Véronique – figures et absences d’une sainte imaginaire (2/3)

[article en trois parties: P1, P2, P3]

Partie 2 – Véronique dans le chemin de croix

Le chemin de croix

Pour les chrétiens, le chemin de croix est un acte de dévotion commémorant la Passion du Christ en évoquant plusieurs événements successifs appelés stations. Le chemin de croix peut être réalisé en privé ou de façon communautaire, et les stations peuvent être décrites dans un texte à méditer, marquées sur un parcours, inscrites sur un objet portatif, etc. Les stations rappellent aussi des lieux que la tradition localise sur la Via Dolorosa à Jérusalem, un itinéraire processionnel qui symbolise le chemin parcouru par Jésus jusqu’au Golgotha.
Le chemin de croix traditionnel comporte quatorze stations. Huit d’entre elles sont dites scripturaires, car elles sont attestées dans les évangiles canoniques aux passages suivants : Matthieu 27, 11-61 ; Marc 15, 1-47 ; Luc 23, 13-56 ; Jean 19, 6-42.
Six stations ne se retrouvent pas dans les évangiles canoniques et ont été ajoutées par la tradition, en général à partir d’écrits apocryphes. Ces stations non-scripturaires figurent en rouge dans la liste ci-dessous. Parmi elles, la sixième reprend la légende de Véronique essuyant le visage de Jésus. On peut noter d’ailleurs que c’est la seule station qui mentionne un personnage non attesté dans les évangiles canoniques, ce qui n’est pas le cas des autres stations non-scripturaires. Véronique est une intruse en somme.

  1. Jésus est condamné à être crucifié [Mt, Mc, Lc, Jn] ;
  2. Jésus prend la croix sur ses épaules [Mt, Mc, Lc, Jn] ;
  3. Jésus tombe pour la première fois sous le poids de la croix ;
  4. Jésus rencontre sa mère ;
  5. Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix [Mt, Mc, Lc] ;
  6. Véronique essuie le visage de Jésus ;
  7. Jésus tombe pour la deuxième fois ;
  8. Jésus rencontre les femmes de Jérusalem qui pleurent [Lc] ;
  9. Jésus tombe pour la troisième fois ;
  10. Jésus est dépouillé de ses vêtements ;
  11. Jésus est cloué sur la croix [Mt, Mc, Lc, Jn] ;
  12. Jésus meurt sur la croix [Mt, Mc, Lc, Jn] ;
  13. Le corps de Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère [Mt, Mc, Lc, Jn] ;
  14. Le corps de Jésus est mis au tombeau [Mt, Mc. Lc, Jn].

Brève histoire du chemin de croix

Les pratiques de processions commémorant la Passion du Christ sont attestées à Jérusalem depuis au moins le 4e siècle – daté de 381-384, le récit de pèlerinage d’Égérie décrit une procession qui se déroulait la veille du Vendredi Saint, et qui partait du sommet du Mont des Oliviers jusqu’à Gethsémani1.

Ces pratiques suivent l’évolution des pèlerinages des chrétiens occidentaux à Jérusalem qui se multiplient à la suite de la création du royaume de Jérusalem par les croisés en 1099, mais qui deviennent beaucoup plus rares après la prise de la ville par Saladin en 1187 puis la perte des dernières places fortes chrétiennes en Palestine en 1291. En 1342, le pouvoir mamelouk autorise les Franciscains à se réinstaller à Jérusalem. Deux bulles du pape Clément VI octroient alors aux Frères mineurs la “garde des Lieux saints”.
Comme le précise l’historienne Netta Amir, “l’implantation des franciscains à Jérusalem au cours des 14e et 15e siècles est considérée comme le contexte principal de la formation du chemin de croix. Il existe un consensus scientifique général sur le fait que le chemin de croix était devenu un élément relativement stable du circuit de pèlerinage en constante évolution à Jérusalem à la fin du 14e siècle, environ cinquante ans après que les franciscains se soient vu confier le rôle de gardiens de la Terre Sainte par le Pape Clément VI.2.

Le long processus qui a conduit à la constitution du chemin de croix présente une grande variété de réalisations. Parmi les plus remarquables figurent les reproductions des “lieux saints” de Jérusalem qui permettaient de faciliter leur vénération pour ceux qui ne pouvaient s’y rendre. La plus importante de ces reproductions est le groupe des sept églises réunies à la basilique Santo Stefano de Bologne, dont les éléments les plus anciens dates du haut Moyen Âge et copient des sanctuaires de Jérusalem3.

Dans les premiers chemins de croix qui commémorent des épisodes de la Passion, la première station représentée n’est pas toujours la condamnation du Christ, et les autres stations peuvent également être plus diversifiées que dans la formule devenue classique. Par ailleurs, le nombre de stations est très fluctuant. Ainsi, parmi les stations non-scripturaires, le nombre de chutes du Christ varie largement ; “les exemples conservés mentionnent une gamme allant de cinq à trente-trois chutes, mais le plus fréquemment sept sont indiquées4.

L’un des plus anciens chemins de croix qui nous soit parvenu est celui réalisé par le sculpteur Adam Kraft à Nuremberg vers 1508. Sept stations représentant sept chutes du Christ jalonnent les quinze cents mètres du trajet qui part de l’une des portes de la ville jusqu’au cimetière Saint-Jean. À la quatrième station, le Christ imprime son visage sur le mouchoir de Véronique (voir image 51 ci-dessous). Le donateur du chemin de croix de Nuremberg serait, d’après la légende, un nommé Martin Ketzel qui avait repéré lors d’un pèlerinage à Jérusalem les étapes de la Via Dolorosa pour les reproduire ensuite dans son pays5.

Le chemin des sept chutes de Nuremberg a été imité sous différentes formes dans plusieurs localités européennes. On peut citer le calvaire des Récollets de Romans-sur-Isère, conçu en 1516, qui ne comptait alors que 7 stations6.

La dévotion aux marches douloureuses du Christ était également très populaire en Allemagne et contemporaine de la dévotion aux sept chutes ; “comme on comptait les chutes, on comptait aussi les marches7.

Toutes ces représentations ont aussi inspiré des manuels pour l’exercice des sept chutes ou l’exercice des marches ainsi que les premiers livres de dévotions consacrés aux chemins de croix. Analysés par la chercheuse Waltraud Hahn, ces ouvrages publiés au 16e siècle mentionnent tous la station Véronique8. Deux d’entre eux, La pérégrination spirituelle de Johannes van Paesschen [Jean Pascha] publié à Louvain en 1563, et Jérusalem au temps du Christ de Christian van Adrichem [ou Adrichom] publié à Cologne en 1584, méritent d’être signalés, car ils mentionnent pour la première fois la liste des quatorze stations telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Pour certains historiens cependant, les pratiques de pèlerinage qui avaient cours à Jérusalem n’ont pas eu une influence totalement déterminante sur l’origine du chemin de croix. L’historienne Mitzi K. Kirkland-Ives rappelle ainsi que le chemin de croix ne constitue que l’une des pratiques qui se sont développées dans la chrétienté occidentale à l’époque moderne, parmi lesquelles on peut citer les dévotions aux plaies du Christ, la piété envers les douleurs de la Vierge, et le Rosaire. Selon elle, “cette focalisation [sur les pratiques du chemin de croix à Jérusalem] a dans une certaine mesure occulté le développement largement autonome de ces dévotions en Europe, qui a commencé indépendamment de la tradition du pèlerinage à Jérusalem ; en effet, le développement de ces pratiques en Europe semble avoir façonné la pratique de Jérusalem plutôt que l’inverse, et la correspondance entre le pèlerinage et le chemin de croix n’a été renforcée qu’aux 17e et 18e siècles et cimentée par la suite avec la déclaration de Clément XII9.

Le chemin de croix dans sa forme actuelle, avec les mêmes quatorze stations placées dans le même ordre, apparaît en Espagne dans la première moitié du 17e siècle, notamment dans les communautés franciscaines. Elle s’est ensuite répandue en Sardaigne, alors sous domination espagnole, puis en Italie. “À la fin du 17e siècle et au début du 18e, la plupart des couvents franciscains, surtout en Espagne et en Italie, possèdent un chemin de croix à 14 stations. La diffusion, en dehors de l’ordre, est également considérable dans les premières décades du 18e siècle10.

En 1686, le pape Innocent XI accorde le droit aux Franciscains d’installer des stations dans leurs églises. Clément XII étend en 1731 cette autorisation à tous les lieux à la condition que les chemins de croix demeurent érigés par des Franciscains ; il définit également une série de prescriptions strictes sur l’érection des chemins de croix, leur forme et la pratique de l’exercice (voir ci-dessous). Le nombre de stations est alors définitivement fixé à 14.

La diffusion rapide du chemin de croix à quatorze stations au 18e siècle est provoquée par deux causes simultanées : la concession d’indulgences et la prédication de Léonard de Port-Maurice11.

Les indulgences liées à la pratique du chemin de croix

Dans l’Église catholique, une indulgence est la “rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle encourue en raison d’un péché déjà pardonné12. Le succès du chemin de croix est effectivement indissociable du système des indulgences accordées à la pratique. À la fin du 17e siècle, les papes Innocent XI et Innocent XII concèdent des indulgences associées à la pratique, mais elles demeurent restreintes à l’ordre franciscain. Une série de brefs de Benoît XIII, puis de Clément XII en 1731 et de Benoît XIV en 1742 étend le système à tous les fidèles pratiquant la dévotion13.

La prédication de Léonard de Port-Maurice

Né à Porto Maurizio (Italie) en 1676, Léonard de Port-Maurice était un frère mineur et un infatigable propagateur du chemin de croix. De 1704, date où il inaugure son ministère par l’érection d’un chemin de croix dans sa ville natale, jusqu’à sa mort en 1751, il aura érigé personnellement plus de 572 chemins. Il en édifia un à l’intérieur du Colisée à la demande de Benoît XIV le 27 décembre 1750 pour commémorer l’Année Sainte14.

Les nombreux écrits de Léonard de Port-Maurice comportent des sermons, des lettres, des traités ascétiques et des livres de dévotion dont beaucoup ont été traduits et plusieurs fois réédités.
Dans son livre Via Sacra spianata, ed illuminata [Le chemin de croix expliqué et simplifié], publié en 1749, il justifie à la fois la pratique du chemin de croix et l’usage des images comme supports de méditation en ces termes :

“Grâce à ce moyen, la méditation devient plus facile, et elle est introduite en douceur, même chez les personnes les plus incultes et les plus analphabètes, comme méthode de prière mentale. En effet, en regardant les Peintures, dans lesquelles sont illustrées avec des couleurs vives les souffrances du Sauveur, ils peuvent être amenés à la pénitence, et même pour ceux qui ne savent pas lire, elles deviennent comme autant de livres, et par leur efficacité, elles peuvent émouvoir la fantaisie des simples pour qu’ils éprouvent de la compassion pour les souffrances du Rédempteur”15.

L’évangélisation des ‘simples’ par les images conduit ici à une erreur doctrinale. Un tiers des scènes retenues, décrites et méditées par Léonard sont en effet absentes des évangiles canoniques. C’est manifestement plus son zèle missionnaire que ses compétences théologiques qui ont motivé la canonisation du prédicateur en 1869.

La codification du chemin de croix

Les papes Innocent XI, Clément XII puis Benoît XIV ont accordé aux Franciscains le privilège d’installer des chemins de croix en dehors et dans les églises selon des règles précises. La codification, qui a évolué, comporte des exigences impératives et des recommandations. Ainsi, chaque station doit comporter une croix en bois bien visible. Si la croix n’est pas en bois, ou si elle est peinte sur un mur, le chemin n’est pas valide. Les images, les descriptions textuelles, et même les numéros des stations ne sont pas obligatoires. Lorsque les images sont présentes, les croix en bois doivent les surplomber “car elles seules sont les supports de l’indulgence et non les images. Les images, par leur lien avec la station, favorisent l’intériorisation des souffrances de Jésus.16. Les instructions papales envers les images apparaissent aussi plus précautionneuses que celles de Léonard de Port-Maurice.

La codification est tatillonne. Initialement, par exemple, le nombre de chemin de croix était limité à un par paroisse. Si le chemin était dressé à l’extérieur, la première et la dernière station devaient être situées dans une église. Si le chemin était entièrement érigé à l’intérieur d’une église, les croix qui identifient les stations devaient être disposées à intervalles réguliers de façon à ce que les fidèles puissent effectuer le tour complet de l’église. Il était recommandé alors de faire commencer le chemin du côté de l’évangile, comme c’était la coutume dans les couvents franciscains. Le sens n’avait pas d’importance, mais en général le trajet s’effectuait dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Plus curieux, si l’église offrait suffisamment de place, il était recommandé d’installer deux chemins de croix, un pour les hommes et un autre pour les femmes (!).

Toutes ces prescriptions se sont assouplies avec le temps et beaucoup d’entre elles ont été abrogées. Mais ce n’est qu’en 1963 que Paul VI permet aux évêques d’autoriser les prêtres à ériger eux-mêmes leurs chemins de croix, dans ou à l’extérieur de leurs églises, excepté dans les paroisses où il existe un couvent franciscain17.

L’exercice du chemin de croix se répand en France tout au long du 18e siècle18.

Au cours du 20e siècle, une quinzième station a été ajoutée à certains chemins de croix pour représenter la résurrection du Christ19. Cette adjonction rompt cependant l’unité spirituelle et temporelle de l’ensemble puisque le dispositif d’origine commémore la Passion et non la Résurrection, qui, pour le croyant, est intervenue plusieurs jours après. C’est pourquoi a été instauré en 1988 un autre chemin formé de stations de la résurrection, appelé Via Lucis (chemin de lumière), dont la diffusion demeure toutefois très limitée.

Les images de Véronique et de son voile dans le chemin de croix

Avant la fixation des 14 stations

Dans le “proto chemin de croix” d’Adam Kraft à Nuremberg, la face du Christ figure sur le voile de Véronique.

Image 51 – Adam Kraft (entre 1455 et 1460, mort en 1509), c. 1505-1508 – Relief de la quatrième station du chemin de croix de Nuremberg : le Christ rencontre Véronique, Germanisches National Museum. Voir aussi la copie in situ, à Nuremberg, Wikimedia Commons.

Deux des œuvres les plus fameuses de Dürer sont des livres qui racontent en plusieurs planches l’histoire de la Passion.
Dans la Grande Passion, une série de onze gravures sur bois plus un frontispice datant de 1497 à 1510, le voile de Véronique est blanc, la face du Christ n’y est pas encore imprimée.
Dans la Petite Passion, une série de 36 gravures sur bois et un frontispice réalisée vers 1511, Véronique figure entre Pierre et Paul et tient un voile avec la face selon la posture de l’ostension stéréotypée.

Image 52 – Albrecht Dürer, La Grande Passion, lithographie n° 6 – Le Christ portant la croix, réalisé entre 1497 et 1510, Veronica Route / Albrecht Dürer, Petite Passion, lithographie n° 22 – Voile de Véronique, 1510, Veronica Route.

La station 6 du chemin de croix classique

L’ostension du voile selon le stéréotype se retrouve, parfois stylisé, dans la station 6 de plusieurs chemins de croix classiques à 14 stations. Dans la plupart des cas, le Christ est représenté sur le voile avec une couronne d’épines.

Image 53 – Station 6, église sainte Madeleine, La Jarrie-Audoin, Charente-Maritime, artiste Véronique Adrien, 2000, photo © Edith, Flickr / Station 6, église saint Germain d’Anost, Saône-et-Loire, photo © Odile Cognard, Flickr.

 

Image 54 – Madeira, Igreja Matriz de São Jorge, photo © Sokleine, Flickr / St. Veronica – Patron of Photographers, Swedish Hill Historic District, Austin, Texas, photo © Mark Bryant, Flickr.

Claude Gruer, sculpteur contemporain connu pour ses œuvres chrétiennes, a représenté Véronique accompagné d’autres femmes. À la figure de la sainte imaginaire rapportée par les apocryphes, la composition semble associer la scène de la station 8 où le Christ rencontre les femmes de Jérusalem qui pleurent, épisode attesté dans l’évangile de Luc20. C’est le premier exemple de l’intégration de Véronique dans un groupe de femmes, amalgame que l’on retrouve à plusieurs reprises et qui apparaît là encore comme une légitimation de la sainte imaginaire, au même titre que ses représentations avec Simon de Cyrène (voir images 44 à 48 ci-dessus).

Cette sculpture de Gruer a été reproduite dans d’autres églises, par exemple à Vierzon (Cher), Ennezat et Orcival (Puy-de-Dôme).

Image 55 – Station 6, église de l’Immaculée-Conception, Wimereux, Pas-de-Calais, sculptures de Claude Gruer, 1957, Association des Amis de l’Église de l’Immaculée Conception de Wimereux.

L’ostension stéréotypée du voile est reprise dans une chapelle extérieure du sanctuaire polonais de Kalwaria Zebrzydowska. Ce sanctuaire combine le culte de la Passion du Christ et celui de Marie ; il comporte un chemin de croix étendu à 28 stations et un chemin de la Vierge à 24 stations (voir aussi l’article plus détaillé en polonais sur Wikipedia/Pl).

Image 56 – Kalwaria Zebrzydowska, kaplica św. Weroniki [chapelle de sainte Véronique], 1926, Wikimedia Commons.

En 1997, l’artiste allemand Adolf Meister, qui réside au Danemark, a conçu un chemin de croix dans lequel la sixième station réinterprète un vitrail de Georges Rouault figurant Véronique en infirmière (voir Image 26 ci-dessus). Il lui ajoute un voile avec une image du Christ inspirée du suaire de Turin, représenté quasiment en ostension, et des portraits divers sur le pourtour.

Image 57 – Adolf Meister, Via Crucis, station VI, acrylique sur toile, 1997, Sankt Norberts Kirke, Vejle, Danemark. adolfmeister.dk et Veronica Route.

Quelques artistes ont repris dans un chemin de croix la figure de l’ostension classique avec une image du Christ sans couronne d’épines.

Image 58 – Fernando Botero, Santa Veronica con il velo, Via Crucis, olio su tela, 2012, Museo de Antioquia, Medellín, Colombia. Veronica Route [Botero a réalisé d’autres versions de Véronique, voir par exemple ici] / Station 6 du chemin de croix, Église Notre Dame, Talant, Côte-d’Or, photo © Charles.Louis, Flickr.

Le peintre manceau Louis Renouard propose une version inhabituelle mais cohérente puisque l’image sur le voile comme le Christ lui-même n’ont pas de couronne d’épines. On remarque aussi que Véronique est dotée d’une auréole.

Image 59 – Station 6 du chemin de croix, Louis Renouard, 1871-1873, église Sainte Colombe, La Flèche (Sarthe). Veronica Route.

Le célèbre chemin de croix réalisé par Matisse pour la Chapelle du Rosaire à Vence peut être rapproché de ce type, puisque dans chaque station, et notamment la 6, le Christ est représenté sans couronne d’épines.

Image 60 – Henri Matisse, Via Crucis, 1949, Chapelle du Rosaire, Vence (Alpes-Maritimes). Veronica Route.

Le peintre italien Luigi Morgari adopte une formule insolite. Le Christ apparaît avec sa couronne d’épines alors que cette dernière est absente de l’empreinte qui figure sur le voile exhibé par Véronique. La scène est déconcertante et ne peut guère s’expliquer que par une réminiscence dans un chemin de croix de la version originelle de l’empreinte, qui aurait été effectuée lorsque Véronique a rencontré Jésus bien avant la Passion.

Image 61 – Station 6 du chemin de croix, Luigi Morgari, chromolithographie, 1920, église San Geronzio, Cagli (Pesaro et Urbino), Italie. Veronica Route.

L’image du Christ sur le voile a donné lieu à des interprétations variées dans les chemins de croix proposés par plusieurs artistes modernes (Gaetano Previati, Sieger Köder, Ladislas Kijno, Robert Combas).

Image 62 – Gaetano Previati, Station 6, huile sur toile, 1901-1902, Musei Vaticani, Città del Vaticano, Veronica Route / Sieger Köder, Station 6, peinture, 1992-1997, St. Nikolaus Kirche, Bensberg, Allemagne, Veronica Route.

 

Image 63 – Ladislas Kijno et Robert Combas, Station 6, 2005, Chemin de croix réalisé entre 2003 et 2005, Centre d’art sacré, Cathédrale Notre Dame de la Treille, Lille, kijno.com / Station 6, Église Saint-Martin à Ivry-la-Bataille (Eure), photo © Sokleine, Flickr.

 

Voile blanc

Le voile blanc de Véronique est fréquent dans les chemins de croix, comme dans la première œuvre que l’on connaisse du peintre Giandomenico Tiepolo, l’un des fils de Giambattista.

Image 64 – Giandomenico Tiepolo, église San Polo – Oratoire du Crucifix – Via Crucis VI – Véronique essuie le visage de Jésus, Huile sur toile (1745-1749), Wikimedia Commons.

Au début du 19e siècle, des peintres romantiques allemands se sont réunis en un groupe artistique afin de raviver la spiritualité chrétienne dans l’art. Le mouvement, nommé par dérision ‘nazaréens’, est rejoint par le peintre autrichien Joseph Führich en 1827. Celui-ci réalise quelques années plus tard, pour l’église Saint-Jean-Népomucène de Vienne, un chemin de croix très expressif considéré comme l’un des plus connus au monde. À la station 6, Véronique présente un voile blanc au Christ brutalisé.

Image 65 – Chemin de croix de Joseph Führich, Stations 4 (droite) à 6 (gauche), 1840-1846, paroisse Saint-Jean-Népomucène [Pfarrkirche Johannes Nepomuk], Vienne, Wikimedia Commons. Voir aussi pfarre-nepomuk.at

L’ensemble réalisé par Führich est certainement le chemin de croix le plus copié – une source avance le nombre de 800 copies réalisées par d’autres artistes dans le monde entier21. En 2010, il a été choisi comme emblème par le Vatican pour le chemin de croix au Colisée présidé par Benoît XVI.

En France également le modèle a été copié. Une étude de 2001 mentionne les chemins de croix de deux églises, à Tourcoing et Chassors22 et répertorie au total cinq exemples selon la base de données Palissy23.

Image 66 – Bruno Chérier, d’après Joseph von Führich, Sixième station du Chemin de Croix, 1854, église Notre-Dame-des-Anges, Tourcoing (Nord) / D’après Joseph von Führich, Sixième station du Chemin de Croix, c. 1854, église Saint-Romain, Chassors (Charente). In Catherine Guillot et Sylvie Patry, art. cit.

En 1860, le peintre symboliste Gustave Moreau accepte de réaliser un chemin de croix pour l’église de Decazeville, mais à la condition de rester anonyme ; plusieurs raisons ont été évoquées pour expliquer cette demande : “la crainte d’être apparenté aux peintres du quartier Saint-Sulpice à Paris, le souvenir de son père décédé quelques mois plus tôt ou le fait qu’il voit cette commande comme un travail de second ordre, à vocation essentiellement cultuelle24.
Le peintre et graveur Jean Marchand, illustrant en 1918 un texte sur le chemin de la croix de Paul Claudel, a choisi également de représenter Véronique avec un voile blanc.

Image 67 – Gustave Moreau, Véronique essuie le visage du Christ, 1863, église Notre Dame, Decazeville, Aveyron, Tourisme Aveyron / Jean Marchand, illustration pour “Le Chemin de la croix” de Paul Claudel (texte de 1911), Paris, 1918, Veronica Route.

L’artiste Paolino Rangoni a réalisé un chemin original comptant 15 toiles – les stations classiques et une quinzième figurant la résurrection. Le décor est totalement absent. Seuls le Christ et Marie sont vêtus. Tous les autres personnages athlétiques qui les accompagnent sont nus ; “ils sont représentés par l’artiste dans leur nudité, signe distinctif de leur humanité25. Figurée de dos, Véronique est elle-même nue.
Alain François et Fabrice Neaud ont conçu en 1992 un chemin de croix pour l’église Sainte-Bernadette d’Angoulême, depuis lors désacralisée26. Cette œuvre est également un chemin en 15 stations, avec une résurrection, et là encore le décor est totalement absent. À l’exception de la station 1, on ne voit jamais le visage du Christ. Dans la station 6, il n’apparaît même pas, et le linge que tient Véronique est intégralement blanc. Comme l’explique le commentaire écrit par le prêtre commanditaire, la même toile a servi pour faire le linge de Véronique et pour faire la peinture de la résurrection (station 15) ; de plus “une véritable icône a été peinte au dos de ce linge et demeure invisible aux yeux du spectateur, comme le sont les mystères de la Foi27.

Image 68 – Paolino Rangoni, Via crucis, Stazione VI, 1992, ensemble réalisé entre 1991 et 2007, Museo Diocesano, Diocesi di Vicenza, Regione Veneto. Rangoni Web site & La Voce dei Berici / Station 6, chemin de croix réalisé en 1992 par Alain François & Fabrice Neaud pour l’église Sainte-Bernadette d’Angoulême. Source : Alain François.

Parmi les nombreuses représentations du linge blanc de Véronique au sein d’un chemin de croix, on peut encore mentionner les œuvres du couple de sculpteurs Jeffrey Hanson Varilla et Anna Koh Varilla, du peintre indonésien Petrus Agus Herjaka, ou bien encore celle de Dom Angelico Surchamp, le fondateur des Éditions Zodiaque.

Image 69 – Jeffrey Hanson Varilla & Anna Koh Varilla, Station 6, sculpture, 2008, église Saint Raphael, Naperville, Illinois, États-Unis, kohvarillaguild.com & Veronica Route / Petrus Agus Herjaka, Station 6, Oil on canvas, 2015, Church of Santa Maria Assumpta, Gamping, Yogyakarta, Indonesia. © Herjaka Art & Veronica Route.

 

Image 70 – Dom Angelico Surchamp, station 6, Chapelle Sainte-Claire du hameau de Velée, Anost (Saône-et-Loire), Photo OG, © Odile Cognard, Flickr / Auteur inconnu, station 6, Santa Barbara, Californie, Photo © Zruda, Flickr.

 

Voile transparent

Peu d’artistes modernes semblent avoir représenté un voile transparent dans un chemin de croix, à la manière des œuvres figurant seulement Véronique (voir images 18, 22, 33). Sous une forme évidemment bien différente, c’est le cas de la sculptrice et illustratrice américaine Fran Moyer, et de la sculptrice Maria de Faykod qui a réalisé à Lourdes un chemin à 17 stations, avec 3 stations supplémentaires sur la résurrection.

Image 71 – Fran Moyer, Station 6, sculpture, acier soudé, 1954, église épiscopale Saint Anselme, Lafayette, Californie, États-Unis, Veronica Route / Maria de Faykod, station 6, sculpture en marbre de Carrare, 2008, Chemin de croix à 17 stations, Sanctuaires de Lourdes, Musée de Faykod & Veronica Route.

 

Voile avec trois faces

On retrouve également, dans certains chemins de croix, le motif des trois faces sur le voile que l’on a déjà observé dans des œuvres figurant seulement Véronique (voir Images 13 et 23).

Image 72 – Via Crucis, station 19 (?), peinture, 1600-1699, église San Isidro, Lima, Perou, Veronica Route / Via Crucis, station 6, huile sur toile, 1800-1899, église de San Agustín, Intramuros, Manille, Philippines, Veronica Route.

 

Voile maculé

Dans quelques stations 6, le voile que tient Véronique apparaît maculé, mais il est impossible d’y reconnaître un visage. C’est le cas d’une œuvre de l’artiste britannique Penny Warden pour un chemin à 15 stations, et d’une toile du peintre et sculpteur italien Ottavio Mazzonis, qui a par ailleurs réalisé d’autres chemins de croix (voir ici).

Image 73 – Penny Warden, The Journey, Station 6 ‘Veronica Wipes Jesus’, 2005, Blackburn Cathedral, Blackburn Lancashire, Penny Warden Web site & photo © Glass Angel, Flickr / Ottavio Mazzonis, Via Crucis, station VI, peinture, 2006, église du Rosario, Cento (Ferrare), Italie, Veronica Route.

 

Représentations, reconstitutions, processions

Plusieurs manifestations religieuses de part le monde donnent lieu à des représentations du chemin de croix. Ces activités populaires peuvent s’apparenter aux reconstitutions historiques (re-enactment) qui sont des reproductions plus ou moins fidèles d’événements passés, pratiques bien connues pour certaines périodes historiques. C’est le cas notamment dans certaines localités où il existe un chemin en extérieur, comme au sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowska (voir Image 56). On retrouve sur cet exemple l’ostension stéréotypée du voile.

Image 74 – Le mystère de la Passion à Kalwaria Zebrzydowska, 2011, Wikimedia Commons.

Certaines représentations de la Passion sont anciennes et renommées, et quelques-unes sont devenues de véritables attractions touristiques, comme à Oberammergau en Bavière28, ou à Rionero in Vulture dans la province de Potenza en Italie méridionale.

Image 75 – Das Schweißtuch der Veronika [Le mouchoir de Véronique], Oberammergau (Bavière), © Passionsspiele in Oberammergau, globalis.de / Via Crucis à Rionero in Vulture, Carmen Piccirillo, Rionero: fede e tradizione [foi et tradition], Terra di Basilicata, 05-04-2023.

Aux Philippines, les processions du chemin de croix offrent parfois à la dévotion populaire des effigies de Véronique richement habillées et qui présentent un voile avec trois faces selon la posture stéréotypée.

Image 76 – St Veronica, Talisay City (Philippines), 2009, photo © jyndabyne, Flickr / L’application du visage sanglant de Jésus sur le voile de Sainte Véronique, 2010, photo © Ernesto Jose Cavanila (Philippines), Flickr.

 

Véronique dans les livres de dévotion sur le chemin de croix

Inconnue des textes canoniques et pourtant devenue une figure populaire intimement liée à la Passion, Véronique embarrasse une partie de l’Église. Son statut de ‘sainte’ est contesté. Au 16e siècle, le futur saint Charles Borromée supprime dans son diocèse la fête de Véronique et la messe en son honneur29.

Bien plus. La vraisemblance de son histoire, la réalité du personnage sont sérieusement mises en doute. Selon Paul Perdrizet, les grands érudits des 17e et 18e siècles “savaient fort bien que sainte Véronique n’avait jamais eu qu’une existence imaginaire30 – l’historien évoque ici Jean Mabillon, le créateur de la diplomatique31, dom Ruinart, Louis-Sébastien Tillemont, Claude Fleury, Jean-Noël Paquot, tous ecclésiastiques.

À la même époque, et au 19e siècle encore, les auteurs de livres de dévotion sur le chemin de croix sont bien loin de partager ce point de vue critique. Les doutes des érudits s’immiscent pourtant très timidement dans leurs descriptions de la sixième station. Véronique n’y est pas toujours désignée comme ‘sainte’ et son nom est parfois même absent.
Examinons quelques exemples.

Dans son livre déjà cité Via Sacra spianata, ed illuminata, l’infatigable prosélyte du chemin de croix Léonard de Port-Maurice, ne qualifie pas Véronique de ‘sainte’ dans le titre de la station 6, mais il l’utilise dans sa méditation.

Image 77 – Leonardo da Porto Maurizio, Via Sacra spianata, ed illuminata colla dichiarazione fatta d’ordine di Clemente XII, Roma, 1749, p. 49, Google Books.

Dans d’autres ouvrages ultérieurs sur le même sujet, il ne désigne jamais Véronique comme ‘sainte’.

Image 78 – Leonardo da Porto Maurizio, Via crucis esposta nella maniera, che la diresse il p. Leonardo dal Porto Maurizio missionario apostolico. In fine la visita del SS. Sagramento, con altre divote orazioni, 1776, p. A5, Archive.org / Leonardo da Porto Maurizio, Divoto esercizio della Via Crucis composto dal ven. servo di Dio P. Leonardo da Porto Mauritio M.O.R. del ritiro di S. Bonaventura, 1790, p. 53, Archive.org.

Les textes français qui s’inspirent de Léonard de Port-Maurice utilisent parfois l’expression ‘la Véronique’, par une sorte de substantivation du nom, peut-être sur le modèle de la métonymie qui désigne de cette manière le voile ou l’image figurant sur le voile. Curieusement, dans le texte ci-dessous, après le nom de la station ‘Jésus est essuyé par la Véronique’, la méditation fait référence sans hésitation à ‘sainte Véronique’.

Image 79 – Précis historique et pratique du Chemin de la Croix ou de la dévotion aux XIV stations du Calvaire d’après le bienheureux Léonard de Port-Maurice, Chez Vanlinthout et Vandenzande, 1833, p. 131, Google Play Books.

À l’inverse, dans l’exemple suivant, le nom de la station ‘La Véronique essuie la face de Jésus-Christ’ est accompagné d’une image avec une légende différente où le nom disparaît : ‘Jésus est essuyé par une Sainte femme’.

Image 80 – Via crucis, ou Méthode pratique du Chemin de la Croix, d’après l’ouvrage du bienheureux Léonard de Port-Maurice, Deuxième édition, à Paris, Chez Mme Picard, Libraire, 1827, pp. 188-189, Google Play Books.

En 1795 paraît Instruction sur le chemin de croix, ouvrage anonyme qui a probablement été rédigé par un prêtre français exilé en Italie durant la Révolution. Rome est indiqué comme lieu d’impression, Avignon comme lieu de vente. Réédité à de multiples reprises pendant 135 années, ce texte a été déterminant pour la diffusion de la dévotion en France32.
Le texte de la méditation sur la sixième station ne comporte pas le nom de Véronique. Le titre en est simplement ‘une femme pieuse essuie la face de Jésus-Christ’. Ce n’est que dans le développement qu’apparaît l’expression ‘sainte femme’. Le texte est identique en 1813, 1822, et 1851, mais cette fois agrémenté d’une illustration.

Image 81 – Instruction sur le chemin de croix, avec les pratiques de cette dévotion ; dédiée à la très Sainte Vierge. À Rome, de l’imprimerie de Salvioni, Et se vend à Avignon, chez J.M. Garrigan, Imprimeur-Libraire, 1795, p. 45, Google Books / Instruction sur le chemin de croix, avec les pratiques de cette dévotion ; dédiée à la très Sainte Vierge, Clermont-Ferrand, À la librairie catholique, Rue du Terrail, 1851, p. 67, Google Books.

Une édition de 1809 reprend le même titre de station, mais cette-fois, le nom de Véronique apparaît dans le texte de la prière.

Image 82 – Instruction sur le chemin de croix, avec les pratiques de cette dévotion ; dédiée à la très Sainte Vierge. À Gand, Chez J. Begyn, 1809, p. 27, Google Books.

On observe encore une variante dans une édition de 1866 publiée à la suite d’un autre ouvrage pieux. Le titre de la station précise que c’est une ‘sainte femme’ qui essuie le visage de Jésus et la méditation contient la formule : ‘nous vous demandons d’être autant de pieuses Véroniques’.

Image 83 – Instruction sur le chemin de croix, reproduit à la fin du Manuel du pèlerin de Notre-Dame de Prime-Combe, Montpellier, 1866, p. 356 sq, pp. 372-373. Gallica-BnF.

Toutes ces variations se retrouvent dans les légendes associées à la sixième station des chemins de croix paroissiaux.

 

Les légendes de la sixième station

Les stations des chemins de croix installés dans les églises sont fréquemment accompagnées de légendes succinctes qui expliquent les scènes représentées.
Bon nombre de légendes de la sixième station font référence à “Sainte Véronique”.

Image 84 – Sainte Véronique essuie la face de Jésus, église Notre-Dame-des-Victoires, Angers (Maine-et-Loire) [pas de numéro de station visible], photo PP, 6 novembre 2023 / Jésus essuyé par Ste Véronique, église Saint-Jean-Baptiste de Taninges (Haute-Savoie), photo © SMartine, Flickr / Jésus rencontre Ste Véronique, cathédrale Saint-Louis, Versailles (Yvelines), photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr.

Des formulations similaires existent bien sûr dans d’autres langues comme le néerlandais ou le polonais.

Un autre groupe de légendes en français mentionne Véronique mais sans la qualifier de “sainte”.

Image 85 – Véronique essuie la face de Jésus, Abbaye de Saint-Méen, Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine), photo © Marie-Hélène Cingal, Flickr / Jésus a le visage essuyé par Véronique, église de Chaource (Aube), photo © Sokleine, Flickr.

Il semble que la désignation de sainteté soit moins fréquemment utilisée en anglais (Jesus and Veronica, Veronica wipes the face of Jesus, The face of Jesus is wiped by Veronica, Jesus received Veronica’s help, Veronica comforts him, Veronica), en allemand (Veronika reicht Jesu das Schweistuch), en espagnol (La Verónica enjuga el rostro de Jesús).

Plusieurs légendes ont recours à des variations à partir du mot ‘femme’, sans mentionner Véronique : ‘une femme pieuse’, ‘une pieuse femme’, ‘une sainte femme’, ou tout simplement ‘une femme’. On observe ce choix, par exemple, dans le chemin de croix peint par Maurice Denis pour son prieuré de Saint-Germain-en-Laye33.

Image 86 – Maurice Denis, Une femme pieuse essuie la face de Jésus, Chapelle du Prieuré, Musée départemental Maurice-Denis de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), c. 1920, photo © Sokleine, Flickr / Jésus a le visage essuyé par une pieuse femme, église de Cheverny, photo © SMartine, Flickr / Une femme pieuse essuie la Sainte Face, église Sainte-Germaine de Calais (Pas-de-Calais), 1934, Inventaire général du patrimoine des Hauts-de-France.

C’est aussi le choix retenu, en langue bretonne, par le sculpteur, céramiste et peintre Pierre Toulhoat pour l’église de Plougonvelin.

Image 87 – (légende en breton) Ur vaouez santel o sec’hañ dremm Jezuz [une sainte femme essuie le visage de Jésus], église Saint Gwenaël, Plougonvelin (Finistère), Œuvre de Pierre Toulhoat réalisée en céramique, 1947, Ministère de la Culture – Collectif Objets, v. aussi Photos d’églises / Une femme essuie la face de Jésus, © Musée régional de Rimouski, Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

La légende qui figure à la station 6 du chemin de l’église Saint-Léonard d’Angers est tout à fait inattendue. Elle n’hésite pas à nommer Véronique et surtout à qualifier la scène de ‘miracle’. Rédigée manifestement récemment, on ne peut qu’être étonné d’une telle expression à propos d’un épisode chimérique, d’autant que beaucoup de légendes plus anciennes sont plus prudentes. Ainsi, sur les images 2 et 3 ci-dessous et les suivantes, les scènes sont décrites sans préciser qui présente le voile au Christ, seule l’impression de la face retient l’attention. La médiatrice, Véronique n’importe pas.
On observe des légendes sobres similaires en espagnol, en anglais, et sans doute bien d’autres langues.

Image 88 – Miracle de l’empreinte de la figure du Christ sur le linge présenté par Véronique, Chemin de croix, station 6, église Saint-Léonard, Angers, [Artiste inconnu, date inconnue], photo PP, 25 janvier 2024 / Jésus imprime sa face sur un linge, église de St.-Cirq-Lapopie (Lot), photo © Sokleine, Flickr / Impresion de la Santa Faz, Iglesia de San Roque, Tinajo (Lanzarote, Îles Canaries), photo © Sokleine, Flickr.

Image 89 – The image of the face remains, Church Of the Incarnation, University of Dallas (a private Catholic University), photo © marylea, Flickr / Wiped, Sr. Dolores’ Stations of the Cross, photo © Benedictine Sisters of Pittsburgh, Flickr.

Enfin, il existe de rares stations figuratives qui ne comportent ni légende ni même de numéro.

Image 90 – [Station 6], Abbaye Saint-Serge, Angers, photo PP, 9 octobre 2023.



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2024, 3 février). Véronique – figures et absences d’une sainte imaginaire (2/3). Déjà Vu. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr07

  1. Cf. Netta Amir, The Emergence of the Way of the Cross in Jerusalem during the Twelfth and Thirteenth Centuries, in Crusades, Volume 20, 2021 – Issue 1, Edited by Benjamin Z. Kedar Jonathan Phillips and Iris Shagrir with Nikolaos G. Chrissis, pp. 165-183, ebin.pub, p. 169. Voir aussi Michel-Jean Picard, Croix (Chemin de croix), Dictionnaire de spiritualité, Tome 2, deuxième partie, Paris : Beauchesne, 1953, colonnes 2576-2606 [sur archive.org]. []
  2. Netta Amir, art. cit., p. 166. []
  3. Michel-Jean Picard, art. cit., 2578 []
  4. Mitzi K. Kirkland-Ives, Alternate Routes: Theme and Variation in Early Modern Stational Devotions, in Viator: Medieval and Renaissance Studies Vol. 40 No. 1 (2009): 249-70, p. 256 []
  5. D’après Louis Gillet, Histoire artistique des ordres mendiants : étude sur l’art religieux en Europe du XIIIe au XVIIe siècles, Paris: Librairie Renouard, H. Laurens, 1912, p. 222 sq. Gallica-BnF & Archive.org & Wikisource. []
  6. Jean-Yves Baxter, Le Calvaire des Récollets, Romans Historique, Romans-sur-Isère, Drôme ; voir aussi Waltraud Hahn, op. cit., p. 9. []
  7. Michel-Jean Picard, art. cit., col. 2584 sq. []
  8. cf. Waltraud Hahn, op. cit., p. 99 sq. []
  9. Mitzi K. Kirkland-Ives, art. cit., p. 250. []
  10. Michel-Jean Picard, art. cit., cols. 2595-2596. Voir aussi Archibishop Piero Marini, The Way of the Cross – Presentation, Office For The Liturgical Celebrations Of The Supreme Pontiff, Vatican, s.d., Sur le site www.vatican.va. []
  11. Michel-Jean Picard, art. cit., col. 2597. []
  12. Indulgence (catholicisme) sur Wikipédia/Fr. []
  13. Waltraud Hahn, op. cit., p. 115 sq. et p. 117. []
  14. Constantin Pohlmann, Léonard De Port-Maurice (saint), frère mineur, 1676-1751, Dictionnaire de spiritualité, Tome 9, Paris : Beauchesne, 1976, colonnes 646-649 [sur archive.org] ; Michel-Jean Picard, art. cit., 2597 ; Piero Marini, art. cit. []
  15. Cité en anglais par Pietro Messa, The Via Crucis of Saint Leonard of Porto Maurizio, namely, the Via Sacra spianata ed illuminata, Spirit + Life, Journal of Franciscan Culture, n° 124, April-June 2018, p. 18-24 [PDF], p. 22. []
  16. Waltraud Hahn, op. cit., p. 115. []
  17. [Les évêques peuvent] accorder aux prêtres la faculté d’ériger, selon le rituel prescrit par l’Église, le chemin de croix, même en plein air, avec toutes les indulgences qui ont été accordées à ceux qui accomplissent ce pieux exercice. Cette faculté ne peut cependant être utilisée sur le territoire paroissial où se trouve une maison de religieux qui, par concession apostolique, jouit du privilège d’ériger le chemin de croix.”, Motu proprio Pastorale munus du 30 novembre 1963, paragraphe 30, Site www.vatican.va. []
  18. Michel-Jean Picard, art. cit., col. 2600. []
  19. Pietro Messa, art. cit., p. 23. []
  20. Une grande masse du peuple le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui” Lc 23, 27, Bible de Jérusalem. []
  21. Stefan Kronthaler, Johann Sebastian Bach trifft Joseph Führich, Der Sonntag, meinekirchenzeitung.at, 9. März 2021. []
  22. Catherine Guillot et Sylvie Patry, L’exemple d’un décor religieux dans le nord de la France : Bruno Chérier (1817-1880) et Notre-Dame-des-Anges de Tourcoing, In Situ [En ligne], 1 | 2001. []
  23. art. cit., note 15. []
  24. Dossier de Presse sur le chemin de croix de Gustave Moreau sur tourisme-aveyron.com ; voir aussi Catherine Guillot et Sylvie Patry, art. cit. []
  25. Simona Marchini e Martina Peonia, Via Crucis [en italien], Paolino Rangoni Web site. []
  26. Anne Kerjean, Dernière messe à Sainte-Bernadette, La Charente Libre, 18 novembre 2019. []
  27. Alain François, Un chemin, bonobo.net, 12 juillet 2016. Voir aussi Fabrice Neaud, Contre histoire transversale d’une certaine bande dessinée – 2, Marsam – atelier international de bande dessinée, 22 juillet 2016. []
  28. Oberammergauer Passionsspiele, sur Wikipedia/De ; voir aussi Waltraud Hahn, op. cit., p. 124 []
  29. Odile Delenda. art. cit., p. 5. []
  30. Paul Perdrizet, art. cit., pp. 11-12. []
  31. La diplomatique désigne la critique analytique et comparative qui a pour but de mettre en évidence l’authenticité ou la fausseté des documents ainsi que leurs versions successives. J’ai examiné la pertinence de cette discipline dans le contexte des images numériques dans mon article Pour une diplomatique des images numériques, 2 septembre 2009. []
  32. D’après Waltraud Hahn, op. cit., p. 114 et pp. 125-126. []
  33. Martine Petrini-Poli, Le chemin de Croix de Maurice Denis à la Chapelle de Saint-Germain-en-Laye (78) : le renouveau de l’art religieux au XXe siècle, Narthex – Art sacré, Patrimoine, Créations, 18 avril 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search