Facepalm à l’italienne (fail e vergogna)

Signe d’exaspération et de lassitude, marque de désarroi et d’impuissance face aux événements, le facepalm est désormais très utilisé dans les médias pour illustrer la mauvaise passe que traverse un personnage public (voir ici et ).

À la suite de l’ouverture d’une enquête concernant Silvio Berlusconi, soupçonné d’avoir rémunéré les prestations d’une prostituée mineure, une jeune Marocaine dont le nom de scène est Ruby, de nombreuses photos du Cavaliere dans la posture du facepalm accompagnent des articles publiés récemment sur le Web. On en trouvera quelques échantillons sur ce tumblr (sur 4 pages).

lepost.fr 18/01/2011 (Reuters/Alessia Pierdomenico), metro.co.uk 18/01/2011 (AFP/Getty), repubblica.it 18/01/2011

Ces photos ont été prises plusieurs jours et pour certaines plusieurs semaines avant le début de l’enquête judiciaire. Elles sont donc évidemment utilisées sous le régime illustratif et jamais en relation immédiate et directe avec la procédure ou les faits relatés.

Dans ce cas particulier cependant, la situation d’échec suggérée par ces illustrations et le cortège d’états psychologiques qui l’accompagne (exaspération, irritation, fatigue, énervement, etc.) peuvent être complétés semble-t-il par une autre association. Au fail s’ajoute aussi croyons-nous une allusion à la honte. Il ne s’agit pas de reconnaître dans la gestuelle photographiée un quelconque ressenti de déshonneur de la part du personnage; celui-ci est probablement incapable d’un tel sentiment. Cette honte est en quelque sorte diffuse mais elle est à coup sûr un effet de cette accumulation de choix illustratifs convergents1. Les circonstances de l’enquête, la connotation morale (et moraliste) de certains papiers, de nombreux propos rapportés par différents acteurs de la vie publique italienne ne laissent guère de doute sur le fait que ces choix iconographiques renvoient aussi à ce sentiment. Certaines photos où le geste est particulièrement appuyé rappellent même des images de prévenus ou de détenus qui se masquent le visage afin de ne pas être reconnus, photographiés ou filmés. La sélection de ces illustrations signifie non seulement que Berlusconi est une fois de plus dans un epic fail, mais aussi que le politicien fanfaron devrait en avoir honte. De la part des médias italiens, on pourrait même sans trop forcer lire ces images ainsi: « vous nous faites honte ».

  1. Je ne me souviens pas avoir vu une telle profusion de facepalms lors de l’affaire Ribéry/Zahia. []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Marie Lavin dit :

    Pardon, j’avais lu trop vite et pas repéré le début du texte où Woerth était signalé.

  2. Patrick Peccatte dit :

    Oui tout à fait, ces exemples ont été repérés et analysés par Olivier Beuvelet sur son blog Parergon, et j’y ai fait référence moi-même ici. On ne remarque pas néanmoins cette convergence particulière sur la posture du facepalm, cette sorte de tir groupé que l’on observe en ce moment envers Berlusconi.

  3. Jean-no dit :

    Le mot “allusion” est bien choisi, car la honte n’est pas le sentiment prêté à Berlusconi par ces images, c’est le sentiment qu’elles lui suggèrent d’avoir, ce n’est pas “il a honte”, mais “il devrait avoir honte”, enfin quelque chose du genre.

  1. 19 janvier 2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Valentina Grossi, Patrick Peccatte. Patrick Peccatte said: Facepalm à l’italienne (fail e vergogna) http://culturevisuelle.org/dejavu/490 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.