Véronique – figures et absences d’une sainte imaginaire (3/3)

Article en trois parties: P1, P2, P3

Partie 3 – Véronique dans le chemin de croix (suite)

Objets portatifs

Certains livres de piété sont des objets destinés à la dévotion au chemin de croix. Quelques exemples ont été examinés précédemment. À la différence des supports fixes installés dans les églises ou en extérieur, ces objets sont portatifs. Il existe d’autres dispositifs matériels portatifs conçus pour la même dévotion. Dans son ouvrage déjà cité, la chercheuse allemande Waltraud Hahn recense1 :

  • l’imagerie religieuse ;
  • les autels privés imprimés ou en cuir ;
  • les feuillets de dévotion ;
  • les imprimés publicitaires et cartes postales ;
  • les chapelets des quatorze stations ;
  • les croix et crucifix avec les quatorze stations ;
  • les pendentifs avec les quatorze stations.

À cette liste s’ajoutent des objets du quotidien décorés d’éléments du chemin de croix, mais qui n’ont pas été conçus explicitement pour la dévotion : jeux, éventails, assiettes, étuis à lunettes, etc.
En parcourant globalement cette nomenclature, trois séries de dispositifs matériels portatifs porteurs de représentations de Véronique peuvent être distinguées :

  • des objets hors chemin de croix ;
  • des chemins de croix composés de plusieurs objets ;
  • des chemins de croix en un seul objet.

 

Véronique sur les objets hors chemin de croix

Comme de nombreux autres saints, Véronique figure souvent sur les canivets, ces images pieuses populaires à partir du 18e siècle, dont les bords sont découpés pour imiter la dentelle. Elle est presque toujours qualifiée de ‘sainte’, souvent en plusieurs langues, car ces images étaient largement diffusées. Elle est représentée le plus souvent selon la posture stéréotypée de l’ostension.

Image 91 – Sainte Véronique – Sta Veronica, canivet, c. 1800, Source eBay / Sainte Véronique, image pieuse à dentelle – canivet, début du 19e siècle, L. Turgis & Fils Édition Paris, Delcampe

 

Image 92 – S. Veronica, canivet, 18e siècle, rouillac.com / S. Veronica, canivet, c. 1800, Bibliothèque du Saulchoir

À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, les images sulpiciennes représentent également Véronique en dehors du chemin de croix. L’image qui suit, que l’on doit au peintre et illustrateur Étienne Azambre, décrit une scène originale, évidemment fantaisiste du point de vue néo-testamentaire, associant la Vierge et Véronique.

Image 93 – Sainte Véronique présentant à la Vierge la Sainte Face du Christ imprimée sur son voile, c. 1910, Bouasse-Lebel. Lecène et Cie, 29 rue St-Sulpice, Paris, Ref 8028, Étienne Azambre (1859-1933), ‘Le peintre des Anges’, par Franz Torres-Quevedo

Véronique apparaît également sur des accessoires divers du quotidien qui ne sont pas des objets de piété, comme sur cette assiette.

Image 94 – Assiette calotte – Faïence décor au pinceau / Bord festonné, avec bande motifs striés, pointillés et floraux ; au fond Véronique tenant une étoffe avec le visage du christ, paysage avec arbres ; inscription : “Véronique jaiete 1775”, Mucem, Numero d’inventaire : 1958.28.1

L’exemple suivant illustre à nouveau la sécularisation du personnage.
Il existe de nombreuses images d’Épinal dites ‘à compartiments’ réalisées comme supports de jeux de loteries : Petite loterie chinoise, Petite loterie du soleil, Petite loterie de l’armée française, Petite loterie militaire comique, Loterie de la guerre d’Orient, Loterie des écoliers, etc. Sur l’une d’elles, intitulée tout simplement Petite loterie et publiée par l’Imagerie Pellerin, sainte Véronique figure dans une case entourée d’autres petites images qui pour la plupart n’ont rien de religieux.

Image 95 – Image d’Épinal à compartiments (7×7) – Petite Loterie, N° 84 [Sainte Véronique en ligne 4, colonne 6], Pellerin, dépôt légal 1860, Mucem, Numero d’inventaire : 1953.86.4365

Véronique dans les chemins de croix composés de plusieurs objets

Véronique apparaît dans des chemins de croix composés de plusieurs objets, chaque objet représentant en général une station. C’est le cas par exemple des gravures réalisées par le peintre et graveur Émile Bernard pour la revue littéraire illustrée L’Ymagier, qui ont fait l’objet de tirés-à-part.

Image 96 – Émile Bernard, Le chemin de la Croix, 1895, publié par l’Ymagier, Collections numérisées de la bibliothèque de l’INHA / Émile Bernard, Sainte Véronique et les instruments de la Passion : La Sainte face, c. 1895, Collections numérisées de la bibliothèque de l’INHA.

À l’exemple des gravures d’Émile Bernard, ci-dessus, les artistes représentent fréquemment Véronique selon la posture stéréotypée déjà rencontrée à maintes reprises, mais son nom n’est pas toujours mentionné.

Image 97 – Jésus reçoit l’aide du Cirénéen, Ve station – Jésus imprime sa face sur un linge, VIe station, chemin de croix en 14 gravures, par Duthé, 19e siècle, Source eBay.

Sur ces petites images comme dans la peinture de grand format, et même si elle n’est pas nommée, la sainte imaginaire est souvent légitimée par son association dans une même scène avec Simon de Cyrène qui aide le Christ à porter sa croix.

Image 98 – Chemin de croix, sixième station, Gravure originale du 18e siècle, Source eBay / Jésus imprime sa face sur un linge [légende également en espagnol, et en anglais mentionnant Veronica], lithographie, L. Turgis le Jeune, entre 1859 et 1891, à Paris et New York, Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Quelques estampes échappent à l’ostension stéréotypée.

Image 99 – Chemin de la croix, VIe station – Une femme pieuse essuie la face de Jésus-Christ, estampe, Mucem, Numéro d’inventaire : 1973.95.101

On retrouve la scène sur d’autres supports, par exemple des plaques de verre de lanterne magique…

Image 100 – Véronique, 6e station, Plaque de verre de lanterne magique, 19e siècle, Source eBay

… des images adhésives,

Image 101 – Jérusalem – Via Dolorosa, Image adhésive, date inconnue, Source eBay

… des images publicitaires, notamment celles distribuées par la Chocolaterie d’Aiguebelle (Drôme), par la Chocolaterie Delespaul-Havez (Nord), ou bien encore par les Laboratoires Valda, créateurs de la fameuse pastille2,

Image 102 – Édition de la Chocolaterie d’Aiguebelle (Drôme) – Les 14 stations du chemin de croix, Source eBay.

… des timbres,

Image 103 – Émirat Ras al-Khaima [1970, avant la formation des Émirats arabes unis] Mi# 687-700, A Used – Combined Sheet – Passion of Jesus Christ – Stations of the Cross, Delcampe

… des cartes postales illustrées,

Image 104 – Station V, Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter sa croix – Station VI, une femme pieuse essuie la face de Jésus [avec à nouveau Simon le Cyrénéen], chemin de croix, Série de cartes postales illustrées, en couleurs, Source eBay

… des cartes postales photographiques.
Les grandes représentations populaires de la Passion, comme celle d’Oberammergau en Bavière (voir image 75), ont suscité l’édition de cartes postales photographiques au début du 20e siècle.

Image 105 – Passionsspiele Oberammergau 1910, N° 125, Jesus und Veronika, © F. Brückmann A.-G, München, photo © Totus2us, Flickr

Le Théâtre de la Passion de Nancy a été créé en 1904, afin de financer la fin de la construction de l’église Saint-Joseph de Nancy. Il représente tous les quatre ans la Passion du Christ, sur le modèle et avec l’autorisation de la troupe d’Oberammergau3. Plusieurs cartes postales photographiques réalisées à partir des premiers spectacles ont été produites, notamment par l’imprimeur et éditeur Albert Bergeret. Les collectionneurs ont identifié une série de 40 cartes sur la Passion de Nancy4.

Image 106 – La Passion à Nancy – 17, Ste. Véronique, Cliché A. H. – Phototypie A. Bergeret et Cie, Nancy, 1904, photo © T2P Photos, Flickr / La Passion à Nancy – 1914 – Sainte Véronique essuie le visage de Jésus, photo © T2P Photos, Flickr.

Sur ces images populaires, le nom de Véronique est presque toujours mentionné, et des scènes fantaisistes, comme la présentation du voile à Marie, sont parfois ajoutées.

Image 107 – La Passion à Nancy – 1905 – 24. Le Chemin du Calvaire. Véronique essuie la face ensanglantée de Jésus – Phototypie A. Bergeret et Cie, Cliché A. Haas, Nancy, 1905, site sur Albert Bergeret par Monique et Gérard Léquy / La Passion à Nancy – 1905 – 29. Au retour du Golgotha. Véronique présente à Marie le voile de la Sainte Face – Phototypie A. Bergeret et Cie, Cliché A. Haas, Nancy, 1905, site sur Albert Bergeret par Monique et Gérard Léquy.

 

Véronique dans les chemins de croix en un seul objet

Véronique apparaît bien sûr dans les chemins de croix façonnés comme un tout, en un seul objet, notamment sur les images où les 14 stations sont représentées en une série. Les exemples les plus évidents de ce type sont les cartes postales compartimentées où sont rassemblées des vues d’un chemin de croix notable, comme celui de Lourdes, construit à partir de 1901 et inauguré en 19125.

Image 108 – N. D. de Lourdes (65) – le Chemin de Croix, 14 vues compartimentées avec légendes, c. 1915, Source eBay

Certaines images pieuses sulpiciennes où le chemin est reproduit dans son intégralité n’étaient pas destinées à servir de signets dans un missel, comme habituellement, mais plutôt de supports de méditation.

Image 109 – Image sulpicienne. Sur un fond de dentelles en losange, les quatorze stations en médaillons sont disposées autour du Christ au centre. Sous le Christ figure une croix, au-dessus plane la colombe du Saint-Esprit. L’image est couronnée d’un décor néo-gothique dans lequel sont insérés trois personnages dont la Vierge au centre. Sans mention d’éditeur, 88 x 140 mm. W.H. L11. c. 1841, Waltraud Hahn, op. cit., p. 243 (explications) & p. 245 (légende et image).

L’imagerie d’Épinal adopte dans certaines estampes un schéma similaire avec 14 miniatures des stations entourant le Christ en croix.

Image 110 – L’Heureuse Bénédiction Des Familles et des Maisons, 6e station ‘La Sainte Face de Jésus’, Dembour et Gangel, Metz, entre 1842 et 1850, Mucem, Numero d’inventaire : 1947.22.77 et RMN / Christ aux stations, 6e station ‘Jésus imprime sa face sur un linge’, Pellerin (imprimeur, éditeur), Épinal, Musée de l’image, Ville d’Épinal, c. 1875

Parmi les plus anciennes productions d’Épinal, on note également des chemins de croix composés comme une série de scènes disposées le long du trajet qui mène au Golgotha. Véronique apparaît en bonne place, près du Christ aidé par Simon de Cyrène.

Image 111 – Chemin de la croix, Image éditée par Dembour à Metz entre 1837 et 1840, Musée de l’image, Ville d’Épinal, Dembour Marie Adrien Népomucène (imprimeur, éditeur) / Le Chemin de la croix, Georgin François (graveur), Pellerin (imprimeur, éditeur), Épinal, c. 1824, Musée de l’image, Ville d’Épinal

Les dépliants en accordéon, où les stations sont reliées ensemble, peuvent être considérés comme des petits autels dédiés aux dévotions privées. Ils constituent des témoins éminents de l’imagerie sulpicienne bien que les images qui y figurent soient parfois de simples reproductions photographiques6.

Image 112 – Livre dépliant, Chemin de Croix en dentelle de carton, 19e siècle, Source eBay / Canivet chemin de croix : 14 stations reliées et articulées en accordéon, 19e siècle, Source eBay

 

Image 113 – Chemin de croix de voyage, 14 stations en photos, support pliant, début du 20e siècle, Source eBay / Chemin de croix de voyage, 19e siècle, Source eBay

 

Image 114 – Chemin de croix dépliant en bois, 14 stations en photos, début du 20e siècle, Source eBay

Il existe aussi des dépliants sur un côté, où les stations sont regroupées par deux…

Image 115 – Chemin de croix de voyage en 8 plaques de métal gravées, Source eBay

ou par quatre…

Image 116 – Chemin de croix de voyage en cuir et métal argenté, fin du 19e siècle, Source eBay

… ainsi que des diptyques, où les stations sont distribuées par sept sur deux volets.

Image 117 – Chemin de croix portatif encadré, en deux parties, 19e siècle, Source eBay / Chemin de croix miniature de voyage en métal repoussé argenté, Source eBay

Fermés par une attache à pression, ces diptyques se présentent comme un petit livre, souvent posés sur une cheminée ou une table de nuit7.

Image 118 – Diptyque “le chemin de croix”, c. 1850, Hôtel des ventes d’Évreux

Il existe aussi de véritables petits livres montés en pendentifs qui contiennent un chemin de croix.

Image 119 – Station VI – ‘Jésus imprime sa face sur un linge’, Petit livre pendentif en métal argenté – Chemin de Croix, fin du 19e siècle, Source eBay

D’autres objets de piété sont réalisés à partir d’un crucifix fixé sur un socle et entouré des images des stations. Un second panneau portant les légendes des stations complète parfois le dispositif.

Image 120 – Panneau de bois Via Crucis, 14 stations métal bas relief, Source eBay / Petit chemin de Croix – Via Crucis, diptyque, légendes en italien, Source eBay

Les images des stations figurent parfois au revers du crucifix, ou sur les deux faces d’une croix (qui n’est pas alors un crucifix).

Image 121 – Crucifix de table en laiton avec chemin de croix, Source eBay / Croix de table argentée, Source eBay

Une variante de ce dispositif ne comporte aucune image des stations, ces dernières sont symbolisées par un petit trou et leurs numéros. L’historienne Waltraud Hahn précise que sous les ronds des stations était parfois déposé un peu de terre des endroits où le Christ a marché, et qu’ainsi ces croix peuvent être considérées comme des reliquaires8.

Image 122 – Croix en bois avec les numéros des stations, Source eBay / Croix en nacre avec les numéros des stations, Source eBay

Les chemins de croix façonnés comme un tout se rencontrent aussi sur d’autres objets pieux comme les chapelets. Les images sont représentées sur des plaquettes métalliques séparées par trois grains. Au verso de chaque plaque figure la légende et/ou le numéro de la station. Ces chapelets non conformes aux configurations admises pour l’organisation des grains ont été interdits par le Vatican en 19129.

Image 123 – Chapelet chemin de croix à 14 stations en pierres de Medjugorje (lieu de pèlerinage important en Bosnie-Herzégovine), avant 1912, Source eBay / Chapelet de Notre-Dame des Douleurs et chemin de croix à 14 stations, 19e siècle, Source eBay

Plus étonnant, le chemin de croix a aussi été représenté sur un chandelier à sept branches identique à une menorah.

Image 124 – Chandelier à sept branches avec 14 stations du chemin de croix, crucifix et piéta ; inscription ‘Jerusalem’, kruiswegstaties.nl

En dehors des objets de dévotion, on retrouve aussi le chemin de croix représenté entièrement sur des objets du quotidien, par exemple un éventail.

Image 125 – “Élément de décoration murale de la seconde moitié du 19e siècle, cet éventail (115 × 220 mm) joue sur un art de vivre de la noblesse et de la haute bourgeoisie”. Légende et photo : Waltraud Hahn, op. cit., p. 249

Vers 1830, un jeu a été conçu sur le modèle du jeu de l’oie afin d’éveiller chez les enfants l’intérêt pour la foi et la pratique religieuse10. Toutes les stations sont représentées, entremêlées à d’autres images religieuses – la station 6 est située à gauche sous le n° 27.

Image 126 – Chemin de la Croix ou récréation spirituelle, édité à Paris chez M. V. Turgis, 1830, in Henry René D’Allemagne, “Le noble jeu de l’oie en France de 1640 à 1950”, Librairie Gründ, Paris 1950 (Tav. 15), site Giochi dell’Oca e di percorso (by Luigi Ciompi & Adrian Seville)

 

Image 127 – Chemin de la Croix ou récréation spirituelle, détail de la 6e station.

Ce parcours parmi quelques objets portatifs montre que la sixième station est toujours illustrée de façon routinière, une femme présentant un linge au Christ qui porte sa croix. Lorsque la légende est présente, elle mentionne parfois une ‘femme pieuse’ ou ‘une femme’, mais le plus souvent, il est bien précisé qu’il s’agit de ‘Véronique’ ou de ‘sainte Véronique’ .

À la fin du 19e siècle, quelques éditeurs sulpiciens ont aussi produit des images du chemin de croix qui ne comportent pas d’illustrations des stations mais seulement leurs légendes11. Des feuillets et des livrets de dévotion décrivant les stations sans les illustrer ont également été publiés à la même époque12. Là encore, la présentation est conventionnelle et mentionne ‘Véronique’.

Image 128 – Prenez votre croix et suivez Jésus, L. Dopter, Paris, c. 1880, Source etsy / Le chemin de croix des cœurs en deuil, 112 × 76 mm, Veuve Saudinos-Ritouret, Paris, c. 1880, Source eBay

Toute cette production d’objets portatifs date surtout du 19e siècle et du début du 20e siècle, et elle apparaît très traditionaliste quant au rôle attribué à la sainte imaginaire. Un retour vers des chemins d’église plus récents et moins conformistes permet de mettre en évidence une évolution remarquable.

 

Retour vers les chemins de croix d’église – Véronique absente

À partir du milieu du 20e siècle, plusieurs stations n° 6 du chemin de croix représentent uniquement le voile, comme si le personnage de Véronique était devenu superflu. Les images apparaissent comme une résurgence de l’antique Mandylion. Véronique n’existe plus, et pourtant le chemin demeure pleinement satisfaisant pour le dévot. Pour lui, en effet, seule compte la ferveur envers la ‘Saint Face’, insérée dans la séquence des scènes de la Passion.
Caractéristique de cette démarche où la pseudo-sainte a disparu, le tableau que peint Jef Friboulet pour l’église d’Yport est pourtant intitulé ‘Véronique’. On connaît l’usage qui consiste à nommer ‘véronique’ le linge portant l’image de la face du Christ ; ici la métonymie semble étendue à la station dans son ensemble.

Image 129 – Yport (Seine-Maritime), église Saint-Martin – Voile de Véronique – Chemin de croix de Jef Friboulet, c. 1980, photo © paubry, Flickr

Sur la seconde image ci-dessous, le dispositif atypique installé par l’artiste Christian Malézieux est constitué de sculptures métalliques, fixées sur un seul coté de la nef de l’église de Saint-Céneri-le-Gérei. Au centre de l’ensemble se détache le voile, sans Véronique, positionné au-dessus de l’arc de la porte.

Image 130 – Rudolf Krüger d’Osnabrück, Station 6, terre cuite, 1958, crypte de l’église Saint-André (Dominikanerkirche St. Andreas), Cologne, Allemagne, Veronica Route / Christian Malézieux, Station 6, sculpture métallique, 2001, église Saint-Céneri, Saint-Céneri-le-Gérei (Orne), Veronica Route.

Conçu par l’artiste de Perpignan Jean-Marc Treil, le premier tableau ci-dessous appartient à l’un des chemins de croix modernes à 15 stations, chemin classique auquel on a ajouté la scène de la résurrection.

Image 131 – Jean-Marc Treil, Station 6, église de Mosset (Pyrénées-Orientales), 2002, histoiredemosset.fr / Andrea Cereda, Station 6, relief, fil de fer et tôle, 2010, Lecco, Italie, Veronica Route.

 

Image 132 – Wendy Martin, Station 6, dessin sur tissu, 2010, église épiscopale St. John’s, Williamstown, Massachusetts, États-Unis d’Amérique, Veronica Route / Bruno Lucchi, Station 6, terre cuite, 2015, Levico Terme (Trente), Italie, Veronica Route.

Plusieurs artistes contemporains ont réalisé des chemins de croix où non seulement Véronique est absente de la station 6, mais où le voile stylisé n’est plus guère reconnaissable. On relève ainsi des œuvres de Guido Strazza et Raoul Ubac

Image 133 – Guido Strazza, étude pour le chemin de croix, peinture, techniques mixtes, 1960-1961, église du Sacré-Cœur de Ponte Lambro, Musée diocésain, Milan. Veronica Route / Raoul Ubac, Chemin de croix, station 6, ardoises, 1964, Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence (Alpes Maritimes) – Chapelle Saint-Bernard, photo © Sokleine, Flickr.

… de Pierre Buraglio et de l’artiste néerlandais Ignace Schretlen

Image 134 – Pierre Buraglio, Station 6 du chemin de croix décorant la chapelle Saint-Symphorien de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, tôle émaillée, 1993, photo © Sokleine, Flickr & Commission diocésaine d’art sacré de Paris / Ignace Schretlen, Chemin de Croix, 6e station, dessin, 2002, Hollande. Veronica Route.

… de Graziano Pompili et Virginia Maksymowicz.

Image 135 – Graziano Pompili, Chemin de croix, station 6, relief, 2003, Montecchio Emilia (Émilie-Romagne), Italie. Veronica Route / Virginia Maksymowicz, Chemin de croix, station 6, relief, 2005, Église épiscopale St. Thomas, Lancaster, USA. Veronica Route.

Les stations aniconiques

La Via Dolorosa à Jérusalem

Pour être valide selon les canons de l’Église, on l’a vu, chaque station d’un chemin de croix doit comporter une croix en bois bien visible. C’est le seul élément impérativement requis. Les images, les descriptions textuelles, et même les numéros des stations ne sont pas obligatoires.

La Via Dolorosa (Chemin de la souffrance) est un chemin de la vieille ville de Jérusalem qui, selon la tradition, est le trajet que Jésus a emprunté avant sa crucifixion. Il est balisé par huit des quatorze stations du chemin de croix, les six dernières étant situées dans l’enceinte de l’église du Saint-Sépulcre13. Paradoxalement, il ne s’agit pas de véritables stations au sens canonique ; les huit premières sont de simples numéros en chiffres romains dans des cartouches, accompagnés parfois d’inscriptions gravées dans la pierre, sans images et surtout sans croix en bois. Aux alentours de certaines stations, il existe des chapelles ornées.
L’inscription explicative de la station 6 mentionne la ‘pieuse Véronique’.

Image 136 – Via Dolorosa, 6 ST / PIA VERONICA FACIEM CHRISTI LINTEO DETERCI [la sixième station où la pieuse Véronique essuya la face du Christ avec un voile], Jérusalem, Israël, photo James Emery, Wikimedia Commons, voir aussi Veronica Route.

Croix et symboles

De très nombreuses stations 6 sont réduites à la croix de rigueur. Dans ces stations aniconiques, l’image de Véronique a alors complètement disparu, mais son nom (ou l’un de ses avatars formé à partir de femme) peut subsister. Pour la distinguer, la croix est parfois accessoirisée avec un voile.

Image 137 – Véronique, Station VI, abbatiale Saint-Philibert, Tournus (Saône-et-Loire), photo © Odile Cognard, Flickr / Une femme essuie le visage de Jésus, Station VI, La Chapelle-sur-Loire (Indre-et-Loire), Église de la Translation-de-Saint-Martin, photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr.

Ancien atelier de cartonnerie, la chapelle Saint-Marc de Malakoff dispose d’un chemin dont chacune des stations est une croix comportant un attribut symbolisant la scène, sans aucune légende.

Image 138 – Chemin de Croix – Station 6, Chapelle Saint-Marc, Malakoff (Hauts-de-Seine), c. 2018, photo © Sokleine, Flickr. Voir ici d’autres stations de ce chemin de croix.

Un procédé de symbolisation avait été utilisé avec talent dès 1950 par le peintre Léon Zack et sa fille Irène pour l’église Saint-Caprais de Carsac en Dordogne. Comme le précise l’historien de l’art Bernard Dorival, ce sont “des croix, rien que des croix, dont les dispositions signifient les diverses stations du chemin de croix et proposent à la méditation des fidèles autant de tremplins, pour ainsi dire, qui leur permettent de s’élever jusqu’aux épisodes successifs de la Passion du Seigneur.14. En réalité, les stations ne seraient pas réellement aniconiques mais influencées par l’expressionnisme abstrait. Ainsi, à la station 6, le trait oblique à gauche et le demi-cercle lié à la croix symboliseraient Véronique qui se penche vers le Christ pour essuyer son visage.
L’ensemble des 14 panneaux du chemin illustre des extraits du recueil de poèmes religieux Corona benignitatis anni dei, publié par Paul Claudel en 191515.

Image 139 – Léon Zack [et sa fille Irène], Chemin de croix, station 6, “Qu’il prenne garde à chacun de ses pas, car il est un signe. Car tout Chrétien de son Christ est l’image vraie, quoique indigne.”, église Saint-Caprais, Carsac (Dordogne), 1950, source : Léon Zack : histoires de mariage, Blog Bon Sens et Déraison, 15 septembre 2012.

Le calvaire de Pekná vyhlídka est un complexe de 14 œuvres d’art, pour la plupart en bois, situé sur une colline boisée près de la ville de Vysoké Tatry, en Slovaquie. Toutes les stations ont été créées entre 2010 et 2015 par des artistes-sculpteurs de Slovaquie et de Pologne ; la plupart d’entre elles s’inspirent de la croix. Œuvre du sculpteur slovaque Ján Šicko, la station 6 représente la rencontre de Véronique et du Christ ensanglanté comme un pont. Le cartel de la station ne donne aucune explication et ne mentionne que son numéro (voir ici)16.

Image 140 – Kalvária na Pekná vyhládka, Starý Smokovec, Vysoké Tatry, Slovaquie. Station 6, œuvre de Ján Šicko, 2011, Wikimedia Commons.

Vers 2010, deux artistes-peintres (au moins) ont réalisé des chemins dont les différentes stations sont des variations sur la croix.
Le prêtre et peintre italien Carlo Tarantini combine les couleurs et les formes dans les stations de son chemin où dominent les croix. Il explique, à propos de la station 6 : “Le jaune d’or du cadre est délimité par le blanc du voile de Véronique sur lequel est imprimée la « véritable icône » du Christ : la Croix !17.
L’artiste néerlandais Jac Bisschops a conçu un chemin à 15 stations pour la cathédrale de Bruges : “L’ancienne interdiction biblique des images est présente dans ce chemin de croix […] Toutes les stations portent la marque de la croix. Les deux éléments, barre horizontale et barre verticale, sont toujours présents.18.

Image 141– Don Carlo Tarantini, …sempre a cercare il Suo volto [… toujours à la recherche de Sa face], Via Crucis, Stazione VI, c. 2010, Oratorio di Gorle, Lombardia, Via Crucis – Testi e opera artistica di Carlo Tarantini [PDF, en italien]. Voir l’ensemble de l’œuvre dans cette brochure / Jac Bisschops, Chemin de Croix du Calme dans la Cathédrale Saint-Sauveur de Bruges, Station 6, Belfont Hallen, Bruges, 2008-2010, photo extraite du site de l’artiste. Voir l’ensemble de l’œuvre présentée par Mark Delrue.

Toutes ces œuvres contemporaines ont été précédées par le chemin de croix abstrait le plus célèbre, celui du peintre américain Barnett Newman, l’un des représentants majeurs du mouvement de l’expressionnisme abstrait. Cette œuvre, commencée en 1958 par deux stations, sera achevée en 1966. Une quinzième station particulière s’intitule Be II. Considérée comme l’une des œuvres les plus importantes de l’artiste, Newman lui a donné le nom de The Stations of the Cross / Lema Sabachthani.
Toutes les stations figurent des lignes verticales et manifestent l’une des préoccupations de l’artiste durant une décennie, l’entaille ou la bande verticale, un geste qu’il a appelé le ‘zip19.
Newman, artiste juif, n’a pas réalisé une œuvre narrative à partir du chemin de souffrance du Christ. Il a voulu saisir l’essence émotionnelle et philosophique fondamentale de la Passion, et en quoi elle concerne chaque humain, symbolisé par la verticalité graphique. Il a remplacé la croix par le trait vertical. Les stations ne concernent pas seulement l’agonie de Jésus, mais attestent de la condition humaine. Par le complément de titre Lema Sabachthani (pourquoi m’as-tu abandonné ?), Newman explique qu’il se réfère à l’agonie de chaque être humain, unique et implacable20.

Image 142 – Barnett Newman, The Stations of the Cross / Lema Sabachthani, Sixth Station, oil on canvas, 1962, National Gallery of Art.

 

Croix légendées

Les chemins où les stations sont de simples croix pourvues de légendes sont extrêmement nombreux. L’explication est sans aucun doute économique. Réaliser des peintures, des sculptures, etc. pour orner chacune des stations est sans doute trop onéreux pour beaucoup de communautés en charge d’une église.
Dans cette dernière section, nous nous intéresserons aux légendes adoptées pour la station 6 dans ces œuvres souvent modestes.
Comme précédemment pour les œuvres comportant une image, on retrouve différentes désignations de Véronique. Elle est parfois qualifiée de ‘sainte’ comme dans cette légende peu commune où elle soulage Jésus.

Image 143 – Ste Véronique soulage Jésus, Basilique Saint-Martin, Tours (Indre-et-Loire), photo © Sokleine, Flickr

Elle n’est cependant pas toujours ‘sainte

Image 144 – De Jésus Véronique essuie la Sainte face, église Sainte-Marie, Anglet (Pyrénées-Atlantiques), photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr / Véronique essuie la Sainte Face de Jésus, Chapelle de la Maison Saint-Yves, Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), photo © Sokleine, Flickr.

Elle peut être ‘une femme pieuse’…

Image 145 – Une femme pieuse essuie le visage de Jésus, Chaniers (Charente-Maritime), photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr / Une femme pieuse essuie la face de Jésus, église Saint-Pierre, Coutances (Manche), photo © Sokleine, Flickr / Une femme pieuse essuie la face de Jésus, église de Sail-les-Bains (Loire), photo © SMartine, Flickr.

… ou plus sobrement ‘une femme’.

Image 146 – Une femme essuie la face de Jésus, réalisé au point de croix, Banos (Landes), photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr

Il existe bien sûr des chemins de croix à l’étranger qui arborent des légendes similaires écrites dans les langues du pays. En France, quelques légendes de chemins sont écrites dans les langues régionales, en breton ou en basque par exemple. À Saint-Jean-Pied-de-Port, la légende en basque qui accompagne une simple croix mentionne ‘une femme’.

Image 147 – Jesus emazte batek chukatzen [Jesus soigné par une femme], Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques), photo © Guillaume Cingal, Flickr (voir aussi Marie-Hélène Cingal).

Dans ce type de chemin formé de croix légendées, le plus étonnant cependant est celui de la cathédrale de Coutances. Chacune des stations est constituée de deux éléments situés de part et d’autre d’un pilier de l’édifice : une croix et une légende intégralement rédigée en latin. Il existe on l’a vu des chemins dont les légendes sont en breton ou en basque, langues pratiquées dans les localités où ils sont installés. Mais le latin ? La très grande majorité des fidèles ignore cette langue. Comment expliquer ici son usage sur un support de dévotion populaire, sinon par la morgue intellectuelle des autorités ecclésiastiques qui l’ont conçu ?

Image 148 – Jesu faciem abstergit pia mulier – Statio VIa [Une femme pieuse essuie le visage de Jésus – sixième station], Cathédrale Notre-Dame de Coutances (Manche), photo © Sokleine, Flickr.

Parmi les chemins minimalistes constitués de simples croix légendées, celui de la cathédrale d’Angers résume bien l’éclipse totale de Véronique. Son nom n’est pas mentionné, pas plus qu’une autre formulation à partir de ‘femme’. La scène n’est pas décrite. Seule subsiste la conception spirituelle qui, pour le chrétien, résulte de l’épisode légendaire, la ‘Sainte Face’.

Image 149 – La Sainte Face, Cathédrale Saint-Maurice, Angers (Maine-et-Loire), Station VI du chemin de croix [le numéro est endommagé], photo PP, 6 novembre 2023.

Dans cette démarche de simplification, lorsque les légendes des stations sont absentes, seules subsistent des croix pourvues de numéros. Les scènes du chemin ne sont identifiables que par leur index numérique. Véronique, tous les autres personnages, tous leurs accessoires ont disparu. Il demeure seulement 14 symboles du Christ. De telles réalisations austères ne concernent pas seulement des églises modestes, on l’observe aussi dans des édifices riches comme à Venise.

Image 150 – Station VI, église Saint-Amand, Thomery (Seine-et-Marne), photo © Sokleine, Flickr / Station VI, église du Sacré-Cœur de Moulins (Allier), photo © Sokleine, Flickr / Station VI, Basilique Santa Maria della Salute, Venise, photo © Sokleine, Flickr.

Le ‘stade ultime’ de l’épure est alors évident. Même si cela est probablement très rare, un chemin peut être constitué de 14 croix de bois identiques, sans légendes, sans numéros ni aucuns autres signes distinctifs. Les stations ne sont cependant pas interchangeables puisqu’un chemin de croix est un parcours. On peut estimer qu’un tel dispositif réduit à sa plus simple expression devient un système dévotionnel ouvert que le pratiquant est libre d’interpréter selon l’expérience qu’il a précédemment acquise.

Image 151 – Chemin de croix, église Notre-Dame de Béhuard (Maine-et-Loire), photo PP, 22 août 2023.

 

 

Véronique encombrante – la ‘stratégie de la Sainte Face’

Jésuitismes

Le célèbre prêtre Guy Gilbert a publié en 1998 un petit livre de méditations sur le chemin de croix. Il s’exprime ainsi à propos de la sixième station : “Les femmes savent les gestes d’amour mieux que quiconque. Le visage ravagé du Christ l’a vrillée jusqu’au fond du cœur, Véro. Alors, avec la tendresse infinie qu’une femme sait donner, elle essuie le sang et la sueur de Jésus.21. Usant d’une apocope populaire, le curé des loubards ne semble pas douter de la réalité de la scène, tout en cédant au stéréotype de genre à propos de la compassion féminine.

Habituellement toutefois, les auteurs catholiques modernes sont plus subtils et évitent d’évoquer la sainte imaginaire avec la foi du charbonnier. Deux exemples rapides choisis parmi des ouvrages grands publics.

En 1964, dans la collection Votre nom – votre saint, Marie de Miserey publie un petit livre intitulé Sainte Véronique. Consciente que “le cas de Véronique est litigieux” (pour le moins !), l’auteure tente néanmoins une “étude qui s’apparente à un procès” en reconstituant ce qu’aurait pu être la vie de la sainte légendaire à partir de trois sources : les faits historiques, les évangiles canoniques, les textes apocryphes22. Le verdict de son ‘enquête’ privilégie le statu quo : “puisque rien ne s’y oppose dans l’absolu, nous gardons le culte et la tradition de Véronique tels qu’ils furent. Il n’y a pas d’effets sans cause. […] Respectueux de toute croyance, nous estimons que nulle prière n’est inutile, nulle ferveur vaine, dès l’instant où elles émanent de la sincérité des cœurs.23. Elle conclut enfin par une sorte de pirouette en décrivant les vies de deux autres saintes portant le nom de Véronique et qui sont reconnues par l’Église.

En 1995, dans la première partie de son ouvrage sur le chemin de croix, Philippe Baud médite sur l’Icône véritable de la sixième station avec une allusion au voile, mais sans mentionner la porteuse de l’objet24 ; autrement dit, Véronique n’a pas d’intérêt, c’est la ‘Sainte Face’ qui est l’objet de la dévotion. Et dans la seconde partie intitulée Brève histoire du chemin de croix, il explique succinctement l’influence des récits apocryphes sur la constitution des stations en donnant l’exemple de la rencontre de Jésus avec sa mère, mais il passe sous silence l’épisode de Véronique25.
Malgré leurs doutes exprimés envers le personnage de Véronique, ces points de vue demeurent extrêmement traditionalistes.

Qu’en est-il dans l’Église chez les érudits modernes ?

Le Dictionnaire de spiritualité est une œuvre monumentale publiée en 17 volumes de 1932 à 1995. L’ouvrage a été rédigé par plus de 1500 contributeurs sous la direction des Jésuites de langue française. Il est disponible en ligne aux Éditions Beauchesne et en partie sur archive.org.
Il n’existe aucun article sur Véronique dans cet ouvrage, hormis sur son homonyme du 17e siècle, Véronique Giuliani. Les informations sur Véronique et son linge figurent principalement dans l’article Dévotion à la Sainte Face, et secondairement dans les articles Chemin de croix et Instruments de la Passion26.

Les auteurs des articles donnent quelques précisions sur l’origine de ce qu’ils appellent la légende de Véronique qui n’est bien sûr jamais qualifiée de sainte. Mais surtout, ils y ajoutent quantité de considérations spirituelles qui n’ont de sens que pour le croyant. Pour eux en effet, il s’agit “de ne pas noyer dans la puérilité des légendes et des mythes la dévotion à la sainte Face27. Véronique ne les intéresse pas vraiment, c’est un sujet de recherche pour les spécialistes des apocryphes. Seule compte vraiment “la métaphore « Face de Dieu » [qui] ouvre un horizon à perte de vue28. Ces textes semblent exprimer une sorte de stratégie argumentative dont le point focal est la ‘Sainte Face’. Il s’agit de remplacer une légende par des considérations spirituelles qui ne peuvent engager que celles et ceux qui y croient, d’éviter de s’exprimer sur un personnage embarrassant car extrêmement populaire en développant à l’envi un concept mystique.
Le point de vue qui s’en dégage est bien résumé par ce texte cité par l’un des auteurs du Dictionnaire de spiritualité :

“L’Église n’entend pas garantir l’exactitude de tous les traits que représentent d’ordinaire les tableaux historiés, pas plus que les détails contenus dans les livres qui les accompagnent (nombre de chutes, rencontres, etc.). De la Passion l’Église n’affirme que ce qu’en disent les Évangiles : le reste n’est que tradition pieuse et édifiante, dont il ne faut point parler à la légère, mais que l’on peut laisser de côté, tout comme on peut l’utiliser pour stimuler la dévotion. Les scènes des stations ont d’ailleurs été choisies principalement à cause de leur valeur symbolique et en raison des leçons d’édification qui s’en dégagent. Ce caractère symbolique est suffisamment exprimé par le fait qu’une croix seule suffit à indiquer chacune des stations. C’est dire la liberté laissée à la méditation personnelle sur le mysterium crucis.”29.

En résumé, sur ce sujet comme sur d’autres, le croyant a pleine liberté de conscience. Il peut croire en la légende de Véronique et s’en inspirer pour sa méditation, mais il peut tout aussi bien la rejeter et se concentrer sur une dévotion plus noble envers la ‘Sainte Face’, jugée d’ordre bien supérieur.
On peut qualifier ce point de vue typiquement jésuitique de ‘stratégie de la Sainte Face’ : Véronique est certes un personnage légendaire, mais il n’est pas nécessaire de s’interroger trop avant sur son origine, et encore moins sur la nature de l’image acheiropoïète qui s’affiche sur son voile ; pour le croyant, seule compte vraiment la spiritualité attachée à ce mystère insondable de la ‘Sainte Face’. Les opinions des ouvrages grands publics relevés précédemment adoptent d’ailleurs une stratégie tout à fait semblable.
Il n’est pas incongru de repérer les effets de cette stratégie dans la diversité des images relevées au long de notre article. Les concepteurs des chemins de croix ont eu la liberté de qualifier ou non Véronique de ‘sainte’, d’escamoter son identité et d’édulcorer le personnage en ‘sainte femme’, ‘pieuse femme’, simple ‘femme’, ou même de l’ignorer totalement. Et ils ont tout autant évoqué le ‘voile’ ou le ‘linge’, objets matériels communs, que la sublime ‘Sainte Face’. Toutes ces options sont représentées dans une imagerie prolifique, à l’intérieur comme à l’extérieur du chemin de croix.

Formes scripturaires et formes atypiques du chemin de croix

Avant que les chemins de croix ne soient codifiés, leurs concepteurs disposaient d’une certaine latitude pour le choix et le nombre des scènes représentées. Fondateur du pèlerinage du Mont Valérien, Hubert Charpentier y fait dresser en 1640 un chemin de croix constitué de 11 stations correspondant à des scènes exclusivement attestées dans les évangiles canoniques30.

La nécessité pour le chemin de croix de se conformer strictement aux scènes évangéliques est un débat récurrent dans l’Église. Faut-il adopter des formes scripturaires du chemin, et donc éradiquer les stations sans aucune référence dans les évangiles pour les remplacer par d’autres ?

À la fin du 18e siècle, Giuseppe Maria Pujati, l’un des principaux représentants du mouvement janséniste en Italie, se fait connaître par un opuscule où il défendait une version rigoureusement évangélique du chemin de croix. Les trois chutes de Jésus, la rencontre avec sa mère, sa rencontre avec Véronique étaient supprimées ; de plus “les larmes de Marie étaient éliminées, parce qu’elles risquaient de l’abaisser au niveau d’une femme quelconque31. Cette formule a été recommandée et imposée par l’évêque janséniste Scipione de’ Ricci dans ses diocèses. Le livret de Pujati et l’attitude de Ricci ont suscité de fortes polémiques dans les milieux religieux, notamment de la part des défenseurs de Léonard de Port-Maurice.

En 1967, le cardinal Paul Richaud publie un ouvrage où il propose un nouveau chemin à 14 stations conforme aux évangiles canoniques32.

Mais il faut attendre 1991 pour qu’un chemin de croix scripturaire soit réalisé, au plus haut niveau qui plus est. Pour le chemin de croix traditionnel du vendredi saint au Colisée, le pape Jean-Paul II instaure cette année-là une version à 14 stations s’inspirant uniquement de scènes figurant dans les évangiles canoniques33. À partir de cette année-là, y compris sous les pontifes suivants, ces célébrations au Colisée ont fluctué entre la forme traditionnelle et une forme scripturaire qui n’est pas toujours identique34.

Plusieurs chemins de croix d’église ont ensuite été réalisés sur le modèle de la révision de 1991. On peut citer :

Indépendamment de cette révision papale, il existe aussi des chemins atypiques de conception moderne :

  • En 1992, l’église des Philippines a adopté un autre chemin qui n’est pas approuvé par le Vatican mais demeure une alternative populaire36. Ce chemin n’est pas tout à fait scripturaire, puisqu’en station 6 Jésus chute ;
  • Le chemin réalisé en 2018 par Gian Paolo Roffi pour l’oratoire San Pietro del Borgo n’est ni traditionnel ni scripturaire. Il ne suit pas la nomenclature des stations habituelles, pas plus que leur numérotation. Véronique y apparaît en station 1037 ;
  • Certains chemins récents, on l’a vu, possèdent une ou plusieurs stations supplémentaires dédiées à la résurrection. À l’inverse, celui que l’artiste Sophie Alaux a réalisé en 1998 pour la Chapelle Saint-Dominique Saint-Matthieu à Paris ne comporte que 8 stations traditionnelles, hormis la dernière qui évoque la résurrection38 ;
  • Le chemin en émaux sur cuivre installé dans l’église Saint-Denys-du-Saint-Sacrement de Paris n’est pas scripturaire. C’est un curieux amalgame de scènes non traditionnelles mais attestées dans les évangiles et de scènes traditionnelles dont certaines ne sont pas attestées (une seule chute au lieu de trois, la rencontre avec Marie, mais Véronique n’y figure pas)39.

La ‘stratégie de la Sainte Face’ et la révision papale proposée en 1991 ont eu pour effet d’écarter Véronique du chemin de croix, et au-delà, de toute représentation informée de la Passion. Sainte imaginaire, Véronique est devenue encombrante. Mais pas tant que cela puisque la grande majorité des créations modernes l’acceptent. La codification stricte du chemin de croix est pourtant dépassée. Désormais, les autorités ecclésiastiques semblent faire preuve de compréhension en acceptant ou en tolérant plusieurs versions du chemin : les 14 stations traditionnelles, les 14 stations de la révision de 1991, mais aussi des chemins atypiques dont les scènes sont fluctuantes et le nombre de stations variable.

Véronique est objet de dévotion populaire, présente dans une multitude d’églises et de sites religieux. L’Église catholique sait pertinemment qu’elle va devoir accepter pour toujours ce personnage embarrassant. Elle préférerait sans aucun doute lui substituer une dévotion envers la ‘Sainte Face’ détachée de ses origines, et pour ce programme, elle est suffisamment opportuniste pour occulter ses accommodements passés avec des écrits apocryphes invraisemblables.

 

Un grand merci aux membres des différents groupes Flickr sur Véronique qui m’ont autorisé à reproduire quelques-unes de leurs photos.

 

Références

  • Netta Amir, The Emergence of the Way of the Cross in Jerusalem during the Twelfth and Thirteenth Centuries, Crusades, Volume 20, 2021 – Issue 1, Edited by Benjamin Z. Kedar Jonathan Phillips and Iris Shagrir with Nikolaos G. Chrissis, pp. 165-183, ebin.pub
  • Philippe Baud, Le chemin de croix – Les origines d’une dévotion populaire, Éditions Mediaspaul, 1995
  • Hans Belting, Likeness and Presence: A History of the Image Before the Era of Art, Translated by Edmund Jephcott, Chicago and London: The University of Chicago Press, 1994
  • François Bœspflug, Dieu et ses images – Une histoire de l’Éternel dans l’art, Paris : Bayard, 2008
  • François Bœspflug, Le Regard du Christ dans l’art – IVe-XXIe siècle – Temps et lieux d’un échange, préface de Joseph Doré, Paris : Mame – Desclée, 2014
  • Horst Bredekamp, Image Acts – A Systematic Approach to Visual Agency, Translated, edited, and adapted by Elizabeth Clegg, De Gruyter, 2018, p. 139.
    L’ouvrage a aussi été traduit en français : Théorie de l’acte d’image, trad. de l’allemand par F. Joly, La Découverte, 2015.
  • Katherine T. Brown, The Legend of Veronica in Early Modern Art, Routledge, 2020
  • André Chastel, La Véronique, Revue de l’Art, n° 40-41, 1978, p. 71-82
  • Jean-Yves Cordier, La légende de la Véronique dans le manuscrit Français 696, Le blog de jean-yves cordier, 13 mars 2013
  • Christopher M. Cuthill, Post-Holocaust Jewish Aniconism and the Theological Significance of Barnett Newman’s Stations of the Cross, Journal of Jewish Thought & Philosophy 26 (2018) 118–147
  • Odile Delenda, The “cloth of Veronica” in the work of Zurbarán, Bilbao Fine Arts Museum Bulletin, n° 7, 2013, pp.125-161 [PDF]
  • Pierre-Olivier Dittmar, La mécanique des suaires, Groupe Images, 3 décembre 2012
  • Ernst von Dobschütz, Christusbilder. Untersuchungen zur christlichen Legende, Leipzig, J. C. Hinrichs’sche Buchhandlung, 1899, Sources : Heidelberg historic literature – digitized ; voir aussi archive.org [Kapitel VI, Die Veronica-Legende, pp. 197-262]
  • Écrits apocryphes chrétiens, Tome I, Édition publiée sous la direction de François Bovon et Pierre Geoltrain, index établis par Server J. Voicu, Bibliothèque de la Pléiade, Paris : NRF Gallimard, 1997
  • Écrits apocryphes chrétiens, Tome II, Édition publiée sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, index établis par Jean-Michel Roessli et Sever J. Voicu, Bibliothèque de la Pléiade, Paris : NRF Gallimard, 2005
  • Alain François, Un chemin, bonobo.net, le 12 juillet 2016
  • Louis Gillet, Histoire artistique des ordres mendiants : étude sur l’art religieux en Europe du XIIIe au XVIIe siècles, Paris : Librairie Renouard, H. Laurens, 1912, p. 222 sq. Gallica-BnF, Archive.org, Wikisource
  • Remi Gounelle, Les origines littéraires de la légende de Véronique et de la Sainte Face : la Cura sanitatis Tiberii et la Vindicta Saluatoris, in A. Monaci Castagno (éd.), Sacre impronte e oggetti « non fatti da mano d’uomo » nelle religioni…, Turin, Edizioni dell’Orso, 2011, p. 231-251
  • Waltraud Hahn, Un objet religieux et sa pratique. Le chemin de croix « portatif » aux XIXe et XXe siècles en France, traduit par Laurent Knepfler et Dominique Lerch, Paris : Les Éditions du Cerf, collection Images et Beaux Livres, 2007
  • Valerie Hellstein, Barnett Newman, The Stations of the Cross: Lema Sabachtani, Object Narrative, in Conversations: An Online Journal of the Center for the Study of Material and Visual Cultures of Religion (2014)
  • Mitzi K. Kirkland-Ives, Alternate Routes: Theme and Variation in Early Modern Stational Devotions, in Viator: Medieval and Renaissance Studies Vol. 40 No. 1 (2009): 249-70
  • Jerzy Kopec et André Rayez, Instruments de la Passion, Dictionnaire de spiritualité, Tome 7 deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1971, colonnes 1820-1831 [sur archive.org]
  • Archibishop Piero Marini, The Way of the Cross – Presentation, Office For The Liturgical Celebrations Of The Supreme Pontiff, Vatican, s.d.. Site www.vatican.va
  • Pietro Messa, The Via Crucis of Saint Leonard of Porto Maurizio, namely, the Via Sacra spianata ed illuminata, Spirit + Life, Journal of Franciscan Culture, n° 124, April-June 2018, p. 18-24 [PDF]
  • Amanda Murphy, Herbert L. Kessler, Marco Petoletti, Eamon Duffy, Guido Milanese (eds), Convivium Supplementum, vol. 2, The European Fortune of the Roman Veronica in the Middle Ages, Brepols, 2017
  • Paul Perdrizet, De la véronique et de sainte Véronique, Seminarium Kondakovianum, Recueil d’études. Archéologie. Histoire de l’art. Études byzantines, 1932, vol. 5, p. 1-16 et pl. I., Archives Paul Perdrizet
  • Michel-Jean Picard, Croix (Chemin de croix), Dictionnaire de spiritualité, Tome 2, deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1953, colonnes 2576-2606 [sur archive.org]
  • Constantin Pohlmann, Léonard De Port-Maurice (saint), frère mineur, 1676-1751, Dictionnaire de spiritualité, Tome 9, Paris : Beauchesne, 1976, colonnes 646-649 [sur archive.org]
  • Louis Réau, Iconographie de l’art chrétien, Tome second, Iconographie de la Bible, II, Nouveau testament, Presses universitaires de France, 1957. Chapitre III, Les prétendus portraits du Christ, p. 17 sq. Voir aussi La Dévotion du Chemin de croix, p. 465 sq.
  • Jean-Augustin Robilliard, Face (Dévotion à la Sainte Face), Dictionnaire de spiritualité, Tome 5, Paris : Beauchesne, 1964, colonnes 26-33 [sur archive.org]
  • Paul-Louis Rinuy et Isabelle Saint-Martin (dir.), Sainte Face, visage de Dieu, visage de l’homme dans l’art contemporain (XIXe – XXIe siècle), Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015 [Licence OpenEdition Books]
  • Valentine Robert, Acheiro-poïétique du cinéma. Le Christ révélé par l’écran, in Philippe Kaenel, Jean Kaempfer, Alain Boillat (éditeurs), Jésus en représentations – De la Belle Époque à la postmodernité, Infolio, 2011
  • Jean-Marie Sansterre, Véronique et son image-relique du Christ dans quelques textes français de la fin du XIIe au début du XIVe siècle, journée d’études Saintuaire. Reliques et objets sacrés dans les textes vernaculaires des XIe-XIIIe siècles, Rouen, 20 juin 2012. Version preprint avec notes sur le site de l’Université Libre de Bruxelles [PDF]
  • Jean-Marie Sansterre, Variations d’une légende et genèse d’un culte entre la Jérusalem des origines, Rome et l’Occident. Quelques jalons de l’histoire de Véronique et de la Veronica jusqu’à la fin du XIIIe siècle, in Passages – Déplacements des hommes, circulation des textes et identités dans l’Occident médiéval, Joëlle Ducos et Patrick Henriet (dir.), Actes du colloque de Bordeaux (2-3 février 2007), Toulouse : Presses universitaires du Midi, 2013
  • Emma Sidgwick, Entre el límite y el umbral: El borde en el motivo cristiano temprano de la hemorroísa [Entre la limite et le seuil : La bordure dans le motif chrétien précoce de l’hémorroïsse], SciELO México, Tóp. Sem [online]. 2013, n.29, pp.73-107, texte en espagnol [PDF], résumé en français
  • Sandro Sticca, The Via Crucis – Its Historical, Spiritual and Devotional Context, Mediaevalia, Volume 15, 1989, Special Volume in Honor of Bernard S. Levy, pages 93-126, Philosophy Document Center [payant]
  • Victor I. Stoichita, La « Véronique » de Zurbarán, Porto Arte: Revista De Artes Visuais (Qualis A2), 23(39), 2018, traduction française par Pierre-Yves Theler
  • Daniela Wagner, Aesthetics of Enumeration: The Arma Christi in Medieval Visual Art, Chapter 12 in Roman Alexander Barton, Julia Böckling, Sarah Link, Anne Rüggemeier (editors), Forms of List-Making: Epistemic, Literary, and Visual Enumeration, Palgrave Macmillan, 2022, Open Access
  • Jean Wirth, Art et image au Moyen Âge, Genève : Librairie Droz, 2022
  • Amédée de Zeldegem, Aperçu historique sur la dévotion au Chemin de la Croix, Collectanea franciscana, 19 (1949), pp. 45-142. Trad. it.: Amilcare Barbero & Pasquale Magro (éds), 2004, Saggio storico sulla devozione alla Via Crucis, Edizione originale del 1949, traduzione dal francese di Paolo Pellizzari. sacrimonti.org [PDF]
  • Pietro Zovatto, Pujati (Joseph-Marie), somasque puis bénédictin, 1733-1824, Dictionnaire de spiritualité, Tome 12, deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1986, colonnes 2617-2621 [sur archive.org]


Citer ce billet
Patrick Peccatte (2024, 4 février). Véronique – figures et absences d’une sainte imaginaire (3/3). Déjà Vu. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr14

  1. Waltraud Hahn, op. cit., p. 293. []
  2. cf. Waltraud Hahn, op. cit., p. 279 sq. []
  3. Théâtre de la Passion de Nancy sur le site de la Fédération française des Fêtes et Spectacles Historiques. []
  4. La Passion à Nancy, site sur Albert Bergeret par Monique et Gérard Léquy. []
  5. Waltraud Hahn, op. cit., p. 279. []
  6. Waltraud Hahn, op. cit., p. 246 sq. []
  7. Waltraud Hahn, op. cit., p. 109. []
  8. Waltraud Hahn, op. cit., p. 289 sq. []
  9. Waltraud Hahn, op. cit., p. 284. []
  10. D’après Waltraud Hahn, op. cit., pp. 38-39. []
  11. Waltraud Hahn, op. cit., p. 241. []
  12. Waltraud Hahn, op. cit., p. 259. []
  13. Voir l’article Via Dolorosa et ses photos sur le site BibleWalks. []
  14. Bernard Dorival, Malheurs et heurs de la sculpture sacrée française contemporaine, L’art sacré au XXe siècle en France, Éditions de l’Albaron, 1993, pp. 162-163. Cité dans Wikipedia/Fr, Léon Zack – Réception critique. []
  15. Voir POP : la plateforme ouverte du patrimoine, Ministère de la Culture ; le texte de Claudel est disponible sur Archive.org, section Le Chemin de la croix à partir de la page 205. []
  16. D’après l’entrée Kalvária (Vysoké Tatry) sur Wikipedia/SK, et l’article Kalvária na Peknú vyhliadku sur le site Tatranská galéria Poprad [en slovaque]. []
  17. Via Crucis – Testi e opera artistica di Carlo Tarantini, brochure en italien [PDF]. []
  18. Mark Delrue, Kruisweg van de Verstilling in de Sint-Salvatorskathedraal te Brugge, mars 2010, sur le site de l’artiste, en néerlandais. []
  19. Philip Kennicott, Barnett Newman’s ‘Stations of the Cross’ draws pilgrims to the National Gallery, The Washington Post, April 13, 2017, sur Archive.org. []
  20. Valerie Hellstein, Barnett Newman, The Stations of the Cross: Lema Sabachtani, in Conversations: An Online Journal of the Center for the Study of Material and Visual Cultures of Religion, 2013. []
  21. Guy Gilbert, Chemin de croix, Éditions des Béatitudes, 1998. Repris dans : Guy Gilbert, Vagabond de la bonne nouvelle, Éditions Philippe Rey, 2012. Reproduit sur le site Oxyjeunes.net des Salésiens de Don Bosco [format PDF]. []
  22. Marie de Miserey, Sainte Véronique, Pierre Téqui Éditeur, 1964, p. 7. []
  23. op. cit., pp.103-104. []
  24. Philippe Baud, Le chemin de croix – Les origines d’une dévotion populaire, Éditions Mediaspaul, 1995, pp. 20-21. []
  25. op. cit., p. 64. []
  26. Jean-Augustin Robilliard, Face (Dévotion à la Sainte Face), Dictionnaire de spiritualité, Tome 5, Paris : Beauchesne, 1964, colonnes 26-33 [sur archive.org] / Michel-Jean Picard, Croix (Chemin de croix), Dictionnaire de spiritualité, Tome 2, deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1953, colonnes 2576-2606 [sur archive.org] / Jerzy Kopec et André Rayez, Instruments de la Passion, Dictionnaire de spiritualité, Tome 7 deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1971, colonnes 1820-1831 [sur archive.org]. []
  27. Jean-Augustin Robilliard, art. cit., col. 26. []
  28. art. cit., col. 32 []
  29. A. Bride, art. Chemin de croix, dans Catholicisme, t. 2, Paris, 1949, col. 1036. Cité par Michel-Jean Picard, art. cit., col. 2602-2603. []
  30. Waltraud Hahn, op. cit., p. 120 ; Philippe Baud, op. cit., p. 93. []
  31. Pietro Zovatto, Pujati (Joseph-Marie), somasque puis bénédictin, 1733-1824, Dictionnaire de spiritualité, Tome 12, deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1986, colonnes 2617-2621 [sur archive.org]. Voir aussi Pietro Messa, art. cit., p. 18-24, et Waltraud Hahn, op. cit., p. 117. []
  32. Cardinal Richaud, Chemin de la croix d’après l’Évangile, Paris : Apostolat des éditions, 1967, mentionné par Waltraud Hahn, op. cit., p. 142. []
  33. Via Crucis – Venerdì Santo 1991, sur le site du Vatican [en italien]. []
  34. Forme traditionnelle en 1993, 1998, 2000, 2003, 2005, 2006, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2018, 2019, 2020, 2021, 2023. Forme scripturaire en 1991, 1994, 1995, 1997 (variante), 2002, 2004, 2007, 2008, 2009, 2017 (variante), 2022. Source : Archives des célébrations et Chemin de croix sur le site du Vatican. []
  35. Chemin de croix de Birga à Sainte-Élisabeth, Commission diocésaine d’art sacré de Paris. []
  36. Scriptural Way of the Cross – Other innovations sur Wikipedia/En. []
  37. La Via Crucis di Gian Paolo Roffi – Nota dell’autore, Associazione Sculca. []
  38. Chapelle Saint-Dominique Saint-Matthieu, Commission diocésaine d’art sacré de Paris. []
  39. Chemin de la Passion à Saint-Denys du Saint Sacrement, Commission diocésaine d’art sacré de Paris. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search