La culture démasquée en quelques clics

Sur Culture Visuelle, on aime bien la culture populaire. Et on la défend parfois à coup de citations en grec ancien ou en latin. Sans traduction bien sûr. Cette pratique où la culture savante est au service de la culture populaire peut paraître paradoxale et élitiste. Elle n’est pourtant pas vraiment incohérente, car tout lecteur sait bien que la signification de ce genre de citation est à portée de clic en effectuant une banale recherche textuelle.

Dans un tout autre contexte, les services de reconnaissance de musique tels que Shazam ont popularisé depuis plusieurs années l’efficacité des techniques de recherche sonore. Le principe de fonctionnement de ces outils est ici basé sur les empreintes acoustiques, qui sont en fait une sophistication des méthodes de notations musicales simplifiées comme le code Parsons.

Plus récents, les outils de recherche d’images évoqués dans deux billets précédents (ici et ) permettent d’identifier facilement nombre de peintures, sculptures, œuvres architecturales à partir d’une reproduction photographique et sans autres informations. Et cela marche même la plupart du temps avec un fragment de l’image, rendant ainsi impossibles les jeux du détail, jeux de l’image mystère et autres quizz de peinture tant il est devenu facile de « tricher ». Plus sérieusement, une application telle que Getty Google Goggles aide à obtenir de nombreuses informations sur les œuvres d’art lors de la visite d’un musée. Les techniques utilisées sont complexes mais peuvent être vues également comme la construction à partir d’une image d’une sorte d’empreinte visuelle (fingerprint) permettant ensuite la recherche dans une collection.

Ces accès directs et performants à de vastes corpus culturels classiques, sous diverses formes textuelles, musicales ou visuelles, changent désormais profondément notre rapport à une certaine forme de culture conçue comme une accumulation de références. Transposé à l’époque actuelle, un film bien connu où un entrepreneur est régulièrement moqué pour son inculture devient difficile à imaginer1. Le name dropping ostentatoire et intimidant, la connivence des initiés ne fonctionneraient plus; l’individu sortirait son iPhone pour rechercher un nom inconnu, identifier une musique ou un tableau, compensant ainsi immédiatement son ignorance.

On observe couramment deux réactions aux applications rapidement décrites ci-dessus. Tout d’abord une réticence à accepter qu’une part essentielle de ce qui constitue la culture est purement mécanique et peut être efficacement simulée par des algorithmes qui agissent sur des réductions des objets culturels (chaînes de caractères, empreintes sonores ou visuelles). Ensuite, l’affirmation idéaliste selon laquelle « la culture » c’est de toute façon bien autre chose que du calcul, sa nature ne peut être réduite à de vulgaires techniques d’accès à des bases de données, elle serait par essence non mécanique, etc. En somme, les bases de données culturelles et les algorithmes associés ne seraient tolérés que comme des aides, des béquilles.

À ce stade, il peut être intéressant d’effectuer un petit détour par les mathématiques [qui font aussi partie de la culture occidentale depuis la plus haute antiquité, est-il besoin de le rappeler]. L’incursion sera brève et pas du tout technique, que l’on se rassure.

Depuis longtemps, les mathématiciens ont réfléchi à la notion de calcul et construit des théories sur la calculabilité. L’un des résultats les plus remarquables est le théorème de Church, démontré indépendamment par Church et par Turing en 1936. Il peut s’énoncer ainsi: (dans la logique des prédicats) « il n’existe pas d’algorithme pour décider si une proposition est démontrable ou non. ». Sous une forme négative, le théorème affirme en fait que les propositions décidables, celles pour lesquelles il existe une démonstration, constituent une classe bien particulière. Et si l’on revient à une conception plus informatique, le fait que l’on puisse produire un algorithme à propos d’un problème ou que l’on puisse répondre à une question en mettant en œuvre un tel algorithme sur un corpus de données est remarquable. Le calcul apporte réellement du nouveau. Citons ici une métaphore due à Gilles Dowek dans son excellent ouvrage de vulgarisation Les Métamorphoses du calcul. Une étonnante histoire des mathématiques (Le Pommier, 2007, p. 81): « L’opération consistant à rendre explicite ce qui était implicite – le raisonnement – est loin d’être insignifiante. [..] On peut la comparer au travail d’un chercheur d’or qui passe au tamis le sable d’une rivière pendant des mois pour y trouver une pépite. Certes la pépite était déjà dans le sable mais il serait excessif de dire qu’il suffisait de se baisser pour la ramasser. Même si le résultat était implicitement contenu dans les axiomes, le rendre explicite apporte de l’information et de la connaissance ».

Et c’est bien ainsi que les outils modernes de recherche sur des objets culturels (textes, sons, images) doivent être perçus. Les pépites sont là, implicites, cachées, mais les rendre facilement explicites, les amener à la connaissance de tout un chacun en quelques clics judicieux constitue une grande nouveauté. L’efficacité de ces outils conduit à reconsidérer la notion même d‘objet culturel, à nous interroger sur ce qu’est la culture.

La culture discriminante, considérée comme un amoncellement de noms mis en relation, un empilement de citations et de références, une thésaurisation de textes, d’images, de sons, a vécu. Les bases de données accessibles en quelques clics et selon des méthodes encore inabordables il y a quelques années ne sont pas des substituts de la mémoire. Ce sont des constructions humaines réalisées pour des hommes selon un principe fondamental de l’architecture du web, celui de l’égalité d’accès aux ressources. Elles abolissent le caractère élitiste de la culture. C’est là leur principal défaut, leur vice. Un vice, au sens Internet, bien entendu.

  1. D’après un exemple proposé par André Gunthert dans son séminaire. []

Vous aimerez aussi...

25 réponses

  1. Très bien vu,

    Je n’avais pas mis de lien vers la citation latine de Cicéron, dans mon commentaire, car je considérais que sur le web, ce genre de citation n’a plus rien d’obscur. J’aurais pu mettre un lien, mais bon, je n’y arrive pas dans les commentaires sur les autres blogs… D’ailleurs, c’est grâce à Google que j’ai vite retrouvé la citation que je connaissais par un texte de Montaigne sans m’en souvenir intégralement (et j’ai pris l’habitude de vérifier mes citations en un ou deux clics quand c’est possible…)
    Internet ne se substitue pas à la mémoire, mais il change vraiment la place de la mémoire dans la culture, ou plutôt sa structure… On peut gagner de la place pour le raisonnement et les liens, avoir une pensée proliférante, dans la mesure où l’on peut s’appuyer sur les textes d’une manière simplissime, sans forcément avoir les codes qui permettent de savoir où les trouver… c’est une banalité de le dire, mais il suffit d’un clic pour obtenir ou localiser dans une bibliothèque le bouquin qu’on voit cité dans un texte… on peut l’acheter, le réserver, le télécharger… pour le lire le lendemain… Quand il fallait plusieurs jours pour le trouver… C’est étourdissant mais si on s’y retrouve ça change tout… la vitesse d’accès et son ouverture changent la donne d’une manière encore peu envisagée par la majorité des enseignants et des gens de Lettres…
    Mais le revers de ce foisonnement, c’est le copier-coller, et les longues tirades biographiques made in Wikipedia en guise d’introduction dans les dissertations ou les exposés… du collège à la fac en passant par le lycée… Et là, je ne sais pas quoi faire… Un enseignement encore identifié par des élèves comme exigeant la restitution fidèle de contenus culturels de leur part rencontre un extraordinaire fournisseur de contenus culturels… ça donne des platitudes et des tautologies à la pelle…
    Au temps d’internet, il faudrait complètement repenser l’enseignement avec le web en déplaçant les enjeux de la restitution (en gros c’est toujours à cela que les évaluations reviennent) vers la recherche et la production de contenus. Les TPE en première sont les seuls enseignements à pouvoir s’harmoniser intelligemment avec internet, mais c’est très marginal… Ceci dit, il n’y a pas d’autre solution, faire comme si le web n’existait pas ou considérer que c’est juste une super encyclopédie, revient parfois à enseigner dans un monde parallèle… Il faut faire des élèves des chercheurs en herbe, et ne plus jouer à cache-cache avec les connaissances… c’est-à-dire ne pas valoriser outre mesure les connaissances en soi mais s’interésser à celles que les élèves pourraient éventuellement produire ou organiser dans une recherche personnelle et originale…

  2. Merci Olivier. Ta citation latine sans traduction était juste un clin d’oeil et un prétexte pour introduire la facilité avec laquelle cette « culture savante » est désormais accessible. Sur le reste, je suis d’accord avec ton constat que les outils disponibles sur Internet modifient fondamentalement la place de la mémoire dans la culture et devraient impacter en profondeur l’enseignement. Mais je pense que beaucoup d’autres ont développé ces points. Je voulais juste ici tenter de réhabiliter l’importance du calcul, des algorithmes dans la formation de la culture. Ou si l’on préfère, critiquer l’idée romantique selon laquelle la culture humaniste serait incommensurable avec les procédés purement mécaniques.

  3. JM Salaun dit :

    Bonjour Patrick,

    Tout cela est-il vraiment si évident ? On pourrait tenir le raisonnement exactement inverse. Les lecteurs de Culture visuelle ne sont pas représentatifs de la population française et la capacité à naviguer, retrouver et remettre en contexte les références suppose une culture informationnelle qui est très loin d’être partagée par tous les internautes, comme le montre toutes les études sur l’information literaty.
    On pourrait alors tenir le raisonnement inverse : le fossé entre culture populaire et culture élitiste se creuse grâce aux instruments mieux maîtrisés par les uns que par les autres. Personnellement, je n’ai pas d’avis tranché sur le fond, mais je ne crois pas à un raisonnement aussi simple.

  4. Walid dit :

    Article très intéressant. Mais ne confondons-nous pas culture avec « consommation de biens culturels ». Autrement-dit, être cultivé signifierait « disposer d’un capital culturel ».

    Comme vous le dites, une (re)définition de la culture s’impose. Si l’on revient aux sources étymologiques du mot, Culture signifie « soin de la terre et du bétail ». Et par extension « soin de l’âme par la pratique de la philosophie » (Cf. Cicéron). En Arabe Culture se dit « thaqafa » et vient du verbe « thqqafa » qui signifie redresser. Il s’agit de redresser l’esprit humain au lieu de le laisser « se vautrer » et aller à ses inclinations contradictoires.

    Je m’excuse de ce petit détour savant/pédant. C’est simplement pour dire que la culture est surtout un travail sur soi. Une manière de prendre soin de son esprit.
    Et puis comme le dit la citation de Gille dowek, c’est le raisonnement qui donne sens à cette masse d’informations. Pour reprendre sa métaphore, les outils technologiques de reconnaissance sont des sortes de tamis extrêmement performants. Il faudra toujours un cerveau humain pour mettre en connexion toutes ses informations et produire de nouvelles idées.

  5. @Jean-Michel: Mon billet peut paraître exagérément optimiste (ou pessimiste c’est selon) en ce qui concerne l’importance sur notre conception de la « culture » des nouvelles méthodes d’accès aux références, à la sélection et à la hiérarchisation d’objets divers (textes, musiques, images). Je pense pourtant que ces pratiques ont au moins le mérite de montrer que la conception cumulative et discriminante de la culture – qui hélas n’est pas seulement une caricature – n’est effectivement plus défendable actuellement. Dans ce billet, j’ai juste voulu illustrer deux points: 1) les nouveaux outils d’accès aux références changent fondamentalement la notion d’objet culturel et permettent aussi une véritable ouverture à des savoirs jusqu’alors difficiles à repérer ou réservés à de petites communautés, 2) l’idée selon laquelle la « culture » serait a priori dans un « au delà » du calcul ne rend pas compte de la puissance de ces méthodes algorithmiques et de la manière dont elles devraient façonner une autre idée de la « culture », moins axée justement sur le cumulatif et plus sur la compréhension. Certes dans tous les cas, il est nécessaire de disposer d’une culture informationnelle pour, comme tu le dis, retrouver et remettre en contexte les informations fournies par ces nouveaux outils. Mais le plus important peut-être, c’est que l’utilisateur doit acquérir une bonne connaissance des sources et bases de données ainsi exploitées, des moyens d’y accéder (sans négliger les aspects algorithmiques, j’y tiens) et développer son sens critique. Je pense aussi que le développement du « Martini Web »  (anytime, anyplace, anywhere) et de la literacy qui va avec comme l’a appelé Andrew Walsh dans une récente communication, c’est-à-dire la multiplication des services mobiles performants devrait aussi conduire à de profonds changements. Un dispositif comme le Getty Google Goggles par exemple est extrêmement simple à utiliser et très efficace. La compétence informationnelle nécessaire pour son utilisation est minimale. Mais il s’agit là des œuvres identifiées et commentées par Google/Getty, et ces deux points précis doivent être bien compris par l’utilisateur. Par ailleurs, sur le fossé entre culture populaire et culture élitiste, je crois au contraire que le mode d’accès des outils de recherche agissant de manière indifférenciée sur des objets culturels « nobles » et des objets qui ne le seraient pas (« ignobles » ?) permet justement d’ouvrir les frontières entre ces catégories.

    @Walid: Merci pour votre avis et vos précisions. Pour moi, il n’existe pas de culture en dehors de la consommation de biens culturels. Les deux doivent justement être pensés ensemble. Parler de culture en dehors du marché est une vue idéaliste. Je suis assez d’accord avec l’idée proposée qu’il s’agit de prendre soin de son esprit, mais cet entraînement suppose un accès aux biens culturels et à leur marché.

  6. Walid dit :

    @Patrick Peccatte « Parler de culture en dehors du marché est une vue idéaliste ». N’est-ce pas la vue des wikis, du P2P, des forums?… En gros une culture qu’on partage au lieu d’une culture qu’on consomme. D’ailleurs cela a toujours existé. Qu’est-ce que le P2P sinon une méga bibliothèque(médiathèque) où tout le monde peut faire un don ou emprunter des produits culturels?
    Comme vous le soulignez, c’est surtout l’approche cumulative et discriminante de la culture qui pourrait être mise en crise par ces nouveaux outils.
    Par ailleurs, la culture est aussi une histoire de communauté. Ce qui gène dans Wikipedia par exemple c’est précisément le fait que son contrôle échappe à la « communauté scientifique » au profit d’une communauté beaucoup plus large. Et c’était cette communauté qui hiérarchisait le savoir noble/populaire. Quelle hiérarchisation pour demain? C’est, me semble-t-il, la question la plus excitante à se poser en ce moment…

  7. Je suis d’accord avec Patrick sur l’idée que les outils de recherche ne modifient pas seulement l’accès à la culture, mais la nature du rapport à la culture, notamment parce que le contrôle de l’accès a toujours fait partie intégrante de la transmission culturelle (d’où les critiques qui ont immédiatement accueilli Wikipédia de la part des gardiens de la culture légitime). Ce qui n’est pas contradictoire avec l’hypothèse qu’une meilleure maîtrise des mécanismes documentaires améliore encore la performance culturelle, simplement les deux idées ne sont pas sur le même plan. Je ne crois pas qu’il s’agit d’un raisonnement simple, mais au contraire d’une intuition juste et profonde, qui rejoint et corrobore de nombreux autres symptômes dans des contextes variés.

  8. JM Salaun dit :

    Pas encore vraiment convaincu.

    Je pense d’abord qu’il y a une confusion entre mémoire et culture. Tout à fait d’accord que le premier terme (mémoire) poursuit une mutation engagée depuis longtemps basée sur le calcul, mais qui s’accélère brutalement avec le web. Mais l’assimiler à une expression de la «culture légitime» ne me parait pas pertinent. Au contraire, le mouvement de séparation entre mémoire et culture est engagé depuis très longtemps (au moins en France depuis Montaigne et sa «tête bien faite»).

    Ensuite, il me semble que le raisonnement repose sur une conception quelque peu figée et idéaliste d’une «culture légitime», sans concurrence entre des groupes porteurs. On pourrait arguer, par exemple juste pour agacer un peu ;-), que Culture visuelle ou Wikipédia construisent la culture légitime du XXIe siècle. Les gatekeepers se sont déplacés, mais ils restent bien les gardiens d’un champ légitime dont la compétence documentaire est une des clés qui permet, en effet l’accès à des savoirs autrefois difficiles à repérer.

  9. Là encore, il n’y a pas contradiction entre l’idée que de nouveaux supports contribuent à l’émergence d’un nouveau modèle culturel dominant, et l’observation selon laquelle ces modèles ne mettent pas l’accent au même endroit. L’apprentissage « par coeur » et la validation par la répétition ont bel et bien fait partie des éléments-clés de l’assimilation de la culture scolaire, et le name dropping reste pour beaucoup la marque la plus évidente d’un discours cultivé. Parmi les nouveaux repères des fonctionnements culturels, la capacité argumentative a clairement pris le pas sur la démonstration de la compétence documentaire.

  10. Tout à fait d’accord avec André sur le dernier point, c’est ce qui m’a frappé lors de la lecture de cet article… l’approche des objets culturels par les outils de calcul et les algorythmes (ce qui correspondait par exemple à l’étape du relevé et des recoupements au temps de la recherche manuelle) a déplacé « matériellement » l’enjeu de l’appropriation de la culture. Il ne s’agit plus de « trouver » les informations et donc d’être initié aux objets et aux lieux de culture, mais de se les approprier par la réflexion subjective, à un degré supérieur de manipulation des informations, tel est le nouveau paradigme… (l’appropriation matérielle se faisant en deux clics). Au temps des données en ligne, citer un auteur latin dans le texte ou fournir une série de noms propres n’a fort logiquement plus aucun caractère valorisant… On s’interresse désormais à ce qui faisait l’idéal humaniste de l’éducation, rappelé par Montaigne, avoir une tête bien faite plutôt que bien pleine…
    Même si des chercheurs qui ont commencé à chercher dans des tiroirs où se trouvaient des fiches bristols sont toujours émerveillés de voir la facilité avec laquelle internet donne accès à des textes rares ou peu connus, pour les générations qui n’ont pas connu d’autres moyens d’accès, c’est une donnée de base… (peut-être en partie illusoire mais très peu) tout est déjà là, ou presque, sous différentes formes, ou finira par apparaître… même les livres rares d’occasion des bouquinistes sont en ligne…
    Mais Il ne faut peut-être pas confondre les structures opératoires et les représentations qui mettent plus de temps à évoluer…
    Et c’est là qu’est le hiatus que cet article m’a fait apercevoir : Dans les lieux de transmission de la culture, on joue au Rugby sur un terrain de tennis, les pratiques des enseignants et des élèves ou étudiants (jeu collectif et humaniste sur la toile;) ne correspondent plus aux terrains des institutions culturelles, écoles, facs… (jeu individualiste et encore un peu élitiste sur la table en bois)… où tout est orienté, in fine, vers a restitution de connaissances.
    Ce qui m’interroge particulièrement dans cette (r)évolution, c’est la place du copier-coller… fatigué, en tant qu’enseignant, de corriger des phrases de wikipedia ou d’ailleurs… dans des copies (lycée et université), je constate qu’il ne s’agit pas uniquement de mauvaise volonté ou de rouerie de la part de ceux qui y ont recours dans leurs travaux personnels (où ils apprennent les méthodes des exercices qu’ils devront refaire en examen officiel) mais souvent d’une démarche naturelle, évidente, chez des sujets qui ont du mal à élaborer une réflexion personnelle bien sûr, mais aussi chez des sujets plus à l’aise avec la réflexion dialectique… le premier réflexe c’est de googliser la citation à discuter et de faire un tour d’horizon des propos tenus à son égard pour en faire une synthèse… On demande encore souvent une restitution de culture organisée, car être cultivé, dans les représentations les plus courantes, c’est connaître des dates, des concepts et des noms et savoir s’en servir dans un discours… Or le « par coeur » base refoulée mais active de l’enseignement scolaire, est devenu naturelement, le « copier-coller », bien plus fiable, dans un contexte où il faut toujours accumuler des connaissances… De même qu’on photographie une toile dans un musée, on copie-colle des informations, saisie la plus fidèle de l’objet culturel qu’il faut s’approprier pour réussir socialement.
    Jouer avec internet sur les structures de la culture « classique » où l’accumulation et la restitution étaient les deux figures phares, devient absurde, la notion d’examen aussi… Le rapport à l’objet culturel n’est plus le même et le travail de stockage d’hier montre aujourd’hui sa vanité…
    On pourrait s’épargner des heures de chasse au Smartphone au bac … Il n’y a que le monde de la recherche qui soit vraiment en harmonie avec ce nouveau paradigme… il faudrait peut-être qu’il inspire davantage la commission des programmes et l’organisation des enseignements… (je sais qu’on réflechit depuis longtemps aux TICE, mais cela reste essentiellement comme une ressource documentaire…) car à défaut d’être de grands dissertateurs au kilomètre de citations et de formules élégantes, les élèves et étudiants actuels peuvent être très créatifs et très vifs dans le débat… André dit cela de manière plus précise et synthétique : « la capacité argumentative a clairement pris le pas sur la démonstration de la compétence documentaire. »
    Et si le blog remplaçait la dissertation ? Le mémoire patiemment élaboré, la copie sur table ?
    Ce serait plutôt une bonne nouvelle pour la subjectivité !

  11. Walid dit :

    @Olivier Beuvelet: Je ne suis pas sûr que la capacité argumentative prenant le pas sur la démonstration soit une très bonne nouvelle pour quoi que ce soit. Ce serait le règne de l’Opinion au détriment de la réflexion, de la problématisation. Cela fera de nous un troupeau au service des sondages d’opinion de tous ordres. C’est la pente dangereuse du web: faire des internautes un « panel » de consommateurs, électeurs…

    Par ailleurs, on s’offusque de certaines pratiques élitistes comme le name dropping. Eh bien, la culture web et nous-mêmes avons des pratiques comparables. Je pense à l’usage intempestif de l’anglicisme et du concept marketing (le plus souvent vide de sens). L’expression Name dropping en est l’illustration parfaite.

    Et puis tiens je vais faire du name dropping pour finir: « Penser contre soi-même et non avec soi-même. » F. Nietzsch.

  12. @ Walid,

    Une des limites de la lecture sur feuille ou sur écran est la compréhension approximative des termes ou des expressions et leur mauvaise interprétation… Vous faites un beau contre-sens… Dans l’expression d’André, il ne faut pas opposer « démonstration » et « capacité argumentative » mais « démonstration de la compétence documentaire » qu’on pourrait reformuler par « exposition de ses connaissances »… et « capacité argumentative » c’est-à-dire qualité de leur mise en jeu problématique… Ce qui se joue ici, c’est un passage de l’accent mis sur le savoir comme information à l’accent mis sur le savoir comme réflexion, l’information brute devenant banale et égalitaire… C’est un déplacement décisif, car la mémoire, qui était un critère déterminant dans la culture (voir les singes savants comme Attali, MInc, Luchini…), devient secondaire au profit de qualités de tissage et de problématisation… La mémoire se porte plus sur des schèmes que sur des données…
    Il ne faut peut-être pas globaliser le web pour n’y voir que les reflets de la masse qu’en bon Nietzschéen vous méprisez… La blogosphère par exemple, est bien plus une Thébaïde qu’un Forum…

    ps : un simple clic permet par exemple de parfaire son name dropping en mettant des « e » où il faut, la mémoire peut se consacrer à autre chose… 😉

  13. @Walid: La finalité des Wikis, forums, P2P, etc. est effectivement le partage plutôt que la consommation. Cependant, la culture consommée et donc marchande n’est jamais bien loin. Wikipedia par exemple cite abondamment des articles et ouvrages qui font bien partie de la culture marchande. Et c’est d’ailleurs l’un des rôles éminents de cette encyclopédie en ligne que de permettre d’approfondir un sujet en s’aidant des références (mais en retournant alors en bibliothèque ou en achetant les ouvrages mentionnés). Sur la question essentielle en effet du contrôle et de la hiérarchisation des savoirs, je renvoie à la réponse ci-dessous.
    Sur Nietszche, vous lisez trop les chroniques d’un philosophe médiatique ex de la femme du président ;))

    @Jean-Michel: Je pense justement que l’impact du calcul et d’internet va bien au delà d’une mutation de la mémoire. J’ai écrit dans mon billet que les méthodes nouvelles d’accès aux objets culturels ne sont pas des substituts ou de simples prolongements de la mémoire, et je vais essayer d’illustrer ce point ainsi que la question de la légitimité ouverte par André en développant un exemple que je connais bien (j’ai du mal à argumenter autrement qu’en m’appuyant sur des exemples), celui du projet PhotosNormandie.

    À l’origine, le Conseil Régional de Basse Normandie a financé un projet patrimonial et culturel de base de données qui devait constituer « un inventaire aussi complet et exhaustif que possible des photographies qui ont été prises pendant l’occupation, la libération et la reconstruction de la Basse-Normandie. Elle doit aussi permettre d’améliorer l’identification des documents ». Les scans sont de bonne qualité, mais les légendes sont très médiocres et souvent désastreuses. Après quelques essais infructueux pour proposer des corrections, nous avons pris acte que le programme annoncé d’amélioration des identifications et légendes n’était pas opérationnel sur ce service public. Nous avons donc décidé de nous approprier cette collection de photos libres de droit en respectant bien sûr les conditions d’utilisation.

    PhotosNormandie est d’abord une méthode de travail collaborative entre des intervenants qui pour la plupart ne se connaissent pas autrement que sur le projet. Une grande partie du travail consiste à compiler de nombreuses sources publiées (livres, magazines, etc.), mais nous utilisons aussi toute la panoplie des outils disponibles sur le Web: recherche inversée d’images et identification de nouvelles sources, demandes auprès d’autres communautés organisées ailleurs (forums divers, collectionneurs de cartes postales, etc.), utilisation d’outils cartographiques, recherches dans d’autres collections en ligne, etc. Au final, ce projet n’est possible que grâce aux possibilités ouvertes par différents outils du Web qui ne sont pas seulement des mutations de la mémoire.

    Venons-en à la question de la légitimité. PhotosNormandie se situe bien dans le domaine culturel mais n’a pas demandé l’avis des gardiens du champ légitime pour fonctionner. Nous comptons bien quelques historiens, archivistes ou documentalistes parmi les participants mais ils sont minoritaires. Notre modèle est en fait celui de l’astronomie amateur où l’on ne demande pas à un découvreur amateur d’une comète ou d’une nova s’il possède un doctorat de physique. Dans ce domaine, il existe une longue tradition de collaboration entre les professionnels et les amateurs qui effectuent des tâches de surveillance souvent ingrates, fastidieuses et répétitives, mais néanmoins utiles. Dans PhotosNormandie de même, nous travaillons sur des sujets « mineurs », en passant en revue de nombreux documents, en brassant de nombreux liens du Web. C’est également une tâche fastidieuse et répétitive, mais elle permet d’avancer sur des points qui ne seraient pas traités avec un tel aspect systématique par les historiens professionnels (qui ont probablement mieux à faire que de passer des heures sur Google Street View pour retrouver une localisation par exemple). Nous savons par ailleurs que le projet est bien connu par certains historiens spécialistes du sujet, et non des moindres, et qu’ils utilisent parfois notre travail. Je ne sais pas s’ils se considèrent comme les « gardiens d’un champ légitime » pour reprendre ton expression et qu’ils jugent alors notre travail illégitime. Je crois que cela ne sera jamais dit ouvertement. C’est ainsi.

  14. Walid dit :

    @Olivier Beuvelet: Oh le coup bas du E à Nietzsche! Je suis démasqué 🙂

    Quoi qu’il en soit la capacité argumentative n’est en aucun cas la « mise en jeu problématique » des connaissances comme vous le dites. La capacité argumentative est du côté de la réponse (convaincre), la problématisation du côté de la question (s’interroger).

    Et la capacité argumentative devient en ce moment le paradigme de tout le raisonnement. Nous sommes aux antipodes de toute problématisation du savoir. Je pense par exemple à la théorie argumentative du raisonnement. Bizarrement en vogue en ce moment.

  15. @ Walid,
    c’était amical, surtout qu’avec mes algor(y)ithmes ci-dessus, je suis mal placé pour pointer les coquilles… 😉
    sur les « capacités argumentatives », la capacité de formuler la question et celle de proposer une réponse la constituent conjointement… Vous distinguez bien les deux, à juste titre, mais elles font, l’une comme l’autre, partie de la démarche hypothético-déductive que les capacités de calcul informatique et les ressources d’internet permettent d’appuyer sur des corpus plus sûrs et plus précis tout en lui permettant aussi de s’affiner à l’aide de la littérature en ligne.

  16. Cela me rappelle que j’ai oublié les outils de traduction automatique parmi les services du Web qui modifient en profondeur (je crois) notre rapport à la culture. Même s’ils sont très imparfaits, ils sont souvent bien utiles et je ne doute pas qu’ils progresseront encore et que de nouvelles applications de ce genre verront le jour, notamment sur les mobiles.
    Merci à tous pour ces échanges très intéressants.

  17. @Olivier « Au temps des données en ligne, citer un auteur latin dans le texte ou fournir une série de noms propres n’a fort logiquement plus aucun caractère valorisant…  » Est-ce si évident? Au contraire dirais-je qu’il s’agisse de culture savante ou de culture populaire, ce qui fera l’intérêt d’un blog ou d’un article sur un sujet que j’ignore ou que je maîtrise mal, ce seront les citations et le name droping dans la mesure où des liens qui me permettent de développer mes connaissances leurs sont associés. La figure de l’expert reste valorisante. Avec une double fonction, signaler ce qui est digne d’intérêt, me dire où chercher et quoi chercher en distinguant le bon grain de l’ivraie. Et en ce qui concerne l’instrumentalisation sociale de la culture dont le name droping est une des manifestations, n’y aura-t-il pas toujours une différence entre ceux qui savent et ceux qui doivent cliquer?

  18. @André est-ce que le name droping et l’apprentissage par cœur sont identiques? Le name droping c’est généralement plutôt le résultat d’un apprentissage diffus qui tient à ce que l’on a appris, lu, entendu, assimilé depuis l’enfance. C’est d’ailleurs pour cela que la culture classique est discriminante. Un autodidacte, si brillant soit-il, aura toujours du mal à obtenir la reconnaissance des tenants de la culture savante. Il ne suffit pas de lire les ouvrages de Mme Nadine de Rotschild sur les bonnes manières pour faire illusion en société. 🙂

  19. @Thierry: Si j’ai cité ces deux symptômes symétriques, c’est qu’en effet ils ne sont pas identiques… 😉 De manière générale, je pense que c’est moins la méthodologie de l’apprentissage qui importe qu’effectivement l’âge auquel est assimilée la référence. On peut considérer que plus une information est acquise tôt, plus elle est naturalisée, ce qui constitue bien un critère de la qualité de l’appropriation. En résumé, une culture bien assimilée devient une (seconde) nature…

  20. @ Patrick « L’efficacité de ces outils conduit à reconsidérer la notion même d‘objet culturel, à nous interroger sur ce qu’est la culture. »
    Jusqu’à présent tous les outils qui décrivaient des objets culturels étaient eux-même des objets culturels. Il fallait maîtriser son corpus pour dégager de nouveaux outils culturels. Qu’il s’agisse de créer un classement de livres pour une bibliothèque ou de tableaux pour une exposition, la connaissance des œuvres était indispensable. A l’inverse, les algorithmes de recherche d’images, n’ont pas supposé pour être créés que leurs auteurs connaissent tout ou partie des images que leurs algorithmes allaient être capables d’identifier. Les algorithmes relèvent d’une logique qui n’a rien à voir avec les objets dont ils rendent compte.

  21. @Thierry: Tout d’abord, un algorithme est un objet éminemment culturel. Et ceux qui sont mis en œuvre pour la recherche d’images s’appuient sur le fait remarquable qu’il est possible d’extraire des caractéristiques « calculables », des propriétés des images sur lesquelles on peut effectuer des recherches et que l’on peut comparer entre elles. Je défends ici une version des objets culturels que l’on pourrait qualifier de « non naturalisée », c’est-à-dire une conception dans laquelle les hommes peuvent parfaitement construire des outils efficaces sans pour cela se référer à leurs propres modes de fonctionnement ou à ceux que l’on observe dans la nature. Ce n’est pas en imitant les poissons que l’on a inventé les sous-marins ou en prenant modèle sur les oiseaux que l’on a construit les avions. De même, les algorithmes de recherche d’images (et bien d’autres) ne s’appuient pas obligatoirement sur les capacités cognitives humaines, mais n’en sont pas moins des objets culturels qui nous conduisent à penser autrement les objets culturels sur lesquels ils opèrent.

  22. « De même, les algorithmes de recherche d’images (et bien d’autres) ne s’appuient pas obligatoirement sur les capacités cognitives humaines, mais n’en sont pas moins des objets culturels qui nous conduisent à penser autrement les objets culturels sur lesquels ils opèrent. »
    Je suis d’accord en ce qui concerne ceux qui développent les algorithmes. Et ceux qui essaient de comprendre leur travail. 🙂 Mais en ce qui concerne ceux qui les utilisent je suis moins convaincu. Lorsque j’ai utilisé mon premier ordinateur, dans les années 80, tous les utilisateurs bricolaient un peu de code, parce que les programmes étaient beaucoup moins moins sophistiqués qu’aujourd’hui. De ce fait utiliser un ordinateur, c’était se confronter avec sa propre logique. Aujourd’hui les programmes sont développés pour être transparents pour l’utilisateur. Ils ne nous obligent plus à remettre en cause notre façon de penser.

  23. Bien que pour moi la connaissance des principes de la programmation fasse partie intégrante de la culture, il ne s’agit pas que chacun devienne programmeur émérite. De la même façon que l’on peut prendre l’avion ou conduire une automobile en ignorant tout des rudiments de l’aéronautique et de la mécanique, il est tout à fait normal d’utiliser des ordinateurs sans se plonger dans le code. Cependant, ces machines ont un impact profond sur notre manière de voyager dans le premier cas, de travailler intellectuellement et de concevoir la culture dans le second cas.

  1. 18 juillet 2011

    […] La culture démasquée en quelques clics | Déjà vu Sur Culture Visuelle, on aime bien la culture populaire. Et on la défend parfois à coup de citations en grec ancien ou en latin. Sans traduction bien sû… Source: culturevisuelle.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *