Le regard masculin dans les premières publications populaires américaines (1840-1920) [3/3]

 (précédente)  [Article en trois parties:  P1,   P2,   P3]

3. Les regards échangés entre les personnages représentés

Cette section décrit des tropes visuels où des personnages figurés dans l’illustration échangent des regards. Les regards qui se croisent dans ces images fixes sont analogues aux regards “intradiégétiques” échangés par les acteurs dans un film.

Salut galant, aide [dimes, magazines]

Les dime novels et les premiers magazines généralistes apprécient les scènes galantes représentant un homme saluant une femme (qui parfois retourne le salut) ou l’attention d’un homme serviable qui aide une femme.

Waverley Library, The Country Cousin, July 27, 1880 / Beadle’s New Dime Novels, The Double Hero, November 8, 1881 / The Saturday Evening Post, November 11, 1900

Waverley Library, The Baronet’s Secret, September 7, 1880 / The Arm Chair Library, Sweet is True Love, no. 65, October 1894 / Tip Top Weekly, November 19, 1898

Regards réciproques, séduction avec apparent consentement [dimes, magazines, pulps]

Les regards réciproques échangés par un homme et une femme, dans un jeu de séduction apparemment consenti, constituent l’un des principaux tropes visuels. Il est présent dans tous les types de magazines étudiés. Dans les dimes novels tout d’abord, ces attitudes énamourées s’expriment dans toutes les classes de la société de la conquête de l’Ouest : bourgeois, cow-boys, et même entre un Indien et une femme blanche.

Beadle’s New Dime Novels, The Trail Hunters, January 6, 1880 / Waverley Library, Alone in the World, January 13, 1880 / Waverley Library, Leap Year, April 20, 1880

Waverley Library, Was She a Coquette, May 18, 1880 / Waverley Library, Sir Archer’s Bride, July 20, 1880 / Beadle’s Half Dime Library, The Buckskin Bowers, September 20, 1887

Dans les magazines, à la différence des dimes, seuls les couples des classes sociales privilégiées échangent des regards de séduction, la plupart du temps romantiques, mais aussi parfois franchement érotisés. Pour ces magazines, les gens des classes populaires ne tombent pas amoureux. On remarque aussi que la femme sourit parfois avec la bouche entrouverte – mais jamais l’homme ! – brisant là encore le code artistique déjà évoqué de la bouche toujours fermée dans la représentation des hauts personnages.

The People’s Home Journal, January 1899 / Life, September 20, 1900 / Puck, April 2, 1902

image 19-04 – Charles Dana Gibson, The Weaker Sex, Scribner’s Magazine, 1903 / Collier’s, September 5, 1908 / American Sunday Monthly Magazine, May 7, 1910

image 19-05 – The Woman’s Magazine, July 1910 / Judge, August 5, 1911 / The Modern Priscilla, December 1913, Cover art by A.R. Thayer

The Ladies’ Home Journal, January 1915 / Cosmopolitan, February 1918, Cover art by Harrison Fisher / Life, May 13, 1920

On repère aussi la figuration du sourire féminin bouche entrouverte lors des échanges de regards dans les pulp magazines.

Golden Argosy, February 5, 1887 / The Argosy, November 1905 / The Blue Book Magazine, May 1910

People’s Ideal Fiction Magazine, September 1910 / The Blue Book Magazine, September 1919 / The Blue Book Magazine, December 1920

Regards réciproques, séduction avec apparent consentement [saucy]

Dans les saucy pulps, les regards de séduction sont romantiques et quelquefois “polissons”. Comme pour les autres types de magazines, le sourire féminin bouche entrouverte est également présent.

Young’s Magazine, April 1909 / Young’s Magazine, December 1909 / Yellow Book n° 6, 1910

[On remarque à nouveau une mise en abyme de l’image sur la troisième illustration].

Young’s Magazine, April 1913 / Young’s Magazine, September 1913 / Breezy Stories, July 1917

Regard masculin de désir [dimes, magazines, pulps]

Les regards échangés entre un homme et une femme peuvent être interprétés d’une toute autre manière, non plus comme un jeu de séduction mais comme un exemple archétypal du male gaze. Les regards sont alors “asymétriques” : l’homme observe la femme, son regard est insistant, scrutateur, visiblement chargé de désir, tandis que l’attitude de la femme semble indiquer qu’elle se sait observée et désirée. Ce trope visuel est repérable dans tous les types de publications.

Le regard masculin de désir s’exprime dans les classes populaires comme chez les bourgeois (qui peuvent convoiter une femme indienne).

image 20-01 – Ainslee’s, February 1898 / Ainslee’s, June 1913 / The Popular Magazine, September 1914

Il est surtout très fréquent dans la haute société.

The Saturday Evening Post, July 19, 1902 / The Saturday Evening Post, April 7, 1906 / Life, February 1908, Cover art by Clarence Coles Phillips

Il se manifeste au spectacle ou lors de réceptions.

image 20-03 – Truth, February 1901 / Ainslee’s, December 1909 / Ainslee’s, April 1910

Dans la vie courante, en particulier en auto, dans les transports.

The Popular Magazine, June 1909 / Motor, September 1917 / Illustration for ‘Wash Your Own Dishes’ by William Almon Wolff, art by Charles David Williams, Collier’s, January 24, 1920

Au sport, à la plage.

The People’s Home Journal, October 1898 / The Woman’s Magazine, July 1910 / Chicago Ledger, June 20, 1914

Le regard masculin de désir apparaît parfois concupiscent, et dans certaines situations, clairement inconvenant.

Woman’s Home Companion Magazine, November 1908 / Life, June 23, 1910 / All-Story Weekly, September 14, 1918, Cover art probably by Harry T. Fisk

Life, January 13, 1887 / Truth, May 13, 1893 / The Deadwood Dick Library, Deadwood Dick’s mission, May 9, 1900

Regard masculin de désir [saucy]

On retrouve dans les saucy pulps les mêmes expressions du regard masculin de désir.

Young’s Magazine, January 1905 / Young’s Magazine, August 1906 / Snappy Stories, April 1919

Baiser [magazines, pulps, saucy]

Les magazines et les pulps affichent des couples qui s’embrassent. Les regards réciproques des personnages ne sont plus manifestes, les yeux sont clos comme il se doit. Le lecteur peut imaginer facilement qu’il s’agit d’un premier baiser romantique. Son regard tiers s’invite dans ce qui paraît une conclusion d’un jeu de séduction ; ce trope visuel pourrait aussi figurer dans la catégorie précédente “regard du lecteur”.

Collier’s, July 25, 1903 / Ainslee’s, September 1905 / The Saturday Evening Post, July 27, 1907

Life, July 8, 1909 / Judge, November 11, 1911 / National Monthly, December 1911

Life, June 25, 1914 / All-Story Weekly, November 11, 1916 / Cartoons, February 1919

Il existe aussi des exemples (rares) de scènes de baiser atypiques, par exemple lorsque le baiser est manifestement contraint, donné par un goujat contre la volonté de la jeune femme (image 1), ou lorsque le baiser est rêvé, fantasmé, irréel (image 2).
Les saucy pulps ont curieusement très peu représenté de scènes de baiser (image 3), activité sans doute trop romantique pour ces publications friponnes.

Life, November 1904 / Judge, Smokers’ Number, September 11, 1911 / Ten Story Book [saucy pulp], September 1915

Importun, envahissement de l’espace privé [dimes, magazines, pulps, saucy]

Tous les types de publications connaissent la figure de l’importun envahissant l’espace privé d’une femme, du dragueur lourdaud et empressé qui tente de séduire. Variante active du scrutateur au regard empli de désir, il est reconnaissable dans les dime novels dès la fin du 19e siècle.

Waverley Library, The Bouquet Girl, June 8, 1880 / Waverley Library, Pledged to Marry, August 17, 1880 / The Deadwood Dick Library, Jim Bludsoe, Jr., May 24, 1899

Et dans les magazines généralistes, à la même époque et plus tardivement encore.

Harper’s Weekly, July 15, 1865 / Life, July 17, 1884 / Life, September 3, 1891

The Saturday Evening Post, June 17, 1899 / The Saturday Evening Post, September 23, 1905 / Life, December 27, 1906

Smith’s, March 1912 / People’s Favorite Magazine, October 25, 1917 / Judge November 6, 1920

La figure de l’importun est proche de celle du voyeur (décrite plus loin).

Charles Dana Gibson, When My Ship Comes In, Hearst’s Magazine, 1914 / The Delineator Magazine, June 1919

L’importun est présent également dans les pulp magazines de fiction et les saucy pulps. Dans les pulps, il est souvent inquiétant, ce n’est plus seulement un importun mais un criminel ou un violeur menaçant sa victime.

The Argosy, April 20, 1889 / The All-Story, The Savage, December 1912 / All-Story Weekly, November 25, 1916

Breezy Stories, July 1918 [saucy] / The Thrill Book, June 15, 1919 / The Blue Book Magazine, May 1920

Séduction contrainte [journaux, pulps, saucy]

Les scènes représentant une femme contrainte de céder à un homme sont rares. Elles n’existent pas bien sûr dans les magazines généralistes qui n’aiment pas les scènes désagréables. Elles sont inhabituelles dans les pulps de fiction qui n’hésitent pourtant pas à croquer des personnages masculins casse-pieds avec les femmes. La première image est extraite d’un journal datant de 1842, elle est l’une des plus anciennes du corpus d’étude.

The Rake, The Victim of Seduction, September 3, 1842 [journal] / All-Story Weekly, February 12, 1916 [pulp] / Ten Story Book, April 1918 [saucy]

Infidélité, jalousie [journaux, dimes, magazines, pulps]

Le trio classique où le mari hors de lui surprend la femme infidèle tandis que son amant se cache comme il peut est l’objet d’une illustration parue également dans un journal de 1842.

The New York Sporting Whip, January 28, 1842

Les dime novels ont abondamment illustré de telles scènes d’infidélité et/ou de jalousie à trois personnages. À la différence de la scène de l’image précédente, ces illustrations figurent toujours des situations où les amants sont surpris par un homme ou une femme avant que celui/celle-ci ne provoque l’esclandre. L’attitude et le regard du protagoniste jaloux ou trompé marquent avec emphase ses sentiments.

Beadle’s Dime Novels, The White Brave, June 18, 1872 / Waverley Library, A Daughter of Eve, December 30, 1879 / Waverley Library, A Loyal Lover, March 9, 1880

Waverley Library, His Idol, March 16, 1880 / Waverley Library, Blind Devotion, August 24, 1880 / Waverley Library, His Heart’s Mistress, October 19, 1880

Ces scènes sont bien moins nombreuses dans les magazines et les pulps.

Tip Top Weekly, June 2, 1906 / Tip Top Weekly, August 31, 1907 / The Cavalier, August 3, 1912

Homme seul et groupe de femmes [dimes, magazines, pulps, saucy]

La représentation d’un homme seul en compagnie de plusieurs femmes ne constitue pas un trope visuel homogène. On peut distinguer dans ces illustrations plusieurs significations différentes selon le nombre de personnages féminins et le jeu des regards échangés.

Avec deux femmes seulement à l’image, c’est le plus souvent le jeu de la séduction et l’hésitation entre deux aguicheuses qui est représenté, comme dans le premier dessin remarquable de Gibson où le regard de l’homme alterne d’une séductrice à l’autre. La scène peut aussi être beaucoup plus guindée (image 2).

Charles Dana Gibson, The Weaker Sex, probably Scribner’s Magazine, circa 1903 / Life, April 4, 1907 / Life, Feminist Number, June 4, 1914

La plupart du temps cependant, le petit groupe formé par un homme et deux jeunes femmes laisse transparaître une grande complicité, voire un jeu de séduction partagé. Sur plusieurs images, la connivence et la joie de vivre s’expriment par une caractéristique déjà rencontrée, les jeunes femmes sourient bouches entrouvertes.

The Ladies’ World, May 1906 / The Delineator, September 1908 / Collier’s, July 17, 1909

McCall’s Magazine, October 1913 / The Ladies Home Journal, August 1914, Cover art by Harrison Fisher / The Parisienne, Boulevards Pub. co. Inc., New York, March 1916 [saucy pulp]

Le groupe peut aussi impliquer un plus grand nombre de femmes. Là encore, les regards échangés entre les différents personnages laissent croire à un jeu de séduction librement consenti et partagé.

Waverley Library, Because She Loved Him, October 5, 1880 [dime novel] / Judge, The Rising Generation, January 25, 1900, Cover art by John Holmgren / The Modern Priscilla, July 1914

Quelques images allégoriques sont cependant clairement sexistes. Les femmes y sont figurées comme des proies interchangeables, des objets de tentation pour le mâle. La première image un peu dérangeante que l’on doit au grand illustrateur Montgomery Flagg revisite ainsi l’histoire d’Eve et du pommier.

Life, September 21, 1905, Cover art by James Montgomery Flagg / All-Story Weekly, June 14, 1919

Dans la même veine phallocentrique, l’homme est quelquefois figuré comme un véritable coq entouré de jolies demoiselles agitées. Son regard demeure hautain ou détaché tandis qu’il est convoité par les jeunes énamourées.

The Ladies’ Home Journal, June 1908 / Life, December 17, 1908 / Judge, Holding Up the Male, February 1, 1919

Le macho de papier peut encore manifester d’autres attitudes face à une multitude de jeunes femmes empressées, il peut être craintif ou audacieux.

Life, Held by the Enemy, November 24, 1910, Cover art by James Montgomery Flagg / Life, The Daredevil, August, 14, 1919

Femme seule et groupe d’hommes [dimes, magazines, pulps]

De la même manière, la représentation inversée d’une femme seule en compagnie de plusieurs hommes ne forme pas un trope visuel homogène.

Ce ne sont pas toujours les jeux de séduction entre les sexes qui sont évoqués. Ainsi, les dime novels représentent volontiers une femme seule confrontée à un monde où le pouvoir et la force sont presque exclusivement masculins.

The Nugget Library, Swipes in Boston, May 7, 1891 / Beadle’s Half Dime Library, March 15, 1892

Les jeux de séduction demeurent cependant les plus représentés dans les magazines et les pulps. Comme dans la configuration inverse, le petit groupe formé par une jeune femme et deux hommes laisse parfois transparaître une grande complicité, ou même un jeu de séduction partagé. D’autres images par contre semblent plutôt une déclinaison de la figure du séducteur lourd et insistant, cette fois dédoublée.

Life, September 5, 1907 / Life, The Sand Witch, July 22, 1909, Cover art by Cole Phillips / The Popular Magazine, October 1910

Collier’s, July 29, 1911 / Puck, January 1912 / Puck, August, 1913

The American Magazine, November 1913, Cover art by Walter Dean Goldbeck / Good Housekeeping Magazine, July 1915, Cover art by Coles Phillips / All-Story Weekly, June 19, 1920

Lorsqu’une femme est représentée avec plus de deux hommes, ces derniers conservent leur maintien et l’observent à distance, ils ne sont pas agités comme le sont les demoiselles dans la figure inverse décrite précédemment. La femme entourée par plusieurs hommes est une aguicheuse dangereuse, l’homme entouré par plusieurs femmes est un charmeur.

Tip Top Weekly, March 2, 1907 / Life, The Three Wise Men, December 3, 1908 / The Blue Book Magazine, June 1910

The Cavalier, One Woman’s Battle, October 1911 / Tip Top Weekly, January 13, 1912 / Frankie and Jenny, The American Magazine, 1913, Art by Rudolph F. Schabelitz

Dans les représentations allégoriques, la jeune femme convoitée peut être hésitante, mais elle sait toujours demeurer impassible. La tentatrice mène le jeu de la séduction.

Life, Her Heart, October 20, 1904 / Life, March 26, 1908

Les illustrateurs peuvent utilisent des compositions allégoriques similaires pour évoquer la baigneuse émoustillante ou la jeune diplômée qui doit s’orienter dans un monde du travail masculin. Dans ces deux registres opposés, l’un sexiste et l’autre féministe, la jeune femme braque invariablement sur elle tous les regards masculins.

Life, July 18, 1907, Cover art by Henry Hutt / Life, Choosing Her Profession, June 24, 1915

Femme seule et groupe d’hommes [saucy]

Sans surprise, la femme seule entourée d’hommes dans les saucy pulps est plus qu’une séductrice, c’est une fille légère, une entraîneuse.

The Parisienne, Boulevards Pub. co. Inc., New York, November, 1915 / Breezy Stories, July 1916 / Ten Story Book, April 1919

Allégories du pouvoir de séduction de la femme [magazines]

Plusieurs magazines – Life tout particulièrement – ont utilisé des compositions allégoriques variées où les personnages féminins contrôlent le jeu de la séduction tandis que les personnages masculins le subissent. D’emblée dans ces images les tailles respectives des personnages symbolisent leur rapport de pouvoir, la femme est toujours représentée bien plus grande que l’homme.

La femme est inaccessible, les hommes sont des pantins ridicules, des petites choses insignifiantes.

Life, October 29, 1908 / Life, August 26, 1909

The Weaker Sex, illustration by Charles Dana Gibson, circa 1903 / Judge, His First Call, April 26, 1913

La femme s’amuse, l’homme est un jouet qu’elle manipule selon son désir.

Life, February 5, 1903 / Life, August 5, 1909, Covert art by Coles Phillips / Ainslee’s, November 1910

Life, Man, January 18, 1912 / Judge, The Magnet, December 14, 1912, Cover art by Valentine Sandberg / Puck, A Live Wire, August 8, 1914, Cover Art by Modest Stein

À ce jeu dangereux, la femme est toujours la plus forte, elle sait tendre des pièges où les hommes se laissent prendre facilement.

Life, Net Results, August 24, 1911, Cover art by Coles Phillips / Life, January 23, 1913

Allégories du pouvoir de séduction de la femme [saucy]

Comme à leur habitude, les saucy pulps suivent le mouvement initié par les magazines généralistes. Ils présentent des illustrations dans la même veine allégorique en accentuant encore l’assujettissement de l’homme. Le jeu de pouvoir de la femme légère des saucy n’est pas uniquement celui de la séduction, c’est aussi un jeu de domination.

Ten Story Book, February 1905 / Ten Story Book, November 1906 / Ten Story Book, April 1914

Ten Story Book, December 1914 / Ten Story Book, January 1915 / Snappy Stories, January 1917

Spectacle [magazines, saucy]

Certaines illustrations figurant des scènes de spectacles et publiées en couvertures de magazines ou de saucy pulps se ressemblent parfois. Elles sont apparemment destinées à satisfaire le regard du lecteur masculin. Mais elles ne relèvent pas uniquement de ce dernier type de regard. Elles figurent aussi des échanges de regards entre les personnages figurés.

Blue Pencil Magazine, September 1900 [magazine issu d’un spectacle] / Ten Story Book, January 1913 [saucy] / Ten Story Book, October 1918 [saucy]

The Chicago Ledger, April 17, 1909 [magazine] / Harper’s Weekly, December 23, 1911, Cover art by Coles Phillips [magazine] / The Parisienne, Boulevards Pub. co. Inc., New York, September 1915 [saucy]

Voyeurs [journaux, magazines]

Les premiers dessins représentant des voyeurs sont publiés comme “cartoons” humoristiques dans les journaux dès 1842.

The Weekly Rake (New York), vol.1, no. 4, July 8, 1842, couverture [détail] et page 2 [détail]

Dix ans plus tard, il est probable que cette lithographie célèbre de David Claypoole Johnston a été publiée aussi comme cartoon dans la presse ; elle montre l’hypocrisie de la société américaine puritaine lors de la visite aux États-Unis de la danseuse Lola Montes.

David Claypoole Johnston, Lola Has Come – Enthusiastic Reception of Lola by an American Audience, Lithograph, 1852

Les magazines généralistes présentent plus tard des voyeurs plutôt inoffensifs.

Puck, Football is a brutal game, November 12, 1913 / Vanity Fair, November 1914, Cover art by Frank X. Leyendecker / Judge, A Colored Gentleman, September 4, 1920

Voyeurs [saucy]

Les voyeurs des saucy pulps en comparaison sont un peu plus égrillards.

The Parisienne, Boulevards Pub. co. Inc., New York, August 1915 / Breezy Stories, March 1916 / Snappy Stories, November, 1917

Ten Story Book, August 1918 / Ten Story Book, June 1919

4 – Les magazines de police

Les deux dernières sections décrivent des publications “scandaleuses” si particulières par rapport aux types de publications examinés auparavant qu’il nous a paru plus clair de les traiter à part.

Les journaux publiant des reportages sur le crime et sur les activités de la police sont apparus à Londres et en Irlande dès le 18e siècle. Ils étaient destinés à aider les policiers dans leurs investigations. À partir de 1823 et durant deux brèves années, The Terrific Register élargit l’audience en publiant, pour un public populaire, des histoires fabuleuses de crimes sordides illustrées de gravures sur bois. En 1842, The Illustrated London News invente un véritable type nouveau de publication, le journal illustré, qui sera bientôt concurrencé par d’autres titres. La presse américaine s’inspire de la formule et crée trois “magazines de police”, c’est-à-dire des publications destinées au grand public et abondamment illustrées, relatant sous forme romancée des crimes ou des faits de sociétés scabreux :

  • The National Police Gazette, publié à New York de 1845 à 1977 (avec des interruptions)1. À partir de 1922, le magazine introduit la photo et n’utilise pratiquement plus les illustrations dessinées.
  • The Illustrated Police News, publié à Boston, Massachusetts, de 1860 environ à 1904. Ce titre ne doit pas être confondu avec le magazine britannique de même nom, créé plus tardivement.
  • The California Police Gazette, publié à San Francisco de 1859 à 1877.

Les magazines français axés sur le crime sont plus récents – Les Faits-divers illustrés [1905-1910] et L’Œil de la police [1908-1914] sont les plus connus.

Ces magazines sont destinés à un public masculin. À côté d’articles sur le sport – tout particulièrement sur la boxe – ils prétendent décrire une certaine réalité sociale en choquant le lecteur avec des articles et des illustrations transgressives (crime, violence, scandales, sexe, sensationnel).

On retrouve dans ces publications des tropes visuels similaires à ceux décrits ci-dessus, mais ils sont toujours plus provocants. Les illustrations qui présentent des jeunes femmes sont invariablement outrancières et racoleuses.

Les femmes représentées sont des guerrières, des bagarreuses (voir aussi plus loin).

The Illustrated Police News, May 12, 1877 / The Illustrated Police News, January 3, 1885 / Minerva, a strongwoman, The National Police Gazette, 1896

Elles sont modernes. Non seulement elles achètent des pantalons, mais elles servent au café en patins à roulettes. Elles ne sont pas racistes – noires et blanches ensemble, elles célèbrent la victoire d’un candidat aux élections.

The Illustrated Police News, March 10, 1877 / The National Police Gazette, April 12, 1884 / The Illustrated Police News, September 17, 1892

On retrouve des baigneuses.

The National Police Gazette, August 18, 1888 / The National Police Gazette, Festive Footlight Fairies Frolic, circa 1895 / The Illustrated Police News, Juy 31, 1896

Des demoiselles sexy, provocantes, en tenues légères.

The Illustrated Police News, December 29, 1877 / The Illustrated Police News, May 10, 1884 / The National Police Gazette, At Gay and Crowded Newport, circa 1895

The National Police Gazette, Exhibited Her Form – Hid Her Features, circa 1895 / The National Police Gazette, July 27 1895 / The National Police Gazette, February 10, 1900

Des dévergondées qui boivent et fument “comme des hommes”.

The National Police Gazette, July 2, 1881 / The National Police Gazette, May 19, 1894 / The National Police Gazette, Smoked like a Man, circa 1895

Des femmes infidèles ou jalouses.

The Illustrated Police News, April 25, 1885 / The Illustrated Police News, September 19, 1885 / The National Police Gazette, Beauty in a Plight, circa 1902

Ce sont des entraîneuses de spectacle qui s’exhibent sans retenue devant des hommes réjouis.

The National Police Gazette, May, 20, 1893 / The Illustrated Police News, June 20, 1896 / The National Police Gazette, Did Her Turn On The table, circa 1902

Les figures de l’importun et du voyeur sont également représentées. Mais l’importun, qui a la main baladeuse, semble ici toléré par la demoiselle, tandis que le voyeur est chassé à coups de gourdins.

Image 30-09 – The Illustrated Police News, October 27, 1877 / The National Police Gazette, October 14, 1882 / The National Police Gazette, Ejected the Chappie, circa 1902

À leur manière, les magazines de police s’intéressent aussi aux identités de genre. Une femme peut ainsi affronter avec succès un homme en combat loyal. Cette image que l’on peut juger progressiste ne doit pas faire illusion. Ces publications qui présentent des femmes libres, scandaleuses, sont homophobes. Sur la seconde illustration, un travesti est rossé par un groupe de femmes et d’hommes.

The Illustrated Police News, December 20, 1884 / The Illustrated Police News, He was ‘too Oscar Wilde’ for this plain household, April 27, 1895 [l’article dénonce les “amants de garçons et corrupteurs de la jeunesse”]

Les magazines de police ont aussi développé des tropes visuels spécifiques qui n’existent pas dans les autres types de publication. Les jeunes femmes y sont très souvent de fieffées bagarreuses. Qu’il s’agisse de bourgeoises, d’ouvrières, d’étudiantes ou de pensionnaires, elles n’hésitent pas à se battre, entre elles ou avec des hommes.

The Illustrated Police News, May 05, 1877, Opening the spring season / The Illustrated Police News, Boston, Massachusetts, January 19, 1878 / The National Police Gazette, Saturday, July 3, 1880

The National Police Gazette May 28, 1892 / The National Police Gazette, February 24, 1894 / The National Police Gazette, College Girls Have a Battle Royal, circa 1895

Ce sont des criminelles, des voleuses, des aventurières.
[on remarque le regard dirigé vers le lecteur sur la troisième image]

The Illustrated Police News, January 6, 1877 / The Illustrated Police News, June 2, 1877 / The Illustrated Police News, July 21, 1877

image 30-14 – The Illustrated Police News, September 22, 1877 / The Illustrated Police News, March 29, 1879 / The National Police Gazette February 6, 1897

Elles sont tatouées, elles s’adonnent aux jeux.

The Illustrated Police News, October 20, 1877 / The Illustrated Police News, March 15, 1884 / The Illustrated Police News, May 23, 1885

Les tropes “femme seule et groupe d’hommes” et “homme seul et groupe de femmes” sont ici devenus des rapports de domination où ce sont les femmes qui maîtrisent les hommes.

The Illustrated Police News, August 25, 1877, Bathing at Long Branch – A Washington lady attracts the admiration of the swells / The Illustrated Police News, March 5, 1887, Boston, Massachusetts, The ‘Hickory Switching Club’ of Southern Indiana

Le regard en commun porté par un groupe a donné lieu à deux illustrations remarquables inspirées des catalogues de mariages par correspondance [mail-order bride] qui se sont développés aux États-Unis durant la conquête de l’Ouest. Dans une ville du Nebraska, un groupe de jeunes délurées a affiché publiquement une galerie de photos et des informations confidentielles sur tous les jeunes hommes du pays. Le mois suivant, un groupe de jeunes gens de la ville riposte en affichant une galerie des demoiselles où sont mentionnés leurs points faibles. S’il ne s’agit pas à proprement parler d’un trope visuel, ces deux illustrations forment probablement l’une des premières séquences narratives constituées par une suite de couvertures d’un même magazine2.

The Illustrated Police News, February 27, 1886, Getting The Boys Down Very Fine – A « Young Ladies Vigilance Committee » at Fremont, Neb., Establish a Photograph Gallery with Pictures and Records of all the Young Men / The Illustrated Police News, March 6, 1886, Getting Back On The Girls At Fremont, Neb. Young Men Who Have Been Put Under the Ban by a Female Vigilance Committee, Retaliate in Kind A Gallery Where the Weak Points of the Girls are Noted Down

5 – Vanity Fair et les “Bifurcated Girls”

Vanity Fair désigne au moins cinq titres de magazines différents selon Wikipedia/EN (détail ici). Les plus connus sont un hebdomadaire satirique britannique qui parut de 1868 à 1914, et un mensuel américain – qui existe toujours – sur la mode, le monde du spectacle, la publicité.

L’encyclopédie en ligne omet un mensuel américain de même titre publié pendant quelques années à partir de la fin du 19e siècle. Qualifié de “risqué” par les collectionneurs américains, c’est-à-dire publiant des photos osées pour l’époque, ce magazine peu connu était édité à New York par la Vanity Fair Company, 116 Nassau Street, New York City. Les exemplaires identifiables sont parus entre 1899 et 1901.
Il est présenté habituellement comme une publication illustrée sur le théâtre. Les couvertures représentent des photos de jeunes femmes dans des poses burlesques.

Vanity Fair, Vanity Fair Company, July 1899 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, August 1899 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, September 1899

Vanity Fair, Vanity Fair Company, December 1899 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, January 1900 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, May 1900 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, October 1901

Les illustrations des pages intérieures sont également toutes des photographies. On remarque sur la troisième image un montage de photos où un gros plan sur une jambe nue côtoie une demoiselle habillée de pied en cap – la danseuse Mildred Howard De Grey était renommée à l’époque pour danser pieds-nus. En 1900, la représentation fragmentée du corps féminin pour le plaisir de regardeur n’était pas l’apanage du cinéma muet.

Vanity Fair, Vanity Fair Company, May 1900, p. 87 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, May 1900, p. 97 / Vanity Fair, Vanity Fair Company, May 1900, p. 102

Vanity Fair, Vanity Fair Company, October 1901, pages intérieures [pagination inconnue]

Ce magazine semble disparaître en 1901.

Un peu plus tard, un autre titre Vanity Fair apparaît, édité également à New York par The Commonwealth Publishing Company, 110 West 42nd Street, New York City. Cette publication est mieux connue que la précédente. La société éditrice a été constituée en février 1902 et a fait faillite en avril 1904.

Illustré lui aussi exclusivement de photos, encore plus osé, publié également à New York peu de temps après, ce Vanity Fair a peut-être succédé au magazine de même titre décrit précédemment.

« Ce tabloïd new-yorkais […] représentait alors ce qu’il y avait de plus osé : de jeunes délurées partageant des appartements et buvant comme des hommes, batifolant à plusieurs sur un lit, révélant leurs jupons, leurs cache-corsets et leurs bas à des colocataires mâles. Les légendaires mœurs légères des actrices de théâtre en faisaient de parfaits modèles pour ce genre de galipettes. » (Dian Hanson, The History of Men’s Magazines: Volume 1, 1900 to Post-WW II, Taschen, 2004, p. 75).

Les mots bifurcation et bifurcated reviennent constamment, les jeunes femmes libérées qui s’affichent sont qualifiées de Bifurcated Girls, les pantalons sont appelés Bifurcations. Le mot fait en effet référence au port du pantalon qui divise en deux la silhouette de la femme, dévoile enfin au regard masculin ses jambes jusqu’alors cachées sous de longues robes, stimule l’imagination érotique du lecteur. Vingt ans avant les flappers, le pantalon est déjà un emblème de la sensualité féminine libérée. La femme bifurque à la fois dans son apparence visuelle et dans ses mœurs.

Vanity Fair, The Commonwealth Publishing Company, The Bifurcated Girl Is Coming, May 30, 1903 / Vanity Fair’s Bifurcated Girls, The Commonwealth Publishing Company, June 6, 1903 / Vanity Fair, The Commonwealth Publishing Company, July 16, 1904

Les pages intérieures sont également composées exclusivement de photos. Les jeunes femmes fument, boivent, se battent entre elles, font de l’acrobatie, se taquinent, se donnent la fessée. Les connotations lesbiennes, les rapports ludiques de domination entre femmes sont constamment présents.

Good Heavens – The Shirt, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6, 1903 / How The Bifurcated Girls Have Rough House in the Dressing Room, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6 1903 / The Bifurcated Girl Takes a Whiff, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6 1903

Acrobatics, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6 1903 / She Thinks She Could Wear Bifurcations, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6, 1903 / Two girls and the things they talked about, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6, 1903

A bifurcated girl is discovered beneath a bed, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6 1903 / Punishment, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6, 1903 / Spankig Girls, Vanity Fair’s Bifurcated Girls, June 6, 1903

Ce magazine n’a pas duré très longtemps et il n’a certainement pas eu une grande diffusion. Tandis que les magazines de police ont marqué l’histoire des premières publications à scandale américaines, son influence a probablement été infime. Réalisé uniquement en photos, il doit pourtant être considéré comme le premier magazine masculin publié aux États-Unis, anticipant de plusieurs années les publications lestes des années 1920 et 1930 qui influenceront considérablement le regard du mâle américain.

Apparus à la même époque que les premiers saucy pulps, ces deux magazines Vanity Fair éphémères ont peut-être été victimes de la censure. La représentation de jeunes femmes peu vêtues et de scènes audacieuses était en effet mieux acceptée lorsqu’il s’agissait de dessins (saucy pulps) qu’en photo – la représentation de la nudité en dessin et en peinture bénéficiait en effet d’une tolérance plus grande qu’en photo en raison de la tradition de la peinture et de la sculpture classique.

Vers une histoire culturelle du male gaze

Le concept de regard masculin [male gaze] a été initialement proposé par Laura Mulvey pratiquement sans aucune donnée empirique, en s’appuyant uniquement sur son interprétation du cinéma hollywoodien selon les théories psychanalytiques. Il est depuis couramment utilisé pour dénoncer le phallocentrisme dans la culture visuelle moderne (publicité, cinéma, etc.). Pourtant, entre les représentations de la nudité féminine dans l’art classique d’une part et le cinéma hollywoodien ou la culture visuelle moderne d’autre part, il existe tout un continent d’images provenant des premières industries culturelles qui représentent des personnages féminins et questionnent donc l’idée de male gaze. Renouer avec la méthodologie de l’enquête visuelle sur les anciennes publications populaires américaines conduit à mettre à jour des sources visuelles précises replacées dans leur histoire, à confronter le concept de male gaze à des données empiriques. L’analyse du corpus d’étude rassemblé permet ensuite de comprendre l’importance et la grande variété des stimulus du regard masculin de plaisir avant même que le cinéma ne s’en empare.

Indéniablement, les illustrations des premières publications populaires américaines représentent les femmes avec le souci constant de satisfaire le regard du lecteur masculin. L’accumulation des tropes visuels exemplifiés ici démontre que les propositions graphiques des illustrateurs avant l’industrialisation du cinéma sont déjà délibérément conçues pour le plaisir visuel du mâle hétérosexuel. Mais ce regard n’est pas uniquement machiste. Les illustrations satisfont le plaisir visuel masculin tout en représentant bien souvent l’émancipation des femmes (étudiantes, conductrices), l’abandon du carcan vestimentaire et du conformisme social par la libération de leurs corps (adoption du pantalon, sport, baignade). Cette “lecture progressiste” d’un ensemble iconographique qui satisfait l’œil masculin est cependant tempérée par l’absence presque totale de représentations de leur émancipation politique. Les luttes pour le vote des femmes par exemple ne sont quasiment jamais illustrées si ce n’est par allusions. Pour les magazines populaires, l’émancipation de la femme doit ajouter au plaisir visuel de l’homme, et ses droits politiques n’entrent pas dans ce dessein scopique.

L’un des résultats marquants de l’étude a guidé la construction de l’article : ce ne sont pas les saucy pulps croustillants mais les magazines classiques conformistes qui ont représenté de plus en plus librement le corps féminin et la libéralisation des mœurs. Les saucy pulps innovent assez peu, ils se contentent de reprendre en un peu plus “canailles” les poncifs visuels développés par les magazines généralistes – les jupes raccourcissent, les poses sont plus suggestives, les sourires plus espiègles, etc. Certes, les saucy pulps introduisent des femmes qui boivent et fument, mais ils ne vont guère au-delà. Seuls les magazines de police dès la seconde moitié du 19e, puis les Vanity Fair new-yorkais au tournant du siècle, proposent des scènes véritablement transgressives (bagarreuse, voleuse, criminelle, tatouée, joueuse, lesbienne, administrant des fessées, etc.).

L’étude décrit de nombreux tropes visuels mais n’aborde pas la question de leur genèse. Pour la plupart d’entre eux d’ailleurs, il est sans doute impossible de leur assigner une origine. La question s’est posée à propos de la représentation fragmentée du corps de la femme, relevée à la fois par Mulvey dans le cinéma hollywoodien et par Goffman dans la publicité. Nous avons émis l’hypothèse que le cinéma muet a peut être influencé les représentations d’une seule partie du corps (pied ou jambe principalement) sur les couvertures de magazines, car ces figurations sont très rares avant 1920 mais deviennent plus fréquentes ensuite. Hormis cette hypothèse, les relations éventuelles entre les représentations des femmes dans le premier cinéma et celles proposées dans les illustrations des publications populaires qui lui sont antérieures n’ont pas été abordées. De même, des analyses semblables devraient être réalisées sur les premières publications populaires européennes, britanniques et françaises notamment, qui ont probablement utilisé des tropes visuels identiques – apparus plus tard ou plus tôt, nous n’en savons rien – et peut-être aussi des tropes spécifiques. La réalisation de véritables “catalogues” de tropes visuels documentés sur la représentation des femmes dans différentes presses nationales anciennes et leurs comparaisons – entre eux et avec le cinéma premier – permettraient d’ouvrir la voie à ce qui pourrait constituer un programme de recherche sur l’histoire culturelle du male gaze.

 (précédente)  [Article en trois parties:  P1,   P2,   P3]

Références

  • John Adcock, Police Periodicals, Yesterday’s Papers, December 14, 2008
  • American Antiquarian Society, Women and the World of Dime Novels, an Online Exhibition
  • John Berger [with Sven Blomberg, Chris Fox, Michael Dibb, and Richard Hollis], Ways of Seeing, based on the BBC television series with John Berger, British Broadcasting Corporation and Penguin Books, 1972 [PDF]. Traduction française: Voir le voir, par John Berger, Éditions B42, 2014 (fac-simile de l’édition originale anglaise parue en 1972. La traduction est une reprise de la version établie par Monique Triomphe pour les éditions Alain Moreau en 1976)
  • Noël Burch et Geneviève Sellier, Le Cinéma au prisme des rapports de sexe, Paris : Vrin, 2009
  • Daniel Chandler, Notes on ‘The Gaze’, 1998 [dernière modification en 2014]
  • Margot Charon, Plaisir visuel, plaisir coupable, Bulles de Savoir, 11 février 2013
  • Jean-Marie Cherubini, Les identités de genre dans le cinéma des premiers temps : problématiques d’une approche‪, Mille huit cent quatre-vingt-quinze – Revue de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma (AFRHC), 2016/2 (n° 79), p. 8-31
  • Katy Cook, PJ Killean, Austin Lusson, Katie Williams, Male Gaze Theory, 2013, storify.com
  • Sophie Desarzens, Le stéréotype dans la publicité – une vision du masculin et du féminin dans le monde actuel, Revista ContraPonto, Belo Horizonte, v.3, n.3, 2013 [PDF]
  • Joseph E. Dispenza, Advertising the American woman, Dayton, Ohio : Pflaum Pub, 1975
  • Douglas Ellis, Uncovered: The Hidden Art of the Girlie Pulp, Adventure House, 1st American Ed, 2003
  • Agnès Giard, La théorie du « male gaze »: critique, 24 avril 2017
  • Erving Goffman, L’Arrangement des sexes, Éditions La Dispute, 2002, présenté par Claude Zaidman, traduit par Hervé Maury [trad. fr. de The arrangement between the Sexes, Theory and Society, Vol. 4, No. 3, Autumn, 1977]
  • Erving Goffman, Gender Advertisements, Harvard University Press, 1976 (First edition); puis Harper and Row Publishers Inc., 1979 et Harper Torchbooks, 1987, numérisé sur Public Collectors [PDF].
    Traduction française partielle par Frédérique Beuzon et Sébastien Sengenes : Erving Goffman, Le déploiement du genre, Terrain, n° 42, pp. 109-128, mars 2004
  • Erving Goffman, La ritualisation de la féminité. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 14, avril 1977. Présentation et représentation du corps, pp. 34-50 [article présenté sans illustrations ; les illustrations sont reproduites sur le site ecomultimedia]
  • Dian Hanson, The History of Men’s Magazines: Volume 1, 1900 to Post-WW II, Taschen, 2004
  • Anne-Charlotte Husson, Le « male gaze » (regard masculin), Genre!, 15 juillet 2013
  • Lucy Komisar, The Image of Woman in Advertising, in Woman in Sexist Society, Vivian Gornick and Barbara Moran, eds., New York: Basic Books, 1971, pp. 304-317
  • Manon Lecaplain, Entre illégitimité et illégalité, mise à nu des premières revues de modèles photographiques à destination des artistes, Chroniques chartistes, 12 février 2018
  • Scott A. Lukas, The Gender Ads Project – Advertising, Education, Activism, Created in 2002, South Lake Tahoe, California
  • Brett & Kate McKay, America’s First Popular Men’s Magazine: The National Police Gazette, The Art of Manliness, April 30, 2013
  • Paul Messaris, Visual Persuasion: The Role of Images in Advertising, London: Sage, 1997
  • Trevor Millum, Images of Woman: Advertising in Women’s Magazines, London: Chatto & Windus, 1975
  • Laura Mulvey, Plaisir visuel et cinéma narratif [Visual Pleasure and Narrative Cinema, Screen, vol. 16 (3), pp. 6-18], traduction de l’américain par Gabrielle Hardy, relecture et correction par Serge Turbé – debordements.fr, 2012; partie 1, partie 2.
  • Laura Mulvey, Repenser « Plaisir visuel et Cinéma narratif » à l’ère des changements de technologie, traduction française par Caroline Renard, avec l’aide d’Adrien Clerc et de Julien Oreste, Lignes de fuite, 2006
  • Laura Mulvey, Au-delà du plaisir visuel – Féminisme, énigmes, cinéphilie [choix de textes rédigés entre 1975 et 2011], Édition Mimésis / Formes filmiques n° 1, 2017, traduction de l’anglais par Florent Lahache et Marlène Monteiro
  • Guy Reel, The National Police Gazette and the Making of the Modern American Man, 1879-1906, New York: Palgrave MacMillan, 2006
  • Noémie Renard [Antisexisme], L’objectivation sexuelle des femmes: un puissant outil du patriarcat – le regard masculin. Partie 2 : le regard masculin ou male gaze, 12 janvier 2014, par Antisexisme
  • Thomas Streeter, Nicole Hintlian, Samantha Chipetz et Susanna Callender, This is not sex. A Web Essay on the Male Gaze, Fashion Advertising, and the Pose, University of Vermont, Semiotics and Advertising, 2012
  • Janice Winship, Advertising in Women’s Magazines (1956-1774), Center for Contemporary Cultural Studies, University of Birmingham, March 1980 [stencilled occasional paper, PDF]
  1. Cf. Guy Reel, The National Police Gazette and the Making of the Modern American Man, 1879-1906, New York: Palgrave MacMillan, 2006 ; John Adcock, Police Periodicals, Yesterday’s Papers, December 14, 2008. []
  2. Un prochain article sera consacré aux récurrences et séquences narratives sur les couvertures des magazines américains. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.