquencialité est tout à fait originale. Le mode narratif image après image, qui suit le rythme lent de la publication (hebdomadaire) n’existe pas dans le monde des comics ; le découpage d’une histoire en épisodes est ce qui s’en rapproche le plus, mais, à notre connaissance, les publications de comics n’utilisent jamais de découpages mono-image, chaque épisode est toujours formé de plusieurs images juxtaposées.

Rappelons enfin que les exemples exposés ici, s’ils peuvent paraître nombreux, constituent une part tout à fait mineure des illustrations de couvertures publiées durant la période retenue. Et par ailleurs, ce sont très souvent les mêmes artistes qui ont utilisé à plusieurs reprises les différents procédés décrits : Constantin Alajálov, Perry Barlow, Garrett Price, Norman Rockwell, Dick Sargent, Thorntorn Utz, et quelques autres. Le cas de Leslie Thrasher est assez atypique puisqu’il a certainement été plus influencé par le cinéma que par les comics. S’ils ont certainement été marqués par le développement spectaculaire des comics et sans doute aussi celui du cinéma, tous ces artistes de l’âge d’or de l’illustration américaine ont su développer (occasionnellement) des procédés narratifs originaux qui s’en éloignent.

Merci à Frederick Scott Armstrong, Thomas Clement, David Clemons, John A. Frye, Leif S. Peng, Norman Platnick, Les Toil, et à tous participants du groupe Today’s Inspiration Group sur Facebook.

Références

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]

  1. Voir le site Studdying with Bonzo, page 3, The American Weekly. []
  2. “In his desire to tell a story, Rockwell even occasionally turned to the frames of the comic strip: In Coming and Going, a summer, 1947 cover for the Post, he split the picture into upper and lower panes to show an exhilarated family starting out for the beach in the morning and returning exhausted in the evening. The picture is full of loving observation of both people and objects, from the deck chairs tied perilously to one side of the car to the bubble-gum-blowing girl inside it. Rockwell, who usually worked in oil, produced these obsessively accurate details by using live models, costumes, and historical and contemporary props, creating scenes he would then photograph and sketch before he painted.” Kate Taylor, Norman Rockwell’s complex message, The Globe and Mail, March 3, 2012. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. FRANCOIS GEAL dit :

    Bonjour à vous,
    je suis sidéré par votre érudition!
    Bravo!!
    F. Géal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search