Quand l’art et l’histoire justifient le percement du rocher du Mont-Saint-Michel

Impossible d’ignorer les travaux en cours pour rétablir le caractère maritime du Mont-Saint-Michel. Les médias en ont largement parlé. Impossible non plus d’ignorer que le projet suscite nombre de critiques. Conséquence du prochain retour à l’insularité, un futur ouvrage tout récemment dévoilé est en passe de créer une nouvelle polémique.

Le rocher du Mont-Saint-Michel sera en effet percé par un chemin piétonnier de 1,40 m de large, 2,10 m de haut et une vingtaine de mètres de long, situé derrière l’office du tourisme. Joliment intitulé cheminement par les rochers, ce sentier constituera une issue de secours pour le public en cas de fortes marées et rejoindra la plate-forme insubmersible de 8 m réservée aux pompiers. Le tunnel en légère courbe sera creusé de la mi-octobre à la mi-décembre. La roche sera sciée à l’aide d’un câble diamanté introduit dans deux percements parallèles.

L’annonce de travaux de percement du rocher a provoqué plusieurs réactions indignées. L’arbitraire de la décision, le manque de concertation et le non examen de solutions alternatives ont été soulignés. Les titres de la presse locale ainsi que ceux de plusieurs blogs sur le patrimoine ne laissent guère de doute sur le peu de sympathie que l’entreprise suscite: Le conseil municipal vote la saignée du rocher, La Merveille défigurée, L’État creuse son tunnel au Mont-Saint-Michel, Ils vont oser faire un trou dans le Mont-Saint-Michel, etc.

Les associations de défense du patrimoine et plusieurs Montois ont critiqué l’atteinte au rocher, partie intégrante du monument historique. Il semble que certaines associations aient l’intention d’informer et d’alerter l’Unesco afin d’arrêter le projet. Selon eux, le rocher, fondation du Mont-Saint-Michel, est partie intégrante du monument classé et y percer un chemin pourrait motiver son déclassement.

Quelques contestations invoquent aussi « l’intégrité physique du monument naturel et spirituel » ou prétendent que « le rocher est sacré » et que personne n’a le droit de le percer.

L’argumentation devient alors curieusement métaphysique en distinguant un rocher, œuvre naturelle (voire divine), intangible, surmonté d’aménagements humains seuls autorisés. Même si ce type de réaction demeure marginale, on observe pourtant que le projet de percement dans le rocher du Mont, irréversible par nature, est en quelque sorte perçu comme « ontologiquement » différent d’une simple construction ou même du vaste projet de « désensablement » dont il fait partie.

La DRAC de Basse-Normandie a visiblement prévu cette objection dans sa communication sur la création d’un cheminement dans les rochers au Mont-Saint-Michel [deux documents au format PDF]. À côté d’un calendrier des travaux parfaitement illisible, figure en effet une présentation du projet assez inhabituelle.

La moitié de la présentation est en effet consacrée à une série d’exemples historiques d’interventions sur le rocher du Mont: travaux de soubassement de l’ancienne chapelle Notre-Dame-sous-Terre entièrement englobée dans des constructions qui lui sont postérieures; travaux d’aménagement de la rampe d’accès à la caserne des Fanils au 19ème siècle, lorsque l’Abbaye est devenue une prison; promenoir des moines, citernes, etc.

Il s’agit de convaincre le lecteur que le rocher du Mont a de tout temps été modifié, travaillé, percé.

La présentation s’achève avec une citation qui devient tout à fait remarquable dans ce contexte:

« L’ensemble que l’on admire au Mont n’est pas le résultat d’une conception générale préétablie par un maître d’œuvre, c’est une création constante qui s’est prolongée au cours des siècles. Les éléments ont été mis en place au fur et à mesure des besoins en fonction du rocher, des emplacements disponibles, en utilisant les procédés de bâtir de chaque époque et suivant le goût et la mode du jour … Cependant, l’harmonie générale s’impose, on ne voit aucun désordre, aucune agressivité pour les réalisations de la génération précédente, chaque maître d’œuvre fait équipe spontanément avec ses devanciers et cette communion des vivants et des morts est la raison manifeste de la beauté de l’œuvre ».
Yves-Marie Froidevaux, Le Mont-Saint-Michel, Hachette, 1965.

La rhétorique est grossière. Le Mont tel que nous le connaissons n’a jamais cessé d’être transformé au long des siècles, y compris en intervenant sur le rocher lui-même. Et pourtant, il est harmonieux, beau, et nous l’admirons. Vous devez avoir confiance en notre projet. Le tunnel – pardon le cheminement – qui sera construit s’inscrit exactement dans ce mouvement historique. Le tunnelier moderne rejoint la multitude des bâtisseurs de la Merveille; la saignée dans le rocher n’est pas sacrilège, elle devient même œuvre d’art par la grâce des travaux antérieurs. Nous, pouvoirs publics, participons à cette belle communion avec les maîtres d’œuvre qui nous ont devancé.

Revue de presse en ligne
Conseil général de la Manche, Service de documentation, Le Mont-Saint-Michel, Revue de Presse, descripteur: desensablement


12 réflexions sur « Quand l’art et l’histoire justifient le percement du rocher du Mont-Saint-Michel »

  1. Sur le Mont Saint Michel, le truc qui fait vraiment tache, ce sont les défilés des hordes de touristes,
    Il faut rendre le mont à ses habitants.

    RLZ

  2. « Présentation du projet assez inhabituelle » dites-vous, car s’appuyant sur des épisodes avérés de l’histoire du Mont : pour un projet émanant d’une collectivité territoriale ou d’une agence privée d’ingénierie ou d’aménagement, vous auriez sans doute raison. Mais pour un dossier créé, au sein de la DRAC, par la Conservation Régionale des Monuments Historiques, rien de plus naturel. Il s’agit d’une démarche règlementaire : toute intervention sur un monument classé est obligatoirement précédé d’une Etude préalable, laquelle comporte une partie historique approfondie.
    Prendre en compte l’histoire du monument pour fonder certaines propositions de restauration et d’aménagement, pour justifier les partis adoptés : cela fait partie de la culture de service des MH depuis 1840. Plus récent par contre pour les MH, le fait de communiquer ainsi.
    Tenter d’expliquer une partie de ses raisons, et au besoin de désamorcer certaines critiques, relève-t-il de la « rhétorique grossière »? Si oui, il ne faudra plus reprocher son silence à l’administration.
    Montrer au public, qui envisage trop souvent un monument ou un site de manière unitaire et globale, et qui croit que celui-ci est totalement figé, ad vitam eternam, par une mesure de classement, c’est par ailleurs faire oeuvre de formation de ce même public.

  3. @ claudeFL : le silence de l’administration est toujours patent, même si elle ose « communiquer » comme vous dites; merveille des merveilles, elle explique (vous le dites très bien) « une partie de ses raisons », le (les) public(s) ne serai(en)t pas en droit de les connaître toutes ? Il y a des choses qu’on ne dit pas. Tues. Parce que le peuple est vulgaire. Ne comprendrait pas. La part des choses faite par l’administration est toujours secrète et vous le savez fort bien, apparemment. Alors l’hypocrisie, et la tentation de la culpabilisation (« il ne faudra plus reprocher son silence » ah la belle affaire… etc…) merci beaucoup, on en a soupé.
    Pour le reste, l’article (c’est le centième ? Bravo !!!) est intéressant et de ce creusement du « rocher » je n’en avais point entendu parler… Merci en tout cas.

  4. @ claudeFL: La présentation est inhabituelle parce qu’elle accorde très peu d’importance à la motivation du projet (une seule diapositive, la 5) mais beaucoup à la justification du percement du rocher à l’aide d’une accumulation d’exemples historiques (16 diapositives, 21 à 37). Mais cette insistance sur le second point conduit à penser que la DRAC prend un peu les gens pour des imbéciles. Toute personne sensée comprend facilement que le rocher du Mont a évidemment été taillé, arasé, creusé, percé, consolidé, bref aménagé tout au long des siècles. Mais mon billet porte surtout sur le fait que le choix de ces exemples n’est certainement pas innocent. Il témoigne me semble-t-il de la volonté de justifier « par le haut » – en ayant recours à des réalisations architecturales historiques et emblématiques du lieu – du bien-fondé de ce qui ne sera pourtant qu’un vulgaire tunnel utilitaire, rebaptisé « cheminement » parce que c’est moins agressif et plus romantique. Par ailleurs, je ne trouve pas qu’il s’agisse là d’une « partie historique approfondie » selon vos termes, mais c’est sans doute la seule étude que le bon peuple puisse voir. Il aurait fallu proposer des exemples d’atteinte au rocher plus prosaïques qu’une vénérable église. Un ancien tunnel aurait fait l’affaire. Ah, il n’en existe pas, dommage.
    Et pourquoi terminer sur cette envolée dithyrambique de l’architecte Froidevaux en 1965 si ce n’est pour tenter de montrer par là que le prochain tunnel va s’inscrire dans cette fameuse « création constante » et qu’il participe à cette « communion » un peu mystique mais tellement légitimante.
    @ PCH: Merci!

  5. @PCH: Quand je parlais d' »une partie des raisons », à propos des arguments historiques, cela ne signifiait pas que les autres raisons étaient secrètes : elles sont techniques, de faisabilité, de sécurité, etc… sans oublier le principe de précaution qui pèse de plus en plus sur les décisions des politiques et des administratifs quels qu’ils soient. J’ajoute que le document Drac fait suite à une réunion publique d’information, au cours de laquelle chacun a pu poser ses questions.
    De manière générale, les Monuments Historiques n’expliquent pas assez leurs partis et leurs travaux, il y a très longtemps que je le pense et le dis. Mais pas dans vos termes, d’une aigreur étonnante et (si je puis me permettre) un peu archaïque.
    @Patrick Peccatte: Il me semble que tout lecteur de bonne foi pouvait comprendre que dans ma phrase l' »étude historique approfondie » se rapportait à ce qu’on attend d’une bonne Etude Préalable, et non pas au montage diapos diffusé sur le site de la Drac. Celui-ci est effectivement maladroit dans son insistance, sans doute pas assez informatif sur le projet lui-même, inutilement jargonnant (« cheminement »), aussi peut-on comprendre l’interprétation que vous en faites. Mon but n’était pas de défendre le projet, ni le document de présentation, mais seulement de remettre votre analyse dans un certain contexte.

  6. <<Ce serait aussi ridicule que de réserver les plages aux seuls habitants du littoral.

    C'est la seule solution, laisser l'autochtone seul face à ses problèmes, il faut en prendre conscience dès aujourd'hui.

    RLZ

  7. <<…Habitants qui quitteront rapidement le Mont en l’absence des touristes!

    Les seuls "vrais" habitants sont moines …

    RLZ

  8. Cher Nestor, les moines tels des loups ou des ours ont été réintroduits au Mont en 1966
    (souvenir perso: il se trouve que j’ai chanté au Mont à cette occasion).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *