Les couvertures illustrées des magazines américains [1860-1960] – récurrences et séquences narratives [2/4]

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

II. Les personnages récurrents

Héros populaires récurrents protagonistes d’histoires publiées

À la fin du 19e siècle, les Dime Novels publient les aventures de héros populaires sous forme d’épisodes. Les premiers personnages identifiables et récurrents apparaissent alors sur les couvertures de ces magazines.

The Steam Man of the Prairies, l’homme à vapeur fabriqué par un garçon ingénieux en 1868, est rapidement copié par le jeune héros Frank Reade Jr. avec son Steam Man of the Plains. Le jeune inventeur crée par la suite le cheval à vapeur, l’homme électrique et le cheval électrique1. Ses aventures, qui se poursuivent sur des centaines de numéros, formeront la plus longue des ‘edisonades’, ces récits de science-fiction qui mettent en scène de jeunes inventeurs inspirés par leur modèle Thomas Edison2.

Beadle’s American Novel, n° 45, The Steam Man of the Prairies, August 1868 ; The Five Cent Wide Awake Library, The Steam Man of the Plains, January 24, 1883 ; Frank Reade Library, Vol. 1, n° 6, October 29, 1892

Dans les Dime Novels toujours, le personnage du détective Nick Carter apparaît dès 1886. Il remporte un tel succès qu’un titre à son nom est créé en 1891. La série sera publiée jusqu’en 1915, avec en couverture, presque toujours, un dessin du héros. Le personnage sera relancé dans les années 1930 dans un pulp magazine.

Nick Carter Detective Library, n° 1, August 8, 1891 ; Nick Carter Library, n° 179, January 5, 1895 ; Nick Carter Library, n° 208, July 25, 1895

Au début du 20e siècle, plusieurs héros récurrents apparaissent sur les couvertures des pulp magazines. Deux d’entre eux, à l’apparence très caractéristique, rencontrent un immense succès et seront adaptés par la suite dans un grand nombre de médias : Tarzan, dont la première histoire est publiée pour la première fois en 1912, et Zorro, en 1919.

The All-Story, October 1912, Tarzan of the Apes – A Romance of the Jungle, by Edgar Rice Burroughs [première apparition de Tarzan] ; Argosy All Story Weekly, December 9, 1922, Triumphant return of Tarzan of the Apes, by Edgar Rice Burroughs

All-Story Weekly, August 9, 1919, The Curse of Capistrano, by Johnston McCulley’s [première apparition de Zorro] ; Argosy All-Story Weekly, May 6, 1922, Further Adventures of Zoro, by Johnston McCulley’s

Dans les années 1930, plusieurs héros sont créés dans les pulps et suscitent une multitude de représentations sur les couvertures des magazines : The Shadow (1931), Doc Savage (1933), The Phantom Detective (1933), The Spider (1933), The Avenger (1939), Captain Future (1940).

À l’exception de Frank Reade Jr., tous ces héros populaires seront adaptés ultérieurement en comics.

Les personnages récurrents non protagonistes d’histoires publiées

Les couvertures des magazines comportent aussi des images ‘autonomes’ de personnages récurrents, c’est-à-dire des images qui ne sont pas en relation directe avec un récit publié dans le magazine. Les illustrateurs développent alors, parfois sur de longues séries de parutions, des personnages fétiches immédiatement identifiables qui sont alors reconnus comme leur signature.

Le grand illustrateur d’origine allemande Joseph Christian Leyendecker a créé au total 322 couvertures pour le seul magazine The Saturday Evening Post. En 1906, il inaugure l’une de ses plus célèbres séries qui durera jusqu’en 1943 sans interruption : le New Year Baby représentant la nouvelle année qui s’annonce sous la forme d’un bébé pourvu d’accessoires qui rappellent le contexte de l’époque. Si Leyendecker n’est pas le premier dessinateur à représenter la nouvelle année sous la forme d’un bébé, sa longue série ininterrompue, qui traverse les deux guerres mondiales, instaure une véritable figure iconique de la culture populaire américaine3.

The Saturday Evening Post, Art by J. C. Leyendecker [New Year’s Babies] : December 29, 1906 ; December 10, 1916 ; January 2, 1943

Plutôt que des personnages récurrents à proprement parler, les bébés de Leyendecker, garçons ou filles, et qui sont d’ailleurs parfois des chérubins, constituent plutôt un archétype.

D’autres personnages récurrents se sont aussi affichés en couverture du magazine The Saturday Evening Post.

Entre 1910 et 1917, le peintre et illustrateur Robert Robinson a représenté fréquemment un personnage de vieillard à barbe blanche, toujours vif, découvrant les nouveautés de son époque (automobile, cinéma).

The Saturday Evening Post, Art by Robert Robinson : January 9, 1910 ; January 11, 1913 ; May 17, 1913

Et de 1913 à 1917, Charles Archibalt MacLellan a mis en scène un jeune garçon roux et espiègle.

The Saturday Evening Post, Art by Charles Archibalt MacLellan : January 17, 1914 ; March 18, 1916 ; July 15, 1916

Toutes ces images préfigurent les thèmes de la vie quotidienne américaine qui seront illustrés ensuite avec brio par Norman Rockwell.

À partir de 1925, en couverture du magazine Life, John Held Jr. dessine régulièrement une jeune femme aux cheveux courts, exubérante et délurée, une flapper telle que la bonne société l’imagine.

Life, Art by John Held Jr. : November 19, 1925 ; February 18, 1926 ; June 3, 1926

Dessiné par le peintre et illustrateur britannique Lawson Wood, Gran’pop est un chimpanzé âgé mais toujours espiègle qui apparaît pour la première fois dans le magazine britannique The Sketch en 1932. Probablement influencé par un autre animal apparu en 1922 dans ce même magazine, Bonzo The Dog de Georges Studdy, le personnage créé par Wood ne tarde pas à devenir célèbre aux États-Unis en figurant sur les couvertures du magazine américain Collier’s durant plusieurs décennies. Durant la Seconde Guerre mondiale, les scènes représentées rappellent le contexte de l’époque.

Collier’s, Art by Lawson Wood [Gran’pop] : January 23, 1932 ; February 24, 1940 ; January 23, 1943

Albert Staehle, illustrateur américain de la fin du 20e siècle, a exploité le procédé à partir de 1943. Les gaffes et facéties de son cocker calamiteux nommé Butch figurent en effet sur 25 couvertures du Saturday Evening Post et 30 couvertures de The American Weekly Magazine4.

Albert Staehle’s Butch : The Saturday Evening Post, February 19, 1944 ; The American Weekly Magazine, June 14, 1953 ; The American Weekly Magazine, February 19, 1956

Issues du monde de l’illustration, ces deux figures animales récurrentes sont devenues de véritables ‘mascottes’ pour petits et grands. À l’image des figures provenant de dessins animés ou de comics célèbres, ceux de Disney par exemple, elles ont été reproduites sur un très grand nombre de supports de consommation de masse.

Les mascottes de magazines

The New Yorker

Les artistes ont aussi imaginé des personnages fétiches utilisés comme mascottes de magazines. L’un des plus connus est probablement le dandy à l’allure ‘fin du 19e siècle’, en haut de forme, observant un papillon à travers un monocle, apparu sur la première couverture du New Yorker en février 1925. Dessiné par Rea Irvin et connu sous le nom d’Eustace Tilley, ce personnage symbolique a été republié en couverture du magazine tous les ans jusqu’en 1994, à la date anniversaire de la création du magazine, vers la fin février. Par la suite, il a été repris sous forme parodique, toujours fin février5. Bien que cela déborde quelque peu la période de cette étude, il est intéressant de noter que certaines des couvertures anniversaires postérieures à 1994 revisitent le personnage caractéristique créé par Irvin.

The New Yorker : February 21, 1925 [premier numéro], Art by Rea Irvin [première apparition du personnage d’Eustace Tilley] ; February 11 & 18, 2008, “Eustace Tillarobama”, Art by Rea Irvin and Seth ; February 13 & 20, 2012, “Loading”, Art by Brett Culbert and Rea Irvin

En 1994, la première couverture anniversaire qui s’écarte du modèle de Rea Irvin est signée Robert Crumb. De nombreux illustrateurs s’approprieront par la suite le personnage.

The New Yorker : February 21, 1994, “Elvis Tilley”, Art by Robert Crumb ; February 26 & March 4, 1996, Special Women’s Issue, Cover “Eustacia Tilley”, Art by Robert O. Blechman ; February 24 & March 3, 1997, “Dick Tilley”, Art by Art Spiegelman

The New Yorker : February 21 & 28, 2000, Photo and art by William Wegman [artiste américain connu pour ses clichés de chiens] ; March 6, 2017, “Eustace Vladimirovich Tilley”, Art by Barry Blitt ; February 18 & 25, 2019, “Spring Blossoms”, Art by Kadir Nelson

De 2008 à 2013, le New Yorker a organisé chaque année un concours de dessins réinterprétant le personnage (The Eustace Tilley Contest). Et fin février 2015, pour ses 90 ans, le magazine a publié neuf variations sur Eustace Tilley illustrant ses neuf décennies d’existence6.

Mais revenons à la période qui nous intéresse ici, avant 1960.
La popularité du thème est telle que la date anniversaire ne suffit pas et le magazine a parfois publié, à d’autres dates, des illustrations pastiches qui s’inspirent du personnage d’Eustace7.

The New Yorker : May 9, 1925, Art by Rea Irvin ; November 6, 1926, Alternative cover, Harold Rossin in silhouette as Eustace Tilley, Art by Penaninksky [Rea Irvin] ; January 10, 1931, Art by Constantin Alajálov

Bien qu’elles deviennent plus rares, ces couvertures ‘hors anniversaire’ perdurent à l’époque actuelle sous forme de clins d’œil plus ou moins éloignés de l’illustration originelle d’Irvin.

The New Yorker : September 27, 1999, Eustace Tilley illustration by Barry Blitt ; June 13 & 20 2005, Windblown woman a la Eustace Tilley trying to read, Art by Ana Juan ; May 18, 2009, “Coming Up for Air”, Art by Eric Drooker

Esquire

En 1934, les dessinateurs E. Simms Campbell et Sam Berman créent pour le second numéro du magazine pour hommes Esquire un personnage d’âge mûr, aux yeux exorbités, blond et moustachu. Surnommé Esky, il apparaît en couverture du magazine durant plusieurs années, fréquemment entouré de jeunes femmes. Il devient par la suite plus discret, mais continue à symboliser le magazine.

Esquire : January 1934 [première apparition d’Esky] ; July 1934 ; August 1945 [dernière apparition en pleine page de couverture]

Swank

La mascotte Esky est pratiquement copiée en 1941 par le magazine Swank, un concurrent direct d’Esquire qui deviendra un magazine pornographique en 1993.

Swank : August 1941 ; January 1942 ; May 1957, Art by Charles Copeland

Mad

Le dernier exemple retenu est certainement la plus célèbre des mascottes de magazine.
En couverture de son numéro de décembre 1956, le magazine satirique Mad affiche un dessin signé Norman Mingo figurant un jeune garçon rouquin présenté comme Alfred E. Neuman. Avec sa devise ‘What, me worry?’, que l’on peut traduire par ‘Quoi, je m’inquiète ?’, ce garçon aux oreilles décollées, au sourire béat, à qui il manque une dent, ne quittera pas les couvertures du magazine durant six décennies.

Mad #30, December 1956, Art by Norman Mingo ; Mad #31, February 1957, Art by Norman Mingo ; Mad #56, July 1960, Art by Kelly Freas

Bien qu’il soit apparu à la fin de la période qui nous intéresse ici, le personnage dont il s’inspire est beaucoup plus ancien. Les recherches sur ses origines mentionnent plusieurs images cocasses d’un ‘proto-Alfred’, un jeune garçon édenté figurant sur des publicités diverses dès la fin du 19e siècle8.

New Boy Ad, Los Angeles Herald, December 2, 1894, The National Archive’s Chronicling America Newspaper Archive, Source Wikipedia-EN ; Atmore’s Plum Pudding Ad, circa 1895 ; Antikamnia Tablet Calendar, 1908, Source Madtrash ; Winnipeg Free Press, October 30, 1909, source John Adcock’s Yesterday’s Papers

Ces recherches omettent cependant de préciser que plusieurs magazines ont aussi utilisé au début du 20e siècle l’image récurrente du garçon édenté apparemment ravi de son sourire. La mascotte de Mad parachève une longue tradition illustrative.

Everybody’s Magazine, September 1906 ; Collier’s, September 9, 1911, Art by Worth Brehm ; Collier’s, November 8, 1913, Art by Charles Archibald MacLellan

 

(précédente) [article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

  1. Voir 1868-1904 – Fictional Steam Man, Steam Horse, Electric Man & Electric Horse (American), cyberneticzoo.com – a history of cybernetic animals and early robots, January 26th, 2010. []
  2. Il existe d’autres jeunes inventeurs héros de Dime Novels : Electric Bob, Jack Wrigth, Tom Swift. []
  3. cf. Jeff Nilsson, New Year’s Babies, The Saturday Evening Post Blog, December 31, 2014. []
  4. cf. Sharon Damkaer, Albert Staehle (1899 – 1974), American Art Archives, 2003. []
  5. R.C. Harvey, The True History of Eustace Tilley, The Comics Journal, August 31, 2017. []
  6. Voir : Alain Korkos, New Yorker : 9 couvertures pour ses 90 ans, Arrêt sur Images, 18 février 2015 []
  7. Pour explorer les couvertures du New Yorker par dates ou par artistes, voir les sites Square One Ranch et The New Yorker Covers. []
  8. Voir notamment : John Adcock, Mysteries of Melvin, Yesterday’s Papers, February 17, 2010 ; Ronald Ladouceur, A Degenerate in the Classroom : Alfred E. Neuman and the Textbooks He Hid Behind, Textbook History, October 23, 2011 ; Tom Richmond, Sunday Mailbag : Who is Alfred E. Neuman ?, Tom’s MAD Blog, September 25th, 2011 ; Article Alfred E. Neuman sur Wikipedia-EN. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search