Police : message on the shield

Dans tous les pays, les forces de l’ordre qui assurent le contrôle des manifestations arborent une panoplie impressionnante. L’équipement ne laisse jamais place au doute. Il s’agit bien d’unités de maintien de l’ordre, facilement reconnaissables quel que soit leur nom. Le bouclier antiémeute où figure très souvent le mot Police dans la langue du pays est un élément essentiel de leur harnachement. À défaut, une autre partie de l’équipement porte ostensiblement cette mention.

Le terme Police, en version locale, se retrouve ainsi sur toutes les photos de manifestations, non seulement dans les pays utilisant une langue latine ou l’anglais, mais pratiquement dans tous les pays européens, et aussi à Brunei, en Estonie, Géorgie (étrange équipement), Indonésie, Malaisie, Philippines, Turquie, etc. Il existe quelques cas particuliers comme la Belgique où le mot figure dans les deux langues nationales, ou la République d’Irlande qui utilise le mot Garda.

Lors des événements actuels, la police grecque est également dotée d’un tel bouclier doublement légendé, avec le mot Αστυνομία (Astinomia) et son équivalent universellement connu, Police.

Αιχμάλωτος (prisonnier), par George Laoutaris. Flickr, Creative Commons

Pourquoi ce second mot ? Tous les Grecs lisent en effet immédiatement et sans ambiguïté le premier mot signifiant Police dans leur langue. Se pourrait-il que cette traduction s’adresse aux non hellénophones qui auraient l’occasion d’affronter la police du pays ? Il existe bien quelques minorités linguistiques en Grèce, mais il est peu probable tout de même que la graphie Police s’adresse à ces populations. Aux touristes qui se révolteraient, alors ? C’est encore moins probable. La traduction procèderait-elle d’un souci de transparence de la part d’un pays très largement ouvert mais dont l’écriture et la langue restent peu connues de ses visiteurs ?

À notre connaissance, il n’existe pas de convention ou de texte international fixant les règles de la signalétique des forces de l’ordre dans une manifestation. Nulle trace non plus de telles directives ou recommandations au niveau européen. Une étude européenne sera néanmoins prochainement lancée concernant l’identité visuelle des forces de police et l’intérêt d’adopter une signalétique commune.

L’initiative de mentionner le mot Police en plus du terme local dans une écriture non latine reste donc une initiative de chaque pays concerné. Cette double graphie est ainsi adoptée par la Bulgarie, la Corée, Hong Kong, le Japon, le Népal, la Thaïlande, et probablement bien d’autres pays. La République islamique d’Iran, ainsi que l’Afghanistan et l’Irak tous deux sous contrôle américain, ne mentionnent même pas les termes locaux. Ces décisions propres à chacun de ces pays ne sont certainement pas neutres politiquement. Selon une interprétation probablement un peu optimiste, on peut y voir un message aux médias qui couvrent les manifestations en question et dont les journalistes ne maîtrisent pas obligatoirement la langue du pays. Il signifierait quelque chose comme : « Les unités déployées relèvent bien de la police régulière. Ce ne sont pas des forces militaires ou para-militaires, encore moins des milices plus ou moins manipulées ».

À l’inverse, le Bangladesh, la Chine, Dubaï, l’Égypte, Israël, le Japon, la Russie, Taïwan, etc., ne traduisent pas le nom des forces intervenant lors des manifestations. Le message politique pourrait alors être interprété ainsi : « Nous sommes un état souverain et le maintien de l’ordre ne concerne que nous. Le nom des forces que nous employons pour cela n’a pas besoin d’être traduit. Si vous souhaitez savoir précisément qui frappe (!), apprenez notre langue, notre culture et l’organisation de notre société ».

PS : Article rédigé à la suite de l’examen de quelques photos de manifestations. Il se peut que les signalétiques utilisées par les forces de maintien de l’ordre dans les pays mentionnés ne soient pas aussi systématiques.
Merci à Guillaume Saunier pour son aide lors de la rédaction de ce billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.