À propos des sources du documentaire De Gaulle bâtisseur : un court film vraisemblablement réalisé par Georges Rouquier

La chaîne France 3 a diffusé le 16 novembre 2020 l’excellent documentaire De Gaulle bâtisseur, réalisé par Camille Juza. Ce film est disponible sur france.tv jusqu’au 16 décembre 2020.

De Gaulle bâtisseur retrace la modernisation de la France durant la période des ‘Trente Glorieuses’ (1946-1975), en axant son propos sur le personnage de De Gaulle.
Le documentaire suit une progression chronologique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la candidature de René Dumont à l’élection présidentielle de 1974. Il est réalisé uniquement à partir des documents filmés à chaque période évoquée, et ne comporte aucune interview récente, aucun avis d’expert enregistré a posteriori. Les images proposées sont contemporaines (approximativement) des réalisations et événements mentionnés. Un commentaire en voix off décrit, contextualise, et relie les documents présentés. La réalisatrice a expliqué ce choix par l’ “envie d’être au présent de ce qui se passait” et d’“entendre les archives”1.

I. Fictions et archives filmées – deux catégories d’images

Le film mobilise donc un nombre assez considérable de documents filmés que le spectateur ne peut pas identifier individuellement. Quelques-uns de ces documents font cependant l’objet de mentions explicites visibles à l’image, avec un rappel de leurs titres et des noms des réalisateurs2.

Comme l’explique à nouveau la réalisatrice :

Dans De Gaulle bâtisseur, on croise donc le Général De Gaulle et des anonymes, l’Abbé Pierre et Mendès France mais aussi Maurice Pialat, Jean-Luc Godard et Chris Marker, infatigables observateurs de ces transformations. Leurs voix mêlées font entendre les idéologies, les visions à l’œuvre, les moments de bascule, les doutes.3.

Photogrammes du documentaire De Gaulle bâtisseurL’amour existe, Maurice Pialat, 1960 ; Deux ou trois choses que je sais d’elle, Jean-Luc Godard, 1967 ; Le Joli Mai, Chris Marker et Pierre Lhomme, 1963

Ce n’est toutefois pas la notoriété de leurs réalisateurs qui justifie la distinction de ces extraits de films, mais leur caractère d’œuvres de fiction. Le recensement des sources, qui figure dans les crédits du générique final, différencie en effet nettement les fictions et les archives filmées.

Photogrammes du documentaire De Gaulle bâtisseur – Crédits des fictions et Crédits des archives filmées [début]

L’extrait du film Jeunesse de France de Marc Allégret (1968) ne bénéficie ainsi d’aucune mention de titre en incrustation malgré le renom de son réalisateur. Dans les crédits, il est en effet classé dans les archives filmées (de Gaumont Pathé) et non dans les fictions, et comme tel il n’est pas identifié au cours du documentaire.

Le procédé du titre en incrustation à l’écran révèle donc une hiérarchie entre les fictions et les archives filmées diverses qui composent le documentaire De Gaulle bâtisseur. Il entérine une différence de statut entre deux catégories d’images : d’une part quelques rares œuvres privilégiées parce qu’elles sont considérées comme fictionnelles, et d’autre part une multitude d’archives filmées anonymisées, de documents constitués de reportages d’actualité, de journaux et magazines télévisés, de films provenant d’entreprises ou d’organismes divers, etc., qui ne sont jamais identifiés pour ce qu’ils sont véritablement. Par ce clivage inscrit à l’écran, les sources hétéroclites que sont les archives filmées semblent investies de caractéristiques opposées aux œuvres fictionnelles, elles paraissent “ancrées” dans la réalité de l’époque et instiller une sorte de véracité des images. À l’opposé, les mentions qui apparaissent sur les extraits de fictions confèrent à celles-ci une sorte de “position méta” au-delà des archives, un rôle réflexif, un rang d’observateur de la réalité.

La hiérarchisation se manifeste clairement pour deux œuvres de Georges Rouquier utilisées dans le documentaire. La séquence extraite de Farrebique (1946) où le père Fabre donne son accord pour l’installation de l’électricité est identifiée par un titre en incrustation, mais celles qui proviennent du court métrage Malgovert (1953) – un film qui retrace l’évacuation de l’ancien village de Tignes et la construction du barrage de la centrale hydroélectrique de Malgovert – ne le sont pas et sont mélangées à des actualités filmées. Autrement dit, parmi les extraits de films qui composent De Gaulle bâtisseur, certains sont rangés du côté du fictionnel tandis que d’autres, plus discrets et pourtant du même réalisateur, participent pleinement au mode documentaire.

Photogrammes du documentaire De Gaulle bâtisseur – Farrebique, Georges Rouquier, 1946 [14:08] ; Malgovert, Georges Rouquier, 1953 [15:34, le déménagement du cimetière de Tignes]


Comme nous allons le voir, d’autres images que l’on doit probablement aussi à Rouquier peuvent être repérées dans le documentaire.

II. Un court film vraisemblablement réalisé par Georges Rouquier

Une fois n’est pas coutume, la seconde partie du présent article prend la forme d’une petite enquête écrite à la première personne. Elle concerne l’une des premières séquences du documentaire où l’on voit un prisonnier qui revient dans son village après la guerre et le découvre en ruines.

De Gaulle bâtisseur, réalisation Camille Juza, 2020, Point du jour – Les films du Balibari, France 3 [extrait, 3:16 à 4:23]

Cet extrait m’a immédiatement interpellé car j’ai reconnu le village de mon enfance, Rânes dans le département de l’Orne.
J’ai alors identifié l’archive source sur le site de l’INA, un film décrit comme étant Le Chantier sur les ruines réalisé par Tony Leenhardt en 1946. Le documentaire reprend un extrait du début de cette source, colorisé et avec le son d’origine.

À noter que cette source INA n’est pas mentionnée dans les crédits du documentaire (mais elle a peut-être été retrouvée ailleurs).
Le document INA en ligne pose néanmoins un problème. Quand on le visionne, on découvre un premier film d’une durée de 7 minutes, sans titre ni générique, que nous appellerons par la suite Un prisonnier revient dans son village. Il est suivi d’un autre film commençant par un véritable générique, Le Chantier sur les ruines proprement dit, qui est lui-même scindé en deux parties.


Un prisonnier revient dans son village [film sans titre et sans générique, durée 7:00)] ; suivi du film Le Chantier sur les ruines, réalisation Tony Leenhardt, 1946, Les Films du Compas – Roger Leenhardt [durée 16:39, en deux parties, avec une coupure en 18:19]. Source INA.

Ce document visuel est décrit ici sur l’Inathèque, le catalogue en ligne de l’INA.

Le film ‘Un prisonnier revient dans son village’ – où ? quand ?

Un panneau d’entrée de ville apparaît sur la première image. L’INA a donc naturellement indexé le film avec le nom qui y figure, Rânes, ce qui m’a permis de retrouver facilement le document. Par ailleurs, le nom du village est donné dans le commentaire off en 1:17.

Les premières séquences ont bien été tournées à Rânes. Il faut connaître l’histoire et l’aspect du bourg avant la guerre pour le reconnaître, car il a été reconstruit après-guerre avec de profonds changements. Le bourg a en effet été largement détruit le 14 août 1944 à la suite de bombardements américains qui ont provoqué de nombreuses victimes dans la population. Sans mentionner l’origine des bombardements, le film rappelle d’ailleurs ces victimes civiles dans la séquence du cimetière, à partir de 1:18 ; les tombes que l’on y voit sont effectivement celles de certaines victimes du bombardement en question4.

À partir de 2:38, l’identification des lieux devient très incertaine.
À partir de 3:00 environ, ce n’est plus Rânes. On découvre des boutiques installées dans les ruines d’une ville : la boucherie Delanoë, le café E. Vigeon (?), un bureau de poste. Cette séquence est reprise dans le documentaire De Gaulle bâtisseur. Par contre, le plan suivant dans le documentaire, sur le coiffeur Beauruel, n’apparaît pas dans le film source5.

On quitte ensuite l’évocation des destructions et le reste du film est consacré à l’aide américaine sous diverses formes.
En 3:40, une auxiliaire de l’American Relief for France distribue des chaussures à un enfant. Une étiquette sur un paquet en 4:14 mentionne la commune de La Vendelée (Manche).
En 5:05, on découvre encore une autre localité, avec des séquences tournées à Tergnier (Aisne), et un bâtiment du Comité Américain de Secours Civil. Une affiche mentionne les dates 18, 20, 22, 24 janvier 1946 (en 5:12). L’AAF [American Aid to France] avait en effet établi son premier centre d’aide en France près du village de Tergnier6.

Plusieurs séquences avec des enfants miséreux se déroulent dans des localités inconnues. Le film se termine sur des scènes printanières ou estivales, au bord de la mer, dans un centre de vacances pour enfants à Saint-Jean-de-Luz (à partir de 6:16).

Le film est donc un assemblage de séquences tournées à Rânes (Orne), dans la Manche, à Tergnier (Aisne), à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), et dans d’autres localités non identifiées. Il est postérieur à janvier 1946 et les scènes estivales conduisent à le dater probablement de la seconde moitié de cette année 1946.

Le film ‘Un prisonnier revient dans son village’ – les séquences tournées par Georges Rouquier en 1943

En 1943, Georges Rouquier a tourné deux films à Rânes : Le Charron et La Part de l’enfant. Ce sont des films de commande qui lui permettent d’échapper au STO.
Le Charron détaille les étapes de la fabrication d’une roue dans l’atelier du Père Bouchard, charron de père en fils. La Part de l’enfant explique le fonctionnement de la Caisse de Compensation, ancêtre des Allocations Familiales, en milieu ouvrier et agricole7.

Le début du film Un prisonnier revient dans son village est construit à l’aide de séquences “avant/après” montrant par contraste les destructions de la guerre dans le village. Plusieurs scènes évoquant l’aspect du bourg avant les destructions sont en fait des séquences qui figurent dans les deux films Le Charron et La Part de l’enfant. Deux exemples :

En 0:20, la scène de la foule à la sortie de la messe, écoutant le garde-champêtre perché sur le marchepied accolé à l’église, est identique à celle qui figure en 1943 dans Le Charron (en 8:18).

Photogramme du film Le Charron, Georges Rouquier, 1943, Les Documents Cinématographiques.

Photogramme du film Un prisonnier revient dans son village, 1946, INA.

La scène est d’ailleurs suivie par une séquence où l’on voit l’ancien prisonnier avec son fils saluer des gens près du marchepied, comme s’il s’agissait d’un prolongement de la scène précédente.

Photogramme du film Un prisonnier revient dans son village, 1946, INA.

En réalité, cette dernière séquence a manifestement été tournée après la guerre puisque l’on distingue des impacts d’obus sur le mur de l’église et sur le marchepied. Ce procédé est caractéristique de la méthode de Rouquier qui reconstruit parfois les faits à sa manière. Comme il l’a affirmé, “certaines fois, il faut truquer la vérité, on n’y peut rien […] au cinéma, on ne surprend pas la vérité, on la recrée”8.

Dans le fondu enchaîné qui commence en 0:46, la bâtisse en ruine que découvre l’ancien prisonnier est comparée à la mairie telle qu’elle était avant le bombardement du village ; on retrouve cette scène dans De Gaulle bâtisseur. Les images de la mairie avant sa destruction sont identiques à celles qui figurent dans La Part de l’enfant, en 1:49.

Photogrammes de haut en bas : La Part de l’enfant, Georges Rouquier, 1943 ; Un prisonnier revient dans son village, 1946, INA ; De Gaulle bâtisseur, Camille Juza, 2020

La scène tournée en 1943 est visible sur l’extrait suivant proposé par Les Documents Cinématographiques.

La Part de l’enfant, Georges Rouquier, 1943 [en 1:05, car le générique du film est coupé sur l’extrait publié par Les Documents Cinématographiques]

À partir de 2:13, la séquence de la femme habillée en noir qui descend l’escalier extérieur d’une maison a également été tournée par Rouquier en 1943, bien qu’on ne la retrouve ni dans La Part de l’enfant ni dans Le Charron. Il s’agit en effet de l’assistante sociale qui apparaît à plusieurs reprises dans La Part de l’enfant (voir ci-dessous). Le strict habit noir, le cartable et le chapeau également noirs, étaient en effet la tenue habituelle des assistantes sociales sous le gouvernement de Vichy.

Photogramme du film Un prisonnier revient dans son village, 1946, INA.

Photogrammes du film La Part de l’enfant, Georges Rouquier, 1943, Les Documents Cinématographiques.

Les assistantes sociales apportent aux familles joie et santé, affiche du Ministère de la Santé Publique réalisée par l’Institut Social de Montrouge, 1940

L’existence de cette séquence dans Un prisonnier revient dans son village constitue un argument fort en faveur de l’attribution de ce film à Rouquier. Si l’on peut imagine qu’un autre réalisateur aurait pu “emprunter” quelques séquences aux deux films tournés dans le village avant sa destruction afin d’effectuer des comparaisons “avant/après”, qui d’autre que lui pouvait connaître et utiliser des rushes non retenus en 1943 ?

Autres arguments en faveur de l’attribution à Rouquier

Le début du film Un prisonnier revient dans son village comporte une abondance de fondus enchaînés et un assemblage de brèves séquences. Ces deux caractéristiques rappellent évidemment le style de Rouquier qui affectionnait les fondus enchaînés et le “montage court” : “Je monte court. C’est dans ma nature, il n’y a rien à faire. C’est comme ça. Je ne peux pas expliquer ça autrement.”9.

Le film présente aussi une séquence remarquable lorsque l’ancien prisonnier tient en main des cartes postales anciennes de son village qu’il compare au spectacle désolant qu’il a sous les yeux (à partir de 1:45). “Avant et après” répète par deux fois la voix off tandis qu’il confronte trois images de bâtiments ou de quartiers qu’il connaît bien aux ruines qu’il regarde.

Photogramme du film Un prisonnier revient dans son village, 1946, INA.

Le procédé est inventif. Malgré la différence d’époque et de technique, on peut le rapprocher du procédé photographique moderne, parfois nommé Past in Present, où une personne hors champ tient à la main une photo ancienne qui se superpose presque parfaitement à la vue actuelle du même lieu10. Cette invention cinématographique semble tout à fait dans l’esprit de Georges Rouquier.

Dernière remarque enfin. Lorsque l’ancien prisonnier découvre l’état délabré de sa maison natale, la voix off nous explique : « c’est ici qu’il est né, et avant lui son père et son grand-père, et son aïeul » (en 1:00). On retrouve là, en filigrane, le thème de la tradition et de la pérennité de la vie rurale que l’on observe dans chacun des films de Rouquier à cette époque (Le Charron, La Part de l’enfant, Farrebique).

Tony Leenhardt et le film ‘Le Chantier sur les ruines’

Tony Leenhardt est l’auteur du film Le Chantier sur les ruines qui figure en deux parties sur le site de l’INA. S’il est effectivement le réalisateur du petit film qui précède, Un prisonnier revient dans son village, on doit expliquer qu’il ait pu utiliser des séquences de films de Rouquier datant de 1943.

Tony Leenhardt était un ingénieur du son réputé, et occasionnellement réalisateur. Il était le cousin de Roger Leenhardt qui était aussi réalisateur, scénariste, critique et un producteur célèbre dans les années 1950.
Roger Leenhardt, Tony Leenhardt et Georges Rouquier sont tous trois originaires de l’Hérault et ils appartiennent à la même génération11.
On ne sait pas si Rouquier connaissait Tony Leenhardt, mais à partir des années 1950 au moins, il connaissait bien son cousin. Roger Leenhardt et Rouquier ont en effet tous deux été membres du Groupe des Trente, créé en 1953 pour la défense du court métrage français12. Et en 1958, le film de Rouquier Une belle peur a été produit par la société Les films Roger Leenhardt.

Le film Un prisonnier revient dans son village passe assez laborieusement du sujet des destructions à celui de l’aide américaine. Si le sujet des destructions reprend des scènes tournées par Rouquier et porte sa marque comme nous l’avons expliqué, la seconde partie sur l’aide américaine ne possède pas la même aisance de style, elle est très démonstrative.

Le film Le Chantier sur les ruines quant à lui est pesamment didactique, notamment dans son usage des graphiques animés (que l’on pourra comparer d’ailleurs aux graphiques animés plus réussis dans La Part de l’enfant de Rouquier). Le ton emphatique du film donne une impression de lourdeur. Le générique mentionne qu’il a été produit pour Les Parrainages de la France Dévastée, une association créée par le Comité France-Amérique pour aider au ‘relèvement de la France libérée sous les formes les plus diverses’13.

Les deux films apparaissent de fait relativement proches par les sujets qu’ils abordent successivement : les destructions provoquées par la guerre, l’aide américaine aux populations nécessiteuses et au début de la reconstruction, la reconnaissance des Français envers l’aide américaine. Ce sont clairement des films de commande qui célèbrent l’efficacité et le dévouement des organisations américaines de secours ; l’INA n’hésite pas d’ailleurs à apposer un descripteur ‘propagande’ à la fiche globale qui décrit les deux films. Au passage, on comprend pourquoi l’origine des destructions que l’ancien prisonnier découvre n’est pas mentionnée.

Georges Rouquier a-t-il pu réaliser le film ‘Un prisonnier revient dans son village’ ?

Un prisonnier revient dans son village date probablement de la seconde moitié de l’année 1946 comme nous l’avons vu. Si l’on en croit les historiens du cinéma qui ont écrit sur Rouquier, le cinéaste a monté Farrebique en 1946 également. Comment aurait-il pu réaliser tout ou partie de ce petit film ?
Reprenons la chronologie aussi précisément que possible.

Le tournage de Farrebique a lieu à Goutrens (Aveyron). Selon la plupart des sources il dure un an, de novembre 1944 à novembre 1945 avec une brève interruption en mars pour permettre à Rouquier de visionner ses rushes. Dans un entretien en 1984-1985, Rouquier affirme toutefois avoir commencé à tourner le 11 janvier 1945 seulement. Le montage dure ensuite près de 9 mois. Le film sort en septembre 1946 au festival de Cannes et en ‘première publique’ le 11 février 1947. En 1946, Rouquier commence aussi à travailler avec Jean Painlevé sur le scénario du film L’Œuvre scientifique de Pasteur qui sort en 194714.

Cette chronologie est cohérente. Et l’on peut estimer que Rouquier ,‘libéré’ de Farrebique en août ou septembre 1946, a pu alors réaliser, à partir de cette date, les quelques minutes du début du film Un prisonnier revient dans son village que nous lui attribuons.

Rouquier s’est peut-être inspiré d’une histoire réelle qu’il venait de vivre. Au moment du tournage de Farrebique, en effet, l’un des fils Rouquier, le frère d’Henri, est revenu d’un camp de prisonniers en Allemagne. Le cinéaste a alors décidé de ne pas l’inclure dans le film “pour ne pas traiter de la triste période actuelle”15. On peut imaginer qu’il a pu alors avoir l’idée d’un scénario où un ancien prisonnier revient dans son village, le découvre en ruines, et se souvient de son état avant la guerre. Les courts métrages qu’il avait réalisés en 1943 dans un village maintenant détruit lui permettaient de concrétiser ce projet.
[hypothèse (audacieuse) dans l’hypothèse : l’ancien prisonnier se semble pas originaire du village. Les très rares témoins de cette époque que j’ai interrogé ne le reconnaisse pas. Peut-être s’agit-il du frère d’Henri, le cousin de Georges donc, auquel le cinéaste aurait confié ce rôle en accord avec son statut d’ancien prisonnier ? Je n’ai pas retrouvé le prénom de ce frère ni de photographie de lui.]

On peut dès lors formuler quatre hypothèses sur le film Un prisonnier revient dans son village :

  • Ce film a été tourné et réalisé entièrement pas Tony Leenhardt. Bien que cela semble peu vraisemblable, il n’est pas totalement impossible que Leenhardt, à la fin de la guerre, ait obtenu de Rouquier l’autorisation d’utiliser certains rushes de ses films tournés en 1943.
  • Il a été tourné et réalisé entièrement par Rouquier, et ce sont les similarités de sujets et de traitement avec Le Chantier sur les ruines qui ont conduit à l’attribuer à Tony Leenhardt. Mais alors la présence dans le film d’une affiche datée de janvier 1946 et d’images de Tergnier (Aisne) et Saint-Jean-de-Luz pose un problème. Car au début de 1946, Rouquier était certainement accaparé par le montage de Farrebique et il est peu probable qu’il ait lui-même tourné les séquences en question.
  • Le film a été réalisé entièrement par Rouquier mais seul le tout début (2:30 environ) a été tourné par lui. Les autres séquences proviennent d’autres réalisateurs, probablement de Tony Leenhardt.
  • Le film a été réalisé par Tony Leenhardt à partir d’un très court film (2:30) tourné et monté par Georges Rouquier en utilisant ses propres rushes de 1943. Ce très court film a été complété par Tony Leenhardt. Cette hypothèse explique que le début du film porte manifestement la marque de Rouquier. Elle explique aussi l’impression de ‘lourdeur’ que laisse la seconde partie du film ainsi que l’attribution des deux films à Tony Leenhardt.

Les deux dernières hypothèses me semblent les plus plausibles.
J’espère que des découvertes futures, peut être dans les archives Rouquier, permettront d’affiner (ou de contredire) cette enquête et ces hypothèses.

Merci à Camille Juza et Claude Mussou (INA)

Références

  1. Entretien avec Camille Juza sur Paroles d’histoire [André Loez], 16 novembre 2020, en 29:00. []
  2. Par ordre d’apparition, le documentaire comporte ainsi des extraits des œuvres suivantes dûment mentionnées : Un homme marche dans la ville, réal. Marcello Pagliero, 1949 [en 10:12 selon la version en ligne sur france.tv] ; Farrebique, réal. Georges Rouquier, 1946 [14:08] ; La Meilleure Part, réal. Yves Allégret, 1956 [14:30] ; Cités du soleil, réal. Jean-Claude Sée, Les Films Hermès, 1958, film de commande, voir aussi sur Terra [27:44] ; Le Chant du styrène, réal. Alain Resnais, texte de Raymond Queneau, 1958 [28:28] ; Mélodie en sous-sol, réal. Henri Verneuil, 1963 [51:50] ; Le Joli Mai, réal. Chris Marker et Pierre Lhomme, 1963 [53:35] ; Deux ou trois choses que je sais d’elle, réal. Jean-Luc Godard, 1967 [1:10:33] ; L’amour existe, réal. Maurice Pialat, 1960 [1:18:17]. Un extrait d’un épisode des Shadoks est également titré avec le nom de son créateur, Jacques Rouxel [1:06:35]. []
  3. Camille Juza, Dossier de presse du documentaire ‘De Gaulle bâtisseur ; une histoire des trente glorieuses’. []
  4. Voir Les victimes civiles sur le site que j’ai consacré au village de Rânes en 1944. Rouquier connaissait bien ce cimetière qu’il a filmé en 1943 pour une séquence non retenue du film Le Charron – voir mon article : Les premiers films de Georges Rouquier – faits, fictions, dissimulations, 13 juin 2011. []
  5. Il s’agit peut-être de Saint-Lô où un coiffeur de ce nom a vécu après la guerre dans un quartier provisoire appelé la cité Grimouville, cf. le document Les familles ayant vécu cité Grimouville, sur le site Grimouville – Cité provisoire de Saint-Lô, 2010. []
  6. “Partially due to the mayor’s report, AAF [American Aid to France] established their first community centre in the nearby village of Tergnier, known for its rich resistance pedigree, in 1946.”, in Brittany Gataveckas, “The Kindness Of Uncle Sam”?: American Aid To France And The Politics Of Postwar Relief, 1944-1948, Ph. D. Thesis, McMaster University, Ontario, Canada, 2018, p. 196 ; voir aussi p. 122. []
  7. Sur ces deux films, voir la page sur Les films de Georges Rouquier tournés en 1943 à Rânes, sur le site déjà cité consacré au village de Rânes en 1944, et mon article : Les premiers films de Georges Rouquier – faits, fictions, dissimulations, 13 juin 2011. []
  8. Propos de Georges Rouquier autour de « Farrebique », entretien avec François Poncile, in Images documentaires n° 64, Georges Rouquier, 3e et 4e trimestre 2008, pp. 19 et 23 []
  9. Propos de Georges Rouquier autour de « Farrebique », op. cit., p. 11. Voir aussi: John H. Weiss, An Innocent Eye? The Career and Documentary Vision of Georges Rouquier up to 1945, Cinema Journal, Vol. 20, No. 2 (Spring, 1981), pp. 38-62. Copyright © 1981 by The University of Texas Press. All rights reserved. Traduction française par Patrick Peccatte : Un œil innocent ? La carrière et la vision documentaire de Georges Rouquier jusqu’en 1945, par John H. Weiss (2010, format PDF, 22 pages). []
  10. Voir sur ce sujet mon article Re-photographie et effet de présent, 5 décembre 2012. []
  11. Roger Leenhardt est né en 1903 à Montpellier ; Tony Leenhardt en 1906 à Mauguio près de Montpellier ; Georges Rouquier en 1909 à Lunel-Viel à 20 km de Montpellier – il y a vécu durant son enfance et il a été à l’école à Montpellier. []
  12. Arnaud Chapuy & Jean-François Cornu, Les producteurs du groupe des Trente, fondateurs d’une pré-Nouvelle Vague ? In : Le court métrage français de 1945 à 1968 : De l’âge d’or aux contrebandiers [en ligne sur OpenEdition]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005. []
  13. Le Comité France-Amérique a cinquante ans, par Jean-Marie, La Revue des Deux Mondes, août 1959, p. 647. []
  14. Sur cette chronologie, voir : Dominique Auzel, Georges Rouquier : cinéaste, poète et paysan, Séquences : La revue de cinéma, n° 170, 1994, p. 17-27. Sur erudit.org [PDF], p. 22 ; Dominique Auzel, Georges Rouquier. De Farrebique à Biquefarre, Cahiers du Cinéma, Petite Bibliothèque des Cahiers du Cinéma, 2002, p. 149 ; Bernard Bastide, « Le printemps… ça revient toujours ! », Genèse de Farrebique de Georges Rouquier, Bibliothèque du Film, 2006, archivé sur archive.org le 12 mai 2013 ; Propos de Georges Rouquier autour de « Farrebique » – entretien avec François Porcile [en 1984-1985], in Images documentaires n° 64, Georges Rouquier, 3e et 4e trimestre 2008, p. 10 ; John H. Weiss, Un œil innocent ?, art. cit., pp. 9 et 16 ; Roxane Hamery, L’Œuvre scientifique de Pasteur : la grande figure d’un savant-telle qu’on veut la rêver. In : Le court métrage français de 1945 à 1968 (2) : Documentaire, fiction : allers-retours [en ligne sur OpenEdition]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2008. []
  15. John H. Weiss, Un œil innocent ?, art. cit., p. 20 ; voir aussi Dominique Auzel, op. cit., p. 148. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search