L’image mise en abyme – pour une typologie historique [2/2]

[article en deux parties: partie 1, partie 2]

5. L’image mise en abyme dans l’édition populaire

L’image mise en abyme apparaît principalement sous la forme récursive, c’est-à-dire l’effet Droste, dans les magazines, livres, bandes dessinées, pochettes de disques, etc. regroupés ici sous la dénomination d’édition populaire. Mais la forme libre du procédé (où rappelons-le l’image insérée n’a pas de lien avec l’image contenante) et la forme liée (où l’image insérée a un lien avec l’image contenante) sont aussi usitées. On retrouve dans les productions de l’édition populaire des motifs équivalents à ceux déjà étudiés à propos de l’art, l’image reflétée, la baie (porte ou fenêtre), l’image insérée (le tableau dans le tableau), qui permettent d’implanter une image en abyme dans l’illustration principale.

Magazines et comics – l’image reflétée

Comme dans l’art classique, les illustrations de couverture des magazines et parfois des livres utilisent aussi l’image reflétée, forme liée de la mise en abyme qui est classiquement produite par un miroir.

Tout au long de sa longue carrière, Norman Rockwell a ainsi plusieurs fois représenté des miroirs.

The Saturday Evening Post, January 13, 1917, Shall We Dance / The Saturday Evening Post, August 13, 1921, Distorting Mirror / The Saturday Evening Post, December 15, 1945, An Imperfect Fit

 

The Saturday Evening Post, March 19, 1949, The Prom Dress / The Saturday Evening Post, September 24, 1949, Before the Date / The Saturday Evening Post, March 6, 1954, Girl at the Mirror

Mais ce sont incontestablement les magazines d’action et plus tard les comic books qui ont le plus utilisé l’artifice du miroir qui permet alors d’afficher un hors-champ menaçant ou scandaleux.

Detective Story Magazine, November 12, 1921 / Detective Fiction Weekly, October 24, 1931 / Our Army at War #32, March 1955 / Our Fighting Forces #164, February 1976

À la différence de l’art classique par contre, toutes sortes de dispositifs optiques sont utilisés pour générer une image reflétée.
Appareils photos ou jumelles (l’image en abyme est alors doublée comme il se doit).

The Saturday Evening Post, March 4, 1933 / Boris Karloff, Tales of Mystery #15, September 1966 / David Lapham, Murder Me Dead #3, January 2001

 

Kid Eternity #14, March 1949 / Sgt. Fury #43, June 1967 / Ted Mark, The Nude Who Did, Berkley Medallion Book, January 1970 [livre]

Visières de casque ou lunettes de tir (le hors-champ est alors une cible).

Space Action #2, August 1952 / Our Fighting Forces #35, July 1958 / Wolverine Unleashed #12, Panini UK, 1996 Series

 

Adventure Comics #358, July 1967 / The Green Hornet #17, January 1993 / 100% Marvel #48 – Deadpool – Die Wette, [März] 2010

Ou un dispositif encore plus simple comme une paire de lunettes, un monocle, ou même l’œil nu.

Detective Tales, December 1952 / Man’s World, April 1964. Painting by Bruce Minney / Demon Cleaner #2, 2009 Series

Western Story, June 10, 1939 / Captain Savage #4, July 1968 / Sgt. Rock #354, July 1981

Les dessinateurs sont inventifs et l’image reflétée peut être générée par toute sorte d’objets : verre à pied, longue vue, rétroviseur, machette, poche de plasma, et, plus surprenant encore, tout le visage d’un soldat en furie.

Detective Book, Spring 1940 / Joe Palooka Comics #96, 1945 Series / Air Ace Picture Library #145, April 15th 1963

Richard Deming, This Game of Murder, Monarch Books #439, 1964 [book] / Our Army at War #237, October 1971 / Sgt. Rock #384, January 1984

Magazines – la baie (porte ou fenêtre)

Les illustrateurs des magazines populaires ont également emprunté à l’art classique le motif de l’ouverture ou de la baie, dispositif qui permet d’emboîter une autre scène dans la composition principale. Deux artistes de la grande période du magazine The Saturday Evening Post, Stevan Dohanos et Norman Rockwell, montrent bien cette continuité avec le “grand art”.

Stevan Dohanos :

The Saturday Evening Post, March 3, 1945, Bottle Feeding a Lamb / The Saturday Evening Post, April 27,1946, Weatherman Was Right / The Saturday Evening Post, August 10, 1946, Choir Practice

The Saturday Evening Post, May 10, 1952, Dancing Class / The Saturday Evening Post, July 19, 1952, Doing Dishes at the Beach / The Saturday Evening Post, December 27, 1952, Church Christmas Tree

Dohanos est un “spécialiste” de l’enfilade de portes.

The Saturday Evening Post, January 8, 1949, After Dinner Dishes / The Saturday Evening Post, February 3, 1951, Package from Home / The Saturday Evening Post, February 16, 1957, Setting the Table

Norman Rockwell :

The Saturday Evening Post, April 24, 1937, Ticket Agent / The Saturday Evening Post, October 5, 1946, Willy Gillis in College / The Saturday Evening Post, April 17, 1954, Choir Boy

The Saturday Evening Post, August 30, 1958, Knothole Baseball / The Saturday Evening Post, August 27, 1960, University Club / The Saturday Evening Post, September 17, 1960, Window Washer

Le tableau Shuffleton’s Barber Shop de Rockwell est remarquable. Trois plans se succèdent en autant de scènes encadrées qui s’emboîtent. À travers la fenêtre du premier plan dont un carreau est brisé, on voit l’échoppe encombrée du barbier. Au fond de la pièce, à côté d’une autre fenêtre, une porte s’ouvre sur une pièce éclairée où le barbier et ses amis musiciens répètent.

The Saturday Evening Post, April 29, 1950, Shuffleton’s Barber Shop, Norman Rockwell

Magazines – l’image insérée en couverture

L’observation peut être poursuivie avec les mêmes artistes à propos de l’image insérée dans l’illustration de couverture, formule qui poursuit celle du “tableau dans le tableau” dans le grand art.

Stevan Dohanos affectionne les grandes affiches murales qui répondent à un avant-plan.

The Saturday Evening Post, August 4, 1945, Barnside Circus Poster / The Saturday Evening Post, February 14, 1948, Billboard Painters in Winter / The Saturday Evening Post, June 11, 1949, Walking the Tightrope

Norman Rockwell quant à lui reprend fréquemment le thème classique de l’artiste au travail (son Triple Portrait déjà mentionné). Il a recours aussi aux trompe-l’œil en confondant les espaces picturaux, celui de l’image contenante et celui du tableau inséré.

The Saturday Evening Post, February 9, 1935, Signpainter / The Saturday Evening Post, April 04, 1943, April Fool / The Saturday Evening Post, May 27, 1944, No Smoking

Les deux illustrateurs partagent une certaine fascination pour les galeries d’art et prolongent la tradition de la “citation picturale” en imitant des maîtres classiques (Franz Hals, Rembrand, Canaletto, Pollock).

The Saturday Evening Post, April 16, 1955, Art Critic, Norman Rockwell / The Saturday Evening Post, March 3, 1956, Art Lover, Stevan Dohanos / The Saturday Evening Post, January 13, 1962, The Connoisseur, Norman Rockwell

Dans une illustration célèbre, Rockwell démontre que l’encadrement suffit à transformer une partie du réel en tableau, sous le regard amusé ou réprobateur de personnages qui appartiennent eux à de véritables tableaux.

The Saturday Evening Post, March 2, 1946, Picture Hanger, Norman Rockwell

 

Magazines – la “couverture dans la couverture”

Le “tableau dans le tableau” est plutôt un concept de l’art classique. L’analogue du dispositif transposé au monde de l’édition populaire serait (par exemple) une couverture de magazine reproduite en couverture d’un autre magazine. Cela existe-t-il ? Si l’on pense à des magazines de titres différents, le cas de figure est évidemment très rare. Deux exemples seulement ont été relevés dans notre corpus de recherche.

La première couverture de l’hebdomadaire Liberty lancé en mai 1924 montre les magazines concurrents qui font bon accueil au nouvel arrivant. On reconnaît The Saturday Evening Post, The Ladies’ Home Journal, Collier’s, The Literary Digest, The American Magazine, Cosmopolitan, etc., avec leurs véritables couvertures. Le nouveau venu de plus porte une pancarte qui le représente lui-même. Un parfait effet Droste accompagne donc ces “couvertures dans la couverture”.

Liberty, May 10, 1924, Vol. 1, No. 1, The Newcomer in the field, Cover art by John T. McCutcheon

Quelques couvertures citées par Liberty: The Saturday Evening Post, December 1, 1923 / Collier’s, November 17, 1923 / The American Magazine, January 1924 / Cosmopolitan, December 1923

En juillet 1963, le bimensuel britannique Queen fait sa couverture avec une jeune femme lisant un numéro de Elle paru le mois précédent (pour le magazine branché qui allait bientôt se lancer dans l’aventure de Radio Caroline, lire ce fleuron de la mode qui n’existait alors qu’en français devait être du dernier chic…).

Queen Magazine, Getaway Issue, July 17, 1963 / Elle n° 914, 28 juin 1963, Dany Saval photographiée par John Cowan

Le dispositif de la “couverture dans la couverture” devient par contre très fréquent pour un même titre de magazine. Une véritable “gradation” vers l’effet Droste apparaît.

Magazines – vers l’effet Droste

Une couverture de magazine peut être vue comme l’association d’une ou de plusieurs image(s) et de textes variés dont le principal est le titre de la publication. D’autres objets déjà rencontrés, comme les affiches publicitaires ou les emballages de produits, sont d’ailleurs aussi des combinaisons d’images et de textes.
On peut alors introduire une distinction entre plusieurs effets qui ne sont pas exactement des effets Droste au sens de la mise en abyme sous forme récursive. Ces “presque effets Droste” se caractérisent par les rapports qu’entretiennent l’image et le titre de la couverture examinée et leurs équivalents dans la petite couverture représentée en abyme.

Une remarque au préalable.
Les exemples qui suivent montrent une sorte de complexité croissante, une “gradation” de la mise en abyme vers un plein effet Droste. Il ne s’agit pourtant pas d’une progression au sens historique. À différentes époques, les illustrateurs de presse ont expérimenté simultanément plusieurs variantes de la mise en abyme, depuis le simple rappel de titre jusqu’à un effet “pseudo-récursif”.

Titre identique et image réduite absente

La couverture représentée affiche le même titre que le magazine examiné, mais elle ne possède aucune image identifiable. L’effet d’abyme est discret, il se manifeste par un simple rappel du titre de la publication sur le petit fascicule figuré.

Life, August 21, 1890 / The Penny Magazine, September 17, 1904

Life, June 7, 1906, Cover art by James Montgomery Flagg / Le Rictus, Mars 1921

Image indistincte

Fondé en 1863, le quotidien Le Petit Journal publie un Supplément illustré hebdomadaire à partir de 1884. Le quotidien et son supplément ont utilisé pour leurs publicités une image en abyme représentant une couverture du journal avec une illustration indistincte.

Le Petit Journal, Supplément illustré en couleurs, compilation annuelle, 1893 / Le Petit Journal, Supplément illustré en couleurs, compilation annuelle, 1898 / Le Petit Journal, Publicité, circa 1905

Image différente, image d’un autre numéro

Le Petit Journal sait aussi effectuer sa propre promotion en se représentant lui-même en couverture de son Supplément illustré. La plupart du temps, seul le titre du journal est mentionné, mais parfois c’est une véritable affiche illustrée qui est en abyme.

Le Petit Journal, Supplément illustré, n° 831, dimanche 21 octobre 1906, Grave accident au vélodrome Buffalo / Le Petit Journal, Supplément Illustré, n° 934, dimanche 11 octobre 1908, La première colleuse d’affiches à Paris / Le Petit Journal, Supplément Illustré, n° 1102, dimanche 31 décembre 1911, Au salon d’aviation

En 1893, l’illustrateur Henri Meyer dessine une couverture inhabituelle. L’image représente un candidat à une élection en campagne, serrant des mains. Au mur de la pièce est accrochée une reproduction d’une couverture que Meyer avait dessinée pour un numéro précédent du Supplément.

Le Petit Journal, Supplément Illustré, n° 145, samedi 2 septembre 1893, Avant l’élection, illustrateur Henri Meyer / Le Petit Journal, Supplément Illustré, n° 143, samedi 19 août 1893, Clémenceau – Le pas du commandité, illustrateur Henri Meyer

Cet effet de “citation visuelle” utilisant les couvertures de précédents numéros est utilisé par les magazines dès la fin du 19e siècle et demeure exploité durant plusieurs décennies.

Jugend, 1897, 27 März, illustrateur Heinrich Kley / Top Notch, September 1, 1915 / St Nicholas Magazine, August 1917 / St Nicholas Magazine, November 1923

Il est possible toutefois que certaines des couvertures figurées en abyme soient parfois des créations, car les numéros de la publication supposés parus antérieurement ne sont pas toujours faciles à identifier.

Our Boys (Prize Book), September 1929 [le jeune garçon tient dans sa main le numéro paru le mois précédent] / Popular Wireless, December 1933 / Woman’s Own, March 1, 1941 / Top Spot Magazine, 14 February 1959

Le procédé est utilisé durant la Première Guerre mondiale par le journal humoristique autrichien Die Muskete qui reproduit abondamment des photographies de soldats lisant des éditions antérieures du journal. Le journal assure ainsi sa promotion et soutient le moral des troupes en montrant des soldats qui savent se détendre (voir l’article de Daniel Dugne, « Die Muskete » ou l’art de la mise en abyme, Caricatures et Caricature, 22 février 2016).

Die Muskete, 20. Mai 1915 / Die Muskete, 21. Oktober 1915 / Die Muskete, 1. Februar 1917 [images extraites de l’article de Daniel Dugne]

L’effet “pseudo-récursif”

Pour les magazines, la “citation visuelle” d’un numéro paru antérieurement a rapidement été supplantée par la citation du même numéro. Dans ce cas pourtant, l’effet Droste c’est-à-dire la réplication de l’image sous forme réduite à l’intérieur d’elle-même n’est pas la seule forme attestée. Une couverture peut parfois contenir une copie d’elle-même avec des variations. Très proche de l’effet Droste mais néanmoins distinct, nous l’appellerons effet “pseudo-récursif” (nous avons déjà rencontré précédemment un tel procédé en photographie). La couverture de Jugend est l’une des plus anciennes représentations d’un quasi effet Droste sur un magazine.

Jugend #47, 21 November, 1896, unknown artist, Universitätsbibliothek Heidelberg / Film Fun, July 1915 / Film Fun, August 1915

Jeux d’imitation de l’effet Droste

Certaines illustrations exploitent la réplication de l’image avec des variations. L’une des plus anciennes, que l’on peut considérer comme un jeu d’imitation de l’effet Droste, est une couverture de Life que l’on doit à l’artiste C. Coles Phillips.

Life, From The Mirror, Cover art by C. Coles Phillips, August 19, 1909

Une couverture mémorable du magazine Mad représente un jeu sur l’effet avec la mascotte Alfred E. Neuman et un lapin. Souvent reproduite, cette illustration est en fait un swipe, une imitation intentionnelle, d’un dessin paru trois ans auparavant sur la couverture d’un comic book1.

Jackie Jokers #1, March 1973, Harvey Comics / Mad Magazine #182, April 1976, Cover art by Bob Jones

Magazines – les variantes de l’effet Droste sur les couvertures

L’effet Droste peut prendre plusieurs apparences sur les couvertures de magazines. La réplication de l’image peut être réduite à un niveau simple (couverture identique dans la couverture) ou afficher une récursivité plus élaborée, sur plusieurs niveaux (couverture dans la couverture dans la couverture ou plus loin encore). Au-delà de ce paramètre formel évident, notre attention se portera aussi sur deux autres caractéristiques en formes d’alternatives : la reproduction en abyme de tout ou seulement d’une partie de la couverture, et la figuration du magazine en abyme dans une situation de lecture (magazine ouvert) ou non (fermé). Ces choix effectués par les illustrateurs pourraient paraître anecdotiques. Ils conditionnent pourtant en grande partie l’efficacité de l’effet Droste dans ce domaine précis où le fascicule en tant que tel est mis en scène comme un objet à compulser.

Effet Droste de niveau 1

Sur ces illustrations, la couverture enchâssée en plus petit ne laisse pas voir sa propre reproduction à l’intérieur d’elle-même. L’effet récursif est seulement amorcé.
Cette configuration simple est courante quand l’image insérée est partielle et que l’espace manque pour introduire un niveau supplémentaire.

Woman’s Own, February 27, 1937 / The American Girl, October 1942 / Woman’s Own, May 21, 1943 / Woman’s Own, March 2, 1945

Elle est aussi utilisée lorsque le magazine est fermé.

Breezy Stories, July 1917 / John Bull, August 24, 1946 / Coronet magazine, August 1949, Cover art by Wesley Snyder

Ou même lorsqu’il est ouvert et lu mais que les illustrateurs l’ont figuré indistinctement ou en très petit.

Good Housekeeping Magazine, August 1910 / St Nicholas Magazine, April 1916 / St Nicholas Magazine, May 1917

À l’époque moderne, l’effet Droste limité au premier niveau est rarement utilisé.

Amiga Joker #11, November 1991 / Mad Magazine #440, April 1, 2004

Effet Droste de niveau 2

Quelques rares illustrateurs ont réussi à figurer un second niveau d’imbrication tout en reproduisant seulement une partie de la couverture. Le procédé paraît plus fréquent avec des photographies.

Collier’s, November 1943, Cover art by Ronald McLeod / Seventeen Magazine, May 1950, Photographer Ray Solowinski / Le Nouvel Observateur, 15 juin 2012

Le niveau 2 apparaît aussi sur des magazines fermés.

Dynamite cover, April 1975,TV Star Jimmie Walker / Europe – revue littéraire mensuelle, novembre-décembre 1976 / Mad’s Maddest Writer Dick DeBartolo Presents Here’s Mad in Your Eye, 1984 / The Big Issue, December 14, 2015

Mais c’est incontestablement avec des magazines ouverts et lus que l’effet Droste de niveau 2 est le plus souvent représenté.

Blue Book, September 1911 / Snappy Stories, July 1913 / Life, May 1, 1919

 

Judge, June 28, 1919, A Dried-Beef Sandwich, Cover art by Orson Lowell / Judge, July 25, 1925, So This Is Christmas / The American Girl, December 1934, Cover art by Joseph Stahley

Mrs. Kerr’s Modern Homemaker, 1943 [magazine de cuisine sur les conserves] / La Domenica del Corriere, 28 dicembre 1958, Cover art by Walter Molino / Mad Magazine #101, March 1966

Radio Times, Easter, 5 April 1980 / Radio Times, December 2008

Effet Droste de niveau 3 ou supérieur

Le motif du magazine pleinement déployé au premier plan permet aux illustrateurs d’atteindre un troisième niveau d’imbrication.

Pictorial Review, May, 1918, Cover art by C. Allan Gilbert / Western Story Magazine, February 28, 1925 / 1001 Radio Questions and Answers – Compiled by the Staff of Radio News, 1929 Edition

Et même un quatrième. On remarquera sur la couverture de Cosmopolitan l’inclinaison du magazine qui provoque un mouvement en spirale déjà remarqué ailleurs.

Cosmopolitan, April 1948 / De Groene Amsterdammer, Donderdag 30 Augustus 2012

Là encore, il ne s’agit pas de comprendre la complexité croissante des images retenues comme une évolution chronologique. L’identification d’une couverture de niveau 3 dès 1918 et d’une autre de niveau 4 en 1948 montre que les illustrateurs ont multiplié les variantes graphiques de l’effet Droste à toutes les époques.

L’effet Droste opère sur ces couvertures de magazines comme sur les emballages de produits. Il s’agit de capter l’attention du lecteur, de l’intriguer, de lui donner envie d’ouvrir le magazine représenté. C’est probablement pour cette raison que les images où des personnages visiblement réjouis lisent le magazine sont les plus fréquentes. Le fascicule est conçu comme un objet convoité dont la lecture donne du plaisir, c’est un produit de consommation.

Exemplaires multiples

L’assimilation du magazine à un produit de consommation est manifeste lorsque les exemplaires du fascicule apparaissent multipliés afin d’être distribués ou vendus. On relève ici l’un des rares exemples d’utilisation explicite de l’effet Droste chez Norman Rockwell.

Tit-Bits, Christmas 1929 / The Saturday Evening Post, December 20, 1941, Newsstand in the Snow, Covert art by Norman Rockwell / John Bull, March 2, 1946, first edition in colour, Cover art by Clixby Watson

L’effet Droste en simple illustration de couverture

Ce n’est que sur quelques rares magazines récents que l’effet Droste s’affranchit de la représentation de la couverture comme conteneur, avec son titre et son cadre. L’illustration est alors une image en abyme sous forme récursive sans référence à la publication où elle apparaît. Le fascicule que l’on tient dans les mains n’est plus un objet exactement reproduit dans l’image.

Byte, April 1979 / Doom Patrol – Il dipinto che divorò Parigi, Magic Press, Aprile 2006

Livres

L’effet Droste semble nettement moins présent sur les couvertures de livres que sur celles des magazines.
Comme pour les magazines pourtant, le procédé est identifiable dès la fin du 19e siècle sur l’un des premiers guides de Londres où une couverture en abyme affiche le même titre que le guide, mais sans aucune image.

Concise Guide to London and Environs, London, J. and R. Maxwell, 1888 Edition

Les couvertures de livres présentent approximativement les mêmes variations que celles identifiées sur les magazines (niveaux 1 et 2 de l’effet Droste, etc.).

Squinty the comical pig, by Richard Barnum, Ill. by Harriet H. Tooker, Ed. Barse and Hopkins, 1915 / À votre bibliothèque, il manquait cet album, Catalogue de conditionnements pour les pharmaciens, circa 1920 / Almanach François, E. Malbos-Guigon, 1939

L’effet paraît avoir été utilisé volontiers sur certains types de publications comme les guides utilitaires, plus rarement sur les ouvrages littéraires.

Stories for all moods. No.3. Selected by Stephen D. Frances, Pendulum Publications 1945, Cover art by Bob Wilkin / Culinary Art, Montreal, Reckitt & Colman (Canada) Ltd, circa 1947 / Flann O’Brien [pseudonyme de Brian O’Nolan], The Third Policeman, MacGibbon & Kee, 1967

Il est bien représenté sur les livres éducatifs destinés aux enfants.

A Ladybird First Book of Hymns and Songs, Revised Edition, Ladybird Books, Series 612, 1969 / I like to write, The Ladybird Key Words Reading Scheme, circa 1969 / Ewa i Feliks Przyłubscy, Litery nauka czytania, 1984

Sur des ouvrages populaires récents écrits par des personnalités publiques.

Kathy Levine, It’s Better to Laugh…Life, Good Luck, Bad Hair Days & QVC, Mass Market Paperback, Pocket, 1996 / Peter Kay, The Book That’s More Than Just a Book, Hodder & Stoughton, 2011

On peut le repérer aussi dans l’édition française sur des ouvrages très divers.

Retraite des fonctionnaires – Guide pratique, circa 2004 / Pascal Ory, L’entre-deux-mai – la crise d’où nous venons, 1968-1981, Alma Éditeur, 2018 [révision de l’ouvrage : L’entre-deux-mai – Histoire culturelle de la France, mai 1968 – mai 1981, publié en 1983]

Édition scientifique

En relation probablement avec la fascination qu’exerce habituellement la récursivité dans l’enseignement des sciences, l’effet Droste a aussi séduit l’édition scientifique. On le retrouve ainsi sur quelques couvertures de livres de mathématiques.

Paul R. Halmos, Naive Set Theory, Springer, 1974 edition, Reedition 1998 [livre] / Ron E. Larson, College Prep Algebra, Cengage Learning, 2013 [livre]

Mais aussi en illustration d’articles ou de couvertures de magazines spécialisés dans d’autres domaines scientifiques.

Mina Bissell, Reproducibility – The risks of the replication drive, Comments, Art by Paul Blow – The Art of Science, Nature, Volume 503, Number 7476, November 21, 2013, page 333 [article scientifique] / Angewandte Chemie, Titelbild – Supersäuren basierend auf Pentafluoroorthotelluraten des Aluminiums, Wiley.ch, Volume 129, Issue 28, July 3, 2017 [magazine scientifique]

Bandes dessinées

La mise en abyme intervient dans la bande dessinée sous plusieurs aspects.

Citations visuelles

Les “histoires en images” de la fin du 19e et du début du 20e siècle font déjà usage d’auto-références similaires à la mise en abyme en littérature. Un personnage s’exprimant dans une histoire dessinée peut ainsi lire une histoire dans laquelle il apparaît2.

[en haut] Cham, Histoire de Monsieur Jobard, Aubert & Cie, 1840, pl. 35, coll. personnelle, Source : Thèse de Camille Filliot, Töpfferiana / Christophe, L’Idée fixe du savant Cosinus, 1893 [le docteur lit les hauts faits de son cousin Agénor Fenouillard] / Luc Leguey, Flemard et Lebuchard, La Jeunesse illustrée, n° 74, 24 juillet 1904. Source Töpfferiana [avec l’aimable autorisation d’Antoine Sausverd]

La citation visuelle la plus célèbre est celle qui apparaît dans l’album Les Cigares du Pharaon des Aventures de Tintin. Dans la version en noir et blanc parue en 1934 dans Le Petit Vingtième, le cheikh Patrash Pasha fait voir à Tintin l’album Tintin en Amérique publié deux ans auparavant. Lors de la première édition en couleurs en 1955, c’est Tintin au Congo qui est présenté. Et lors de l’édition définitive parue en 1964, Hergé nous montre l’album Objectif Lune publié en 1953, introduisant donc un effet d’anachronisme puisqu’à l’époque des Cigares Tintin n’a pas encore vécu les aventures d’Objectif Lune.

Hergé, Les Cigares du pharaon, 1934 / Hergé, Les Cigares du pharaon, réédition de 1964

 

Couvertures de bandes dessinées

L’exercice réalisé précédemment sur les couvertures de magazines peut être reconduit sur les couvertures des comics américains qui utilisent aussi très fréquemment la mise en abyme sous forme récursive. Presque toutes les illustrations recensées dans notre corpus atteignent le niveau 3 de l’effet Droste (voire plus) et la plupart affichent une composition en spirale.

Batman #8, December 1941-January 1942 / Walt Disney’s Comics and Stories #v3#9 (33), June 1943 / Whiz Comics #91, November 1947

Strange Adventures #170, November 1964 / Spoof #1, October 1970 / Shazam #6, October 1973

Rare exemple de bande dessinée francophone parmi une profusion de comics, une couverture de Gai-Luron montre le chien apathique perdu dans une rêverie en forme de “presque effet Droste”.

Gotlib, Gai-Luron en écrase méchamment, La fabuleuse saga de Gai-Luron tome 2, Éditions Audie, Fluide Glacial, 1975 / Action Comics Vol 1 #500, October 1979 / Ghosts #100, May 1981

Alter Ego #4, November 1986 / ‘Mazing Man Special #3, 1990 / ElfQuest – Bedtime Stories, September 1994

Bart Simpson’s Treehouse of Horror, September 1, 1996 / Decay #19, April 2015. Aussie Classics, alternative cover by Tim McEwen / Buffy, The High School Years, Free Comic Book Day, 2017

Le dessinateur belge Dany a employé deux fois le procédé pour illustrer des tomes de sa série humoristique et érotique Ça vous intéresse ?

Dany & Bob de Groot, Ça vous intéresse ?, P&T Production, 1990, réédition en 2007 / Dany, Vous n’avez pas honte, P&T Production, 1994, réédition en 2007

Enfin, la série Abymes réalisée par Valérie Mangin avec différents dessinateurs utilise dans son troisième tome une citation visuelle du premier tome. Toutes les couvertures de la série d’ailleurs montrent un personnage unique devant une galerie de tableaux ou de planches dessinées.

Valérie Mangin & Griffo [Werner Goelen], Abymes, première partie, 2013 / Valérie Mangin & Denis Bajram, Abymes, troisième partie, 2013

Réplication en dernière case

En 1907, le dessinateur Luc Leguey crée une curieuse planche d’histoire en images racontant le mauvais tour effectuée par un jeune garçon sur sa tante. L’ensemble des 12 cases de la planche forme la silhouette du jeune garçon coiffé d’une casquette et riant aux éclats. La dernière case représente la tante victime du gag qui regarde effrayée la planche réduite en miniature mais dans laquelle on distingue clairement le quadrillage des cases et la silhouette du garçon (Sur cet exemple, voir Antoine Sausverd, « Fantaisie » par Luc Leguey, 1er décembre 2011, Töpfferiana.fr.).

Luc Leguey, Fantaisie, La Jeunesse illustrée, n° 243, 20 octobre 1907, Collection Bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Source Töpfferiana [Merci à Antoine Sausverd]

Plusieurs dessinateurs de bandes dessinées ont utilisé ce procédé de mise en abyme par réplication d’une planche ou d’une portion de planche dans la dernière case d’une histoire.

The Beano #648, December 18th, 1954 / Bob De Groot & Turk, Noirs dessins, in Léonard, Génie du bal, Dargaud, 1984 / Mad, September 1994

Dans le récit dessiné

La mise en abyme de l’image intervient quelquefois au cours du récit dessiné.
Dans cette histoire de deux amies fan de comics et de superhéroïnes, non seulement les références à des couvertures publiées antérieurement abondent, mais on retrouve la réplication de la planche en avant-dernière case.

Cat-Fight, Story by Stevie and Jessie, Dialogue Dennis Mallonee, Pencils Jeff Tompkins and Nathan Santistevan, Flare #19, New Color Edition, Heroic Publishing, 2018 [double page]

Flare #32, March 2006, Heroic Publishing / Flare #31, February 2006, Heroic Publishing [parodie de “Freedom from Want” de Norman Rockwell] / Champions #36, Tales of The Champions, Tigress, Heroic Publishing, February 2006

L’effet Droste classique est aussi représenté dans des cases isolées intégrées à un récit. On remarque à nouveau la composition en spirale sur la première image.

Al Williamson, The Aliens, Weird Fantasy #17, 1953, EC Comics, page 36 / Walt Kelly, Ten Ever-Lovin’ Blue-Eyed Years With Pogo, New York, Simon and Schuster, 1959, p. 71 / Pétillon, Jack Palmer, tome 2. Mister Palmer et Docteur Supermarketstein, Les Éditions du Fromage, 1977

Quelques auteurs sont allés au-delà du dessin unique en proposant des histoires construites sur la mise en abyme. C’est le cas parfois du dessinateur américain Paul Kirchner dans son strip d’humour absurde The Bus.

Paul Kirchner, The Bus, 1979 ; repris dans le livre « ‘The Bus », Ballantine, 1987

Dans sa série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves, le dessinateur et scénariste français Marc-Antoine Mathieu est certainement l’un des auteurs qui a exploré le plus loin les possibilités de la mise en abyme dans la bande dessinée3.

Marc-Antoine Mathieu, L’Origine, Série “Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves”, tome 1, 1990, Éditions Delcourt, planche 29

Pochettes de disques vinyles

L’art des couvertures d’albums phonographiques [cover art album] a été inventé vers 1938 par le graphiste Alex Steinweiss qui travaillait alors chez Columbia. Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie phonographique généralise l’usage des pochettes illustrées des disques vinyles, puis dans les années 1950, les graphistes commencent à utiliser l’effet Droste.

On retrouve pour les pochettes de vinyles une panoplie de procédés tout à fait semblables à ceux exposés précédemment à propos des couvertures de magazines et de comics. Le recensement qui suit en reprend les grandes lignes ; il repose en grande partie sur les pochettes rassemblées par le collectionneur Ruud Verkerk dans un article paru en 20164.

Les graphistes ont utilisé deux techniques principales, le montage photographique et le dessin.

Montages photographiques

L’effet “pseudo-récursif”

Il s’agit rappelons-le de mettre en abyme une image dans une autre image mais sans que les deux soient exactement identiques. Pour les couvertures d’albums, la pochette d’Ummagumma de Pink Floyd en 1969 est l’exemple le plus célèbre de cette catégorie. Le groupe réutilisera le procédé pour une compilation de 15 CD en 2007.

Pink Floyd, Ummagumma, 1969 / Pink Floyd, Oh By The Way, Compilation, EMI 15 CD Box, 2007

La version “pseudo-récursive” de l’effet remonte au moins à la fin des années 1950. Elle est toujours utilisée récemment malgré la généralisation de l’effet Droste pleinement récursif.

Sonorama, Le magazine sonore de l’actualité, No.1, Octobre 1958 / Leslie Clio, Eureka, Vertigo 0602547264657, 2015

Miroirs

Fripp & Eno, (No Pussyfooting), Island HELP 16, 1973 / C. Young, Daily’s, JJ Funhouse JJ00, 2014

Effets partiels et effets discrets

La pochette peut être partiellement masquée ou peu visible.

Pierre Arvay, Musiques de Scènes, Teppaz 301, 1958 / Russ David, Where There’s Life, RCA, 1960

La seconde pochette ci-dessous révèle une mise en abyme particulièrement discrète.

Richard Maltby & His Orchestra, Music To Recline By … In A Berkline Chair, RCA Custom, circa 1965 / Pabst Twin Cities Presents Live At Hymie’s, Hymie Records HVR-102, 2016

Effet Droste de niveau 2

Les pochettes présentant un effet Droste de niveau 2 sont nombreuses.

The Ames Brothers, Words And Music With…, RCA Victor LSP-2009, 1958 / Sinterklaasliedjes, Philips EP 422090PE, circa 1960 / Various Artists, Music to Relax by in Your Barcalounger, Produced Especially for BarcaLounger Reclining Chairs, 1961

Agnaldo Rayol, As minhas preferidas,1968 / Bob Hudson and Glenn A. Baker Present : Antipodean Atrocities, 1985 / DJ Battle Presents, The Finest Music To Make Love; In Bed With DJ Battle, 2011

Effet Droste de niveau 3 ou supérieur

Et plus encore celles qui présentent un effet de niveau 3 ou plus.

The Ruby Braff-Marshall Brown Sextet, United Artists UAL-4093, 1960 / Alex Welsh & His Band, It’s Right Here For You, Columbia 33SX-1322, 1961 / Frieda Dams Presenteert Congratulations, circa 1965

Various Artists, Sound Off… Softly, Columbia Special Products CSP-244, 1965 / The Great Imposters, You Asked For It, circa 1975 / Déjà Vu, Between The Leaves, 1976

Music For A summer Barbecue, EMI-Capitol CD, 1998 / The Handsome Harry Company, Blue Evergreen, 2003 / Ivan & The Parazol, The All Right Nows, 2015

À partir des années 1970, les graphistes produisent quelquefois des pochettes surchargées où l’effet devient envahissant.

Lynn Anderson, Jardin De Rosas, CBS 5360, 1971 / Neil Innes, Taking Off, Arista Sparty 1004, 1977 / Gary O’Connor, Gary O’, Capitol ST-12157, 1981

The Damned, White Rabbit, Big Beat single NS 85, 1983 / Darwin’s Radio, Template For A Generation, D DR003, 2009 / Kyle Cease, I Highly Recommend This, Comedy Central DVD CCR 0095, 2012

Pochettes multiples

Plus discrètes, quelques images présentent plusieurs fois la pochette en abyme. La couverture du disque de Count Basie reprenant des chansons des Beatles reste mémorable.

Red Nichols And His Five Pennies, The Red Nichols Story; For Collectors Only, Brunswick BL-54008 1954 / Count Basie, Basie’s Beatle Bag, Verve V68658, 1965

Dessins

Les pochettes dessinées paraissent relativement moins nombreuses.

Various Artists, Si nous dansions en 16 tours n° 7, President Hifi Records, illustration de Pierre-Laurent Brenot, circa 1960 / Zing ze Maar Mee, Philips EP 422527NE [disque pour enfants], circa 1960 / Boudewijn De Groot, Picknick, Decca NU 370 016, 1968

Leonid Hambro And Gershon Kingsley, Switched-On Gershwin, Avco 11004-598, 1972 / Depeche Mode, Dreaming Of Me, Mute single 013, 1981 / Voxpop, 1981

The Smurfs, Best Of Friends, Starland ARI 1027, 1982 / Blancmange, Blind Vision, London Records, 1983 / The Candy Skins, Circles, Ultimate single TOPP 048, 1996

Sleevefaces et bookfaces

Très peu de pochettes de disques affichant un effet Droste recourent à une image différente de la pochette elle-même. La plupart du temps, par un phénomène de réification déjà observé sur les magazines ou les livres, l’image en abyme est très exactement le produit culturel que l’on tient entre les mains, le disque dont on voit la pochette. Là encore, l’effet participe clairement à la promotion du produit.

Apparu en 2006, le phénomène internet du sleeveface exploite la matérialité des pochettes de disques vinyles pour proposer une autre forme de mise en abyme. Un sleeveface est une photographie dans laquelle une ou plusieurs personnes masquent leur visage ou une autre partie de leur corps avec une pochette de disque. La position de l’objet doit être ajustée afin de créer une illusion de continuité entre l’image figurant sur la pochette et le reste du corps non masqué. On peut trouver sur le Web de nombreuses collections de sleevefaces (voir par exemple ce groupe Flickr).

sleeveface by Husky, Frank Zappa, Sheik Yerbouti, April 5, 2008, Flickr, Licence Creative Commons / sleeveface (c) Sophie Bib, Judith Blegen and Pinchas Zukerman, Mozart, Exsultate Jubilate, K. 165, août 2014 / sleeveface (c) Sophie Bib, Mink Deville, Sportin’ Life, février 2015

À partir de 2012, le phénomène a été transposé aux couvertures de livres sous le nom de bookfaces. Les créations de la librairie Mollat à Bordeaux notamment retiennent l’attention.

bookface (c) Librairie Mollat, Charlaine Harris, Une mort certaine, août 2016 / bookface (c) Librairie Mollat, Rita Steininger, I litigi que fanno crescere, août 2016 / bookface (c) Librairie Mollat, Camille de Peretti, Blonde à forte poitrine, février 2017

Slevefaces et bookfaces suivent le modèle du “tableau dans le tableau”. Ce sont des mises en abyme sous une forme liée forte puisque l’image contenante possède par construction un rapport étroit avec l’image insérée.

Deux images que l’on doit à des artistes bien différents préfigurent ces créations modernes.

The Saturday Evening Post, March 1, 1941, Cover Girl, Cover art by Norman Rockwell / Robert Doisneau, La partition, 1959, (c) www.robert-doisneau.com

La couverture réalisée par Norman Rockwell en 1941 pour The Saturday Evening Post est une citation visuelle d’un numéro (fictif) du magazine où l’illusion de continuité parachève le lien de la mise en abyme classiquement établi par la répétition du titre de l’hebdomadaire.
Il est difficile de savoir si la photo de Doisneau lui a été inspirée par l’illustration de Rockwell. Elle appartient à la même série que celle déjà mentionnée où Maurice Baquet apparaît récursivement dans un cadre avec un effet de spirale. Ces deux photos montrent en tout cas que Doisneau a expérimenté des effets de mise en abyme au-delà des jeux plus classiques sur les miroirs, les portes et les fenêtres.

Une enquête ouverte

L’enquête visuelle de cet article couvre certainement l’essentiel du champ iconique où intervient la mise en abyme de l’image fixe. Il existe d’autres objets illustrés où le procédé est employé de manière marginale. Mais le travail de recherche sur ces objets mal documentés en images devient vite incertain et les quelques rares exemples que l’on peut espérer retrouver ne changeront guère nos conclusions. Deux dernières images concluront l’analyse de ce (long) corpus qui demeure donc ouvert.

Le panneau de fond d’un flipper commercialisé en 1996 affiche sur sa droite une image en abyme tronquée (solution ingénieuse qui permet juste d’“amorcer” la récursivité).

Breakshot Pinball, Capcom Coin-Op, Incorporated – Backglass, 1996, Design by Greg Kmiec, Art by Stan Fukuoka, Image Courtesy of Robert Winter

Et enfin, clin d’œil au nom de ce blog, la pochette du jeu vidéo Déjà Vu édité en 1990 dans sa version sur la plate-forme Nintendo.

Jeu Déjà Vu, version Nintendo, 1990

Le vertige banalisé

Dans l’article “mise en abyme” de l’Encyclopædia Universalis, Lucien Dällenbach rappelle évidemment l’origine du concept chez André Gide. En appui à ses nombreuses références littéraires, deux images seulement illustrent son propos : le tableau des Arnolfini de van Eyck et l’affiche publicitaire pour La Vache qui rit dessinée par Benjamin Rabier. Ces images comme nous l’avons rappelé ne sont d’ailleurs pas mentionnées par l’écrivain.

Ce choix iconographique minimal effectué par le principal théoricien français du sujet est extrêmement significatif. Il montre à quel point la visualisation du concept de mise en abyme se concentre sur deux catégories d’images : les références picturales classiques et leurs représentations de miroirs, et les illustrations populaires de l’effet Droste.

Dans ces deux grands “continents” iconographiques que sont l’art pictural classique et la culture populaire, les formes de mises en abyme sont pourtant très inégalement réparties.

Presque toutes les œuvres de l’art classique utilisent les formes libres et liées de la mise en abyme ; la figuration de miroirs, de “tableaux dans le tableau”, de portes ou de fenêtres constituent les procédés habituellement employés par les peintres. En revanche, la forme récursive est apparemment très peu représentée, à l’exception notable du Triptyque de Giotto en peinture et des figurations de donation de l’œuvre sur certains vitraux du Moyen Âge. Il faut attendre Le Visage de la Guerre de Dalí en 1940 pour qu’un représentant du “grand art” – celui qui s’expose – s’empare à nouveau du procédé. Or à cette époque, les exemples de formes récursives étaient déjà très nombreux dans la publicité ou sur les magazines, et ils ont probablement inspiré l’artiste surréaliste tout autant que les rares références classiques.

Les formes libres et liées sont également bien représentées dans la culture populaire ; le procédé du reflet dans un miroir en particulier est abondamment utilisé dans l’édition populaire (magazines, bandes dessinées). La forme récursive est apparue d’abord dans la publicité (étiquettes de boîtes de cigares, produit Amboline) puis sur les couvertures de magazines à la fin du 19e siècle. Elle est plus ancienne qu’on ne l’avance habituellement, puisqu’elle est attestée une bonne trentaine d’années avant l’effet figuré sur la boîte de cacao Droste. La forme récursive de la mise en abyme que l’on connaît actuellement sous le nom commode d’effet Droste est une création moderne sans relation avec les procédés de mises en abyme de l’art classique. L’effet en question a connu à partir du début du 20e siècle une très grande diffusion dans la publicité (packaging, affiches publicitaires) et l’édition populaire (magazines, livres, bandes dessinées, pochettes de disques, etc.). Plusieurs formules graphiques de cet effet peuvent être distinguées dans l’abondante production relevée : discret (étiquettes de boîtes de cigares), partiel, envahissant, selon le niveau d’imbrication (2, 3 ou plus), pseudo-récursif lorsque l’image répliquée n’est pas tout à fait identique, etc.

La figuration de plusieurs niveaux d’imbrication a conduit les illustrateurs à incliner l’image répliquée de façon à créer un effet de spirale. Cette formule graphique est identifiable sporadiquement depuis 1910 environ, mais surtout à partir des années 1950. Elle a connu depuis un grand succès qui ne peut donc pas être attribué complètement à la lithographie Print Gallery de M. C. Escher qui date de 1956.

Blue Book, September 1911 / Whiz Comics #91, November 1947 / Cosmopolitan, April 1948 / Nickel Ad, It’s right in front of your eyes, Modern Mechanix, October 1950 / Al Williamson, The Aliens, Weird Fantasy #17, 1953, EC Comics, page 36 / M. C. Escher, Print Gallery, lithography, 1956

L’effet Droste en spirale contribue à la fascination envers la mise en abyme en suggérant à l’œil un vortex d’abîme, c’est-à-dire quelque chose qui donne le vertige – ce qui n’est pas sans rappeler l’association stéréotypée entre mise en abyme et vertige repérée dès l’apparition du concept dans la critique littéraire5.

Pourtant, qu’il s’agisse d’emballages publicitaires, de couvertures de magazines ou de livres, de pochettes de disque, etc., presque toutes les images qui présentent un effet Droste mettent en avant un objet commun. La figure convenue est celle d’un personnage de l’image qui tient en main l’objet que le spectateur a lui aussi entre ses mains. On touche là une sorte de paradoxe de la mise en abyme sous forme récursive. Supposé donner le vertige et suggérer une idée de l’infini (dénombrable), le procédé devient lourd, prosaïque, entièrement orienté vers l’objet à promouvoir (produit, magazine, livre, etc.). Le regard reste rivé à cet objet fini et banal alors que l’esprit aurait dû voguer vers l’infini, le sublime. Par l’insistance sur une même image, la mise en abyme de forme récursive devient vite narcissique et triviale. C’est peut-être ce que les artistes classiques avaient bien remarqué et qu’ils ont su éviter.

[article en deux parties: partie 1, partie 2]

Merci à Sophie Cornière [Sophie Bib], Deborah Davis & Randy Ludacer [Beach – Branding and packaging design], Guillaume Doizy [Caricatures & Caricature], Claude Estebe, Christine Genin, Marie Lavin, Sylvie Lebleu, La Librairie Mollat à Bordeaux, Antoine Sausverd [Töpfferiana.fr], Ruud Verkerk [Musiceureka] pour leur aide et autorisations de reproduction de leurs images.

Mise à jour du 10 juillet 2018

Philippe Bousquet [Artifex in Opere] vient de mettre à jour son article sur l’effet Droste avec de très beaux nouveaux exemples.
Un point de détail : l’image Alice au travers du miroir, très souvent présentée comme une carte postale du début XXe siècle, est en fait une création moderne à partir d’une photographie de la “reine de la natation” Dolly Adams (source The New York Public Library, 1 & 2).

Références

  1. Sur les swipes, voir mon article : « De Superman à Wittgenstein » – les ressemblances de famille et imitations d’un célèbre dessin, 27 février 2015. []
  2. Références : Camille Filliot, La bande dessinée au siècle de Rodolphe Töpffer, Suivi d’un catalogue des albums et feuilletons publiés à Paris et à Genève (1835-1905), Université Toulouse 2-Le Mirail, 2011. Publiée sur Töpfferiana.fr; Antoine Sausverd, « Fantaisie » par Luc Leguey, 1er décembre 2011, Töpfferiana.fr. []
  3. Le travail étonnant de Marc-Antoine Mathieu a inspiré plusieurs études : Isabelle Martin, Comment la bande dessinée de Marc-Antoine Mathieu, “L’Origine”, renouvelle le concept de mise en abyme déjà présent dans la littérature ?, Travail présenté à M. Jacques Samson dans le cadre du cours “Bande dessinée”, UQAM, décembre 1997 [archivé sur archive.org] ; Adrien Genoudet, Percer l’œuvre de Marc-Antoine Mathieu, Fovéa, 10 juin 2013 ; Sylvain Lemay, L’Origine de Marc-Antoine Mathieu, ou Le surcroît de l’œuvre, MEI (Médiation et Information), n°26 “Poétiques de la bande dessinée”, 2007 [PDF]. []
  4. Ruud Verkerk, Musiceureka – collecting vinyl in a special way, March 16, 2016, catégorie Droste Effect. []
  5. Claude-Edmonde Magny en 1950 parle ainsi déjà de “vertige métaphysique” (op. cit., p. 244) et de “l’abyme que l’entendement ne peut contempler sans vertige” (p. 250). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.