La bande son du documentaire The Vietnam War de Ken Burns et Lynn Novick

La chaîne Arte diffuse durant ce mois d’août le documentaire Vietnam de Ken Burns et Lynn Novick1. Dans sa version d’origine, cette série diffusée en 2017 sur la chaîne américaine PBS sous le titre The Vietnam War comporte 10 épisodes qui suivent la chronologie de la guerre et il dure plus de 17 heures. La version adaptée en français et allemand pour Arte est plus courte. Elle compte seulement 9 épisodes et dure au total un peu plus de 8 heures ; chaque épisode a été réduit à moins d’une heure et les épisodes originaux 4 et 5 ont été fusionnés.

Sans surprise, l’illustration sonore de ce documentaire fleuve fait largement appel à la musique rock de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix.

The Vietnam War, Ken Burns et Lynn Novick, épisode 8 Arte, 15:10 – The Rolling Stones, Gimme Shelter (1969) ; “If I don’t get some shelter, oh yeah, I’m gonna fade away. War, children, it’s just a shot away” [Si je ne trouve pas d’abri, oh oui, je vais disparaître. La guerre, les enfants, c’est juste à portée de tir.]

En 2014, j’ai publié un article sur La bande son de la guerre du Vietnam qui étudie les usages de la musique de l’époque dans les films sur la guerre du Vietnam. La présente analyse de la bande son du documentaire de Burns et Novick complète cet article de 2014 qu’il est préférable d’avoir lu avant de poursuivre… L’étude porte bien évidemment sur la version originale de la série, plus complète. Cependant, la plupart des exemples musicaux cités existent aussi dans la version diffusée sur Arte. Sauf mention contraire, les références aux épisodes dans la suite de cet article renvoient à la version PBS originale ; la référence à un épisode selon le découpage Arte est toujours précisée, ainsi [ép. 7 Arte] renvoie à l’épisode 7 selon Arte, c’est-à-dire une partie seulement de l’épisode 8 PBS.

Avant d’examiner plus précisément la musique utilisée dans le documentaire, un bruit caractéristique très présent dans sa bande sonore mérite attention. Grâce à un flash-back, le premier épisode de la série s’ouvre d’emblée sur un bruit de pales d’hélicoptères. La scène de l’hélicoptère évacuant les morts et les blessés d’un champ de bataille est devenue comme on sait une figure stéréotypée de la représentation cinématographique de la guerre du Vietnam (voir mon article de 2014). De la même façon, il n’est pas exagéré de considérer que le vrombissement des pales d’hélicoptères, omniprésent tout au long de la série, relève aussi d’une sorte de ‘figure sonore’ stéréotypée en rappelant l’extrême importance de cet appareil lors du conflit.

La musique du documentaire

Un index de toutes les pièces musicales utilisées dans les dix épisodes du documentaire a été construit, puis comparé à la base de données des 574 chansons recensées dans les 246 films étudiés en 2014. Pour faciliter la consultation de ces données, un document au format PDF est proposé en annexe.

La bande son est particulièrement soignée. Les réalisateurs l’ont d’ailleurs présentée en détail dans une section spécifique du site de la chaîne PBS consacré à la série. Elle comporte :

  • des pièces de musiques originales écrites et enregistrées par les compositeurs Trent Reznor et Atticus Ross du groupe Nine Inch Nails. Le duo a aussi retravaillé et intégré des morceaux de leur album Ghosts I-IV paru en 2008, ainsi que des pièces qu’ils avaient précédemment écrites pour The Social Network (2010) et The Girl with the Dragon Tattoo (2011), deux films du réalisateur David Fincher ;
  • des pièces originales composées par le célèbre violoncelliste Yo-Yo Ma avec son collectif The Silk Road Ensemble ; ces compositions comportent de larges improvisations librement inspirées par la musique vietnamienne traditionnelle ;
  • plusieurs musiques additionnelles composées par David Cieri et Doug Wamble ;
  • des chansons et pièces de musique populaires durant la période évoquée par chacun des épisodes, dont une grande majorité de titres rock/pop.

La chaîne PBS a édité deux albums de musique pour accompagner en 2017 le lancement de la série, l’un est une sélection de 38 titres rock/pop choisis parmi les plus représentatifs de la bande son, l’autre regroupe les compositions originales de Trent Reznor et Atticus Ross. Ces titres peuvent être écoutés via Spotify sur le site PBS déjà mentionné, ce qui permet de lire cet article même sans avoir vu le documentaire…2.

L’index établi montre la place importante des compositions originales réalisées par les différents artistes mentionnés. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas la musique rock qui domine dans la bande son, mais les diverses compositions de Trent Reznor et Atticus Ross, reprises fréquemment au cours des différents épisodes, et qui créent une ambiance souvent dramatique. Ainsi le leitmotiv minimaliste Less Likely et l’angoissant The Same Dream (ici et sur Youtube) qui traversent toute la série. Comme l’exprime très bien Jeff Slate, lui-même auteur-compositeur, dans un article sur la musique du documentaire :

La partition de Reznor et Ross sert à ancrer la guerre du Vietnam dans le présent plutôt que dans le passé – pour réaffirmer que le documentaire est une réflexion et une évaluation des événements examinés.
Jeff Slate, The Music in Ken Burns’ The Vietnam War Is Remarkable. Here’s How It Was Chosen, Esquire.com, September 29, 2017

Le rock possède en réalité une densité relativement faible dans la série, il émerge constamment d’une ambiance musicale dominée par les compositions électroniques du duo Reznor/Ross et les semi-improvisations du Silk Road Ensemble de Yo-Yo Ma. Les titres rocks facilement reconnaissables se détachent de cette ambiance et ils n’apparaissent pas pléthoriques.

Typologie des chansons et pièces musicales

La série utilise 135 chansons et pièces musicales diverses. Bien qu’elle soit très présente, la musique rock n’est pas la seule qui soit utilisée. On dénombre également :

  • des musiques militaires : L’hymne des Marines [ép. 1 et 3] ; On Brave Old Army Team et Semper Fidelis March [ép. 4] ;
  • La Marseillaise, deux fois [ép. 1], la première fois à l’accordéon ;
  • des musiques vietnamiennes : The Wounded Soldier [ép. 1, 3, 10] ; Tinh Quan Dan [People and Fighters Unite] [ép. 1] ; Nho’em [I miss you] et Ho Nen [ép. 4] ; Mua Dao, Doc Canh [ép. 5] ; Uớt Mi [ép. 7] ;
  • des chansons patriotiques : My Country, ‘Tis of Thee (air du God Save the Queen britannique) [ép. 2, 4, 10 deux fois] ; America The Beautiful [ép. 9] ;
  • des chansons traditionnelles : Come, Ye Thankful People, Come, chant de Noël [ép. 5] ; Red River Valley [ép. 9] ; White Christmas [ép. 10] ;
  • deux musiques de film : Thank Heaven for Little Girls et Barbarella [ép. 9] ;
  • une valse classique : Le Beau Danube bleu de Johann Strauss [ép. 6].

Au total donc, la bande son contient 111 titres de musique pop/rock/country/blues/jazz. Comme certains figurent plusieurs fois3, on dénombre en fin de compte 104 titres différents.

Par rapport aux films analysés dans notre étude de 2014, le documentaire de Burns et Novick comporte une proportion relativement grande de titres blues et jazz, qui sont tous interprétés par des artistes noirs :

  • blues : Mean Old World [ép. 1 par T-Bone Walker ; ép. 2 par Sam Cooke] ; Howlin’ Wolf, Smokestack Lightnin’ [ép. 4] ; Nina Simone, The Backlash Blues [ép. 4] et Come Ye [ép. 8] ; B.B. King, The Thrill Is Gone [ép. 8] ;
  • jazz : Miles Davis, So What [ép. 2] et L’Assassinat de Carala [ép. 4] ; Wayne Shorter, Footprints [ép. 4] ; Eddie Harris, Live Right Now [ép. 6 et 8].

Tous les témoignages de vétérans montrent que les soldats blancs écoutaient très peu de jazz et de blues au Vietnam. Ces genres musicaux étaient surtout appréciés par les noirs et les latinos4, ce qui explique sans doute qu’ils sont peu utilisés dans les films sur la guerre du Vietnam. Cette meilleure représentation dans le documentaire est manifestement un choix délibéré des réalisateurs.

Un choix original

Sur les 104 titres rock/pop retenus, 34 ont déjà été utilisés dans d’autres films, autrement dit 70 morceaux figurant dans la bande son n’ont jamais été utilisés dans un précédent film sur la guerre du Vietnam (v. index en annexe). Certains groupes comme Genesis [ép. 4], The Velvet Underground [ép. 6], Fairport Convention [ép. 7 et 9], Led Zeppelin [ép. 8 et 10] n’avaient même jamais été retenus dans des films sur cette guerre.

Tout en utilisant certains titres maintes fois entendus dans les films sur la guerre du Vietnam, les réalisateurs ont donc délibérément recherché des morceaux nouveaux. C’était déjà le constat de l’étude de 2014 : les réalisateurs affirment de cette façon une certaine originalité en évitant de réutiliser des titres qui figurent dans des films antérieurs. Dans une interview sur le processus de sélection des chansons, Lynn Novick s’en est expliqué :

Au début du projet, nous avons demandé à toutes les personnes interviewées de nous envoyer une liste des chansons de l’époque dont elles se souvenaient […] Ce qui est étonnant, c’est que, qu’ils aient participé aux combats au Vietnam, aux manifestations à la maison, ou même qu’ils viennent du Nord ou du Sud-Vietnam, beaucoup de ces gens ont chanté les mêmes chansons. Cela nous a indiqué que nous étions sur la bonne voie, mais que nous allions devoir redoubler d’efforts pour éviter ces clichés.
Jeff Slate, Esquire.com, art. cit.

On retrouve certes des chansons emblématiques de la lutte contre la guerre comme For What It’s Worth [Buffalo Springfield, ép. 7], I Feel Like I’m Fixin to Die Rag [Country Joe McDonald, ép. 8], des chansons très populaires auprès des soldats comme We’ve Gotta Get Out of This Place [The Animals, ép. 9, l’hymne du Vietnam selon les vétérans], des incontournables comme Gimme Shelter [The Rolling Stones, ép. 9] et All Along the Watchtower [par Jimi Hendrix, ép. 10]. Tous ces titres ont déjà été abondamment utilisés dans les films sur la guerre du Vietnam. Mais on ne retrouve pas These Boots Are Made for Walkin’ (Nancy Sinatra) si fréquemment associé au début de l’engagement américain, ni surtout le mémorable Fortunate Son ; le groupe Creedence Clearwater Revival n’est pourtant pas oublié puisque Bad Moon Rising figure dans l’épisode 8.

L’artiste le plus représenté est incontestablement Bob Dylan [ép. 1 deux fois, 3, 4 deux fois, 6, 7, 8 deux fois, 10], également présent par ailleurs par des titres qu’il a composés et qui sont chantés par d’autres (David Cieri, Doug Wamble, The Staple Singers, Jimi Hendrix). Viennent ensuite Simon & Garfunkel [ép. 4 deux fois, 7 trois fois, 10], The Beatles [ép. 6, 7, 8 deux fois, 10], et enfin The Rolling Stones [ép. 3, 5, 7, 9] et Jimi Hendix [ép. 5, 6, 7, 10]. Tous étaient populaires bien sûr à l’époque, mais ce palmarès est exactement inverse à celui que les soldats américains engagés dans la guerre auraient dressé. Dans les témoignages recueillis par Doug Bradley et Craig Werner, les vétérans affirment qu’ils préféraient alors écouter Hendrix et les Stones plutôt que Dylan, Simon & Garfunkel ou même les Beatles, et ils ne mentionnent jamais Genesis, The Velvet Underground, ou Fairport Convention5. La sélection et l’organisation chronologique des chansons populaires dans ce documentaire ne prétend pas refléter la musique écoutée par les soldats américains. Il s’agit d’une construction au service d’une narration, réalisée par des intellectuels qui cherchent à concilier l’attente du public pour des titres incontournables et leurs propres inclinations pour certains artistes de l’époque.

Marqueurs temporels et approximations

Plusieurs commentateurs ont relevé la correspondance précise entre la chronologie des épisodes et la musique qui les accompagne. Pour le journaliste Matt Alderton, “la position des chansons dans le film correspond à leur sortie, de sorte que les chansons d’un épisode de 1969 ont été diffusées à la radio en 19696. Et selon David Fricke, éditeur au journal Rolling Stone, “chaque chanson a été publiée durant ou avant l’année de l’épisode dans lequel elle apparaît7.

Ken Burns lui-même a déclaré qu’“il était vraiment important de ne pas avoir de chanson de 1967 lors d’un segment consacré à 1965, peu importe à quel point cela aurait pu fonctionner8.

Qu’en est-il exactement ?

Dans mon article de 2014, le choix d’une musique qui renvoie à une époque précise est appelé marqueur temporel. Dans un très long documentaire comme The Vietnam War où la narration chronologique est découpée rigoureusement, on peut s’attendre à un usage méticuleux des marqueurs temporels musicaux. Pourtant, si l’illustration musicale du documentaire respecte dans son ensemble la chronologie de la narration, un examen plus attentif montre tout de même quelques approximations.

Le premier épisode Déjà Vu (1858–1961) s’ouvre et se termine sur la chanson de Bob Dylan, A Hard Rain’s a-Gonna Fall qui est reprise aussi à la fin du documentaire, dans l’épisode 10. Sortie en mai 1963 sur l’album The Freewheelin’ Bob Dylan, cette chanson ne correspond pas à la période couverte par le premier épisode qui s’achève en 1961. À la fin de l’épisode PBS original, un discours du président Kennedy en janvier 1961 est suivi par des images de 1969 et une interview du vétéran Tim O’Brien. Cette astuce réduit l’anachronisme induit par la chanson, mais cette section a disparu de la version Arte.

Toujours dans l’épisode 1, on relève aussi quelques approximations à propos de deux chansons vietnamiennes enregistrées après 1961.

The Wounded Soldier [Thương Binh] est une chanson écrite vers 1948 par Pham Duy, un compositeur vietnamien renommé. Elle semble n’avoir pas été enregistrée et éditée avant 1967 (puis en 1968) par le musicologue et musicien Stephen Addiss avec Pham Duy lui-même. Elle figure dans le documentaire dans plusieurs épisodes, interprétée par David Cieri et The Silk Road Ensemble (dans un arrangement par Evan Ziporyn).

Tinh Quan Dan [People and Fighters Unite] a été écrite par Xuan Ba en 1962 ; les droits du compositeur sur cette chanson utilisée plusieurs fois, notamment dans un arrangement par The Silk Road Ensemble, ont été reconnus seulement en 20199.

Plus étonnant, le quatrième épisode Resolve (January 1966 – June 1967) comporte une pièce musicale du groupe Genesis, Ravine, sortie en 1974 sur l’album The Lamb Lies Down on Broadway et le cinquième épisode This Is What We Do (July 1967 – December 1967) [ép. 4 Arte] contient une composition de Michael Hunter, VII, initialement publiée en 1994 et rééditée en 2013 par Marillion.

Enfin, on peut s’étonner que le premier épisode qui retrace dans sa première partie la longue histoire de la domination coloniale française en Indochine ne comporte aucun chanson française. Les seules allusions musicales sont deux interprétations discrètes de la Marseillaise, une première fois à l’accordéon (cliché), la seconde au piano.

Allusions et émotions

Comme on l’a rappelé, la chanson de Dylan A Hard Rain’s a-Gonna Fall (1963) ouvre et clôt l’épisode 1 et apparaît aussi à l’extrême fin du documentaire, juste avant Let it Be (1970) des Beatles. Elle est interprétée aussi par Doug Wamble dans l’épisode 4. Le titre “enferme” et résume en quelque sorte l’ensemble du travail documentaire. À la fin du premier épisode, son titre “prophétique” [Une pluie dure va tomber], sa composition sous forme de questions et réponses adressées à un enfant, ses paroles sombres et allégoriques, annoncent le désastre que sera la guerre :

I saw ten thousand talkers whose tongues were all broken,
I saw guns and sharp swords in the hands of young children

J’ai vu dix mille bavards dont la langue était cassée
J’ai vu des fusils et des épées effilées dans les mains de jeunes enfants

Les réalisateurs ont été particulièrement attentifs aux choix des chansons sur lesquelles se terminent chacun des dix épisodes. Comme l’explique la productrice du film Sarah Botstein sur le site du film :

La fin d’un épisode est le seul moment dans notre film où tout ce que vous entendez, c’est de la musique. C’est un moment où le spectateur peut ressentir et traiter l’importance de tout ce qu’il vient de vivre. Et chaque épisode se termine par une chanson puissante interprétée par l’un des plus grands artistes de l’époque.”

Le titre de la chanson parfois, mais le plus souvent son texte sont utilisés comme des allusions à l’épisode qui vient de s’achever. Quelques exemples.

La fin de l’épisode 3 The River Styx (1964–1965) décrit les terribles pertes de la bataille de Ia Drang en novembre 1965 et évoque les soldats qui s’entraident et qui pleurent. Puis il s’achève sur les vœux de Noël envoyés au soldat Denton “Mogie” Crocker, Jr. par sa famille. Cette alternance est évoquée par la chanson Turn! Turn! Turn! (To Everything There Is a Season) (1965), écrite Pete Seeger et interprétée par The Byrds, dont les paroles s’inspirent du livre de l’Ecclésiaste :

A time to be born, a time to die […]
A time to kill, a time to heal […]
A time of war, a time of peace […]

Un temps pour naître, un temps pour mourir […]
Un temps pour tuer, un temps pour guérir […]
Un temps de guerre, un temps de paix […]

À la fin de l’épisode 4 Resolve (January 1966 – June 1967), le soldat Crocker est tué au combat. Le film s’achève sur les interviews émouvantes de sa mère et de sa sœur, et c’est presque naturellement que l’on entend alors la chanson de Simon & Garfunkel, The Sound of Silence (1965). Cette fin n’existe pas dans la version française puisque les épisodes 4 et 5 ont été fusionnés :

And no one dared disturb the sound of silence

Et personne n’osa déranger le son du silence

Le cinquième épisode This Is What We Do (July 1967 – December 1967) [ép. 4 Arte] évoque les émeutes raciales, les manifestations contre la guerre, la contestation grandissante de la politique du président Johnson et de son secrétaire à la défense McNamara qui sera conduit à démissionner au début de 1968. La chanson des Rolling Stones, Paint It Black (1966), traduit les doutes et le désespoir qui gagnent les Américains :

No colors anymore I want them to turn black […]
I see people turn their heads and quickly look away […]
It’s not easy facing up when your whole world is black […]

Plus aucune couleur je les veux toutes changées en noir […]
Je vois les gens détourner la tête et regarder rapidement ailleurs […]
Ça n’est pas facile de faire face quand tout ton monde est noir […]

La fin de l’épisode 8 The History of the World (April 1969 – May 1970) [ép. 7 Arte] décrit la fusillade de Kent State University dans l’Ohio le 4 mai 1970 où quatre étudiants furent tués. La chanson Ohio (1970) écrite par Neil Young en réaction à cet événement et chantée par Crosby, Stills, Nash & Young termine l’épisode dans la version originale du documentaire ; pour une raison incompréhensible, la version française a supprimé la chanson et l’épisode s’achève sur Woodstock (1970) de Joni Mitchell :

Tin soldiers and Nixon coming,
We’re finally on our own.
This summer I hear the drumming,
Four dead in Ohio.

Nixon et ses soldats de plomb arrivent,
Nous sommes finalement laissés à nous même.
Cet été j’entends les tambours,
Quatre morts dans l’Ohio.

Le documentaire enfin s’achève comme on l’a déjà dit sur Let it Be (1970) des Beatles. On le sait, cette chanson a été écrite par Paul McCartney, après qu’il eut rêvé de sa mère, morte d’un cancer du sein lorsqu’il avait 14 ans ; dans son rêve, elle lui aurait dit Let it Be [Ne t’inquiète pas]. Les paroles, qui ont parfois été mal interprétées, sont une exhortation à l’apaisement. Elles signifient qu’après le deuil vient la résilience, après l’épreuve et la division vient le temps de la réconciliation :

And when the broken-hearted people living in the world agree
There will be an answer, let it be
For though they may be parted, there is still a chance that they will see
There will be an answer, let it be

Et quand les gens aux cœurs brisés vivant dans le monde seront d’accord
Il y aura une réponse, ne t’inquiète pas
Bien qu’ils aient peut-être été divisés, il y a toujours une chance qu’ils verront
Il y aura une réponse, ne t’inquiète pas

Ken Burns s’est exprimé plusieurs fois sur le choix de cette chanson pour clore le film :

C’est la seule chose sur laquelle j’ai insisté depuis le début […] Dès que j’ai su qu’il pourrait y avoir une vague possibilité d’obtenir la musique des Beatles, je l’ai choisi comme pièce finale. Je savais que c’était la seule façon pour notre public de sortir de ce film.
Jeff Slate, Esquire.com, art. cit.

’Let It Be’ est l’un des plus beaux morceaux de musique qui offre non pas le sentiment de l’oubli, mais la capacité de réconcilier tous les tiraillements contradictoires provoqués par les informations qui se sont déversées sur vous au cours des dernières 18 heures [la durée du documentaire] […] Des faits et des émotions, des horreurs, de l’humour momentané et une grande émotion, et il est possible de dire que cela doit rester et qu’il ne faut pas l’oublier. Il s’agit d’une réconciliation ultime, c’est, j’espère, ce que nous pouvons faire.
Alyssa Rosenberg, You’ve heard these songs. But never the way you hear them in ‘The Vietnam War’, The Washington Post, September 28, 2017

Allusions et clins d’œil

Lorsque l’on examine les paroles des chansons dans le contexte de la narration cinématographique, on remarque fréquemment que les propos en cours et les images vues ont été choisis pour s’y accorder. Par ce procédé allusif, certaines chansons se révèlent même parfois comme d’amusants clins d’œil.
Quelques exemples là encore.

Dans l’épisode 7 The Veneer of Civilization (June 1968 – May 1969) [ép. 6 Arte, 39:48], un avion de chasse décolle dans un bruit d’enfer et effectue des bombardements. Le pilote Merrill McPeak explique ensuite comment un bombardement raté qu’il a effectué s’est avéré être un succès. L’ensemble de la séquence est accompagnée par Magic Carpet Ride (1968), chanson du groupe Steppenwolf aux paroles un peu confuses où il est question d’un type proposant à une fille de faire un tour en tapis volant. Associant un pilote de chasse émérite et un allumé sur un tapis volant, cette illustration musicale savoureuse n’est pas sans rappeler la séquence avec la chanson déjantée Surfin’ Bird (1963) dans le film Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (v. mon article de 2014).

The Vietnam War, Ken Burns et Lynn Novick, épisode 6 Arte, 39:48 – Steppenwolf, Magic Carpet Ride (1968)

Dans l’épisode 8 The History of the World (April 1969 – May 1970) [ép. 7 Arte, 3:58], des images de manifestations d’étudiants contre la guerre sont accompagnées par la chanson des Beatles, While My Guitar Gently Weeps (1968) :

I look at the world and I notice it’s turning
While my guitar gently weeps

Je regarde le monde et je remarque qu’il tourne
Pendant que ma guitare pleure gentiment

La séquence s’enchaîne avec le même fond sonore sur les propos de ce même pilote Merrill McPeak qui développe son point de vue sur l’importance de la culture rock de cette époque :

La fin des années soixante est le point de confluence de plusieurs mouvements […]. Il y avait le mouvement anti-guerre lui-même, et aussi tout le mouvement en faveur de l’égalité raciale, de l’environnement, du rôle des femmes. Et les hymnes de cette contre-culture étaient fournis par la musique rock & roll la plus brillante que vous puissiez imaginer. Je ne sais pas comment nous pourrions exister aujourd’hui en tant que pays sans cette expérience, avec toutes ses difficultés, ses hauts et ses bas. Cela a produit l’Amérique que nous connaissons aujourd’hui, et nous nous en portons mieux. […] Je pensais déjà ainsi au Vietnam […] Alors je mettais la musique à fond. Cela représentait pour moi ce que j’essayais de défendre.

Pour ce vétéran, la contre-culture représentée par la musique rock est rétrospectivement totalement assimilée à la culture établie. Le mouvement anti-guerre est légitimé au même niveau que d’autres mouvements sociaux et culturels de l’époque, ce qui ne manque pas de surprendre chez un militaire de carrière devenu chef d’état-major de l’US Air Force durant la Guerre du Golfe.

Ce même épisode comporte d’autres exemples de relations entre la chanson jouée et la voix off ou les images.

Lorsque la “vietnamisation” du conflit décidée par Nixon est évoquée, le commentaire précise : “Les forces sud-vietnamiennes vont désormais jouer un rôle croissant dans les combats pour permettre aux troupes américaines de rentrer au pays” ; la chanson The Letter (1967) des Box Tops commence alors, sur ces paroles : “Give me a ticket for an aeroplane” [ép. 7 Arte, 10:40].

Un peu plus loin, on assiste à la livraison par avions cargos de très grandes quantités de matériel militaire destiné au gouvernement du Sud Vietnam ; c’est alors Circle For A Landing (1969) du groupe Three Dog Night que l’on entend [ép. 7 Arte, 12:30] :

Circle for a landing, get your feet back on the ground
Circle for a landing, it’s time to come on down

Cercle pour un atterrissage, remets les pieds sur terre
Cercle pour un atterrissage, il est temps de descendre

La discrimination envers les soldats noirs est ensuite expliquée : “mais derrière les lignes, les soldats noirs sont toujours traités différemment des blancs” ; c’est alors Respect (1965) d’Otis Redding que l’on entend [ép. 7 Arte, 14:58] :

Respect is what I want
Respect is what I need

Le respect est ce que je veux
Le respect est ce dont j’ai besoin

Lorsque le commentateur explique que le groupe d’opposants à la guerre Weather Underground Organization connu sous le nom Weathermen a pris son nom d’après les paroles de Subterranean Homesick Blues (1965) de Bob Dylan, c’est bien évidemment cette chanson que l’on entend [ép. 7 Arte, 22:12] :

Better stay away from those that carry around a fire hose […]
You don’t need a weather man to know which way the wind blows

Mieux vaut rester loin de ceux qui trimbalent un tuyau de feu […]
T’as pas besoin d’un “monsieur météo” pour savoir d’où vient le vent

À la fin de l’épisode, le futur journaliste Jack Todd explique pourquoi il a déserté au Canada ; c’est alors une autre chanson de Bob Dylan que l’on entend, Farewell, Angelina (1965) [ép. 7 Arte, 42:55] :

Call me any name you like
I will never deny it
Farewell Angelina
The sky is erupting
I must go where it’s quiet

Appelle-moi par le nom que tu veux
Je ne le renierai jamais
Adieu Angelina
Le ciel est en éruption
Je dois aller où c’est calme

L’épisode 9 A Disrespectful Loyalty (May 1970 – March 1973) [ép. 8 Arte] s’ouvre sur des images entremêlées de manifestations pacifistes et de manifestations de soutien à l’intervention américaine. La chanson des Youngbloods Let’s Get Together (1967) accompagne cette séquence :

Come on people now
Smile on your brother
Everybody get together
Try to love one another right now

Allez les gens maintenant
Souris à ton frère
Tout le monde se réunit
Essayez de vous aimer maintenant

The Vietnam War, Ken Burns et Lynn Novick, épisode 8 Arte début – The Youngbloods, Let’s Get Together (1967)

Une analyse plus approfondie des presque 18 heures du documentaire montrerait certainement d’autres concordances. Terminons par un exemple assez cocasse.

Après avoir décrit l’affaire des Pentagon Papers en 1971 et le début du scandale du Watergate, l’épisode 9 donne à voir des images de Nixon triomphant après sa réélection en novembre 1972 [ép. 8 Arte, 47:15]. La séquence s’ouvre sur le blues Tail Dragger chanté par Link Wray (1971, reprise d’un blues de Willie Dixon, chanté notamment par Howlin’ Wolf) :

I’m a tail dragger
I wipe out my track
When I get what I want
I don’t come sneakin’ back

Je suis un dragueur de queue [une personne constamment en retard)
J’efface ma trace
Quand j’obtiens ce que je veux
Je ne reviens pas

L’usage du rock dans le monumental documentaire de Ken Burns et Lynn Novick n’est guère inattendu. Un film sur la guerre du Vietnam sans utiliser ce genre de musique est désormais pratiquement inconcevable. Pourtant, les réalisateurs ont clairement fait preuve d’originalité et d’imagination dans cet exercice convenu. Le rock n’est jamais envahissant comme il l’est dans certains films de fiction (Forrest Gump ; Good Morning, Vietnam ; Dead Presidents). Les musiques réalisées pour le film, notamment les compositions électroniques de Trent Reznor et Atticus Ross, sont toujours présentes, parfois discrètement. Elles installent une ambiance contemporaine d’où émergent de temps à autre des musiques “datées”. La bande sonore participe ainsi à lier ensemble un point de vue actuel, porté par la musique originale, et des événements passés, jalonnés par un son rock toujours pertinent qui amalgame des standards inévitables – beaucoup de ceux que le public familier des films sur le Vietnam attend – et de nombreuses chansons jamais entendues dans ce genre cinématographique. Par un jeu de références qui associe le commentaire off, les images et les paroles des chansons, l’insertion de ces titres dans la narration renforce fréquemment le sujet alors à l’écran. Le procédé paraît si fréquent que l’on peut soupçonner son influence sur la construction du film. Malgré quelques faiblesses, comme l’absence de chansons françaises dans le premier épisode et la trop grande discrétion de la musique vietnamienne, la bande son de The Vietnam War est une réussite.

À lire aussi
La bande son de la guerre du Vietnam, 7 mars 2014

Références

  1. Encore visible jusqu’au 5 septembre sur Arte.tv ou sur Youtube. []
  2. On peut aussi les retrouver sur Youtube, par exemple ici pour les compositions de Trent Reznor et Atticus Ross. []
  3. Titres figurant plusieurs fois : Bob Dylan, A Hard Rain’s a-Gonna Fall [ép. 1 deux fois ; ép. 4 par Doug Wamble ; ép. 10] ; Mean Old World [ép. 1 par T-Bone Walker ; ép. 2 par Sam Cooke] ; Eddie Harris, Live Right Now [ép. 6 et 8] ; Jimi Hendrix, Voodoo Chile [ép. 6 et 7] ; Fairport Convention, The Lord Is in This Place [ép. 7 et 10] ; le gospel We Shall Overcome [ép. 6 deux fois par des interprètes différents]. []
  4. Voir Doug Bradley and Craig Werner, We Gotta Get Out of This Place – The Soundtrack of the Vietnam War, Amherst and Boston: University of Massachusetts Press, 2015. Les soldats blancs appréciaient toutefois le blues interprété par des artistes blancs (The Rolling Stones, Cream, Janis Joplin, etc.) et bien sûr le blues/rock de Jimi Hendrix. []
  5. Doug Bradley and Craig Werner, We Gotta Get Out of This Place – The Soundtrack of the Vietnam War, Amherst and Boston: University of Massachusetts Press, 2015. []
  6. Matt Alderton, How Vietnam War-era music fuels Ken Burn’s new documentary, Special for USA Today, September 16, 2017 []
  7. David Fricke, The Vietnam War – Soundtrack Notes, The Vietnam War – A Film by Ken Burns and Lynn Novick, PBS.org, 2017. []
  8. Jeff Slate, Esquire.com, art. cit. []
  9. Xã hội, Hên, xui Xuân Ba [Chanceux et malchanceux Xuân Ba], tienphong.vn, 11/08/2019 [en vietnamien] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.