Les couvertures illustrées des magazines américains [1860-1960] – récurrences et séquences narratives [1/4]

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

À partir du milieu du dix-neuvième siècle, le développement de la presse et de l’édition aux États-Unis entraîne une production et une diffusion massive des illustrations. Les magazines et les livres proposent alors de nombreux dessins en couvertures et en pages intérieures. Vers la fin du siècle, ce sont les comic strips, les bandes dessinées qui font leur apparition dans les journaux. Ces deux traditions graphiques s’installent alors durablement. Elles semblent par contre s’ignorer, et très peu d’artistes travaillent à la fois pour l’illustration et pour les comics. Le présent article montre pourtant qu’une pratique peu représentée et souvent méconnue de la séquentialité narrative, semblable à celle qui fonde la bande dessinée, existe aussi dans un secteur important de l’illustration américaine : les couvertures des magazines.

I. Une brève histoire de l’illustration des magazines américains

L’essor de la presse magazine américaine

Durant la seconde moitié du dix-neuvième siècle, la presse magazine nationale commence à prospérer aux États-Unis. Plusieurs facteurs expliquent ce développement spectaculaire : l’apparition de nouvelles techniques d’impression, la capacité de l’industrie à produire de grands volumes de papier à faible coût, le développement du chemin de fer permettant de diffuser rapidement la presse sur l’ensemble du territoire, et enfin, la généralisation de l’alphabétisation et l’augmentation du niveau de vie qui provoquent une importante demande. Des magazines mensuels comme Harper’s (depuis 1850), Scribner’s (1887-1939), Cosmopolitan (1886-1965, avant qu’il ne devienne un magazine féminin), Everybody’s Magazine (1899-1929), des hebdomadaires comme Leslie’s Weekly (1852-1922), Life (1883-1936), Collier’s (1888-1957), Vogue (depuis 1892, devenu ensuite mensuel), The Saturday Evening Post (depuis 1897) ont tous des tirages très importants à la fin du siècle et sont distribués sur l’ensemble du pays. Les suppléments hebdomadaires des journaux, comme The New York Times Magazine (depuis 1896) et The American Weekly (1896-1966), sont également de véritables magazines, et plus tard, des suppléments magazines distribués en syndication comme This Week (1935-1969) atteignent des tirages considérables.

À ces titres généralistes, s’ajoutent :

L’âge d’or de l’illustration américaine

Chaque parution de ces magazines comporte une couverture illustrée et parfois plusieurs illustrations intérieures. À la même époque, les Dime Novels, recueils de fictions populaires publiés à partir de 1860, souvent considérés comme les ancêtres des pulp magazines, ont également recours aux dessins de couverture. Les livres pour enfants, les couvertures des romans populaires, les affiches de cinéma et la publicité utilisent aussi abondamment les illustrations. Tous ces supports nouveaux créés par des industries en développement rapide font alors appel à de nombreux artistes, initiant ce que l’on a appelé l’âge d’or de l’illustration américaine.

Cette période demeure toutefois assez imprécise. La fin de cet âge d’or notamment demeure floue. Plusieurs sources sur l’histoire de l’illustration américaine estiment que cet épisode florissant s’est achevé peu après la Première Guerre mondiale ; l’encyclopédie en ligne Artcyclopedia estime par exemple que l’âge d’or de l’illustration américaine couvre les décennies 1880 à 1920. D’autres sources cependant considèrent cette limite comme artificielle et prolongent cette période faste en y associant des magazines majeurs apparus au début du vingtième siècle comme The American Magazine (1906-1956), The Popular Magazine (1903-1931), ou bien encore, plus tardivement, Liberty (1924-1950) et The New Yorker (depuis 1925).

L’âge d’or se prolonge selon ces sources jusqu’à la fin des années 1930, c’est-à-dire jusqu’à la généralisation des reproductions photographiques qui remplaceront progressivement les illustrations dans la presse et plus particulièrement sur les couvertures des magazines. L’exemple emblématique de cette évolution est la transformation du magazine d’“humeur et d’intérêt généralLife en magazine d’actualité et de photojournalisme après son rachat par Time en 1936. Pourtant, les directions artistiques des magazines ont estimé longtemps que les illustrations en couleurs figurant sur les couvertures, apparues dès 1900, demeuraient plus percutantes et commercialement plus efficaces que les reproductions photographiques limitées au noir et blanc jusqu’aux années 1950. Après 1960, les illustrations deviennent cependant extrêmement rares sur les couvertures des magazines, à l’exception remarquable du New Yorker, et en 1962 l’emblématique Saturday Evening Post abandonne les illustrations pour la photographie.

Quatre générations d’illustrateurs et d’illustratrices – un panorama

Le présent article repose sur l’analyse d’un siècle de couvertures illustrées de magazines américains [1860-1960]. Il s’agit en effet de rapprocher certaines illustrations remarquables de couvertures et les images séquentielles des comics, une autre tradition graphique qui deviendra primordiale dans les décennies 1930-1960. Il était donc naturel d’étendre notre recherche au-delà de ce qui est considéré habituellement comme l’âge d’or de l’illustration ; c’est donc la borne tardive du début des années 1960 qui est choisie ici.

À partir du recensement effectué par les participants au groupe Today’s Inspiration Group sur Facebook, quatre générations d’artistes, soit 748 noms, ont été relevés sur la période en question. Les noms de ces artistes ont ensuite été organisés chronologiquement en deux listes de 666 illustrateurs et 82 illustratrices, avec pour chaque artiste des liens vers une sélection de ses œuvres et parfois une notice biographique [cliquer pour afficher chacune des listes sous la forme d’un document PDF].

Quelques brèves remarques sur ce relevé.

  • En dehors de quelques figures célèbres comme Howard Pyle, Violet Oakley, Clarence Coles Phillips, James Montgomery Flagg, J. C. Leyendecker, et plus tard Virgil Finlay, Margaret Brundage ou Norman Rockwell, la plupart des noms de ces listes sont inconnus du grand public. Ils demeurent même peu connus des historiens de l’art. L’histoire d’un grand nombre d’illustrateurs américains, dont les œuvres étaient pourtant populaires lorsqu’elles furent publiées, est encore largement à écrire. Étonnamment, ce relevé comporte pas moins de 87 artistes dont on ne connaît même pas les dates de naissance et/ou de décès1.
  • Les artistes ayant travaillé dans l’illustration sont très majoritairement des hommes, même si le nombre d’illustratrices peut sembler assez important à une époque où la reconnaissance des femmes artistes était loin d’être acquise. De la fin du 19ᵉ au début du 20ᵉ siècle, le développement de l’illustration correspond en effet à ce que l’on nomme fréquemment aux États-Unis la première vague du féminisme. Dans les milieux intellectuels, et singulièrement dans celui des arts, les femmes ont commencé à s’organiser en associations professionnelles2. Parmi les femmes peintres et illustratrices engagées dans l’émancipation artistique et le soutien au droit de vote des femmes, on relève les noms de Jennie Augusta Brownscombe, Jessie Wilcox Smith, Alice Barber Stephens, et plus tard Rose O’Neill, Elizabeth Shippen Green et Violet Oakley. Certaines furent également militantes pacifistes (Anita Parkhurst Willcox) et communistes (Winifred Milius Lubell).
  • La plupart des illustrateurs et illustratrices possédaient une solide formation artistique académique, souvent acquise dans les écoles d’art les plus renommées (Art Students League of New York, Chase School of Art, Chicago Art Institute, San Francisco Art Association, Pennsylvania Academy of the Fine Arts, Corcoran School of Art, Cleveland School of Art, Pratt Institute, etc.). Par ailleurs, plusieurs peintres célèbres ont aussi travaillé occasionnellement comme illustrateurs pour la presse magazine (Winslow Homer par exemple à la fin du 19ᵉ siècle, puis Grant Wood) ou pour la publicité (Edward Hopper un peu plus tard).
  • De nombreux illustrateurs ont aussi travaillé pour la publicité. Plus rarement, certains étaient aussi auteurs de dessins humoristiques (cartoonists). À partir des années 1930, un petit nombre d’entre eux ont aussi été dessinateurs de comics (nous y reviendrons).
  • Les illustrateurs ont fréquemment utilisé la photographie pour travailler sur leurs sujets, et certains ont d’ailleurs acquis leur notoriété dans ce domaine plutôt que dans l’illustration ; c’est le cas de Lejaren Hiller, Sr. (le père du pionnier de la composition de musique sur ordinateur, qui portait le même nom) et d’Alfred Cheney Johnston, le célèbre photographe des Ziegfeld Follies qui avait commencé sa carrière comme illustrateur après avoir étudié la peinture et le design à la National Academy of Design de New York.
  • Dernière remarque enfin, plusieurs artistes étrangers – dont certains célèbres comme Alfons Mucha ou Diego Rivera – ou naturalisés ont travaillé pour des magazines américains3.

La professionnalisation de l’illustration

Plusieurs artistes peintres ont créé des cours ou des écoles d’art spécifiquement dédiés à l’illustration.
Au début du 20e siècle, la très renommée Howard Pyle School of Illustration Art, fondée et animée par Howard Pyle, a formé des dizaines d’illustrateurs et illustratrices.

Howard Pyle et ses étudiants, circa 1903. Assis : Howard Pyle. Debout, de gauche à droite : George Harding, Gordon McCouch, Thornton Oakley, N.C. Wyeth, Allen Tupper True. The Howard Pyle Collection, Delaware Art Museum. Wikimedia Commons.

Parmi les autres écoles, on peut citer la New Rochelle Art Association et la New Rochelle artist colony, fondées en 1912, ainsi que la Leonia School of Illustration créée en 1915 à Leonia (New Jersey) par Harvey Thomas Dunn, un élève d’Howard Pyle.

Les artistes illustrateurs sont souvent regroupés en ‘colonies’, associations, ou clubs comme le Dutch Treat Club, créé en 1905 à New York, qui comptait aussi des écrivains et des journalistes.

Les femmes artistes s’organisent également. À Philadelphie, The Plastic Club est fondé dès 1897 pour promouvoir le travail artistique des femmes. Plusieurs illustratrices figurent parmi les créatrices de ce club.

Toujours à Philadelphie, The Red Rose Girls regroupait au début du siècle trois artistes femmes qui ont travaillé comme illustratrices : Violet Oakley, Jessie Willcox Smith, Elizabeth Shippen Green, toutes anciennes élèves d’Howard Pyle. Elles s’étaient associées avec une quatrième femme, Henrietta Cozens, qui s’occupait des tâches d’intendance (!).

Violet Oakley, Jessie Willcox Smith, Elizabeth Shippen Green, et Henrietta Cozens assises autour d’une table, levant leurs verres. Oakley et Smith font face à la caméra, les deux autres artistes sont partiellement masquées. Photographe non identifié, circa 1901. Violet Oakley papers, Archives of American Art, Smithsonian Institution. U. S. Public Domain. Wikimedia Commons.

Créée dès 1901 à New York, la Society of Illustrators est la première organisation professionnelle américaine à promouvoir le travail des illustrateurs et défendre leurs intérêts. Les illustratrices pourront y être associées dès 1903, mais elles ne seront admises comme membres à part entière qu’en 1922.

Comic strips et comic books – une autre tradition graphique

Les comic strips, histoires dessinées composées de quelques cases disposées en bandes (strips), apparaissent dès la fin du 19e siècle dans quelques journaux américains. The Yellow Kid du dessinateur Richard F. Outcault, qui a commencé sa carrière comme illustrateur pour Thomas Edison, est considéré comme l’un des premiers comic strips américains.
Au début du 20e siècle, les strips sont publiés dans les magazines humoristiques et satiriques comme Puck (1871-1918) et Judge (1881-1947), et dans les suppléments hebdomadaires des journaux quotidiens.

Ce n’est qu’au début des années 1930 que les histoires sont regroupées en volumes autonomes sous le format spécifique du comic book. En 1929, The Funnies, publié comme un regroupement de comic strips, peut être considéré comme un précurseur des comic books. Cependant, les historiens du médium reconnaissent plutôt que le premier véritable comic book moderne, Famous Funnies, a été publié en 1934. De nouveaux titres apparaissent alors rapidement et les sujets se diversifient, ils ne sont plus uniquement humoristiques.

L’illustration et les comics constituent deux traditions iconographiques différentes. Dans le répertoire des illustratrices et illustrateurs décrit plus haut, on relève 38 artistes seulement qui ont travaillé dans les deux domaines [liste en note ci-dessous]4.

On remarque d’ailleurs dans cette liste que les artistes les plus célèbres ayant pratiqué les deux activités semblent souvent avoir privilégié l’une d’entre elles, l’autre apparaissant mineure ou accessoire dans leurs carrières. Ainsi, Richard Outcault, Frank Godwin, Alex Schomburg, ou Winsor McCay sont reconnus principalement comme auteurs de comics (et réalisateur pour McCay), tandis que Frank R. Paul, Norman Saunders, ou Penrhyn Stanlaws sont considérés comme des illustrateurs. Très peu d’artistes ont eu une carrière importante et significative à la fois dans l’illustration et dans les comics, à l’exemple de Noel Sickles ou du dessinateur britannique Sep E. Scott.

Pour expliquer ce quasi-compartimentage, les historiens de l’illustration considèrent fréquemment que les objectifs et les procédés utilisés par les illustrateurs et les dessinateurs de comics sont très différents, et que les particularités de chaque métier ont rapidement conduit à la spécialisation en deux corporations bien distinctes ; alors que l’illustrateur peint une œuvre unique, exactement comme un tableau, l’artiste de bande dessinée réalise de nombreux dessins organisés séquentiellement pour raconter une histoire. On allègue aussi parfois que les illustrateurs, qui avaient une formation artistique classique, étaient par leur formation plus à l’aise avec l’image unique qu’avec les séquences narratives d’images. Il est permis de douter de la pertinence de cette hypothèse. En effet, plusieurs grands noms des comics possédaient également une solide formation artistique – Milton Caniff, Will Eisner, Hal Foster, Burne Hogarth, Alex Raymond, pour ne citer que les plus célèbres, et Burne Hogarth a même créé en 1947 à New York la Cartoonists and Illustrators School [devenue ensuite la School of Visual Arts]. En réalité, beaucoup d’illustrateurs n’ignoraient pas les personnages récurrents et les séquences narratives à la manière des comics. Mais les illustrations qu’ils ont produit dans cet esprit n’étaient pas toujours publiées ‘en une seule fois’. Souvent, elles sont apparues en plusieurs épisodes, sur différentes couvertures. La suite de cet article est consacrée à la démonstration de ce dernier point.

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4] (suivante)

  1. Illustrateurs et illustratrices dont la date de naissance ou de décès est inconnue : J. M. Condé, Corinne Boyd Dillon, Ruth Eastman, Joseph Farrelly, Wendell Galloway, Ottmar Gaul, Eugene Gise, J. J. Gould, Jr., Ed Graham, William Grotz, L.J. Holton, A. M. Hoptmuller, Henry Hymer, F. Tempest Inman, Ted Ireland (aka Vincentini), B. H. Jackson, Eliot Keen, Oliver Kemp, E. W. Kendrick, E. K. Kirkbride, Ben Kutcher, W. Stuart Leech, Fredric C. Madan, R. M. Mally, H. R. McBride, Harrison McCreary, Edgar McGraw, Ronald McRae, Paul Meylan, Charles Mitchell, T. Wyatt Nelson, Jay Nourbel, Jean Oldham, Stanley Parkhouse, R. E. Pattiani, Carl Pemble, C. Barker Petrie, Jr., John Hyde Phillips, J. Pignone, Ray Pioch, Rudolph (Rudy) Pott, G. R. Quested, Paul Rabut, F. W. Read, Don Reed, Norman Reeves, Robert O. Reid, George Richards, Walter Richards, A. L. Ripley, Paul C. Robertson, Bernard Jacob Rosenmeyer, Jno Ruger, Rudolph Frederick Schabelitz, Margaret Schloeman, Henry E. Sharp, George Shepherd, Howard Sherman, Harold Sichel, A. Sigmond, Michael Silver (aka “Michael”), Steven Skibo, Arthur Smith, Marjorie W. Smith, William A. Smith, Frank Snap, A. Stahle, Henry Stahlhut, Doris Stanley, Frederic Stanley, Beatrice Stevens, Edmond Swiatek, E. G. Teale, Gil Tomkins, Lewis Trege, James Trembath, H. M. Victor, Ted Ireland (aka Vincentini), Donald Von Gelb, George Wall, Washburn, Thomas (Tom) Webb, J. C. White, A. Williams, W. N. Wilson, Don Winslow, C. L. Woodward. []
  2. Voir Laura R. Prieto, At Home in the Studio: The Professionalization of Women Artists in America, Harvard University Press, 2001. []
  3. On relève entre autres, des artistes :
    allemands : Thomas Nast (1840-1902), René Reinicke (1860–1926), Tony Sarg (1882-1942), Walter Ufer (1876-1936), M. Peter Piening (1908-1977), George Salter (1897-1967), Jes Wilhelm Schlaikjer (1897-1982), Hans Waldemar Wessolowski [Wesso] (1893-1947) ;
    anglais : Louis John Rhead (1857-1926) Frank Craig (1874-1918), Lawson Wood (1878-1957), Robert Fawcett (1903-1967), David Wright (1912-1967) ;
    australiens : Walter Lacy Jardine (1884-1970), Frank Arthur Nankivell (1869-1959), John Richard Flanagan (1895-1964) ;
    autrichiens : Frederick (Fritz) Siebel (1913-1991), Lili Réthi (1894-1969) ;
    canadiens : Arthur William Brown (1881-1966), Norman Mills Price (1877-1951), Hubert Rogers (1898-1982), Rex Woods (1903-1987) ;
    chinois : Yun Gee (1906-1963) ;
    danois : Kay Rasmus Nielsen (1886-1957), Max Rée (1889-1953) ;
    écossais : Penrhyn Stanlaws (1877-1957) ;
    espagnol : Josep Segrelles (1885-1969) ;
    français : Georges Lepape (1887-1971), Louis Pierre Rigal (1889-1955), René Vincent (1879-1936), Erté [Romain de Tirtoff] (1892-1990) d’origine russe, Marcel Vertès (1895-1961) d’origine hongroise ;
    hongrois : Alexander Leydenfrost (1888-1961), Willy Pogany (1882-1955), Tibor Gergely (1900-1978), Ilonka Karasz (1896-1981), Madeline S. Pereny (1896-1970), Susanne Suba (1913-2012) ;
    italiens : Leo Politi (1908-1996) ;
    lituaniens : Ben Shahn (1898-1969) ;
    mexicains : Diego Rivera (1886-1957) ;
    péruvien : Alberto Vargas a.k.a « Varga » (1896-1982) ;
    polonais : Stanislav Szukalski (1893-1987), Arthur Szyk (1894-1951), George Ziel (1914-1982) ;
    roumains : Jacques Kapralik (1906-1960) ;
    russes : Nicholai Fechin (1881-1955), Modest Stein (1871-1958), Constantin Alajálov (1900-1987), Boris Artzybasheff (1899-1965), Feodor Stepanovich Rojankovsky (1891-1970) ;
    suédois : Henry Reuterdahl (1870-1925), Magnus Colcord Heurlin (1895-1966), Valentine Sandberg (1881-19??), Haddon Hubbard Sundblom (1899-1976), Gustaf Tenggren (1896-1970) ;
    suisses : Roger Antoine Duvoisin (1900-1980), Erik Nitsche (1913-1998) ;
    tchèque : Alfons Mucha (1860-1939), William Pachner (1915-?), Ray Prohaska (1901-1981) ;
    ukrainiens : Vladimir Bobritsky [Bobri] (1898-1986). []
  4. Illustratrices et illustrateurs qui ont aussi réalisé des comics :
    Arthur Burdett Frost [A. B. Frost] (1851-1928) ;
    Nell Brinkley (1886-1944) ;
    Fanny Young Cory (1877-1972) ;
    Percy Crosby (1890-1964) ;
    Harry Grant Dart (1869-1938) ;
    Edwina Dumm (1893-1990) ;
    John Richard Flanagan (1895-1964) ;
    Creig Flessell (1912-2008) ;
    Frank Godwin (1889-1959) ;
    Rea Irvin (1881-1972), graphiste et illustrateur pour The New Yorker, créateur du comic strip The Smythes ;
    John Held, Jr. (1889-1958), créateur de deux comic strips ;
    Violet Moore Higgins (1886-1967), illustratrice et auteur du comics Drowsy Dick ;
    Jefferson Machamer (1900-1960), créateur des comic strips Petting Patty (1928-1930) et Gags and Gals (1932-1938) ;
    H. R. McBride (?-?) illustrateur et dessinateur de comics ;
    Winsor McCay (c. 1867–71-1934) célèbre auteur de comics et de films d’animation, il a aussi réalisé des illustrations ;
    Robert Wilson McCoy (1902-1961) illustrateur et second dessinateur du comic strip The Phantom ;
    John Rea Neill (1877-1943) illustrateur et créateur de comic strips (Toyland, The Little Journeys of Nip and Tuck) ;
    Rose O’Neill (1874-1944), créatrice du comic strip Kewpie ;
    Richard F. Outcault (1863-1928), créateur de The Yellow Kid, il a commencé sa carrière comme illustrateur pour Thomas Edison ;
    Munson Leroy Paddock (1886-1970) ;
    Russell Patterson (1893-1977) illustrateur ayant popularisé le style des flappers, également dessinateur de comic strips ;
    Frank R. Paul (1884-1963), célèbre illustrateur de SF associé à Hugo Gernsback, également dessinateur de quelques comics ;
    Clara Elsene Peck (1883-1968) illustratrice de livres pour enfants et auteure de comic books catholiques ;
    Garrett Price (1897-1979), illustrateur et auteur d’un comic strip, dessinateur de couvertures pour The New Yorker ;
    Michael Ramus (1917-2005) illustrateur, dessinateur de comics, et paléontologue ;
    Norman Saunders [Blaine] (1907-1989) illustrateur prolifique, il a réalisé aussi des dessins pour des comic books ;
    Charles Schneeman (1912-1972) illustrateur de SF, il a envisagé de réaliser un comic strip de SF avec Isaac Asimov ;
    Alex Schomburg (1905-1998) illustrateur et dessinateur de comic books ;
    Theodor Seuss Geisel [Dr Seuss] (1904-1991), auteur du comic strip Hejji en 1935 ;
    Noel Sickles (1910-1982) illustrateur, cartooniste et co-auteur du comic strip Scorchy Smith ;
    Dan Smith (1865-1934) illustrateur et dessinateur de comic strips ;
    Penrhyn Stanlaws (1877-1957) illustrateur américain d’origine écossaise ayant travaillé pour des magazines britanniques et américains, célèbre pour ses portraits de femmes séduisantes, il a aussi créé quelques comic strips ;
    George E. Studdy (1878-1948), artiste britannique ayant travaillé pour des magazines américains, créateur de Bonzo the Dog ;
    Thomas Starling Sullivant (1854-1926) cartooniste, illustrateur et créateur de comic strips (toppers) ;
    Raeburn Van Buren [Ray Van Buren] (1891-1987) illustrateur et auteur de comic strips ;
    Lynd Kendall Ward (1905-1985) illustrateur, auteur de six romans en gravures sur bois, sortes de bandes dessinées muettes publiées entre 1929 et 1937, il est considéré comme l’un des inventeurs du roman graphique ;
    Denys Wortman (1887-1958) peintre, cartooniste, illustrateur, auteur du comic strip Metropolitan Movies (1924-1954) ;
    David Wright (1912-1967) illustrateur britannique ayant travaillé pour des magazines américains (The American Weekly), spécialiste des pin-up, créateur du comic strip Carol Day publié dans le Daily Mail en 1956. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search