Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc

On ne connaît qu’une seule image de Jeanne d’Arc qui lui soit contemporaine, un dessin à la plume effectué en marge d’un registre par Clément de Fauquembergue, alors greffier du parlement de Paris. Daté du 10 mai 1429, soit deux jours après la fin du siège d’Orléans, le croquis n’est évidemment pas un portrait puisque Fauquembergue n’a jamais vu Jeanne et décrit des événements qui lui ont été relatés. Il mentionne dans son texte que « les ennemis avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant bannière entre lesdits ennemis, comme on disait »1.

Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du parlement de Paris, croquis du 10 mai 1429, Archives Nationales, X1A 1481, F. 12R
Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du parlement de Paris, croquis du 10 mai 1429, Archives Nationales, X1A 1481, F. 12R

Sans doute intrigué par l’événement extraordinaire qu’on lui rapporte, le greffier dessine une femme de profil avec une épée trop grande pour elle et un étendard à deux pointes où l’on peut lire l’inscription « JHS » (pour « Jhesu« ). Il choisit de représenter une Jeanne très féminine, en robe, avec une abondante chevelure tombant dans son cou et une poitrine marquée.

[article mis à jour le 9 juillet 2016: 1, 2]

L’image d’une guerrière armée d’une épée et brandissant un étendard s’est imposée très tôt. Immédiatement reconnaissable, elle est devenue l’un des stéréotypes majeurs de l’iconographie de Jeanne d’Arc. L’aspect de la femme représentée a par contre beaucoup évolué durant presque six siècles de représentations. À titre d’exemple, comme un récapitulatif moderne de cette histoire fort longue, voici quatre images extraites de représentations cinématographiques choisies parmi les plus connues.

Geraldine Farrar en costume de Jeanne d'Arc pour le film Joan the Woman (Cecil B. DeMille, 1916), The Library of Congress / Ingrid Bergman dans Joan of Arc (Victor Fleming, 1948) / Jean Seberg dans Saint Joan (Otto Preminger, 1957) / Milla Jovovich dans Jeanne d'Arc (Luc Besson, 1999)
Geraldine Farrar en costume de Jeanne d’Arc pour le film Joan the Woman (Cecil B. DeMille, 1916), The Library of Congress / Ingrid Bergman dans Joan of Arc (Victor Fleming, 1948) / Jean Seberg dans Saint Joan (Otto Preminger, 1957) / Milla Jovovich dans Jeanne d’Arc (Luc Besson, 1999)

En 1916, Jeanne est une femme d’une trentaine d’années, un peu enveloppée; elle porte une robe et une armure qui lui couvre le haut du corps; elle a les cheveux mi-longs. En 1948, elle est toujours incarnée par une actrice trop âgée pour le rôle, mais la silhouette s’est affinée; lorsqu’elle brandit l’étendard, engoncée dans une armure qui ne laisse pas deviner son sexe, seuls son visage et ses cheveux là encore mi-longs montrent qu’elle est une femme. En 1957, Jeanne est une très jeune femme plutôt menue aux cheveux extrêmement courts; son visage fin et juvénile contraste avec son allure empesée et martiale, en armure intégrale. En 1999 enfin, elle est toujours jeune et les cheveux très courts, mais elle porte des habits d’homme sous l’armure. Sa poitrine enserrée dans un linge à la suite d’une blessure lui donne une physionomie quelque peu androgyne.

Une recherche et un corpus

Initiée comme un vague projet de repérage des figures stéréotypées de Jeanne d’Arc au cinéma, la présente recherche s’est élargie à d’autres médias et s’est orientée très rapidement vers l’identification d’images sélectionnées pour l’expression de la féminité du personnage. Jeanne d’Arc est en effet pratiquement toujours représentée selon des stéréotypes assez formels (à l’étendard comme ci-dessus, en prière à genoux, à cheval, etc.) ou dans des épisodes de son histoire facilement identifiables (les voix à Domrémy, la reconnaissance du Dauphin à Chinon, la levée du siège d’Orléans, le sacre de Reims, la capture à Compiègne, en prison, sur le bûcher, etc.)2.

Dans ces scènes convenues et rarement originales, il est remarquable qu’elle soit quasiment toujours figurée comme une jolie jeune femme. Il existe très peu d’images où Jeanne d’Arc est représentée comme une femme quelconque. Peut-être parce qu’elle est très souvent en armure ou en habits masculins, ses traits sont presque toujours gracieux, sa féminité est accentuée, expressive.

Le corpus d’étude de la recherche est une collection de plus de 800 images choisies parmi les représentations de Jeanne d’Arc où celle-ci apparaît comme particulièrement féminine. Au delà de l’iconographie artistique et religieuse habituelle (peinture, sculpture, vitrail), l’imagerie ainsi rassemblée comporte également des exemples extraits de films, bandes dessinées, livres et magazines illustrés, des photographies de spectacles (théâtre en particulier), cartes postales, affiches, publicités, objets quotidiens divers.

Jeanne séduisante

Dans ce corpus qui s’étend du 15ème siècle jusqu’à nos jours, il est frappant de constater qu’à partir du 19ème les artistes ont visiblement insisté sur la beauté de Jeanne, comme s’ils souhaitaient exprimer sa grâce intérieure à travers la grâce de ses traits. Leurs œuvres abondantes donnent à voir une Jeanne particulièrement séduisante. Quelques exemples en peintures, affiches et dessins :

Jeanne séduisante (1). Jeanne d'Arc écoutant ses voix, François-Léon Benouville, circa 1850, Musée des Beaux-Arts de Rouen / Jeanne d'Arc embrassant l'épée de la délivrance, Dante Gabriel Rossetti, 1863, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts / Joan of Arc, John Everett Millais, 1865
Jeanne séduisante (1). Jeanne d’Arc écoutant ses voix, François-Léon Benouville, circa 1850, Musée des Beaux-Arts de Rouen / Jeanne d’Arc embrassant l’épée de la délivrance, Dante Gabriel Rossetti, 1863, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts / Joan of Arc, John Everett Millais, 1865
Jeanne séduisante (2). Jeanne d’Arc voue ses armes à la Vierge, Laure de Châtillon, 1869, Musée Antoine Vivenel, Compiègne / Jehane La Pucelle, Dante Gabriel Rossetti, circa 1879 / Joan of Arc, Harold Piffard, undated, circa 1895
Jeanne séduisante (2). Jeanne d’Arc voue ses armes à la Vierge, Laure de Châtillon, 1869, Musée Antoine Vivenel, Compiègne / Jehane La Pucelle, Dante Gabriel Rossetti, circa 1879 / Joan of Arc, Harold Piffard, undated, circa 1895
Jeanne séduisante (3). Joan of Arc, Charles Goldie, 1896 / Jeanne d'Arc, Ernest Stückelberg, 1900, Reims, Musée des Beaux-Arts / Jeanne d'Arc, par Albert Lynch, Le Figaro Illustré, 1903
Jeanne séduisante (3). Joan of Arc, Charles Goldie, 1896 / Jeanne d’Arc, Ernest Stückelberg, 1900, Reims, Musée des Beaux-Arts / Jeanne d’Arc, par Albert Lynch, Le Figaro Illustré, 1903
Jeanne séduisante (4). Paul Antoine de la Boulaye (1849-1926) - Sainte Jeanne d'Arc, circa 1909 / Joan of Arc, Sir William Blake Richmond, RA, circa 1910 / Joan of Arc, by Paul Spencer Swan, 1922, private collection, Italy
Jeanne séduisante (4). Paul Antoine de la Boulaye (1849-1926) – Sainte Jeanne d’Arc, circa 1909 / Joan of Arc, Sir William Blake Richmond, RA, circa 1910 / Joan of Arc, by Paul Spencer Swan, 1922, private collection, Italy

Jeanne d’Arc est particulièrement attractive sur cette affiche célèbre de la Première Guerre mondiale (ci-dessous). De même, après sa canonisation en 1920, certaines cartes postales colorisées représentaient la nouvelle sainte sous les traits de jolies jeunes femmes.

Jeanne séduisante (5). 'Joan of Arc Saved France' - United States propaganda poster by William Henry 'Haskell' Coffin, 1918 / Jeanne d'Arc à l'épée, carte postale colorisée, circa 1920 / Jeanne d'Arc à l'épée, carte postale, circa 1920
Jeanne séduisante (5). ‘Joan of Arc Saved France’ – United States propaganda poster by William Henry ‘Haskell’ Coffin, 1918 / Jeanne d’Arc à l’épée, carte postale colorisée, circa 1920 / Jeanne d’Arc à l’épée, carte postale, circa 1920

Elle semble moins représentée entre les deux guerres. Mais durant la Seconde Guerre mondiale, c’est encore une Jeanne irrésistible qui est utilisée par le régime de Vichy.

Jeanne séduisante (6). Joan Of Arc, The Book Of Courage by Hermann Hagedorn, Art by Frank Godwin, Published by John C. Winston Co, circa 1930 / She heard God's voice, unknown artist, circa 1930 / Foi - Jeunesse - Volonté, par M. Ponty, Affiche de Vichy, 1942, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans
Jeanne séduisante (6). Joan Of Arc, The Book Of Courage by Hermann Hagedorn, Art by Frank Godwin, Published by John C. Winston Co, circa 1930 / She heard God’s voice, unknown artist, circa 1930 / Foi – Jeunesse – Volonté, par M. Ponty, Affiche de Vichy, 1942, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans

Dans les bandes dessinées et sur les couvertures de livres, Jeanne apparaît fréquemment comme une ravissante jeune fille moderne.

Jeanne séduisante (7). Histoire de France en BD - T09 - Charles VI, Jeanne d'Arc, dessin de Victor de La Fuente, texte de Victor Mora, Larousse, 1977, page 426 / Dove and Sword - A Novel of Joan of Arc, by Nancy Garden, Scholastic, 1997 (first published 1995) / Jeanne la Pucelle, Fabrice Hadjadj, Jean-François Cellier, Nicolas Bastide, Editions Soleil, 2012 (tome 1) et 2014 (tome 2), dessin de Jean-François Cellier
Jeanne séduisante (7). Histoire de France en BD – T09 – Charles VI, Jeanne d’Arc, dessin de Victor de La Fuente, texte de Victor Mora, Larousse, 1977, page 426 / Dove and Sword – A Novel of Joan of Arc, by Nancy Garden, Scholastic, 1997 (first published 1995) / Jeanne la Pucelle, Fabrice Hadjadj, Jean-François Cellier, Nicolas Bastide, Editions Soleil, 2012 (tome 1) et 2014 (tome 2), dessin de Jean-François Cellier

Les illustrateurs contemporains revisitent les stéréotypes en figurant une Jeanne toujours fort jolie.

Jeanne séduisante (8). Joan of Arc, by James Edwin McConnell, circa 1990 / Sainte Jeanne d'Arc 1412-1431, Huile sur toile 90 x 70, par Silvio Usai, circa 1993, Studio Regard, Archives départementales des Vosges / Joan of Arc, by Donato Giancola, 2010
Jeanne séduisante (8). Joan of Arc, by James Edwin McConnell, circa 1990 / Sainte Jeanne d’Arc 1412-1431, Huile sur toile 90 x 70, par Silvio Usai, circa 1993, Studio Regard, Archives départementales des Vosges / Joan of Arc, by Donato Giancola, 2010
Jeanne séduisante (9). Joan of Arc, Christina Hess, for Illustration Master Class, 2010 / Rose red painted for the cover of DC Vertigo's 'Fables', issue #136, Dos Santos, The Joan of Arc thing was intentional, 2012 / Saint Joan of Arc, Holy Fire, by Suzanne Silvir, 2014
Jeanne séduisante (9). Joan of Arc, Christina Hess, for Illustration Master Class, 2010 / Rose red painted for the cover of DC Vertigo’s ‘Fables’, issue #136, Dos Santos, The Joan of Arc thing was intentional, 2012 / Saint Joan of Arc, Holy Fire, by Suzanne Silvir, 2014

Dans le sommeil ou dans l’action, au 19ème comme au 21ème siècle, Jeanne demeure séduisante.

Jeanne séduisante (10). Le sommeil de Jeanne d'Arc, George William Joy, 1895, Rouen, Musée des Beaux-Arts / Joan of Arc, by Donato Giancola, 2012
Jeanne séduisante (10). Le sommeil de Jeanne d’Arc, George William Joy, 1895, Rouen, Musée des Beaux-Arts / Joan of Arc, by Donato Giancola, 2012

Jeanne érotisée

Dans la collection rassemblée pour cette étude, Jeanne apparaît de temps à autre comme une jeune femme sensuelle et quelquefois dénudée. Il existe ainsi plusieurs dizaines d’images franchement érotisées de Jeanne d’Arc. Voici trois exemples très différents datant des mêmes années, une illustration, une statue et une peinture.

Jeanne érotisée (1). Jeanne d'Arc, par Louis Icart, 1929 / St Joan of Arc, by Eric Gill, A.R.A. (1882-1940), 1932, Caen / Jeanne d'Arc, par Jean Viollier, Collection de Léonce Rosenberg, circa 1935
Jeanne érotisée (1). Jeanne d’Arc, par Louis Icart, 1929 / St Joan of Arc, by Eric Gill, A.R.A. (1882-1940), 1932, Caen / Jeanne d’Arc, par Jean Viollier, Collection de Léonce Rosenberg, circa 1935

Plus anciennes, les deux illustrations ci-dessous font probablement référence au drame de Schiller Die Jungfrau von Orléans (voir plus loin).

Jeanne érotisée (2). Johanna d'Arc, Lens Pt., F. John sc [graveur Friedrich John (1769-1843)], avant 1843, collection particulière / Johanna d'Arc In der Theatergarderobe von Friedrich von Amerling, circa 1880
Jeanne érotisée (2). Johanna d’Arc, Lens Pt., F. John sc [graveur Friedrich John (1769-1843)], avant 1843, collection particulière / Johanna d’Arc In der Theatergarderobe von Friedrich von Amerling, circa 1880

Avant de décrire plus en détail les résultats de cette enquête visuelle, il est nécessaire de revenir sur la question des vêtements que Jeanne portait réellement, sur sa coiffure, ainsi que sur les représentations imaginaires que son habit et sa chevelure ont suscité.

L’habit et la coiffure de Jeanne d’Arc

La question de l’habit de Jeanne d’Arc est centrale, tant du point de vue historique que dans les représentations imaginaires qui en seront données.

À l’époque de Jeanne, les hommes et les femmes portaient des habits bien distincts. Mais cette distinction était essentiellement fondée sur l’usage et non sur un interdit religieux comme on le lit parfois. Dans quelques situations bien spécifiques, en particulier en cas de danger, le travestissement était toléré même s’il était perçu comme choquant3.

Si Jeanne a endossé un habit d’homme, c’était bien par commodité et par sûreté, pour se protéger, tout d’abord lors de sa visite au Dauphin à Chinon en traversant des territoires ennemis, mais surtout, par la suite, lorsqu’elle s’est retrouvée « immergée » dans l’armée, un milieu certainement très risqué pour une jeune fille. Ce qui a pu paraître incongru pour ses contemporains, c’est que « dans la vie de tous les jours, quel que soit le contexte, elle était en habit d’homme »4. Il est probable aussi qu’elle insistait pour être appelée La Pucelle afin de signifier clairement qu’elle demeurait une femme et ne pas être accusée de travestissement; elle était en habit d’homme quotidiennement parce que c’était plus pratique et protecteur.

Jeanne avait les cheveux noirs, tondus en rond comme une calotte sur le crâne, selon une coiffure dite « au bol » ou « en sébile », le tour des oreilles et la nuque rasés. Elle ne portait donc pas la coiffure que l’on a appelé coupe Jeanne d’Arc au début du vingtième siècle. « Comme pour son vêtement, cette coiffure fut sans doute à l’origine un moyen pour Jeanne de se déguiser en page afin de passer inaperçue au milieu de la troupe qui la menait à Chinon. Elle la conserva par la suite pour des raison pratiques […] »5.

Lors de son procès, Jeanne a été interrogée par ses juges sur ses habits d’homme. Cependant, elle refusa toujours de reprendre un habit de femme tant qu’elle ne serait pas dans une prison d’Église avec des femmes pour gardiennes. Là encore, elle se protégeait. En rétorsion, le tribunal lui a toujours refusé d’assister à la messe tant qu’elle n’aurait pas quitté ses habits masculins. Après avoir signé une lettre d’abjuration qui lui sauvait la vie, elle est contrainte de reprendre des vêtements de femme. Revenue en prison, elle endosse à nouveau un vêtement masculin, sans doute toujours pour se protéger ou à la suite d’une manipulation. Cet acte, compris par ses juges comme une insoumission, est alors le prétexte pour considérer qu’elle revenait sur son abjuration. Elle est alors à nouveau interrogée et condamnée au bûcher.

Les vêtements et la coupe de cheveux sont essentielles dans les représentations de Jeanne. Comme on le voit déjà sur les exemples ci-dessus, ils sont par contre passablement imaginaires et fréquemment utilisés pour accentuer sa féminité. Autrement dit, les figurations de Jeanne sont souvent à l’exact opposé du comportement avéré du personnage historique. Dans l’imagerie foisonnante dont elle est l’objet, Jeanne supposée habillée en homme ne recherche absolument pas protection. À l’inverse, on la remarque, son véritable genre resplendit, ou plus exactement, ce qui s’exprime dans ces figurations c’est le regard des artistes remplis d’admiration et d’amour pour cette femme imaginée. Pour eux, Jeanne est remarquable et elle est pleinement femme. Ce ne sont pas seulement son inspiration et son mysticisme qui s’affirment dans ces images, mais aussi une féminité épanouie. Jeanne ne peut être que belle.

Étrangement, il existe très peu d’images représentant ce que l’on pourrait appeler la transition d’aspect de Jeanne, la transgression (?), le moment où elle se coupe les cheveux et change d’habits pour apparaître comme un homme.
Parmi les images de la coupe de cheveux ici retenues, un détail d’une tenture en coton datant du début du 19ème siècle donne à voir une Jeanne à demi dénudée, pudique mais sous le regard insistant d’un compagnon d’armes.

Scènes de la vie de Jeanne d'Arc, tenture en coton, Munster, France, 1817, provenance Mrs. W. D. Frishmuth, 1913, sold to Metropolitan Museum of Art [détail] / Joan of Arc, Angela Barrett, 1998 / Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio de Arthur Honegger, livret de Paul Claudel, dir. Jean-Paul Scarpitta (théâtre) et Don Kent (tv), avec Sylvie Testud, 2007
Scènes de la vie de Jeanne d’Arc, tenture en coton, Munster, France, 1817, provenance Mrs. W. D. Frishmuth, 1913, sold to Metropolitan Museum of Art [détail] / Joan of Arc, Angela Barrett, 1998 / Jeanne d’Arc au bûcher, oratorio de Arthur Honegger, livret de Paul Claudel, dir. Jean-Paul Scarpitta (théâtre) et Don Kent (tv), avec Sylvie Testud, 2007

Une peinture de Charles-André Van Loo ose montrer une Jeanne voluptueuse lorsqu’elle coupe elle-même ses cheveux tressés en natte.

Jeanne d'Arc coupant sa natte avec des ciseaux, par Charles-André Van Loo, entre 1705 et 1765, collection particulière
Jeanne d’Arc coupant sa natte avec des ciseaux, par Charles-André Van Loo, entre 1705 et 1765, collection particulière

Une seule image du corpus représente un changement de vêtement. Mais il ne s’agit pas de l’illustration attendue qui montrerait une Jeanne assurée endosser des habits masculins au début de sa mission. La scène au contraire se situe à la fin de sa vie. L’artiste a choisi de figurer deux Anglais qui subtilisent en douce les habits de femme que Jeanne avait repris après son abjuration pour les remplacer par des habits d’homme, un événement possible mais mal établi qui aurait précipité sa perte.

The Exchange of Raiment [le changement de vêtements], The France of Joan of Arc, by Andrew Haggard, 1912, New York, John Lane company
The Exchange of Raiment [le changement de vêtements], The France of Joan of Arc, by Andrew Haggard, 1912, New York, John Lane company

Bien que très peu représentée, il est remarquable que la transition d’aspect de Jeanne ait ainsi donné lieu à des illustrations érotisées.

Le chapeau à plumes et les cheveux dénoués – Jeanne en Judith

Jeanne d’Arc a longtemps été comparée aux « femmes fortes » de la Bible: Esther, la reine protectrice du peuple Juif lors de la captivité à Babylone; Déborah, la prophétesse représentée habituellement les cheveux dénoués flottant au vent; et surtout Judith, la séduisante veuve qui a tué Holopherne.

Jeanne d'Arc comparée à Judith, miniature tirée du Champion des Dames de Martial Le Franc, manuscrit exécuté à Arras en 1440, Gallica-BnF [voir Philippe Contamine, op. cit. p.322 sq]
Jeanne d’Arc comparée à Judith, miniature tirée du Champion des Dames de Martial Le Franc, manuscrit exécuté à Arras en 1440, Gallica-BnF [voir Philippe Contamine, op. cit. p.322 sq]

Dans cette miniature ancienne, Jeanne est coiffée d’un chapeau masculin mais elle a cheveux longs et porte une jupe. C’est cependant avec un chapeau à plumes que l’assimilation visuelle à Judith deviendra la plus fréquente. Vêtue d’une robe ou d’une cuirasse mais toujours coiffée de ce chapeau à plumes caractéristique, l’origine de cette image se trouve dans le tableau dit « des échevins », daté de 1581 et conservé à Orléans6.

Jeanne d'Arc, Tableau dit des échevins, Orléans, 1581
Jeanne d’Arc, Tableau dit des échevins, Orléans, 1581

On suppose d’ailleurs que ce tableau représentait initialement Judith tenant la tête d’Holopherne dans sa main gauche. Un peintre l’aurait repris en remplaçant ce détail macabre par un mouchoir féminin. Une étude aux rayons X de la toile, que les spécialistes attendent toujours, devrait permettre de vérifier cette hypothèse d’autant plus vraisemblable qu’il existe des compositions identiques où la main gauche est complètement masquée par le cartouche.

Note du 29 juin 2016
Une analyse récente du tableau des échevins aux rayons X vient de montrer que l’hypothèse d’une peinture remaniée ne tient pas. Il n’y a pas trace d’un dessin antérieur d’une tête d’Holopherne sous la main gauche de Jeanne. Ce tableau n’est donc pas une retouche d’une peinture plus ancienne qui aurait représenté Judith.
(source: Centre Jeanne d’Arc d’Orléans)

Portrait de Jeanne d'Arc gravé par Noël Le Mire, 1774, inspiré du tableau des échevins d'Orléans, Gallica-BnF
Portrait de Jeanne d’Arc gravé par Noël Le Mire, 1774, inspiré du tableau des échevins d’Orléans, Gallica-BnF

Cette figure de Jeanne est clairement dérivée de celle de la séductrice fatale biblique. De nombreuses variantes sont connues, l’image rencontre un grand succès. Dès le 16ème siècle donc, Jeanne avec les attributs de Judith – le chapeau à plume et les cheveux dénoués – n’est pas seulement une guerrière, c’est aussi une séductrice.

Deux représentations symboliques deviennent alors dominantes: l’amazone en armure et la prophétesse au chapeau à plumes, sur le modèle de Judith. Devenue omniprésente, l’image en armure semble se fixer au début du 16ème siècle avec la statue du Pont d’Orléans disparue en 17607.

Heroinæ nobilissimæ Ioannæ Darc Lotharingæ : vvlgo avrelianensis pvelleæ historia, ex variis grauissimæ atque incorruptissimæ fidei scriptoribus excerpta. Eiusdem mauortice Virginis Innocentia a calumniis vaindicata, Jean Hordal, gravures de Léonard Gaultier, Ponti-Mvssi, 1612, Gallica-BnF
Heroinæ nobilissimæ Ioannæ Darc Lotharingæ : vvlgo avrelianensis pvelleæ historia, ex variis grauissimæ atque incorruptissimæ fidei scriptoribus excerpta. Eiusdem mauortice Virginis Innocentia a calumniis vaindicata, Jean Hordal, gravures de Léonard Gaultier, Ponti-Mvssi, 1612, Gallica-BnF

Sur les deux gravures ci-dessus, Jeanne est extrêmement féminine avec ses cheveux flottant librement au vent. Les trois légendes de la seconde image confirment encore l’accent sur la féminité souhaité par l’artiste graveur: « La Pucelle d’Orléans, appelée Jeanne d’Arc », « Telle était la Pucelle, sans armure, en vêtement de femme », « Cette figure n’est-elle pas touchante ? N’est-ce pas la délicate image d’une jeune fille ? La vierge cache sa martialité derrière son vêtement de jeune fille ? » (d’après Philippe Contamine, op. cit., p. 760).

Cette image de Jeanne au chapeau à plumes persistera jusqu’au milieu du 19ème siècle, combinant parfois les deux figures de l’amazone et de la prophétesse échevelée lorsqu’elle part à l’assaut avec une invraisemblable petite robe seyante par dessus l’armure.

Jeanne d'Arc à l'assaut du Fort des Tourelles, Jean-Louis-César Lair, 1808, mairie de Janville, Eure-et-Loir
Jeanne d’Arc à l’assaut du Fort des Tourelles, Jean-Louis-César Lair, 1808, mairie de Janville, Eure-et-Loir

Certaines images appartenant à ce stéréotype sont aussi érotisées. Ainsi lorsque le torse de la jeune femme semble protégé par une sorte de cuirasse ou de plastron très moulant, laissant apparaître la forme de ses seins et même son nombril (nous rencontrerons d’autres exemples de « cuirasses moulantes »).

Galerie militaire. Siège d'Orléans, Jeanne d'Arc blessée à la gorge fut contrainte de se retirer [...], circa 1850
Galerie militaire. Siège d’Orléans, Jeanne d’Arc blessée à la gorge fut contrainte de se retirer […], circa 1850

À ce stade, un bref rappel sur la littérature concernant Jeanne d’Arc est nécessaire pour comprendre certaines des références visuelles à une Jeanne séduisante ou amoureuse.

Les œuvres romanesques sur Jeanne d’Arc

Le personnage et les actions de Jeanne d’Arc ont suscité de son vivant une multitude de témoignages et de récits. Le nombre d’écrits qui la concerne s’est encore accru après sa mort (1431) et son procès en nullité de condamnation vingt-cinq ans plus tard (1456). De l’avis des historiens, Jeanne est incontestablement l’un des personnages du Moyen Âge que l’on connaît le mieux. L’intérêt pour le personnage a toujours existé. Que ce soit du point de vue historique, littéraire ou iconographique, Jeanne d’Arc n’est certainement pas une invention du 19ème siècle comme on a pu le lire parfois.

À côté de récits historiques, religieux ou politiques, toute une littérature romanesque concernant Jeanne d’Arc s’est développé très tôt8. Le premier roman sur Jeanne d’Arc, La Poncella de Francia, a été écrit en Espagne vers 1474-1480, probablement par Juan de Gamboa. L’histoire retracée est totalement fantaisiste. Ainsi, Jeanne ne meurt pas sur le bûcher. À la fin de sa vie, elle passe son temps à refuser les avances de ses nombreux prétendants et à lire tranquillement9. Dès le 15ème siècle donc, la littérature romanesque ne craint pas d’évoquer une vie amoureuse de Jeanne.

Plusieurs œuvres d’auteurs illustres ont par la suite inspiré une iconographie de Jeanne d’Arc représentée en séductrice ou en amoureuse.

Dans sa pièce Henry VI, Part 1, Shakespeare campe une Jeanne à la fois sorcière et fille à soldats (selon le camp Anglais), mais aussi sainte et inspirée (pour le camp Français). Jeanne est en proie à des visions infernales10. Elle est aussi rusée et menteuse. Pour échapper au bûcher, elle prétend tout d’abord qu’elle est enceinte, puis elle s’invente une filiation royale11.

Deux siècles plus tard, Schiller compose Die Jungfrau von Orléans (La Pucelle d’Orléans) en 1801. Dans cette pièce romantique et patriotique, Jeanne tombe amoureuse d’un jeune combattant gallois, Lionel, alors qu’elle était sur le point de le tuer. Dès lors, ses compagnons la rejette comme étant une sorcière. Elle reprend le combat contre les Anglais après avoir retrouvé la confiance des Français, puis elle est blessée et meurt près de Lionel sur le champ de bataille. La pièce a inspiré en partie les opéras Giovanna d’Arco de Verdi (1845) et La Pucelle d’Orléans de Tchaïkovski (1879) où Lionel est cette fois Bourguignon.

Jeanne d’Arc a inspiré de très nombreux artistes durant six siècles; dernier en date probablement, David Byrne prépare actuellement une adaptation musicale de la vie de Jeanne d’Arc. En ce qui concerne l’imagerie de Jeanne, certaines œuvres littéraires, théâtrales ou musicales ont aussi joué un rôle important en inspirant des scénarios ou en suscitant des adaptations, ou bien encore en ayant été jouées à de nombreuses reprises. C’est le cas notamment de Personal Recollections of Joan of Arc (Mark Twain, 1896), Saint Joan (George Bernard Shaw, 1923), Sainte Jeanne des abattoirs (Bertolt Brecht, 1930), Jeanne d’Arc au bûcher (oratorio de Paul Claudel et Arthur Honegger, 1938), L’Alouette (Jean Anouilh, 1953). Mentionnons enfin le roman Gilles et Jeanne de Michel Tournier (1983).

Le « cas » Voltaire

Voltaire a commencé à rédiger son « poème héroï-comique » La Pucelle d’Orléans vers 1730. Après l’avoir retravaillé pendant des années, il est publié en 1755. Le texte a souvent été complété et modifié par des auteurs anonymes et par Voltaire lui-même, si bien qu’il en existe plusieurs versions dont certaines sont très érotiques.

La Jeanne de Voltaire est une simplette montée sur un âne ailé fort entreprenant. Dans la variante la plus pornographique, Jeanne est « honorée » par son animal lubrique, tandis que dans d’autres versions, c’est à Dunois qu’elle donne son pucelage12.

Les éditions anciennes de La Pucelle ont été illustrées par différents artistes. Certaines de ces gravures peuvent être qualifiées de « lestes », d’autres sont bien plus explicites, et certaines sont franchement pornographiques. Quelques-unes de ces images sont rassemblées à la fin de cet article.

Cette œuvre de Voltaire a été fréquemment jugée scandaleuse et l’on considère parfois qu’elle a donné une piètre image de Jeanne d’Arc. Avec le recul, c’est peut-être l’inverse qui s’est produit. La Jeanne burlesque et dévergondée de Voltaire est désormais largement oubliée, tandis que l’historienne Françoise Michaud-Fréjaville estime que La Pucelle de Voltaire a provoqué « une série de travaux pour démolir le portrait de la « pauvre idiote » tracé par le philosophe des Lumières et ce sont ces études qui firent avancer la recherche historique. »13.

Jeanne en spectacle

La première partie de la pièce Henry VI de Shakespeare a suscité plusieurs gravures ou peintures. Jeanne y est figurée en femme épanouie ou comme une sorcière. Elle est quelquefois singulièrement aguicheuse, comme sur la dernière image présentée ici où elle porte une sorte de cuirasse moulante qui révèle ses formes.

Miss Stuart in Joan La Pucelle, Henry VI, Part 1 by William Shakespeare, George Simon Harcourt, printed for J. Bell, London, 1786 / Joan of Arc and the Furies, depicting a scene in Henri VI, Part 1, William Hamilton, Vassar College, Art Gallery, circa 1795 / Joan of Arc donning her helmet in Henry VI, Part 1, by William Shakespeare, late 18th or early 19th century
Miss Stuart in Joan La Pucelle, Henry VI, Part 1 by William Shakespeare, George Simon Harcourt, printed for J. Bell, London, 1786 / Joan of Arc and the Furies, depicting a scene in Henri VI, Part 1, William Hamilton, Vassar College, Art Gallery, circa 1795 / Joan of Arc donning her helmet in Henry VI, Part 1, by William Shakespeare, late 18th or early 19th century

Fréquemment joué au 19ème siècle, le drame de Schiller Die Jungfrau von Orléans a lui aussi généré une iconographie abondante. Dans les illustrations de la pièce, c’est une Jeanne amoureuse de Lionel qui est souvent représentée.

Die Jungfrau von Orleans und Lionel, dessin de Ludwig Ferdinand Schnorr von Carolsfeld, gravure de C. Rahl, oeuvres de Schiller, édition originale, Vienne et Stuttgart 1819 / Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1820 / Schillers 'Die Jungfrau von Orleans', Friedrich Pecht, Schiller-Galerie. Charaktere aus Schiller’s Werken, 1859
Die Jungfrau von Orleans und Lionel, dessin de Ludwig Ferdinand Schnorr von Carolsfeld, gravure de C. Rahl, oeuvres de Schiller, édition originale, Vienne et Stuttgart 1819 / Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1820 / Schillers ‘Die Jungfrau von Orleans’, Friedrich Pecht, Schiller-Galerie. Charaktere aus Schiller’s Werken, 1859

La gravure de 1859 ci-dessus comme les photos des actrices qui ont joué le rôle aux alentours de 1900 montrent une Jeanne resplendissante de féminité malgré son armure. Elle a une chevelure particulièrement longue surmontée d’un casque fantaisiste. On retrouve ces caractéristiques sur une affiche de 1928 où l’armure de Jeanne est devenue considérablement sexualisée.

Emma Berndl als Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1900 / Lotte Medelsky als Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1900 / Affiche pour 'Die Jungfrau von Orleans' de Friedrich Schiller. Illustration de Wilhelm Kehrer, 1928
Emma Berndl als Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1900 / Lotte Medelsky als Die Jungfrau von Orleans, Friedrich Schiller, circa 1900 / Affiche pour ‘Die Jungfrau von Orleans’ de Friedrich Schiller. Illustration de Wilhelm Kehrer, 1928

Dans le film de Cecil B. DeMille Joan the Woman (1916), dont le scénario écrit par une femme, Jeanie MacPherson, s’inspire largement de la pièce de Schiller, Jeanne tombe amoureuse du beau chevalier anglais Eric Trent (qui remplace le Lionel de Schiller).

Joan the Woman, dir. Cecil B. DeMille, 1916, Joan (Geraldine Farrar) and Eric Trent (Wallace Reid)
Joan the Woman, dir. Cecil B. DeMille, 1916, Joan (Geraldine Farrar) and Eric Trent (Wallace Reid)

Durant la Seconde Guerre mondiale, le rôle de Jeanne dans la pièce de Schiller a aussi été tenu par l’actrice autrichienne Judith Holzmeister, connue pour son action dans la Résistance au Volkstheater de Vienne. À cette époque, la longue chevelure qui caractérisait le personnage n’était plus de mise. Remarquons aussi l’apparition du pantalon en cotte de mailles.

Lionel (O.W. Fischer) und Johanna (Judith Holzmeister) in Schillers 'Die Jungfrau von Orleans', dir. Walter Bruno Iltz, 1942
Lionel (O.W. Fischer) und Johanna (Judith Holzmeister) in Schillers ‘Die Jungfrau von Orleans’, dir. Walter Bruno Iltz, 1942

L’érotisation du personnage peut être plus flagrante encore dans les adaptations modernes. Dans une mise en scène de 2013, Jeanne apparaît torse nu sur scène.

Schillers 'Die Jungfrau von Orleans', dir. Tilman Gersch, Musik Bernd Jestram, Sybille Weiser as Johanna d'Arc, 2013
Schillers ‘Die Jungfrau von Orleans’, dir. Tilman Gersch, Musik Bernd Jestram, Sybille Weiser as Johanna d’Arc, 2013

Le procédé avait déjà été utilisé en 1992 dans une mise en scène du Jeanne au bûcher de Claudel, qui ne se prête pourtant pas notoirement à ce type d’adaptation.

Jeanne d'Arc au bûcher, de Paul Claudel, mise en scène de Claude Régy, avec Isabelle Huppert, Opéra national de Paris-Bastille, photo Daniel Cande, 09-10-1992, Gallica-BnF
Jeanne d’Arc au bûcher, de Paul Claudel, mise en scène de Claude Régy, avec Isabelle Huppert, Opéra national de Paris-Bastille, photo Daniel Cande, 09-10-1992, Gallica-BnF

Désormais, lorsque l’une des grandes œuvres classiques où Jeanne apparaît est représentée, son érotisation est assez courante.

Alexander Matrosov as Cauchon and Anastasia Panina as Joan of Arc; choreography by Sergei Zemlyansky based on Bernard Shaw's play 'Saint Joan', Moscow's Pushkin Theater, photo Alex Yocu, 2015
Alexander Matrosov as Cauchon and Anastasia Panina as Joan of Arc; choreography by Sergei Zemlyansky based on Bernard Shaw’s play ‘Saint Joan’, Moscow’s Pushkin Theater, photo Alex Yocu, 2015

Examinons maintenant les équipements de protection dans lesquels Jeanne apparaît délibérément sexualisée.

Armures à rouelles

Toutes les armures ou presque dans lesquelles Jeanne est représentée sont fantaisistes. Au mieux, elles sont inspirées de celles de la fin du 15ème ou même du début du 16ème siècle14. Les artistes et costumiers ont fréquemment choisi pour Jeanne une armure dotée de rouelles, ces pièces de métal le plus souvent circulaires qui renforçaient la protection au niveau des articulations de l’épaule, du coude, du genou (la rouelle est parfois appelée bésague, ou besague, besagew en anglais).

Vers 1900, sur certaines gravures, peintures ou cartes postales, les rouelles sont placées sur la poitrine, protégeant non plus les articulations des épaules mais les seins de Jeanne.

Le sacre de Charles VII, circa 1900 / Joan of Arc, Wolfram Onslow Ford, circa 1900, Williamson Art Gallery & Museum / Jeanne d'Arc, épée et bannière, carte postale, circa 1900
Le sacre de Charles VII, circa 1900 / Joan of Arc, Wolfram Onslow Ford, circa 1900, Williamson Art Gallery & Museum / Jeanne d’Arc, épée et bannière, carte postale, circa 1900

Dès 1909, c’est une telle armure sexuée, avec les rouelles sur la poitrine, qu’endosse la jeune figurante lors des fêtes de Jeanne d’Arc à Compiègne.

Compiègne - Fêtes de Jeanne d'Arc, cartes postales, 1909
Compiègne – Fêtes de Jeanne d’Arc, cartes postales, 1909

Ces armures à rouelles particulières ne sont pas rares au début du 20ème siècle, à la fois sur les cartes postales et les photos des fêtes johanniques qui se déroulent dans différentes villes de France liées à l’histoire de Jeanne d’Arc. À ce propos, il est remarquable que lors des plus anciennes et prestigieuses de ces fêtes, celles d’Orléans, qui se déroulent chaque année presque sans interruptions depuis 1431, c’était un jeune garçon qui figurait Jeanne jusqu’en 1912. Pour les édiles d’Orléans en effet, une jeune fille ne pouvait alors monter à cheval comme un homme et traverser la ville15. Les fêtes orléanaises qui furent le modèle de celles de Blois et Rouen étaient apparemment plus traditionalistes que celles de Compiègne.

Compiègne 23 mai 1440, La Pucelle restée en arrière pour couvrir la retraite..., circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Compiègne, fêtes de Jeanne d'Arc, Jeanne d'Arc à cheval, photographie de presse, Agence Rol, 1913, Gallica-BnF / Orléans - les fêtes du 500e anniversaire de Jeanne d'Arc, 1929
Compiègne 23 mai 1440, La Pucelle restée en arrière pour couvrir la retraite…, circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Compiègne, fêtes de Jeanne d’Arc, Jeanne d’Arc à cheval, photographie de presse, Agence Rol, 1913, Gallica-BnF / Orléans – les fêtes du 500e anniversaire de Jeanne d’Arc, 1929

Armures sexualisées

Les armures à rouelles sur la poitrine semblent cependant moins nombreuses que les armures dotées de renforts sur les seins, comme si les rouelles étaient intégrées à la cuirasse métallique.

Jeanne d'Arc, Almanach de la Cour, de la Ville et des Départemens. Pour l'année 1820. Orné de jolies gravures. Paris, Janet, 1820, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Jeanne d'Arc, ou l'Héroïne française, par Mme A. Gottis. Tome 3, par Augustine Gottis, frontispice, A. Bertrand (Paris), 1822, Gallica-BnF / Jeanne d'Arc - cent-vingt-trois maquettes de costumes, par Alfred Albert, Paul Lormier, Théo Guérin, Emmanuel Frémiet, circa 1870, Gallica-BnF
Jeanne d’Arc, Almanach de la Cour, de la Ville et des Départemens. Pour l’année 1820. Orné de jolies gravures. Paris, Janet, 1820, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Jeanne d’Arc, ou l’Héroïne française, par Mme A. Gottis. Tome 3, par Augustine Gottis, frontispice, A. Bertrand (Paris), 1822, Gallica-BnF / Jeanne d’Arc – cent-vingt-trois maquettes de costumes, par Alfred Albert, Paul Lormier, Théo Guérin, Emmanuel Frémiet, circa 1870, Gallica-BnF
Vive la liberté, Ligue des femmes françaises, musique de E. André (L'appel), adaptation du chant 'Le clairon' de Paul Déroulède, estampe H. de Sta, 1902, Gallica-BnF / Jehanne d'Arc obtient de N. D. de Lagny la résurrection d'un enfant, carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Sainte Jeanne d'Arc, patronne de la Lorraine, circa 1943, Gallica-BnF
Vive la liberté, Ligue des femmes françaises, musique de E. André (L’appel), adaptation du chant ‘Le clairon’ de Paul Déroulède, estampe H. de Sta, 1902, Gallica-BnF / Jehanne d’Arc obtient de N. D. de Lagny la résurrection d’un enfant, carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Sainte Jeanne d’Arc, patronne de la Lorraine, circa 1943, Gallica-BnF

Au début du 20ème siècle, période d’intense ferveur catholique pour Jeanne en raison de sa béatification puis de sa sanctification, la statuaire johannique s’est considérablement développée. Une production de masse s’est alors organisée, chaque église voulait sa statue, et les motifs, les attitudes et les compositions des œuvres étaient fréquemment copiées d’un modèle à un autre. Même si elles ne sont pas les plus nombreuses, il existe ainsi quelques statues à l’armure sexualisée.

Statue de Jeanne d'Arc, Fondeur RAFFL, Le Mont Saint Michel, entrée de l'église paroissiale de St-Pierre; statue commandée en 1901 et inaugurée en 1908 / Statue de Jeanne d'Arc à Bourbonne-les-Bains (statue disparue), carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Jeanne d'Arc au combat, par J. Berthoz, église de Plesder, Ille-et-Vilaine, circa 1910
Statue de Jeanne d’Arc, Fondeur RAFFL, Le Mont Saint Michel, entrée de l’église paroissiale de St-Pierre; statue commandée en 1901 et inaugurée en 1908 / Statue de Jeanne d’Arc à Bourbonne-les-Bains (statue disparue), carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Jeanne d’Arc au combat, par J. Berthoz, église de Plesder, Ille-et-Vilaine, circa 1910

Le renforcement bien visible de l’armure sur la poitrine est devenu l’un des attributs essentiels des figurations de Jeanne, utilisé par les artistes modernes comme par les illustrateurs contemporains.

Jeanne d'Arc, Roger de La Fresnaye, 1912, Troyes, musée d'Art moderne / Jeanne d'Arc, par Robert Tatin, Musée Robert Tatin - Allée des géants, Cossé-le-Vivien, Mayenne, circa 1970 / Jeanne, par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse, 2004
Jeanne d’Arc, Roger de La Fresnaye, 1912, Troyes, musée d’Art moderne / Jeanne d’Arc, par Robert Tatin, Musée Robert Tatin – Allée des géants, Cossé-le-Vivien, Mayenne, circa 1970 / Jeanne, par Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse, 2004

Bustiers métalliques

À l’époque où l’image de Jeanne en chapeau à plume était triomphante (voir ci-dessus), elle était quelquefois représentée avec un bustier métallique porté au plus près du corps en guise d’armure.

Portrait of Joan of Arc (1412-1431), engraving by Sergent, 1787. Full Credit DEA - M. Seemuller - Granger, NYC / Époques ou beautés et faits mémorables de l'histoire de France, depuis l'origine de la monarchie jusqu'à l'arrivée de Louis XVIII dans sa capitale, René-Jean Durdent, A. Eymery, 1818, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Jeanne d'Arc, dessin de Raffet gravé par Ch. Ransonnette, 1840
Portrait of Joan of Arc (1412-1431), engraving by Sergent, 1787. Full Credit DEA – M. Seemuller – Granger, NYC / Époques ou beautés et faits mémorables de l’histoire de France, depuis l’origine de la monarchie jusqu’à l’arrivée de Louis XVIII dans sa capitale, René-Jean Durdent, A. Eymery, 1818, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Jeanne d’Arc, dessin de Raffet gravé par Ch. Ransonnette, 1840

Cuirasses moulantes

L’enveloppe de protection que forme le bustier est parfois difficile à distinguer de la cuirasse moulante dont nous avons déjà rencontré quelques exemples. Il existe ainsi des images d’Épinal figurant une Jeanne franchement sexualisée en cuirasse moulante qui laisse apparaître les tétons des seins. Ces illustrations sont assez curieuses car elles étaient probablement produites dans un but éducatif, donc vues par des enfants.

Jeanne d'Arc fait sacrer le roi Charles VII dans la cathédrale de Reims, Image d'Épinal, Pinot & Sagaire, Archives départementales des Vosges
Jeanne d’Arc fait sacrer le roi Charles VII dans la cathédrale de Reims, Image d’Épinal, Pinot & Sagaire, Archives départementales des Vosges
Jeanne-d'Arc bat les Anglais et délivre la ville d'Orléans, Image d'Épinal, circa 1875, Pellerin & Cie Editeurs, Épinal, Musée National de l'Éducation
Jeanne-d’Arc bat les Anglais et délivre la ville d’Orléans, Image d’Épinal, circa 1875, Pellerin & Cie Editeurs, Épinal, Musée National de l’Éducation

De rares statues présentent également ce type de cuirasse près du corps.

Statue de Jeanne d'Arc par L. Brumann, circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans
Statue de Jeanne d’Arc par L. Brumann, circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans

Cottes de mailles

Les images représentant Jeanne avec une cotte de mailles sont également relativement rares. Dans la plupart des cas, la tenue est là encore sexualisée. On remarquera sur la troisième image que l’actrice qui joue dans la pièce de Schiller a aussi tenu ce rôle dans une armure à rouelle (voir ci-dessus).

Jeanne d'Arc - Trauerspiel in fünf Aufzügen, by Karl Friedrich Gottlob Wetzel, artist E. G. (Ephriam Gottlieb) Krüger, Brockhaus, Leipzig, 1817 / Joan of Arc, St. Peter's Episcopal Church in Albany (New York), stained glass by the London designers Clayton & Bell, 1885 / Emma Berndl als Die Jungfrau von Orleans bei Friedrich Schiller, carte postale, circa 1900
Jeanne d’Arc – Trauerspiel in fünf Aufzügen, by Karl Friedrich Gottlob Wetzel, artist E. G. (Ephriam Gottlieb) Krüger, Brockhaus, Leipzig, 1817 / Joan of Arc, St. Peter’s Episcopal Church in Albany (New York), stained glass by the London designers Clayton & Bell, 1885 / Emma Berndl als Die Jungfrau von Orleans bei Friedrich Schiller, carte postale, circa 1900

La cotte de mailles paraît désormais plus utilisée dans les spectacles modernes, notamment au théâtre, peut-être pour des raisons de commodité de costume.

An Age of Kings - Henry VI Part 1 - The Red Rose and the White, dir Michael Hyes, avec Eileen Atkins, BBC, 1960 / The War of the Roses - Henry VI, d'après William Shakespeare, par Robin Midgley et Michael Hayes, avec Janet Suzman, BBC, 1965 / Joan of Arc (miniseries), dir. Christian Duguay, Leelee Sobieski as Joan of Arc, 1999
An Age of Kings – Henry VI Part 1 – The Red Rose and the White, dir Michael Hyes, avec Eileen Atkins, BBC, 1960 / The War of the Roses – Henry VI, d’après William Shakespeare, par Robin Midgley et Michael Hayes, avec Janet Suzman, BBC, 1965 / Joan of Arc (miniseries), dir. Christian Duguay, Leelee Sobieski as Joan of Arc, 1999

Intéressons-nous à présent aux épisodes de la vie de Jeanne d’Arc qui ont parfois donné lieu à des images ostensiblement sensuelles.

Extases

Lorsque Jeanne entend ses voix, elle est généralement représentée en extase, les yeux tournés vers le ciel et le visage radieux.

Jeanne d'Arc, by Karl Friedrich Heinrich Strass, Berlin, O. Foerste, 1862 / Joan of Arc, Annie Louise Swynnerton, 1904 / Die Jungfrau von Orleans bei Friedrich Schiller, carte postale allemande, 1907
Jeanne d’Arc, by Karl Friedrich Heinrich Strass, Berlin, O. Foerste, 1862 / Joan of Arc, Annie Louise Swynnerton, 1904 / Die Jungfrau von Orleans bei Friedrich Schiller, carte postale allemande, 1907

Une statue renommée du sculpteur Antonin Mercié synthétise l’ambiguïté de la figure de Jeanne extatique. Dans son interprétation de la statue, l’analyste Robin Blaetz estime que le spectateur de cette Jeanne à la fois enfantine et sensuelle est invariablement voyeur. Pour elle, la jeune femme sculptée par Mercié est divinement et érotiquement passive16.

Joan of Arc - Jeanne d'Arc, sculpteur Antonin Mercié, circa 1895, Annapolis, Maryland, U.S. Naval Academy Museum
Joan of Arc – Jeanne d’Arc, sculpteur Antonin Mercié, circa 1895, Annapolis, Maryland, U.S. Naval Academy Museum

Les historiens de l’art connaissent bien les connotations érotiques des statues ou peintures qui représentent une sainte en état d’extase spirituel. L’œuvre la plus fameuse du genre est certainement l’Extase de Sainte-Thérèse du Bernin (1652) tandis que l’une des plus explicites est probablement La Communion mystique de sainte Catherine de Sienne par François-Léon Benouville (avant 1859). Jeanne n’échappe pas à l’érotisation de l’expérience mystique telle qu’elle est rendue par les artistes.

Saint Joan, John William Waterhouse, unknown date - circa 1910
Saint Joan, John William Waterhouse, unknown date – circa 1910

Certaines œuvres confirment que les artistes actuels savent toujours exprimer la grande sensualité des extases de Jeanne.

Jeanne d'Arc, par Patrice Latger, pastel, circa 2010 / The Exultation of Joan of Arc, by Dani Lachuk, 2010 / Joan of Arc by Michael C Hayes, circa 2012
Jeanne d’Arc, par Patrice Latger, pastel, circa 2010 / The Exultation of Joan of Arc, by Dani Lachuk, 2010 / Joan of Arc by Michael C Hayes, circa 2012

Blessures

Jeanne d’Arc a été blessée plusieurs fois lors de différentes batailles. Elle a été atteinte par une flèche au cou à Orléans, puis assommée à Jargeau, enfin, elle a reçu un trait d’arbalète dans la cuisse à Paris. À chaque fois elle s’est rétablie rapidement.
Les illustrateurs ont quelquefois représenté Jeanne blessée et secourue, bien moins fréquemment toutefois que d’autres scènes de sa vie. Sur quelques-unes de ces images, Jeanne apparaît dénudée sous le regard de ses compagnons d’armes.

Vie de Jeanne d'Arc surnommée la Pucelle d'Orléans, par M. H. Lemaire, Chez Le Prieur, Libraire, 1818 / Jeanne blessée à Orléans, d'après une lithographie de Chasselat (1819), in Mgr Le Nordez, Jeanne d'Arc racontée par l'image, 1898
Vie de Jeanne d’Arc surnommée la Pucelle d’Orléans, par M. H. Lemaire, Chez Le Prieur, Libraire, 1818 / Jeanne blessée à Orléans, d’après une lithographie de Chasselat (1819), in Mgr Le Nordez, Jeanne d’Arc racontée par l’image, 1898

Prison et torture

Bien que les actes du procès en nullité de condamnation mentionnent plusieurs tentatives de viols lorsque Jeanne était en prison, les historiens s’interrogent toujours sur la réalité de ces menaces17. Quoi qu’il en soit, les images de Jeanne en prison la représentent volontiers moquée et insultée par ses geôliers anglais. Certaines de ces illustrations montrent carrément des gardiens ou des visiteurs sadiques dont les mines patibulaires et les attitudes laissent à penser que Jeanne risquait effectivement d’être violée.

Jeanne d'Arc insultée en prison, Isidore Patrois, 1866 / Jeanne d'Arc en prison à Rouen, gravure couleur du 19e siècle / Joan of Arc in Prison, by Howard Pyle, circa 1905
Jeanne d’Arc insultée en prison, Isidore Patrois, 1866 / Jeanne d’Arc en prison à Rouen, gravure couleur du 19e siècle / Joan of Arc in Prison, by Howard Pyle, circa 1905

Les menaces de viol sont plus précises encore lorsque Jeanne est représentée dénudée.

Jeanne d'Arc dans sa prison, dessin extrait d'un ouvrage paru en 1840 / Panthéon des martyrs de la liberté, par Lucien Bessières, ill. R. de Moraine, tome 1, Éditeur Eugène et Victor Penaud Frères, [s. d] circa 1850, Gallica-BnF / Jeanne d'Arc prisonnière. Anonyme, 19ème siècle, circa 1890
Jeanne d’Arc dans sa prison, dessin extrait d’un ouvrage paru en 1840 / Panthéon des martyrs de la liberté, par Lucien Bessières, ill. R. de Moraine, tome 1, Éditeur Eugène et Victor Penaud Frères, [s. d] circa 1850, Gallica-BnF / Jeanne d’Arc prisonnière. Anonyme, 19ème siècle, circa 1890

Si Jeanne n’a pas été torturée, il n’en demeure pas moins que ses juges l’ont menacé au moins une fois de la soumettre à la question. Les instruments de torture préparés lui ont alors été présentés afin de la faire « craquer »18. Cet épisode sadique a donné lieu à des illustrations, y compris au cinéma. Ainsi, Carl Dreyer dans La Passion de Jeanne d’Arc (1928) s’attarde assez complaisamment sur la présentation des instruments de torture à la jeune femme, et ce film, comme celui de Robert Bresson en 1962, révèlent dans ces scènes éprouvantes une Jeanne abandonnée, presque voluptueusement soumise à ses tourmenteurs (et à son metteur en scène…).

"On montra à Jeanne les instruments de torture", Jeanne d'Arc - grand roman national, par Jules Lermina, L. Boulanger (Paris), 1888 / La Passion de Jeanne d'Arc, dir. Carl Theodor Dreyer, avec Renée Falconetti, 1928 / Procès de Jeanne d'Arc, dir. Robert Bresson, avec Florence Carrez [Florence Delay], 1962
« On montra à Jeanne les instruments de torture », Jeanne d’Arc – grand roman national, par Jules Lermina, L. Boulanger (Paris), 1888 / La Passion de Jeanne d’Arc, dir. Carl Theodor Dreyer, avec Renée Falconetti, 1928 / Procès de Jeanne d’Arc, dir. Robert Bresson, avec Florence Carrez [Florence Delay], 1962

Bûcher

Le supplice du bûcher est incontestablement une scène emblématique de l’histoire de Jeanne d’Arc. C’est aussi l’événement qui a inspiré le plus grand nombre d’images érotisées.

Il existe ainsi de nombreuses illustrations et peintures où la jeune femme est ligotée à un poteau dans une attitude et avec une insistance sur les liens qui rappellent inévitablement les pratiques « bondage ».

Jeanne d'Arc sur le bûcher, Alexandre-Évariste Fragonard, 1822 / Histoire des martyrs de la liberté, par Alphonse Esquiros, Éditeur J. Bry aîné (Paris), 1851, page 81, Gallica-BnF / Jeanne au bûcher, Jules Eugène Lenepveu, vers 1886-1890, Panthéon de Paris
Jeanne d’Arc sur le bûcher, Alexandre-Évariste Fragonard, 1822 / Histoire des martyrs de la liberté, par Alphonse Esquiros, Éditeur J. Bry aîné (Paris), 1851, page 81, Gallica-BnF / Jeanne au bûcher, Jules Eugène Lenepveu, vers 1886-1890, Panthéon de Paris
Jeanne d'Arc au bûcher, par Albert Robida, circa 1900 / Jeanne d'Arc, par François Chifflart, circa 1901, Düsseldorfer Auktionshaus / Mort de Jeanne d'Arc, Histoire de France, illustrations de Grobet, 1902
Jeanne d’Arc au bûcher, par Albert Robida, circa 1900 / Jeanne d’Arc, par François Chifflart, circa 1901, Düsseldorfer Auktionshaus / Mort de Jeanne d’Arc, Histoire de France, illustrations de Grobet, 1902

Quelques statues montrent également Jeanne entravée de cette manière.

Statue de Jeanne d'Arc, par Cordonnier, Recueil. Bourgogne, environs de Paris, musées parisiens, Collectionneur Georges Sirot, 1894-1898, Gallica-BnF
Statue de Jeanne d’Arc, par Cordonnier, Recueil. Bourgogne, environs de Paris, musées parisiens, Collectionneur Georges Sirot, 1894-1898, Gallica-BnF

Avec le développement de la photographie puis de l’industrie de la carte postale dans les années 1910, la connotation « bondage » de la scène est devenue plus manifeste encore.

Music hall entertainer Hilda Hammerton as Joan of Arc, 1906 / Jeanne d'Arc brûlée vive à Rouen, carte postale, circa 1910 / Mort de Jeanne d'Arc, carte postale, circa 1910
Music hall entertainer Hilda Hammerton as Joan of Arc, 1906 / Jeanne d’Arc brûlée vive à Rouen, carte postale, circa 1910 / Mort de Jeanne d’Arc, carte postale, circa 1910

Cette connotation est aussi présente dans certaines scènes de films.
L’affiche de Joan of Arc de Victor Fleming présentée ci-dessous est relativement peu connue; elle a été probablement peu utilisée pour la promotion du film. Elle figure une Jeanne enchaînée et en proie aux flammes qui n’est pas sans rappeler les images des magazines d’horreur de l’époque.

Joan of Arc, with Ingrid Bergman, Victor Fleming, 1948, movie poster / The Story of Mankind, dir. Irwin Allen, 1957, Warner Brothers, Hedy Lamarr as Joan of Arc / Procès de Jeanne d'Arc, dir. Robert Bresson, avec Florence Carrez [Florence Delay], 1962
Joan of Arc, with Ingrid Bergman, Victor Fleming, 1948, movie poster / The Story of Mankind, dir. Irwin Allen, 1957, Warner Brothers, Hedy Lamarr as Joan of Arc / Procès de Jeanne d’Arc, dir. Robert Bresson, avec Florence Carrez [Florence Delay], 1962

Sur un certain nombre d’illustrations, Jeanne porte un crucifix à la ceinture.

Joan of Arc's Death at the Stake, Hermann Anton Stilke, 1843, Musée de l'Ermitage / Histoire de Jeanne d'Arc dite La Purcelle d'Orléans - D'après les manuscrits de la Bibliothèque royale, les anciens chroniqueurs et les historiens modernes, Paris, B. Renault Éditeur, 1845 / Imagerie d'Épinal. N° 762, Jeanne d'Arc, libératrice de la France, 1909, Gallica-BnF [dernière image de la planche]
Joan of Arc’s Death at the Stake, Hermann Anton Stilke, 1843, Musée de l’Ermitage / Histoire de Jeanne d’Arc dite La Purcelle d’Orléans – D’après les manuscrits de la Bibliothèque royale, les anciens chroniqueurs et les historiens modernes, Paris, B. Renault Éditeur, 1845 / Imagerie d’Épinal. N° 762, Jeanne d’Arc, libératrice de la France, 1909, Gallica-BnF [dernière image de la planche]

Porté parfois sur la poitrine, inséré dans le vêtement de la suppliciée, le crucifix ajoute un élément transgressif à ces représentations fantasmées.

Jeanne d'Arc - Mais Dieu, dont les desseins restent impénétrables, carte postale WW1, circa 1915, Universität Osnabrück / Joan d'Arc, Jan Styka, oil on canvas, 1922, Polish Museum of America, Chicago
Jeanne d’Arc – Mais Dieu, dont les desseins restent impénétrables, carte postale WW1, circa 1915, Universität Osnabrück / Joan d’Arc, Jan Styka, oil on canvas, 1922, Polish Museum of America, Chicago

Les figurations de Jeanne au bûcher sont souvent explicitement érotisées, comme sur ce bas-relief du sculpteur Gois.

Bas-relief sculpté par Edme Gois, Statue de Jeanne d'Arc, Square des Tourelles à Saint Marceau, Orléans, circa 1803
Bas-relief sculpté par Edme Gois, Statue de Jeanne d’Arc, Square des Tourelles à Saint Marceau, Orléans, circa 1803

La posture où Jeanne tient un crucifix sur sa poitrine, la robe de suppliciée défaite laissant voir ses épaules sur lesquelles ses longs cheveux tombent, a inspiré plusieurs artistes qui se sont apparemment copiés.

Mort de la Pucelle d'Orléans. Les Mystères du peuple, ou Histoire d'une famille de prolétaires, par Eugène Sue, Administration de Librairie (Paris), circa 1850, Gallica-BnF / Joan of Arc, circa 1851, The Library of Congress / Adieux de Jeanne d'Arc - chant national, partition de musique, circa 1880
Mort de la Pucelle d’Orléans. Les Mystères du peuple, ou Histoire d’une famille de prolétaires, par Eugène Sue, Administration de Librairie (Paris), circa 1850, Gallica-BnF / Joan of Arc, circa 1851, The Library of Congress / Adieux de Jeanne d’Arc – chant national, partition de musique, circa 1880
Supplice de Jeanne d'Arc, croquis peint par Ary Scheffer d'après l'original communiqué par Mme Marjolin-Scheffer, in A. Desjardins, Vie de Jeanne d'Arc, Firmin-Didot, 1889 / Le supplice de Jeanne d'Arc sur le bûcher, illustration de Camille Gilbert, 1890 / Joan of Arc at the stake in Rouen, May 30, 1431, coloured engraving, 19th century, circa 1890 Full credit De Agostini Picture Library - Granger, NYC
Supplice de Jeanne d’Arc, croquis peint par Ary Scheffer d’après l’original communiqué par Mme Marjolin-Scheffer, in A. Desjardins, Vie de Jeanne d’Arc, Firmin-Didot, 1889 / Le supplice de Jeanne d’Arc sur le bûcher, illustration de Camille Gilbert, 1890 / Joan of Arc at the stake in Rouen, May 30, 1431, coloured engraving, 19th century, circa 1890 Full credit De Agostini Picture Library – Granger, NYC

Sur la troisième image ci-dessous, un magazine de cinéma allemand reprend la même attitude érotisée pour annoncer le film de Carl Dreyer.

Joan of Arc at the Stake, The France of Joan of Arc, by Andrew Haggard, 1912, New York, John Lane company, p. 335 / Jeanne, Abbaye Saint-Jean de Montierneuf de Poitiers, circa 1920 / Johanna von Orléans, Illustrierter Film-Kurier, Nummer 905, 10 Jahrgang 1928
Joan of Arc at the Stake, The France of Joan of Arc, by Andrew Haggard, 1912, New York, John Lane company, p. 335 / Jeanne, Abbaye Saint-Jean de Montierneuf de Poitiers, circa 1920 / Johanna von Orléans, Illustrierter Film-Kurier, Nummer 905, 10 Jahrgang 1928

Quelques illustrateurs ont poussé l’audace jusqu’à représenter Jeanne seins nus sur le bûcher.

Histoire de France, représentée par figures accompagnées de discours. Les figures gravées par François-Anne David, le discours par M l'Abbé Guyot, tome IV, Paris, 1787 / Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789. [...], par Louis Henri Martin, gravure de Denis Auguste Raffet, 1878, British Library
Histoire de France, représentée par figures accompagnées de discours. Les figures gravées par François-Anne David, le discours par M l’Abbé Guyot, tome IV, Paris, 1787 / Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789. […], par Louis Henri Martin, gravure de Denis Auguste Raffet, 1878, British Library

L’un des dessins les plus audacieux est certainement celui du caricaturiste antisémite Willette paru en couverture de l’hebdomadaire humoristique Le Rire en 1899.

V'là Les English, Le Rire n° 264, Numéro Spécial, 23 Novembre 1899, dessin de Adolphe Léon Willette
V’là Les English, Le Rire n° 264, Numéro Spécial, 23 Novembre 1899, dessin de Adolphe Léon Willette

Il existe aussi des statues érotisées de Jeanne sur le bûcher.

Jeanne d'Arc au bûcher, grand escalier du Palais Archiépiscopal de Rouen - Historial Jeanne d'Arc, circa 1889 / Jeanne vierge et martyre, d'après la statue de G. Clère, in Mgr Le Nordez, Jeanne d'Arc racontée par l'image, 1898, p. 347 / Le Bûcher, d'après le bronze de L. Cugnot, in Mgr Le Nordez, Jeanne d'Arc racontée par l'image, 1898, p. 350
Jeanne d’Arc au bûcher, grand escalier du Palais Archiépiscopal de Rouen – Historial Jeanne d’Arc, circa 1889 / Jeanne vierge et martyre, d’après la statue de G. Clère, in Mgr Le Nordez, Jeanne d’Arc racontée par l’image, 1898, p. 347 / Le Bûcher, d’après le bronze de L. Cugnot, in Mgr Le Nordez, Jeanne d’Arc racontée par l’image, 1898, p. 350

Les artistes modernes par contre ont peu représenté le bûcher de Jeanne. À partir de la fin du 20ème siècle en effet, c’est une image de femme combattante et triomphante qui domine; la Jeanne vaincue et suppliciée, même représentée de manière sensuelle, disparaît peu à peu.

Joan At Stake, circa 2000 / Joan of Arc, by Kristina Gehrmann, 2011 / Joan of Arc [American indie rock band], Fall 2013 US Tour, poster by Jessica Seamans (landland)
Joan At Stake, circa 2000 / Joan of Arc, by Kristina Gehrmann, 2011 / Joan of Arc [American indie rock band], Fall 2013 US Tour, poster by Jessica Seamans (landland)

Les images érotisées de Jeanne sur le bûcher sont parfois semblables à celles qui représentent un bûcher de sorcière ou un autodafé d’hérétique. Les deux catégories de représentations se sont sans doute mutuellement influencées. Ainsi, dans les collections d’images de martyres ou de saints dont regorge Internet, les images suivantes sont fréquemment mentionnées comme étant des images de Jeanne d’Arc.

Autodafé d'une hérétique, gravure probablement originaire d'Espagne, circa 1850 / Hexenschlaf [Le sommeil de la sorcière], d'après Albert von Keller, circa 1889 / Burn Witch Burn, par Cody's Coop, producteur de figurines], 2016
Autodafé d’une hérétique, gravure probablement originaire d’Espagne, circa 1850 / Hexenschlaf [Le sommeil de la sorcière], d’après Albert von Keller, circa 1889 / Burn Witch Burn, par Cody’s Coop, producteur de figurines], 2016

Après avoir étudié une iconographie associée directement à la vie de Jeanne d’Arc et qui remonte pratiquement à son temps, il est temps d’examiner plus précisément d’autres types d’images apparues à partir du 19ème siècle.

Jeanne en suffragette

L’Église ouvre le troisième procès de Jeanne d’Arc en 1874, très longtemps donc après celui de sa condamnation en 1431 et celui en nullité de sa condamnation en 1456. Il aboutira à sa béatification en 1909 et à sa canonisation en 1920. Au 19ème puis au début du 20ème siècle, la popularité de Jeanne d’Arc n’est pourtant pas uniquement religieuse, elle est aussi politique19. Revendiquée par différents partis ou groupes d’influence, Jeanne d’Arc devient un enjeu idéologique qui dépasse les frontières de la France. Elle est alors accaparée par les conservateurs et par l’Église certes, mais aussi par tous les courants de pensée qui se sentent opprimés ou menacés20. Jeanne est donc également perçue comme progressiste.

Conscientes que la visibilité de leur action est fondamentale afin de faire connaître leur mouvement, les suffragettes britanniques et américaines s’accaparent alors l’image de Jeanne d’Arc qu’elles mettent en avant sur leurs affiches et dans les manifestations publiques: « [en Grand-Bretagne] le personnage de Jeanne d’Arc est ensuite fréquemment utilisé. La représentation de l’héroïne patriote avant l’heure, qui mourra au service de sa mission, traduit la radicalisation des suffragettes tout comme leur nouveau slogan “Death or Victory” qui remplace “Deeds not Words” en 1912. L’héroïsation accompagne et stimule la radicalisation. »21. En France, toutefois, cette revendication par les féministes et les suffragettes était « totalement incongrue aux yeux de la plupart »22.

Suffragette poster edited by Christabel Pankhurst, 1912 (via le monde des suffragettes) / Official program - Woman suffrage procession, Washington, March 3, 1913
Suffragette poster edited by Christabel Pankhurst, 1912 (via le monde des suffragettes) / Official program – Woman suffrage procession, Washington, March 3, 1913

Parce qu’elle avait été lâchée par son roi et condamnée par l’Église, Jeanne était certainement pour les féministes du début du vingtième siècle le symbole de l’oppression masculine, mais elle était aussi la personnification de la femme émancipée et décidée. Elle était l’héroïne féminine par excellence, celle qui peut monter à cheval malgré la réprobation, et celle aussi qui est capable de mener une armée23.

Marjorie Annan Bryce on horseback dressed as Joan of Arc at the Women's Coronation Procession, London, 17th June 1911. She is led by another woman in a Robin Hood costume / Inez Milholland Boissevain, wearing white cape, seated on white horse at the National American Woman Suffrage Association parade, March 3, 1913, Washington, D.C., The Library of Congress
Marjorie Annan Bryce on horseback dressed as Joan of Arc at the Women’s Coronation Procession, London, 17th June 1911. She is led by another woman in a Robin Hood costume / Inez Milholland Boissevain, wearing white cape, seated on white horse at the National American Woman Suffrage Association parade, March 3, 1913, Washington, D.C., The Library of Congress

Il est frappant de constater que les suffragettes exploitent les codes visuels médiévalistes alors communs pour représenter Jeanne d’Arc. La jeune femme séduisante dans un Moyen Âge de rêve des affiches semble influencée par les illustrations célèbres de Boutet de Monvel, tandis que les parades à cheval rappellent les images des fêtes données en l’honneur de Jeanne et les cartes postales de l’époque.

Jeanne en images populaires

Les cartes postales sont extrêmement populaires au début du 20ème siècle. Elles donnent à voir une Jeanne inspirée sous les traits d’une charmante jeune femme plongée dans la contemplation les yeux tournées vers le ciel.

Jeanne d'Arc à Reims, Sacre de Charles VII, carte postale colorisée, circa 1910 / Jeanne d'Arc protège la France, carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Jeanne d'Arc, carte postale colorisée, après 1920 [cf. auréole]
Jeanne d’Arc à Reims, Sacre de Charles VII, carte postale colorisée, circa 1910 / Jeanne d’Arc protège la France, carte postale, circa 1910, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Jeanne d’Arc, carte postale colorisée, après 1920 [cf. auréole]

L’accoutrement des comédiennes prend visiblement quelques libertés avec la réalité historique. Les chaussures originales et les bottines élégantes devaient paraître particulièrement attractives à l’époque.

Jeanne d'Arc, la mission, Collection Pierre Boyer, circa 1903 / Nancy - Cortège historique, 1909, Jeanne d'Arc, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans
Jeanne d’Arc, la mission, Collection Pierre Boyer, circa 1903 / Nancy – Cortège historique, 1909, Jeanne d’Arc, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans

De même, les scènes reconstituées de la vie de l’héroïne nous apparaissent outrageusement kitsch mais devaient alors sembler émouvantes.

Eugénie Segond-Weber, dans le drame 'Jeanne d'Arc', Atelier Nadar, circa 1900, base Mistral - Ministère de la Culture / Jeanne d'Arc est blessée en voulant délivrer Paris, carte postale, circa 1910 / Mort de Jeanne d'Arc brûlée vive à Rouen par les Anglais, carte postale, JC Paris, 602, circa 1910
Eugénie Segond-Weber, dans le drame ‘Jeanne d’Arc’, Atelier Nadar, circa 1900, base Mistral – Ministère de la Culture / Jeanne d’Arc est blessée en voulant délivrer Paris, carte postale, circa 1910 / Mort de Jeanne d’Arc brûlée vive à Rouen par les Anglais, carte postale, JC Paris, 602, circa 1910

En marge de notre sujet, on notera enfin que les concepteurs de ces images populaires n’hésitaient pas à affubler Jeanne d’une armure dès son enfance – peut-être une symbolisation à rebours de sa pureté virginale préservée à l’âge adulte.

Enfance de Jeanne d'Arc, circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d'Arc d'Orléans / Jeanne d'Arc, née à Domrémy en 1409, carte postale datée 1913
Enfance de Jeanne d’Arc, circa 1910, carte postale, Centre Jeanne d’Arc d’Orléans / Jeanne d’Arc, née à Domrémy en 1409, carte postale datée 1913

Actrices et modèles en Jeanne d’Arc (1890-1925)

Jusqu’au milieu des années 1920 environ, il était fréquent que les actrices de théâtre et de cinéma (alors muet) soient photographiées en Jeanne d’Arc, qu’elles aient ou non joué ce rôle d’ailleurs. Les poses des photos de la fin du 19ème siècle sont assez conventionnelles et guindées. Les portraits sont très souvent en pied. Les photos les plus connues de cette époque sont celles de Sarah Bernhardt qui a endossé plusieurs fois le rôle.

Joan Of Arc, Photo Study Art Notes Lucien Gros, The Sketch, July 11, 1894 / Lady Helena Gleichen (Countess) as Joan of Arc, by Henry Bullingham; photogravure, 1897; published 1899, National Portrait Gallery, London / Sarah Bernhardt as Joan of Arc, 1898, The Library of Congress
Joan Of Arc, Photo Study Art Notes Lucien Gros, The Sketch, July 11, 1894 / Lady Helena Gleichen (Countess) as Joan of Arc, by Henry Bullingham; photogravure, 1897; published 1899, National Portrait Gallery, London / Sarah Bernhardt as Joan of Arc, 1898, The Library of Congress

Au début du 20ème siècle, ce sont des actrices, chanteuses, danseuses populaires qui sont ainsi photographiées. Ces jeunes femmes évoluaient sur la scène du théâtre musical anglais [Edwardian musical comedy, vers 1890-1914]. Ce ne sont plus systématiquement des portraits en pied. Les bustes et portraits de tête sont fréquents, les visages sont mis en valeur. Il s’agit plutôt pour les photographes de magnifier les actrices, par exemple Ellaline Terriss ou Gabrielle Ray, considérée alors comme la plus belle femme de ce genre spécifiquement britannique.

Ellaline Terriss as Joan of Arc, three photos by Alexander Corbett, circa 1909, National Trust
Ellaline Terriss as Joan of Arc, three photos by Alexander Corbett, circa 1909, National Trust
Gabrielle Ray as Joan of Arc, three photos, unknown photographer, circa 1909
Gabrielle Ray as Joan of Arc, three photos, unknown photographer, circa 1909

À côté des poses conventionnelles toujours présentes, certains de ces portraits sont empreints d’une grande sensualité, tel celui de l’actrice américaine Pauline Chase.

Pauline Chase as Joan of Arc, Teatro alla Scala, Milano, circa 1909 / Mary Kingsley as Joan of Arc in the history play 'Henry IV' Part 1 by William Shakespeare, circa 1910
Pauline Chase as Joan of Arc, Teatro alla Scala, Milano, circa 1909 / Mary Kingsley as Joan of Arc in the history play ‘Henry IV’ Part 1 by William Shakespeare, circa 1910

À partir des années 1920, les silhouettes, les costumes et les attitudes des modèles changent. Leur apparence rappelle les flappers, ces jeunes femmes de l’époque aux cheveux plutôt courts, souvent coupés au carré, dont la jupe courte, l’élégance provocatrice, le comportement envers les normes sociales (en particulier le sexe et l’alcool) heurtaient la bonne société. Leur silhouette était parfois androgyne (en France, on les appelait garçonnes).

La première photo ci-dessous est d’Alfred Cheney Johnston, connu pour avoir photographié les danseuses des revues Ziegfeld Follies qui étaient renommées pour être très jolies (Louise Brooks a été « Ziegfeld girl« ). Le modèle de la photo est inconnu, c’est peut-être une Ziegfeld girl.
Winifred Lenihan qui figure sur la seconde photo est une actrice américaine qui a remporté un grand succès dans la première représentation de Saint Joan de George Bernard Shaw.

Joan of Arc, photo by Alfred Cheney Johnston, circa 1920 / Winifred Lenihan as Joan of Arc, circa 1923
Joan of Arc, photo by Alfred Cheney Johnston, circa 1920 / Winifred Lenihan as Joan of Arc, circa 1923

Étonnamment, aucune des actrices emblématiques des flappers, comme Louise Brooks ou Clara Bow, ne semble avoir posé en Jeanne d’Arc pour un photographe24. Moins connue que les deux noms précédents, l’actrice Mabel Normand a cependant joué dans Joan of Plattsburg (1918), film de propagande sorti à la fin de la Première Guerre mondiale où elle incarne une moderne Jeanne d’Arc.

L’actrice Bebe Daniels quant à elle avait été pressentie pour un projet de film sur Jeanne d’Arc qui n’a pas abouti. Il en reste quelques photos à l’esthétique très flapper.

Bebe Daniels as Joan of Arc, magazine Photoplay, September 1926 / Bebe Daniels as Joan of Arc, circa 1926
Bebe Daniels as Joan of Arc, magazine Photoplay, September 1926 / Bebe Daniels as Joan of Arc, circa 1926

L’affinité entre l’image de Jeanne d’Arc renvoyée sur les photos des années 1920 et les flappers n’est pas seulement induite par la célèbre coupe de cheveux au carré. Dans un article publié en 1922 par le journal de Chicago Flapper Magazine, une jeune femme défend le mode de vie et le style de sa génération en s’appropriant des figures de femmes historiques célèbres, de Cléopâtre à Florence Nightingale en passant par Jeanne d’Arc, en louant leur liberté et leur détermination25.

Jeanne au cirque

Si l’on se remémore les pièces de théâtre et les parades, les références à Jeanne d’Arc en tant qu’objet de spectacle ou de distraction sont anciennes. Sa mobilisation dans une revue de cirque marque une étape singulière dans la sécularisation du personnage. Contemporaine du début de l’industrie culturelle qu’est le cinéma, l’idée du Ringling Brothers Circus ne pouvait probablement rencontrer le succès qu’aux États-Unis; elle était certainement inconcevable en France, tout occupée alors à transformer l’héroïne nationale en sainte.

Ringling Bros, Magnificent 1200 Character Spectacle, Joan of Arc, deux affiches publicitaires, circa 1912, The Library of Congress
Ringling Bros, Magnificent 1200 Character Spectacle, Joan of Arc, deux affiches publicitaires, circa 1912, The Library of Congress

Certaines affiches du spectacle n’hésitaient pas à annoncer « 300 belles danseuses dans des réjouissances enchanteresses » tandis que sur les photos Jeanne arborait un large sourire et une tenue métallisée du plus bel effet, assez différente toutefois de la promesse illustrée précédente.

Ringling Bros, Magnificent 1200 Character Spectacle, Joan of Arc, affiche publicitaire et photo de Jeanne d'Arc, circa 1912
Ringling Bros, Magnificent 1200 Character Spectacle, Joan of Arc, affiche publicitaire et photo de Jeanne d’Arc, circa 1912

Jeanne au cinéma

On dénombre plus d’une centaine de films et de téléfilms inspirés de la vie de Jeanne d’Arc26.

Dans chacune de ces productions, le charme de l’actrice incarnant le personnage a visiblement été un critère important pour le réalisateur. Jeanne au cinéma est pratiquement toujours une belle jeune femme. Le présent article a déjà mentionné Geraldine Farrar (1916), Renée Falconetti (1928), Ingrid Bergman (1948), Jean Seberg (1957), Hedy Lamarr (1957), Florence Carrez (1962), Milla Jovovich (1999), Leelee Sobieski (1999). On peut encore citer parmi les actrices les plus célèbres dans le rôle, Katharine Hepburn (pour un Saint Joan of Arc envisagé par George Cukor), Michèle Morgan, ou bien encore Sandrine Bonnaire.

Katharine Hepburn dans un bout d'essai pour Saint Joan of Arc envisagé par George Cukor, 1934 / Giovanna d’Arco, la santa guerriera, épisode de Destinées - Destini di donne, dir. Jean Delannoy, avec Michèle Morgan, 1953 / Jeanne la Pucelle, dir. Jacques Rivette, avec Sandrine Bonnaire, 1994
Katharine Hepburn dans un bout d’essai pour Saint Joan of Arc envisagé par George Cukor, 1934 / Giovanna d’Arco, la santa guerriera, épisode de Destinées – Destini di donne, dir. Jean Delannoy, avec Michèle Morgan, 1953 / Jeanne la Pucelle, dir. Jacques Rivette, avec Sandrine Bonnaire, 1994

On ne remarque cependant aucune image un tant soit peu érotisée dans les films classiques retraçant la vie de Jeanne d’Arc (si l’on excepte la scène de l’examen de la virginité de Jeanne dans la version de Besson). Il en existe quelques-unes par contre dans les films américains réalisés avant l’introduction du code de censure Hays en 1934 ou bien encore dans les rares films parodiques.
Quelques exemples.

Une statue de cire de Jeanne d’Arc extrêmement réaliste et sensuelle constitue la clé du film d’horreur Mystery of the Wax Museum de Michael Curtiz en 1933 et de son remake House of Wax réalisé vingt ans plus tard.

Monica Bannister as Joan Gale [model of Joan of Arc], Mystery of the Wax Museum, dir. Michael Curtiz, 1933 / Carolyn Jones as Cathy Gray [model of Joan of Arc], House of Wax, dir. André de Toth, 1953
Monica Bannister as Joan Gale [model of Joan of Arc], Mystery of the Wax Museum, dir. Michael Curtiz, 1933 / Carolyn Jones as Cathy Gray [model of Joan of Arc], House of Wax, dir. André de Toth, 1953

Dans Cock of the Air, réalisé par Tom Buckingham et produit par Howard Hughes en 1932, Billie Dove joue le rôle d’une actrice de cabaret parisien interprétant Jeanne d’Arc. Une scène non retenue dans le montage final montrait son amant découpant son armure à l’aide d’un ouvre-boîte. Trop audacieuse sans doute, même pour un film antérieur au code Hays, l’idée sera reprise dans le film musical Gold Diggers of 1933 mais sans référence cette fois à Jeanne d’Arc.

Billie Dove as Lilli de Rosseau plays Joan of Arc, Cock of the Air, directed by Tom Buckingham, produced by Howard Hughes, 1932 / Dick Powell & Ruby Keeler, a metal bathing suit and a can opener; Gold Diggers of 1933, directed by Mervyn LeRoy, 1933
Billie Dove as Lilli de Rosseau plays Joan of Arc, Cock of the Air, directed by Tom Buckingham, produced by Howard Hughes, 1932 / Dick Powell & Ruby Keeler, a metal bathing suit and a can opener; Gold Diggers of 1933, directed by Mervyn LeRoy, 1933

Mentionnons encore trois films curieux des années 1940 qui transposent en quelque sorte le sacrifice de Jeanne d’Arc à l’époque moderne.
Between Us Girls (Henry Koster, 1942), une comédie où sur scène un soldat anglais propose à l’actrice qui joue Jeanne de se marier avec elle.
Joan of Paris (Robert Stevenson, 1942) dans lequel Michèle Morgan voue un culte à Jeanne d’Arc ; elle s’identifie à la sainte et discute le soir avec sa statuette avant d’aller se coucher. L’assimilation est accentuée par le fait que l’actrice porte dans le film un imperméable métallisé.
The Miracle of the Bells (Irving Pichel, 1948) où Alida Valli joue une actrice improvisée interprétant le rôle de Jeanne d’Arc. Son agent tombe amoureux d’elle et l’assiste lorsqu’elle enlève son armure. Mais la jeune actrice, atteinte de tuberculose, meurt d’épuisement en jouant le rôle.

Between Us Girls, dir. Henry Koster, 1942, with Diana Barrymore, Robert Cummings, Kay Francis / Joan of Paris, dir. Robert Stevenson, with Michèle Morgan, 1941 / The Miracle of the Bells, dir. Irving Pichel, with Alida Valli as Olga Treskovna playing Joan of Arc, 1948
Between Us Girls, dir. Henry Koster, 1942, with Diana Barrymore, Robert Cummings, Kay Francis / Joan of Paris, dir. Robert Stevenson, with Michèle Morgan, 1941 / The Miracle of the Bells, dir. Irving Pichel, with Alida Valli as Olga Treskovna playing Joan of Arc, 1948

Le film le plus étonnant est sans doute Historia de la frivolidad, un programme spécial de la télévision espagnole diffusé en 1967, c’est-à-dire en pleine période franquiste. Composé de sketches humoristiques, l’un d’eux montre l’actrice irano-mexicaine Irán Eory déguisée en Jeanne d’Arc effectuant un strip-tease devant un public paillard.

Signalons enfin deux films actuellement difficiles à trouver et pour lesquels nous ne disposons pas d’images.
Dans Le Sourire vertical de Robert Lapoujade (1973), Jeanne « séduit dans sa geôle rouennaise quelque confesseur ou bien est violée par ses gardiens, les deux versions étant exposées avec une certaine complaisance qui fit interdire ce film en 1972, pour pornographie. » (Jean-Pierre Dufreigne, Quelques Pucelle inoubliables, lexpress.fr, 28/10/1999).
Jeanne & Hauviette d’Elizabeth V. Foley, court-métrage sorti en 1993 évoquant la liaison homosexuelle de Jeanne avec son amie d’enfance Hauviette. Au passage, ce n’est pas la première fois qu’une œuvre de fiction attribue à Jeanne cette orientation sexuelle. En 1936 déjà, l’ouvrage Saint Joan of Arc de Vita Sackville-West suggérait que Jeanne était lesbienne.

Les héroïnes de « sword and sorcery »

Les images de Jeanne d’Arc créées durant ces dernières décennies la représentent presque toujours fière et combattante, le plus souvent en armure. Les autres images qui participaient à sa mythologie, depuis les voix à Domrémy jusqu’au bûcher, ont pratiquement toutes disparues. Le stéréotype de la guerrière amazone l’a emporté sur les autres représentations. Il semble bien que l’époque moderne valorise exclusivement en elle une femme de combat, forte et décidée. La mode n’est plus à la figuration d’une jeune fille fragile et tout en douceur, aux figurations mystiques ou sacrificielles. Pourtant, même si cette interprétation de la préférence contemporaine pour une imagerie impétueuse est certainement pertinente, elle doit être complétée. En effet, les formes graphiques utilisées pour représenter Jeanne d’Arc en combattante ont profondément évolué. Elle est désormais beaucoup plus sexualisée qu’auparavant. Cet infléchissement de son image a certainement été provoqué ou tout au moins fortement influencé par l’apparition de nouvelles héroïnes promptes elles-aussi à manier l’épée. C’est à l’émergence de ces figures imaginaires du genre fictionnel sword and sorcery que cette section est consacrée. (Les spécialistes trouveront sans doute que le résumé qui suit est bien trop simplifié, mais il s’agit ici uniquement de comprendre comment l’imagerie prolifique de ce genre a affecté les représentations de Jeanne d’Arc).

L’heroic fantasy [parfois traduit en merveilleux héroïque] est un sous-genre de la fiction dite fantasy où les héros sont individualisés et évoluent dans un contexte antique ou médiéval imaginaire. Le prototype du genre est Conan le Barbare créé par Robert E. Howard dans les années 1930. La sword and sorcery [épée et sorcellerie] est considérée habituellement comme un sous-genre de l’heroic fantasy, plus ténébreux et souvent plus brutal, où les héros munis d’armements rudimentaires mais parfois magiques (les épées) sont confrontés à des ennemis, à des monstres, et aux forces occultes de la sorcellerie.

La première héroïne de sword and sorcery, Jirel of Joiry, est apparue en 1934 dans le pulp magazine27 de fantasy et d’horreur Weird Tales. Créée par la romancière de science-fiction et fantasy Catherine Lucile Moore, qui signait habituellement C. L. Moore, Jirel est une jeune femme fière et audacieuse évoluant dans une France médiévale imprécise. Armée de son épée, elle affronte constamment des forces surnaturelles. Moore a peut-être été influencée par le mythe des Valkyries pour créer son personnage.

Dans l’histoire Quest of the Starstone écrite en 1937 avec son mari Henry Kuttner, Moore croise le personnage de Jirel avec celui de Northwest Smith, un aventurier de l’espace, réalisant avec cette rencontre un bel exemple de crossover littéraire.

Northwest Smith and Jirel of Joiry, Quest of the Starstone, Henry Kuttner and C. L. Moore, art by Virgil Finlay, Weird Tales, November 1937 / Jirel of Joiry collection, C. L. Moore, Paperback Library, 1969 / Jirel de Joiry (Jirel of Joiry), par C. L. Moore, couverture par Philippe Caza, J'ai Lu, 1974
Northwest Smith and Jirel of Joiry, Quest of the Starstone, Henry Kuttner and C. L. Moore, art by Virgil Finlay, Weird Tales, November 1937 / Jirel of Joiry collection, C. L. Moore, Paperback Library, 1969 / Jirel de Joiry (Jirel of Joiry), par C. L. Moore, couverture par Philippe Caza, J’ai Lu, 1974

Sur la première image, Jirel porte une sorte de cote de mailles en guise de protection mais elle a les jambes nues. Les autres images, plus récentes, la représentent encore plus sexualisée.

La rencontre de la fantasy et de l’espace n’est pas une invention de C. L. Moore. On l’observe au tout début des années 1930, lorsque certaines guerrières des étoiles sont déjà affublées de cuirasses ou de soutiens-gorge en métal.

Maza of the Moon, by Otis Adelbert Kline, Argosy, December 21, 1929 / Flood, by Ray Cummings, Argosy, July 28, 1934
Maza of the Moon, by Otis Adelbert Kline, Argosy, December 21, 1929 / Flood, by Ray Cummings, Argosy, July 28, 1934

Les aventures de Jirel of Joiry ont rencontré un grand succès. À partir du début des années 1940, ses exploits ont provoqué l’apparition d’une pléiade d’héroïnes dotées d’épées et régulièrement représentées en cuirasses ou protections certainement inefficaces mais plutôt sexy. Sur les couvertures des pulp magazines puis des comic books, les bikinis métalliques rivalisent avec les cottes de mailles et les cavalières ne sont pas rares. (À noter que le stéréotype se développe en même temps que celui des jungle girls, encore appelées tarzanides féminins, ces jolies filles sauvages et redoutables en bikini de léopard qui évoluent dans une jungle hostile).

Planet Stories, Spring 1940 / Fantastic Adventures, January 1943 / Amazing Stories, June 1949
Planet Stories, Spring 1940 / Fantastic Adventures, January 1943 / Amazing Stories, June 1949
Thrilling Wonder Stories, June 1949 / Fantastic Adventures, December 1950 / Space Busters, spring 1950, cover art by Norman Saunders
Thrilling Wonder Stories, June 1949 / Fantastic Adventures, December 1950 / Space Busters, spring 1950, cover art by Norman Saunders

Jeanne d’Arc elle-même fait son apparition dans des aventures de science-fiction publiées dans les pulps.

92a-SF1
The Iron Woman [An Iron Joan of Arc] Scoops, April 14, 1934, p. 20 / Return of Joan of Arc, by David Wright O’Brien, Fantastic Adventures, May 1942, p. 224-225

Tandis que l’influence de Jirel of Joiry s’étend à d’autres types de pulp magazines bien au delà du champ de la fantasy.
[mise à jour du 9 juillet 2016]

Saucy Movie Tales, January-February 1938 / Blue Book, March 1939
Saucy Movie Tales, January-February 1938 / Blue Book, March 1939

La postérité de Jirel se développe aussi durablement dans d’autres médias.
Dans la littérature de fantasy, elle a inspiré peu ou prou d’autres farouches guerrières, parmi lesquelles Éowyn dans Le Seigneur des anneaux de Tolkien (1954) [qui se déguise en homme à l’instar de Jeanne], Tara of the Twilight de Lin Carter (1979), Brienne of Tarth dans Game of Thrones de G.R.R. Martin (apparue en 1998), ou bien encore Lady Knight de Tamora Pierce (2002), héroïne de fantasy pour les jeunes, non sexualisée. Le genre est toujours bien vivant, comme en atteste la série d’anthologies Chicks in Chainmail éditée par Esther M. Friesner qui regroupe des histoires majoritairement écrites par des femmes et dont les protagonistes sont des personnages féminins.

Dans les séries télévisées, Xena, la princesse guerrière (à partir de 1995) et récemment Lexa dans la série The 100 (2014) peuvent aussi être considérées comme de lointaines descendantes des premières héroïnes de la sword and sorcery.

Les comics américains ont tardé à proposer des histoires d’héroïnes de sword and sorcery. Néanmoins, les jeunes femmes agressives en armures n’étaient pas absentes des publications. Wonder Woman par exemple s’oppose quelquefois à des amazones cuirassées.

Wonder Woman #33, January-February 1949, DC Comics / Wonder Woman #168, February 1967, DC Comics / Wonder Woman #192, January-February 1971, DC Comics
Wonder Woman #33, January-February 1949, DC Comics / Wonder Woman #168, February 1967, DC Comics / Wonder Woman #192, January-February 1971, DC Comics

Il faut attendre les années 1970 avec le relâchement du Comics Code, l’instance d’auto-censure des comics américains, pour voir apparaître Red Sonja qui deviendra rapidement l’archétype du genre pour ce médium.

Conan the Barbarian #24, March 1973 [deuxième apparition de Red Sonja] / Red Sonja #1, January 1977
Conan the Barbarian #24, March 1973 [deuxième apparition de Red Sonja] / Red Sonja #1, January 1977

Apparue en 1973 dans un épisode des aventures de Conan, Red Sonja est alors vêtue d’une cotte de mailles et le bas de son corps n’est pas protégé. Elle prend bientôt son autonomie dans un titre dédié et adopte la tenue improbable qui fera son succès, le bikini en cotte de mailles [chainmail bikini]. Régulièrement dénoncé comme une sexualisation outrée par une partie des auteurs de science-fiction et de bande dessinée28, le chainmail bikini n’en constitue pas moins un poncif visuel de la figuration des héroïnes de sword and sorcery. En réaction au sexisme évident de la garde-robe de Red Sonja, plusieurs dessinateurs défendent une représentation plus « raisonnable » en multipliant les propositions graphiques basées sur l’armure traditionnelle29.

Parmi les héroïnes marquantes du genre, on relève Valda the Iron Maiden (apparue en 1981 dans Arak, Son of Thunder, c’est l’une des très rares qui n’a pas adopté le bikini), Lady Death (depuis 1991) et la sulfureuse Warrior Nun Areala (depuis 1993).

Valda the Iron Maiden, Arak, Son of Thunder #3, November 1981 / Lady Death III - The Odyssey #4, August 1996 / Avengelyne - Warrior Nun Areala, 1994, Maximum Press
Valda the Iron Maiden, Arak, Son of Thunder #3, November 1981 / Lady Death III – The Odyssey #4, August 1996 / Avengelyne – Warrior Nun Areala, 1994, Maximum Press

En schématisant, les solutions graphiques adoptées par les créateurs d’héroïnes de sword and sorcery s’organisent à partir de deux types de vêtements protecteurs, l’armure, ou bien le chainmail bikini, avec de nombreux mélanges et de multiples variations autour de ces deux stéréotypes. En somme, Jeanne d’Arc est une sorte de parangon visuel du premier type, tandis que Red Sonja est celui du second type.

Les nombreuses images de sword and sorcery (et plus généralement d’heroic fantasy) ont fortement influencé les représentations modernes de Jeanne d’Arc. Ce n’est plus une femme menue, aux cheveux courts, un peu androgyne (ex. Jean Seberg). Désormais, elle est forte, extrêmement sexuée, parfois même bodybuildée. Il n’est pas possible de comprendre les illustrations récentes figurant Jeanne d’Arc en oubliant que leurs créateurs connaissent pour la plupart fort bien les images de la fantasy et parfois en produisent.

Pour en terminer avec cette longue parenthèse, il convient de signaler que des influences manifestes existent entre l’histoire de Jeanne d’Arc telle qu’elle est racontée par la fiction et le genre fantasy (au sens large). Ainsi, le drame qui sous-tend et explique toute l’histoire de Jeanne d’Arc selon Luc Besson, l’épisode où Jeanne enfant assiste à l’assassinat puis au viol de sa sœur, s’inspire de celui vécu par le jeune Conan dans la version de John Milius en 1982 où celui-ci assiste impuissant à l’assassinat de ses parents.

Les relations sont plus explicites encore dans la bande dessinée et les romans de fantasy. Quelques exemples.

Witchblade est un titre de comics créé en 1995. Le Witchblade est un gant en acier surnaturel toujours porté par une femme et qui lui donne des pouvoirs extraordinaires. Il a été utilisé par des guerrières renommées tout au long de l’Histoire. Parmi les porteuses de Witchblade, on compte Cléopâtre et Jeanne d’Arc. La connotation sword and sorcery a encore été accentuée récemment lorsque l’actuelle porteuse de Witchblade, Sara Pezzini, a croisé Red Sonja dans une histoire.

Joan of Arc as Witchblade wielder [manieuse de witchblade], circa 2000 / Witchblade-Red Sonja #1 , February 2012, Dynamite [crossover]
Joan of Arc as Witchblade wielder [manieuse de witchblade], circa 2000 / Witchblade-Red Sonja #1 , February 2012, Dynamite [crossover]

Dans la série de romans Rogue Angel publiés par Harlequin depuis 2006, l’héroïne Annja Creed est une archéologue qui hérite de l’épée magique de Jeanne d’Arc.

Enfin, le roman de Benedict Taffin La Pucelle et le Démon revisite l’histoire de Jeanne d’Arc en la transformant en récit de fantasy sombre peuplé de démons redoutables. Chaque chapitre de l’ouvrage est introduit par l’histoire connue et conventionnelle de Jeanne dont l’auteure donne ensuite sa version fantastique.

Rogue Angel - Mystic Warrior by Alex Archer, Worldwide Library Rogue Angel, Harlequin, 2015 / La pucelle et le démon, par Benedict Taffin [Bénédicte Taffin], illustration de couverture par Pascal Quidault, Asgard Éditions, 2012
Rogue Angel – Mystic Warrior by Alex Archer, Worldwide Library Rogue Angel, Harlequin, 2015 / La Pucelle et le Démon, par Benedict Taffin [Bénédicte Taffin], illustration de couverture par Pascal Quidault, Asgard Éditions, 2012

Revenons maintenant aux images récentes de Jeanne d’Arc, tout d’abord dans les comics américains et les séries d’animation, puis dans les mangas et animes japonais, et enfin dans la bande dessinée franco-belge.

Les comics américains et les séries d’animation

Avec le succès du film de Fleming, les premières bandes dessinées américaines dédiées à l’histoire de Jeanne d’Arc sont publiées en 1948 dans la série Classics Illustrated. Par la suite, le sujet ne semble pas intéresser les éditeurs jusqu’à ce que le dessinateur Wallace Wood en propose une version ramassée en trois cases où la beauté de Jeanne contraste avec la mine des soldats qui l’entourent.

Joan of Arc by Wallace Wood, circa 1963
Joan of Arc by Wallace Wood, circa 1963

Jeanne d’Arc n’apparaît plus guère ensuite dans les comics, si ce n’est en personnage secondaire ou référentiel, comme dans une histoire de la série Our Army At War – un war comics – où elle apparaît en vision à une jeune femme blessée.

Il faut attendre 1977 pour que le dessinateur Dean Motter propose une nouvelle histoire dans une revue non pas américaine mais canadienne. Par la suite, à l’exception des images apparentées à l’esthétique fantasy, Jeanne d’Arc semble avoir toujours aussi peu inspiré les auteurs américains. Ce n’est que dans les années 2000 qu’Alan Moore et Gene Ha introduisent le personnage de Joanna « The Maid » Dark dans le roman graphique Top 10: the Forty Niners, récit de science-fiction où elle est une jeune officier de police séduisante, dotée de super pouvoirs, mais néanmoins en armure et cotte de mailles. Plus récemment, la scénariste Shing Yin Khor et le dessinateur James Neish ont interprété l’histoire de Jeanne comme une histoire d’amitié avec Marie, une jeune fille de son âge.

The Escape and Pursuit of Jeanne d'Arc, by Dean Motter, Andromeda #1 [canadian SF comics magazine], 1977, page 44 / Joanna 'The Maid' Dark, personnage de 'Top 10 - The Forty-Niners', written by Alan Moore, drawn by Gene Ha, 2009 / Marie & Jeanne (vol. 1), writer Shing Yin Khor, artist James Neish, Sawdust Press, 2014
The Escape and Pursuit of Jeanne d’Arc, by Dean Motter, Andromeda #1 [canadian SF comics magazine], 1977, page 44 / Joanna ‘The Maid’ Dark, personnage de ‘Top 10 – The Forty-Niners’, written by Alan Moore, drawn by Gene Ha, 2009 / Marie & Jeanne (vol. 1), writer Shing Yin Khor, artist James Neish, Sawdust Press, 2014

Quelques séries américaines d’animation ont revisité l’histoire de Jeanne d’Arc sous forme parodique. Ainsi, la série historique burlesque Histeria! présente une Jeanne maquillée et enjouée, même lorsqu’elle meurt sur le bûcher, tandis que la série Clone High la montre en bikini, amoureuse d’Abraham Lincoln et s’opposant à sa rivale Cleopatra [sic]. Au passage, on remarquera que les histoires extravagantes de Jeanne d’Arc racontées dans les films, les bandes dessinées ou les mangas contemporains s’inscrivent en réalité dans une longue tradition de récits fantaisistes; ces histoires ne sont guère plus saugrenues au fond que celles qui figurent dans La Poncella de Francia au 15ème siècle, chez Shakespeare, Schiller, et bien d’autres auteurs anciens.

Histeria!, Season 1 (1998–1999), episode 15 'Great Heroes of France', created by Tom Ruegger, Warner Bros, 1998-2000 / Joan of Arc, in Clone High, created by Phil Lord, Christopher Miller, Bill Lawrence, 2002-2003 [avec sa rivale Cleopatra]
Histeria!, Season 1 (1998–1999), episode 15 ‘Great Heroes of France’, created by Tom Ruegger, Warner Bros, 1998-2000 / Joan of Arc, in Clone High, created by Phil Lord, Christopher Miller, Bill Lawrence, 2002-2003 [avec sa rivale Cleopatra]

Avec le développement de la fantasy illustrée, l’érotisation des images supposées représenter Jeanne d’Arc va considérablement s’accentuer.
Le magazine de bandes dessinées de science-fiction et fantasy Heavy Metal est lancé en 1977 aux États-Unis. Créé initialement comme l’édition américaine du magazine français Métal Hurlant, il devient rapidement autonome en publiant plus d’auteurs locaux que de traductions. Plusieurs illustrateurs de renom ont réalisé des couvertures de Heavy Metal où figurent des héroïnes sexy caractéristiques de la sword and sorcery. Trois d’entre elles, que l’on doit à Oscar Chichoni et Simon Bisley, sont réputées représenter Jeanne d’Arc selon les fans d’illustrations fantasy bien qu’elles ne semblent pas posséder de titres explicites (la seconde toutefois est expressément Jeanne d’Arc. Par ailleurs, ces deux graphistes ont réalisé respectivement en 1993 et 2012 d’autres œuvres représentant Jeanne d’Arc, voir ci-dessous).

Heavy Metal, Summer 1988, covert art by Oscar Chichoni [couverture reprise en janvier 2002] / Heavy Metal Magazine v25 #1, March 2001, covert art by Simon Bisley / Heavy Metal Magazine, v35 #7, November 2011, covert art by Simon Bisley
Heavy Metal, Summer 1988, covert art by Oscar Chichoni [couverture reprise en janvier 2002] / Heavy Metal Magazine v25 #1, March 2001, covert art by Simon Bisley / Heavy Metal Magazine, v35 #7, November 2011, covert art by Simon Bisley

Depuis 2012, la série Joan of Arc From the Ashes de l’éditeur indépendant Big Dog Ink propose une Jeanne érotique parfois accompagnée de créatures diaboliques aussi séduisantes qu’elle. L’héroïne créée par Tom Hutchison s’écarte néanmoins des stéréotypes habituels de la fantasy; ce n’est pas une guerrière humaine, c’est un ange, elle a une auréole et des ailes façon steampunk.

Joan of Arc #1, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, November 2012, Big Dog Ink / Joan of Arc #3, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, March 2013, Big Dog Ink / [2013, comics] Joan of Arc #4, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, April 2013, Big Dog Ink
Joan of Arc #1, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, November 2012, Big Dog Ink / Joan of Arc #3, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, March 2013, Big Dog Ink / [2013, comics] Joan of Arc #4, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, April 2013, Big Dog Ink

Tout en demeurant martiale, Jeanne est devenue un ange voluptueux comme le confirme les pages intérieures et les couvertures alternatives.

Joan of Arc #1, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, November 2012, Big Dog Ink [alternate] / Joan of Arc #3, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, March 2013, Big Dog Ink [alternate] / Joan of Arc Anniversary, by Jesse Wichmann, 2016, Big Dog Ink
Joan of Arc #1, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, November 2012, Big Dog Ink [alternate] / Joan of Arc #3, by Tom Hutchison, J. B. Neto, Oren Kramek, March 2013, Big Dog Ink [alternate] / Joan of Arc Anniversary, by Jesse Wichmann, 2016, Big Dog Ink

Les mangas et animes japonais

L’image de Jeanne d’Arc est parvenue au Japon par des officiers de marines allemands envoyés au Japon pour former la marine japonaise sous l’ère Meiji (1868-1912). Le premier livre en japonais consacré à Jeanne d’Arc est publié en 1872, bientôt suivi par quelques autres qui la comparaient à des femmes samouraïs célèbres. Dans le mouvement d’occidentalisation de la société caractéristique de cette époque, les Japonais ont immédiatement considéré Jeanne comme une héroïne modèle. Comme bon nombre d’autres récits et mythes occidentaux, l’histoire de Jeanne a ensuite été adaptée dans les bandes dessinées (manga) et les films d’animation (anime) sans souci de vérité historique ni même de rationalité30.

La première allusion claire à Jeanne intervient dans le film d’animation Belladonna of Sadness [Kanashimi no Belladonna] réalisé en 1973 par Eiichi Yamamoto. Librement inspiré de l’ouvrage La Sorcière de Michelet, Jeanne est violée par un baron. Elle a alors la vision d’un esprit qui l’engage à se venger. Elle sera finalement brûlée comme sorcière sur un bûcher en forme de croix.
L’esthétique du film est imprégnée du psychédélisme et de l’érotisme des années 197031.

Kanashimi no Belladonna (Belladonna of Sadness), Eiichi Yamamoto, 1973, Mushi Production
Kanashimi no Belladonna (Belladonna of Sadness), Eiichi Yamamoto, 1973, Mushi Production

À partir du milieu des années 1990, plusieurs créateurs de mangas et animes s’emparent du personnage de Jeanne d’Arc. Les récits proposés prennent en général des libertés considérables avec la véritable histoire et les propositions graphiques sont variées. Pour certains auteurs, Jeanne n’est pas encore une adolescente; c’est une enfant, même lorsqu’ils la représentent en armes.

D'arc 1 - Histoire de Jeanne d'Arc, by Kenichi Sakemi and Katsuya Kondo, Editions Tokuma Shoten (tome 1), 1995 / Iron Maiden Jeanne, in Shaman King, written by Hiroyuki Takei, 2004-2005 / Puella Magi Tart Magica, Vol. 1 - The Legend of Jeanne d'Arc, Magica Quartet (Auteur), Kawazukuu (Artiste), Masugitsune (Artiste), 2015
D’arc 1 – Histoire de Jeanne d’Arc, by Kenichi Sakemi and Katsuya Kondo, Editions Tokuma Shoten (tome 1), 1995 / Iron Maiden Jeanne, in Shaman King, written by Hiroyuki Takei, 2004-2005 / Puella Magi Tart Magica, Vol. 1 – The Legend of Jeanne d’Arc, Magica Quartet (Auteur), Kawazukuu (Artiste), Masugitsune (Artiste), 2015

En 1995-1996, Yoshikazu Yasuhiko publie un manga en couleurs en trois volumes qui retrace l’histoire d’une jeune fille, Emile de Beaudricourt, dont la vie est parallèle à celle de Jeanne d’Arc.

Joan, by Yoshikazu Yasuhiko, Book I, II, III, ComicsOne, édition originale 1995–1996
Joan, by Yoshikazu Yasuhiko, Book I, II, III, ComicsOne, édition originale 1995–1996

Chez Yasuhiko, les adolescentes sont jolies mais elles ne sont pas particulièrement sexualisées. Dans bon nombre de mangas plus récents en revanche, Jeanne est une jeune fille clairement sexualisée. C’est le cas de la série Kamikaze Kaitou Jeanne [Phantom Thief Jeanne / Jeanne la voleuse kamikaze], shojo manga [manga destiné à un public féminin jeune] écrit par une femme, Arina Tanemura, où la jeune héroïne peut se transformer en une réincarnation de Jeanne d’Arc. La série Afterschool Charisma, shonen manga [manga destiné à un public masculin jeune] créé par une autre femme, Kumiko Suekane, décrit une école réservée à des clones de figures historiques, dont une réplique de Jeanne d’Arc. Enfin, la série Devils and Realist, que l’on doit encore à une femme, Madoka Takadono, met en scène des humains, des démons (dont Gilles de Rais) et des anges (dont Jeanne d’Arc). Il est remarquable que ces trois mangakas femmes aient retenu Jeanne d’Arc comme personnage central de leurs créations et que leurs interprétations graphiques respectives s’accordent pour la représenter juvénile et sexualisée. L’interprétation sexiste habituelle que le lecteur occidental à tendance à projeter sur ces images inhabituelles de Jeanne mérite d’être questionnée.

Kamikaze Kaitou Jeanne [Phantom Thief Jeanne], by Arina Tanemura, 1998-2000 / Kamikaze Kaitou Jeanne, vol. 1, by Arina Tanemura, 2005 / Joan of Arc clone, Afterschool Charisma, by Kumiko Suekane, 2009-2014 / [anime] Jeanne d'Arc, Makai Ouji - Devils and Realist, by Madoka Takadono, 2009-2016
Kamikaze Kaitou Jeanne [Phantom Thief Jeanne], by Arina Tanemura, 1998-2000 / Kamikaze Kaitou Jeanne, vol. 1, by Arina Tanemura, 2005 / Joan of Arc clone, Afterschool Charisma, by Kumiko Suekane, 2009-2014 / [anime] Jeanne d’Arc, Makai Ouji – Devils and Realist, by Madoka Takadono, 2009-2016

L’héroïne de ces histoires n’est pas le personnage historique de Jeanne d’Arc mais une adolescente actuelle qui se retrouve identifiée avec Jeanne d’Arc par un truchement magique ou merveilleux quelconque. Elle est en général fondamentalement pacifiste et n’apparaît que rarement en guerrière.

Sumiko Amakawa presents Jeanne d'Arc, Asuka Comics DX, 1995-1996 / Kamikaze Kaitou Jeanne [Phantom Thief Jeanne], by Arina Tanemura, 2005 / Jeanne d'Arc, by Masakatsu Adachi, Poplar, 2011-2012
Sumiko Amakawa presents Jeanne d’Arc, Asuka Comics DX, 1995-1996 / Kamikaze Kaitou Jeanne [Phantom Thief Jeanne], by Arina Tanemura, 2005 / Jeanne d’Arc, by Masakatsu Adachi, Poplar, 2011-2012

Quelques illustrations de Jeanne d’Arc en arme apparaissent nettement sexualisées.

Joan of Arc, Hetalia - Axis Powers, created by Hidekaz Himaruya, published by Gentosha, 2006-2013 / Jeanne d'Arc, in Aria The Scarlet Ammo, written by Chugaku Akamatsu, illustrated by Kobuichi, 2008 [digital manga] / Jeanne d'Arc, Rage of Bahamut - Genesis, directed by Keiichi Sato, 2014 [anime] / Joan of Arc, in Drifters, by Kouta Hirano, 2009-2016
Joan of Arc, Hetalia – Axis Powers, created by Hidekaz Himaruya, published by Gentosha, 2006-2013 / Jeanne d’Arc, in Aria The Scarlet Ammo, written by Chugaku Akamatsu, illustrated by Kobuichi, 2008 [digital manga] / Jeanne d’Arc, Rage of Bahamut – Genesis, directed by Keiichi Sato, 2014 [anime] / Joan of Arc, in Drifters, by Kouta Hirano, 2009-2016

Enfin, de multiples créations amalgament l’esthétique sword and sorcery aux codes graphiques du manga.

D'Arcmon, in Digimon, created by Akiyoshi Hongo, Toei Animation, 1997-1999 [manga, anime, game] / Fairy Tail OC - Joan of Arc, by blkai, 2013 [manga, anime] / Jeanne Kaguya d'Arc, in Nobunaga the Fool, stage play and anime series, 2014 / Joan of Arc, Infinity PanOceania, 2014 [game] / Joan d'Arc, by Genzoman, 2016
D’Arcmon, in Digimon, created by Akiyoshi Hongo, Toei Animation, 1997-1999 [manga, anime, game] / Fairy Tail OC – Joan of Arc, by blkai, 2013 [manga, anime] / Jeanne Kaguya d’Arc, in Nobunaga the Fool, stage play and anime series, 2014 / Joan of Arc, Infinity PanOceania, 2014 [game] / Joan d’Arc, by Genzoman, 2016

La bande dessinée franco-belge

Claire Bretécher publie en 1973 La vie passionnée de Jehanne d’Arc32 qui apparaît rétrospectivement comme la première bande dessinée francophone irrévérencieuse sur Jeanne d’Arc. À l’époque en effet le personnage était traité dans ce médium de façon quelque peu hagiographique et « graphiquement sage », comme par exemple dans le volume publié par l’éditeur Larousse dans sa série Histoire de France en BD.
En 1980, F’murr dessine une Jeanne burlesque et délurée.

Jehanne au pied du mur, Richard Peyzaret (dit F'murr), Casterman, 1980
Jehanne au pied du mur, Richard Peyzaret (dit F’murr), Casterman, 1980

En 1978, Le Journal de Tintin commence la publication de la série historique Xan de Jacques Martin (scénario) et Jean Pleyers (dessin) dont le personnage principal est Xan Larc. La série sera rebaptisée Jhen à la suite d’un changement d’éditeur. Reprise par d’autres auteurs après la mort de Martin, elle se poursuit jusqu’en 2013. Dessinée dans un pur style ligne claire, l’œuvre destinée au grand public comporte parfois certaines cases audacieuses.

Jhen - Jehanne De France, par Jacques Martin et Jean Pleyers, 1998, Casterman [détail]
Jhen – Jehanne De France, par Jacques Martin et Jean Pleyers, 1998, Casterman [détail]

La première bande dessinée érotique francophone inspirée de Jeanne d’Arc semble bien être une planche publiée en 1992 par Martin Veyron dans son recueil Jivara.

Jivara [planche], par Martin Veyron, 1992, Albin Michel - L'Écho des Savanes
Jivara [planche], par Martin Veyron, 1992, Albin Michel – L’Écho des Savanes

Paul Gillon publie en 1993 Jehanne – La Sève et le Sang, bande dessinée érotique en couleurs qui retrace la vie de Jeanne et sa liaison torride avec Gilles de Rais. En 1977, l’histoire est publiée en noir et blanc, complétée avec des planches plus osées, sous le titre Jehanne – La Pucelle (voir ci-dessous, section Les images pornographiques).

Jehanne - La Sève et le Sang, Paul Gillon, L'Écho des Savanes - Albin Michel, 1993
Jehanne – La Sève et le Sang, Paul Gillon, L’Écho des Savanes – Albin Michel, 1993

En 2010, les éditions Dupuis lancent une collection intitulée Sorcières, une série de récits indépendants sur le thème des sorcières écrits et dessinés par des femmes. Dupuis arrête la collection après seulement deux tomes mais publie néanmoins en 2011 le premier tome de l’histoire de Jeanne d’Arc par Valérie Mangin et Jeanne Puchol, initialement prévu dans cette collection. Dans cet ouvrage, toutes les sorcières dont Jeanne sont représentées avec une auréole et le récit est ponctué de scènes érotiques. À la suite de cette parution jugée trop osée, Dupuis refuse de publier la suite. Sous le titre Moi, Jeanne d’Arc, la BD est alors reprise l’année suivante en édition intégrale mais en noir et blanc aux éditions Des ronds dans l’O33.

Jeanne d'Arc, Tome 1 - L'épée, Valérie Mangin et Jeanne Puchol, avec la contribution de Elvire De Cock, Dupuis, 2011
Jeanne d’Arc, Tome 1 – L’épée, Valérie Mangin et Jeanne Puchol, avec la contribution de Elvire De Cock, Dupuis, 2011

Ces dernières années, plusieurs bandes dessinées francophones ont revisité l’histoire de Jeanne d’Arc.
Fabrice Hadjadj, Jean-François Cellier et Nicolas Bastide proposent un récit en deux tomes relativement fidèle à l’histoire de Jeanne (Jeanne la Pucelle, Soleil Productions, 2012 et 2014) de même que Jérôme Le Gris et Ignacio Noé (Jeanne d’Arc, Glénat-Fayard, 2016). De leur côté, Jean-Luc Clerjeaud, Jean-Charles Gaudin et Stéphane Collignon proposent en trois tomes une vision historico- fantastique de Jeanne et Gilles de Retz (Les Démons d’Armoises, Soleil Productions, 2012 à 2016).

Autres bandes dessinées

Jeanne d’Arc a également inspiré des bandes dessinées publiées ailleurs dans le monde. Elle intervient par exemple dans Aflame Inferno, série de manhwa [bande dessinée coréenne] peuplée de démons, créée par Lim Dall Young et Kim Kwang Hyun en 2006. Dans un tout autre genre, l’éditeur indien Campfire a publié en 2011 une adaptation en bande dessinée de l’ouvrage de Mark Twain Personal Recollections of Joan of Arc que l’on doit à Tony DiGerolamo et Rajesh Nagulakonda. Aucune de ces œuvres ne semble particulièrement sexualisée.

Ce n’est pas le cas de Lions & saints – Di santi e di leoni, bande dessinée italienne signée Paola Ramella et Guendal qui mêle allègrement les agissements fantasques et désordonnés de quatre saints: Jeanne d’Arc, François d’Assise, Jacques le Majeur et Lucie de Syracuse. Dans ce récit historico-fantastique, Jeanne apparaît très sexualisée dans sa cuirasse moulante visiblement empruntée à la sword and sorcery.

Lions & saints. Di santi e di leoni, Paola Ramella (dessin) et Guendal (scénario), Esaedro, 2011
Lions & saints. Di santi e di leoni, Paola Ramella (dessin) et Guendal (scénario), Esaedro, 2011

Mode

Le succès du film de Victor Fleming en 1948 a suscité aux États-Unis une très éphémère mode inspirée des costumes de Jeanne d’Arc. Mais ces vêtements ne semblent pas avoir été métalliques34.

L’utilisation effective du métal dans la mode et l’esthétique de la cotte de mailles remontent aux créations de Paco Rabanne à la fin des années 1960. Signées du même couturier, les tenues de Jane Fonda dans le film Barbarella (Roger Vadim, 1968) révèlent alors au grand public le potentiel érotique de ces vêtements métalliques.
Pourtant, ce n’est apparemment que dans les années 1990 que la mode s’inspire directement du modèle érotisé d’une Jeanne d’Arc en cotte de mailles ou armure imaginaires.

Une passion pour Jeanne d'Arc, Vogue Paris, Février 1994
Une passion pour Jeanne d’Arc, Vogue Paris, Février 1994

En 2006, John Galliano réalise plusieurs modèles Jeanne d’Arc pour Dior.

Marija Vujovic by Alix Malka, Telegraph Luxury November 2006, Chistian Dior by John Galliano / Lily Cole by Andreas Sjödin for Vogue Nippon January 2007, Lily wears metal armor pieces by Christian Dior (2006) / Natalia Vodianova as Joan of Arc, by artist Dinos Chapman, Harpers Bazaar UK, December 2010
Marija Vujovic by Alix Malka, Telegraph Luxury November 2006, Chistian Dior by John Galliano / Lily Cole by Andreas Sjödin for Vogue Nippon January 2007, Lily wears metal armor pieces by Christian Dior (2006) / Natalia Vodianova as Joan of Arc, by artist Dinos Chapman, Harpers Bazaar UK, December 2010

Des créateurs de vêtements, de sous-vêtements, de bijoux, d’accessoires s’approprient les mêmes codes suggestifs, l’épée devient alors un accessoire indispensable.

JL Schnabel (aka bloodmilk) portrait as Joan of Arc by Purebred photographer Jason Mitchell, 2012 [jewelry creation] / Joan of Arc Gown 2012 collection Runway sample by Alicia Zenobia / Ashleigh Good by Jean Baptiste for Mondino's September 2013 'La Pucelle' editorial
JL Schnabel (aka bloodmilk) portrait as Joan of Arc by Purebred photographer Jason Mitchell, 2012 [jewelry creation] / Joan of Arc Gown 2012 collection Runway sample by Alicia Zenobia / Ashleigh Good by Jean Baptiste for Mondino’s September 2013 ‘La Pucelle’ editorial
Naty Chabanenko by Ishi, French Revue de Modes, Fall 2011 / Kristen McMenamy by Tim Walker, Love Magazine Spring - Summer 2012, Kirsten wears metal armor pieces by Christian Dior (2006) / Joan of Arc Collection, by Marlies Dekkers (Dutch lingerie designer), 2014
Naty Chabanenko by Ishi, French Revue de Modes, Fall 2011 / Kristen McMenamy by Tim Walker, Love Magazine Spring – Summer 2012, Kirsten wears metal armor pieces by Christian Dior (2006) / Joan of Arc Collection, by Marlies Dekkers (Dutch lingerie designer), 2014

Jeanne érotique vue par les artistes contemporains

Des illustrateurs bien connus pour leurs dessins érotiques comme Milo Manara, Oscar Chichoni, ou bien encore Bernard Veyri ont représenté Jeanne d’Arc.

Giovanna d'Arco, by Milo Manara, circa 1990 / Joan of Arc, by Oscar Chichoni, 1993 / Jeanne d'Arc, par Bernard Veyri, 2006
Giovanna d’Arco, by Milo Manara, circa 1990 / Joan of Arc, by Oscar Chichoni, 1993 / Jeanne d’Arc, par Bernard Veyri, 2006

Tout en continuant à emprunter aux codes de la sword and sorcery, les peintres et graphistes contemporains actualisent le personnage en le projetant dans un futur belliqueux.

Joan of Arc, painting by Simon Bisley, circa 2012 / Joan Of Arc 2199, by Hubert de Lartigue, 2012 / The Armed Meiden [sic] - Mechanical Jeanne d'Arc who revived in the future, by Almacan, Digital Art, 2014
Joan of Arc, painting by Simon Bisley, circa 2012 / Joan Of Arc 2199, by Hubert de Lartigue, 2012 / The Armed Meiden [sic] – Mechanical Jeanne d’Arc who revived in the future, by Almacan, Digital Art, 2014

Des graphistes moins connus, professionnels ou amateurs, partagent ainsi sur des sites comme Deviant Art une profusion d’illustrations qui s’inspirent du personnage de Jeanne. Une part importante de ces compositions sont érotiques.

En revanche, les créateurs de Gifs animés ne semblent guère motivés par Jeanne. Les entrepôts habituels (Giphy, Riffsy, Tumblr, etc.) ne référencent en effet que de médiocres dérivés de séries ou de films classiques sur Jeanne d’Arc.

Les peintres et sculpteurs plus familiers des galeries participent également au renouvellement de l’image d’une Jeanne sensuelle et suggestive.

Jeanne d'Arc remodelée, par Gilbert Sabatier, Série 'Solitudes partagées', période 1975-1977 / Joan d'Arc II, by Jan Saudek [photographe et peintre], circa 1990 / Jeanne d'Arc - 2003, Stone Lithograph, by Michael Parkes
Jeanne d’Arc remodelée, par Gilbert Sabatier, Série ‘Solitudes partagées’, période 1975-1977 / Joan d’Arc II, by Jan Saudek [photographe et peintre], circa 1990 / Jeanne d’Arc – 2003, Stone Lithograph, by Michael Parkes
Joan of Arc, by Philippe Faraut sculpteur, 2009 / Jeanne d'Arc, par Alfredo Lopez, circa 2012 / Jeanne, par Charlotte Vitaioli, pastel, 2012 [confrontation de deux icônes, Jeanne d'Arc et Marilyn]
Joan of Arc, by Philippe Faraut sculpteur, 2009 / Jeanne d’Arc, par Alfredo Lopez, circa 2012 / Jeanne, par Charlotte Vitaioli, pastel, 2012 [confrontation de deux icônes, Jeanne d’Arc et Marilyn]

La photographie d’art s’est emparée aussi de Jeanne, la représentant là encore très érotisée.

Irene Caesar, Self-Portrait as Joan of Arc, 2010, Alexandre Gertsman Gallery / Joan of Arc, shot by Mike Crawley, circa 2010 / Joan of Arc, by Hein Lass [Hein Waschefort], 2014
Irene Caesar, Self-Portrait as Joan of Arc, 2010, Alexandre Gertsman Gallery / Joan of Arc, shot by Mike Crawley, circa 2010 / Joan of Arc, by Hein Lass [Hein Waschefort], 2014

Les images pornographiques

Ouvrage éminemment libertin, La Pucelle d’Orléans de Voltaire était fréquemment ornée de gravures très osées. Dans ses éditions les plus récentes, publiées à Paris, les images étaient « seulement » grivoises et salaces.

La Pucelle d'Orléans, Voltaire, vignettes de Jean-Michel Moreau, édition des Œuvres complètes de Voltaire, Paris, Antoine Augustin Renouard, 1819
La Pucelle d’Orléans, Voltaire, vignettes de Jean-Michel Moreau, édition des Œuvres complètes de Voltaire, Paris, Antoine Augustin Renouard, 1819

Dans les éditions plus anciennes, toutes publiées à l’étranger, les illustrations sont franchement pornographiques.

La Pucelle d'Orléans, Voltaire, gravures anonymes, ouvrage publié à Londres en 1775
La Pucelle d’Orléans, Voltaire, gravures anonymes, ouvrage publié à Londres en 1775

Les images modernes où Jeanne participe à un acte sexuel explicite – une définition comme une autre d’une image pornographique – sont en réalité assez rares. Bien sûr, le lecteur curieux n’aura pas de mal à dénicher des dessins concoctés à la hâte par des graphistes soucieux de la validité universelle de la fameuse « règle 34 d’Internet » [If it exists, there is porn of it. No exceptions. On est en droit de considérer ces dessins comme des images ad hoc]. Mais parmi les œuvres diverses recensées dans le corpus rassemblé pour le présent article, il en existe très peu, et elles paraissent bien moins audacieuses que certaines gravures ornant le poème de Voltaire.

Jehanne la Pucelle, Paul Gillon, L'Écho des Savanes - Albin Michel, 1997 / Mercenary Pierre vol.1, par Kenichi Sato et Takashi Noguchi, 2011, édition originale 1999 [manga]
Jehanne la Pucelle, Paul Gillon, L’Écho des Savanes – Albin Michel, 1997 / Mercenary Pierre vol.1, par Kenichi Sato et Takashi Noguchi, 2011, édition originale 1999 [manga]

Jeanne fantasmée

Les images religieuses forment l’écrasante majorité de l’iconographie de Jeanne d’Arc. À côté de ces représentations traditionnelles, d’autres figurations emblématiques bien connues se sont développées. Jeanne est devenue symbole politique et nationaliste évidemment, mais elle s’est aussi révélée revendicatrice – que l’on songe à sa mobilisation par les féministes anglaises et américaines au début du 20ème siècle par exemple. Dans cette masse considérable d’images aux significations multiples, les figurations de Jeanne en jeune femme séduisante sont nombreuses. Elles forment un ensemble cohérent dont on peut suivre l’histoire sur plusieurs siècles, depuis les premières représentations de l’illustre héroïne jusqu’à nos jours. Le premier résultat de la présente enquête visuelle est donc très simple. Les figurations sensuelles et érotiques de Jeanne d’Arc ne sont pas une imagerie marginale, elles n’ont pas été produites par des artistes dévoyés. Ces images ne sont pas sporadiques et éparses, elles font partie intégrante de l’histoire des représentations de Jeanne d’Arc. Dans la foisonnante imagerie dont elle est l’objet, Jeanne est tour à tour inspirée, mystique, dévote, sainte, chef de guerre, prophétesse, sorcière, illuminée, patriote, victime, etc. mais elle est aussi très souvent, en plus de tout cela, sensuelle et érotisée. À l’origine de ces représentations fantasmées, il y a bien sûr sa virginité revendiquée, ses habits masculins, ses actions militaires et « politiques » que l’on imaginait réservées aux hommes. Le genre est obsédant pour les artistes qui doivent la représenter, Jeanne est une jeune femme extraordinaire évoluant dans un monde viril et brutal. Pour marquer sa nature exceptionnelle, sa féminité doit être accentuée, sa sensualité exacerbée, elle ne peut être figurée que comme une femme désirable. Jeanne, c’est avant tout une image qui doit attirer le regard masculin.

Au début du 20ème siècle, l’imagerie de Jeanne d’Arc s’est concentrée sur la figure de la guerrière intrépide. Elle n’apparaît pratiquement plus dans les scènes mémorables jadis inévitables. Elle est forte désormais, elle ne peut plus être figurée en jeune fille fragile ou vaincue (prison, procès, bûcher). Débarrassée de tous les épisodes fameux de sa vie où elle n’était pas combattante, elle est progressivement réduite à ce rôle de guerrière en armure. L’évolution progressive vers ce rôle unique s’est réalisée alors que l’industrie culturelle de masse produisait d’autres figures de guerrières à l’épée plongées dans un vague Moyen Âge, les héroïnes de la sword and sorcery. Il est vraisemblable d’ailleurs que l’émergence de l’heroic fantasy a largement contribué à figer la figure de Jeanne d’Arc en combattante armée, pratiquement toujours solitaire. Avec le développement de la fantasy, Jeanne est bel et bien devenue l’un des modèles du sous-genre sword and sorcery. Pour les productions actuelles inspirées de la fantasy, Jeanne est désormais un archétype de warrior lady parmi d’autres.

Une grande partie des figurations modernes de Jeanne d’Arc retient quelques caractères visuels basiques: l’armure, l’épée, l’étendard. Elle partage en revanche avec d’autres warrior ladies l’attitude martiale, et bien sûr l’attrait et la sexualisation. Le nom subsiste également, quelquefois sous une forme altérée: Jeanne, Jehanne, mais aussi Xan, Jhen, Darc, Dark, Darco, D’arcmon, etc. Révélateur de l’abandon de la virginité comme caractéristique du personnage, le nom de Pucelle par contre est rarement retenu. La permanence d’une poignée de caractères visuels et du nom permet de la reconnaître parmi d’innombrables warrior ladies et de la relier à une figure historique dont on ignore les détails de la vie mais qui demeure illustre. Jeanne est devenue un matériau visuel malléable, une figure prestigieuse et facilement identifiable dont l’érotisation assumée est en somme reçue en héritage d’une longue tradition historique.

Merci à Olivier Bouzy et Virginie Chevalot du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans pour leur disponibilité et leur aide précieuse.

Mise à jour du 9 juillet 2016

1) Lors d’une discussion avec le médiéviste Laurent Albaret sur les déclinaisons commerciales de l’image de Jeanne d’Arc, nous remarquons tous deux qu’il ne semble pas exister de représentations « sensuelles » de l’héroïne sur des supports publicitaires. Il existe ainsi de nombreuses étiquettes de boîtes de fromage à l’effigie de Jeanne, mais elle y est toujours représentée de manière quelconque; elle est facilement reconnaissable, le plus souvent en armure, mais pas particulièrement jolie. Il est possible que des images publicitaires avec une Jeanne séduisante existent et que je ne les ai pas repérées. Elles sont certainement très rares et il est vraisemblable que les artistes qui ont réalisé les images connues, destinées à un très large public, n’ont jamais fait d’efforts pour que Jeanne apparaisse sensuelle (et encore moins érotisée).

2) Vincent Mespoulet a attiré mon attention sur les jeux vidéos représentant Jeanne d’Arc (v. commentaires ci-dessous). Il manque effectivement dans mon analyse une section spécifique sur les jeux car je connais très mal ce médium. Comme je l’ai signalé, je considère le présent article comme une première recherche visant à défricher l’imagerie apparemment peu étudiée de Jeanne sensuelle ou érotisée. Cette recherche mériterait je crois d’être poursuivie et approfondie et l’étude des jeux doit y avoir sa place. À titre indicatif, voici quelques jeux où Jeanne apparaît. Ils ont été choisis à dessein à différentes époques de l’histoire des jeux vidéos, et visiblement, l’amélioration des techniques graphiques a permis de créer des Jeanne de plus en plus jolies.

Joan of Arc, leader of French, Civilization III, Firaxis Games, 2001 / Jeanne d'Arc, dir. Kentaro Motomura, Sony Computer Entertainment, 2006-2007 / Joan of Arc, Bladestorm : Nightmare, dir. Kenichi Ogasawara, Koei, 2015
Joan of Arc, leader of French, Civilization III, Firaxis Games, 2001 / Jeanne d’Arc, dir. Kentaro Motomura, Sony Computer Entertainment, 2006-2007 / Joan of Arc, Bladestorm : Nightmare, dir. Kenichi Ogasawara, Koei, 2015

3) Lors d’un échange récent, Olivier Bouzy, historien spécialiste de Jeanne d’Arc, observe qu’il existe aussi des « Jeanne laides » et se demande s’il faut alors incriminer la volonté de l’artiste ou son manque de talent. C’est tout à fait exact, lorsque j’ai établi mon corpus de recherche j’ai effectivement rencontré quelques Jeanne laides et j’aurais dû le mentionner. Elles semblent néanmoins extrêmement rares, et au moins dans certains cas, elles pourraient être parodiques. Là encore en tout cas le sujet mériterait d’être approfondi.

Quelques exemples de "Jeanne laides". Joan of Arc (1412-1431), 17th century engraving from Cardinal Richelieu's Gallery, circa 1690, Full Credit DEA - M. Seemuller - Granger, NYC / Jeanne d'Arc surnommée Pucelle d'Orléans, gravure extraite d'un ouvrage publié en 1834 / [movie capture] Psychobitches, dir. Jeremy Dyson, part of Playhouse Presents, Katy Brand as Joan of Arc, 2012, Sky Arts TV Show
Quelques exemples de « Jeanne laides ». Joan of Arc (1412-1431), 17th century engraving from Cardinal Richelieu’s Gallery, circa 1690, Full Credit DEA – M. Seemuller – Granger, NYC / Jeanne d’Arc surnommée Pucelle d’Orléans, gravure extraite d’un ouvrage publié en 1834 / [movie capture] Psychobitches, dir. Jeremy Dyson, part of Playhouse Presents, Katy Brand as Joan of Arc, 2012, Sky Arts TV Show

Références

  • John Aberth, A Knight at the Movies: Medieval History on Film, Routledge, New York and London, 2003. Chapitre 6, Movies and the Maid – Joan of Arc Films, disponible sur history.ucsb.edu [PDF]
  • Frédéric Alchalabi, La Pucelle, la reine, le chroniqueur. La Poncella de Francia et ses modèles, e-Spania [Online], Online since 01 February 2016
  • François Amy de La Bretèque, L’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Champion, 2004
  • Association l’Art O’Contemporain, Jeanne O’contemporain, 600 ans 600 portraits, 1412-2012, Éditions l’Art O’Contemporain, Orléans, 2012
  • Colette Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004
  • Robin Blaetz, Visions of the Maid: Joan of Arc in American Film and Culture, (Cultural Frames, Framing Culture), University of Virginia Press, 2001
  • Myriam Boussahba-Bravard, Vision et visibilité : la rhétorique visuelle des suffragistes et des suffragettes britanniques de 1907 à 1914, Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I – n°1 | 2003, 42-53.
  • Olivier Bouzy et Laurent Mazuy (dir.), Jeanne d’arc une image à l’épreuve du temps, Collection du Label, Mairie d’Orléans, 2012
  • Romain Chappuis, La japonité selon Jeanne d’Arc. Mythes et récits occidentaux dans le manga et l’anime, Critique internationale 1/2008 (n° 38) , p. 55-72
  • Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 2012
  • Daniel Couty et Jean Maurice, Images de Jeanne d’Arc, collection Études médiévales, Actes du colloque de Rouen (25-27 mai 1999), Presses Universitaires de France – PUF, 2000
  • Marie de Rasse, Travestissement et transvestisme féminin à la fin du Moyen Âge, Questes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 06 juillet 2016
  • Hervé Dumont, Jeanne d’Arc de l’histoire à l’écran : Cinéma & télévision, Favre Sa, 2012
  • Hervé Dumont, Le Royaume de France – La Guerre de Cent Ans (1339 à 1453) – La surprenante épopée de Jeanne d’Arc (1429 à 1431) [section I.7.7 du site d’Hervé Dumont]
  • Catherine Gourley, Flappers and the New American Woman: Perceptions of Women from 1918 Through the 1920s, Twenty-First Century Books (CT), 2007
  • Nora M. Heinmann and Laura Coyle, Joan of Arc: The Power of Her Image in France And America, Corcoran Gallery of Art, Washington, DC, in association with D Giles Limited, London, 2006
  • MD Jackson, Women in Armour vs. Chicks in Chain-mail, Amazing Stories Magazine, February 22, 2013
  • Anne Jardin, Jeanne d’Arc images d’une légende (catalogue de l’exposition au Musée des Beaux Arts de Rouen, 19 mai au 16 septembre 1979), Musée des Beaux Arts, Rouen, 1979
  • Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, traduit de l’allemand par Josie Mély, Marie-Hélène Pateau et Lisette Rosenfeld, préface de Régine Pernoud, Paris, Éditions Albin Michel, 1993 (édition originale, 1989)
  • Mgr Le Nordez, Jeanne d’Arc racontée par l’image, d’après les sculpteurs, les graveurs, et les peintres, Hachette, 1898 [disponible sur archive.org]
  • Nicolas Malais, Voltaire et la Pucelle d’Orléans, Le Frisson esthétique, n°5, Été 2007 [PDF]
  • Françoise Michaud-Fréjaville, Jeanne aux panaches romantiques, Cahiers de recherches médiévales, 12 spécial | 2005
  • Francoise Michaud-Fréjaville, Un habit ‘déshonnête’ – réflexions sur Jeanne d’Arc et l’habit d’homme à la lumière de l’histoire du genre, Francia, t. XXXIV, n° 1, 2007, p. 175-185
  • Bernard Mugnier, La Statuaire Johannique du XVIe au XXe siècle, chez l’auteur, 2 tomes, 2008 et 2011
  • Nicole Pellegrin, Les genres de Jeanne d’Arc, Musea, musée virtuel d’histoire des femmes et du genre, [s. d., après 2004]
  • Pat Réel [Patrick Quéréel], Jeanne d’Arc érotique, Rouen (Seine-Maritime), Le Perroquet bleu , 2012
  • Christel Sniter, La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914, Sociétés & Représentations 1/2001 (n° 11), p. 263-286
  • Marina Warner, Joan of Arc. The Image of Female Heroism, University of California Press, 1981. Nouvelle édition, Oxford University Press, 2016
  • Joshua Zeitz, Flapper: A Madcap Story of Sex, Style, Celebrity, and the Women Who Made America Modern, Broadway Books, 2007
  1. Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 2012, p. 136-137. []
  2. Dans cet article, les grands épisodes de la vie de Jeanne d’Arc sont supposés connus. Pour une excellente synthèse de son histoire, lire cet article de Françoise Michaud-Fréjaville sur le site du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans, centre de documentation et de recherche de référence sur tout ce qui concerne les études sur Jeanne d’Arc et son historiographie. []
  3. Françoise Michaud-Fréjaville, Un habit ‘déshonnête’ – réflexions sur Jeanne d’Arc et l’habit d’homme à la lumière de l’histoire du genre, Francia, t. XXXIV, n° 1, 2007, p. 175-185; Marie de Rasse, Travestissement et transvestisme féminin à la fin du Moyen Âge, Questes [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 06 juillet 2016 . []
  4. Olivier Bouzy, in Philippe Contamine et al., op. cit., p. 748. []
  5. Olivier Bouzy, in Philippe Contamine et al., op. cit.,  p. 626. []
  6. D’après Anne Jardin, Jeanne d’Arc images d’une légende (catalogue de l’exposition au Musée des Beaux Arts de Rouen, 19 mai au 16 septembre 1979), Musée des Beaux Arts, Rouen, 1979, p. 10 et L’apparition d’une image au XVe siècle, in Olivier Bouzy et Laurent Mazuy (dir.), Jeanne d’arc une image à l’épreuve du temps, Collection du Label, Mairie d’Orléans, 2012. []
  7. D’après Olivier Bouzy et Laurent Mazuy, op. cit., p. 17-18. []
  8. Olivier Bouzy in Philippe Contamine, op. cit., p. 824. []
  9. Frédéric Alchalabi, La Pucelle, la reine, le chroniqueur. La Poncella de Francia et ses modèles, e-Spania, en ligne depuis le ler février 2016. []
  10. Michèle Willems, La représentation de Jeanne d’Arc dans le drame shakespearien, in Daniel Couty et Jean Maurice, Images de Jeanne d’Arc, collection Études médiévales, Actes du colloque de Rouen (25-27 mai 1999), Presses Universitaires de France – PUF, 2000, p. 169. []
  11. Remarquons au passage qu’une tradition anglo-saxonne bien établie continue toujours à considérer Jeanne comme une sorcière. Ainsi, elle est associée aux sorcières regroupées autour de Petronilla de Meath dans l’installation The Dinner Party réalisée entre 1974 et 1979 par l’artiste féministe américaine Judy Chicago. []
  12. Sur l’argument de La Pucelle et son caractère érotique, voir: François Bessire, De l’épopée burlesque à l’Histoire: la Jeanne d’Arc de Voltaire, in Daniel Couty et Jean Maurice, op. cit., p. 189; Olivier Bouzy, in Philippe Contamine, op. cit., p. 1041; Nicolas Malais, Voltaire et la Pucelle d’Orléans, Le Frisson esthétique, n°5, Été 2007 [PDF]. []
  13. Françoise Michaud-Fréjaville, Vie de Jeanne d’Arc, sur le site du CJA. []
  14. Entretien avec Olivier Bouzy, 20 mai 2016. []
  15. Entretien avec Olivier Bouzy, 20 mai 2016. []
  16. Robin Blaetz, Visions of the Maid: Joan of Arc in American Film and Culture, (Cultural Frames, Framing Culture), University of Virginia Press, 2001, p. 25-26. []
  17. Olivier Bouzy, in Philippe Contamine, op. cit., p. 727. []
  18. D’après Philippe Contamine, op. cit., p. 1016. []
  19. Dès le 18ème siècle d’ailleurs, les principaux attributs iconographiques de Jeanne avaient été repris pour figurer Marianne, le nouveau symbole de la république, cf. Olivier Bouzy et Laurent Mazuy, op. cit., p.59. []
  20. Xavier Hélary, in Philippe Contamine, op. cit., p. 443. []
  21. Myriam Boussahba-Bravard, Vision et visibilité : la rhétorique visuelle des suffragistes et des suffragettes britanniques de 1907 à 1914, Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I – n° 1, 2003, 42-53. []
  22. Françoise Michaud-Fréjaville, Vie de Jeanne d’Arc, sur le site du CJA. []
  23. Marina Warner, Joan of Arc. The Image of Female Heroism, University of California Press, 1981. Nouvelle édition, Oxford University Press, 2016. []
  24. Sur la vie et la filmographie des flappers les plus célèbres, voir Catherine Gourley, Flappers and the New American Woman: Perceptions of Women from 1918 Through the 1920s, Twenty-First Century Books (CT), 2007 ; Joshua Zeitz, Flapper: A Madcap Story of Sex, Style, Celebrity, and the Women Who Made America Modern, Broadway Books, 2007. []
  25. Caroline Wazer, Joan of Arc Was a Flapper, October 26, 2015, historybuff.com. []
  26. Olivier Bouzy, chapitre Filmographie, in Philippe Contamine et al., op. cit., p. 1153; Hervé Dumont, Jeanne d’Arc de l’histoire à l’écran : Cinéma & télévision, Favre Sa, 2012, et du même auteur, Le Royaume de France – La Guerre de Cent Ans (1339 à 1453) – La surprenante épopée de Jeanne d’Arc (1429 à 1431) [section I.7.7 de son site]. []
  27. Les pulp magazines sont des périodiques bon marché édités à partir de la fin du 19ème siècle. Imprimés sur du papier de mauvaise qualité (pulp), ces magazines ont publié des nouvelles de genres très différents et comportent des couvertures illustrées ainsi que des dessins généralement en noir et blanc en pages intérieures. []
  28. Voir par exemple : Will the Fantasy Genre Ever Grow Up and Ditch the Chainmail Bikini? Industry bulletin’s cover sets off firestorm, by David Griner, June 4, 2013. []
  29. Voir par exemple le tumblr Women Fighters in Reasonable Armor. []
  30. D’après Makiko Nakazoto, Images de Jeanne d’Arc au Japon, in Olivier Bouzy et Laurent Mazuy, op. cit., p. 103-109; voir aussi Romain Chappuis, La japonité selon Jeanne d’Arc. Mythes et récits occidentaux dans le manga et l’anime, Critique internationale 1/2008 (n° 38) , p. 55-72 . []
  31. Mise à jour du 28 juin 2016. Voir: Belladonna, Michelet au Mont Fuji, par William Blanc, Histoire et Images Médiévales n°56, p. 17-19 [PDF]; Belladonna, «l’histoire d’un amour pur et pornographique», Entretien de Marius Chapuis avec le réalisateur Eiichi Yamamoto, nextliberation.fr, 15 juin 2016. []
  32. Claire Bretécher, La vie passionnée de Jehanne d’Arc, L’Écho des Savanes, octobre 1973; repris dans Le cordon infernal, chez l’auteur, 1976. []
  33. Lire Jeanne Puchol, Mauvais procès, 8 juillet 2012. []
  34. Voir aussi Robin Blaetz, op. cit., p. 133. []

16 pensées sur “Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc”

  1. Quel travail passionnant! Bravo Patrick.
    En te lisant, deux réflexions un peu connexes me sont venues à l’esprit:
    – je ne sais pas si tu connais la chaîne YT « Feminist Fréquency » mais son auteure Anita Sarkeesian analyse les représentations genrées dans la pop culture et spécialement dans les jeux vidéos (et se fait régulièrement harcelée très violemment pour ça… ). Sa vidéo « Lingery is not Armour »(https://www.youtube.com/watch?v=jko06dA_x88) est un bon complément à ton article.
    – il serait vraiment passionnant que tu nous écrives un ou deux sur la méthodologie que tu emploies pour trouver toutes ces représentations, un truc pour les newbies qui veulent apprendre 😉 à chacun de tes billets, je suis impressionnée par l’envergure de tes recherches.

    1. Merci pour ton appréciation Noémie.
      Je ne connaissais pas la chaîne de Anita Sarkeesian. La vidéo est très intéressante, en effet. J’ai un peu l’impression, moi qui connais très mal les jeux vidéos, que les débats sur les représentations genrées sont plus violentes que dans les comics (mais c’est peut-être seulement une impression).
      J’ai écrit un article sur quelques-unes des méthodes que j’utilise: « Les méthodes d’accès aux images du web« .
      En gros, il n’y a pas de magie, c’est beaucoup de travail et énormément de temps à passer, dans les bouquins et sur Internet. Il faut rechercher des images intéressantes « tout azimuth », systématiquement, sur de multiples sources. Ensuite il faut les indexer (une base de données est nécessaire à mon avis quand on dépasse les 300 images), les organiser par thèmes, puis faire un plan d’article, et enfin rédiger. C’est très long, il faut être obstiné (un peu dingue quoi…). Sur le présent sujet, j’ai bénéficié aussi des conseils des spécialistes du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans pour certains documents anciens surtout et sur les mangas; on n’a pas toujours cette chance…

      1. Je connais mal les mangas. Ce qui est vrai c est qu’Anita Sarkeesian est très régulièrement harcelée en ligne, qu’on l’a menacé de mort et de viol à plusieurs reprises. Elle a fait un billet sur son site avec une recension des types de harcellement, c est hallucinant de violence. J admire beaucoup cette chercheuse qui continue ses videos et son exposition publique malgré tout (et rappelons le alors qu elle parle de jeux vidéos et pas des plans d’une centrale nucléaire pour un pays totalitaire…)

  2. Très intéressant. Pour le transfert culturel de la figure de Jeanne d’Arc au Japon, à côté des mangas, il ne faudrait pas sous-estimer la présence de Jeanne d’Arc dans les jeux vidéo, ou alors au théâtre avec au moins deux productions, l’une qui l’insère complètement dans la forme du théâtre Nô mis en scène par Thoziro Yamamoto, l’autre dans une production historique à grand spectacle qui a obtenu un grand succès, avec une mise en scène de Akira Shirai, et avec Mari Horikita dans le rôle de Jeanne d’Arc.
    Voici un lien pour voir la pièce dans son intégralité (3 heures quand même):
    http://v.youku.com/v_show/id_XMjYzNTE5ODU2.html

    1. Vous avez tout à fait raison pour les jeux vidéo. Dans les images retenues pour mon article, j’ai juste mentionné D’Arcmon (ou Darcmon) dans la franchise Digimon et le personnage de Joan of Arc du jeu Infinity. J’en ai identifié d’autres dans mon corpus dont je n’ai pas parlé dans mon article (Perfect Dark, Civilisation III, Wars and Warriors/Enlight, Fate Apocryphia, Bladestorm – Nightmare, etc.). Je crois qu’il manque effectivement une section spécifique sur les jeux dans mon article, mais à la vérité je connais très mal ce médium.
      Merci pour les deux autres références de théâtre japonais que je ne connaissais pas. Très intéressant.

    1. Vous avez remarqué sans doute que mon article est un travail de culture visuelle, pas d’historien. Je me suis appuyé pour les quelques éléments historiques que je mentionne sur des ouvrages de référence mentionnés dans la bibliographie en fin d’article. Tous mentionnent que Jeanne d’Arc a été brûlée à Rouen en 1431. Sur votre site « complotiste », vous la faites survivre jusqu’en 1452, ce qui explique sans doute que vous trouvez beaucoup d’images contemporaines de l’héroïne.

  3. Magnifique article. Bravo et merci. Je me permets de vous signaler des modèles iconographiques un peu atypiques comme la Jeanne d’Hébert pour le Panthéon de type gitan ou celle d’Odilon Redon. De mémoire je suis sûre d’avoir vu une Jeanne d’Arc par Pierre et Gilles, reprenant l’iconographie « classqiue » en armure.

    1. Merci pour votre appréciation. J’avais en effet repéré la Jeanne de Hébert pour le Panthéon et celle d’Odilon Redon. Mais il me fallait faire un choix pour une iconographie déjà trop chargée ;-). J’avais raté par contre celle de Pierre et Gilles, merci beaucoup.

  4. En vous lisant on comprend que la représentation de Jeanne dépend autant de l’air du temps que des intentions de l’artiste

    Je vous invite à vous joindre à cette discussion
    http://www.lorrainecafe.fr/discussions/jeanne-darc.1009/page-7#post-131602
    que je pensais exhaustive (à l’exception d’œuvres blasphématoires volontairement omises) jusqu’à lecture de votre article.
    Vous trouverez également plus de 1300 photos à commenter sur https://www.flickr.com/groups/lapucelle/
    dédié à l’iconographie johannique.

    Même s’il n’existe qu’un seul portrait effectué du vivant de Jeanne, après lecture de http://www.jeannedomremy.fr/S_Questions/visagedejeanne.htm je partage l’avis de « Webmestre » car même si la 1ere génération « post-johannique » des lecteurs des « Vigiles de Charles VII » n’a pu voir Jeanne en personne, elle a pu bénéficier du témoignage de ceux qui l’on vu.
    Par exemple les miniatures des Vigiles de Charles VII furent faites entre 1477 et 1493 soit 46 à 62 ans seulement après sa mort (1431). L’auteur né en 1420 avait déjà 11 ans à la mort de Jehanne et 41 à celle du Roy Charles VII: il a donc pu, durant sa vie avant de commencer son œuvre croiser des témoins visuels.

    1. Merci pour votre commentaire et ces liens.
      Je reste très dubitatif cependant sur les avis du site « révisionniste » cité en référence. Mais je laisse ce débat aux historiens (dont je ne suis pas – vous aurez compris que mon propos ne concerne pas du tout le personnage historique mais l’évolution d’une catégorie bien précise des représentations de Jeanne où elle est figurée séduisante ou érotisée). Une remarque toutefois, même en admettant que certains artistes de la fin du 15ème siècle aient pu croiser des témoins visuels de Jeanne, il est difficile de qualifier ces oeuvres tardives de « portraits », ce sont bien des figurations imaginées.

  5. Belladonna of Sadness a été évoqué récemment dans l’émission de France Culture « Mauvais Genres », je l’ai visualisé sur
    http://www.dailymotion.com/video/x19cf9m_belladonna-de-la-tristeza-asmodeox-blogspot-com-parte-1_shortfilms
    http://www.dailymotion.com/video/x19cfi0_belladonna-de-la-tristeza-asmodeox-blogspot-com-parte-2_shortfilms
    et lu en diagonal http://www.angelfire.com/az3/synagogasatanae/lasorciere.html
    Au final, je pense que Jeanne reste victime et manipulée.
    Si le démon incarnait vraiment les forces naturelles « neutre » il aurait poussé Jeanne (voir Jean) à vivre hors de la société, fuir l’autorité seigneuriale et paroissiale dans la forêt, les montagnes,… fonder leur communauté, pas à tenter de s’élever socialement dans le fief.
    Le démon du désir (de plaisir & pouvoir) qui « réconforte » Jeanne brisée n’est rien d’autre que le même démon qui pousse le baron à violer Jeanne, la Baronne à la jalouser et la populace à la haïr.
    N’avez-vous pas remarqué ce rouge omniprésent:
    – lors du viol
    – dans l’esprit phallique venant du rouet lorsque Jeanne le manipule
    – dans la grotte où le démon a un cape avec des motif rappellant un toile d’araignée (celle que tisse le démon manipulateur) mais aussi des ailes de chauve-souris (les mêmes qui apparaissent lors du viol de Jeanne)
    – dans le visage du spectre de la peste noire et les yeux de ses bacilles

    Le démon prend le corps (et sans doute la virginité de Jeanne) et sa vie, tout ce qu’il lui donne entre temps (position sociale, désir de Jean, pouvoir,…) il le lui reprend sinon pourquoi les pouvoirs démoniaques si prompt à enivrer les paysans lors de la messe noire ne peuvent aider Jeanne à se débarrasser de l’emprise des soldats qui la mène au bucher? même l’individualité de Jeanne lui est volée quand, à la fin, son visage se duplique sur les autres femmes.
    (bien qu’on puisse interpréter ceci de façon positive)
    Un vrai esprit de la Nature aurait, tel la Dame du Lac formant et équipant Lancelot aidé Jeanne à défaire le baron possédé du démon, comme fut vaincu Claudas le destructeur du château de Bénoïc.
    Quelle piètre vengeance ou justice que le démon offre à Jeanne: une poignée de descendants du baron mourra après 1789. La belle affaire.

    Certains ont assimilé Jeanne Belladone à Jeanne d’Arc.
    Si effectivement Jeanne d’Arc décorait de couronnes de fleurs l’Arbre aux Fées de Domrémy et a fini sur le bucher, ses « voix » furent plus efficaces:
    – elle réussit a traverser sans encombre les chemins forestiers jusque Chinon (rien à voir avec la fuite de Jeanne Belladone vers sa grotte)
    – elle eu une armée à disposition pour casser de l’Anglo-Bourguignon semblable aux pillard de Domrémy
    – sa famille eu un anoblissement en bonne et due forme
    – si Jeanne d’Arc n’eut pas de descendance directe, ses frères en eurent une dont une partie garda même des titres de noblesse
    – le père de Jeanne d’Arc était assez fortuné pour lui trouvé un fiancée sans payement de droit de cuissage
    – Jeanne pu même se permettre de faire annuler ses fiançailles
    – hormis quelques parisiens récalcitrants et portiers de Compiègne peu zélés, le Peuple fut plutôt fidèle à Jeanne d’Arc

    Même si la Belladone de la tristesse a des allures de Rape’n’Revenge, ce n’en est hélas pas un car finalement le démon-baron gagne sur toute la ligne, sauf si l’héroïne arrivée en Enfer se la joue « Lady Death », mais vu la façon dont, à défaut de son innocence elle conserve (jusqu’au bûcher) finalement sa naïveté dans l’illusion de bonheur que lui procure le fait de danser nue sous l’effet de psychotrope (magique ou chimique) lors de ses orgies, on peut fort douter de sa capacité à se rebeller et encore moins vaincre.
    Face à l’enfer de son existence elle n’est qu’une junkie, éternelle adolescente se réfugiant dans des paradis artificiels grotesque.

    La figure christique je la vois plutôt dans Jean, le mutilé qui meurt transpercé d’une lance comme le Christ en croix en voulant la sauver.
    La mort de Jean déclenchant ses pleurs lui fait ouvrir les yeux.
    C’est l’amour (de Jean) et non le désir (révélé par le démon) qui lui font regretter ses choix et peut-être la sauve à l’image du « bon larron » crucifié aux coté du Christ.
    D’ailleurs la mort de Jean semble aussi ouvrir les yeux du peuple sur la perfidie du baron-démon

  6. Bravo pour cet article absolument extraordinaire et la présentation commentée d’une iconographie riche et peu connue. Cela pourrait inspirer biens des historiens pour relier cette culture visuelle à son époque. Qui dessine, imprime, diffuse et choisit cette iconographie pour quel lectorat, etc. ?
    Jeanne d’Arc « fantasmée », « théâtralisée », « cinématographiée », « sacrifiée », « guerrière » ou « pieuse »… Curieusement vous n’abordez (directement) pas la Jeanne « politisée » dont la culture visuelle continue de susciter des controverses et des passions. Pour info, notre Jeanne d’Arc de 2016 : http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/loiret/orleans/emma-fesneau-sera-la-jeanne-d-arc-2016-912687.html
    C’est dans tous les cas un très beau sujet sur les mythes nationaux et ce qu’ils deviennent au fil du temps dans notre imaginaire collectif et aujourd’hui globalisé. Je pense par exemple aux « Filles de rêve » d’Alain Corbin, un voyage dans le romantisme masculin. L’iconographie de Jeanne d’Arc étudiée du point de vue du genre pourrait également s’avérer une autre approche intéressante.
    Amicalement.
    FG

    1. Merci beaucoup pour votre appréciation et le signalement de mon article sur votre blog.
      Je n’ai pas abordé directement la Jeanne « politisée » parce que le sujet ne me semblait pas s’inscrire de manière évidente dans ma recherche orientée vers les images où Jeanne apparaît séduisante ou érotisée. Peut-être ai-je raté quelques images, mais il ne me semble pas que Jeanne politisée soit particulièrement représentée de cette manière. Par ailleurs, l’utilisation politique de Jeanne a déjà fait l’objet de recherches de la part d’historiens, par exemple l’influence de son image sur celle de la Marianne républicaine est bien connue. En fait, si j’avais dû aborder cette thématique (et quelques autres que j’ai aussi laissé de côté), je craignais de partir un peu « dans tous les sens ». Je considère de toute façon cet article comme une première recherche sur cette imagerie qui me semblait relativement peu connue, et je serais ravi qu’elle soit poursuivie et complétée par d’autres études. Bien des points mériteraient d’être approfondis…
      Amicalement
      PP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *