Le rôle des images de fiction dans le documentaire “C’était la guerre d’Algérie” de Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora (2022)

La chaîne LCP vient de diffuser le documentaire en cinq épisodes C’était la guerre d’Algérie de Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora qui avait déjà été présenté sur France 2 en 2022, l’année de sa réalisation.
La série est toujours visible en replay sur LCP jusqu’au 4 mars, et elle est disponible sur la plate-forme de vidéos de l’Académie de Normandie.

Le découpage des cinq épisodes est chronologique :

  1. L’Algérie française (1830-1945)
  2. L’Insurrection (1954-1955)
  3. La « Sale guerre » (1956-1957)
  4. 1957, la bataille d’Alger
  5. Vers l’indépendance (1958-1962)

Tout au long de la série, on distingue immédiatement deux types de documents : des extraits de films divers qui illustrent chacun des événements évoqués, et de nombreuses interviews plus récentes de personnalités algériennes et françaises qui sont filmées ou dont on entend seulement la voix. Un commentaire en voix off, dit par Benoît Magimel, contextualise et relie les documents visuels présentés.
Le matériau filmique diversifié que le documentaire exploite n’est jamais précisé à l’écran. Le spectateur qui ne connaît pas les sources utilisées ne peut guère les identifier. Les seules mentions explicites qui figurent en incrustation sont, pour chacune des interviews, le nom de la personnalité interrogée et parfois la date de l’entretien. Mais le titre du documentaire dont la séquence est extraite n’est jamais indiqué.

Image 1 – Nom en incrustation d’une personnalité interviewée, Djaouher Akrour (2006), militante du FLN. C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, photogramme en 20:22

Les sources utilisées pour la réalisation de la totalité du documentaire sont récapitulées dans le générique final de chaque épisode. La liste répartit ces sources en plusieurs catégories :

  • Fictions,
  • Documentaires,
  • Archives filmées,
  • Collections privées,
  • Photographies,
  • Collections privées [de photographies],
  • Documents.

Image 2 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 3 – La « Sale guerre » (1956-1957), photogramme du générique de fin en 46:50

 

Le rôle des images de fiction

Deux œuvres sont mentionnées dans la catégorie Fiction :

  • La Bataille d’Alger, Igor Film / Casbah Films, réalisé par Gillo Pontecorvo, 1966
  • Les Chevaux du soleil, épisode 1 : La prise d’Alger – 1830, co-écrit par Pierre Cardinal, Jules Roy et François Villiers, réalisé par François Villiers, TF1 / Technisonor, 1980

Habituellement, lorsqu’un extrait d’un film de fiction est utilisé dans un documentaire, il est d’usage de le signaler explicitement à l’image en mentionnant en incrustation le titre, le nom du réalisateur, et la date du film. Le procédé peut s’apparenter à une citation dans le domaine du texte, marquée par l’emploi des guillemets et la mention de la référence. Ce mode de signalement des œuvres de fiction à l’intérieur d’un documentaire a déjà fait l’objet de précédents articles sur ce carnet de recherche, à propos de films de Jean-François Delassus et de Camille Juza [voir les références ci-dessous].
Les réalisateurs de C’était la guerre d’Algérie ne se sont pas conformés à cet usage habituel, puisque les deux films de fiction en question ne sont pas plus signalés en incrustation que les autres catégories de documents visuels utilisés pour construire la série. Pour le dire autrement, à l’exception des interviews, tous les documents visuels exploités, y compris les extraits de fiction, apparaissent pour le spectateur au même niveau, liés ensemble et ‘homogénéisés’ pour participer à la narration.

Examinons plus précisément la place de ces deux fictions dans la série.

Quelques scènes de la série Les Chevaux du soleil ont été intégrées dans le premier épisode. Elles illustrent l’expédition d’Alger en 1830, première étape de la conquête de l’Algérie par la France. Le spectateur comprend bien sûr qu’il ne peut s’agir que de reconstitutions.

Le film La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo est beaucoup plus fréquemment mobilisé et son exploitation par les documentaristes de C’était la guerre d’Algérie mérite que l’on s’y arrête longuement.
[Note : le film est disponible sur Archive.org, en français et en arabe non sous-titré, avec un fichier de sous-titres (.srt) en anglais. Pour suivre les dialogues en arabe, un fichier de sous-titres en français est disponible ici].

Pour rappel, La Bataille d’Alger est un film algéro-italien de 1966 qui reconstitue la véritable bataille d’Alger entre 1954 et 1957 en décrivant les attentats commis par les Algériens comme par les Français, la traque des militants du FLN d’Alger par les parachutistes français, et le soulèvement du peuple algérien dans la Casbah. Les séquences qui en ont été extraites pour la série documentaire ont donc été tournées une dizaine d’années après les événements relatés.
Le film a été réalisé par Gillo Pontecorvo, cinéaste ex-communiste et fortement engagé à gauche. Son scénario est adapté du livre de souvenirs de Yacef Saâdi qui était en 1957 le chef FLN de la Zone autonome d’Alger lors de la bataille. Saâdi a par ailleurs produit le film de Pontecorvo dans lequel il joue son propre rôle. Nous y reviendrons.

Une quarantaine de séquences de La Bataille d’Alger ont été identifiées dans les quatre premiers épisodes du documentaire C’était la guerre d’Algérie [voir la liste en annexe à la fin de l’article]. Avec cet usage assez massif, on comprend que les réalisateurs aient renoncé à signaler à l’écran les emprunts à la fiction.

Dans la suite de l’article, les références aux séquences dans le documentaire sont données par leurs timecodes précédés du numéro de l’épisode (ép1, ép2, ép3, ép4), et les références au film de Pontecorvo sont données également par leurs timecodes précédés du sigle BA.

Les séquences retenues dans le documentaire sont de longueurs très variables.

Dans le quatrième épisode, la militante du FLN Djaouher Akrour raconte que les youyous des femmes s’élevaient de la Casbah en 1956 lorsque le peuple apprenait l’exécution capitale d’un militant à la prison de Barberousse. Son propos est souligné par une courte séquence de youyous extraite du film de 1966, mais illustrant un tout autre événement, la grève générale de huit jours organisée en 1957 par le FLN (BA 1:17:27). Décontextualisée, la scène qui figure dans le documentaire peut sembler extraite d’une archive filmée de l’époque.

Film 1 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, à partir de 20:30

Parmi les séquences courtes, les explosions lors des attentats du 30 septembre 1956 au Milk Bar puis à la cafétéria dansante de la rue Michelet figurent dans plusieurs épisodes, parfois chronologiquement inversées. À l’inverse de la séquence des youyous, le spectateur attentif n’est pas dupe et comprend qu’il s’agit de scènes reconstituées.

Ponctuée par le commentaire “la bataille d’Alger peut alors commencer”, la fin du troisième épisode accumule dans un montage court plusieurs scènes brèves du film de Pontecorvo. On y reconnaît successivement l’explosion dans la cafétéria dansante (BA 53:10), l’explosion au Milk Bar avec les parasols qui tombent (BA 52:12), une porte forcée par des parachutistes (BA 4:12), des prisonniers algériens dont l’un a les mains sur la tête (BA 4:30), un Algérien mitraillé par un soldat dans la rue (BA 26:40), la foule avec des drapeaux algériens (BA 1:55:22), la foule et des CRS, avec un drapeau ‘Vive l’ALN’ à gauche de l’image (BA 1:58:35), la foule et une adolescente brandissant une banderole du FLN (BA 1:55:05). Hormis les scènes d’explosion en introduction, le kaléidoscope fonctionne pour le spectateur comme un assemblage d’images de l’époque ; c’est un ‘effet d’archive’.


Film 2 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 3 – La « Sale guerre » (1956-1957), à partir de 45:50

On retrouve cette même dualité entre reconstruction et ‘effet d’archive’ dans les séquences plus longues empruntées à La Bataille d’Alger.

Le troisième épisode comporte une longue séquence du ramassage des morts à la Casbah après l’attentat du 10 août 1956 provoqué par “un groupe de partisans très radicaux de l’Algérie française”. Tout ce passage est extrait du film de Pontecorvo (BA 38:23) et présenté sur fond de commentaires de Yacef Saâdi et Jean-Claude Perez, responsable de l’OAS à Alger.

Film 3 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 3 – La « Sale guerre » (1956-1957), à partir de 32:54

À la différence du précédent, l’exemple qui suit n’est pas constitué d’un seul extrait. Dans le quatrième épisode, plusieurs séquences sont agencées pour illustrer les opérations de rafles effectuées par les parachutistes de Massu dans la Casbah. On reconnaît successivement des parachutistes courant dans la Casbah et arrêtant des Algériens (BA 1:09:05), des parachutistes qui sautent par-dessus des murets et descendent dans la Casbah (BA 3:40), une foule algérienne (BA 1:02:25), la suite de la séquence des arrestations (BA 1:09:52), un jeune enfant qui pleure devant une porte (BA 1:10:19), les visages de deux combattants Algériens qui se cachent (BA 1:39:24). Les commentaires qui accompagnent ce montage sont d’Alain Gedovius, ancien appelé en Algérie, du colonel Roger Trinquier (1984) et de Hocine Mezali (1987), le chef du renseignement du FLN pour la Zone autonome d’Alger.

Film 4 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, à partir de 4:08

Pour le spectateur qui ne connaît pas l’origine fictionnelle de ces images, les deux exemples ci-dessus semblent posséder une apparence d’authenticité qui les éloigne de la reconstruction illustrative ; ils donnent à voir un ‘effet d’archive’.

Ce n’est plus le cas des scènes illustrant l’utilisation de la torture par les parachutistes. Comme on le sait, il n’existe pas d’archives filmées de ces pratiques intolérables commises par les militaires français. Le spectateur comprend donc que l’évocation de la torture dans le quatrième épisode fait appel à un ensemble de reconstitutions, quand bien même il ignorerait la source des images utilisées.

Le premier passage présenté ici reprend les séquences (BA 1:35:24) et (BA 1:06) du film de Pontecorvo, sur des commentaires d’Henri Alleg et Alain Gedovius.

Film 5 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, à partir de 13:49

Le second passage reprend les séquences de torture de la baignoire (BA 1:35:41) et de torture à électricité (BA 1:36:26).

Film 6 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, à partir de 15:58

Plusieurs entretiens avec Yacef Saâdi figurent dans le documentaire C’était la guerre d’Algérie1. Dans le troisième épisode, il décrit le recrutement de jeunes algériennes “belles et qui avaient le teint clair” ; elles devaient se faire passer pour des pieds-noirs afin de poser des bombes. Son interview est complétée par celles de Véronique Timsit, fille de Daniel Timsit, militant du FLN et membre de son groupe, et de Zohra Drif (1972), la poseuse de bombe du Milk Bar. Leurs propos sont illustrés par un montage de séquences du film de 1966 : le réglage d’une minuterie sur une bombe (BA 47:14), une jeune algérienne blonde dans la foule (BA 57:33), une jeune algérienne brune descendant les escaliers près d’un barrage contrôlé par des soldats (BA 44:45), la suite de la séquence de la jeune algérienne brune après le passage du barrage (BA 45:47), un travelling sur les clients du Milk Bar avec un plan sur un jeune garçon mangeant une glace (BA 49:19).

Film 7 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 3 – La « Sale guerre » (1956-1957), à partir de 34:33

Le dernier exemple est étonnant. Dans une interview datée de 1974, l’ethnologue et ancienne résistante Germaine Tillion évoque sa rencontre avec Yacef Saâdi en juillet 1957 (certaines sources mentionnent deux rencontres). Le passage est illustré par des séquences du film de Pontecorvo où Saâdi joue son propre rôle : une porte qui s’ouvre et par laquelle entre un groupe de quatre combattants dont Saâdi (BA 1:21:49), puis un gros plan sur le visage de Saâdi en train de parler (BA 1:23:54). Durant ce gros plan, Germaine Tillion prononce les mots suivants : “Yacef a eu une phrase. Il a dit : Vous voyez que nous ne sommes ni des brigands, ni des assassins”. Le procédé est clairement un détournement assumé du plan tourné en 1966 où le militant indépendantiste ne prononçait évidemment pas cette phrase. Un autre plan sur le groupe de quatre combattants (BA 1:21:39) termine cet assemblage illustratif qui est suivi par un entretien avec Yacef Saâdi en 2006.

Film 8 – C’était la guerre d’Algérie, réal. Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora, 2022 – épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger, à partir de 20:46

Le film La Bataille d’Alger paraît avoir été utilisé comme un réservoir de scènes illustratives par les réalisateurs de C’était la guerre d’Algérie. L’usage intensif de séquences extraites de cette œuvre de fiction participe à la construction d’un récit documentaire visuellement pertinent et cohérent, en liant ensemble des documents contemporains des faits décrits, en exemplifiant les interviews et le commentaire off, en comblant aussi certainement des ‘manques’ dans les archives. Même si le film de Pontecorvo est une reconstitution réalisée dix années après les événements, il est incontestablement réaliste et possède une apparence d’authenticité à laquelle participe la non-colorisation des séquences empruntées. Cet ‘effet d’archive’ est manifeste même lorsque la reconstitution ‘saute aux yeux’, notamment dans les scènes d’attentats ou de torture.

La Bataille d’Alger appartient à la liste très fermée des films de guerre qui ont eu recours à des acteurs ayant participé aux événements retracés2. Le contrepoint visuel de l’interview de Germaine Tillion décrivant sa rencontre avec Yacef Saâdi apparaît comme le point d’orgue de la réinterprétation archivante d’un film de fiction.

 

Sur ce carnet : autres articles sur l’usage documentaire des films de fiction

 

Annexe
Relevé des séquences empruntées au film La Bataille d’Alger (1966) dans le documentaire C’était la guerre d’Algérie (2022)

Épisode 1 – L’Algérie française (1830-1945)
4:07 prologue de la série : deux explosions (chronologiquement inversées : cafétéria dansante et Milk Bar) (BA 53:10 et BA 52:12)

Épisode 2 – L’Insurrection (1954-1955)
38:08 parachutistes courant dans la Casbah et arrêtant des Algériens (BA 1:09:05)

Épisode 3 – La « Sale guerre » (1956-1957)
32:54 ramassage des morts à la Casbah après l’attentat du 10 août 1956 provoqué par ‘un groupe de partisans très radicaux de l’Algérie française’, longue séquence (BA 38:23)
34:33 réglage d’une minuterie sur une bombe (BA 47:14)
34:33 jeune algérienne blonde dans la foule (BA 57:33)
35:05 jeune algérienne brune descendant les escaliers près d’un barrage contrôlé par des soldats (BA 44:45)
35:48 suite de la séquence de la jeune algérienne brune après le passage du barrage (BA 45:47)
36:08 travelling sur les clients du Milk Bar et plan sur un jeune garçon mangeant une glace (BA 49:19)
45:50 explosion dans la cafétéria dansante (BA 53:10)
45:53 explosion au Milk Bar (parasols qui tombent) (BA 52:12)
45:55 porte forcée par des parachutistes (BA 4:12)
45:56 prisonniers algériens dont l’un avec les mains sur la tête (BA 4:30)
45:57 algérien mitraillé par un soldat dans la rue (BA 26:40)
45:59 foule avec des drapeaux algériens (BA 1:55:22)
46:01 foule et CRS, drapeau ‘Vive l’ALN’ à gauche de l’image (BA 1:58:35)
46:03 foule et adolescente brandissant une banderole du FLN (BA 1:55:05)

Épisode 4 – 1957, la bataille d’Alger
1:24 travelling sur les toits de la Casbah (BA 24:31)
1:31 explosion dans la cafétéria dansante (BA 53:10)
1:36 explosion dans la Casbah (provoquée par un commissaire français) (BA 37:50)
2:02 explosion au Milk Bar (parasols qui tombent) (BA 52:12)
2:05 ambulance et ramassage des victimes (BA 53:51)
4:08 parachutistes courant dans la Casbah et arrêtant des Algériens (BA 1:09:05), longue séquence
4:47 parachutistes qui sautent par-dessus des murets et descendent dans la Casbah (BA 3:40)
5:12 foule algérienne (BA 1:02:25)
5:19 suite de la séquence des arrestations (BA 1:09:52)
5:30 jeune enfant qui pleure devant une porte (BA 1:10:19)
5:33 visages de deux combattants Algériens qui se cachent (BA 1:39:24)
6:01 organigramme dressé par un militaire (BA 1:14:30)
9:15 attentat à l’hippodrome d’Alger (BA 1:27:26)
13:49 scènes de torture (BA 1:35:24)
14h45 fin de scène de torture (BA 1:06)
15:58 torture de la baignoire (BA 1:35:41), puis à électricité (BA 1:36:26)
19:40 prisonnier algérien guillotiné dans une prison (BA 11:56)
20:37 youyous de femmes algériennes (BA 1:17:27)
20:46 porte qui s’ouvre et groupe de quatre combattants dont Yacef Saâdi (BA 1:21:49)
21:41 gros plan sur Yacef Saâdi (BA 1:23:54)
21:59 groupe de quatre combattants dont Yacef Saâdi (BA 1:21:39)



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2024, 29 février). Le rôle des images de fiction dans le documentaire “C’était la guerre d’Algérie” de Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora (2022). Déjà Vu. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxkt

  1. Yacef Saâdi est interviewé en 1972 (ép3 32:36, 33:42 voix seulement, 35:15 ; ép4, 8:54), en 1984 (ép4 23:53), en 1987 (ép4 6:50 voix seulement), et enfin en 2006 (ép4 1:35, 7:40, 10:39 et 22:12). []
  2. Deux autres exemples viennent ici à l’esprit :Theirs is the Glory (La gloire est à eux) de Brian Desmond Hurst (1946) qui retrace la bataille d’Arnehm (voir mon article en référence), et To Hell and Back de Jesse Hibbs (1955) qui raconte la vie d’Audie Murphy. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search