Présentation de PhotosNormandie au colloque "Dans la toile des médias sociaux"

Voici le support de ma présentation lors du colloque Dans la toile des médias sociaux organisé par l’Institut historique allemand avec l’aide du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). IHA, Paris, 28 juin 2011.
Merci à Mareike König et Pierre Mounier pour leur invitation et l’organisation de cette journée d’échanges.

À voir : l’enregistrement vidéo de la présentation sur le site de l’Institut historique allemand.


4 réflexions sur « Présentation de PhotosNormandie au colloque "Dans la toile des médias sociaux" »

  1. Bonjour,
    merci et bravo pour cette présentation très claire et très agréable à feuilleter.

    Les photos « libres de droit » issues des archives nationales des Etats-Unis et du Canada, le sont jusqu’à quel point?
    Pourquoi une sélection ? (page 8)
    Le projet a-t-il une fin programmée? Je suppose qu’il reste des images qui n’ont pu être documentées. Ont-elles vocations à rester sur Photo Normandie dans l’attente d’une éventuelle identification, où en raison du trop grand nombres d’incertitudes qui existent sur leur localisation, contenu etc. seront-elles écartées le jour où le projet sera interrompu et où le fond sera utilisé comme un fond classique d’images que l’on ne peut que difficilement amender?

  2. Merci Thierry. J’ai repris l’expression « libres de droit » qui figure sur les conditions d’utilisation du site Archives Normandie 1939-1945 d’où proviennent les photos. Je sais bien que la formule n’a pas grand sens en droit français, mais c’est une manière de préciser que les photos peuvent être utilisées sans autre condition que de mentionner les crédits qui vont bien: Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA ou Canada. Dans notre projet, ce crédit est mentionné dans le champ IPTC Copyright de chaque photo, dans les tags Flickr, et expliqué sur le profil du compte.

    Archives Normandie 1939-1945 a été réalisé en 2004 pour le soixantième anniversaire du Débarquement. C’est un prestataire qui a effectué le travail pour le CRBN. Les photos sont aussi en vente sur le site du prestataire en question, avec les mêmes légendes (parfois désastreuses) que sur le site institutionnel. Je n’ai aucune information directe sur les critères de sélection qui ont été utilisés. Tout au plus peut-on donner quelques indications. Par exemple, on ne voit aucun mort civil alors que nous connaissons des photos et films de ces victimes; c’est probablement une volonté du commanditaire, le CRBN, de ne pas mettre en ligne ces photos.

    Le projet n’a pas de fin programmée. Il s’arrêtera je pense quand l’un des deux initiateurs du projet (Michel Le Querrec et moi) se lassera. Mais même dans ce cas, il serait alors « en sommeil » et pourrait être réactivé à tout moment. Je défends l’idée qu’il n’existe pas de légendes figées. Les descriptions sont conçues dans ce projet comme étant toujours potentiellement perfectibles. Pour prendre un exemple simple, quelques personnages inconnus sur lesquels nous séchons lamentablement devraient pouvoir être identifiés un jour. Idem pour certaines localisations inconnues. Et de minuscules informations nouvelles apparaissent toujours, apportées non seulement par les « piliers » du projet mais quelquefois aussi par des participants sporadiques. Je ne vois donc pas de raisons de supprimer des photos de la collection. Il faut juste être patient. Au contraire, nous souhaiterions que d’autres organismes qui possèdent des collections sur le sujet rejoignent le projet, comme la Ville de Cherbourg-Octeville récemment. Et pas seulement des collections de photos. Les films américains « détenus » par l’ECPAD au Fort d’Ivry nous intéressent au plus haut point par exemple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *