Les couvertures illustrées des magazines américains [1860-1960] – récurrences et séquences narratives [3/4]

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

III. Séries d’illustrations et séquences narratives

Lorsque les histoires publiées par les magazines s’y prêtent, les personnages représentés sur des couvertures successives peuvent parfois former une suite remarquable. Ainsi, deux récits qui se succèdent sont illustrés sur deux parutions consécutives du pulp magazine The Cavalier par la même femme, d’abord masquée puis démasquée.

The Cavalier, Saturday, November 23, 1912, The Masked Bride, by Fred Jackson ; The Cavalier, Saturday, November 30, 1912, The Bride Unmasked – a sequel to The Masked Bride, by Fred Jackson

Mais ce sont les illustrations ‘autonomes’, indépendantes des histoires publiées à l’intérieur des magazines, qui laissent le plus de liberté aux artistes. Ceux-ci peuvent alors concevoir des séries d’images formant un ensemble cohérent et qui sont publiées sur plusieurs couvertures d’un même magazine.

La forme la plus simple consiste en deux dessins publiés en couverture de deux parutions successives. La temporalité de la publication s’accompagne d’une temporalité narrative. Le sujet de la seconde couverture répond chronologiquement à celui de la première, ce qui permet de raconter une petite histoire. Ce procédé est une séquence narrative. En deux scènes humoristiques séparées par le temps d’un vote, l’artiste Joseph Francis Kernan illustre en 1924 les choix politiques différents d’un couple.

The Country Gentleman, Art by J. F. Kernan : October 25, 1924, “He Won’t Win” ; November 1, 1924, “He Man Won”

Il existe aussi des séries d’illustrations qui forment une séquence remarquable sans pour cela raconter une histoire à proprement parler. Voici un exemple.
En 1931, l’artiste américain Alan Foster représente deux scènes similaires parues à une semaine d’intervalle en couverture du Satureday Evening Post. Sur la première, un jeune garçon d’une classe aisée, seul, observe à travers une grille un groupe d’enfants d’une classe populaire. Sur la seconde, c’est un garçon d’une classe populaire, seul également, qui regarde à travers la même grille les jeux d’un groupe d’enfants aisés. Deux mondes de l’enfance, isolés, s’observent, se découvrent et s’envient peut-être.

The Saturday Evening Post, Art by Alan Foster : September 19, 1931, “The Other Half, One” ; September 26, 1931, “The Other Half, Two”

L’ordre des couvertures peut ici être inversé. Les images appariées ainsi ne racontent pas une histoire, il n’existe pas de temporalité narrative entre les deux. Elles forment une séquence non narrative qui illustre une idée, celle de l’incommunicabilité, de l’isolement entre les classes sociales qui débute dès l’enfance.

Le terme séquence désigne ici deux ou plusieurs couvertures de parutions successives d’un même magazine, tandis que série non séquentielle renvoie à deux ou plusieurs couvertures de parutions qui ne se suivent pas chronologiquement.
En croisant cette terminologie avec la représentation (ou non) d’une temporalité narrative, il est alors possible de définir a priori plusieurs types de regroupements de couvertures :

  • séquence non narrative : suite de couvertures de parutions successives ne racontant pas une histoire, mais liées néanmoins par un thème commun. La forme la plus simple de séquence non narrative est constituée par deux couvertures successives appariées pour exprimer graphiquement une idée, comme les deux dessins d’Alan Foster ci-dessus.
  • séquence narrative : suite de couvertures de parutions successives liées par une temporalité et racontant une histoire ou une bribe d’histoire, comme le vote du couple représenté par Kernan. Dans une séquence narrative, c’est la proximité de publication qui détermine le temps du récit graphique formé par le rapprochement des couvertures.
  • série non séquentielle non narrative : suite de couvertures de parutions qui ne se suivent pas chronologiquement, qui ne racontent pas une histoire, mais qui sont néanmoins liées par un autre thème commun ;
  • série non séquentielle narrative : suite de couvertures de parutions qui ne se suivent pas chronologiquement mais qui pourtant sont liées temporellement et racontent une histoire ou une bribe d’histoire. Dans une série non séquentielle narrative, le temps de la publication est indépendant du temps du récit induit par le rapprochement des couvertures retenues, puisque ces dernières ne sont pas contiguës dans l’ordre de parution.

Ces types de regroupements peuvent apparaître assez théoriques. Le dernier cas de figure, notamment, peut sembler conjectural et le lecteur est en droit de se demander si de telles séries existent réellement. La suite de cette section sera consacrée à en donner quelques exemples à partir de l’analyse de personnages récurrents créés par des artistes célèbres et mis en scène sur des couvertures de magazines.

Norman Rockwell

L’œuvre graphique de Norman Rockwell est considérable. Il a travaillé dans de nombreux secteurs de l’illustration, et notamment pour de nombreux titres de magazines.
Au début de sa carrière, il réalise 34 illustrations pour le magazine agricole The Country Gentleman qui appartenait au même groupe que The Saturday Evening Post. Pour amuser et valoriser les lecteurs ruraux du magazine, il développe alors le personnage de Cousin Reginald, un jeune citadin qui rend visite à ses cousins de la campagne dont il se sent supérieur. Sur toutes les images, Reginald apparaît décalé, empoté et ridicule dans une vie rurale qui ne lui convient pas mais où ses cousins sont parfaitement à l’aise1.

The Country Gentleman, Art by Norman Rockwell : August 25, 1917, “Cousin Reginald goes to the Country” ; September 8, 1917, “Cousin Reginald Goes In Swimming” ; December 1, 1917, “Cousin Reginald Catches the Thanksgiving Turkey”

La série n’est pas à proprement parler narrative, mais chacune des scènes représentées correspond au mois ou à la saison de parution. Cette inscription dans la temporalité de la publication est remarquablement accentuée en 1919 dans les dernières couvertures où apparaît Cousin Reginald. Rockwell raconte alors deux petites histoires, chacune en deux images :

The Country Gentleman, Art by Norman Rockwell : April 26, 1919, “The Fishing Trip – They’ll Be Coming Back Next Week” ; May 3, 1919, “The Catch”

The Country Gentleman, Art by Norman Rockwell : June 14, 1919, “One More Week of School And Then…” ; June 21, 1919, “Vacation !”

Ce sont explicitement des séquences narratives, où, dans les deux cas, la légende de la première image participe à la suspension de la scène représentée et annonce la seconde image qui paraît la semaine suivante.

Le travail de Rockwell pour le Post [The Saturday Evening Post] est la plus importante et la plus connue des collaborations de l’artiste avec la presse magazine. De 1916 à 1963, il a en effet réalisé 321 couvertures du Post ainsi que de nombreuses illustrations parues en pages intérieures.

Dans cette énorme production, l’artiste a utilisé plusieurs personnages récurrents dont certains s’inspirent de modèles réels2. Voici les plus connus.

Dave Campion était marchand de journaux à New Rochelle (New York) où Rockwell a habité. Son visage expressif et anguleux plaisait à l’artiste qui l’a représenté plusieurs fois à partir de juillet 1920.

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell : July 31, 1920, “Excuse Me Dust” ; April 8, 1922, “Threading the Needle” ; April 24, 1937, “The Ticket Seller”

Un acteur qui n’eut guère de succès, Pop Fredericks, est devenu l’un des modèles préférés de Rockwell qui appréciait son physique rondouillard et sa bonhommie.

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell : February 3, 1923 ; September 8, 1923 ; March 9, 1929, “The Doctor and the Doll”

Il existe au moins une couverture du Post où les deux personnages sont représentés ensemble.

The Saturday Evening Post, December 8, 1923, Art by Norman Rockwell, “Christmas Carol”

Rockwell recourrait donc fréquemment aux personnages récurrents sur les couvertures du Post. L’un d’eux retient particulièrement l’attention.

De 1941 à 1946, Rockwell retrace sur 11 couvertures du Post l’engagement comme simple G. I. de Willie Gillis, un jeune américain fictif [Rockwell peint aussi en 1943 l’une de ses plus fameuses séries, Four Freedoms, illustrant un discours de Roosevelt en 1941 sur les quatre libertés. Ces illustrations ont été publiées en pages intérieures et non en couvertures du Post. Elles n’ont donc pas été retenues pour cet article].

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell : October 4, 1941, “Willie Gillis’ Package from Home” ; November 29, 1941, “Willie Gillis Home on Leave” ; February 7, 1942, “Willie Gillis at the U.S.O.” ; April 11, 1942, “Willie Gillis on K.P.”

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell : June 27, 1942, “Willie Gillis, What to do in a Blackout” ; July 25, 1942, “Willie Gillis in Church” ; September 5, 1942, “Double Trouble for Willie Gillis” ; June 26, 1943, “Willie’s Rope Trick”

The Saturday Evening Post, Art by Norman Rockwell : January 1, 1944, “Willie Gillis – New Year’s Eve” ; September 16, 1944, “Willie Gillis Generations” ; October 5, 1946, “Willie Gillis in College”

Il s’agit pour l’artiste de raconter une histoire longue, celle de l’engagement des États-Unis dans la guerre, symbolisé par le personnage d’un jeune américain ordinaire. Tout au long de la série, Willie n’est jamais représenté au combat ni même avec des armes. Le déroulement de sa vie comme soldat est mis en scène par le magazine comme des épisodes ponctuels qui apparaissent sporadiquement durant les cinq années de parution. Il n’est d’ailleurs pas toujours représenté, parfois il apparaît seulement en photo. Le personnage évolue, il mûrit, change de physionomie, et sur la dernière image, après la guerre, il retourne à la vie civile comme étudiant. Cet ensemble d’illustrations constitue bien une série non séquentielle narrative selon la terminologie ici retenue.

Helen E. Hokinson

L’illustratrice et cartooniste américaine Helen Elna Hokinson a travaillé principalement pour le magazine The New Yorker où elle a signé plus de 1800 dessins et 69 couvertures de 1927 à 1951.

Elle a excellé dans la représentation des femmes un peu stupides de la bonne société, en caricaturant très régulièrement une dame bien en chair, riche et oisive, tout occupée par son petit chien, les vacances, les salons de beauté, son jardin, les brocantes, etc.

The New Yorker, Art by Helen E. Hokinson, June 30, 1928 ; July 18, 1931 ; December 14, 1940

Le personnage intervient parfois sur plusieurs images dans certaines situations cocasses qui se répondent. Cette temporalité se manifeste par exemple quand la dame convertit tout son jardin en potager sous le regard dubitatif de son jardinier. Elle se retrouve ensuite envahie par la quantité énorme de légumes récoltés dont elle ne sait plus que faire.

The New Yorker, Art by Helen E. Hokinson, May 16, 1942 ; June 27, 1942 ; September 16, 1944

Plus étonnante encore, une autre série non séquentielle narrative peut être repérée. Elle est formée par deux couvertures parues à plus de 5 ans d’intervalle. En 1936, la dame visionne avec enthousiasme mais devant un public assoupi un film tourné durant ses vacances en Égypte en 1931.

The New Yorker, Art by Helen E. Hokinson, June 13, 1931 ; October 10, 1936

Charles Leslie Thrasher

Leslie Thrasher est un illustrateur américain prolifique qui a travaillé pour de nombreux magazines tels que Redbook, Collier’s, Popular Magazine, The Country Gentleman, The American Legion Weekly, Everybody’s, Motor’s, etc. À partir de 1912, il réalise 23 couvertures pour The Saturday Evening Post. Comme Norman Rockwell auquel on l’a fréquemment comparé, il a recours aux personnages récurrents, une grand-mère en particulier.

The Saturday Evening Post, Art by Leslie Thrasher : May 16, 1914, “Pipe in Pants” ; September 11, 1915, “Bridling the Horse” ; October 16, 1915, “Dog in Church”

Mais c’est le magazine Liberty, fondé en 1924, qui a rendu Thrasher célèbre.
Liberty est rapidement devenu le principal concurrent du Post. Le magazine était connu pour ses innovations. Ainsi, le temps moyen de lecture de chaque article y était indiqué. Vers 1925, Liberty a l’idée de proposer des couvertures illustrées “en continuité”. Chaque dessin de couverture devait être plus ou moins en lien avec les dessins publiés dans les parutions précédentes. Les couvertures publiées chaque semaine devaient alors former une série racontant une histoire. Liberty a proposé le projet à Norman Rockwell qui l’a refusé par loyauté envers le Post avec lequel il travaillait, et Leslie Thrasher a décroché le contrat avec le magazine.

Thrasher a alors mis en scène l’histoire d’un couple de la classe moyenne : une jeune sténographe Lily “Lil” Morse, et un vendeur de camions Sandford “Sandy” Jenkins. Pour ce dernier personnage, Thrasher prend modèle sur lui-même. Sur les premières illustrations de la série, il se représente avec des traits juvéniles, roux et sans moustache, et ensuite avec sa physionomie adulte. Les épisodes peuvent apparaître parfois un peu décousus. Les lecteurs étaient en effet invités à envoyer leurs idées au magazine afin d’imaginer le développement de l’intrigue et Thrasher a essayé d’intégrer leurs souhaits. Les lecteurs ayant proposé une idée qui était retenue étaient gratifiés d’un prix3.

Chaque couverture du magazine était accompagnée d’une page intérieure décrivant la scène représentée.
Thrasher a réalisé pour ce projet 360 couvertures de Liberty publiées durant six années. Voici quelques exemples.
[Pour ne pas surcharger l’article, seules quelques couvertures sont présentées ci-dessous]4.

Au début de la série, on découvre les petites jalousies qui accompagnent les premiers émois du couple,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : September 4, 1926 ; September 18, 1926 ; September 15, 1926

le vieux prétendant ridicule et vite éconduit,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : November 27, 1926 ; December 4, 1926 ; January 22, 1927

la demande en mariage,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : January 15, 1927 ; January 29, 1927 ; February 5, 1927

le mariage,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : May 28, 1927 ; June 11, 1927 ; July 2, 1927

le voyage de noce,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : June 25, 1927 ; July 9, 1927 ; July 16, 1927

les petites fâcheries du quotidien et le caractère irascible du jeune marié,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : September 17, 1927 ; November 12, 1927 ; November 19, 1927

la naissance d’un enfant, son baptême,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : June 9, 1928 ; July 7, 1928 ; Septembre 22, 1928

la mort d’un vieil oncle,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : January 12, 1929 ; January 19, 1929 ; January 26, 1929

l’infidélité (probable ou suggérée) du mari,

Liberty, Art by Leslie Thrasher : November 2, 1929 ; November 30, 1929 ; December 7, 1929

les jeux de l’enfant du couple avec la nouvelle et intrépide petite voisine.

Liberty, Art by Leslie Thrasher : February 1, 1930 ; February 8, 1930 ; February 15, 1930

Dans ce récapitulatif, de nombreux épisodes sont bien sûr omis. Terminons par l’un des plus spectaculaires, l’accident de l’enfant du couple, raconté en six couvertures successives.

Liberty, Art by Leslie Thrasher : February 7, 1931 ; February 14, 1931 ; February 21, 1931

Liberty, Art by Leslie Thrasher : February 28, 1931 ; March 7, 1931 ; March 14, 1931

La série créée par Thrasher était extrêmement célèbre à l’époque de sa publication. Elle constitue certainement un cas unique dans l’histoire de la presse. Il ne s’agit plus d’une poignée de couvertures en corrélation. Ce sont plusieurs centaines d’illustrations qui sont organisées en de nombreux épisodes enchevêtrés. Chacune nécessite une page d’explication. Le récit progresse lentement, avec des personnages qui naissent, vivent au quotidien, vieillissent, et parfois meurent5. Les petites péripéties imaginées par les lecteurs et mises en images par l’artiste rapprochent la série d’un scénario. Il n’est pas exagéré de qualifier l’ensemble de ces illustrations de script graphique d’un film conçu à la fois par Thrasher et ses lecteurs. Un véritable film sorti en 1930, For the Love o’ Lil, réalisé par Victor Heerman et James Tinling, s’en est d’ailleurs directement inspiré. Des adaptations pour la radio des péripéties de Lil et Sandy ont aussi vu le jour, et les historiens des médias reconnaissent désormais que les histoires diffusées ainsi constituent l’un des tout premiers soap operas américains.

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

  1. Voir Diana Denny, Norman Rockwell’s Cousin Reginald, The Saturday Evening Post Blog, June 26, 2010. Voir aussi : List of the Country Gentleman Covers, by Norman Rockwell, Friday, December 18, 2020, Best Norman Rockwell Art. []
  2. Diana Denny, Early Rockwell Models, The Saturday Evening Post Blog, June 1, 2016. []
  3. Sources : Norman Rockwell with Thomas Rockwell, My Adventures As an Illustrator: The Definitive Edition, Abbeville Press Inc., U.S.A., 2019 [First edition, 1960] ; Diana Denny, Classic Covers : Leslie Thrasher, The Saturday Evening Post Blog, October 7, 2011 ; Guity Novin, A History of Graphic design, 2013, Chapter 64 – A History of Magazine Covers ; Llewellyn Hedgbeth, Motor Illustrator : Leslie Thrasher, in The Art of MoToR Magazine, Second Chance Garage, s. d. ; Leslie Thrasher 1889–1936, National Museum of American Illustration, s. d. ; Leslie Thrasher, dans Illustrateurs divers, sur le site norman-rockwell-france, s. d. ; Leif S. Peng, Illustrating for Love or Money… ’til Death Do Us Part, Today’s Inspiration Blog, October 2011. []
  4. Le lecteur intéressé peut prendre connaissance de l’ensemble des couvertures du magazine et de la description des parutions sur le site Galactic Central de Phil Stephensen-Payne, source incontournable sur les anciens magazines. []
  5. Les personnages dessinés qui évoluent en âge ne sont pas une invention de Thrasher. Frank King dans le comic strip Gasoline Alley avait imaginé dès 1918 des personnages qui vieillissent au cours de la progression du récit. Voir : Antoine Sausverd, Motorcycle Mike, centaure futuriste, Topfferiana, 28 mars 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search