Couleurs de la rentrée

C’est la rentrée, retour aux problèmes fondamentaux1.

Une centaine de taxis parisiens sont équipés depuis peu d’une nouvelle signalétique qui deviendra obligatoire pour tous avant le 1er janvier 2012. Désormais, si la lumière de l’enseigne sur le toit du véhicule est verte, le taxi est libre; si elle est rouge, il est occupé. Les médias présentent tous cette innovation comme une simplification du dispositif précédemment en vigueur (voir autojournal, eve-auto, lci, leparisien, etc.). Ils suivent en cela la communication du ministère de l’Économie pour lequel cette mesure a été prise afin de « rendre plus évidente pour les clients l’information quant à la disponibilité, grâce à un code couleur ».

Photo: Tristan Legros (Flickr, licence Creative Commons)

Ce système n’est pourtant pas plus simple que le précédent dans lequel la balise allumée sur le toit signifie que le taxi est libre tandis qu’elle signale que le taxi est occupé lorsqu’elle est éteinte. Les deux états sont juste codés différemment, sur le couple allumé/éteint dans un cas et sur vert/rouge dans l’autre cas. Le texte de l’Arrêté du 13 février 2009 relatif aux dispositifs répétiteurs lumineux de tarifs pour taxis précise aussi comment doit s’effectuer l’affichage du tarif de course sélectionné par le conducteur, c’est-à-dire les petits spots A, B, C, D dont les couleurs respectives sont blanc, orange, bleu, et vert (il n’en existe que trois à Paris). Mais là encore, la simplification n’est pas flagrante, c’est le moins que l’on puisse dire.

Si le nouveau dispositif n’est pas fonctionnellement plus évident que le précédent, en quoi est-il plus facile à comprendre pour l’usager ? La symbolique allumé/éteint était pourtant assez claire. Elle rappelait presque un antique fanal signalant une présence. La balise semblait dire « S’il y a de la lumière, je suis là, vous pouvez venir. Si c’est éteint, je suis absent ou je ne suis pas disponible, et je ne peux vous transporter ». Elle est remplacée par une symbolique des couleurs qui rappelle bien sûr l’une des bases du code de la route. Vous avez le droit de postuler à l’embarquement si c’est vert, mais c’est interdit quand le rouge est mis. Cette dernière codification est peut-être plus lisible pour l’usager mais en substituant à une évocation de l’hospitalité une sorte de réflexe lié à l’interdiction.

Mais tout cela n’est pas très grave. Par contre, les daltoniens (dont je suis) ne manqueront pas d’être un peu irrités par le nouveau dispositif qui n’est évidemment pas plus clair pour eux. Il existe bien sûr de nombreuses formes de daltonisme, mais le non discernement du rouge et du vert est de loin l’affection la plus fréquente. La distinction entre allumé et éteint ne leur pose par contre aucun problème pour autant que l’intensité de la source lumineuse soit suffisante.

Les recommandations du W3C en ce qui concerne l’accessibilité du Web stipulent de ne pas s’en remettre exclusivement aux couleurs pour véhiculer une information. Peut-être aurait-il était judicieux pour cette nouvelle signalisation des taxis de se conformer à ce principe du monde numérique (hélas pas toujours observé). Une telle redondance de l’information existe bien dans la disposition des feux de circulation routière où la position du rouge est toujours en haut2 – ce qui permet aux daltoniens de conduire, sauf en Roumanie3. Dans les réseaux informatiques, une certaine redondance de l’information est indispensable et permet de corriger les erreurs de transmission. Elle est tout aussi indispensable pour les humains.

  1. Et en plus, le concours pour le titre envié de 1000e billet de Culture Visuelle est ouvert. []
  2. Une société coréenne a également proposé un feu tricolore au design particulier qui renforce la distinction du rouge. []
  3. cf. Discussion au Parlement européen et pétition pour l’abrogation de la législation roumaine sur le daltonisme et la conduite automobile. []

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Jean-no dit :

    Le designer Jean-Louis Fréchin voit ici une occasion ratée de créer une identité qui tienne la route pour les taxis parisiens : http://www.nodesign.net – Taxi d’ici, Taxi de là

  2. Personnellement, cela fait 30 ans que j’habite Paris et je n’ai jamais rien compris au trois petites lampes de couleurs différentes qui restent un grand mystère pour moi.
    Pour les daltoniens, à condition que le rouge et le vert soient toujours dans le même ordre, il reste la solution de la position comme pour les feux rouges.

  3. @Jean-no: Ce n’est pas dans l’arrêté, mais tous les taxis devront aussi avoir le toit noir et cela deviendra leur marque distinctive (cf. article du Parisien cité).
    @Hervé: C’est justement ce qui est curieux. Le nouveau dispositif n’est pas plus clair que le précédent et pourtant les médias le présentent comme une simplification.
    La position du vert et du rouge pourrait être une solution. Il y en a sûrement d’autres. Les daltoniens s’en passeront.

  4. Antho dit :

    La position du vert et du rouge n’est pas une solution. Je suis daltonien, vais à Paris environ 3 fois par an, prend rarement le taxi, mais ça peut arriver, alors jme rappellerai pas de la position des couleurs, pareil pour nombre de touristes.
    Y’avait une industrie de ptites lumières en crise ds le coin?

  5. Den dit :

    Bonjour à tous,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. J’ai vu des taxis circuler à Paris avec ce nouveau macaron et je trouve ça nettement plus visible et clair.

    D’abord au niveau du choix vert/rouge. J’ai des amis étrangers qui ne sont pas stupides et qui n’avaient pas compris le sens de l’ancienne borne. Les couleurs rouges=non vert=oui sont intuitives et parfaitement logiques et simples à comprendre pour tout le monde.

    Niveau visibilité. En plein jour, il est souvent impossible de voir si la borne est allumée ou non. Avec les nouveaux taxis, la borne est ultra visible par tous les temps !

    Pour une fois qu’il y a qch qui améliore nos taxis, on ne va pas s’en plaindre ! Pour info, les lumières sous le macaron sont les tarifs et servent aux policiers pour vérifier que le chauffeur facture ses client au bon tarif.

  6. Patrick Peccatte dit :

    @Dan: La nouvelle balise est certainement plus visible que l’ancienne, mais elle n’est pas plus claire pour nombre de daltoniens qui ne distinguent pas bien les deux couleurs retenues. Une lumière verte nouvelle manière, bien visible, allumée uniquement quand le taxi est libre aurait pu faire l’affaire aussi. Ou alors rester sur vert/rouge et doubler avec un logo à deux positions, par exemple à côté du mot « Taxi ». Un peu d’imagination aurait permis d’être à la fois plus visible et plus clair pour tout le monde.

  7. @Patrick, as-tu vraiment un seul instant supposé que le Ministère de l’économie puissent faire preuve d’imagination ? et mette en place une signalisation claire ?

  8. Axel dit :

    Bonjour,

    Concernant le problème pour les daltoniens, les nouvelles bornes de taxis vertes et rouges fabriquées par la société Gamma (celles que l’on voit actuellement en circulation) s’allument différemment en rouge et en vert.
    Lorsque le taxi est libre, les leds vertes qui s’allument forment un losange et lorsqu’il est occupé, les leds rouges forment un carré. Les daltoniens pourront donc voir une différence.

  9. Patrick Peccatte dit :

    @Axel: Merci pour l’information. Il s’agit sans doute d’une initiative de la société en question, car rien de tel n’est stipulé dans l’arrêté du 13 février 2009 que j’ai mentionné. Il nous reste à mémoriser les significations respectives du losange et du carré…

  1. 2 septembre 2010

    […] de dix mois après le lancement de la plate-forme Culture Visuelle, celle-ci accueille déjà son 1001e billet! Appuyé sur une cinquantaine de blogs actifs et plus de 180 utilisateurs inscrits, le format […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.