La sculpture en saindoux – un art populaire méprisé [2/2]

[article en deux parties: partie 1, partie 2]

2. La dévalorisation de la sculpture en saindoux

Tout au long de son histoire, la sculpture en saindoux n’a cessé d’être déconsidérée, moquée, souvent même méprisée. Cette dévalorisation généralisée s’exprime dans une multitude de textes qu’il est commode ici de présenter selon trois axes :

  • la mauvaise réputation d’une matière, ou comment le saindoux – gras, odorant, périssable, commun – a toujours été l’objet de pratiques ou d’analogies dépréciatives qui ont contribué à la disqualification artistique des œuvres réalisées en cette matière ;
  •  une activité dévalorisée, ou comment les œuvres en saindoux – qu’elles aient été réalisées pour des salons culinaires ou par des artisans-charcutiers – ont été constamment dépréciées et parfois méprisées ;
  • une activité dévalorisante, ou comment les créations en saindoux ont été instrumentalisées, utilisées comme une sorte d’étalon du “goût vulgaire” permettant de discréditer d’autres œuvres auxquelles elles sont comparées en architecture, sculptures, peinture, etc.

Cette section comporte un grand nombre d’extraits de textes choisis, toujours datés et référencés précisément en notes de bas de page afin que le lecteur puisse prendre connaissance par lui-même des documents mentionnés. Ce dispositif référentiel qui peut paraître lourd a pour objectif de montrer que la dévalorisation de la sculpture en saindoux est massive, multiforme, et qu’elle est aussi ancienne que l’activité.

2.1. La mauvaise réputation d’une matière

Le saindoux est très apprécié en cuisine. Les recettes du 19e et du début du 20e siècle où l’expression consacrée “bon saindoux” est très fréquente en témoignent. Pourtant, la matière n’a jamais eu bonne réputation en dehors de son usage culinaire. Même dans la cuisine artistique d’ailleurs, c’est bien du “vulgaire saindoux” que l’on pétrit comme le rappelle l’écrivain Gaston Jollivet1. Nous avons remarqué déjà les efforts d’Urbain Dubois pour remplacer le mot par un néologisme savant bien plus prestigieux, la stéato-plastique. Simple graisse alimentaire populaire provenant d’un animal considéré comme vulgaire et répugnant, le saindoux est l’objet de pratiques ou d’analogies péjoratives dont certaines ne sont plus guère usitées.

Maquillage

Dans un registre peu connu, il était d’usage au 19e siècle que les acteurs se frottent le visage et les mains avec du saindoux lorsqu’une scène exigeait qu’ils apparaissent blêmes. Plusieurs écrivains dont Hector Malot ont raconté le dégoût que cette pratique inspirait aux artistes contraints de se maquiller avec cette substance désagréable, grasse et odorante2.

Embonpoint

Un autre rapprochement peu flatteur mais très courant associe le saindoux à l’embonpoint. De nombreux auteurs dépeignent des personnages de fiction obèses comme autant de masses de saindoux3. Dans la plupart des descriptions, ce sont d’ailleurs des femmes corpulentes que l’on stigmatise de cette manière, rarement des hommes. L’association indélicate se retrouve dans certains dessins de l’époque.

Carte postale ‘Étalage de saindoux’, édition V.G. [=Victor Grégoire], 42 Avenue du Midi, Bruxelles, n° 7925, circa 1905

Dans un billet où il s’insurge contre l’indulgence des tribunaux dans une affaire de prostitution juvénile, l’écrivain Léopold Lacour, pourtant socialiste et féministe, décrit en 1893 “un des plus effroyables dessins de Forain, dans sa Comédie parisienne, [qui] nous montre une des hippopotamesques mamans dont son crayon chérit la poitrine et le ventre en saindoux” proposer sa propre fille à un vieillard4.

L’analogie est également utilisée à propos de personnalités corpulentes. Un billet du journal l’Intransigeant en 1896 rapporte ainsi à propos de l’ex-président du Conseil Charles Dupuy “dit Tonneau-d’Axonge” que l’on a vu “ce paquet de saindoux” chevaucher une bicyclette au cadre renforcé, tandis que l’écrivain Félix Duquesnel, dans une critique de théâtre, se souvient qu’un rôle avait été créé jadis par l’acteur “Lepeintre jeune, un monstre en saindoux, dont le torse avait, en largeur, des proportions gigantesques”5.

Souvent citée, la description en 1909 du président de la République Armand Fallières par Léon Daudet atteint des sommets : “L’énorme Fallières, aux pieds de lard, aux bras de saindoux, au nombril couenneux. Sa place est au marché. Il est fait pour être tâté, soupesé, puis attaché à une longe, conduit à l’abattoir, hélas ! débité, vendu, bouilli et mangé…”. Ce portrait extrêmement brutal qui figure dans le journal de Daudet n’a pas été publié intégralement dans L’Action française où seule la première phrase est reproduite6.

Embonpoint et sculpture en saindoux

Les personnes corpulentes sont inévitablement comparées à des sculptures en saindoux. L’analogie cumule alors la mauvaise réputation de la matière et le mépris envers des œuvres jugées peu esthétiques.

Le journaliste Henry Fouquier, qui tenait sous le pseudonyme Colombine une chronique culturelle assassine dans le journal Gil Blas, décrit ainsi deux actrices célèbres des années 1870-1880, Agar et Rosélia Rousseil : “Agar est statue, elle ; mais en saindoux, maintenant. Rousseil, c’est du saindoux moins prêt à fondre”. Dans les années 1920, c’est le journaliste communiste Georges Pioch que l’on compare à une ébauche du Balzac de Rodin où le saindoux aurait remplacé la glaise7.

La comparaison s’applique cependant plus fréquemment à des personnages de fiction. Le chansonnier Xanrof [Léon Alfred Fourneau] dresse ainsi en 1899 le portrait de la femme d’un gros banquier, une certaine Mme Pactole, à la “corpulence vaste et plutôt sans agrément (l’ensemble a l’air en saindoux mal sculpté), ce qui explique la tranquillité de son mari”. Au début du 20e siècle, on relève de nombreuses descriptions du même acabit : un personnage patibulaire qui “donne l’impression d’un de ces blocs de saindoux qu’on voit à la fenêtre des charcutiers”, une comtesse qui “évoque une pièce montée de saindoux colorié”, un expert comptable bouffi “secoué d’un gros rire qui agitait comme un monument de saindoux son double menton débordant et blême”8.

Il est remarquable que l’assimilation offensante d’une personne corpulente à une sculpture de saindoux soit toujours pratiquée par des écrivains modernes lorsqu’ils situent leurs descriptions dans le passé. En brossant un tableau surchargé d’une famille un peu demeurée, Roger Rabiniaux dépeint en 1964 une jeune femme dont le “visage ressemble aux chefs-d’œuvre que les charcutiers sculptent dans le saindoux des jours de fêtes”. Le dessinateur et écrivain Gus, quant à lui, écrit en 1980 : “Imaginez un bloc de saindoux dans lequel un sculpteur pas bien doué a essayé de tailler un machin vaguement en forme de bonne femme”. Enfin, plus récemment, l’écrivain Jean Blot représente l’un de ses personnages “modelé dans du saindoux et gesticulant” (1998)9.

Faiblesse, inconsistance

La consistance molle et malléable du saindoux est à l’origine d’une analogie dépréciative aujourd’hui désuète mais qui était très courante jusqu’au début du 20e siècle : la comparaison d’un individu au saindoux, renvoyant une image de faiblesse, de pusillanimité, d’inconsistance. Les écrivains utilisent fréquemment le procédé en décrivant des “héros en saindoux”, des “lutteurs en saindoux”, des “pugilistes en saindoux”, etc.10. C’est ce sens que l’on retrouve dans le personnage de Bras-de-Saindoux dont les journaux relatent les démêlés judiciaires à la fin du 19e siècle ; contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce souteneur ne devait pas son sobriquet à son embonpoint mais “parce que, il le confessait lui-même avec confusion, il ne savait pas ‘cogner assez ferme’ sur les femmes [sic]”11.

L’analogie qualifie presque toujours un trait de caractère humain. Elle est utilisée aussi, rarement, pour des animaux réputés féroces mais qui sont en réalité inoffensifs lorsqu’ils sont présentés dans des spectacles12. Cet usage à propos d’animaux ne semble pas attesté au-delà de la fin des années 1860.

La figure analogique fonctionne aussi collectivement lors de la Première Guerre mondiale lorsque l’Allemagne dans son ensemble est qualifiée de “colosse en saindoux” et les soldats allemands de “bonhommes en saindoux”13.

La majorité des références fait allusion aux défauts d’hommes politiques qui ne sont pas toujours nommés14. Les éditorialistes fustigent les dissimulateurs, les “scélérats en saindoux”, ou les incapables, comme “celui dont on avait dit qu’il savait fermer les poings et serrer les mâchoires” et qui s’avère n’être “qu’un bonhomme de devanture, en saindoux”15.

Les articles polémiques désignent par contre explicitement leurs cibles. Gambetta est ainsi qualifié successivement de “César en saindoux”, de “Bonaparte en saindoux”, ou bien encore de “sphinx en saindoux” (1882) par le redoutable Henri Rochefort16. Toute une galerie d’hommes politiques aujourd’hui un peu oubliés est alors évaluée sur le même modèle : le président du Sénat Challemel-Lacour, dont “la voix d’orateur en saindoux a si bien disparu dans son gilet qu’il est devenu impossible de la retrouver” (selon Rochefort à nouveau en 1883), le président du Conseil Charles Floquet, le ministre de la justice Louis Ricard, le général Saussier, les ministres Ernest Monis et Louis Barthou17. Avant la Première Guerre mondiale, le président Fallières n’échappe pas à la comparaison, et Jean Jaurès, quant à lui, est qualifié de “Danton en saindoux de la Petite République [son journal]” et de “tonnerre en saindoux du prolétariat organisé”18.

Le prolifique Léon Daudet est certainement l’auteur qui a le plus utilisé l’image du saindoux comme emblème ironique de la faiblesse. L’analogie devient chez lui cliché. Ainsi, il stigmatise la politique d’Aristide Briand vis-à-vis de l’Allemagne dans un article intitulé La Main de saindoux ; il s’en prend dans des termes similaires au président du Conseil Louis Barthou ; il s’offusque d’un hommage à Clemenceau où le grand homme est présenté “en saindoux, genre grands ancêtres”; il pourfend une biographie de Bismarck “en saindoux” écrite par la femme de lettres Marie Dronsart, etc. Dans les années 1930, il se moque du caractère débonnaire du président Doumergue en composant à partir du verlan de son nom, Merguedou, une comptine qu’il reprendra fréquemment dans ses publications et conférences : “Mergue est trop doux, Mergue est trop doux, on finirait par le croire en saindoux”19.

L’image est plus rarement utilisée à propos d’actrices ou d’acteurs de théâtre inexpressifs. Un journal de 1916 rappelle que l’écrivain Jules Barbey d’Aurévilly traitait jadis l’actrice Blanche Pierson de “Galathée en saindoux”, tandis que, dans les années 1930, dans ses critiques au journal socialiste Le Populaire, la journaliste féministe Magdeleine Paz exprime plusieurs fois son aversion pour les “personnages en saindoux”20.

Alors que le cinéma parlant commence à se généraliser, un billet particulièrement stupide du critique Rip dénie tout intérêt artistique au cinéma en s’appuyant sur des comparaisons similaires : “L’“Art” cinématographique dans la production courante est à l’Art vrai ce que la carte postale photographique est à un tableau : ce sont les mêmes jeunes gens en saindoux qui offrent à des jeunes filles en guimauve, des fleurs en celluloïd. Nombre de concierges font collection de ces cartes postales sans mettre pour cela le Musée du Louvre en péril.”21.

L’analogie est encore utilisée dans une histoire fameuse qui a agité le monde intellectuel français dans l’entre-deux guerre. En 1935, Marcel Aymé signe le Manifeste des intellectuels français pour la défense de l’Occident et la paix en Europe qui soutient l’invasion de l’Éthiopie par les troupes de l’Italie fasciste. Classé jusqu’alors à gauche, l’écrivain est attaqué pour son inconséquence. Il justifiera son choix dans une lettre publiée par l’hebdomadaire Marianne auquel il contribuait régulièrement : “Je suis un renégat, un écrivain en saindoux, un porteplume à tout faire. Au lieu de prendre du galon parmi les intellectuels de gauche en réclamant des sanctions contre l’Italie, j’ai signé un manifeste de droite, et même d’extrême-droite.”22.

À partir de la fin des années 1930, la figure n’est pratiquement plus attestée.

Camelote, toc

L’analogie dépréciative intervient aussi à propos de concepts ou d’entités qui sont alors considérés comme de la camelote ou renvoyés au factice, au toc, au périssable.

L’écrivain catholique Louis Veuillot s’en prend ainsi à Ernest Renan et à son “athéisme en saindoux” (1863), et le député légitimiste et clérical Charles Chesnelong affirme de manière imagée que “qui veut faire vivre une société sans église bâtit un palais de jambonneaux sur un terrain de saindoux” (1878). Chez l’écrivain Ernest L’Épine [Quatrelles], c’est la “rage de faire grand” qui conduit à bâtir des “tours de Babel en saindoux” (1879)23.

L’analogie est souvent utilisée dans les commentaires politiques. Au sein du gouvernement, un front contre un ministre est étiqueté “roc en saindoux”, Daudet – encore lui – estime que le Bloc national est un “bloc en saindoux”, et le directeur du journal Le Rappel, Edmond du Mesnil, qualifie l’entente entre Blum et Herriot de “cartel en saindoux”24. Les journaux politiques n’échappent pas non plus à l’analogie. Pour l’écrivain et journaliste Ernest Blum, les journaux modérés sont les “inventeurs du saindoux républicain”, tandis que dans la rubrique Échos de L’Action Française, tristement célèbre pour son antisémitisme violent, celui qui signe Rivarol [probablement Daudet] prétend que les deux principaux journaux de la presse parisienne ne sont que des “mastodontes en saindoux”25.

Le procédé a été peu utilisé à propos d’artefacts physiques. La comparaison d’œuvres d’art, de monuments, de bâtiments, etc. à des sculptures en saindoux ne rentre pas dans cette catégorie, car ce n’est pas la matière saindoux qui est alors dévalorisante mais l’activité de la sculpture dans cette matière et les œuvres produites (c’est l’objet de la section Une activité dévalorisante ci-dessous). Un exemple pourtant mérite d’être signalé, là encore en relation avec l’histoire du cinéma. En 1925, alors que la rubrique cinéma est encore mince, un journaliste rendant compte des films vitupère contre les trucages en ces termes : “Écran, continue à nous montrer notre visage […] Mais qu’on ne nous montre pas ce truquage d’un New-York en carton ou en saindoux et qu’on fait fondre dans un guignol de guerre imaginaire.”26.

Les rois du saindoux

À la fin du 19e siècle, le développement considérable des exportations de saindoux américain ont enrichi des marchands en gros des abattoirs de Chicago. Ces “rois du saindoux” qui ont bâti leurs fortunes sur un produit aussi vulgaire ne sont guère appréciés dans la littérature ou la presse. Ils sont riches, mais la nature de la matière qu’ils commercialisent induit manifestement une forme de mépris envers eux. Ils sont considérés comme incultes et arrivistes. Pour l’actrice Marie Colombier “les marchands de saindoux ont leurs fils sculpteurs, et leurs filles jouent la Dame aux Camélias”27. Comme d’autres capitalistes ayant réussi dans des affaires prosaïques, les magnats du saindoux sont moqués, on les associe aux “rois de la mélasse” ou aux “rois du céleri comprimé”28. Leur position sociale inspire dédain et crainte tout à la fois : “Il n’y avait là que des têtes couronnées, couronnes, à vrai dire, de saindoux, de pétrole ou de corned beef, mais dont la royauté n’en était pas moins indiscutée”29.

2.2. Une activité dévalorisée

La sculpture en saindoux est fréquemment considérée comme une activité dérisoire, futile, et surtout sans véritable intérêt artistique. Attestée depuis ses origines, cette dévalorisation prend des formes multiples.

Prétention artistique

L’ironie exprimée par Ernest d’Hervilly et Henri Coupin envers l’activité artistique des sculpteurs en saindoux a déjà été relevée30). On la retrouve fréquemment.

Dès 1860, l’humoriste Hippolyte Maxance se moque des expositions orgueilleuses de sujets énormes et déconcertants, en racontant la complainte d’un bœuf dont le corps sera exposé, telle une œuvre d’art, à l’étal d’un boucher-charcutier “orné de fleurs et historié d’enjolivements en saindoux du plus bel effet”31.

Trente ans plus tard, les journalistes se demandent si les charcutiers qui se prétendent artistes oseront reproduire des chefs-d’œuvre de la peinture : “Je ne sache pas que Rembrandt ait jamais été charcutier, et il est bien probable qu’il eût repoussé avec horreur toute proposition qu’on lui eut faite de peindre la Ronde de Nuit sur du saindoux” ; une réponse intervient quelques années plus tard, dans un concours de cuisine où l’on se moque d’une copie d’un tableau de Meissonier32.

La multiplicité des salons, qui tous se veulent plus ou moins artistiques, est brocardée dans une planche du journal humoristique Le Rire en 1907. Le Salon des Charcutiers figure évidemment en bonne place dans la galerie. Le dessinateur Armand Vallée reprend une idée semblable en 1925 dans le magazine La Vie Parisienne en figurant parmi plusieurs artistes typés un commerçant maniant du “saindoux artistique”.

Le Rire, 16 mars 1907, p. 12 [extrait] / Armand Vallée, La Vie parisienne – Tout le monde aux ‘Indépendants’ – Un Salon où chacun peut trouver peinture à son pied. Collection Jaquet. Dessinateurs et humoristes. Armand Vallée & Vald’Es. Tome 34, 31 janvier 1925 [extrait]. Merci à Antoine Sausverd [Töpfferiana] pour le signalement de cette image.

Lors de l’Exposition culinaire de 1886 déjà, un journaliste estime que l’accumulation des œuvres “donne au concours l’apparence vague d’un salon de sculpture anticipé”. L’année suivante, en visitant l’Exposition de la société des cuisiniers français, le publiciste et journaliste Adrien Marx se demande, narquois, si les motifs “taillés avec une telle maestria” ne devraient pas plutôt être admis dans une “exhibition de sculpture”. L’écrivain Paul Ginisty s’interroge malicieusement sur le destin des chefs-d’œuvre de la “statuaire culinaire”33. Les billettistes parlent de “statuomanie”, mais ils rappellent aussi, en se moquant, que la statuaire en question se décline dans d’autres saveurs communes comme le chocolat, le sucre candi, le nougat, etc. travaillés par d’autres corps de métier34.

Lorsque la cuisine est officiellement reconnue comme l’un des beaux-arts au Salon d’automne de 1923, le critique d’art Guillaume Janneau s’étrangle : “À la bonne heure ! Voici la cuisine admise au nombre des arts ; le Salon d’Automne, désormais, lui fait place : intronisation qui rappelle, malgré qu’on en ait, l’entrée du Bourgeois Gentilhomme dans le corps des mamamouchis ; aussi bien, comme l’honnête M. Jourdain crevait d’envie d’être noble, nos maîtres queux aspirent à s’élever en dignité. Les voici qualifiés artistes, les voici qui ambitionnent la gloire et qui s’élancent, broche et poêlon en main, dans la carrière des muses… À quand l’admission de nouveaux mamamouchis, les charcutiers qui font avec du saindoux de si mirifiques décorations, des navires, des pagodes et des petits cochons”35.

Constructions fragiles et périssables

Les constructions en saindoux étonnent par leur combinaison de démesure et de délicatesse fragile. En 1892, Jean Ajalbert, l’un des principaux écrivains dreyfusards (qui deviendra collaborationniste à la fin de sa vie), s’amuse de la prétentieuse munificence d’une “citadelle de jambons à créneaux de saucisses, édifiée à la devanture sur une montagne de saindoux”. Le chroniqueur du journal L’Est républicain est plus sarcastique encore lorsqu’il décrit une “magnifique pièce en saindoux, représentant nous ne savons pas trop quoi, mais qui est assurément un chef-d’œuvre architectural, étant donné la hauteur de la pièce et la solidité des matériaux”36.

Les compte-rendus d’expositions s’étonnent de la fragilité des pièces surchargées, des “architectures savantes de saindoux vacillants”, des pyramides de saindoux travaillé qui s’amoncellent “en édifices chancelants”37. À une époque où l’objet d’art plastique ne peut guère s’entendre que pérenne, où l’art éphémère n’est pas concevable, les chroniqueurs décrivent une activité kitsch, un “monde merveilleux” constitué d’“édifices périssables construits pour trois semaines” qu’ils rechignent à qualifier d’artistiques38.

Constructions démodées

Dès la fin du 19e siècle, les commentateurs des expositions relèvent que les constructions vertigineuses de l’architecture culinaire sont passées de mode. Visitant le Congrès de charcuterie de 1889, le chroniqueur du journal Gil Blas estime que “c’est une véritable exposition de charcuterie sans les ridicules monuments et bustes de saindoux qui font la gloire et la joie des garçons charcutiers”. L’année suivante, à l’Exposition culinaire en cours, le journaliste du Rappel apprécie qu’“on n’y voit pas comme à certaines expositions du même genre, des quantités de pièces de décor en saindoux, travaux de modelage qui n’ont avec le métier qu’un rapport secondaire”39.

Cette tendance est confirmée dans les dîners mondains où “la mode actuelle est aux menus les moins chargés possibles. Peu de plats, mais tous bien traités, c’est la devise. En conséquence, on renonce aux plats dits architecturaux, tels que certains chaud-froid, par exemple, où le saindoux sert parfois de ciment”40.

La vogue des constructions en saindoux semble marquer le pas plus tardivement chez les artisans-charcutiers. Les échafaudages et les sculptures existent toujours, mais ils deviennent banals. En 1898, “les Parisiens sont blasés ; ils savent par cœur les constructions en saindoux de nos charcutiers”. Même si, vingt-cinq ans plus tard l’auteure qui signe La Huronne estime que “les chefs-d’œuvre en saindoux ont disparu des étalages”, nous savons bien que ce n’est pas vrai et qu’elle semble prendre ses désirs pour des réalités – ils ne disparaîtront que bien plus tard, dans les années 1960-197041.

Critique gastronomique – le goût

La critique gastronomique s’est développée en France à la même époque que la cuisine artistique et n’a pas manqué d’éreinter ses productions. Jusqu’au début du 20e siècle environ, cette critique bourgeoise par excellence concerne toujours les pièces présentées dans les grands restaurants, les réceptions mondaines, ou les salons culinaires, elle ne s’intéresse pas à l’activité populaire des artisans-charcutiers.

Dès 1871, le diplomate et littérateur Eugène de Valbezen, qui signait sous le pseudonyme de “Major Fridolin”, dénonce les “mauvaises doctrines de l’art contemporain” qui conduisent des chefs cuisiniers pourtant renommés à confectionner des “plats montés, affreux édifices de saindoux et de grosse pâte”42.

L’aspect visuel des constructions culinaires savantes conçues comme “artistiques” ne suffit pas. Les chroniqueurs doutent des qualités gustatives des “pièces montées, en sucre ou en saindoux, plus laiteuses pour les yeux que positivement comestibles”. Certains même ne les jugent pas réellement appétissantes : “l’idée de contempler des bâtisses de saindoux et des cathédrales de macaroni ne pousse pas précisément à la fringale”43.

Quelques auteurs qui semblent avoir goûté les œuvres exposées dans les salons ne sont guère enchantés par ces “constructions de daubes, de chartreuses où le saindoux sert de ciment et qui une fois démolies ne valent pas le coup de fourchette” (1890)44. Les avis désastreux sur les qualités gustatives de la cuisine artistique ne sont pas toujours fondés. Ils s’appuient parfois sur les opinions les plus méprisables ; en pleine affaire Dreyfus, un dialogue antisémite soi-disant humoristique tenu par un quarteron de pique-assiette dénigre la cuisine que l’on sert dans une riche famille juive : “on mange si bien chez eux. Rien que des pièces montées, collées avec du saindoux. C’est à vomir.” (1898)45.

Critique gastronomique – le superflu artistique

Pour bon nombre d’observateurs avisés de la cuisine artistique, les architectures complexes peuvent être attrayantes, mais elles sont totalement accessoires. Dans le supplément de son Grand dictionnaire, Pierre Larousse écrit à propos de la première exposition culinaire annuelle en 1882 au Pavillon de la ville de Paris : “Des architectures en nougat, des vases Médicis en pastillage, des frégates en pâtisserie, des surtouts de table en saindoux peuvent être des œuvres séduisantes à l’œil, mais l’invention d’un plat ou d’un assaisonnement nouveau serait assurément plus méritoire”. Le publiciste et journaliste Adrien Marx, déjà cité, exprime un point de vue similaire quelques années plus tard : “Pour moi, que la saveur d’un mets préoccupe exclusivement, je tiens pour secondaire le talent des chefs qui excellent à décorer leurs élucubrations d’astragales de champignons et de guirlandes de crevettes.” (1887)46.

Certains auteurs sont beaucoup plus catégoriques. L’écrivain Gaston Jollivet, lui aussi déjà cité, voit dans la cuisine artistique une forme de décadence en estimant que “de tous les arts qui charment la vie, la cuisine est celui où il est le moins agréable de sentir la main de l’artiste”, et le chroniqueur qui rend compte de l’exposition culinaire de New York dans la revue spécialisée L’Art culinaire en 1891 juge que les extravagances qu’il y voit avec leurs “dimensions architecturales d’un Buffalo Bill […] n’ont rien à voir avec l’art culinaire”47.

Le journaliste Adolphe Brisson, quant à lui, raille “les recherches prétentieuses de ces expositions culinaires, où l’on voit, étalées en bonne place, avec une solennité un peu ridicule, des édifices compliqués et symboliques modelés dans le saindoux, selon les préceptes d’Urbain Dubois” (1902). Sous son pseudonyme Chrysale, il décrète qu’“un cuisinier n’est pas un sculpteur”, opinion partagée quelques années plus tard par l’écrivain Raoul Ponchon pour qui “nous avons assez de sculpteurs en France. N’embrouillons pas les métiers […] laissez les exercices de sculptures à nos Rodin” (1911)48.

Un peu plus tard, pour bien faire comprendre à ses lecteurs distingués toute la grossièreté de la cuisine artistique, le chroniqueur Micromégas a recours à une comparaison qui doit leur être familière en affirmant qu’il éprouve “l’horreur de la sculpture culinaire et de la pièce montée qui sont à l’art ce qu’est à la littérature le feuilleton” (1923)49.

Vers la fin des années 1920, la critique s’étend, elle ne concerne plus seulement les œuvres distinguées de la cuisine artistique mais aussi celles que l’on peut voir à la vitrine des charcutiers ou des traiteurs. Dans un billet sur l’architecture culinaire, le célèbre critique gastronomique Curnonsky prend acte en 1929 que “cet art spécial a toujours triomphé à la devanture des charcutiers. Vous verrez encore souvent à Paris et surtout en province des étalages où se dressent des édifices de saindoux”. Il conclut pourtant avec force : “j’avoue ne pas bien comprendre quel rapport ces choses-là peuvent avoir avec la bonne cuisine et j’ose proclamer que pour moi et pour beaucoup d’autres gastronomes, l’art de la présentation est le cadet de nos soucis”50.

Mépris envers les charcutiers

À la fin du 19e siècle, certains chroniqueurs anonymes se moquent durement des charcutiers qui se prennent pour des artistes classiques. Les sculptures “qui font songer au délire artistique d’un charcutier occupé à reproduire en saindoux le temple de la Victoire Aptère” apparaissent comme un summum du mauvais goût, et l’on raille “la gaucherie d’un charcutier s’essayant aux grâces de la sculpture et confondant le marbre de Paros avec le saindoux”51.

Plusieurs intellectuels de l’époque manifestent, sans doute inconsciemment, un véritable mépris de classe envers toute une corporation d’artisans. Dans son livre Paris oublié, l’historien Charles Virmaître évoque un pauvre diable d’artisan besogneux en ces termes : “Ce raté de 1830 est un sculpteur ! Il a fait son apprentissage chez Gervais le célèbre marchand de fromage, et fabrique pour les charcutiers ces jolis motifs de saindoux que nous voyons étalés à leurs devantures les jours de grandes fêtes” (1886). J. Bailly-Maître met dans un même sac “les ramasseurs de vers de vase, les sculpteurs sur saindoux dont les œuvres brillent aux expositions culinaires et aux vitrines des charcutiers, et le professeur de chant pour … merles et serins” (1893). Un peu plus tard, le poète Jean Richepin estime que “demain tout constructeur de soldats de plomb sera un Bonaparte et tout sculpteur en saindoux un Rodin” (1909). Enfin, lorsqu’il imagine la suite du conte Cendrillon dans un de ses derniers textes publié après sa mort, Guillaume Apollinaire évoque un personnage qui “devint excellent sculpteur et taillait des statues gracieuses dans le saindoux pour les montres des charcutiers” (1919)52.

Au début du 20e siècle, Curnonsky remporte certainement la palme du mépris de classe à l’encontre du public lorsqu’il pourfend la démocratisation de l’art et suggère, ironiquement, que la sculpture “n’a qu’à changer de matière. Le jour où elle emploiera, au lieu du marbre, du bois, du bronze ou du pegamoïd, le saindoux, la mortadelle et la galantine, nous aurons enfin un art à la portée des couches profondes du suffrage universel” (1912)53.

Dans les années 1920, on peut encore citer Georges Bouchard qui décrit une jeune femme devenue charcutière contre son gré et que “la lecture de Virgile, de Racine et de Bossuet n’avait pas préparée à vendre des andouillettes, à modeler des roses de saindoux” (1928), ou bien encore Henri Pourrat qui, dans un article consacré à son ami Alexandre Vialatte, estime qu’au milieu des terrines en saindoux et gélatines, “la vie devient plus basse et plus bête” (1929)54.

Dans la suite de cet article, nous rencontrerons à nouveau le mépris de classe à travers ce que l’on peut appeler la “comparaison charcutière”, lorsque des auteurs d’œuvres classiques en sculpture, architecture ou peinture sont explicitement assimilés à des charcutiers.

Mépris envers les œuvres réalisées par les charcutiers

Plus encore que pour les œuvres exposées dans les salons culinaires, les intellectuels qui signent leurs billets dans les journaux ou les écrivains dans leurs ouvrages sont catégoriques : les créations qui trônent aux devantures des charcutiers ne peuvent prétendre à aucune réelle qualité artistique. En 1911, pour l’écrivain et éditeur Octave Uzanne “on ne peut guère s’intéresser […] ni apporter une curiosité vraiment artistique aux ornementations des spécialistes du saindoux et de la confiserie”. Autre manifestation courante d’un mépris de classe, c’est le goût même des gens du peuple pour ces œuvres qui est tourné en dérision. Dans un billet sur l’“esthétique populaire”, le journaliste René Legascon se moque d’un “village où, à côté du calendrier des Postes et des gravures du supplément d’un Petit Idiot quelconque, les ménagères accrochent au mur les chromos en chocolat ou en saindoux que l’épicier ou le charcutier leur donnent à chaque nouvel an” (1911)55.

Dans les années 1930, on remarque dans les journaux plusieurs commentaires signés par des hommes ou des femmes “de goût” qui ridiculisent les œuvres charcutières. Pour Yves Pascal, “c’est le charcutier qui a du génie. Et il faut bien que je m’attarde […] devant ces rocailles, ces créneaux de saindoux avec, en leur milieu, une haute statue de sainte Thérèse de Lisieux. Elle est là, tendre et douce […] deux jambons habilement découpés en humides tranches évoquent, à ses pieds, des roses trop mûres” (1931), tandis qu’Albert Jean nous conte l’histoire d’un “ingénieur-étalagiste” fier de son art qui a “exécuté le buste de Mussolini en rillettes du Mans et celui de Roosevelt, en saindoux, pour une maison du boulevard Montparnasse” (1938)56. Apparemment très répandu parmi une certaine élite, ce point de vue dédaigneux doit être rapproché de la publication à la même époque de nombreuses photos de sculptures en saindoux dont les légendes sont bien plus respectueuses et parfois même admiratives (Voir la section Les photos de sculptures dans les journaux plus haut).

2.3. Une activité dévalorisante

Dans différents champs artistiques classiques – en sculpture, peinture, architecture – on compare fréquemment une œuvre à une sculpture en saindoux pour la dénigrer. Plus généralement, la simple évocation de la matière à propos d’une œuvre quelconque permet de l’abaisser à bon compte sur l’échelle artistique – l’image du Sacré-Cœur en saindoux vient ici immédiatement à l’esprit.

Le premier objectif de cette section est de montrer que ce procédé comparatif est extrêmement répandu et qu’il prend de multiples formes. Plus de la moité des textes recensés pour la présente étude s’y rapporte. Le rapprochement “infamant” avec le saindoux se retrouve aussi bien dans des textes sur des ensembles de productions artistiques ou architecturales indéterminées, des œuvres précises, des artistes, des projets, des styles, des mouvements artistiques, mais aussi les arts décoratifs, la littérature, etc. Ces diverses dévalorisations sont décrites ci-dessous.

Le second objectif est de démontrer que cette instrumentalisation comparative est attestée depuis les origines de la sculpture en saindoux, et qu’elle a été construite et entretenue par des générations d’intellectuels. Dans les paragraphes qui suivent, les nombreuses références à des auteurs souvent oubliés peuvent paraître fastidieuses, mais elles sont indispensables. C’est en effet cette accumulation qui permet d’affirmer que le “recours au saindoux” pour dénigrer un artefact artistique ou son créateur, figure de discours qui peut paraître innocente, s’appuie en réalité sur un véritable mépris de classe : des membres d’une classe dominante, les intellectuels, rabaissent certains de ses pairs (artistes, architectes, etc.) et leurs œuvres en invoquant systématiquement une activité populaire qu’ils méprisent.

Dévalorisation littéraire

L’une des plus anciennes utilisations dévalorisantes de la sculpture en saindoux ne concerne pas les arts plastiques mais, curieusement, la littérature. Dans ce domaine, l’analogie renvoie bien sûr à l’image d’une matière molle et banale transformée en quelque chose qui se veut artistique mais ne l’est guère.

En 1857, le redoutable critique littéraire Charles Bataille s’en prend dans Le Figaro au journaliste et écrivain Louis Desnoyers, auteur de romans pour la jeunesse. Tout en reconnaissant ne guère l’avoir lu, il le pulvérise en ces termes : “Tout le monde connaît ces architectures de saindoux virginal que les charcutiers exposent vers la Noël. C’est l’image exacte de la littérature de M. L. Desnoyers. Il s’y rencontre des portiques en saucisses rondes, des colonnades en boudins de Nancy, des rosaces en saucissons de Lyon, des fresques en choucroute riche. Au sommet on adapte à volonté un jet d’eau ou une surprise pyrotechnique. Et ceci suffit largement aux besoins artistiques de la maison”57 [nous avons déjà signalé que ce texte est l’un des premiers à mentionner le succès des sculptures en saindoux exposées en vitrine chez les charcutiers au moment de Noël].

La comparaison est reprise par le rédacteur en chef du Charivari, Pierre Véron, auteur en 1875 d’un Panthéon de poche satirique où il brocarde – entre autres – l’écrivain Champfleury : “Quand j’étais petit, je regardais avidement une certaine boutique de charcutier où un garçon artiste sculptait chaque jour un bonhomme nouveau dans du saindoux. La littérature de M. Champfleury c’est absolument ça. Il cisèle la trivialité. Son idéal n’aspire jamais qu’à descendre. Si j’avais un nom à donner à son œuvre, je l’appellerais le Musée des verrues”. La même année, Véron reprend ses formules fielleuses, légèrement modifiées, en attaquant cette fois anonymement le directeur du Figaro, Hippolyte de Villemessant58.

L’assimilation d’une œuvre littéraire a une sculpture en saindoux est un procédé courant de mépris. Dès 1861, le critique catholique Charles Legrand s’en prend au roman Fleur de Grenade d’Antonie Jauffret qu’il qualifie d’“art en beurre ou en saindoux”. Les amabilités se succèdent ensuite dans les chroniques littéraires à propos d’œuvres diverses : le vaudeville La clé de ma caisse d’Amédée Achard, ce sont des “vers de mirlitons sur de la prose au saindoux” pour Émile Maray (1872) ; le chroniqueur Jules Claretie expédie dans un “Panthéon de saindoux qui en vaut bien un autre” le critique gastronomique Charles Monselet “dont on n’imprime même plus le nom” (1896)59.

Le procédé fait encore florès dans les années 1930. Dans son recensement du roman Fort-de-France, le critique Charles Bourdon compare l’écrivain Pierre Benoit à “un grand sculpteur, modelant du saindoux pour une boutique de charcuterie” (1933) tandis que Mathilde Pomès qualifie le livre Profils de rechange de Georges Suarez de “morceau de saindoux” (1934)60.

Les critiques d’œuvres poétiques ont également recours à l’analogie : le rédacteur du Bulletin bibliographique de La Jeune France stigmatise en 1887 les “pièces montées en sucre d’orge et en axonge où s’attardent les poètes” ; Lucien Victor-Meunier rend compte d’un congrès des poètes ‘libres’ qui se tient à Lille en 1902 en les qualifiant de “graveurs sur saindoux” ; Henri Duvernois, visitant la bibliothèque de Sacha Guitry, remarque avec satisfaction qu’on n’y voit pas “ceux qui plantent la rose en papier de la fausse poésie sur leurs pièces montées en saindoux” (1923)61.

Cette dernière pratique qui consiste à valoriser “par contraste” une œuvre en la distinguant d’un ensemble informel renvoyé au saindoux est d’ailleurs commune. On la retrouve par exemple dans les années 1930 chez Léon Daudet lorsqu’il dénonce, sans les nommer, les critiques et commentateurs qui ont fait de la vie de Victor Hugo “une pièce montée, une apothéose de saindoux, un chef-d’œuvre de pâtisserie à la devanture du romantisme”, ou bien encore dans la recension par l’écrivain René Brécy de l’ouvrage poétique Saint-Michel des périls de Louis Foisil dont les qualités valent mieux que “les vagues pétrissages de saindoux si à la mode aujourd’hui” (1939)62.

L’image perdure jusque dans les années 1940 où, dans les colonnes vichystes de L’Action Française, Thierry Maulnier ricane sur la jeune poésie contemporaine et ses “poèmes presque inorganiques et, comme a dit André Gide, sculptés dans le saindoux”63.

Le sculpteur travaillant pour un charcutier – entre dédain et déshonneur

En 1852, Edmond et Jules de Goncourt imaginent dans un article fantaisiste que le sculpteur Canova “avait commencé par des lions en beurre, et que son maître, le prince S…, avait été fort content du sanglier qu’il avait modelé en saindoux à son dernier grand dîner”64.

L’idée qu’un sculpteur célèbre ait pu dans sa jeunesse s’abaisser à travailler pour un charcutier a inspiré l’un des feuilletonistes les plus populaires de la fin du 19e siècle, Fortuné Du Boisgobey. En 1883, le journal Le Petit Parisien publie son grand roman-feuilleton Margot la Balafrée qui raconte les aventures sentimentales de Jean Carnac, le plus ancien et le meilleur élève du célèbre sculpteur aveugle Tiburce Gerfaut. Carnac confie à son amie Annette qu’à la suite d’un revers de fortune il a accepté une commande dont il a maintenant honte : “J’ai déshonoré la sculpture. Figurez-vous qu’un charcutier m’avait offert quarante francs pour lui faire un cochon en saindoux qu’il compte exposer dans la vitrine de sa boutique. J’avais noblement refusé. Je viens de céder. Ce marchand de lard m’a donné vingt francs à compte sur sa commande, et dans trois jours, mon œuvre fera la joie des badauds du quartier, seulement j’ai retenu que je ne signerais pas.”. Tout au long du roman, Annette moque Carnac sur ses relations avec un certain charcutier, et le jeune sculpteur regrette amèrement cette affaire qui risque de ternir sa réputation : “Je ne me salirai plus les mains en modelant de vilains animaux en saindoux. Je resterai artiste, mais je ferai du métier”65.

L’histoire d’un sculpteur désargenté contraint de réaliser une sculpture en saindoux n’est pas purement fictionnelle. Dans une biographie sur le sculpteur Henri Chapu publiée en 1894, le conservateur et historien Octave Fidière se souvient d’une anecdote que l’artiste aimait raconter : “Un charcutier du boulevard Saint-Germain lui fit demander, en 186., s’il voulait lui modeler, en saindoux, un sanglier qu’il se proposait d’exposer à sa devanture, aux approches du jour de l’an. Le prix modeste (dix francs, je crois) demandé par le sculpteur parut trop élevé au commerçant qui finit par proposer à Chapu, pour toute rémunération, son œuvre même, qu’il lui permettrait de reprendre, le jour de l’an passé. La mère de Chapu, bonne ménagère, goûta cet arrangement, qui l’approvisionnait de graisse pour tout son hiver, et décida son fils à l’accepter.”66. L’anecdote a été rapportée ensuite par de nombreux écrivains, artistes, historiens ou critiques d’art67. Dans toutes ces reprises, l’histoire est toujours présentée comme une sorte de compromission acceptée par un sculpteur alors dans le besoin, un arrangement qui prête à sourire mais demeure un peu honteux.

En 1902, l’écrivain et journaliste Octave Lebesgue, laisse entendre dans son livre sur Les Parisiens de Paris que certains sculpteurs ratés se seraient reconvertis dans la sculpture en saindoux : “Ce sacrifice au Beau, jusqu’où les charcutiers ne le poussent-ils pas ! Ils ont une école de lards décoratifs. L’examen a lieu la semaine du Concours agricole. Le hachoir est lâché pour l’ébauchoir, et les chefs-d’œuvre s’élaborent dans la cuisine. Où cherchez-vous l’art de la graisse ! Un monde de statues surgit de ces imaginations pour lesquelles Sainte-Ménehould est la Villa Médicis. D’où viennent-ils ? Artistes incompris que la glaise condamne à mourir de faim, ils ont offert aux saindoux l’expérience de leurs doigts. Tous ceux qu’en panne laissait la sculpture, sont accourus faire de la sculpture en panne.”68. Ce passage, plus suffisant que drôle, est caractéristique de l’arrogance de classe générale des intellectuels de l’époque envers la corporation laborieuse des artisans-sculpteurs de saindoux.

Dévalorisation d’une certaine sculpture

Les textes qui mentionnent le saindoux à propos de la sculpture classique ne visent pas tous des œuvres précises. Beaucoup d’entre eux visent plutôt une certain forme de sculpture, considérée globalement, sans désigner d’artistes ou d’œuvres. Certains de ces articles sont anonymes, comme celui signé Un Parisien publié dans le journal Le Radical en 1901 qui s’en prend à l’École des Beaux-Arts en ces termes : “La peinture au blaireau, la sculpture au saindoux, le geste poncif et idiot, surtout jamais vu, le groupement impossible, tout cela est soigneusement conservé en cette officine comme fœtus en bocal”69.

La très grande majorité des références comparant un certain type de sculpture indéterminée au saindoux ne sont pourtant pas anonymes. Dans les exemples qui suivent, ce sont des auteurs souvent bien connus à l’époque qui s’expriment. La réplique célèbre qui figure dans L’Œuvre de Zola en 1886 est fréquemment citée : “Le sculpteur, ravi, tira sur sa pipe, lâcha un nuage de fumée. Hein ! n’est-ce pas ?… Je vais leur en coller, de la chair, et de la vraie, pas du saindoux comme ils en font !”70.

Le grand écrivain belge Camille Lemonnier est plus emphatique en 1890 : “La sculpture est une chose de passion… La ligne, comme ils disent à l’Institut, je m’en fous si ça n’a pas un sexe, si ça ne nous fait pas monter les larmes aux yeux, si ça n’est pas macéré dans le mal de notre chair et de notre âme… Ah ! Les salauds ! avec leurs stéarines, et leurs saindoux, avec leurs petites machines à chatouiller le bourgeois, leurs dessus de pendules pour cheminées de bordels !…”71.

Depuis la fin du 19e siècle, un grand nombre d’intellectuels ont ainsi accablé une sculpture officielle, molle et affectée, qui ne leur plaît pas et qu’ils assimilent au saindoux. Parmi les écrivains, on relève Michel Corday (1906), Octave Mirbeau dans La 628-E8 (1907), Berthe Delaunay (traductrice du romancier espagnol Vicente Blasco Ibáñez et mère de Robert Delaunay, 1909), Henri Duvernois (1910), Pierre de Trévières (pseudonyme de Paul Diffloth, 1913), Gabriel Mourey (1921), le poète belge José E. Bruyr (1927), André Thérive (1931), Jean-Adrien Arennes (1938)72.

Toutes les sensibilités politiques sont représentées. L’image négative du saindoux est utilisée par des écrivains royalistes ou antisémites comme René Brécy (1925), Lucien Dubech (1927), Jacques Boulenger (1935), mais aussi par le libertaire Léon Werth (1913) et par le peintre et écrivain prolétarien Eugène Dabit (1934) qui ne semblent pas avoir beaucoup de considération pour l’expression artistique populaire des charcutiers73.

Des feuilletonistes comme Ely-Montclerc (1913) ou René Vallet (1932), des journalistes comme Albert Pinard (1883), Armand Massard (1908) ou Henri de Noussanne (1910) emploient la même comparaison74.

L’image du saindoux est également utilisée par des journalistes très éclectiques, comme le chroniqueur théâtral Jules Huret (1898), les chroniqueurs sportifs L. Robert (1924) et Hemdé (1932) lorsqu’ils s’aventurent à commenter des statues d’athlètes, le rédacteur en chef de la revue de cinéma Hebdo-Film André de Reusse [Jules Garnier] (1931), le photographe Raymond Lange (1939), et aussi par des femmes journalistes comme l’actrice Sylviac (Marie-Thérèse Chauvin, la mère de Françoise Rosay, qui écrivait en 1914 sur la mode), ou la journaliste communiste Simone Téry (1919)75.

Bien évidemment les critiques et historiens de l’art ne sont pas en reste ; on relève ainsi des noms alors connus du monde artistique, comme François Thiébault-Sisson (1896), qui deviendra l’un des principaux collaborateurs du magazine Art et Décoration, l’architecte et critique d’art Frantz Jourdain (1900), Arsène Alexandre (1903), Pierre Hepp (1906), André Michel (1920), Marion Marotte (1925), Louis Chéronnet (1937), René Héron de Villefosse (1945)76.

Plusieurs auteurs se réfèrent à une œuvre ou à un artiste précis qu’ils apprécient pour disqualifier tout un pan de la sculpture, toujours indéterminée, renvoyée au saindoux. Ce “procédé par contraste” est utilisé dès 1882 dans un article qui porte au pinacle un buste du sculpteur Carrier-Belleuse réalisé par son élève Rodin : “Nous les préférerons toujours à toutes vos morbidesses efféminées, à vos lignes de convention, à vos mottes de saindoux”77.

Pour les écrivains Paul Zahori (1898) et Henry Bidou (1928) comme pour le critique d’art et prêtre dominicain Pie Raymond Régamey (1939), la figure imposante de Rodin sert ainsi à anéantir des œuvres dont on ne sait rien sinon qu’elles semblent réalisées en saindoux78.

Le procédé est abondamment utilisé. Il permet de distinguer quelques œuvres de sculpteurs parmi une production disparate associée au saindoux. Sont ainsi célébrées “par contraste” des œuvres de Bartholdi (1904), de Moreau-Vauthier (1908), de René Paris par l’écrivain Georges Rozet (1910), de Jean Boucher, de Paul Niclausse et d’autres artistes par Louis Vauxcelles (1914), du sculpteur belge Rik Wouters par son compatriote Jean-François Elslander (1919), d’Albert Bartholomé (1921), d’un autre sculpteur belge Frans Huygelen par l’écrivain Joseph Conrardy (1925), du sculpteur espagnol Matéo Hernández (1928), de Charles Despiau par Léon Werth (1939), de Maillol par le poète et historien Marcel Raval (1944), et la liste pourrait sans doute être poursuivie79.

Dévalorisation d’une certaine architecture

De la même manière, plusieurs textes mentionnent le saindoux à propos d’une certaine forme d’architecture, considérée globalement et sans qu’aucun monument précis ne soit évoqué. Les auteurs éreintent alors, en une formule, toute une catégorie de bâtiments d’une ville ou d’un pays.

Quelques articles anonymes ou signés d’un pseudonyme évoquent ainsi des “casinos en saindoux meringué” en Bretagne ou Normandie (1923), des “palais de saindoux agréablement sculptés” à Monaco (1928), ou même des laconiques “saindoux” parisiens (1937)80.

Comme pour la sculpture, ce sont le plus souvent des auteurs bien connus à l’époque qui associent le saindoux à un type d’architecture qu’ils n’apprécient pas.

En France, l’écrivain Georges Pécoul fustige en 1909 les aménagements des quartiers bordés “de ces ignobles mottes découpées de saindoux dites ‘maisons modernes’” tandis que l’historien et auteur dramatique G. Lenotre s’en prend en 1920 à “ces horribles immeubles modernes qui ressemblent aux constructions en saindoux élevées à leur devanture par les charcutiers”81. Plus communément, ce sont les habituels “palais”, “palaces”, “fantaisies”, “villas” en saindoux qui sont conspués par le poète et dramaturge Jean Martet (1921), les écrivains Émile Radon (1924) et José Germain (1925), le journaliste et peintre Georges-Armand Masson (1927), l’historien de l’art Jean Robiquet (1935), ou bien encore la romancière populaire Charlotte Phoyeu (1936) qui écrivait sous le pseudonyme de Jacques Grandchamp82.

Dans une série de courts billets publiés dans Le Petit Parisien à partir de 1921, le grand reporter Maurice Prax utilise fréquemment l’image du saindoux lorsqu’il dénonce les constructions laides et fragiles en France83. Le “procédé par contraste” est également employé par le peintre Antoine Villard lorsqu’il espère que grâce à l’architecte et décorateur Pierre Patout et quelques autres “il en soit fini pour toujours des palais à façades de concours et à intérieurs de saindoux”84.

Certaines constructions hors de l’hexagone sont également l’objet de la même comparaison. À Alger en 1912, le journaliste C. Topak verrait “sans déplaisir s’écrouler sous les efforts des démolisseurs ce monstrueux étalage de palais de saindoux et d’énormes pièces montées de pierre et de ciment”, tandis que son confrère Henri Fabre estime que la ville de Monte-Carlo “semble une de ces laborieuses compositions en saindoux que nous pouvons admirer à l’étalage de certains charcutiers parisiens” (1913)85. Dans les années 1920 et 1930, les écrivains Louis Bertrand, José Germain et Henry de la Tombelle, les journalistes Guy Desdemaines-Hugon et Louis Charpentier s’offusquent eux aussi des édifices “en saindoux” qu’ils ont vu en Tunisie, à Brighton, ou en Égypte86.

Dévalorisation d’une certaine peinture

Comme pour la sculpture et l’architecture, mais en moins grand nombre, plusieurs textes mentionnent le saindoux à propos d’une certaine peinture, considérée globalement et sans spécification d’aucune œuvre ou d’aucun artiste précis.

En 1903, le journaliste M.-J. Le Coq, ancien collaborateur du journal anarchiste L’En-dehors, rend compte dans L’Aurore des sujets des toiles qu’il a vu lors d’un vernissage : “des saintes en biscuits et des prophètes en carton-pâte ; des plafonds qui ne plafonnent pas, des paysages blancs et des femmes vertes, des hommes en pain d’épice et des gosses en saindoux, des …, mais je m’arrête. Pour un rien, j’allais glisser sur la pente de la critique et marcher dans les plates-bandes de notre ami Élie Faure.”87.

C’est sur le mode ironique en effet que les auteurs associent le saindoux à la peinture. L’écrivain Félix Duquesnel (1905) décrit ainsi le portrait “comestible” d’une famille, œuvre d’un “peintre départemental” et Henri Duvernois (1910), déjà rencontré ici à plusieurs reprises, évoque des “chérubins en saindoux” saugrenus dans un tableau officiel représentant une allégorie de l’Éducation88.

Le procédé est ensuite utilisé par des auteurs aussi éclectiques que le romancier et critique d’art Fritz-René Vanderpyl (1916), le journaliste J.-G. Millet (1920), l’écrivain Louis Léon-Martin (1924), l’auteur de théâtre Robert Dieudonné (1924), le littérateur Paul Léonard (1925), l’humoriste Jacques Constant (1927), le peintre Maurice Boulnois (1931), le pédagogue et universitaire Jules Payot (1933) qui s’étonne de voir dans un salon de peinture alpestre des “glaciers en saindoux” et se demande si les peintres n’ont pas “l’œil gâté par la photographie qui elle ne donne que rarement le sentiment de la profondeur dans l’espace”89.

S’il est permis de croire que c’est la matière seule qui est utilisée comme élément dévalorisant dans ces avis sur la peinture, le journaliste et auteur de vaudevilles Adien Vély nous rappelle pourtant sa véritable origine, la sculpture charcutière, dans un compte-rendu de visite au Salon des Indépendants en 1924 : “Admirez maintenant, je vous prie, avec quelle heureuse hardiesse le saindoux, que l’on employait jusqu’à présent pour la sculpture, surtout dans les charcuteries, a été adopté et adapté par un certain nombre de peintres, qui en ont jeté sur leurs toiles de pleines poignées, au petit bonheur”90.

Le “procédé par contraste” qui consiste à se référer à une œuvre ou à un artiste précis que l’on admire pour disqualifier tout un pan de la peinture renvoyé en bloc au saindoux est également utilisé. Deux auteurs importants de la fin du 19e siècle y ont ainsi recours. Au Salon de 1889, l’écrivain belge Camille Lemonnier apprécie une toile d’Alfred Belhomme et se justifie en ces termes : “J’ai ce mauvais goût d’aller à un morceau de simple nature […] plutôt qu’aux figures de stéarine et de saindoux, pommadées d’illusoires onguents” ; et en 1898, le personnage de Durtal dans le roman La Cathédrale de J.-K. Huysmans critique violemment l’École de peinture de Cologne : “je préfère encore aux saindoux sucrés de Cologne, des inconnus dont le talent ne domine guère, dont les œuvres sont plus bizarres que belles, mais qui sont mystiques au moins !”91.

La méthode est encore employée dans les années 1920-1930 par le poète et romancier belge Paul Prist ou l’historienne et romancière Rachel Legras, la maîtresse de Maurras, qui signait Pierre Chardon92.

Dévalorisation d’artistes précis sans mention d’œuvres – sculpteurs et peintres

L’évocation du saindoux permet quelquefois de dévaloriser un travail d’artiste dans son ensemble. La méthode cible toute une partie de la production du créateur, elle apparaît donc bien plus expéditive que celle qui consiste à critiquer une œuvre précise (procédé très utilisé qui sera examiné plus loin). Dès 1884, le critique d’art Edmond About porte cet avis sarcastique sur le travail du peintre Jean-Jacques Henner : “tous les nus de M. Henner sont d’un blanc uniforme, harmonieusement teintés de jaune comme le vieil ivoire ou le saindoux”93.

On retrouve le même jugement global à propos des peintres Louis Eymonnet (1893), Henri Gervex (1904), Jules Lefebvre (1906) éreinté par l’écrivain Fabrice Delphi, Gaston Casimir Saint-Pierre (1907) moqué par Édouard Sarradin, Hubert-Denis Etcheverry (1914) par Pierre de Trévières, Jacques Cancaret (1922) par Louis-Léon Martin, Albert Bartholomé (1925) par René Brécy, de l’artiste australienne Dorrit Black (1933), des sculpteurs Raphaël-Charles Peyre (1909) par Louis Vauxcelles, et Lionel Le Couteux (1907) dont les “marrons sculptés” indignent l’inspecteur général des Beaux-Arts Henry Havard qui se demande “à quand les architectures en saindoux, chères aux sectateurs de grand Carême”, montrant une nouvelle fois que les prétentions de la cuisine artistique du début du 19e siècle sont alors toujours perçues négativement94.

Deux artistes sont emblématiques de cette dévalorisation indifférenciée par le saindoux : William Bougereau, souffre-douleur de l’inévitable Henri Duvernois dès 1893 et associé sournoisement dans un compte-rendu de salon à un certain Tartempion “digne d’exécuter les figurines de saindoux employées par certains charcutiers”, et Jean-Léon Gérôme dont Léon Daudet a régulièrement stigmatisé les “tanagras en saindoux” longtemps après la mort de l’artiste95.

Le nom des artistes est parfois anonymisé. Lorsqu’en 1905, l’historien de l’art Roger de Félice décrit “la nymphe en savon rose de M. William X, et la nymphe en saindoux de M. Jean-Jacques Y…”, il n’est pas bien difficile de reconnaître Bouguereau et Henner. L’exercice par contre est plus compliqué lorsqu’il s’agit d’un “M. C…, sculpteur bien connu par ses bustes en saindoux”96.

Les commentaires dépréciatifs concernent rarement des artistes unanimement célébrés à notre époque. Il en existe pourtant. Ainsi, le critique de L’Intransigeant en 1905, Félix d’Anner, goûte peu un tableau de Renoir auquel il reproche “un dessin si lourd et vulgaire que ses deux grosses mères en arrivent à ressembler à de rondouillards ballots de saindoux”, tandis que Pierre de Trévières, lorsqu’il rend-compte des enchères de tableaux à l’Hôtel des ventes de Paris en 1933, estime que “Fujita remonte, bien qu’on soit un peu fatigué de ses nus en saindoux”97.

Dévalorisation d’œuvres précises – sculpture sans mention de sculpteur

Au 19e et au début du 20e siècle, la France connaît un développement considérable de la production de monuments et statues provoqué par la multiplication des commandes de l’État et de la bourgeoisie fortunée. Les journaux (et quelques livres) se font alors l’écho des expositions et installations de statues. Dans les nombreux textes qui rendent compte de l’implantation des œuvres dans les parcs et sur les places des villes, les noms des sculpteurs sont fréquemment omis. C’est le cas notamment pour une moitié environ des commentaires qui utilisent l’image du saindoux pour dévaloriser les œuvres présentées.

Le critique d’art amateur Pèdre Lafabrie, avocat à Dax, décrit au Salon de 1888 un buste du romancier Louis Ulbach “qui paraît modelé dans un bloc de saindoux”98.

Le monument à Gambetta sur la place du Carrousel est moqué durant de nombreuses années, sans qu’aucun des textes qui le critique ne mentionne ses créateurs. De 1899 aux années 1930, il est considéré successivement comme un “gâteau en saindoux”, un “chef-d’œuvre en saindoux et foie gras”, une “pièce montée en saindoux”99.

Le monument à Gambetta dans son état original, cour Napoléon du Palais du Louvre (vers 1900), Library of Congress, Prints and Photographs division, Domaine public

Deux œuvres seulement sont explicitement assimilées à des pièces de charcuterie, toujours sans mentionner leurs créateurs. En 1903, une statue du général Chauchard est comparée “assez irrévérencieusement, à ces effigies en saindoux, par quoi les charcutiers accoutument d’orner leurs devantures” et dans la cathédrale de Tréguier, on déplore “un tombeau de saint Yves flambant neuf qui rappelle les monuments de saindoux destinés aux expositions culinaires”100.

En règle générale, en effet, un auteur qui déplore une statue “en saindoux” ne se soucie pas plus de la comparaison charcutière que d’indiquer le nom de son créateur. Seule compte pour lui la matière évoquée, marque de mépris suffisante qui résume le peu d’estime qu’il porte à la fois à l’œuvre et à son concepteur qu’il ignore. Le peintre et critique d’art Auguste Bréal en donne une parfaite démonstration en 1906 lorsqu’il invente un “saindoux noir” fictif dont serait constitué une statue de Rembrandt qu’il juge navrante101.

Parmi toutes ces œuvres “orphelines” dont l’unique caractéristique est d’être “en saindoux”, on relève ainsi un monument à Gounod au parc Monceau (1909), une statue de Coppée (1910), un monument à Watteau (1910), des statues de Jules Ferry et Waldeck-Rousseau au jardin des Tuileries (1911), une statue de Jules Simon (1919), la fontaine Subé à Reims (1927), des statues de lions près de l’Académie française (1928), une statue d’hippopotame gueule ouverte (1931), une statue de Montaigne (1934) – dans la note associée à cette liste, les sculpteurs des différentes œuvres sont précisés102.

Pour bon nombre d’observateurs, ces pièces sont si mauvaises qu’il vaut mieux ne pas parler de leurs créateurs. Relatant une visite au Parc Monceau en 1936, le critique d’art Louis Vauxcelles écrit : “Oui, mais soudain, voici que surgit devant nos yeux, tel un mauvais rêve, le monument à Ambroise Thomas. Le sculpteur, j’ignore son nom, a confectionné une pièce montée en baudruche, en saindoux”103. L’oubli du nom du sculpteur [Alexandre Falguière] par un critique aussi affûté est tout à fait significatif du dédain qu’inspirent ces œuvres “en saindoux”.

Dévalorisation d’œuvres précises – sculpture avec mention de sculpteur

Une autre partie des textes sont plus scrupuleux et critiquent les œuvres présentées sans omettre de mentionner leurs auteurs.

En 1897, l’inspecteur général de l’Instruction publique Émile Hovelacque déplore la restauration de certaines statues du parc de Versailles, notamment la Flore de Jean-Baptiste Tuby qui ressemble désormais à du “saindoux figé”104.

L’association dévalorisante au saindoux s’étend donc aussi parfois à des œuvres qui ne sont pas contemporaines. Dans son roman La Cathédrale, déjà mentionné, Huysmans proteste en 1898 contre le groupe de l’Assomption réalisé au 18e siècle par le sculpteur Charles-Antoine Bridan à la cathédrale de Chartres : “Quand l’on songe que l’on avait détruit d’admirables vitraux, pour mieux éclairer cette masse de saindoux”. Son avis sera repris par de nombreux auteurs jusqu’à la fin des années 1930 et sans doute au-delà105. La formule de Huysmans au sujet des grandioses statuaires que l’on a infligé aux cathédrales au cours du 18e siècle aura du succès. Le journaliste et écrivain Albert Mousset dresse par exemple en 1939 un constat similaire à propos de la cathédrale d’Amiens106.

Assomption (1772), maître-autel de la cathédrale Notre-Dame de Chartres par Charles-Antoine Bridan, photo Loïc LLH – Travail personnel, Wikimedia Commons

Presque tous les textes s’en tiennent à qualifier l’œuvre visée de “saindoux” comme si la marque d’infamie de la matière suffisait. On relève ainsi les descriptions suivantes : le buste de Verlaine par le sculpteur suisse Auguste de Niederhausern dit Rodo (1902), la statue de Balzac par Alexandre Falguière (1909) que l’écrivain libertaire Manuel Devaldès et le peintre Jacques-Émile Blanche détestent, La Douleur par Denys Puech (1919), La Justice arme ceux qui vont mourir pour elle par Albert Bartholomé (1922) haïe par le critique d’art anarchiste Jacques Mesnil, une statue de Bonaparte par Frédéric Houssaye (1924) commentée par Léon Daudet, le monument à Frédéric Mistral à Maillane par Jean-Georges Achard (1928) qui suscite beaucoup de commentaires, la statue Valmy de Jules Desbois (1929) que l’écrivain et illustrateur Gaston Poulain confond d’ailleurs avec Ernest Dubois l’auteur du Vengeur situé juste à côté au Panthéon, la Naïade de la Seine au Pont du Carrousel par Louis Petitot (1930), la statue de Fragonard par Auguste Maillard (1932), la statue de Musset par Antonin Mercié (1935), L’Illusion de Félix Charpentier (1936) commentée par Georges Sadoul107.

Un exemple notable retient plus particulièrement l’attention. En 1921, le critique d’art Paul Gsell publie un recueil d’entretiens avec Anatole France. Sous le titre Anatole France déjeune chez Rodin, il rapporte sa conversation avec l’écrivain et le sculpteur :

« … Et par hasard le nom de Puech vint sur le tapis.
France . – Oh ! celui-là me fait terriblement peur. Il m’arrive parfois de traverser, quand j’y suis contraint, le jardin du Luxembourg. Il est tout hérissé de monuments funèbres consacrés aux écrivains et me produit l’impression peu réjouissante d’un cimetière des Muses.
Mais, Leconte de Lisle, caressé par une grande femme ailée, en saindoux, me semble surtout à plaindre. Et quand je l’aperçois, je me sauve en songeant que peut-être, un jour, sous ces ombrages, M. Puech représentera une affaire Dreyfus en suif, baisant à pleine bouche mon buste en margarine.
Rodin éclata d’un bon rire de géant. »108.

Statue de Leconte de Lisle par Denys Puech au Jardin du Luxembourg, Photo Ch carrere – travail personnel, Wikimedia Commons

L’anecdote sera reprise par de nombreux journaux109. En réalité, l’hebdomadaire Le Cri de Paris avait déjà publié l’histoire dès 1908 mais sans mention du déjeuner chez Rodin qui est intervenu plus tard110. Paul Gsell l’a placé ensuite lors d’un déjeuner chez Rodin pour lui ajouter du piquant. Bien que l’écrivain ne s’adressait pas au célèbre sculpteur, sa réplique ironique sur Denys Puech et sa statue de Leconte de Lisle est demeurée célèbre.

Dévalorisation d’œuvres précises – architecture en France

Dans le corpus établi, une quinzaine d’édifices français au total sont dévalorisés par association au saindoux. Les constructions de l’esplanade des Invalides et le Sacré-Cœur de Montmartre sont les plus fréquemment cités.

En 1898, le journaliste et écrivain André Hallays, connu pour son attachement à la sauvegarde du patrimoine, se demande si le visiteur ne devrait pas “être pris d’une patriotique colère à la vue des architectures en saindoux de l’Esplanade des Invalides”111.

Deux textes utilisent la comparaison charcutière en 1900. Pour le journaliste Paul Bosq “ces divers édifices rappellent les pièces montées des confiseurs et les monuments que les charcutiers taillent en plein saindoux”. Le naturaliste et journaliste Henry de Varigny précise quant à lui le surnom que l’on a alors donné à la place : “L’ensemble des constructions de la place des Invalides a déjà reçu le nom populaire de ‘village-suif’. On devine l’origine de ce terme. Il est très justifié. Tous ces bâtiments semblent être en suif ou en saindoux, qu’un charcutier romantique aurait tourmenté en des formes variées, s’appliquant à multiplier les ornements, les saillies, les creux et les courbes.”112.

À la même époque, le Sacré-Cœur de Montmartre en cours de construction est considéré lui aussi comme “mastoc, lourd, œuvre en saindoux”113. Dans les années 1920, après son achèvement, l’édifice est régulièrement associé au saindoux : “monument de saindoux sculpté” pour la journaliste et écrivain socialiste Fanny Clar (1920), “pièce-montée de saindoux romano-byzantin” pour le poète et écrivain fantastique Théo Varlet (1921), “motte de saindoux sculptée par un charcutier artiste à ses heures” pour le romancier et journaliste Victor Bonnans (1927)114. Cette qualification perdure aujourd’hui comme on sait.

Clément Maurice, Paris en plein air, série Le Beau Pays de France, Bibliothèque universelle en couleurs (BUC), 1897, Le Sacré-Cœur en construction, Domaine public

D’autres édifices sont également dénigrés mais bien moins fréquemment. La liste est éclectique, on relève ainsi : le Mont Saint-Michel pour Rémy de Gourmont  (1899), le château de Pierrefonds (1908), la Préfecture de Tulle (1913), la salle de music-hall parisienne L’Alhambra (1919), le casino de Deauville (1921), un hôtel particulier au n° 9 de la rue Victor-Massé à Paris (1922), le casino de Monaco (1924), la gare d’Orsay (1925), la gare de Limoges (1928), le Théâtre de l’Opéra (1929), la Mairie du 18e arrondissement de Paris pour le peintre et écrivain prolétarien Eugène Dabit (1931), le Cercle Militaire de Paris (1934), l’hôtel Negresco à Nice (1947). En 1936, c’est une restauration archéologique du théâtre antique d’Orange qui accable l’écrivain et critique de théâtre Gabriel Boissy115.

Le dernier exemple est assez original. En 1908, dans son roman Colette Baudoche, Maurice Barrès décrit un quartier neuf de Metz dont il n’apprécie guère l’architecture : “On croit voir, figés en saindoux, les folies d’étudiants architectes”. Quelques années plus tard, le poète et écrivain Pierre Frondaie adapte le roman pour le théâtre. Il développe alors l’image hallucinatoire avec une sorte de mise en abyme où des maisons contiennent des maisons, à tel point qu’architectes et charcutiers se confondent : “Les maisons neuves, c’est tout un quartier en saindoux ! Et dans les magasins où l’on vend du cochon, aux étalages, il y a des petites maisons. Si bien qu’on ne sait plus si ce sont les architectes qui sont des charcutiers ou les charcutiers qui sont des architectes.”116.

Dévalorisation d’œuvres précises – architecture à l’étranger

En dehors de la France, les édifices dévalorisés par association au saindoux sont localisés à parts égales en Europe et hors de l’Europe, principalement dans les colonies de l’époque.

En 1902, l’écrivain Pierre Gauthiez s’en prend à la façade moderne de la prestigieuse cathédrale Santa Maria del Fiore à Florence qui ressemble “à ces édifices en saindoux ou en coquillages qui font la gloire des vitrines faubouriennes”117.

Lors de l’occupation de la ville de Fiume par les troupes de l’écrivain Gabrielle d’Annunzio, en 1920, celui-ci accorde une interview au grand reporter Maurice Prax dans le Palais du ‘Commandant’ de la ville ; d’Annunzio l’accueille par ces mots : “surtout n’allez pas croire que c’est moi qui ai entassé ces horreurs dans ce palais en saindoux”118.

Toujours en Europe, on relève d’autres édifices “en saindoux” comme la Glyptothèque de Munich qualifiée de “Parthénon” (1925), la prestigieuse Cathédrale de Milan qui offense le romancier libertaire André Ibels (1926), le palais de la SDN à Genève (1935) baptisé Dame de l’Ariana par Charlotte Charpentier [surnom qu’elle reprendra en titre d’un roman qu’elle publie en 1937 sous le pseudonyme de Jean Durtal avec son mari, le journaliste anarchiste Jean Goldschild dit Goldsky], le Monument de Victor-Emmanuel à Rome qui déplaît à l’écrivain José Germain (1936)119.

En dehors de l’Europe, on relève le palais royal du Cambodge (1905), la Tour Bhimsen près de Katmandou (1905) que l’indianiste Sylvain Lévi compare à “une colonne de charcutier faite en saindoux et qui jure avec le goût du pays”, le Musée Lavigerie (1906) et la Cathédrale de Carthage (1910) dont l’esthétique est critiquée par l’écrivaine orientaliste Myriam Harry, le Palais du gouverneur général à Saigon (1933) dont le “petit fronton grec coiffant son saindoux” froisse l’écrivain et homme politique Paul Vaillant-Couturier120.

Lorsqu’il s’en prend en 1930 au palais d’Andafiavaratra (Palais du premier ministre) à Antananarivo, l’historien de l’art Émile Bayard utilise quant à lui le “procédé par contraste” évoqué précédemment. Après avoir affirmé péremptoirement que “rien dans cet immense pays, rien n’est de l’art, sauf la nature”, il concède un certain intérêt aux tombes malgaches et écrit : “Et dans ces mausolées, tient, sans doute, tout l’art malgache, celui qui ne connaissait pas encore les missionnaires anglicans, dressant dans le saindoux le palais du premier ministre”121.

Dévalorisation d’œuvres précises – peinture

Les dévalorisations par association au saindoux sont moins nombreuses en peinture qu’en sculpture et architecture. L’analogie avec la sculpture sur saindoux apparaît en effet moins évidente dans l’art pictural, et c’est pratiquement toujours la dépréciation par la matière qui est retenue dans les critiques.

Plusieurs toiles du peintre Gustave Courtois sont ainsi visées. En 1893, le journaliste et écrivain Charles Frémine se moque de son tableau Inquiétude : “on y voit debout un homme tout nu qui se tâte le front, comme s’il avait peur de voir fondre au soleil la femme en saindoux qui est à ses pieds”. Quelques années plus tard, le critique d’art Robert Kemp s’en prend à son Persée (1912), et son Hercule aux pieds d’Omphale “peint comme avec du saindoux” (1911) est particulièrement brocardé par plusieurs chroniqueurs122.

Gustave Courtois, Hercule aux pieds d’Omphale, 1912, Hôtel de ville de Baulmes (Suisse), Wikimedia Commons

D’autres œuvres sont aussi épinglées : le Vieux canal de Gand de Louis Deschamps (1895), Psyché et l’Amour, “produit mythologique annuel” de William Bouguereau (1895), Les Courtisanes du peintre belge Philippe Swyncop raillées par l’écrivain anarchiste Georges Eekhoud (1901), une Vérité de Jules Lefebvre (1908), Éros et Psyché de Clémentine-Hélène Dufau (1914)123.

Un doute subsiste sur l’identification de certaines toiles décrites. Le peintre Antonio de la Gandara par exemple goûte fort peu une œuvre de Benjamin-Constant (1912), un portrait “avec une figure en pain d’épice, de chaque côté de laquelle pendent ou plutôt coulent deux longs favoris en sucre ou en saindoux” [il s’agit probablement du Portrait de jeune homme barbu] et le critique d’art Charles Ponsonailhe décrit l’année suivante une toile précise d’Édouard Rosset-Granger que nous n’avons pu identifier124.

Étonnamment, les toiles critiquées ne sont pas toutes contemporaines des critiques. Plusieurs œuvres classiques ne sont pas épargnées.

Visitant la galerie des Primitifs italiens au Louvre pour essayer de se rendre compte de la façon dont ces peintres ont “compris l’Enfant Jésus”, J.-K. Huysmans, toujours sobre dans ses propos, éreinte plusieurs Nativités de maîtres italiens (1902). Devant celle du Pérugin, il écrit : “son Messie est une figurine de saindoux ; il a un crâne énorme et un ventre météorisé ; il est un hydrocéphale atteint de phtisie mésentérique ; il a le carreau”. Un peu plus tard, il s’en prend aussi, à peu près dans les mêmes termes, aux Grünewald du Musée de Colmar125.

Le vol de la Joconde en 1911 et sa récupération en 1913 ont inspiré les poètes et chansonniers qui, curieusement, ont plusieurs fois associé l’illustre figure féminine au saindoux126.

En 1935 paraît dans le journal Commune, la revue de l’Association des écrivains et des artistes révolutionnaires, un compte rendu au vitriol d’une exposition d’art italien où “il faut digérer les colossales bondieuseries dignes des cathédrales de saindoux qui ornent, à Pâques, les charcuteries, œuvres des décadents florentins du second tiers du XVIe siècle, comme cette immense immondice qu’est La descente de croix de Pontormo”127. Il s’agit là du seul texte du corpus qui utilise la comparaison charcutière à propos d’une peinture.

Jacopo Pontormo, La déposition de la croix, circa 1528, Book scan (Manfred Wundram, Renaissance, S. 69, Köln, Verlag Taschen 2007), Domaine public

Dévalorisation de projets – architecture, sculpture

Pour critiquer un projet architectural, une proposition de monument ou de statue, le rapprochement avec le saindoux est courant.

Les projets architecturaux dénigrés peuvent être très imprécis et ne pas aboutir. En 1895, un premier projet de mosquée à Paris indigne le chroniqueur de L’Attaque, un journal anarchiste devenu depuis peu républicain, qui ne craint pas de recourir à l’habituelle comparaison charcutière : “De quel Alhambra monstrueux, évoquant les édifices que d’ingénieux garçons charcutiers façonnent avec du saindoux, sommes-nous menacés, sous le prétexte d’honorer Allah”. Cette même année, un autre chroniqueur se moque d’un projet de tour de cristal au Palais-Royal en s’appuyant sur des images publiées de l’ouvrage envisagé. À l’inverse, les projets sont parfois déjà engagés. En 1931, c’est la construction tout juste commencée de la Basilique Sainte-Thérèse de Lisieux qui suscite les quolibets du prince Areno Iukanthor, le fils du roi du Cambodge Norodom Ier : “la cathédrale de Lisieux, qui sera la cathédrale ‘up to day’, promettrait… d’avoir une allure de dancing, dans sa roseraie en soie, en saindoux, en taffetas, en porcelaine, en émail, en perles versicolores…”. Et l’année suivante, c’est la construction d’un palace à Saint-Tropez qui est contestée128.

La dévalorisation par le saindoux est plus fréquemment utilisée pour les projets de monuments ou de statues. En 1895, un projet de “transformation de l’avenue des Champs-Élysées en Voie des Grands Hommes” proposé par le poète et dramaturge Émile Bergerat suscite à nouveau la comparaison charcutière : “… que seront les neuf cent quatre-vingt statues confiées à des gens qui taillent le marbre comme les charcutiers manient le saindoux”129.

Dans ses carnets de souvenirs, le poète Jean Richepin évoque une correspondance qu’il a eu en 1899 avec le journaliste Henry Bauer, fils naturel d’Alexandre Dumas, à propos de la sépulture de leur ami commun l’écrivain Henry Becque. Bauer lui écrit : “Je suis d’avis d’écarter tout projet de buste, afin d’éviter la hideur accoutumée des bonshommes en sucre et en saindoux”130.

Au début du 20e siècle, les chroniqueurs déplorent plusieurs projets : un buste de Paul Déroulède par le sculpteur Lucien Pallez (1914), une statue de Victorien Sardou (1923), un monument dédié au félibre Charloun Rieu (1930) [l’œuvre de Louis Botinelly est inaugurée au château des Baux-de-Provence en 1930]131.

Louis Botinelly, Monument en l’honneur de Charloun Rieu au château des Baux-de-Provence, 1930, photo ignis – travail personnel, Wikipedia, licence CC BY-SA 3.0

Le journaliste et romancier Louis Forest renoue avec la comparaison charcutière à propos d’un projet de personnages (pourtant en cire) dans le wagon de l’Armistice (1924). Le journaliste maurrassien Lucien Farnoux-Reynaud évoque, par ellipse, un “saindoux académique” qui pourrait être élevé au souvenir du poète symboliste Albert Samain (1928), et Léon Daudet (encore) se répand en sarcasmes après la mort d’Aristide Briand sur “les pieux sculpteurs du quartier Saint-Sulpice [qui] vont modeler en saindoux un Aristide auréolé et levant les yeux au ciel” (1932). En 1935 enfin, le trait d’humour facile de l’écrivain Eugène Montfort à propos d’un projet de statue au cuisinier Auguste Escoffier suscite de nombreuses réactions : “Que si cependant l’érection d’une statue paraît nécessaire, qu’elle soit en saindoux”132.

Dévalorisation de mouvements artistiques

La comparaison avec le saindoux a parfois été utilisée pour dévaloriser deux mouvements artistiques très différents : l’art nouveau et le cubisme.

Le journaliste et romancier Henri Lavedan fait paraître en 1897 son recueil de saynètes satiriques Les Jeunes ou l’Espoir de la France. Sous la forme dialoguée que l’auteur affectionne, un des sketchs du livre met en scène trois jeunes snobs essayant de convertir un homme de goût à l’art nouveau : “Enfin tes saindoux colorés ! Des merveilles ! Pures merveilles ! Le malheur, c’est que ça ne reste pas. Ça ne tient pas plus d’un mois !”133.

En 1900, l’architecte Joachim Malézieux tourne en ridicule l’art nouveau dans un poème en vers de mirlitons dont voici deux strophes :

« … Place les cabinets d’aisances
Près de la salle où tu bombances,
Et prends-y jour par un carreau,
C’est l’Art Nouveau !
Jette la fleur, garde la tige.
Ça commence en saindoux qui fige
Et ça finit en mou de veau,
C’est l’Art Nouveau ! »134.

Dans une séquence de la bande dessinée Bécassine à Clocher-les-Bécasses, Bécassine va se promener avec ses parents et une amie anglaise, miss Mary, pour visiter “une drôle de maison, genre ‘modern style’”. Paru en 1935, donc en pleine période art déco, l’album fait pourtant référence au modern style, nom que l’on donnait fréquemment à l’art nouveau à cette époque. Le groupe d’amis s’arrête devant la maison qui “ressemble en plus laid aux sculptures en saindoux qu’on voit à la devanture de certains charcutiers” et Miss Mary prend une photo de cette “maison tellement vilaine dans la France jolie” pour attester de sa réalité !

Caumery & J. P. Pinchon, Bécassine à Clocher-les-Bécasses, 1935, nouvelle édition 1991, p. 46

Deux textes du corpus seulement font référence au cubisme.
Dans son roman L’aile invisible paru sous forme de feuilleton, Paul Zahori évoque en 1918 “le fameux salon cubiste… [où] les tables ressemblaient à des troncs de pyramides, les bustes de marbre à des blocs de saindoux pétris par des mains délirantes”, tandis qu’Henri de Forge se moque en 1924 des prétentions modernistes des garçons charcutiers : “Il y en a un qui, à toute force, voulait fabriquer en saindoux, pour notre devanture, un cochon stylisé… Le cubisme en charcuterie ! Voyez-vous cela !”135.

Dévalorisation d’un certain type de décoration

Dans son livre Pour comprendre les monuments de Paris (1925), l’historien Georges Huisman estimait qu’aux environs de 1900 “consoles et moulures ressemblaient pour leur surcharge à des fioritures en saindoux”136. On peut estimer que cette accusation concernait plus particulièrement les décors de style art nouveau.

La comparaison avec le saindoux est régulièrement invoquée pour protester contre des décors spécifiques ou des éléments architecturaux récemment ajoutés, qu’il s’agisse de balustrades blanches ajoutées près d’un escalier au Palais de Justice (1911), des décors de la rotonde du Grand Palais (1914), ou de l’enjolivement de l’escalier Mollien au Louvre (1914)137.

Le procédé est utilisé aussi à propos des décors d’un édifice par ailleurs globalement discrédité : une salle des fêtes comparée à “un fromage de Hollande creusé à l’intérieur, une cloche ornée de guimauve et de saindoux” (1900), une “énorme construction érigée près de l’Opéra-Comique, pour le compte d’un Allemand notoire… [avec des] fleurs décoratives au saindoux” (1915), un “gros cinéma en construction [avec] des rinceaux maigres, modelés dans un saindoux écœurant” (1921)138.

Dans un compte rendu d’un ouvrage sur l’histoire de la Sorbonne publié en 1928, l’historien de la littérature française Daniel Mornet reprend la classique comparaison charcutière, avec un évident mépris de classe : “Je n’ai jamais pu entrer dans la salle des thèses [à la Sorbonne] sans ressentir une suffocation devant le style des ornements de son plafond ; style d’un sculpteur en saindoux, un peu ivre, pour le mariage d’une demoiselle charcutière”139.

Salle Louis Liard [salle des thèses], La Sorbonne, photo par Gouts – travail personnel, Wikimedia Commons

Dans les années 1930, ce sont les décorations ou les bas-reliefs “de saindoux” des maisons individuelles qui sont jugées “périmés” ou relevant de la “barbarie” pour l’écrivain Gabriel Audisio140.

Dévalorisation des copies de sculptures classiques

Les textes sur les copies en saindoux de sculptures classiques sont paradoxalement peu nombreux, sans doute parce que ces créations n’ont en réalité jamais été très présentes dans les expositions ou aux devantures des charcutiers. On déplore bien la Vénus de Milo “coulée en saindoux pour l’étalage des charcutiers” (1887) ou le Génie de la Liberté d’Auguste Dumont transformé en “décorations de saindoux aux vitrines des charcutiers le Mardi-Gras” (1900), mais c’est à peu près tout141.

Par contre, un compte-rendu insolite publié en 1912 dans l’un des premiers bulletins spécialisés en propriété artistique et littéraire met en garde les artistes : “Inconnu encore du grand public, le jeune artiste dont l’État vient d’acquérir une œuvre peut craindre une notoriété de mauvais aloi si, du jour au lendemain, son tableau est exécuté en chromo sur des boîtes de parfumerie, si son motif de décoration est reproduit en chêne-liège ou en saindoux à l’étalage d’un débitant”142.

Dévalorisation d’objets de “mauvais goût”

Le procédé est souvent appliqué aux objets blancs que l’on considère de mauvais goût. Les statuettes tout particulièrement peuvent être “d’un saindoux imitant à s’y méprendre le marbre blanc” (1905), ou tout simplement “en saindoux” selon l’écrivaine Marcelle Tinayre (1930)143.

Henri Duvernois apprécie la comparaison qu’il utilise dans deux de ses pièces à vingt ans d’intervalle144.

Henri Duvernois, illustrations de Charles Huard, Prosper Boudonneau, hirondelle, Je Sais Tout, 15 janvier 1913, p. 799 – “Ils avaient conservé de leur splendeur défunte un groupe antique qui semblait sculpté dans le saindoux et dont ils tiraient un orgueil légitime”

La liste des objets de mauvais goût associés au saindoux est hétéroclite. On y rencontre aussi bien un manège de fête foraine décrit par Gabriel Mourey (1906), une pendule en marbre blanc grossièrement travaillé (1911), des chapeaux de femme (1912), un maillot de cycliste [curieusement bleu] qui donne au champion du monde Paul Bourrillon l’air d’un gâteau en saindoux (1913), des simili-objets d’art indéterminés (1919), une médaille d’honneur proposée par l’inusable Henri Duvernois (1922), un dessous de plat (1938)145.

Dévalorisation de bondieuseries

Introduit en 1861 par l’écrivain et journaliste révolutionnaire Jules Vallès dans un article fameux du Figaro, le mot bondieuserie désigne les objets de piété figuratifs jugés sans valeur et d’un goût douteux146. Même si elles ne sont pas toujours qualifiées ainsi, les bondieuseries sont facilement reconnaissables et figurent en bonne place parmi les bibelots déconsidérés associés au saindoux.

Certains des objets visés sont présentés dans des expositions ou des musées. Ils bénéficient donc a priori d’une certaine reconnaissance artistique. Visitant la section Arts religieux à l’Exposition de 1900, le journaliste et écrivain André Hallays s’indigne pourtant : “c’est le Musée Grévin de la dévotion ; c’est le sanctuaire du mauvais goût, peuplé de vierges en saindoux et de saints en sucre d’orge”. De même, le journaliste Jules Brun, correspondant à Bucarest du Journal des débats et du Figaro, directeur du journal La Roumanie, n’apprécie guère le “bestiaire” qu’il découvre en 1902 au Musée de Bucarest, qui “procède de l’art des charcutiers modeleurs en saindoux”147.

Les objets en question sont le plus souvent proposés dans des échoppes commerciales situées près de sites religieux populaires. Après sa conversion au catholicisme, l’écrivain ex-anarchiste Adolphe Retté visite en 1912 la Basilique d’Ars. Manifestement aux antipodes de ses anciennes idées libertaires, il s’emporte dans une diatribe raciste et antisémite contre ces “magasins d’objets de piété [où l’on] découvre, à foison, ces effigies désolantes sculptées dans du saindoux par des charcutiers sentimentaux, peinturlurées par des Pahouins tardivement convertis. Quand on considère ces collections de tératologies pieusardes, on applaudit tant qu’on peut aux colères d’Huysmans. On rêve la fondation d’un ordre d’iconoclastes chrétiens qui, armés de matraques inexorables, envahiraient les ateliers – Juifs pour la plupart – où se perpètrent ces épouvantails”148.

Les auteurs qui protestent contre les bondieuseries associent fréquemment ces objets au quartier Saint-Sulpice de Paris qui donnera son nom au style sulpicien en 1897 – ainsi, le chroniqueur culturel de l’Action française (1932), le critique d’art franco-suisse Pierre Courthion (1933), ou le philosophe chrétien Gabriel Marcel (1935)149.

On retrouve enfin le procédé d’association au saindoux à propos de pièces religieuses spécifiques : un crucifix, une statue à un carrefour, un autel dans une église150.

Dévalorisation de certains monuments aux morts

En novembre 1918, un chroniqueur du journal satirique La Grimace rend compte de l’une des premières maquettes de monuments aux morts : “On peut admirer (?) depuis quelques jours sur le terre-plein des Champs-Élysées, entre les deux Palais, un poilu conventionnel à pleurer et une France qui, vue de dos, ressemble à un curé romain vêtu d’une capa magna écourtée… Renseignements pris, le dit double-navet est l’œuvre (?) d’un nommé Sicard, de la Chambre Syndicale de Statuaire en saindoux, pour charcutiers, élève de feu Bouguereau.”151.

Le monument de François Sicard : “Au poilu”, Excelsior – Journal illustré quotidien, 23 octobre 1918, p. 4, Gallica/BnF

Érigé fin septembre 1918, avant même l’armistice, ce projet de monument que l’on doit au sculpteur François Sicard est le seul à être aussi violemment contesté, à la fois en nommant l’artiste et en usant de la comparaison charcutière infamante.

Durant les années qui suivent la Grande guerre, la France comme on sait se couvre de monuments aux morts152. Leur esthétique n’est pas toujours appréciée. Plusieurs chroniques de journaux dénoncent dans les années 1920 “les blocs de saindoux établis en séries pour le plus grand profit des municipalités”, les monuments “en saindoux ou en chandelle”, “l’invraisemblable collection de pièces montées en saindoux ou en zinc que la victoire a valu à la France”, ou bien encore les “affreux modelages en série [qui] imitent bien le saindoux ou le pâté de foie”153.

Ces avis négatifs des années 1920 stigmatisent notamment la production en série et la globale banalité des monuments érigés. On retrouve la même appréciation à l’époque moderne, exprimée cependant de façon moins véhémente, par exemple chez l’écrivain Vincent Détharé qui estime en 1962 que “les monuments aux morts ne sont pas tous des chefs d’œuvre : on y voit trop de guerriers en quincaillerie et trop de femmes en saindoux qui représentent mal la France, la gloire et la postérité”154.

La protestation peut aussi être plus précise, comme pour ce projet de monument à Limoges en 1929 qui fait craindre au chroniqueur de La Revue Limousine “l’une de ces victoires casquées et palmées… taillées en série dans le zinc ou le saindoux”, crainte confirmée deux ans plus tard par la mise en place d’une “femme en saindoux frais… exhibant des bras d’athlète”155.

Au détour d’un article sportif anodin, le chroniqueur de L’Humanité affirme son point de vue révolutionnaire lorsqu’il déplore la récupération bourgeoise de “l’authentique fête populaire” qu’est une finale de rugby où “les athlètes iront peut-être porter des fleurs sur quelque monument en saindoux et en zinc élevé aux morts de la guerre pour le plus grand bénéfice de leurs assassins” (1924)156.

L’écrivain Charles Chassé utilise en 1933 le “procédé par contraste” pour valoriser les monuments aux morts édifiés en Bretagne : “alors que tant de provinces nous ont montré des poilus languides s’évanouissant entre les bras de Victoires en saindoux, la Bretagne a étonné le reste de la nation par l’originalité de ses monuments aux disparus”157.

Le dernier exemple est plus curieux parce qu’il ne s’agit pas d’accabler une œuvre ou son créateur, bien au contraire. En 1939, un projet de monument aux morts sur la place Saint-Jean de Nancy est confié au sculpteur Gaston Broquet. Originaire de la Meuse, l’artiste a déjà réalisé de nombreuses œuvres dans la région. Le chroniqueur du Bulletin meusien est ravi de ce choix local et dévoile un détail insolite sur le sculpteur : “Et voilà, une fois de plus, la Meuse à l’honneur, grâce au talent d’un Gaston Broquet qui, enfant, modelait ses premiers modèles dans les mottes de saindoux de la charcuterie de son père, à Gondrecourt”158. Ce projet tardif ne sera pas mené à bien, contrarié sans doute par la Seconde Guerre mondiale qui s’annonce. À l’opposé des avis précédents, le parallèle entre les deux activités de sculpture est ici valorisé par ce rappel biographique.

Le “mauvais goût” allemand

De la fin du 19e siècle jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la presse française a abondamment décrit les sculptures en saindoux aux devantures des charcuteries en Allemagne. Comme pour tout ce qui est allemand à cette époque, les journalistes estiment toujours que ces œuvres, réalisées souvent en réaction à des événements commémoratifs ou politiques, sont manifestement de mauvais goût.

En 1894, le chroniqueur du journal Gil Blas se moque d’une statue équestre de soubrette en saindoux représentant l’Allemagne159.

L’année suivante, de nombreux articles rendent compte des festivités qui accompagnent l’anniversaire de Bismarck et s’étonnent d’y voir des bustes du prince “coulés en bronze ou moulés dans le plâtre, le chocolat, et jusque dans le saindoux”160.

À l’approche de la Première Guerre mondiale, l’architecte et critique d’art Frantz Jourdain n’apprécie guère la décoration allemande lorsqu’elle en est réduite à “crayonner des gâteaux montés ou sculpter des arabesques en saindoux”. Plus prosaïquement, le chroniqueur du journal Le Gaulois demeure stupéfait par un buste de Zeppelin en saindoux trônant dans une devanture de charcuterie, tandis que celui du Rire s’esclaffe de ce qu’il a vu à Cologne, à l’étalage d’un marchand de delikatessen : “un gentil petit Cupidon en saindoux. Il était représenté en train de satisfaire un des plus exigeants besoins de la nature, et le résultat de ses efforts était un chapelet de saucisses de Francfort”161.

Durant la guerre, les sarcasmes sur le mauvais goût allemand prolifèrent. Les figurations de personnages célèbres sont particulièrement raillées. On se gausse de l’apparition aux vitrines de “l’incomparable guerrier [Hindenburg] dans un ‘culturel’ assortiment de saucisses, de langues de porc, de couenne, de petit salé et de saindoux” et des effigies “des gloires, militaires et civiles”. Ces portraits rappellent d’ailleurs à l’historien Henri Welschinger, les bustes en saindoux du poète Goethe qu’il avait vu jadis en Allemagne lors du 150e anniversaire de la naissance du poète. Les charcutiers en France ne semblent d’ailleurs pas manifester un meilleur goût si l’on en croît le romancier Hugues Lapaire qui écrit : “En Allemagne… Au-dessus de tout, l’Empereur !… Chez nous il parade aussi, mais sculpté en saindoux et sous les apparences du compagnon de Saint Antoine !”162.

Pierre Benoit dans son premier roman Kœnigsmark paru en 1918 tourne en ridicule les charcuteries allemandes qui étalent “des pyramides de saucisses façonnées à l’image des monuments les plus illustres de l’empire [et le gros succès] pour un arc de triomphe en saindoux, avec bas-reliefs en gélatine rose et entablement de foie gras”. Les sujets qui figurent aux vitrines des commerçants ne sont pas les seuls visés, les véritables édifices et monuments allemands sont également moqués. L’écrivain Maurice Prax s’en prend à “l’art boche [et ses] maisons en saindoux armé”, Jean de Bonnefon commentant la salle du trône du palais royal de Berlin s’élève contre “l’imitation en saindoux des tombeaux pontificaux de Saint-Pierre”, et le chroniqueur du journal L’Intransigeant est consterné par les “orgueilleux monuments en sucre et en saindoux” sur l’avenue Unter den Linden163.

Durant ces années où la guerre fait rage, la comparaison au saindoux est même évoquée à propos de l’embonpoint supposé des femmes allemandes, parfois en convoquant une figure historique lointaine comme le fait l’ancien anarchiste Ernest Gegout dans une étrange évocation d’Isabeau de Bavière “Vénus en Saindoux”164.

En 1925, lors des fêtes du millénaire en Sarre, plusieurs textes rapportent l’histoire d’un gros charcutier de Sarrebruck ayant écrit une profession de foi patriotique avec du saindoux sur des quartiers de porcs (les versions diffèrent un peu sur l’inscription)165.

Une anecdote intervenue lors du départ des troupes françaises d’Allemagne en juin 1930 est reprise par de nombreux journaux : “à Mayence, un charcutier rhénan et nationaliste a essayé de figurer, dans le tendre saindoux, l’image injurieuse de notre départ courtois”166. Les journalistes, tels Georges Gaudy qui connaît bien l’Allemagne ou Gaëtan Sanvoisin, s’offusquent de cette “injurieuse et grossière représentation en saindoux de l’évacuation”167.

Durant la période où les photos de sculptures en saindoux sont relativement nombreuses dans les journaux (voir ci-dessus), Paris-Soir publie en 1931 un buste d’Hindenburg ayant gagné un concours.

“Un original buste d’Hindenburg”, Paris-Soir, 18 novembre 1931, p. 6 [C’est un Hindenburg en saindoux qui a obtenu le premier prix]

En 1932, l’Allemagne fête le centenaire de la mort de Goethe à Weimar. Les journaux ne manquent pas de rapporter qu’un “charcutier n’a pas hésité à modeler en saindoux un buste de l’auteur de Faust”168.

Les chroniqueurs se moquent de l’Allemagne nazie en utilisant la comparaison au saindoux à plusieurs reprises. Rendant compte d’une parade en 1932, Le Matin écrit : “La discipline des ‘nazis’ a été parfaite. Ils ont été impressionnants de mutisme et d’immobilité, ne donnant pas plus signe de vie que les 230 bonshommes en saindoux pétrifié qui ornent les bas-côtés de la Sieges-Allée (allée de la Victoire), qui conduit au Reichstag”. Les journalistes s’amusent aussi des vitrines qui exhibent un buste du chancelier sculpté dans le saindoux avec “deux lamelles de truffe qui dessinent ses moustaches”169. En 1933, le journaliste Georges Blum termine un papier très inquiétant sur la fureur antisémite des Nazis par cette remarque ironique : “Il convient de ne pas s’émerveiller outre mesure en face des petits hitlériens en caoutchouc qu’exhibent dans leurs devantures certains marchands d’articles hygiéniques, pas plus que devant les superbes croix gammées en saindoux pétrifié ou en fromage de tête de porc qui s’étalent dans certaines charcuteries”170.

Lors du référendum du 13 janvier 1935 pour le rattachement de la Sarre à l’Allemagne, les journaux rapportent qu’un charcutier “a fait, en saindoux, les armes de Sarrebrück et, en graisse de couleur, il a écrit : ‘Wilkommen in der Heimat’, ce qui veut dire : ‘Retour à la Patrie’”. Un journaliste du Figaro a même retrouvé à Sarrebruck le charcutier dont la devanture “en 1931, lors des fêtes sarroises dites du millénaire rhénan, était ornée de bustes en saindoux, et grandeur nature, du feld-maréchal et de Bismarck… Maintenant le charcutier ne modèle plus dans sa graisse de porc que des bustes du Führer et des croix gammées”. Le retour de la Sarre au Reich a visiblement inspiré les charcutiers. Le journaliste Jacques Vidal-Lablache rapporte en effet que l’un deux “a sculpté dans la graisse une scène exaltant la baisse des prix de la charcuterie allemande, autrefois grevée de droits de douane. Des cochons en saindoux franchissent, comme pour un steeple, une barrière brisée, et se précipitent dans les bras d’un Sarrois du même métal. Une légende en rondelles de saucisson leur fait dire : ‘Enfin libres !’”171.

La date du 13 janvier s’affiche même aux devantures des charcutiers.

“L’étalage symbolique d’une charcuterie sarroise – la date du 13 janvier exposée sur un autel de saindoux et de saucisses”, L’Ouest-Éclair [éd. Rennes], 17 janvier 1935, p. 1

Le déclin de la sculpture en saindoux : du mépris à la nostalgie

Les sculptures en saindoux ont pratiquement disparu des vitrines des charcutiers dans les années 1960. Beaucoup de textes publiés à partir de la fin de cette décennie utilisent pourtant la comparaison avec le saindoux pour dévaloriser différentes œuvres, en architecture, sculpture ou peinture.

En 1969, François Mitterrand a recours à la comparaison charcutière et son mépris de classe sous-jacent lorsqu’il évoque un édifice de Nevers dont il déteste l’architecture : “Taisons-nous enfin, par décence, sur l’énorme pâté de saindoux qu’un triste charcutier a sculpté sur le bord de la Loire pour y célébrer le sport et la culture”172.

En 1976, Jean-Louis Bory rappelle qu’il n’avait “aucune admiration pour Arno Breker et ses énormes montagnes de saindoux, taillées pour faire viril”173. D’autres exemples en sculpture ou peinture peuvent être cités174.

Apparue au 19e siècle comme on l’a vu, la comparaison perdure donc tout au long du 20e siècle alors que l’activité “grossière” à laquelle les écrivains se référent a pratiquement disparu. Par une forme d’anachronisme, elle est aussi appliquée à des œuvres bien antérieures. Comme J.-K. Huysmans qui vomissait le groupe de Bridan du 18e siècle, l’historien et écrivain Jean-Paul Desprat s’en prend en 2010 aux “sculptures en saindoux” du sculpteur italien du 18e siècle Giuseppe Gricci, et le philosophe et critique d’art Jean-Louis Schefer ne craint pas en 1988 de comparer les paysages peints par le Greco à des “délires d’épiciers qui sculptent des monuments en saindoux, des animaux et des saintes en rillettes”175.

Avec le déclin de l’activité chez les charcutiers, deux nouveaux point de vue non dévalorisants font leur apparition.

Les études d’histoire locale et d’ethnographie française qui se développent à la fin du 20e siècle mentionnent quelquefois les activités de sculpture en saindoux dans une ville, un village ou une région. Les descriptions sont en général brèves et neutres, elles ne sont pas dépréciatives176. Les rares témoignages cinématographiques ou photographiques recueillis auprès des artisans charcutiers aident aussi à documenter leurs réalisations passées sans qu’aucun jugement négatif ne soit porté à leur encontre177.

De nombreux récits et romans enfin font état d’une certaine “tendresse” envers les sculptures en saindoux du temps passé. Les créations qui trônaient jadis aux vitrines de charcutiers y sont décrites avec une pointe de nostalgie et parfois même de l’admiration178.

En 2002, dans un témoignage qualifié de ‘biographie express’, l’artiste Yves Charnay résume bien cette affection nouvelle, empreinte de nostalgie, envers des œuvres longtemps méprisées : “Des basiliques et des cathédrales de saindoux apparaissaient, en hiver, dans les vitrines des charcutiers, spécialement illuminées pour l’occasion et réfrigérées par la température glaciale provenant de l’extérieur. Elles dressaient devant nos yeux d’enfants, admiratifs, leurs tours et leurs clochers fragiles. Ces prouesses architecturales provoquaient mon admiration. Avec mes camarades, nous faisions le tour des charcuteries du quartier pour apprécier les travaux des uns et des autres. Impossible de me rappeler si ces édifices figés par le froid étaient vraiment bien proportionnés, mais je me souviens de leur cohérence colorée et de la richesse des textures. Je trouvais à Notre-Dame, dont j’avais vu une photo, une grandeur digne des bâtiments périssables de nos charcuteries.”179.

Les deux saindoux

Dans les années 1960, à l’époque où la sculpture en saindoux périclite, un courant artistique utilisant la nourriture comme matériau de création apparaît. Initié par l’artiste suisse Daniel Spoerrri, le eat art (ou food art) expose des œuvres confectionnées à l’aide d’aliments divers, mais qui sont destinées en général à être regardées plutôt que consommées. À partir de 1963, l’artiste allemand Joseph Beuys incorpore des matériaux organiques dans ses installations, en particulier du feutre et des graisses animales [selon la “mythologie personnelle” qu’il s’est lui-même construite, Beuys était pilote de la Luftwaffe durant la Seconde Guerre mondiale et il a été abattu en Crimée. Grièvement brûlé et gelé, il aurait été soigné par des nomades tartares, le corps enduit de graisse et enveloppé dans des couvertures de feutre]. Emblématique de son travail durant cette période, l’œuvre Fettstuhl (Fat Chair), dont il existe plusieurs versions, consiste en une masse de saindoux posée sur une simple chaise de bois. L’artiste joue sur le contraste entre la culture (la chaise) et la nature (la graisse), entre la structure rigide et la forme géométrique instable, la permanence de la chaise et le caractère périssable de la graisse qui se disloque, change de couleur et rancit lentement au fil des années.

Joseph Beuys, Stuhl mit Fett (Fat Chair), 1981. Source: I Like America and America Likes Me – Joseph Beuys, History of Our World, 2006. Via WikiArt, Fair use.

Les commentaires sur le travail de Joseph Beuys omettent la plupart du temps de mentionner l’architecture culinaire ou la sculpture en saindoux. Et lorsqu’ils en parlent, il s’agit juste de rappeler que si ces activités anciennes ont travaillé aussi avec des produits alimentaires, elles ne peuvent prétendre à l’art, elles demeurent juste un savoir faire artisanal un peu folklorique. En somme, il existe pour ces analyses deux regards sur la graisse détournée de sa fonction alimentaire à des fins plastiques. Deux saindoux cohabitent dans le discours sur l’art.

La graisse utilisée par Beuys n’est plus cette matière vile, parangon du mauvais goût en art pour des générations de commentateurs. On lui accorde désormais des qualités insoupçonnées. Elle est souple, malléable, elle réagit facilement à la température et permet de réaliser des “sculptures vivantes”. La graisse est source de chaleur, réservoir d’énergie, elle est protectrice. C’est une matière “dynamique” qui relève de l’anthropologie, du “chamanisme”. Les femmes de Namibie dit-on l’utilisent à des fins purificatrices. Elle peut aussi symboliser le corps réduit à l’état de chose, ou même la fonction d’excrétion sans être repoussante, etc. Façonnée par un artiste devenu célèbre, justifiée par des références culturelles disparates, enrobée dans un propos philosophique complexe180, la graisse animale est enfin devenue une matière artistiquement honorable. Cette nouvelle respectabilité cependant n’a jamais conduit à reconsidérer la sculpture en saindoux dont l’histoire est pourtant imprégnée par cette question de la prétention artistique.

La sculpture en saindoux remonte comme on l’a rappelé aux timbales et aux socles utilisés au début du 19e siècle en architecture culinaire. Elle s’est autonomisée rapidement à partir de l’art des socles et du façonnage des sujets en cuisine artistique, et elle apparaît à peu près au même moment dans les premières expositions culinaires et aux devantures des charcutiers. Dès ses origines, la revendication artistique est bien présente, et elle existe encore jusqu’au début du 20e siècle. Cette revendication est pourtant balayée, complètement anéantie par le flot considérable de textes qui dévalorisent l’activité. De plus, des générations d’intellectuels ont invoqué le saindoux pour disqualifier des œuvres, des artistes, des styles, etc. Le procédé est devenu poncif chez des auteurs alors influents181. La matière est définitivement instrumentalisée en étalon du mauvais goût. La comparaison charcutière souvent invoquée dénote de surcroît un indéniable mépris de classe. Dès lors, il n’est plus question des prétentions artistiques originelles, l’activité est renvoyée au trivial, réduite au kitsch. Elle ne s’en relève pas, le mépris a gagné. La revendication artistique des origines ne peut plus être sérieuse avec le rouleau compresseur des sarcasmes. La sculpture en saindoux est un art pour rire, elle n’est pas même digne d’être agrégée à l’art brut. Elle ne peut entrer au musée dans aucun compartiment de l’art. Au mieux, elle est reléguée du côté de l’ethnographie. La valorisation contemporaine des performances artistiques éphémères – du eat art notamment – et la réhabilitation de la graisse dans l’art à la suite du travail de Joseph Beuys n’ont eu aucune incidence sur son image contemporaine, qui demeure pratiquement celle qu’en avait le “goût bourgeois” du 19e siècle.

 

Merci pour leur aide à Sylvain Borzillo (Mucem), Claire Dufour (Mucem), Julia Ferloni (Mucem), Blandine Herrmann (Bibliothèque de l’École du Louvre), David Nicolas (Service des Musées de la ville de Charleville-Mézières).
Merci également à Yannick Vernet (École Nationale Supérieure de la Photographie, Arles) pour m’avoir fait connaître la maquette de l’Hôtel de ville de Mézières, à l’origine de cette étude.
À l’attention d’Anne-Laure Py qui semble fascinée par le sujet.

[article en deux parties: partie 1, partie 2]

Références

  1. Gaston Jollivet, À table, Le Figaro, 22 janvier 1886, p. 1. []
  2. Hector Malot, Les Enfants, Le Constitutionnel, 25 mai 1866, p. 2 [Quant à la carnation, tu voudras bien avoir le dégoût que nous avons tous les soirs nous autres comédiens; avec du saindoux teinté de bistre, tu vas te frotter le visage, le cou, les mains, jusqu’au-dessus des poignets] ; voir aussi Eugène Marie, Un début, Officiel-Artiste, 6 mai 1883, p. 2. []
  3. Voir par exemple : Georges Pradel, Les baisers du monstre, Le Matin, 19 avril 1885, p. 3 [une grosse dondon en saindoux] / Mufles et Snobs, La Presse, 28 août 1898, p. 2 [sa chair ouateuse qui ressemble à du saindoux malsain] / La soirée perdue, Le Journal, 4 octobre 1903, p. 3 [une rousse en saindoux dans un nuage de gaze rose] / Jean d’Agraires, Du sang sur l’étrave, Le Matin, 12 août 1930, p. 5 [onctueux et gras, tout en saindoux] / Le Matin, 14 mai 1940, p. 2 [elle est un peu en saindoux, cette jeune bourgeoise] []
  4. Léopold Lacour, Cardinalisme, Gil Blas, 16 septembre 1893, p. 1. []
  5. Deux déchus – Le petit Casimir et le gros Charles, L’Intransigeant, 18 mai 1896, p. 1 / Félix Duquesnel, Les Premières, Le Gaulois, 30 juin 1898, p. 3 []
  6. Léon Daudet, Le legs de Leygues, L’Action française, 9 juin 1909, p. 1. []
  7. Colombine [Henry Fouquier], Les Planches, Gil Blas, 14 mars 1881, p. 1 / sur Georges Pioch : Le Belluaire, Çà et là, L’Étudiant français, 15 janvier 1921, p. 134 []
  8. Xanrof, Vengeance manquée, La Petite Gironde, 18 mars 1899, p. 1 / Blocs de saindoux : C. d’Artois, Misère noire, Revue de Lille, novembre 1902, p. 322 / Comtesse : Zakouski, À travers la semaine, La Vie Parisienne, 8 août 1903, p. 455 / Expert comptable : Yves Gandon, La Belle Inutile, Paris, Albin Michel, 1935. []
  9. Roger Rabiniaux, Les rues de Levallois, Paris, Buchet Chastel, 1964, p. 31 / Gus, Le corbillard des anges, Paris, Denoël, 1980, p. X / Jean Blot, Le juif Margolin, Paris, Plon, 1998, p. 30. []
  10. Nouvelles à la main, Le Tintamarre, 3 avril 1887, p. 5 [On dirait qu’il est en saindoux] / Héros : Georges Ohnet, Le Chemin de la gloire (feuilleton), Le Figaro, 2 janvier 1904, p. 4 / Lutteurs : Emmanuel Bénézit, Petits métiers – Petites industries, Paris, Émile Gaillard, circa 1908, p. 92 ; Georges Pourcel, La Mort d’Hercule, Le Matin, 27 février 1926, p. 4 / Pugilistes : Jacques Mortane, Pauvres journalistes sportifs, Le Petit Journal, 23 novembre 1929, p. 5 []
  11. Le XIXe siècle, 1 juillet 1889, p. 2. []
  12. Le Figaro, 17 juillet 1864, p. [le fameux ours – en saindoux indomptable – de l’Hippodrome] / Le Figaro, 31 août 1865, p. 4 [sur les courses de taureaux à l’Hippodrome : offrir à l’épée nue d’un toréador un taureau en saindoux]. []
  13. L’Écho de la Montagne, 15 janvier 1916, p. 1 / Arnould Galopin, Le Navire invisible [feuilleton], Le Petit Journal, 10 décembre 1918, p. 4. []
  14. A. Humbert, La Lanterne de Boquillon, 13 décembre 1885, p. 8 / L’Intransigeant, 24 janvier 1887, p. 1. []
  15. Scélérats en saindoux : L’Intransigeant, 9 avril 1889, p. 1 ; L’Univers Illustré, 20 avril 1889, p. 3 / Bonhomme de devanture : Albert Cornu, Los aux pilotes, Comoedia, 11 mai 1933, p. 4. []
  16. César : L’Intransigeant, 1 juin 1881, p. 1 / Bonaparte : L’Intransigeant, 30 janvier 1882, p. 1 / Sphinx : Henri Rochefort, La Politique de coups de poing, L’Intransigeant, 4 juin 1882, p. 1 ; Adolphe Racet, Paris au jour le jour, Le Figaro, 10 janvier 1883, p. 5. []
  17. Paul-Armand Challemel-Lacour : La Croix, 1 novembre 1883, p. 3 ; Le Moniteur universel, 1 novembre 1883, p. X ; L’Intransigeant, 1 novembre 1883, p. 1 / Charles Floquet : L’Intransigeant, 31 janvier 1889, p. 1 / Louis Ricard : Après la bataille, Le Figaro, 21 février 1896, p. 1 / Général Saussier : Place aux vieux, L’Intransigeant, 20 mars 1896, p. 1 / Ernest Monis : L’Intransigeant, 19 novembre 1901, p. 1 / Louis Barthou : Edmond Du Mesnil, L’Inflexible ; Le Rappel, 25 mai 1913, p. 1. []
  18. Armand Fallières : De Charybde en Scylla, La Presse, 23 janvier 1906, p. 4 ; L’Action française, 30 janvier 1910, p. 1 / Jean Jaurès : Sur le Suffrage universel, L’Attaque, 9 décembre 1894, p. 1 ; Le Courrier populaire de Dunkerque, 21 juillet 1907, p. 1. []
  19. Aristide Briand : Léon Daudet, La Main de saindoux, L’Action française, 13 avril 1921, p. 1 / Louis Barthou : Léon Daudet, Un contrôle qui ne contrôle pas, L’Action française, 7 avril 1922, p. 1 / Clemenceau : Léon Daudet, Images et réflexions, L’Action française, 28 novembre 1929, p. 1 / Sur l’ouvrage de Marie Dronsart : Léon Daudet, Les paradis artificiels et l’imagination, L’Action française, 30 octobre 1931, p. 1 / Gaston Doumergue : Léon Daudet, L’Action française, 26 mai 1934, p. 1 ; et de nombreuses autres références. []
  20. Le Monde Illustré, 10 juin 1916, p. 390 / Magdeleine Paz, Vel’ D’Hiv, Le Populaire, 15 mars 1935, p. 4 [Nous ne voulons pas de moderne en fer-blanc ni de personnages en saindoux] / Magdeleine Paz, L’emprise, Le Populaire, 26 février 1938, p. 8 [De gentils personnages de saindoux, une Sapho de tout repos, un violent orage à l’eau de rose, une tempête dans un paquet d’ouate]. []
  21. Rip, Le film bégayant, Paris-Soir, 5 juillet 1930, p. 2 []
  22. Marcel Aymé, Une Signature, Marianne – grand hebdomadaire littéraire illustré, 16 octobre 1935, p. 8. []
  23. Louis Veuillot, Satires, Paris, Gaume Frères, 1863, p. 57 / Citation de Charles Cheneslong : Le Rappel, 27 mars 1878, p. 2. / Quatrelles [Ernest-Louis-Victor-Jules L’Épine], Le Théâtre National, Le Figaro, 19 février 1879, p. 1 []
  24. La politique, Le Rappel, 15 mars 1909, p. 1 / Léon Daudet, La liste d’Action nationale du 3e secteur, L’Action française, 29 avril 1924, p. 1 / Edmond du Mesnil, Ententes internationales, Le Rappel, 3 octobre 1926, p. 1. []
  25. Ernest Blum, Zigszags dans Paris, Le Rappel, 17 octobre 1881, p. 3 / Rivarol, Échos, L’Action française, 13 mars 1910, p. 1 – selon les Souvenirs publiés par Daudet, c’est lui-même qui signait la rubrique Échos dans les débuts du journal L’Action française, cf. Albert Marty, L’Action française racontée par elle-même, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1986, p. 69 []
  26. Le dimanche au cinéma, L’Intransigeant, 12 janvier 1925, p. 4. []
  27. Marie Colombier, Mémoires. Fin de siècle, Paris, E. Flammarion, 1898-1900, p. 289 []
  28. Les rois du saindoux ou de la mélasse : Menus propos, Le Temps, 12 septembre 1904, p. 1 / Les rois du saindoux, de l’aluminium, ou du céleri comprimé : La Gazette, Les Modes de la femme de France, 2 septembre 1923, p. 19. []
  29. Yves Barbier, Sens unique, Le Temps, 22 mai 1930, p. 3. []
  30. Ernest d’Hervilly, Les Parisiens bizarres, Paris, C. Lévy, 1885, 3e édition, chapitre Métiers baroques – Phidias de l’axonge, pp. 27-29 / Henri Coupin, Les Chefs-d’œuvre en saindoux, Revue des Revues, 1er avril 1898, 33-41 [avec 7 gravures], numérisation BnF []
  31. Hippolyte Maxance [pseudonyme de Hippolyte Renard], Demandez : Le cortège, l’heure, et la marche du bœuf gris. Un sous, Le Journal amusant, 3 mars 1860, p. 3. []
  32. Rembrandt : La Petite Gironde, 30 octobre 1889, p. X / Copie en saindoux du tableau 1814 de Meissonnier : Le Petit Parisien, 9 janvier 1892, p. 3 []
  33. Salon de sculpture anticipé : Une Exposition culinaire, Le Temps, 2 février 1886, p. 3 ; même expression dans Le Petit Parisien, 3 février 1886, p. 2 / Adrien Marx, Tournois culinaires, Le Figaro, 6 mars 1887, p. 1 / Paul Ginisty, La statuaire culinaire, Gil Blas, 10 mars 1888, p. 2-3. []
  34. L’Iconoclaste, Statuomanie, Le Tintamarre – critique de la réclame, 30 décembre 1888, p. 5 / Autres statuaires : Le XIXe siècle, 4 octobre 1889, p. 2 ; Gil Blas, 10 février 1900, p. 1. []
  35. Guillaume Janneau, Mamamouchis, Le Bulletin de la vie artistique, 1 novembre 1923, p. 447. []
  36. Jean Ajalbert, Trompe-la-Mort, Gil Blas, 12 mai 1891, p. 1 ; repris dans La Lanterne, 13 octobre 1892, p. 3 / Le vendredi-saint à Nancy, L’Est républicain, 24 mars 1894, p. 2. []
  37. Le Salon culinaire, Le Journal, 23 février 1908, p. 3 / L’Exposition Culinaire, Le Gaulois, 1 mars 1912, p. 2. []
  38. Le Journal, 24 décembre 1937, p. 2. []
  39. Georges Delmare, Le Congrès de charcuterie, Gil Blas, 30 octobre 1889, p. 3 / Exposition culinaire, Le Rappel, 16 déc. 1890, p. 2. Voir aussi l’inauguration de l’Exposition culinaire et de l’alimentation décrite dans le journal Le Temps, 29 novembre 1896, p. 4 [Ainsi on ne voit plus les chasses à courre, les châteaux moyen âge avec leurs tourelles, exécutés entièrement avec du saindoux et qui excitaient toujours la curiosité des visiteurs]. []
  40. La vie mondaine, Le Matin, 19 décembre 1891, p. 3 []
  41. Poitiers-Blossacques, Chronique – Nouvelles modes commerciales, L’Intransigeant, 11 janvier 1898, p. 2 / La Huronne, Sachez que – Ingénument, L’Intransigeant, 12 septembre 1924, p. 2. []
  42. Major Fridolin [Eugène-Anatole de Valbezen], La veuve de l’Hetman, Le Correspondant, 1871, p. 658. []
  43. La Petite Gironde, 5 janvier 1892, p. X / L’Avenir de la Mayenne, 2 mars 1887, p. X. []
  44. L’Univers, 1 juin 1890, p. 2. []
  45. Gris-Gris, Ce qui se dit au cercle, La Vie Parisienne, 29 janvier 1898, p. 65. []
  46. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle – français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, tome. 17, supplément 2, 1882, article Cuisine / Adrien Marx, Tournois culinaires, Le Figaro, 6 mars 1887, p. 1. []
  47. Gaston Jollivet, L’art de vivre, Paris, Quantin, 1887, p. 113 / L’Exposition culinaire de New York, L’Art culinaire, 1891, p. 55, cité par Denis Saillard, art. cit. []
  48. Adolphe Brisson, Les Cuisiniers, Revue Illustrée, 1 mai 1902, p. X ; repris dans Adolphe Brisson, La Bibliothèque des gourmands, Les Annales politiques et littéraires, 29 décembre 1912, p. X / Le bonhomme Chrysale [Adolphe Brisson], Les Annales politiques et littéraires, 26 avril 1903, p. 259 / Raoul Ponchon, Cuisine décorative, Le Journal, 28 mars 1911, p. 3. []
  49. Micromégas, Succulents et doctes propos, L’Écho d’Alger, 24 septembre 1923, p. 2. []
  50. Curnonsky, Il y a une architecture de l’art culinaire, Paris-Soir, 10 février 1929, p. 5. []
  51. Victoire Aptère : Le diable boiteux, Échos et nouvelles, Gil Blas, 21 mai 1896, p. 1 / Marbre de Paros : Le Monde artiste, 25 juillet 1897, p. 473. []
  52. Charles Virmaître, Paris oublié, Paris, E. Dentu, 1886, p. 136 / J. Bailly-Maître, Les Sans-outils, La Cocarde, 30 mars 1893, p. 2 / Jean Richepin, Poil et plume, Paris, G. Vasseur, 1909, p. 89 / Guillaume Apollinaire, La suite de Cendrillon ou Le rat et les six lézards, La Baïonnette, 16 janvier 1919, p. 42. []
  53. Curnonsky-Sailland, La Sculpture comestible, Le Journal, 20 octobre 1912, p. 6. []
  54. Georges Bouchard, Le relais de Cîteaux, La Croix, 27 mai 1928, p. X / Henri Pourrat, L’arbre à bacheliers, L’Intransigeant, 19 janvier 1929, p. 1. []
  55. Octave Uzanne, Le Spectacle contemporain ; sottisier des mœurs : quelques vanités et ridicules du jour, modes esthétiques, domestiques et sociales, façons de vivre, d’être et de paraître, bluffs scientifiques et médicaux, évolution des manières, de l’esprit et du goût, Paris, É. Paul, 1911, p. 239 / René Legascon, Esthétique populaire, Les Temps Nouveaux, 7 octobre 1911, p. 3. []
  56. Yves Pascal, Processions, Le Journal, 17 mai 1931, p. 2 / Albert Jean, La plus belle boutique, Le Matin, 3 mars 1938, p. 8 []
  57. Ch. Bataille, Le Figaro, 26 mars 1857, p. 3. []
  58. Pierre Véron, Le Panthéon de poche, Paris, Degorce-Cadot, 1875, p. 68 / Sur Hippolyte de Villemessant : “Quand j’étais petit, je regardais avidement une certaine boutique de charcutier où un garçon, artiste, sculptait chaque matin un bonhomme nouveau dans du saindoux. La littérature de Mossieur de Ville-Messant, dit Cartier-Briard, dit Cartier de Ville-Messent, Jean-Baptiste, dit Hippolyte Auguste de Launay de Ville-messant, c’est absolument ça. Dans ses Mémoires d’un Journaliste, il cisèle la trivialité, il charcute, son idéal n’aspire jamais qu’à descendre et à… fondre… comme ses joues. Si j’avais un nom à donner à son œuvre, je l’appellerais le Musée des Cochons.” Niaiseries, Le Petit journal des tribunaux, 31 janvier 1875, p. X. []
  59. Ch. Legrand, Les Romans nouveaux, Revue du monde catholique, vol. 66, avril-juin 1861, p. 359 / Émile Maray, Derrière la toile, Le Rappel, 30 juin 1872, p. 4 / Jules Claretie, La Vie à Paris, Le Temps, 3 décembre 1896, p. 4 []
  60. Charles Bourdon, Les Romans, Revue des lectures, 15 juillet 1933, p. 807 / Mathilde Pomès, Les Livres, La Renaissance, janvier 1934, p. 35. []
  61. J.-E. S., Bulletin bibliographique, La Jeune France, octobre 1887, p. 63 / Lucien Victor-Meunier, Les Impuissants, Le Rappel, 26 juin 1902, p. 1, repris dans Le XIXe siècle, 26 juin 1902, p. 1 / Henri Duvernois, L’Homme de lettres et Sacha Guitry, Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, 13 janvier 1923, p. 1 []
  62. Léon Daudet, La vie douloureuse de Victor Hugo, L’Action française, 6 février 1931, p. 1 / René Brécy, Un poème épique sur Le Mont-Saint-Michel, L’Action française, 2 mars 1939, p. 6 []
  63. Thierry Maulnier, Panorama de la jeune poésie contemporaine, L’Action française, 26 août 1943, p. 3; voir aussi un article de Roger Joseph, un proche de Maurras, qui compare la jeune poésie aux “temples de saindoux qu’aux temps lointains de la prospérité les charcutiers édifiaient dans leurs vitrines”: Roger Joseph, La farce de la ‘Jeune poésie’, L’Action française, 3 juillet 1944, p. 2 []
  64. Edmond et Jules de Goncourt, Voyage du n° 43 de la rue Saint-Georges au n° 1 de la rue Laffitte, in Pages retrouvées, Paris, G. Charpentier, 1886, p. 79. Reprise d’un article publié initialement le 11 décembre 1852 dans le journal Paris. Cet article est devenu fameux dans l’histoire de la littérature du 19e siècle parce qu’il a donné lieu à un ridicule procès pour outrage aux bonnes mœurs. Les Goncourt ont été poursuivis pour avoir cité quelques vers d’un poète de la Renaissance, Jacques Tahureau. Leur défense a fait valoir qu’ils avaient trouvé ces vers dans une anthologie parfaitement respectable, écrite par Sainte-Beuve. Les Goncourt ont été acquittés avec blâme et ont abandonné dès lors le journalisme. []
  65. Fortuné Du Boisgobey, Margot La Balafrée, Le Petit Parisien, 8 mars 1883, p. 1, et 30 mars 1883, p. 2; le roman est aussi paru en feuilleton dans La Petite Gironde en 1884. []
  66. Octave Fidière, Chapu, sa vie et son œuvre, Paris, E. Plon, Nourrit, 1894, page 51, note 1. []
  67. Edmond Biré, Causerie littéraire – Henri Chapu, L’Univers, 17 juillet 1894, p. 2 / Jules Laurens, La légende des ateliers – fragments et notes d’un artiste peintre (de 1842 à 1900), Carpentras, J. Brun, 1901, p. 197 [Laurens mentionne non pas un sanglier mais un Saint-Antoine] / Marius Vachon, Pour devenir un artiste – maximes, conseils, et exemples d’après les maîtres français contemporains, Paris, Librairie Ch. Delagrave, 1903, pp. 33-34 / Louise Henri-Beau née de Loménie, Henri Chapu, L’Enfant, juillet 1912, p. 133 / Gustave Derudder, Le peintre Pierre de Coninck et ses amis, 1828-1910, Perrin, Paris, 1914, p. 257 / Monique Segré, L’Art comme institution. L’École des Beaux-Arts, XIXe-XXe siècles, Cachan, École Normale Supérieure de Cachan, 1993, p. 114. []
  68. Georges Montorgueil [Octave Lebesgue], Les Parisiens de Paris, 1902, p. 24. []
  69. Un Parisien, Bavardage, Le Radical, 6 juillet 1901, p. 1. Autres références anonymes sur la sculpture en général : Un Parisien, Bavardage, Le Radical, 1 mars 1906, p. 1 [Notre ville devient le dépotoir d’horreurs sculpturales, trop pareilles aux modelages en chocolat ou en saindoux] / Le Semainier, Nos écoles d’art, Comoedia, 16 octobre 1943, p. 1 [ce professeur qui ne savait que modeler des dessus de pendule, des portraits en carton-pâte et des pièces montées en saindoux] []
  70. Émile Zola, L’Œuvre, Paris, G. Charpentier, 1886, p. 79. []
  71. Camille Lemonnier, La femme de quarante ans – à Rodin, Gil Blas, 3 septembre 1890, p. 2. []
  72. Michel Corday [Louis-Édouard Pollet, dit Michel Corday], Les Demi-fous, La Lanterne, 1er février 1906, p. 3 [Pourquoi pas tout de suite la sculpture en saindoux, pour les charcutiers] / Octave Mirbeau, La 628-E8, Paris, Eugène Fasquelle, 1907, p.62 [(à Bruxelles) effigies en pierre, en marbre, en bronze, en saindoux, en pain d’épices] et p. 90 [monuments en sucre ou en saindoux, à la mémoire des grands hommes de Bruxelles] / Berthe Delaunay, La Beauté de Paris, Gil Blas, 14 mai 1909, p. 2 [Mais il n’est pas permis de déshonorer plus longtemps Paris avec des bonshommes en saindoux ou en pain d’épice] / Henri Duvernois, Le roseau de fer, Paris, Flammarion, 1910, p. 249 [N’ont-ils pas leur art moderne, les odieuses verreries et ces marbres industriels où les nymphes ont l’air en sucre et les Hercules en saindoux !] / Pierre de Trévières, Le Cri de Paris, 16 mars 1913, p. 10 [Autrefois, les pasteurs des peuples n’admettaient point que leur image fut ridiculisée par des barbouilleurs d’enseignes et des pétrisseurs de saindoux] / Gabriel Mourey, M. Denys Puech à Rome, Comoedia, 29 mars 1921, p. 1 [cette école de sculpture monumentale et officielle qui… a inondé Paris… de pièces montées… de chairs de mi-carême en pierre, bronze, marbre, saindoux stérilisé et chocolat] / José E. Bruyr, Romantisme, quand tu nous tiens…, Notre rive. Revue nord-africaine illustrée, juillet 1927, p. 24 [On y voyait, dans la lumière d’aquarium du Grand Palais et parmi les plâtres en saindoux, des messieurs polis] / André Thérive, Paris aux fantômes, Comoedia, 29 mars 1931, p. 1 [C’est qu’on n’est pas obligé de regarder et d’admirer un horrible buste ou une pompière allégorie, en marbre, bronze, grès ou saindoux] / J.-Ad. Arennes, Pruneau, Le Matin, 6 mai 1938, p. 8 [récit fictif – au lycée de Bajac ; De la salle des profs, on aperçoit le jardin d’honneur où une Gloire de saindoux, dévêtue, brandit une palme de bronze] []
  73. René Brécy, La sculpture contemporaine, L’Action française, 1 juillet 1925, p. 3 [la sculpture contemporaine, telle qu’elle s’étale à l’Exposition des Arts décoratifs. On sait que le sujet qui y domine, c’est la femme en saindoux]; René Brécy, Chronique des Arts, L’Action française, 23 novembre 1926, p. 2 [Hors quelques bustes d’une insigne fadeur qui ne relèvent que du modelage en saindoux encore cher à quelques sculpteurs des grands Salons printaniers] / Lucien Dubech, Chronique théâtrale, L’Action française, 25 décembre 1927, p. 2 [vives images, autrement utiles qu’une statue en saindoux, qui n’apprendra rien à personne] / Jacques Boulenger, Dandysmes périmés, Le Temps, 19 janvier 1935, p. 3 [des sculptures d’une mollesse vraiment étonnante, jamais à ma connaissance un sculpteur n’est arrivé à imiter aussi bien… les figures qu’un charcutier fait en saindoux] / Léon Werth, Le Ministre et les enfants, Gil Blas, 14 décembre 1913, p. 1 [Sur son bureau, au milieu des dossiers, s’allongeait une femme nue, qu’un sculpteur officiel avait dû modeler dans du saindoux] / Eugène Dabit, Les Expositions, Europe, 15 juin 1934, p. 284 [cette sculpture d’une blancheur et d’une mollesse de saindoux, ces toiles qui flattent les vertus les plus niaises, poursuivent la ressemblance la plus basse] []
  74. Ely-Montclerc [pseudonyme choisi par Marie Galy, née en 1862 dans une famille de paysans pauvres du Tarn, une des rares femmes feuilletonistes au début du 20e siècle], Nini Soleil, Le Petit Journal, 4 juillet 1913, p. 2 [ces monuments énormes, ces statues de rois en saindoux… j’commence à être fatiguée de charcuterie, tu sais] / René Vallet, Les Vierges au navire, Le Populaire, 14 février 1932, p. 2 [cette population bruyante, hantée par la civilisation européenne, les statues en saindoux flétrissant la grâce svelte des cocotiers] / Albert Pinard, Le Salon triennal – Sculpture, Le Radical, 8 octobre 1883, p. 1 [heureux si nous n’avons pas un jour le spectacle du même travail en bois, en terre cuite, en cire, en chocolat et en saindoux] / Armand Massard, Prenez garde à la peinture, La Presse, 8 février 1908, p. 2 [Il faut admirer croûte que croûte… d’insignifiants léchages… et aussi les blocs de marbre et les tas de saindoux] / Henri de Noussanne, Les Ingénus du cabinet, Gil Blas, 7 novembre 1910, p. 1 [sur le ministre Maurice-Louis Faure ; c’est un félibre statuephile […] nous lui sommes redevables, pour une bonne part, de cette manie officielle et moderne de mettre à tous les coins de rue des cerfs-volants à pattes, des presse-papiers en saindoux et autres horreurs qui prétendent commémorer les gloires disparues et ressortir de la sculpture] []
  75. Jules Huret, Courrier des théâtres, Le Figaro, 12 décembre 1898, page 5 [… les lampadaires en tringles électriques de la façade et les statues en saindoux de la susdite] / L. Robert, Avant les Jeux Olympiques, L’Humanité, 18 mai 1924, p. 2 [sur le mur percé de guichets, on a perché une statue d’athlète nu et saluant, d’une matière luisante et blanchâtre qui rappelle le saindoux] / Hemdé, L’Athlète et l’artiste, La Culture physique, avril 1932, p. 106 [Comparez un peu ces plastiques admirables que nous ont léguées les grands statuaires grecs ou romains, aux monuments de saindoux qui encombrent nos musées et nos jardins] / André de Reusse, Un ‘Pur’, Hebdo-film, 28 novembre 1931, p. 3 [si le Grand Critique d’Art fait le procès de telle toile néo-montparnasse ou de tel saindoux en marbre, plâtre ou bronze du Célèbre Machin] / Raymond Lange, L’Amérique attend les souverains britanniques, Le Petit Parisien, 30 mai 1939, p. 5 [[la salle des séances du Congrès à Washington] avec… ses multiples statues en saindoux, ressemble à une nécropole] / Sylviac, Spectacles de Paris et d’ailleurs, Le Jardin des modes nouvelles, 15 avril 1914, p. 68 [Il y a un affreux intérieur dans lequel se trouve un piano surchargé d’une hideuse statue en saindoux] / Compte rendu du livre de Simone Téry, L’Indochine est un pays riche, L’Œuvre, in Le Colon français républicain, 3 septembre 1929, p. 4 [À Saigon ; D’horribles cariatides géantes en saindoux soutiennent le poids des bâtiments publics] []
  76. François Thiébault-Sisson, Le Salon de 1896, Boussot, Valadon, et Cie, Paris, p. 62, reprise du journal Le Temps, 19 juin 1896 [D’aucuns passent à la cire leurs marbres ; ils en jaunissent ainsi la blancheur, ils en amollissent jusqu’à la fadeur les contours, et de ce qu’ils rivalisent avec la sculpture en saindoux, ils se jugent très forts] / Frantz Jourdain, L’Architecture au XIXe siècle, Revue Bleue, politique et littéraire, Volume 13, ser. 4, 1900, p. 483 [Sous Louis-Philippe, la construction fut lamentable… et dans le but de ramener au culte du Gothique et de la Renaissance… on imagina d’invraisemblables troubadours, des châtelaines pour charcutiers, des croisés de mardi gras, des pages en saindoux, des preux en pain d’épice] / Arsène Alexandre, Les Salons de 1903, La Société des artistes français, Sculpture, Objets d’art, Le Figaro, 30 avril 1903, p. 4 [Tout cela est d’une mollesse extrême. Les marbres affectent de caressants aspects de saindoux et les plâtres sont coulants] / Pierre Hepp, La Grande Revue, 25 nov. 1906, in L’Occident, juillet 1907, p. 292 [à Versailles ; Les statues… remplacées par leurs équivalents prétendus, en saindoux, figurines de tir forain que l’on hisse tout d’une pièce] / André Michel [historien de l’art], Promenades aux salons, Journal des débats politiques et littéraires, 22 juin 1920, p. 1 [ce qui nous vaut cette statuaire monotone et banale, sans accent, savonnée et glaireuse qui semble taillée tour à tour sur des modèles de sucre ou de saindoux] / Marion Marotte, Une débauche au Palais de bois, La Lanterne, 25 mars 1925, p. 3 [aux Indépendants ; il m’a bien fallu voir aussi, l’énorme chose blanche poussée au milieu de la galerie, une femme monstrueuse, à la pose torturée, aux membres de saindoux] / Louis Chéronnet, Plusieurs monuments vont quitter la capitale, Ce soir, 20 avril 1937, p. 8 [La statuomanie parisienne est un mal récent… Comme des champignons compliqués et bêtes, lourdement encombrées d’allégories, modelées dans le saindoux, inspirées par le style ‘dessus de cheminée’, elles poussent toujours à l’endroit où l’on aimerait le moins les voir] / René Héron de Villefosse, Pierres précieuses de Paris – demeures historiques, Paris, Commissariat général au tourisme, 1945, p. 97 [où cette fois le végétalisme prédomine avec les tiges souples et les fleurs penchées de Guimard et de Lavirotte qui s’allient si bien aux chevelures éparses de Falguière et à cette sculpture en saindoux dont l’ornementation du Grand Palais offre le meilleur et le pire exemple] ; voir aussi René Héron de Villefosse, Si j’étais l’accusateur public, Paris, Garnier frères, 1976, p. 110 [ces phallus en saindoux et ces nombrils en fer blanc] []
  77. Galerie des sculpteurs célèbres, École française, Auguste Rodin, in L’Art Populaire – Journal littéraire et artistique rédigé par une société de littérateurs, d’artistes et de savants, sous la direction de Louis Jacolliot, Paris, J. Brouillet, Éditeur, 10 février 1882, p. 181. Article non signé mais probablement de Louis Jacolliot []
  78. Paul Zahori [pseudonyme d’Eugène Thébault], Tir à la Cible – Rodin, La Petite République, 18 mai 1898, p. 1 [on déconcerte parfois les snobs qui ne comprennent que la sculpture au saindoux ou au sucre de guimauve] / Henry Bidou, Rodin et Balzac, Journal des débats politiques et littéraires, 18 novembre 1928, p. 1 [dans ce Paris si magnifiquement orné d’effigies en chocolat et en saindoux] / P. R. Régamey, La Croix, 7 juillet 1939, cité par La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai, 15 juillet 1939, p. 356 [La statue de Rodin … nous console de bien des monuments en saindoux qui déshonorent les plus beaux coins de la capitale] []
  79. Bartholdi : Argus, Causerie bordelaise, La Petite Gironde, 10 octobre 1904, p. 1 [à propos de la mort de Bartholdi ; N’est pas tailleur de pierre qui veut… Bien des sculpteurs de saindoux y prétendent sans succès] / Moreau-Vauthier : Le Balai des Beaux-Arts, Les Arts, La Critique indépendante, 19 mars 1908, p. 3 [aperçu au milieu de … guerriers en saindoux coiffés de casseroles symboliques, une très intéressante et fort belle cire en couleurs de Moreau-Vauthier] / René Paris : Georges Rozet, L’Athlétisme et le Sport dans l’Art moderne, La Vie au grand air, 26 février 1910, p. 141 [sur une sculpture de René Paris… qui vaut mieux que certaines Dianes mythologiques en gâteau de Savoie ou en saindoux] / Jean Boucher, Paul Niclausse, etc. : Louis Vauxcelles, Sculpture, Gil Blas, 30 avril 1914, p. 4 [ils y érigent des Républiques en saindoux sur la place publique… Les autres sont des sculpteurs tout simplement] / Rik Wouters : J.-F. Elslander, Rik Wouters, L’Art Libre, 15 avril 1919, p. 22 [sur le buste Contemplation de Rik Wouters ; Comme on est loin des blancs saindoux des Salons] / Bartholomé : Lettres parisiennes, La Petite Gironde, 2 juin 1921, p. 1 [mais tout de même ce n’est pas l’œuvre d’un modeleur de saindoux et l’on est obligé de reconnaître la patte d’un artiste] / Frans Huygelen : Joseph Conrardy, Nos sculpteurs – Frans Huygelen, La Revue belge, 1 janvier 1925, p. 269 [Mais qui s’inquiète encore de cela aujourd’hui… où la plupart des bustes évoquent des blocs de saindoux ou des tôles de zinc] / Matéo Hernández : Coups de brosse, L’Œil de Paris, 10 novembre 1928, p. 11 [à propos de la statue d’un orang-outan de granit noir du sculpteur espagnol Matéo Hernández, installée à Paris ; C’est très difficile à obtenir, le granit noir. Le saindoux à Paris, ça se trouve… mais le granit noir] / Charles Despiau : Léon Werth, À propos d’un buste de Mme Lindbergh que Despiau vient d’achever, L’Intransigeant, 4 juin 1939, p. 2 [s’il ne cède pas aux facilités du saindoux et aux grâces de la pâtisserie] / Maillol : Marcel Raval, Confions à Perret et à Maillol l’aménagement de la Porte Maillot, Comoedia, 8 janvier 1944, p. 1 [nous vîmes des bronzes hydropiques, d’impudentes cavalcades de saindoux gangrener nos places] []
  80. Anonyme, On dit – on dit, Messieurs les voyageurs, en voiture !, La Vie Parisienne, 14 juillet 1923, p. 561 [dans les trains complets et dans les casinos en saindoux meringué] / Salomon, Petite exégèse des voyages – L’Ecclésiaste n’avait rien vu, La Vie Parisienne, 3 mars 1928, p. 178 [voyage à Monaco ; Autour de nous, des palais de saindoux agréablement sculptés, un ciel parfaitement pur] / Graindorge, Ondes courtes – Puérile ambition, Le Petit Journal, 29 novembre 1937, p. 2 [Mais Paris, mademoiselle. Croyez-vous que ces saindoux, plâtres, fers blancs et bois d’emballage, font oublier les vieilles pierres dans l’air léger] []
  81. Georges Pécoul, La vie d’un quartier populaire, L’Univers, 16 janvier 1909, p. 5 / G. Lenotre, Chez Cagliostro, Les Annales politiques et littéraires, 21 novembre 1920, p. 416. []
  82. J. Martet, Antiquités, L’Homme libre, 3 mars 1921, p. 2 [Ils font même tout le contraire de l’art – des tables hideuses, des chandeliers cagneux, des maisons en pâte de guimauve, des palais en saindoux] / Émile Radon, Sauvegardons la beauté de la France, L’Homme Libre, 6 septembre 1924, p. 2 [Et qui dira l’horreur de ces palaces-carrés-de saindoux, sortis tout armés du cerveau d’un barbare constructeur, ainsi que Minerve du cerveau de Jupiter] / José Germain, Poupette aux Arts décoratifs ou le triomphe de l’alimentation, Le Matin, 26 septembre 1925, p. 5 [Dans le ruban bariolé des palais de saindoux, des coupoles éclatantes, des toits biscornus et des tissus hurleurs] / Georges-Armand Masson, Écrit sur le sable, La Femme de France, 21 août 1927, p. 9 [On vous cerne de villas en saindoux, et d’hôtels à la crème] / Jean Robiquet, Étalages de Paris, Le Journal, 23 mai 1935, p. 1 [On y sent déjà le poncif, comme on le sentait, il y a trente ans, dans les fantaisies en saindoux des élèves de Charles Garnier] / Jacques Grandchamp [Charlotte Phoyeu], Ariane et l’inutile beauté, La Mode et la maison, 13 décembre 1936, p. 40 [ne voyons plus les affreux palaces en saindoux, les cheminées d’usine, le côté utilitaire et laid de l’industrie] []
  83. Maurice Prax, La défense du ciel, Le Petit Parisien, 23 septembre 1921, p. 1 [Des hommes ont dressé des pièces montées, en nougat, en saindoux armé, au milieu de cette immensité] / Maurice Prax, Où les Français ne sont plus…, Le Petit Parisien, 14 février 1922, p. 1 [Dans les beaux palaces de saindoux et de marbre, il n’y a pas de Français] / Maurice Prax, Pour et contre, Le Petit Parisien, 19 août 1923, p. 1 [Nos sites les plus précieux ont été déshonorés par des usines fumantes, par des palaces en saindoux, par des villas en carton-pâte, par d’odieux panneaux de publicité] / Maurice Prax, Pour et contre, Le Petit Parisien, 28 novembre 1924, p. 2 [Ce sont des messieurs qui, sans doute, n’aiment pas « le vieux », qui feraient volontiers démolir Notre-Dame pour faire construire un joli cinéma en saindoux armé] / Maurice Prax, Pour et contre, Le Petit Parisien, 11 janvier 1930, p. 1 [à propos d’un tremblement de terre en Bretagne ; Nous sommes à l’époque de l’hyper-fragile, du ciment désarmé, des gratte-ciel en saindoux, du cinéma en guimauve et du garage en feuilleté] []
  84. Antoine Villard, Pierre Patout, Paris-Soir, 31 janvier 1925, p. 1 []
  85. C. Topak, La L.P.L.D.D.M.D.M.G. [Ligue pour la destruction des maisons de mauvais goût] Les Travaux, 13 avril 1912, p. 1 / Henri Fabre, Monte-Carlo, Les Hommes du jour, 24 mai 1913, p. 5. []
  86. Louis Bertrand, Les Villes d’or, Revue des deux mondes, 1920, p. 576 [En Tunisie ; Cela vaudra infiniment mieux que de nous bâtir des palais, des kiosques ou des églises en style d’exposition universelle. Toute cette architecture de plâtre et de saindoux s’effondre devant l’attique d’un petit temple…] / José Germain, Sfax, Le Matin, 8 juillet 1923, p. 4 [on se dirige vers le parallélépipède en saindoux des nouveaux palais tunisiens] / H. de la Tombelle, G. Desdemaines-Hugon, Brighton ou la ruée vers la mer, La Petite Gironde, 28 août 1935, p. 1 [la foule… couvre quatre kilomètres de plage, que coupent autant de casinos en sucre, de théâtres en saindoux] / Louis Charpentier, En Égypte carrefour des peuples, La Voix du combattant, 30 mai 1936, p. 1 [À Alexandrie ; Ces cubes de pierre ouvragés, lourds, tarabiscotés comme une architecture de saindoux, jurent d’horrible façon avec la légèreté du ciel, le bleu simple de la Méditerranée] []
  87. M.-J. Le Coq, Le Vernissage, L’Aurore, 16 avril 1903, p. 1. Le journaliste M.-J. Le Coq a été condamné en 1892 avec Zo d’Axa pour avoir publié dans le journal anarchiste L’En-dehors un article intitulé À qui la faute ? sur l’attentat de Ravachol. []
  88. Félix Duquesnel, Le mystère de Gaude, Paris, Calmann-Lévy, 1905, p. 76 [l’artiste avait employé, pour la chair, des couleurs qui donnaient à la figure de maître Coussaud l’air d’avoir été modelée dans le saindoux… cette sorte de peinture donnait à la famille entière l’avantage de sembler comestible] / Henri Duvernois, Le roseau de fer, Paris, Flammarion, 1910, p. 141 [dans le salon vert, décoré de ces tableaux officiels où l’Éducation est représentée sous la forme d’une matrone aux yeux de génisse, coiffée de lauriers en carton et protégeant des chérubins en saindoux] []
  89. Fritz-René Vanderpyl, Marsden Stanton à Paris, Le Mercure de France, 1 novembre 1916, p. 106 [un groupe d’artistes fictifs discute ; Oui, je suis assez content [de mes toiles], quoique Barouin prétende que mon nu est en saindoux armé] / J.-G. Millet, Le Salon de la Société Artistique de l’Aube, Le Petit Troyen, 25 mai 1920, p. 1 [Il y a des gens qui peignent ‘parce que ça vaut mieux que d’aller au café’ et qui encombrent les cimaises avec leurs arbres en saindoux et leurs chromos pour paravents] / Louis Léon-Martin, Le Salon des Indépendants, Paris-Soir, 8 février 1924, p. 2 [les amateurs de nus à la vaseline, de fesses en saindoux, de poitrines en stéarine et du reste à l’avenant]; Louis Léon-Martin, Le vernissage du Salon de 1924 a lieu aujourd’hui, Paris-Soir, 1 mai 1924, p. 2 [Il y a des nus, beaucoup de nus. Il y en a en saindoux, il y en a en vaseline] / Robert Dieudonné, L’évasion, Le Petit Journal, 27 février 1924, p. 1 [sur le peintre fictif Amédée Cachetou ; quand un critique sans bienveillance l’accusait de peindre avec du saindoux, il haussait les épaules…] / Paul Léonard, L’Exposition parisienne de 1925, Études, juillet 1925, p. 329 [Après les viragos cubistes, nous avons les bonnes femmes en saindoux, courtaudes, simiesques, aux cuisses énormes comme des torses] / Jacques Constant, Lulu, Le Journal amusant – journal illustré, journal d’images, journal comique, 27 mars 1927, p. 6 [sur un peintre de “navets” fictif; bien qu’il ne vende pas dix toiles par ans… lui continue à perpétrer ses déesses en saindoux et bosquets vert pomme] / M. Boulnois, Devantures, La Publicité – revue mensuelle des techniques de vente, octobre 1931, p. 684 [L’artiste est retourné au barbouillage de l’âge préhistorique et des cavernes, et l’on voit des tableaux peints à la suie, au saindoux et au minium] / Jules Payot, Les Alpes éducatrices, Chamonix, Librairie Payot, 1933, p. 184 [à l’exposition de peinture alpestre en 1932; … aucune perspective lointain ; des aiguilles qui semblaient hautes comme des maisons ; des glaciers en saindoux. On eut dit que beaucoup de peintres avaient l’œil gâté par la photographie qui elle ne donne que rarement le sentiment de la profondeur dans l’espace] []
  90. Adrien Vély, Dans le Royaume des Indépendants, Le Gaulois, 11 février 1924, p. 1 []
  91. Camille Lemonnier, Le Salon de 1889, Gil Blas, 1 mai 1889, p. 1. / Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Paris, P.-V. Stock, 1898, p. 365 []
  92. Paul Prist, Lettre de Paris, La Revue belge, 1 octobre 1929, p. 280 [Nous n’avons plus de Frans Hals, de Van Dyck. Nos portraitistes à la mode se servent de pommade, fignolent, trempent leurs pinceaux dans du saindoux] / Pierre Chardon [Rachel Legras], Nantes – Musée des Beaux-Arts, L’Action française, 13 août 1935, p. 4 [Par compensation, un Sisley, qui fait au milieu de tant d’artificiel, de saindoux rose et de chromoslithographies, office presque de chef-d’œuvre]. []
  93. About, Salon de 1884, Le XIXe siècle, 12 mai 1884, p. 2. []
  94. Eymonnet : B. G., L’Union libérale des artistes français, La Justice, 21 mai 1893, p. 1 [aux étalages de seins avachis et de cuisses en saindoux qu’affectionne M. Eymonnet, tout cela donne une impression de lamentable tristesse] / Gervex : Le Gant Rouge, illustré par L. Métivet, À la ‘Nationale’, La Vie Parisienne, 2 janvier 1904, p. 254 [Gervex est un peintre très prisé. Je m’en aperçois, il me fait éternuer. Voyons, p’pa, c’est affreux, c’est le comble de l’horreur, c’est l’abomination de la désolation, c’est peint avec du saindoux, ça n’est pas dessiné, ça s’appelle peinture décorative, et ça n’est ni de la peinture, ni décoratif !] / Lefebvre : Delphi Fabrice, La Vie Artistique, La Presse, 7 février 1906, p. 4 [Heureusement, pour racheter les portraits au saindoux de M. Jules Lefebvre, il y a le beau portrait de Mme M. de Dagnan-Bouveret et encore et surtout, ceux de M. Ferdinand Humbert…] / Saint-Pierre : Édouard Sarradin, Le Tour du Salon, Journal des débats politiques et littéraires, Supplément, 30 avril 1907, p. 1 [Un peu de couleur rose mêlée à du saindoux, et voilà, semble-t-il, avec quoi M. Saintpierre peint ses portraits] / Etcheverry : Pierre de Trévières [pseudonyme de Paul Diffloth], Au Salon des artistes français, Le Cri de Paris, 3 mai 1914, p. 10 [Etcheverry a exécuté deux portraits en saindoux] / Cancaret : Louis Léon-Martin, Le Salon des artistes français, L’Europe Nouvelle, 13 mai 1922, p. 592 [On fait des nus à la crème plus ou moins fouettée… Désireux de se singulariser, ont fait leurs nus, M. Courtois, en carton ; M. Goron, en zinc ; M. Tanoux, en vaseline ; M. Caucaret [probablement Cancaret], en saindoux et M. Clément Serveaux en margarine] / Bartholomé : René Brécy, Chronique des Arts, L’Action française, 19 mai 1925, p. 2 [Nous ne perdrions pas grand-chose à ne pas revoir le sempiternel modèle de M. Bartholomé, cette fois pétri dans un saindoux brillant] / Dorrit Black : Le Philistin, Le Salon des Indépendants, Cyrano, 19 février 1933, p. 31 [Citons cependant Mme Doritt [très probablement Dorrit Black], qui n’hésite pas à exiger 9.000 fr. pour les deux nus qu’elle expose – ça met le saindoux à un bien gros prix par kilo] / Peyre : Louis Vauxcelles, Le Salon des Artistes Français – Sculpture, Gil Blas, 2 mai 1909, p. 2 [Les nymphes de M. Peyre sont en baudruche ou en saindoux] / Le Couteux : Henry Havard, Les salons de 1907, La revue de l’art ancien et moderne, Paris, 28, rue du Mont Thabor, 1907, p. 58 []
  95. Bouguereau : Henri Schwabacher [Henri Duvernois], Polémistes et littérateurs, La Presse, 27 juillet 1893, p. 1 [Ils sont bourgeois, dans le mauvais sens du mot, jusqu’au fond de l’âme, ils admirent les amours en saindoux de M. Bouguereau] ; Henri Duvernois, Apprentissages – souvenirs des années 1885-1900, Paris, Hachette, 1930, p. 135 [sur William Bouguereau ; et cela devant des nymphes fouettées de rose, des déesses d’or, d’azur et de saindoux] ; Jean Sans-Peur, Les Salons, La Presse, 5 avril 1894, p. 2 [l’on trouve le dernier Bouguereau séduisant, et admirables les sculptures d’un M. Tartempion, prix de Rome quelconque et digne d’exécuter les figurines de saindoux employées par certains charcutiers] / Gérôme : Zakouski, À travers la semaine, La Vie Parisienne, 19 mars 1904, p. 159 [Gérôme semblait déjà composer sur saindoux, avec des rondelles de truffes, de pistaches et des morceaux de lard, des mosaïques décoratives destinées à exciter l’appétit] ; Martin Gale, La mort de Gérôme, La Presse, 12 janvier 1904, p. 4 [Le saindoux des charcuteries, la vaseline des parfumeurs, tâchés de carmin, évoquaient une humanité prête à déteindre et à fondre qui éloignait toute pensée voluptueuse ou humaine…] ; Léon Daudet, Capus & Donnay, L’Action française, 30 juin 1917, p. 1 [devant la lourde Tanagra en saindoux de Gérôme qui ornait la cheminée de Mme de Loynes] repris dans Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1920, p. 494 ; Léon Daudet, Une exposition d’impressionnistes, L’Action française, 24 avril 1929, p. 1 [sur les expositions passées, vers 1880 ; Détaillé alignait ses soldats de plomb, et Gérôme ses ‘Tanagra’ en saindoux] []
  96. Roger de Félice, Le Salon de l’Automobile, Les Arts de la Vie, janvier 1905, p. 15 / Gotte, Comment se travestir, Le Journal, 24 mars 1913, p. 6 []
  97. Félix d’Anner, Le Salon d’automne, L’Intransigeant, 18 octobre 1905, p. 2 / Pierre de Trévières, Paris, La Femme de France, 5 novembre 1933, p. 14. []
  98. Pèdre Lafabrie, Beaux-Arts – Salon de 1888, L’Univers, 2 juillet 1888, p. 3. Il s’agit d’un buste réalisé par le sculpteur Pierre Joseph Demongé Chardigny en 1862. []
  99. La ville, Le Journal, 2 mai 1899, p. 1 [Il déshonore le Louvre et offense la mémoire du grand homme à qui la patrie doit mieux que ce gâteau en saindoux] ; article repris dans Paris, La Croix, 3 mai 1899, p. 3, et Nos Échos, Le Journal, 5 juillet 1899, p. 1 / Jean Bastia, La Soirée, Comoedia, 15 décembre 1922, p. 1 [sur quelque terre-plain du Carrousel, en face de cet autre chef-d’œuvre en saindoux et foie gras qu’est le monument de Gambetta] / Paul Prist, Lettre de Paris – Foch et Clemenceau, La Revue belge, 15 mai 1930, p. 374 [dans ces Tuileries que déparent le Gambetta, pièce montée en saindoux, et cette Ville de Paris à casque et épée germaniques] / Voir aussi : Henri Lelong, Entre nous, La Vie limousine, 25 février 1932, p. 1879 [Aux Tuileries, Gambetta est ridicule sur sa pièce montée. À quelques pas de lui, une plantureuse France en saindoux constitue une réclame parfaite pour pilules orientales] / Ch. F., Notre campagne pour la révision des statues de Paris, La Semaine à Paris, 22 mai 1936, p. 4 [J’imagine que les pouces baissés voueront à la mort, le Gambetta en saindoux de la Place du Carrousel…] []
  100. Jean de Mitty, Le Vernissage, Le Matin, 1 mai 1903, p. 1 / Au Pays de Renan, L’Aurore, 12 septembre 1903. []
  101. Auguste Bréal, Les fêtes de Rembrandt à Amsterdam, Gil Blas, 19 juillet 1906, p. 1 [… sur le Rembrandtsplein, où s’élève une monumentale et navrante statue de l’artiste qui semble sculptée en saindoux noir] []
  102. Monument à Gounod par Antonin Mercié : Albert Flament, L’immortalité sur le Trottoir, Le Journal, 23 janvier 1909, p. 1 [C’est Gounod, à l’orgue, entre quelques-unes de ses héroïnes, qui est le chef-d’œuvre de ces Grévin de saindoux, qui ont fait perdre au parc Monceau son charmant aspect d’autrefois] / Statue de Coppée par André de Chastenet, inaugurée en 1910, fondue sous le régime de Vichy : Paul Hyacinthe Loyson, Les idées en bataille, discours et polémiques (1900-1910), Paris, Éditions du journal Le Siècle, 1910, page 361 [Je suis en saindoux colorié] ; repris dans Paul Hyacinthe Loyson, L’éloge de Zola, Bulletin de la Société littéraire des amis d’Émile Zola, 1911, p. 88 / Monument à Watteau par Henri Gauquié : Il embellit, Le Rappel, 17 mars 1910, p. 1 [Autour du, ou plutôt derrière le fameux monument, s’érigent déjà un Watteau, lamentable, en saindoux] ; repris dans Le XIXe siècle, 17 mars 1910, p. 1 / Statue de Jules Ferry par Gustave Michel, statue de Waldeck-Rousseau par Laurent Marqueste : Gustave Téry, En France, L’Intransigeant, 15 janvier 1911, p. 1 [Avez-vous aperçu ces deux moches de saindoux, que l’on déposa récemment dans le jardin des Tuileries] ; voir aussi : Lep, La question du Panthéon, L’Ouest-Éclair [éd. Caen], 10 février 1921, p. 1 [Alors continuer, mes enfants, à la bourrer de Jules Ferry, de Waldeck-Rousseau et autres Floquet en sucre ou en saindoux] et Lucien Dubech, La belle jeunesse, L’Action française, 11 mars 1921, p. 1 [c’est ce bonhomme aux favoris en saindoux qui dresse là-bas, auprès de l’Atalante, sa cruelle laideur] / Statue de Jules Simon par Denys Puech : Place au Poilu, La Lanterne, 14 mars 1919, p. 2 [l’entrée de l’avenue de Messine … que déshonorent respectivement un Jules Simon en saindoux, un Chappe grotesque et un Shakespeare pour dessus de pendule] ; voir aussi R. Archambault, Jules Simon et Sardou cherchent un logement pour leurs effigies, Paris-Soir, 17 janvier 1930, p. 1 [projet de déménagement de deux statues dressées place de la Madeleine ; les gens épris d’esthétique demandaient qu’on déboulonnât ces deux effigies, l’homme d’État en saindoux, le dramaturge en pain d’épices ne méritant ni l’un ni l’autre] / Fontaine Subé : Jacques Lefebvre, Comment Reims, broyée par les obus, est ressuscitée glorieusement, Le Petit Journal, 6 mai 1927, p. 1 [La fontaine Subé, que quatre nymphes en saindoux, figurant l’Aisne, la Marne, la Vesle et la Suippe, ornent de leurs grâces callipyges] / Lions du Quai Conti, fonte animalière la plus ancienne de France, installée maintenant à Boulogne-Billancourt : Pierre de la Mazière, Plus d’écrivains à l’Académie !, Paris-Soir, 23 novembre 1928, p. 1 [la Vieille Dame [l’Académie] sommeillant au bout du Pont des Arts, sous la protection de deux lions en saindoux] / L’Hippopotame caparaçonné par François Pompon : Tamaris, Inauguration du Palais des Beaux-Arts et du Musée permanent des Colonies, Les Annales coloniales, 23 mai 1931, p. 1 [l’hippopotame dont la gueule ouverte accueille les visiteurs à l’entrée et qui, s’il n’était pas signé d’un nom connu pourrait paraître un épouvantail en saindoux] / Statue de Montaigne par Paul Landowski : André Rousseaux, La semaine littéraire, Le Figaro, 8 septembre 1934, p. 5 [à propos de Arthur Armaingaud, médecin, spécialiste de Montaigne, donateur de la statue ; Quant au Joad des Essais, il a eu la satisfaction de faire ériger en face de la Sorbonne un Montaigne de saindoux qui, le coude au genou et le poing au menton…] []
  103. Louis Vauxcelles, La lutte contre le navet, L’Intransigeant, 21 mai 1936, p. 3. []
  104. Émile Hovelacque, Comment on restaure Versailles, La Chronique des arts et de la curiosité – supplément à la Gazette des Beaux-arts, 11 décembre 1897 p. 369 [… et maintenant cette Flore exquise a des seins sans forme, luisants, en plomb cru, les jambes de travers, des pieds de mannequin, un bras cassé, sur lequel coule une draperie molle comme du saindoux figé] []
  105. Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Paris, P.-V. Stock, 1898, p. 397 ; repris dans J.-K. Huysmans, Pages catholiques, Paris, P.-V. Stock, 1899, p. 392. Voir aussi : Gabriel Aubray, Causerie littéraire, Le Mois littéraire et pittoresque, juillet 1902, p. 101 [… on conserve, en plein sanctuaire de Chartres, le groupe en marbre de l’Assomption, au lieu d’ ‘envoyer au fondoir’ cette ‘masse de saindoux’] ; Fernand Lacroix, L’Occident, août 1905, p. 298 [la déplorable ornementation du Chœur de Chartres … qu’encombre le gros groupe de Bridan ‘masse de saindoux’ que J. K. Huysmans voulait envoyer au fondoir] / Jacques Chailley, Pérotin-le-Grand, L’Art musical, 19 mars 1937, p. 567 [Nous sommes loin du temps où les chanoines faisaient… briser les verrières de la cathédrale merveilleuse pour mieux éclairer les bas-reliefs en saindoux infligés par Bridan] / Les Conférences, La Vie limousine, 25 novembre 1937, p. 234 [… puis lorsqu’on s’arrête, soulevé d’indignation, devant ‘l’Assomption’ en saindoux dont l’infâme Bridan a souillé le maître-autel] []
  106. Albert Mousset, Les vitraux de Notre-Dame, Journal des débats politiques et littéraires, 17 février 1939, p. 1 [Les chanoines d’Amiens ont, au dix-huitième siècle, ‘rénové’ leur sanctuaire en le dotant d’un autel à baldaquin et d’une gloire en saindoux] []
  107. Verlaine : Martin Gale, Le carnet des heures, La Presse, 16 mai 1902, p. 2 [Et là, ce monument à Verlaine ?… Oui, Niederhausern Rodo. Mais c’est aussi effrayant que le Bourdelle cette grosse tête de Verlaine en saindoux…] / Balzac : Manuel Devaldès [écrivain libertaire], Honoré de Balzac, Portraits d’hier, n° 5, 15 mai 1909, p. 146 [C’est un des plus vifs reproches adressés par maints balzaciens à Falguière, que d’avoir aggravé le Balzac de saindoux de l’avenue Friedland d’une paire de pattes à rendre jaloux un fort de la halle] ; voir aussi Jacques-Émile Blanche, Le salon d’automne, Comoedia, 3 décembre 1919, p. 2 [le merveilleux Balzac de Rodin, lequel la Société des Gens de Lettres refusa, et remplaça par le Falguière en saindoux de l’avenue Friedland] / La Douleur de Puech : Au Salon de 1919, Le Cri de Paris, 4 mai 1919, p. 8 [Il y a des Douleurs, des quantités de Douleurs, hélas. L’une d’elles se désespère d’avoir été sculptée dans du saindoux par M. Puech] / La Justice de Bartholomé : Jacques Mesnil [critique d’art et écrivain anarchiste], Le Salon de la Nationale, L’Humanité, 7 mai 1922, p. 4 [La Justice arme ceux qui vont mourir pour elle par Bartholomé. C’est un des pires ouvrages que j’ai vus de ma vie : cette Justice… pose un casque sur la tête d’un informe bonhomme en neige, ou plutôt en saindoux] / Bonaparte : Léon Daudet, Anatole France en pantoufles, L’Action française, 28 novembre 1924, p. 1 [Le Bonaparte de ce pauvre diable de Masson est un zinc d’art, d’une autre forme que le belliqueux saindoux de Houssaye…] / Frédéric Mistral : Gabriel Boissy, L’indésirable monument de Frédéric Mistral – Une lettre du sculpteur J.-G. Achard, Comoedia, 13 mai 1928, p. 1 [protestation contre une maquette ; devant ces petits oiseaux en sucre sur des frondaisons en saindoux]; voir aussi F. Jean-Desthieux, Il y avait une fois un grand poète…, L’Homme Libre, 23 mai 1928, p. 2 [sur le monument à Mistral par Achard, alors presque achevé ; Inaugurons au plus tôt ce monument en simili saindoux]; Pierre Tuc, Le Monument de Mistral, L’Action française, 1 juin 1928, p. 3 [Sûrement les petits oiseaux n’y sont pas en sucre et les frondaisons en saindoux]; Olivier Guyon, Comment échut au sculpteur Achard la tâche d’immortaliser les traits de Mistral, Le Journal, 2 avril 1929, p. 5 [motif de carte postale, sujet de pendule, de pièce montée, sculpture en saindoux, pavé de l’ours furent parmi les plus bénignes apostrophes]; Marie-Frédéric Mistral, L’Esprit Français, 10 janvier 1931, p. 4 prend la défense de l’œuvre. / Valmy : Gaston Poulain, Les Beaux-Arts, Comoedia, 10 octobre 1929, p. 3 [pas de formes, pas de compositions, que du saindoux que le mur, que le plan du mur vomit] / Naïade : Clément Vautel, Mon Film, Le Journal, 25 novembre 1930, p. 1 [Œuvres de Petitot, elles représentent, quai Voltaire, La Naïade de la Seine et la Ville de Paris, et quai du Louvre, l’Abondance et l’Industrie… La Naïade du pont du Carrousel à l’air d’être en saindoux] / Fragonard : Côte d’Azur Express, Cyrano, 26 juin 1932, p. 12 [sur l’inauguration à Grasse d’une statue de Fragonard ; morceau de saindoux dans lequel le sculpteur Maillard a découpé une statue du célèbre peintre] / Musset : René Brécy, Statues parisiennes en promenade, L’Action française, 10 septembre 1935, p. 1 [poème écrit vers 1909 sur une statue de Musset par Antonin Mercié ; Pétri dans un saindoux grisâtre, Par la main d’Antonin Mercié]; voir aussi, mais sans mention du sculpteur : G. Brunon-Guardia [critique d’art], Après les élections cantonales, L’Intransigeant, 7 octobre 1937, p. 3 [Des conseillers municipaux qui ont un faible pour Musset trouvent que la statue de saindoux lui ressemble comme un frère] / L’Illusion : Georges Sadoul, Pour une culture vivante, Regards, 21 mai 1936, p. 16 [Voici une ‘Illusion’ de Charpentier, ornée de roses en saindoux de Carare…] []
  108. Anatole France, Les matinées de la Villa Saïd – propos d’Anatole France, recueillis par Paul Gsell, Paris, B. Grasset, 1921, p. 232 ; Paul Gsell, Anatole France déjeune chez Rodin, La Revue hebdomadaire, 29 octobre 1921, p. 613 []
  109. Par exemple : Revue des revues, Le Radical, 31 octobre 1921, p. 3 ; Courrier des Lettres, Le Gaulois, 5 novembre 1924, p. 3 ; Jacques Dyssord, dessin de Touchagues, Jardins de Paris – Nocturne au Luxembourg, L’Intransigeant, 13 juin 1933, p. 6 []
  110. Rapporté dans Échos – Un cimetière, L’Aurore, 1er février 1908, p. 1 [L’horreur. Penser que je serai peut-être représenté plus tard dans ce jardin, caressé par un ange de saindoux comme celui qui sourit à ce pauvre Leconte de Lisle] []
  111. André Hallays cité par Paul Planat, La Construction moderne, Paris, Aulanier et Cie, éditeurs, 1899, p. 411 ; texte identique mais avec le nom André Michel dans Causerie artistique, Journal des débats politiques et littéraires, 22 mai 1900, p. 1. Voir aussi : Ella pcc Maxime Gray [Marcel de Germiny], Lettre d’une Parisienne, La Presse, 30 janvier 1900, p.2 [quelle humiliante horreur que les palais en saindoux de l’Esplanade des Invalides] []
  112. Paul Bosq, À l’Exposition, Le Matin, 8 mai 1900, p. 2 / Henry de Varigny, À travers l’Exposition Universelle, Bibliothèque universelle et Revue suisse, 1900, p. 311 []
  113. Les Échafaudages, La Presse, 19 février 1900, p. 1 []
  114. Fanny Clar, Feuilles au vent, Le Populaire, 25 mars 1920, p. 2 [Dans la querelle de Montmartre la question principale était de savoir si le monument de saindoux sculpté, dénommé Sacré-Cœur, doit être entouré d’une bague de masures fleuries de lilas ou étouffé par les gratte-ciels] / Théo Varlet, Cloches, L’Humanité, 16 août 1921, p. 2 [allez donc voir, sur la Butte, dans la pièce-montée de saindoux romano-byzantin que le Vœu-National offrit au Sacré-Cœur] / Victor Bonnans, ‘Paris la nuit’ ou ‘la promenade d’un notaire de Buenos-Ayres’, La Presse, 2 août 1927, p. 4 []
  115. Mont Saint-Michel : Rémy de Gourmont, Le songe d’une femme – roman familier, Paris, Mercure de France, 1899, p. 161 [C’est pour le touriste qu’on a refait le mont Saint-Michel en saindoux brodé de pistaches] / Château de Pierrefonds : Le Gay, Notes d’art, L’Univers, 4 novembre 1908, p. 2 [je reprocherai… au château de Pierrefonds, de ressembler à une de ces pièces de saindoux que les charcutiers modèlent avec tant de soin pour le Vendredi-Saint, – ce n’est d’ailleurs pas la faute de M. Charlet qui, heureusement, a vêtu de verdure ce ‘chef-d’œuvre’ (!) de Viollet-le-Duc] / Préfecture de Tulle : Jean de Bonnefon, Paysages boisés et Pierres vénérables, Le Journal, 25 août 1913, p. 3 [on ose faire admirer aux promeneurs d’État les comiques pâtisseries de la préfecture, échafaudage de saindoux placé au bout de la ville, ou le guignol prétentieux du palais de justice au lamentable péristyle, à l’inévitable colonnade] / L’Alhambra : Marcel Arnac, La femme nue, toute nue, Fantasio, 1 février 1919, p. 342 [Un Alhambra de saindoux, bigarré d’affiches crues, avec une entrée monumentale et dorée, et, sur le côté, une porte basse qui la conduisit là où l’on demandait de jolies femmes] / Casino de Deauville : Maurice Prax, Aix ou la station lamartinienne, Le Petit Parisien, 31 août 1921, p. 2 [J’avais fait le compte, à Deauville, de ce qu’il fallait pour faire un homme du monde… La France, c’est cela. Ce n’est pas un casino en saindoux, dans le Calvados] / Hôtel : Frantz Jourdain, Au pays du souvenir, Paris, Les Éditions G. Crès et Cie, 1922, p. 9 […l’hôtel si curieusement romantique qu’habita Paul Delaroche, rue Victor-Massé. Tous les Parisiens connaissent cette façade… qui évoque seulement le souvenir de ces édifices en saindoux dont s’ornaient autrefois les vitrines des charcutiers…] / Casino de Monaco : Michel Georges-Michel, M. G.-M’s Jazz-Band, Comoedia, 14 février 1924, p. 1 [Enfin Monaco se dressa. Nous descendîmes le toboggan de La Condamine et remontâmes vers le pâté de saindoux du Casino] ; voir aussi Maurice Krebs, Pourquoi les motocyclistes n’ont-ils pas leur rallye de Monaco ?, L’Aéro – organe hebdomadaire de la locomotion aérienne, 17 janvier 1936, p. 7 [N’espérons pas que le Sporting-Club nous admette à l’honneur d’accourir des quatre coins de l’Europe vers la façade en saindoux de son casino] / Gare d’Orsay : Gabriel Maurière [pseudonyme de Henri Legrand, instituteur puis inspecteur et écrivain], Paradoxe et originalité, Paris-Soir, 2 août 1925, p. 1 [Vous ne voudriez pas qu’on retournât aux saindoux découpés de la gare d’Orsay, ou aux chevaux acrobates du Grand-Palais…] / Gare de Limoges : Marguerite Denan, Limoges en accusation, La Revue limousine, 1 mai 1928, p. 462 [Elle ressemble aussi à ces constructions en saindoux que l’ingéniosité des charcutiers élève dans leur vitrine, chaque année pour la Noël] ; voir aussi J. Map, La gare de L. B. [Limoges-Bénédictins], L’Escholier limousin, février 1935, p. 9 [Cette gare, œuvre d’art, Providence des sculpteurs en saindoux] / Théâtre de l’Opéra : Hervé Lauwick, Ma femme et les autres, L’Intransigeant, 17 mars 1929, p. 6 [Regardez-moi si cela n’a pas une autre allure que la place de l’Opéra avec son théâtre en saindoux] / Mairie du 18e arrondissement : Eugène Dabit [peintre et écrivain prolétarien], Dix-huitième arrondissement, Europe, 15 septembre 1931, pp. 50-51 [Tout près de chez moi, place Jules-Joffrin, se dressait la mairie [du 18e arrondissement], grande bâtisse ouvragée et compliquée comme ces édifices de saindoux que les charcutiers montent quelquefois dans leur vitrine] / Cercle Militaire de Paris : Max Certeil [architecte], Inutile, Art national construction, avril 1934, p. 31 […si l’on découvrait que le saindoux convient à la construction des maisons, il y aurait une architecture de saindoux… nous avons déjà l’architecture de saindoux dans le Cercle Militaire de Paris] / Hôtel Negresco : J. M. Mecker, Cent techniciens au bord de la mer, L’Aérophile, octobre 1947, p. 18 [L’hôtel Negresco, cette horrible bâtisse de saindoux que ne parvient pas à faire fondre le chaud soleil azuréen] / Orange : Gabriel Boissy, La chorégie d’Orange – Deux problèmes devant le mur, Comoedia, 2 août 1936, p. 1 [Nos archéologues enragés ont imaginé … de relever quelques-unes des colonnes retrouvées. Toute l’harmonie du mur dénudé en est faussée. Ces chapiteaux de saindoux blanc, ces mièvres bas-reliefs en sucrerie et, dans une des niches inférieures, ce demi-buste d’hygiéniste quasi obscène font lever le cœur à tous les artistes, à tous les hommes de goût…] []
  116. Maurice Barrès, Colette Baudoche – histoire d’une jeune fille de Metz suivie de un discours à Metz, Paris, Nelson, 1908, p. 16; repris dans Maurice Barrès, Colette Beaudoche, La Revue hebdomadaire, novembre 1908, p. 9 / Pierre Frondaie, Colette Baudoche ; pièce en trois actes d’après le roman de Maurice Barrès, Paris, Émile-Paul frères, 1915, p. 16 []
  117. Pierre Gauthiez, Amours factices, Minerva – revue des lettres et des arts, 1902, p. 181 [… jusqu’à la place où Sainte-Marie de la Fleur… Ce qui apparaissait, c’était … la façade moderne qui déshonore la cathédrale ; cela ressemblait, sous la nuit livide, à ces édifices en saindoux ou en coquillages qui font la gloire des vitrines faubouriennes] []
  118. Maurice Prax, Avec Annunzio à Fiume, Le Petit Parisien, 29 décembre 1920, p. 1 [Le Palais du ‘Commandant’ à Fiume, l’ancien palais du gouverneur autrichien, n’est certes pas une merveille d’architecture… Surtout, me disait Annunzio, surtout n’allez pas croire que c’est moi qui ai entassé ces horreurs dans ce palais en saindoux] []
  119. Le dimanche au cinéma, L’Intransigeant, 10 août 1925, p. 4 [À Munich, devant un Parthénon qui a l’air fait d’un mélange de stuc et de saindoux, on voit un défilé rétrospectif de l’automobile avec des véhicules hauts sur roues…] / André Ibels, La maison de l’enfer – roman de l’actuelle décadence, Paris, E. Fasquelle, 1926, p. 160 [Je suis restée une heure dans la cathédrale de Milan (ce morceau de saindoux posé sur une place)] / Charlotte Charpentier [connue aussi sous son pseudonyme Jean Durtal], Le Palais des mille et un espoirs, Le Petit Journal, 3 septembre 1935, p. 1 [le palais de la SDN à Genève ; Les gens difficiles le trouvent trop massif, trop blanc, trop pièce montée de saindoux pour charcutier de petite ville] / José Germain, Quelques impressions de mon voyage à Rome, La Phalange, 15 janvier 1936, p. 135 [Du Monument de Victor-Emmanuel, prodigieux gâteau de saindoux sculpté…] []
  120. Jean d’Estray, Pastels d’Asie, 1895-1905, Paris, Librairie Molière, p. 146 [le palais royal du Cambodge est loin d’un palais féerique comme le Trocadéro est loin des principes de l’esthétique… des dessus de porte, d’un ornement si bizarre qu’ils évoquent de fragiles et prétentieux édifices de saindoux, dans une boutique de charcutier] / Sylvain Lévi, Le Népal, Annales du Musée Guimet, volume 19, Musée Guimet, 1905, p. 404 [… la Darara, la colonne élevée par Bhimsen Thapa à l’Est de Katmandou… une construction hideuse, une colonne de charcutier faite en saindoux et qui jure avec le goût du pays] / Myriam Harry, Impressions tunisiennes, Le Temps, 3 septembre 1906, p. 3 [Bien que ces bâtisses modernes, cette cathédrale en saindoux… nous affligent, nous tenons à visiter le musée] / Myriam Harry, Tunis la blanche, Paris, A. Fayard, 1910, page 18 [Carthage ! Où cela ? Cette colline surmontée d’une cathédrale en saindoux ?!! Non, ce n’est pas possible… cela ne peut pas être Carthage !] / Paul Vaillant-Couturier, Mort de Saigon, L’Humanité, 18 novembre 1933, p. 1 [Il faut avoir vu le palais du gouverneur général et son petit fronton grec coiffant son saindoux, le théâtre, ses statues de pâtisserie] []
  121. Émile Bayard, L’art de reconnaître les styles coloniaux de la France, Paris, Garnier frères, 1930, p. 148 []
  122. Charles Frémine, Le Salon du Champ-de- Mars, Le Rappel, 10 mai 1893, p. 2. / Robert Kemp, Les Salons, L’Aurore, 15 avril 1912, p. 3 [(œuvres diverses) qui nous consolent du Persée en saindoux de Courtois, lequel fait le faraud pour avoir tué un dragon qui semble un grondin à pattes de canard] / Jean Claude, Le Salon de la Société des Beaux-Arts, Le Petit Parisien, 16 avril 1910, p. 5 [Gustave Courtois évoque le mythe d’Hercule aux pieds d’Omphale. Son Hercule est en savon et en saindoux. C’est le moins qu’on en puisse dire.] ; Jacques Daurelle, L’Art à Monte-Carlo, Le Mercure de France, 1 mars 1911, p. 218 [sur le tableau Hercule et Omphale de Gustave Courtois ; Le corps, au contraire, montre des muscles énormes, des bras de lutteur de foire, et tout cela peint comme avec du saindoux] []
  123. Deschamps : M. Ayraud-Degeorge, Le Salon du Champ-de-Mars – La Peinture, L’Intransigeant, 25 avril 1895, p. 2 [M. Louis Deschamps reste fidèle à ses visages en saindoux piqués de notes framboisées dans son Vieux canal de Gand] / Bouguereau : P. G., Le Salon des Champs-Élysées – La Peinture, Le Petit Parisien, 30 avril 1895, p. 2 [[sur Bouguereau] Les confiseurs et les sculpteurs en saindoux regarderont avec satisfaction, cependant, son produit mythologique annuel, qui répond, cette fois au titre de Psyché et l’Amour] / Swyncop : Georges Eekhoud, Revue du mois : Chronique de Bruxelles, Le Mercure de France, janvier 1901, p. 242 [… Les Courtisanes de M. Swyncop… On n’imagine pas types de prostituées plus veules et plus soufflées ! Du saindoux !] / Lefebvre : J. Bellemère [auteur d’ouvrages et de brochures sur la ville d’Amiens], Le Musée d’Amiens, Amiens, Chez Léveillard, 1908 p. 13 [On trouve aussi, dans le même salon, trois autres banalités de M. Jules Lefebvre – une Vérité en saindoux] / Dufau : H. Ayraud-Degeorge, Au Salon des Artistes français, Le XIXe siècle, 2 mai 1914, p. 2 [Je ne goûte pas du tout l’Éros et Psyché, de Mlle Dufau, avec ses eaux violettes, ses ‘nus’ modelés dans le saindoux, ces frondaisons bleues, ses ailes en carton et ses fleurs en papier], repris dans Le Rappel, 2 mai 1914, p. 1 []
  124. A. De la Gandara, Devant les Maîtres, Comoedia, 15 décembre 1912, p. 670 / Charles Ponsonailhe, Le Salon de la Nationale, L’Univers, 19 avril 1913, p. 1 [M. Rosset-Granger a voulu faire sans doute un discours contre la chair en peignant une présidente des Cent-kilogs, une sexagénaire au corps de saindoux maquillé par un coiffeur, et ne désarmant pas dans sa luxure adipeuse et sénile] []
  125. J.-K.Huysmans, De tout, Paris, P.-V. Stock, 1902, p.139 / J.-K.Huysmans, Les Grünewald du Musée de Colmar, Le Mois littéraire et pittoresque, janvier 1904, p. 289 [… des anges à faces roses ou bleues… tous, comme celui du premier plan dont le visage malsain sourit, modelé dans du saindoux, tournés vers la grande Vierge…] []
  126. Guy Métives, La Craquelure, La Lanterne – Le Supplément, 16 septembre 1913, p. 4 [Poème sur la Joconde retrouvée après le vol; Et cette poitrine en saindoux] / L’ingénu, Quelques mots sur…, L’Intransigeant, 16 décembre 1913, p. 1 [sur le vol de la Joconde, dialogue entre un tableau truculent et un tableau sage ; Cette Joconde en saindoux avec sa fluxion et son sourire au photographe] []
  127. Les Amateurs, Exposition d’art italien au Petit-Palais, Commune : revue de l’Association des écrivains et des artistes révolutionnaires, janvier 1935, p. 1193. []
  128. La Mosquée Parisienne, L’Attaque, 30 juin 1895, p. X. / S., Au jour le jour, Journal des débats politiques et littéraires, 10 mai 1890, p. 3 [Des feuilles locales publient déjà l’image de cette tour en projet ; on dirait quelque admirable pièce de saindoux] /Areno Iukanthor, Boniments sur les conflits de deux points cardinaux, Paris, Éd. d’Asie, 1931, p. 140 [l’auteur confond ici la cathédrale et la basilique alors en cours de construction] / Côte d’Azur Express – La menace sur Saint-Tropez, Cyrano, 3 juillet 1932, p. 12 [Là, on bâtit un palace, à la fois hôtel, piscine et casino. Un bloc de saindoux du style que l’on devine va surmonter la petite ville du Bailli de Suffren] []
  129. Un Parisien, Bavardage, Le Radical, 8 août 1895, p. 2 []
  130. Jean Richepin, Mes souvenirs, La Revue hebdomadaire, 9 juillet 1927, p. 209 []
  131. Un Déroulède en saindoux, Les Arts, Gil Blas, 28 juin 1914, p. 4 [On nous annonce l’édification prochaine d’un monument à Déroulède… on nous fait craindre un Déroulède de M. Pallez] – le buste est actuellement installé à Gurat en Charente / Le Badaud, Échos, La Presse, 4 juillet 1923, p. 2 [projet de statue à Victorien Sardou ; place de la Madeleine… face à Jules Simon… Ils ne veulent pas d’un autre monument en saindoux] / Suzanne Normand, Le veston de marbre, Paris-Soir, 21 juin 1930, p. 1 [projet de statue au félibre Charloun Rieu aux Baux ; un buste battant neuf, dont le marbre, parmi ces pierres bouleversées, mangées de soleil, ne pourra qu’évoquer du saindoux] []
  132. Louis Forest [Louis Nathan], La gloire qui fond, Le Matin, 22 juin 1924, p. 1 [… il vaut mieux, pour commémorer nos grandes gloires, ne point les confier à la neige, à la cire, ou, comme pourrait le proposer peut-être quelque charcutier artiste, au saindoux] / Lucien Farnoux-Reynaud, La banlieue à l’encan, Le Gaulois, 10 septembre 1928, p. 1 [On élèvera un saindoux académique au souvenir de Samain à Magny-les-Hameaux…] / Clément Vautel, Saint Aristide Briand, Cyrano – satirique hebdomadaire, 20 mars 1932, p. 6 [citation de Léon Daudet] / Projet Escoffier : Revue de presse [référence à Eugène Montfort, Pêle-mêle quinzaine, l’Ordre], Marbre ou saindoux, L’Action française, 5 août 1935, p. 3 ; Clément Vautel, Mon film, Le Journal, 7 août 1935, p. 1 [défense du projet de monument au cuisinier Auguste Escoffier ; Un autre propose que l’effigie projetée soit en saindoux… Ce trait est injuste et même calomnieux : Escoffier a toujours fait sa cuisine au beurre] ; Revue de Presse, La statue en saindoux, L’Action française, 9 août 1935, p. 6 [retour sur le projet de statue au cuisinier Auguste Escoffier] []
  133. Henri Lavedan, Les Jeunes – L’Art nouveau, Les Annales politiques et littéraires, 11 juillet 1897, p. 23; repris par le relieur d’art Saint-André de Lignereux, Le Cuir d’art français et son enseignement, Revue des arts décoratifs, janvier 1898, p. 253 []
  134. J. Malézieux, L’Art nouveau – Vermiculures à un neveu, L’Immeuble et la construction dans l’Est, 29 juillet 1900, p. 98; voir aussi : François Loyer, Lille 1900 : Art Nouveau et classes moyennes, in De Franse Nederlanden / Les Pays-Bas Français, Jaarboek 1987 Annales, 12e Annales éditées par la Stichting Ons Erfdeel vzw. []
  135. Paul Zahori, L’aile invisible, Le Journal, 8 mai 1918, p. 2 / Henry de Forge, L’Est républicain, 7 janvier 1924, p. 4 []
  136. Georges Huisman, Pour comprendre les monuments de Paris, 1925, in Gaston Varenne, Le renouveau de l’architecture, Les Cahiers de Radio-Paris, 15 janvier 1932, p. 1006 []
  137. Conseil général de la Seine, Compte-rendu de la séance du mercredi 13 décembre 1911, Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 14 décembre 1911, p. 4476 [Ernest Caron. — en sucre candi ou en saindoux. Ces balustrades jurent avec tout le reste du monument] / M. P., Le Vernissage de la Nationale, Le Radical, 13 avril 1914, p. 1 [Au Grand Palais ; On a raillé, comme il convenait, les fâcheuses machines en travesti et en saindoux qui décorent la rotonde] / Le Cri de Paris, 14 juin 1914, p. 10 [Cet escalier Mollien a l’air maintenant d’une grande bâtisse en saindoux. C’est le triomphe du mauvais goût néo-classique, de la fausse élégance et de la prétentieuse solennité] []
  138. Martin Gale, M. Poiré à l’Exposition, La Presse, 16 avril 1900, p. 3 [Et leur salle des fêtes ! Un fromage de Hollande creusé à l’intérieur où nous étions quinze mille, une cloche ornée de guimauve et de saindoux, des sculptures qu’on avait garnies de draperies en calicot blanc pour masquer leur inachèvement] / Nos Échos, L’Intransigeant, 17 mars 1915, p. 2 [… énorme construction érigée près de l’Opéra-Comique, pour le compte d’un Allemand notoire… Mais ce ne sont pas ces fleurs décoratives au saindoux qui nous rendront agréable et acceptable la silhouette innommable de cet horrible pâté] ; repris dans Vision de boulevard, Le Gaulois, 17 mars 1915, p. 3 / Informations, L’Action française, 29 mars 1921, p. 3 [Ce gros cinéma en construction dans mon quartier est achevé… tandis qu’au sommet se jouent des rinceaux maigres, modelés dans un saindoux écœurant, la base est de mosaïque pharaonesque] []
  139. Daniel Mornet, Comptes rendus, Revue d’histoire littéraire de la France, 1928, p. 285; repris dans Le Figaro, 21 novembre 1928, p. 1 []
  140. P. B., La maison de demain, La Petite Gironde, 30 juin 1930, p. 1 [les décorations de saindoux ne sont pas moins périmées, et nous aspirons à un logis moderne où l’air et la lumière entrent à flots] / Gabriel Audisio, Le cri de la Provence, Comoedia, 9 octobre 1935, p. 1 [… [une] ‘villa’ où les volets bleu d’outre-mer le disputent en barbarie aux cigales et papillons de faïence, aux bas-reliefs de saindoux (lions abyssins et demoiselles déshabillées), aux festons badigeonnés de fleurettes, que c’en est à se pâmer] []
  141. abbé J. Caron, Bulletin de la Société académique de Chauny, 1887, E. Trouvé, Chauny, p. 242 / Santillane, La Troisième colonne, Gil Blas, 5 décembre 1900, p. 1 []
  142. À propos de l’affaire Croisy – les achats aux salons par l’État et la Ville de Paris, L’Art et le droit – bulletin mensuel des actualités judiciaires de la propriété artistique et littéraire, Paris, Marchal & Godde, avril 1912, p. 10 []
  143. O. Boë, Digressions convergentes, Paris musical et dramatique, mars 1905, p. 5 [en Italie ; Par dessus, je rangerai, avec grand soin, une demi-douzaine de ces si jolies statuettes, fabriquées au bord du Pô, d’un saindoux imitant à s’y méprendre le marbre blanc] / Marcelle Tinayre, Janine et sa maison, Le Petit Journal, 28 juin 1930, p. 1 [l’appartement… m’enchante lorsque je le compare à certains intérieurs pleins de festons et d’astragales, de coussins et de bibelots, de hideuses peintures et de statuettes en saindoux] []
  144. Henri Duvernois, illustrations de Charles Huard, Prosper Boudonneau, hirondelle, Je Sais Tout, 15 janvier 1913, p. 799 [Ils avaient conservé de leur splendeur défunte un groupe antique qui semblait sculpté dans le saindoux et dont ils tiraient un orgueil légitime] / Henri Duvernois, Un Gentleman Farmer, La Femme de France, 1er mars 1937, p. 28 [Germaine… avait relégué dans des armoires quelques objets d’art qui lui paraissaient particulièrement hideux. Il y avait entre autres un groupe qui semblait moulé dans le saindoux et qui représentait trois grâces sous la direction d’une Parque] []
  145. Manège : Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris, Paris, les Cent bibliophiles, 1906, p. 38 [de pesants véhicules de gala couverts de rinceaux, de coquilles, de blasons, de femmes nues, en saindoux blanc ou rosé] / Pendule : M. L., Le petit maître, La Vie Parisienne, 24 juin 1911, p. 459 [une pendule en marbre blanc grossièrement travaillé… Cela me rappelle… ces ouvrages que les charcutiers se plaisent à fabriquer dans le pur saindoux et à exposer à leur devanture entre une galantine et un fromage de tête] / Chapeaux de femme : Rita, Conseils aux lectrices de ‘La Presse’, La Presse, 24 mars 1912, p. 2 [Rejetez, lectrices de goût, les calots chichis à 7 ou 8 francs, tous identiques et faisant penser à quelques pièces montées de pâtisserie ou de saindoux] / Maillot : Paul Bourrillon, ancien champion du monde cycliste, De la piste à la scène, La Vie au grand air, 4 janvier 1913, p. 23 [Il me prêta un superbe maillot bleu, d’un mauvais goût parfait… J’avais l’air d’un de ces gâteaux de saindoux que les charcutiers exposent à la Noël à leur devanture] / Simili-objets d’art : L’art de fonder un Club Sportif, Lectures pour tous, 1 avril 1919, p. 1051 [quant à la valeur des quelconques challenges offerts par un Mécène de quartier – vagues médailles, simili-objets d’art en ‘zinc repoussé’ ou en ‘saindoux oxydé’] / Médaille : Henri Duvernois, La chasse à courre, Le Matin, 29 janvier 1922, p. 5 [il me priait de lui confectionner une médaille d’honneur en saindoux pour l’exposer dans ses ateliers] / Dessous de plat : Jean-Maurice, Marchait-elle sur les mains ?, Le Populaire, 30 mai 1938, p. 8 [Nous offrons un magnifique dessous de plat en saindoux galvanisé au premier lecteur de Paris-Soir…] []
  146. Jules Vallès, Les Réfractaires, Le Figaro, 14 juillet 1861, p. 3. Vallès introduit aussi dans cet article les mots bondieusard et bondieutisme qui eurent moins de succès. []
  147. André Hallays, En flânant, Journal des débats politiques et littéraires, 26 octobre 1900, p. 2; repris dans Le Petit Troyen, 13 décembre 1900, p. X ; André Hallays, En flânant – À travers l’Exposition de 1900, Paris, Perrin et cie, 1901, p. 294 / Jules Brun, Art religieux au musée de Bucarest, Cerbu, Bucarest, 1902, p. 74 []
  148. Adolphe Retté, Dans la lumière d’Ars, Paris, Tolra et Simonet, 1912, p. 74 []
  149. Orion, Cabinet des lettres, des sciences et des arts, L’Action française, 21 février 1932, p. 6 [à propos d’une toile de Watteau représentant Sainte Geneviève dans une église de Rouen, actuellement attribuée au peintre Jean Raoux ; “Qui a imaginé de placer devant, pour qu’elle soit moins visible encore, une statuette de la même sainte héroïne, en saindoux colorié, issue d’une fabrique des environs de Saint-Sulpice ?] / Pierre Courthion, Faillite de l’art religieux, Esprit, mars 1933, p. 995 [(les évêques) … donnent du travail aux ‘usines’, commandent des statuettes, des tableaux comme ils se font confectionner un camail par leur tailleur de Saint-Sulpice… Et B. livre par caisses des œuvres d’art microscopiques, des Saint Antoine en saindoux, des vierges-réclames pour crème de beauté, des Saint Joseph de bazar oriental, de petits chemins de croix tout prêts, qui se font à la grosse et n’ont même pas le touchant ‘tape-à-l’œil’ des chromos d’autrefois] / Gabriel Marcel, Le Mystère de la Passion, Sept – l’hebdomadaire du temps présent, 28 juin 1935, p. 11 [Qu’on évoque par la pensée la plus désolante imagerie des magasins de piété du quartier Saint-Sulpice et, par surcroît, émanant de cette figure en saindoux, les accents odéoniens les plus offensants, une sorte de larmoiement déclamé…] []
  150. Successivement : Marcel Fourrier, Un procès politique devant le conseil de guerre de Trèves, L’Humanité, 1 octobre 1926, p. 1 [Une salle, triste et sale, aux murs lépreux, et dont l’unique ornement est constitué par un Christ en saindoux se tordant sur sa croix] / Maurice Beaubourg, Compte rendu de La Flamme de Malte par Jean Gaument et Camille Cé, Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, 28 juillet 1928, p. 3 [à Malte ; à l’instar des saints grandeur nature, suif ou saindoux, qui ornent les niches de leurs carrefours] / Marcel Delaunay, président de la Société des Monuments et Sites de l’Eure, Comment sont surveillées nos églises, Comoedia, 14 septembre 1935, p. 3 [sur un autel vandalisé dans une église dans l’église de Sacquenville, Eure ; le tout a maintenant une vague analogie avec ces pièces montées en saindoux que les charcutiers mettent dans leurs vitrines et qui font la joie des enfants] []
  151. Par-ci Par-là, La Grimace, 1 novembre 1918, p. 3 []
  152. Voir la base de données Les Monuments aux morts – France, Belgique, Autres Pays de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), Universite de Lille 3 / CNRS []
  153. La Nouvelle-Zélande n’est pas la France, La Lanterne, 7 juillet 1921, p. 3 [Affligé par les blocs de saindoux établis en séries pour le plus grand profit des municipalités, [le poilu] a dû chercher une occupation assez difficile à découvrir] / Pierre Nezelof, L’Oubli [feuilleton], L’Humanité, 26 février 1924, p. 2 [Mais chaque commune de France élève à grands frais, à ses morts, un monument en saindoux ou en chandelle] / Un ‘navet’ érigé comme monument à Galliéni, L’Humanité, 3 avril 1924, p. 2 [le monument Galliéni ne déparera pas l’invraisemblable collection de pièces montées en saindoux ou en zinc que la victoire a valu à la France] / Vient de paraître [sur le roman La Parade, de Georges Daviele, préface de Charles Vildrac], Paris-Soir, 23 juin 1929, p. 2 [sur les monuments aux morts ; ces affreux modelages en série imitent bien le saindoux ou le pâté de foie, mais leur matière est durable] []
  154. Vincent Détharé, Images et pèlerinages littéraires, Paris, Éditions du Vieux Colombier, 1962, p. 146 []
  155. Échos et indiscrétions de Limoges… et d’ailleurs – Le monument aux morts, La Revue limousine, 1 janvier 1929, p. 30 [… il est encore assez tôt pour supplier le jury de nous éviter le spectacle affligeant de l’une de ces victoires casquées et palmées qui, taillées en série dans le zinc ou le saindoux, représentent dans des milliers de communes françaises, la dernière horreur de la guerre] / Le monument aux Morts, La Revue limousine, 15 janvier 1931, p. 118 [nos compatriotes purent contempler à loisir, — sinon avec plaisir, — une femme en saindoux frais (que peut bien faire cette dame perchée sur cette caisse ?), exhibant des bras d’athlète… C’est ce qu’on appelle un navet, en termes d’école] []
  156. L. Robert, Aujourd’hui se joue la finale du Championnat de rugby, L’Humanité, 27 avril 1924, p. 1 []
  157. Charles Chassé, Les artistes de la Bretagne, L’Art et les artistes, octobre 1933, p. 57 []
  158. C’est toujours un meusien, le sculpteur Gaston Broquet qui fera le Monument de Nancy, Le Bulletin meusien, 11 février 1939, p. 1 []
  159. Jean-Jacques, Nouvelles, Gil Blas, 16 décembre 1894, p. 2. []
  160. L’Anniversaire, Le Matin, 2 avril 1895, p. 1 [À Berlin – … des bustes du prince de Bismarck, coulés en bronze ou moulés dans le plâtre, le chocolat, et jusque dans le saindoux] ; repris presque identiquement dans : Étranger – Anniversaire de M. de Bismarck, La Croix, 3 avril 1895, p. 3 ; L’Anniversaire de M. de Bismarck, Le Petit Journal, 3 avril 1895, p. 1 ; L’anniversaire de Bismarck, L’Intransigeant, 4 avril 1895, p. 2. Voir aussi l’article du journaliste et homme politique Tony Révillon, Les 80 ans de Bismarck, Le Radical, 4 avril 1895 p. 1 [Des lumières, des drapeaux, des fleurs encadrant des bustes en bronze, en plâtre, en chocolat et en saindoux, beaucoup de curiosité, peu d’enthousiasme…] et Reportage allemand, Le Temps, 8 août 1895, p. 2 [… cette sentimentalité qu’on trouve dans les groupes en savon ou en saindoux, représentant le vieil empereur flanqué de Bismarck et de Moltke] []
  161. Frantz Jourdain, L’évolution de l’art décoratif en Allemagne, La Revue mondiale [Jean Finot, dir.], Paris, 12, Avenue de l’Opéra, volume LXXVI, 1908, p. 438 / Tout-Paris, Bloc-Notes Parisien, Le Gaulois, 12 septembre 1909, p. 1 [Partout, partout, Zeppelin !… J’ai vu, de mes propres yeux vu… au milieu des jambons, des saucisses, des saucissons, le buste en saindoux du héros allemand] / Pick-Me-Up, Le rire de la semaine, Le Rire, 13 décembre 1913, p. 3 []
  162. Paul de Lesni, Von Boum, Le Gaulois, 1er avril 1915, p. 2 [Derrière les vitrines des charcuteries apparaît de pied en cap l’incomparable guerrier [Hindenburg] dans un ‘culturel’ assortiment de saucisses, de langues de porc, de couenne, de petit salé et de saindoux] / L’inquiétude de l’Allemagne, Le Matin, 8 février 1916, p. 3 [Et comme il faut émouvoir l’âme allemande, les boutiques de charcuterie sculptent dans le saindoux l’effigie des gloires, militaires et civiles] / Henri Welschinger, La Mendicité allemande aux Tuileries, Revue des deux mondes, mai 1916, p. 511 [Ces présents ont bien la forme du goût allemand. Ainsi, je me rappelle avoir vu, au cent cinquantième anniversaire de Goethe [donc en 1899], à Francfort, des bustes du poète en saindoux chez les charcutiers et en chocolat chez les confiseurs, avec ces mots : Feine Chokolade!] repris dans Henri Welschinger, La Mendicité allemande, Paris, Nancy, Berger-Levrault éditeurs, 1917, p. 28. / Hugues Lapaire, Les Poux Gris, La Dépêche du Berry, 19 décembre 1914, p. 1, repris dans L’Indépendant du Cher, 7 février 1915, p. 2 []
  163. Pierre Benoit, Kœnigsmark, Paris, Émile-Paul frères, 1918, p. 87 / Maurice Prax, Une École des miracles, Le Matin, 25 juin 1915, p. 1 / Jean de Bonnefon, Le Kaiser mégalomane, Le Journal, 6 octobre 1915, p. 1 / Nos échos, L’Intransigeant, 27 octobre 1915, p. 2 / Voir aussi, en 1922 : Raymond Lange, Éditorial – le ‘grignotage’ allemand, Le Rappel, 30 août 1922, p. 1 [l’Allemagne… presque, déjà, elle crierait victoire et voterait une statue à M. Lloyd George dans l’allée du Tiergarten où trônent des Hohenzollern de saindoux] []
  164. Zep, Petite Gretchen en saindoux, sur l’air de Petite brunette aux yeux doux, Le Canard [journal humoristique canadien], Montréal, 14 janvier 1917, p. 11 / Ernest Gegout, Coucy, L’Attaque, 7 mai 1917, p. 1 []
  165. Gaulois, Le triomphe du pangermanisme dans la Sarre, L’Homme Libre, 4 juillet 1925, p. 1 [Un charcutier de la Viktoriastrasse… avait exposé dans son étalage un porc entier, portant, écrite avec du saindoux, cette inscription sur un lard ‘Le sang qui nous vivifie est allemand’] / R. D’Arger, Agitation en Sarre, Les Potins de Paris, 13 juillet 1930, p. 4 [à Sarrebruck… Lors des fêtes du millénaire, [un charcutier] avait exposé à sa devanture un Hindenburg en saindoux. Sur des jambons, il avait tracé des inscriptions dans le genre de celle-ci : ‘Deutschland uber alles’] / La question de la Sarre, Ric et Rac : grand hebdomadaire pour tous, 19 juillet 1930, p. 2 [En juin 1925, l’élection du maréchal Hindenburg à la présidence du Reich et les fêtes du millénaire rhénan provoquèrent, à Sarrebruck notamment, une vive agitation nationaliste. Et l’on vit à cette occasion un gros charcutier de la ville écrire avec du saindoux cette profession de foi patriotique sur les quartiers de porc de son étalage : ‘Je suis Allemand et je le resterai’]. []
  166. Demain les Français auront quitté la Rhénanie, Le Matin, 29 juin 1930, p. 1 []
  167. Georges Gaudy, Après l’évacuation de la Rhénanie – les propos optimistes et les faits inquiétants, L’Action française, 3 juillet 1930, p. 2 [La représentation en saindoux du départ de nos troupes chez un charcutier faisait la joie de la population qui riait au nez des Français qui étaient obligés de passer dans cette rue] / Gaëtan Sanvoisin, De Mayence à la Sarre, Le Figaro, 4 juillet 1930, p. 1 [un charcutier qui, avant même que soient parties nos troupes, a disposé derrière sa vitrine une injurieuse et grossière représentation en saindoux de l’évacuation] / L’adieu rhénan, Cyrano, 6 juillet 1930, p. 15 [Tout Mayence a défilé devant la vitrine d’un charcutier qui, sous la forme d’un bas-relief fait de saindoux et de rillettes, avait exprimé l’opinion moyenne des gens de la capitale rhénane à notre égard], repris dans Échos, L’Impartial (Djidjelli), 20 juillet 1930, p. 3 []
  168. L’Allemagne a fêté mardi le centenaire de Goethe, La Croix, 23 mars 1932, p. 2 ; Les fêtes de Goethe à Weimar, Le Figaro, 23 mars 1932, p. 5 [Un charcutier n’a pas hésité à modeler en saindoux un buste de l’auteur de Faust. C’est là un hommage qui a bien son prix] []
  169. Les prétentions de l’Allemagne, Le Matin, 31 août 1932, p. 3 / La gloire en charcuterie, Cyrano, 7 juillet 1933, p. 17 / Voir aussi Un veau hitlérien, Le Journal, 8 juin 1934, p. 3 [On a vu des effigies de Hitler en chocolat, des légionnaires en sucre de pomme, d’imposantes masses de saindoux dans lesquelles des charcutiers artistes avaient modelé les traits du Führer…] []
  170. Georges Blum, La fureur antisémite se donne libre cours au congrès nazi de Nuremberg, Le Journal, 3 septembre 1933, p. 3 []
  171. A. de Gobart, Dans Sarrebrück où Hitler et la croix gammée deviennent une obsession, L’Intransigeant, 14 janvier 1935, p. 1, repris dans Propos perdus et retrouvés – Boudin et patrie, Le Petit Journal, 14 janvier 1935, p. 2 / La Sarre s’est prononcée pour le retour au Reich, Le Figaro, 15 janvier 1935, p. 3 / Jacques Vidal-Lablache, À la veille de la ‘délivrance’ Sarrebrück reste calme, Le Journal, 1 mars 1935, p. 5 []
  172. François Mitterrand, Ma part de vérité, entretiens avec Alain Duhamel, Paris, Fayard, 1969 / Autre exemple architectural plus classique : Jean-François Ferrané, Les métamorphoses de Corenton, Paris, Éditions de l’Amitié, 1981, p. 50 [L’architecture en saindoux du Sacré-Cœur dominait le nord de la ville de son admirable mauvais goût] []
  173. Jean-Louis Bory, dans Chantons sous l’Occupation, réal. André Halimi, 1976, cité par Marie-Claude Jardin, Jean-Louis Bory, Paris, P. Belfond, 1991 []
  174. Anne de Lacretelle, Encore une journée divine, Paris, P. Belfond, 1987 [Mais le sommet fut un immense cygne de saindoux au bec agressif, à la queue vaniteuse ornée d’asperges] ; Alain-Pierre Mahuzier, Croisière noire sur le ‘France’, Le Touvet, M.-D. Vrac, 1996 [le tigre de saindoux aux allures de vache normande, sculpté dans la masse par un pâtissier bucolique] / Exemple en peinture : Pascal Garnier, Le pain de la veille, Paris, L’Entreligne, 1989, p. 108 [Au-dessus de la caisse il y avait trois tableaux accrochés… Œuvres réalisées en saindoux par le patron] []
  175. Jean-Paul Desprat, Jaune de Naples, tome 2 (1770-1781), Paris, Éditions du Seuil, 2010 / Jean-Louis Schefer, Le Greco ou L’éveil des ressemblances, Paris, Éditions Michel de Maule, 1988, p. 21. []
  176. Quelques exemples : Société d’ethnologie et de folklore du Centre-Ouest, Aguiaine : revue de recherches ethnographiques, novembre 1979, p. 476, Compte-rendu de la Revue de la société de linguistique picarde [les charcutiers étalaient de remarquables constructions en saindoux (églises, personnages) que certains avaient mis des mois à réaliser] / Philippe Bouin et Christian-Philippe Chanut, Histoire française des foires et des expositions universelles, Paris, Baudouin, 1980, p. 208 [Révérence apocalyptique de mille palais en saindoux] / Jacques Borgé, Archives de Lyon, Paris, Éditions Michèle Trinckvel, 1994, p. 47 [Un petit métier aujourd’hui disparu, sculpteur en saindoux] / Bernard Schreier, Les saigneurs de Lyon, Thônes, Éditions du Choucas, 1998, p. 10 [Les étalagistes rivalisent d’ingéniosité, les Meilleurs Ouvriers de France aussi, sculptant des statuettes en chocolat, en glace ou en saindoux] []
  177. Voir par exemple : Charcuterie et esthétique – Alain Grand, charcutier à Royan, vidéo tirée du film Le Goût des Souvenirs – Royan 1960-1990 de Michel Gémon et Jacques Daury, réal. Michel Gémon, 2004-2006, page de la ville de Royan publiée le 29 décembre 2011 / Les collections photographiques du Mucem / Patrick Guerrier, Claude Marty est un sculpteur de lard, ladepeche.fr, 24 décembre 2000 / Du Garage Maury à la charcuterie Dumur, sur journal-bacalan.fr / Villars, charcutier à La Rochefoucauld, Charente. []
  178. Quelques exemples : Jean Prajail, La Grande eau, Périgueux, Pierre Fanlac, 1965, p. 88 [Des brassées de boudins pendaient aux crocs de fer de la devanture, et dans la vitrine, la reproduction de l’église en saindoux, chair à pâté et autres mangeailles, provoquait d’admiratives exclamations] / Gaston Cherpillod, Alma Mater, récit, Éditions l’Âge d’Homme, 1971, p. 12 [Le charcutier le plus astucieux de la rue de l’Avenir a modelé un Divin Enfant en saindoux, sculpté une madone en graisse de cochon. Dieu, que c’est joli ! Quel artiste ! Noël. O la juteuse farce.] / Jean-Pierre Vignau, Corps d’acier, Paris, R. Laffont, 1984, p. 40 [Les concurrents présentaient tous des trucs genre la tour Eiffel en saindoux ou en rillettes, le Sacré-Cœur ou la place de l’Étoile reconstituée sur un plateau de galantine] / Gabrielle Marquet, La vie de château, Paris, Calmann-Lévy, 1987, p. X [elle avait gardé les yeux ouverts sur le château, qu’au moment de Noël, elle admirait à la vitrine de la charcuterie du village, reproduit en rillettes et saindoux] / Armand Farrachi, Les Oiseaux et les sources, Paris, B. Barrault, 1990, p. 17 [le traiteur affirmait le privilège de la civilisation en étalant pâtés géométriques, croûtes ornées et sculptures de saindoux] / Jean Vartier, Lieutenant La Gazette ou Le maquisard tranquille, Paris, France-Empire, 1994, p. 211 [Et tout ça a fondu d’un seul coup comme la cathédrale en saindoux que vous mettiez dans votre vitrine avant guerre, le Vendredi saint] / Georges Guy, L’autre pays, le seul – poèmes et proses, Chambéry, Comp’Act, 1997, p. 162 [les festons de persil, les hures songeuses et les bastilles en saindoux rose et bleu de mon enfance] / Nul doute que le roman que l’acteur Jean Carmet avait en projet avant sa mort et qui devait s’intituler La cathédrale en saindoux aurait pu s’inscrire dans cette liste… []
  179. Yves Charnay, Comment la couleur nous vient !, Études, 2002/1 (Tome 396), p. 73-83 []
  180. Dror Pimentel, Beuys’ Chair and the Violence of the Other: Toward a Theory of Aesth-ethics, Performance Philosophy Journal, Vol 3, No 1, 2017 []
  181. Comme Léon Daudet, Henri Duvernois, J.-K. Huymans, Frantz Jourdain, Maurice Prax et quelques autres. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.