Compter, nommer

« Rémy Pflimlin, nouveau PDG de France Télévisions, s’est déclaré lundi « raisonnablement optimiste » quant au sort des journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, otages en Afghanistan depuis fin décembre. »
Cette brève de l’AFP est illustrée par une copie d’écran de France 3 où le compteur de captivité est obstinément bloqué à 104 jours, alors que les journalistes français et leurs accompagnateurs afghans sont otages depuis 237 jours.

Illustration AFP/Google, le 23 août 2010: 104 jours de détention (237 en réalité)

Ce même écran qui retarde de 133 jours est également utilisé par les médias et sites qui relaient l’AFP, comme France 24VoilaOrangeMSN, etc. mais aussi Télérama dans un article du 19 août.

Sur les télévisions, on sait compter, certes. Mais le présentateur oublie la plupart du temps de mentionner les trois otages afghans qui accompagnaient les deux journalistes. Ainsi Harry Roselmack au JT de 20h le 19 août sur TF1 et Samuel Etienne sur celui de France 3 le 23 août nomment les deux otages français mais ne mentionnent pas les trois afghans. Sophie Le Saint au JT de France 2 le 23 août mentionne les accompagnateurs mais sans les nommer.

Les prénoms des trois accompagnateurs afghans sont pourtant connus depuis que l’anonymat concernant les otages a été levé. Ils figurent sur le site liberezles.net : Mohammed Reza, Ghulam et Satar. Même pas des noms roms.


6 réponses

  1. Alain dit :

    C’est plus que du racisme, c’est de la cohésion de classe. En effet, ils omettent soigneusement de nommer les accompagnateurs, mais on a découvert qu’en même temps, en Afrique, il y a avais un otage «anonyme», et on n’en a parlé que lorsqu’il est mort, alors même que ce panneau nous est imposé chaque jour… Et il n’y a qu’une explication possible, au-delà même de la «cohésion de classe», donc, c’est qu’»ils», les journalistes, de manière corporatiste, se considèrent comme «au-dessus de la mêlée», et donc une aristocratie nouvelle… Et ils accaparent l’espace médiatique pour eux seuls. Ce qui est assez vrai: la TV ne parle plus que le la TV.

  2. Thierry dit :

    Donner leurs noms, est-ce nécessairement un service à leur rendre? Plus on les médiatise, plus on fait monter leur valeur à la bourse des otages, et je doute fort que le gouvernement français suive les enchères en ce qui les concerne. Plus on médiatise leur nom et plus leurs proches, qui vivent sur place, sont susceptibles d’être à leur tour menacés.
    C’est le même problème d’ailleurs que pour les otages français. Faut-il ou non les médiatiser? Sauf que le fait d’être un local ou un occidental change beaucoup me semble-t-il les termes du débat.

  3. Le poids des mots dit :

    Ça rapproche d’une autre signification du mot «compter». Celle de «compter» dans le sens de «valoir», «être considéré». Comme dans : «il n’y a que les journalistes qui comptent, les autres ne comptent pas». Et «tenir compte de», «compter pour»… aussi.

  4. Patrick Peccatte dit :

    @Alain & Thierry. La médiatisation a été effectuée à la demande des familles et de l’entourage des otages français, autant que je sache. C’est évidemment aussi un message aux ravisseurs. Le fait que cela augmente leur valeur permet de leur garantir un relatif bon traitement. S’ils ont de la valeur, il n’y a aucun intérêt à les exécuter. Au cours des négociations, on discute fric et modalités de règlement certes, mais on exige aussi un package pour libérer les accompagnateurs afghans, bien sûr. On n’est pas des sauvages et l’opinion ne comprendrait pas. Mais on n’a pas besoin de connaître ces derniers, pas même leurs prénoms. C’est cynique ? Non, c’est la logique du règlement à travers un versement de rançon, ce qui est toujours le cas j’en suis persuadé quand cela finit bien. Après, il est toujours possible de tenter d’éliminer les preneurs d’otages par des coups tordus. Le fric versé permet aussi d’introduire des divisions, de susciter les indics, etc. Non vraiment, cette logique de médiatisation présente beaucoup d’avantages et on n’a pas besoin de s’encombrer de détails comme le nombre de jours de la captivité ou l’identité des accompagnateurs.
    @Thierry. Pour les otages afghans, il s’agit juste de leurs prénoms. Leurs noms ne sont pas publiés pour des raisons de sécurité de leurs familles, je crois.
    @Le poids. Bien vu, je n’y avais même pas pensé.

  5. Thierry dit :

    @Patrick « cette logique de médiatisation présente beaucoup d’avantages et on n’a pas besoin de s’encombrer de détails comme le nombre de jours de la captivité ou l’identité des accompagnateurs. »
    Le nombre de jours de captivité a pour but de faire pression sur l’Etat Français au travers de l’opinion publique.

  6. @Thierry: Je pense que la médiatisation est supervisée par les spécialistes de l’Etat en charge des négociations. Le nombre de jours de captivité n’ajoute pas grand chose, hélas, et on voit bien que les médias ne se soucient pas du nombre exact. En 1986, il n’y avait pas de compteur, on disait juste « … n’ont toujours pas été libérés »:
    http://www.ina.fr/fictions-et-animations/adaptations-litteraires/video/CAB90017174/generique-otages.fr.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search