Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (3/4)

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]

11. Personnage unique agrippé au globe ou se l’accaparant

Les images représentant un personnage seul agrippé au globe terrestre constituent en nombre l’une des principales catégories du corpus.

Dès le 17e siècle, dans une série sur les proverbes illustrés, le peintre et graveur italien Giuseppe Maria Mitelli montre un homme s’accrochant au globe terrestre comme s’il voulait se l’accaparer. Mais il chute dans un précipice tandis que des pièces de monnaie tombent de sa besace, et la légende précise : “Celui qui veut tout n’a rien, et meurt de rage”.

Image 11-1 – Giuseppe Maria Mitelli, Chi tutto vuole nulla ha, e di rabbia muore [Celui qui veut tout n’a rien, et meurt de rage]. Series: Proverbi figurati consecrati al Serenissimo Principe Francesco Maria di Toscana, gravure, 1678, The British Museum

En 1870, l’Église catholique proclame le dogme de l’infaillibilité pontificale. Une page du Harper’s Weekly reproduit une citation du théologien allemand Ignaz von Döllinger qui avait pris la tête des opposants à cette proclamation : “Les Américains comprennent-ils ce qu’implique cette doctrine (le dogme de l’infaillibilité) ? […] En un mot, il s’agit de la prise de pouvoir du pape qui proclame une loi supérieure à laquelle, selon le dogme, ses enfants doivent obéir, même si cette obéissance implique la trahison de l’État et le renversement de votre gouvernement […] Cela ne peut pas et ne doit pas prévaloir”. Une caricature remarquable de Thomas Nast illustre ce propos. La basilique Saint-Pierre anthropomorphisée se confond avec le pape, les deux arcs des colonnades du Bernin forment ses bras qui enserrent le globe, traduisant la légende ‘Tout saisir’.

Image 11-2 – Thomas Nast, Grab All – “The End Justifies the Means” [Tout saisir – La fin justifie les moyens], Harper’s Weekly, December 16, 1871, Cornell University Library – Digital Collections

En 1893, Édouard Drumont lance La Libre Parole illustrée, le supplément hebdomadaire illustré du quotidien antisémite La Libre Parole qu’il avait créé l’année précédente. En couverture de l’un de ses premiers numéros, l’illustrateur et affichiste Albert Esnault signe une caricature antisémite montrant un juif en guenilles mais les poches pleines d’argent et de bijoux. Il est agrippé au globe terrestre avec ses mains et pieds crochus pour montrer que le juif a pour patrie le monde entier. Représenté avec tous les stéréotypes racistes, il empoigne des billets de banque et des pièces de monnaie tombent, comme sur la gravure de Mitelli (Image 11-1 ci-dessus). Qualifiée de “dessin saisissant et très innovant” par l’historien Guillaume Doizy, spécialiste du dessin et de la caricature de presse1, cette image deviendra regrettablement célèbre.

Quelques années plus tard, en pleine affaire Dreyfuss, Charles Léandre utilise un personnage analogue dans une caricature antisémite de Rothschild ; ce n’est plus cette fois un homme en guenilles mais un souverain, affublé d’une couronne figurant le veau d’or et de mains semblables à des serres de rapace.

Image 11-3 – Albert Esnault, Leur Patrie, La Libre Parole illustrée, 28 octobre 1893, Wikipedia / Charles Léandre, Le Gotha du “Rire” n° IX – Rothschild, Le Rire, N° 180, 16 avril 1898, Gallica-BnF

Durant les mêmes années, le cartooniste américain Walt McDougall représente l’Oncle Sam dans une posture analogue, veillant sur ses zones d’influence.

Image 11-4 – Walter McDougall, Now, Will He Let Go? – If you think he will let go, you don’t know him [Maintenant, va-t-il lâcher prise ? – Si vous pensez qu’il va lâcher prise, c’est que vous ne le connaissez pas], New York Evening Journal, reprinted in American Review of Reviews, September 1898 [adapted], source : Carto-Caricatures: Cartographic Caricatures, by Amanda Murphyao, October 7, 2014

En 1899, une caricature française de l’impérialisme britannique montre une main satanique qui enserre le monde et particulièrement l’Afrique. Les sources qui signalent cette gravure ne mentionnent pas le nom de l’artiste, mais d’après la signature, il pourrait s’agir de Jean d’Aurian, illustrateur et caricaturiste actif à partir de 1898. Cette main britannique rappelle évidemment la serre de l’image précédente et possède peut-être également une connotation antisémite.
La connotation antisémite devient manifeste dans la reprise de l’image en 1941, en couverture d’un album de collection d’images de cigarettes (Zigarettenbild). La propagande du Troisième Reich avait en effet développé des collections d’images qui accompagnaient la vente de tabac. Les collectionneurs collaient les images dans des albums contenant un texte explicatif assez long2. Le texte de cet album, qui décrit l’Angleterre comme un État prédateur, a été écrit par le sociologue et publiciste Ernst Lewalter.

Image 11-5 – [J. d’Aurian?] Honni soit qui mal y pense, caricature française de l’impérialisme britannique, 1899. Sources : The British Empire, Getty Images, AKG Images, Prince Arthur sur Flickr / Ernst Lewalter, Raubstaat England [L’Angleterre, un État prédateur], Hamburg: Cigaretten-Bilderdienst Hamburg-Bahrenfeld, 1941. Sources : PDF Slides, Deutsche Digitale Bibliothek -Kultur und Wissen online, Calvin University – German Propaganda Archive, présentation sur archive.org [en allemand].

Le banquier J.P. Morgan, comme on l’a vu, a fait l’objet de caricatures dans la presse (cf. Image 6-6). Les illustrateurs Albert T. Reid et Thomas Fleming l’ont également représenté s’accaparant le monde entier.

Image 11-6 – Albert Reid, Pen and ink cartoon depicting American financier J.P. Morgan grasping the Earth in his arms, ca. 1895-1905, Duke Today (Duke University) / Thomas Fleming, John Pierpont Morgan, the Field Marshal of Industry, in Around the Capital with Uncle Hank, New York, The Nutshell publishing Company, 1902, p. 299, archive.org

Le dessin d’Abel Faivre en couverture du Rire fait allusion à la cavale des époux Humbert, des escrocs de haut vol qui ont sévi durant une vingtaine d’années. Ils ont été démasqués en 1902 et recherchés par la suite dans le monde entier.
Parmi les nombreux dessins anticléricaux de Gabriele Galantara, l’un d’eux montre le pape s’accaparant le globe terrestre. Au seuil de l’année 1908, celui-ci apparaît courroucé par le programme de L’Asino, personnifié par un âne qui inonde le monde d’exemplaires du journal.

Image 11-7 – Où peuvent-ils être ?… ou ne pas être ?, dessin d’Abel Faivre, Le Rire, 27 décembre 1902, Gallica-BnF / Rata Langa [Gabriele Galantara], Il programma dell’Asino – Anche per il nuovo anno l’Asino diffondera per il mondo la verità a dispetto della menzogna cattolica, apostolica, romana [Le programme de l’Asino – Toujours pour la nouvelle année, l’Asino répandra la vérité dans le monde en dépit du mensonge catholique, apostolique et romain], L’Asino, 5 Gennaio 1908, archive.org

En 1903, L’Assiette au Beurre publie un numéro spécial intitulé Visions ! entièrement illustré par Leal da Câmara. La couverture montre un Anglais grimaçant qui tente d’enserrer totalement le globe terrestre. Il a les mains ensanglantées et des pièces de monnaie jonchent le sol au premier plan. La scène est intitulée L’Ambition. En page intérieure, figure une autre illustration (mentionnée ici pour ne pas rompre l’unité souhaitée par l’artiste, bien que le personnage ne soit pas agrippé au globe). Un diplomate présente au monde un cœur tout en cachant un poignard dans son dos.

Image 11-8 – Tomás Leal da Câmara, Visions ! par Camara – L’Ambition, L’Assiette au beurre, 5 septembre 1903, p. 2137, Gallica-BnF / La Diplomatie, p. 2141, Gallica-BnF

En février 1904, L’Assiette au Beurre publie un autre numéro spécial sur la guerre russo-japonaise qui vient de débuter. Sur 16 pages, le magazine présente 14 dessins de style japonisant signés d’un mystérieux Adaramakaro. Selon le Dico Solo, Adaramakaro serait un artiste japonais qui a aussi publié en 1908-1909 dans le magazine barcelonais Cómica. Mais en 2011, en lisant des chroniques de l’écrivain Luis Bonafoux, un chercheur espagnol a pu établir que derrière l’énigmatique artiste japonais se cache en fait le caricaturiste portugais Tomás Leal da Câmara, sous un pseudonyme qui est presque une anagramme de son nom3. En quatrième de couverture du numéro figure une caricature de l’empereur du Japon, avec un grand sabre à sa ceinture, saisissant la sphère du monde.
À la suite de la révolution chinoise de 1911, les journaux français ravivent la crainte du “péril jaune” né à la fin du 19e siècle. Un photomontage à la une du quotidien Excelsior montre ainsi un Chinois enserrant dans ses ongles démesurés des soldats européens disposés sur une portion du globe. Derrière lui, un soldat japonais apparaît en embuscade.

Image 11-9 – Adaramakaro [Leal da Câmara], L’Assiette au Beurre Japonaise, n° 151, 20 février 1904 [quatrième de couverture], Gallica-BnF / La révolution chinoise aggrave le péril jaune – Si la Chine se rénove c’est un danger pour l’Europe, Excelsior, 3 novembre 1911, Gallica-BnF

En 1914, Thomas Theodor Heine reprend pour Simplicissimus le thème du globe ensanglanté (voir Image 8-10), mais cette fois avec un soldat anglais agrippé au globe et glissant sur le sang.
Toujours durant la Première Guerre, une carte de propagande allemande représente Sir Edward Grey, le secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères de 1905 à 1916, qui s’accapare le monde. La main du ministre rappelle bien sûr celles des personnages qui figurent sur les caricatures antisémites déjà évoquées (voir Image 11-3).

Image 11-10 – Thomas Theodor Heine, Der Engländer und seine Weltkugel – Oh verflucht. Blut ist doch schlüpfriger als Wasser! [L’Anglais et son globe – Oh, bon sang. Le sang est plus glissant que l’eau !], Simplicissimus, Heft 28 Seite 389, 13 Oktober 1914 [PDF] / Sir Edward Grey – Carte de propagande allemande publiée par Muller à Munich avant la guerre, c. 1914, source : WW1 Propaganda and Mocking Postcards, blog About Postcards by Linda & Peter Kelly

Durant la Première Guerre, de nombreuses caricatures représentent l’empereur Guillaume II s’accaparant le globe.
La carte postale russe ci-dessous divise curieusement le globe en deux hémisphères qui correspondent à deux périodes du règne de l’empereur, depuis son avènement (1888) et en le projetant dans le futur (1938).
Dans le dessin de Gabriele Galantara, l’ombre de Napoléon se rappelle à l’empereur qui veut prendre possession du globe ensanglanté.

Image 11-11 – Как жаль, что мир состоит только из двух полушарий [Quel dommage que le monde se compose de seulement deux hémisphères], Carte postale russe, 1914, Histoire de la Russie avant 1917 / Rata Langa [Gabriele Galantara], L’ombra – Ricordati di me [L’Ombre – Souviens-toi de moi], L’Asino, 13 Settembre 1914, archive.org

Une carte postale britannique montre le Kaiser déclarant que le monde est à lui en le serrant dans ses mains. Des soldats représentant les principaux alliés – l’Italie, la Grande-Bretagne, la France et la Russie – se dressent devant lui, baïonnettes en avant, et lui répondent qu’ils ne le pensent pas.

Image 11-12 – The World is Mine! – We don’t think!!!”. Circa 1915, U.K., Agence Alamy

Plusieurs cartes postales, de différents pays, brocardent l’empereur accroché désespérément au globe.

Image 11-13 – Carte postale. “La folie des grandeurs de Guillaume II”, publication satirique de l’usine de A.F. Postnev, Moscou, avec l’autorisation de la censure du 11.09.1914, Musée d’histoire locale de Voronej / [Antoniozzi] Je croyais les tenir, carte postale, c. 1915, Besançon, Musée du Temps

Image 11-14 – [Ch. Füchs], M… Je n’arriverai jamais !!, 1914, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / G. Vignal, Il voudrait l’Univers, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Publiée en 1914, la carte postale suivante est l’une des premières représentations de Guillaume II les deux pieds sur le globe, s’agrippant à lui avec les mains. Ce dessin inaugure une série d’images où la posture du personnage est semblable. Nous y reviendrons à la fin de cet article.

Image 11-15 – L. Petit, À moi l’univers et l’espace !…, 1914, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

La carte postale qui suit est un strip en deux images. Bien entendu, si l’on s’en tient à la seconde image, le document aurait pu être référencé dans la catégorie ‘Écrasés par le monde’.
La composition de la première image diffère un peu de la précédente puisque cette fois le Kaiser s’agrippe au globe avec les mains et les pieds. Elle rappelle le personnage qui figure sur la caricature antisémite d’Albert Esnault (Image 11-3), mais cette fois, l’individu est représenté de face. La carte est signée J. Delena, un dessinateur dont on ignore presque tout. On sait seulement qu’il est l’auteur de huit cartes postales durant la Grande guerre et qu’il n’était vraisemblablement pas dessinateur de presse (il n’est pas mentionné dans le Dico Solo).

Image 11-16 – J. Delena, Le Rève [sic] – La Réalité, carte postale, c. 1914, © Cartes postales en guerre 1914-1918, Collection Agnès & Henry Parent de Curzon, voir aussi Imago Images

L’exemple suivant est également intéressant, car il montre un tout autre personnage que Guillaume II dans une posture similaire.
En avril 1914, un incident intervient entre des marins américains et les forces terrestres mexicaines dans la ville mexicaine de Tampico. C’est l’incident de Tampico qui conduira à l’occupation américaine de Veracruz. Un caricaturiste non identifié du magazine italien Il Mulo illustre l’événement en représentant l’Oncle Sam agrippé au globe ; il observe Tampico et reçoit un jet de pétrole dans l’œil, allusion aux immenses intérêts des entreprises américaines dans l’industrie pétrolière locale.
[Pour contrecarrer le succès de L’Asino de Gabriele Galantara, le magazine satirique d’inspiration catholique et anti-socialiste Il Mulo (La Mule) avait été lancé en 1907.]

Image 11-17 – L’avventura messicana – Con tutte le stelle che ha sul cappello, Zio Sam ha volunto vederne delle altre [L’aventure mexicaine – Avec toutes les étoiles sur son chapeau, l’Oncle Sam voulait en voir plus], Il mulo : periodico settimanale anticanagliesco, Num. N. 19, 10 Maggio 1914, Biblioteca nazionale centrale di Roma – Archivio digitale

Guillaume II avait le bras gauche atrophié. Sur plusieurs caricatures, sa main valide (droite ou gauche selon les dessinateurs…) devient gigantesque et cherche à s’accaparer le monde.

Image 11-18 – La Main qui étreint… oui… mais… les Alliés en auront raison !, carte postale, c. 1914, akpool.de / Bada che ti scotti le mani!! [Attention à ne pas se brûler les mains], postcard, c. 1914, The Reluctant Internationalists research project, First World War postcards, By Ana Antic, Published 30 December 2013

Le cartooniste américain John Knott a également représenté le Kaiser s’agrippant au globe.
Un caricaturiste mal identifié (R. O. Fuans ?) propose une version analogue de la scène, en affublant l’empereur d’un bras gauche desséché nommé ‘Autriche’.

Image 11-19 – The original ground hog, February 2, 1918, War Cartoons by John F. Knott, Cartoonist for the Dallas News, Copyright 1918 by John F. Knott, p. 49, archive.org / R. O. Fuans [identification douteuse], The Withered Arm [Le bras desséché], circa 1918, Ohio Memory, A Collaborative Program of the Ohio History Connection and the State Library of Ohio

La carte postale suivante est signée S. Rochat, un dessinateur suisse singulier dont on ne sait presque rien4. Elle montre une certaine originalité sur le thème de l’empereur agrippé au globe. Allusion à l’entrée en guerre des États-Unis, Guillaume est déstabilisé par le globe surmonté d’un drapeau américain et il va chuter sur un casque à pointe posé au sol.

Image 11-20 – S. Rochat, Poids lourd, carte postale, c. 1917, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Dans le contexte de la guerre, les charges envers le Kaiser sont nombreuses, mais il n’est pas l’unique cible des caricaturistes. Pour illustrer la suprématie américaine sur le commerce mondial, le cartooniste Bob Satterfield choisit de représenter Uncle Sam flottant dans les nuages ; avec ses jambes enserrant le monde et sa redingote flottante, il ressemble à une pieuvre.

Image 11-21 – Bob Satterfield, Keep your head, Uncle! – World Trade Supremacy, Tacoma Times, 1915.11.30, Jena Fuller in Cartoons – Bob Satterfield (Flickr album), CC BY-SA 2.0

Dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, les caricatures antisémites exploitent toujours le thème du Juif qui s’accapare le globe.

Image 11-22 – Première de couverture du Péril juif, édition française des Protocoles des sages de Sion, auteur Christian Goy, circa 1925, Mémorial de la Shoah (Paris), L’Histoire par l’image / Fips [Philipp Rupprecht], Dessin antisémite nazi, Der Stürmer, Dezember 1934, source archive.org

En 1932, l’artiste italien Bernardo Leporini signe une curieuse caricature dans le magazine satirique allemand Der wahre Jakob. On y voit la France qui confisque le monde et cherche difficilement à l’introduire dans un coffre-fort.
En 1936, le caricaturiste australien Will Dyson montre que la situation devient chaude dans la “fosse aux armes” alors que le monde tombe sous l’emprise du fascisme, tout cela sous le regard approbateur du Diable.

Image 11-23 – Bernardo Leporini, Frankreich, Der wahre Jakob, illustrierte Zeitschrift für Satire, Humor und Unterhaltung, Nr. 9, 23 April 1932, p. 8, Heidelberg Digital Library / Will Dyson, Thanks to fascism – 1936!, Daily Herald, 23.12.1936, the British Cartoon Archive, University of Kent, www.cartoons.ac.uk, in Tony Husband, Dictators in Cartoons: Unmasking Monsters and Mocking Tyrants, Arcturus Publishing Limited, 2016

En 1935, le dessinateur Jean Bray représente Mussolini plantant le drapeau de l’Italie fasciste sur l’Abyssinie, ce qui donne à Hitler l’idée d’avancer le drapeau nazi sur le territoire de Memel, région autonome lituanienne revendiquée par le Troisième Reich.
Créée en 1933, Tekhnika Molodezhi [Technique pour la jeunesse] est une revue de vulgarisation scientifique en russe qui existe toujours. En 1935, une caricature du graphiste Konstantin Rotov montre un nazi avec une hache sanglante – probablement Göring – qui s’agrippe aux deux hémisphères du monde.

Image 11-24 – Jean Bray, Mauvais exemple…, Les Potins de Paris, 28 septembre 1935, Gallica-BnF / Konstantin Rotov, аппетиты фашистских захватчиков [les appétits des envahisseurs fascistes], Техника-Молодежи, 1935 год, n°7-8 [Technique pour la jeunesse, 1935], lewhobotov, LiveJournal 2020-01-08

Parmi les partages qu’elle effectue au fil de ses recherches sur Wo (voir Image 8-13), Nathalie Raoux a attiré l’attention sur les deux dessins suivants que l’on doit également au jeune dessinateur exilé. Publié dès février 1937, le premier est tout à fait remarquable.

Image 11-25 – Wo [Wolf Hamburger], Va-t-il tout avaler, ou se flanquer par terre ?, Vendredi – Hebdomadaire littéraire et politique, 5 février 1937, p. 2, Gallica-BnF / Wo [Wolf Hamburger], Anticipation sur une « paix » durable – Et voilà… Tous mes désirs territoriaux sont satisfaits !, L’Ordre, 20 octobre 1938, p. 3, Gallica-BnF

L’invasion de la Chine par le Japon en juillet 1937 donne lieu à plusieurs caricatures.
Le dessinateur soviétique Boris Efimov représente un soldat japonais – avec les stéréotypes racistes habituels – plantant ses doigts dans le territoire de la Chine. Des gouttes de sangs semblent jaillir autour de ses mains. Sur sa casquette, le drapeau ‘domination sur le monde’ accentue la charge.
Dessinateur politique très marqué à gauche, Gustave De Champs avait purgé une peine de prison en 1930 pour un dessin jugé subversif paru dans l’Humanité. En 1937, il souscrit pourtant à la rhétorique xénophobe du péril jaune à la suite de l’invasion de la Chine.

Image 11-26 – Boris Efimov, Маленький зверь с большим аппетитом [Une petite bête avec un grand appétit], Izvestia, August 5, 1937, Origins: Current Events in Historical Perspective, The Ohio State University / Gustave De Champs, Et après ? – Après, «  Le péril jaune !… », Juvénal, 18 décembre 1937, Gallica-BnF

Parmi les personnages s’accaparant le globe à cette époque et durant la guerre, Hitler est bien sûr le plus représenté.
Le dessinateur tchèque Antonín Pelc montre le dictateur mettant la main sur le monde entier au nom de la doctrine de l’espace vital [Lebensraum].
Principal dessinateur de l’hebdomadaire Gringoire, le caricaturiste Roger Roy est classé très à droite. Il brocarde pourtant l’appétit territorial du Führer qui enserre le globe terrestre tout en lorgnant sur la Lune.

Image 11-27 – Antonín Pelc, Lebensraum [espace vital], 1937, Le Web pédagogique / Roger Roy, Si on le laisse faire, avant dix ans…!, date inconnue c. 1937, source : caricaturesetcaricature.com [Guillaume Doizy], Caricatures de Hitler, 4 août 2020

En 1938, le dessin d’Abel Faivre illustre la politique pangermaniste du Führer, manifestement étendue à l’ensemble du globe terrestre5.
Juste avant le déclenchement de la guerre, l’illustrateur britannique Ernest Howard Shepard raille le dictateur et sa politique agressive envers le monde entier.

Image 11-28 – Abel Faivre, Où il y a des Allemands, là est l’Allemagne !, Candide, 2 juin 1938, p. 3, Gallica-BnF / Ernest Howard Shepard, Germany shall never be encircled [L’Allemagne ne sera jamais encerclée], Punch, April 12, 1939, The Library of Congress

La ‘dénonciation’ antisémite du mondialisme en mettant en scène un personnage agrippé au globe n’est pas uniquement le fait de la propagande allemande, comme en témoignent les deux illustrations suivantes.
La première est une carte postale diffusée par le journal collaborationniste et antisémite Le Franciste.
La seconde a été conçue par René Péron à qui l’on doit des nombreuses affiches de cinéma. La notice Wikipedia/Fr sur cet illustrateur mentionne qu’il se serait inspiré de la couverture de L’Assiette au beurre du 5 septembre 1903 que l’on doit à Leal da Câmara (voir Image 11-8). Ce rapprochement apparaît très peu fondé. Certaines ressemblances formelles avec d’autres illustrations auraient tout aussi bien pu influencer Péron. Mais surtout, la caricature de Câmara est dirigée contre l’impérialisme britannique, le dessinateur portugais n’a jamais été antisémite, et à l’époque il participait activement à la mouvance anarchiste à Paris comme le signale sa notice sur le Maitron.

Image 11-29 – Le Capitaliste Juif, Carte postale antisémite diffusée par le journal “Le Franciste” (1933-1944), c. 1939, Brandeis University LTS – Leon Lipschutz Collection of Dreyfusiana and French Judaica / René Péron, Couverture du catalogue de l’Exposition « Le Juif et la France » au palais Berlitz (5 septembre 1941 – 5 janvier 1942), L’Histoire par l’image

Juste avant l’occupation, Elkins en couverture de Juvénal a exploité la figure du globe dans les mains d’Hitler.

Image 11-30 – Elkins, Quand j’aurai cette petite boule… Je ne demanderai plus rien, Juvénal, 28 avril 1940, Gallica-BnF

La firme Philco produisait durant la guerre des équipements électroniques et de transmission. Comme plusieurs entreprises américaines, elle a fait appel à des dessinateurs pour réaliser des publicités qui mettaient en avant son engagement dans le conflit. L’illustrateur Sherman Cooke a représenté Hitler les mains plongées dans le globe, tandis qu’en arrière plan la mort indique que son temps est compté.
Sur la caricature suivante, le dictateur qui s’accapare le globe est menacé par l’épée des démocraties. La source exacte et l’auteur du dessin sont inconnus, le style cependant ressemble à celui de l’illustrateur britannique Ernest Howard Shepard (voir Image 11-28).


Image 11-31 – Time is short, Adolf!, Philo Corporation Ad, Advertisement published in Saturday evening post, Drawn for Philco by Sherman Cooke, 1942-12-05, Hagley Digital Archives / [Ernest Howard Shepard ?] Démocraties, c. 1942, source inconnue, caricaturesetcaricature.com [Guillaume Doizy], Caricatures de Hitler, 4 août 2020

Le dessin soviétique qui suit illustre un communiqué de Staline publié en novembre 1943 : “Lorsque le bloc hitlérien est entré en guerre, il espérait une victoire rapide. Ils avaient déjà décidé à l’avance qui obtiendrait quoi : des tartes et des beignets, des bleus et des bosses. Il est clair que les bleus et les bosses étaient destinés aux adversaires, et les tartes et les beignets à eux-mêmes. Mais maintenant, il est clair que l’Allemagne et ses laquais n’auront pas de tartes et de beignets ; ils devront maintenant partager les bleus et les bosses”.
Le second dessin a été réalisé par le peintre, illustrateur et caricaturiste polonais Stanisław Dobrzyński. Il provient d’un recueil de 41 caricatures politiques intitulé Sein Kampf, publié à Jérusalem en 1944, en français et en anglais. Une première série de dessins illustrant les sept péchés capitaux d’Hitler ouvre ce recueil. La planche Avidité montre le dictateur agrippé au globe dans une posture que nous avons déjà remarquée et sur laquelle nous reviendrons. Il est possible que ces dessins aient été publiés dans la presse polonaise avant le déclenchement du conflit. Nous savons en effet que Dobrzyński a réalisé des caricatures et des strips antinazis en 1939, et probablement auparavant.
[Là encore, ce dessin aurait pu également être classé dans la catégorie ‘Personnages mangeant le globe’.]

Image 11-32 – Yevgeny Fedorovich Timofeev & Ivan Grigorievich Stepanov [gravure], When entering the war… Publishing House of Propaganda and Propaganda Department of the City Committee VKP [between 1943 and 1945], The Presidential Library [Russia] / Avidité, série ‘Les sept péchés capitaux de Hitler’, Sein Kampf, 41 caricatures politiques, Stanisław Dobrzyński, Wydawnictwo ‘W Drodze’, Jerusalem, 1944, p. 7. Kujawsko-Pomorska Digital Library (version en français / version en anglais)

12. Paix, fraternité

Les images rencontrées jusqu’à présent mettent toutes en scène des individus agressifs, belliqueux, dangereux, souvent des dictateurs. En bref, ce sont des personnages représentés négativement, et on l’aura remarqué, ce sont toujours des hommes ! Un petit nombre d’illustrations pourtant associent au globe des personnages qui ne sont pas caricaturés négativement et renvoient plutôt une image de paix et de fraternité. Il est temps ici de marquer une pause en examinant cette catégorie minoritaire, avant de reprendre ensuite l’analyse d’autres illustrations de personnages agressifs.

À la fin du 19e siècle, quelques cartes commerciales d’entreprises américaines mettent en scène le globe avec un angelot ou des bouteilles anthropomorphisées. La sphère terrestre symbolise et valorise les bienfaits universels de leurs produits.

Image 12-1 – I’ll put a girdle (of Willimantic Thread) round about the Earth in forty minutes, Willimantic Linen Co., Connecticut-Willimantic, chromolithography, trade card, 1881, Miami University Libraries – Digital Collections / Weather and medicine signals for daily reference, Dr. J.C. Ayer & Co., Massachusetts–Lowell, chromolithography, trade card, 1886, Miami University Libraries – Digital Collections

Pour le magazine Punch, Edward Linley Sambourne évoque allégoriquement l’Expedition Southern Cross, la première entreprise britannique d’exploration de l’Antarctique qui s’est déroulée de 1898 à 1900. Deux géants débonnaires figurant les pôles commentent le projet.

 

Image 12-2 – Edward Linley Sambourne, Far from the madding crowd – North Pole (to South Pole). ‘Don’t you worry yourself, old man. Why, they haven’t found me yet!’ [Arrangements are being made for a Southern Polar Expedition] [Loin des foules – Pôle Nord (au Pôle Sud). ‘Ne t’inquiète pas, mon vieux. Ils ne m’ont pas encore trouvé !’ [Des dispositions sont prises pour une expédition polaire dans le sud], Punch, August 6, 1898, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

Lors des deux guerres mondiales, la Croix-Rouge américaine a commandé des affiches à des illustrateurs pour ses campagnes de recrutement d’infirmières.
Vers 1917, Lawrence Wilbur en a réalisé plusieurs6. L’illustration présentée ici a été retenue pour figurer sur un timbre américain en 1930.
Vers 1942, c’est Haddon Sundblom, connu pour ses dessins du père Noël pour Coca-Cola ainsi que pour ses pin-ups, qui réalise une affiche.
Hormis quelques figures allégoriques, ce sont les seules représentations de femmes que l’on peut relever dans notre corpus !

Image 12-3 – Lawrence Wilbur, Join! The Greatest Mother, Red Cross poster, c. 1917, Vintage European Posters / Haddon Hubbard Sundblom, Red Cross Nurse, World War II poster, c. 1942, Bridgeman Images

Six semaines après la fin de la Première Guerre, le cartooniste américain Gustavo A. Bronstrup montre un ange qui déploie joyeusement une banderole sur la Terre pour fêter Noël. En arrière-plan, Mars le dieu de la guerre lui jette un regard courroucé.
Adolphe Willette, connu pour ses opinions antisémites, reprend deux ans plus tard le thème de la paix de Noël.

Image 12-4 – Gustavo A. Bronstrup, Peace on Earth, December 1918, Source : Wikimedia-Commons / Adolphe Willette, Noël ! Noël !, Le Rire, 25 décembre 1920, Gallica-BnF

La publicité de la société Philips illustre littéralement l’expression reconstruire le monde après la guerre.

Image 12-5 – Reconstruite le monde ! Philips, publicité, carte postale (?), c. 1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

La Croix-Rouge française de la Jeunesse (CRJ) a été constituée en 1922. Une carte postale sans doute éditée à cette occasion montre une ronde d’enfants encerclant le globe.

Image 12-6 – [Monique Couilleux Emporeil], Croix-rouge de la jeunesse, c. 1922, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Dans les années 1920 et 1930, même si la paix s’installe, la situation du monde inquiète les observateurs célestes bienveillants (pour Thomas Theodor Heine) ou elle les fait rire aux éclats (pour l’illustrateur français Jacques Touchet).

Image 12-7 – Thomas Theodor Heine, Zwei Jahre nach dem Weltkrieg – Die Furunkulose schreitet weiter fort [Deux ans après la Guerre mondiale – La furonculose continue de progresser], Simplicissimus, Heft 45 Seite 597, 2 Februar 1921 [PDF] / Jacques Touchet, Ridendo – Revue gaie pour le médecin, n° 5, 5 mars 1934, bdmedicales.com

Il est remarquable que la figure du personnage enserrant le globe soit parfois utilisée positivement – ainsi, en 1913, sur cette affiche pour un congrès d’espéranto ou bien encore sur une caricature russe à propos de la visite en Russie de Max Linder, considéré par un journal russe comme un symbole de l’internationalisme moderne.

Image 12-8 – Affiche pour le 9e congrès mondial d’espéranto à Berne, en 1913, Wikimedia Commons / Кумир на весь мир – Къ гастролямъ Макса Линдера [Idole pour le monde entier – La tournée de Max Linder], Как быстро толпа забывает кумиров… [Comme la foule oublie vite les idoles…], Journal Novoye Vremya, 1913, liveinternet.ru

En 1930, la couverture du magazine australien The Queenslander rend hommage à l’aviateur Charles Kingsford Smith qui vient de traverser l’Atlantique d’Est en Ouest, depuis l’Irlande jusqu’à Terre-Neuve. Elle montre le pionnier australien en combinaison de vol enserrant un globe terrestre. On peut voir derrière lui la constellation de la Croix du Sud, qui était aussi le nom de son avion [Southern Cross].
En 1937, un photomontage réalisé par l’artiste allemand John Heartfield illustre, comme la légende l’indique, l’union syndicale protégeant la paix du monde.

 

Image 12-9 – Garnet Agnew, illustrated front cover from The Queenslander, July 10, 1930, State Library of Queensland / John Heartfield, GEWERKSCHAFTSEINHEIT schützt den Frieden der Welt [L’Union des syndicats protège la paix du monde], Photomontage publié dans l’hebdomadaire Die Volks-Illustrierte (V.I), numéro 50, 15 décembre 1937, Graphimages – association onoma – page sur John Heartfield

13. Personnages mangeant le globe

Une autre série de dessins donne à voir une forme extrême d’accaparement du monde sous la forme de la dévoration du globe.

En 1813, une caricature allemande montre Napoléon dévorant le monde malgré la mise en garde de l’Aiglon.
En 1870, le peintre, photographe et illustrateur tchécoslovaque Karel Klíč signe une caricature dans le magazine satirique autrichien Der Floh. On y voit Bismarck qui mange le monde et se fait servir la tête de Marianne par Germania tandis que Napoléon III est sous la table.

Image 13-1 – Papachen, verdirb dir nur den Magen nicht! [Papa, ne gâche pas ton estomac !], c. 1813-1814, Deutsche Digitale Bibliothek / Karl Klic [Karel Klíč], Ein bürgerliches Trauerspiel [Une tragédie bourgeoise], Karikatur aus “Der Floh”), 1870, Wien Museum – Online Sammlung

En 1902, une caricature du journal de Chicago The Ram’s Horn montre un énorme monopole en train de sucer tout le jus du monde sous le regard d’une libre entreprise émaciée.
Dans le même esprit et la même année, un dessin de René Albert, qui signait également Abrene7, dénonce l’appétit démesuré de Jonathan Trust, une personnification des entreprises monopolistiques américaines.

Image 13-2 – He is taking all the juice, “Blasts” from The Ram’s Horn, The Ram’s Horn Company Chicago, 1902, p. 306, archive.org / René Albert, Jonathan Trust, l’ogre américain – Pendant que John Bull se casse les dents sur un morceau d’Afrique, son cousin Jonathan Trust, décidé à supprimer le latin, dévore peu à peu l’ancien monde, Le Charivari, 6 février 1902, Gallica-BnF

Les deux caricatures suivantes accusent à nouveau des monopoles ; le banquier J. P. Morgan sur le dessin de Jimmy Murphy, et la Grande-Bretagne personnifiée par John Bull qui se gave des ressources pétrolières du monde.

Image 13-3 – James Edward [Jimmy] Murphy, There ain’t goin’na be no core [Il n’y aura pas de noyau] [Le banquier J. P. Morgan], Murphy in Portland Journal, circa 1912, Seattle Book Company sur pinterest / The Champion Absorber, The San Francisco Chronicle, 1920, Mideast Cartoon History – 1920, Partition of the Ottoman Empire

Avant et durant la Première Guerre mondiale, la figure est utilisée par les caricaturistes Jean Villemot et Eugenio Colmo [qui signait Golia] pour dénoncer l’ambition dévorante de l’empereur Guillaume II.

Image 13-4 – Jean Villemot, Les Rois, Guillaume le petit glouton – Eh ! là, mon garçon… C’est un gâteau pour plusieurs !, L’Assiette au Beurre, 6 janvier 1906, Gallica-BnF / Golia [Eugenio Colmo], L’ingordo, trop dur [trop dur pour le glouton], caricature franco-italienne, 1915, Mary Evans Picture Library

Les dessinateurs de cartes postales ont également exploité la figure.

Image 13-5 – Astta, Les Boches. L’œil plus grand que le ventre. 14, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

 

Image 13-6 – [CH], François à Guillaume : N’en prends pas trop c’est indigeste !, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / Signe des temps, carte postale, 1917, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Un caricaturiste italien inconnu montre Dieu lui-même qui met en garde Guillaume II contre l’indigestion.

Image 13-7 – Bada, potrebbe farti indigestione [Attention, cela pourrait vous donner une indigestion], c. 1915, The Reluctant Internationalists research project, First World War postcards, By Ana Antic, Published 30 December 2013

En 1935, dans le journal Le Populaire, le caricaturiste socialiste Robert Fuzier a également exploité la figure en représentant un Mussolini glouton.
Phil Bard, le dessinateur militant du Daily Worker, l’organe du Parti communiste des USA, l’a lui aussi employé, mais avec la troïka Hitler, Mussolini et Hirohito.

Image 13-8 – Robert Fuzier, Au fou ! Mussolini – Chiche que je « bouffe » tout !, Le Populaire, 2 septembre 1935, p. 1, Gallica-BnF / Phil Bard, Just an appetizer, The Daily Worker, No. 254, October 22, 1935, p. 6, marxists.org [PDF]. Reproduit sous le titre ‘Leur appétit’ (du Daily Worker, organe du P. C. américain), La Vie ouvrière, 8 novembre 1935, p. 9, Gallica-BnF

En 1936, Georges Bastia montre Hitler voulant gober le monde entier d’un coup. La caricature est similaire à celle d’Astta publiée durant la Première Guerre (voir Image 13-5). La couverture aura un grand succès et le journal Juvénal la reprendra trois fois de 1938 à 1940, avec des titres différents.
Sur le dessin du journal satirique suisse Nebelspalter, Hitler semble plus policé, mais avec son comparse Mussolini, il ne s’en délecte pas moins du monde comme d’une simple boulette.

Image 13-9 – Georges Bastia, Hitler – Plus de beurre… mais nous avons néanmoins de l’appétit… Juvénal, 7 novembre 1936, Gallica-BnF. Dessin repris le 8 octobre 1938 (Gallica-BnF), le 28 octobre 1939 (Gallica-BnF), le 18 mai 1940 (Gallica-BnF) / Intimes von einer Entrevue – « … meinsch, mir möged dä Chnödel ? » [Intimité d’une entrevue – « homme, nous aimons cette boulette » (avec un accent)], November 1937: Hitler und Mussolini teilen sich die Welt auf [Hitler et Mussolini divisent le Monde], Karikaturen des Nebelspalter 1932-1948 – Hitler und Stalin aus Sicht der Schweiz, Präsentation von Michael Palomino (2006)

Créées en 1941, les ‘fenêtres Tass’ étaient une série d’affiches de propagande soviétique appelant à la défense de la patrie. C’était un type spécial d’affiche à petit tirage, réalisée non pas par impression, mais à la main8.
À la fin de la guerre, le caricaturiste soviétique Pavel Sokolov-Skalia reprend sur l’une de ces affiches l’image du dictateur vorace ; il se jette sur le monde et finit empalé par les baïonnettes de l’URSS.
Le caricaturiste canadien John Collins quant à lui dépeint le führer surpris par les Alliés et les Russes qui sortent du globe qu’il s’apprêtait à croquer comme une pomme.

Image 13-10 – Pavel Petrovich Sokolov-Skalia, Окно ТАСС, Плакат № 863. « Не до жиру, быть бы живу » [Affiche ‘Fenêtre TASS’ n° 863, « Il ne s’agit pas d’être gras, il s’agit d’être en vie »], 1944. Blog du musée historique, Sokolov-Skalia : pour l’anniversaire de l’artiste, publié le 03.07.2020 par Anna Filatova. Affiche utilisée dans le film fixe Добьём зверя [Tuons la bête], 1944 / John Collins, World Conquest, c. 1944, Tall Boots in Arts, John Collins caricatures, 13 February 2012

14. Globe et animaux

Une autre forme d’accaparement du monde met en scène non plus des humains mais des animaux humanisés. Le plus souvent, le personnage qui figure à côté ou accroché au globe possède un corps animal ou des attributs caractéristiques d’un animal et une tête humaine. Le bestiaire relevé dans le corpus comporte une quinzaine d’animaux différents et quelques monstres.

Pieuvre

L’animal le plus représenté est incontestablement la pieuvre.

En 1888, Victor Gillam dénonce l’Angleterre libre-échangiste sous la forme d’un John Bull aux multiples bras accrochés au monde qui le font ressembler à une pieuvre, tandis que la lumière du protectionnisme éclaire les États-Unis.
En 1902, John Davison Rockefeller, le fondateur de la Standard Oil, est représenté en pieuvre pour figurer le trust du pétrole qui “enserre le monde entier dans ses puissantes tentacules”.

Image 14-1 – Victor [Victor Gillam], Free Trade England Wants the Earth [L’Angleterre libre-échangiste veut la Terre], Judge Magazine, October 27, 1888, Wikimedia Commons / La Pieuvre qui enserre le Monde [The Octopus Who Strangles the World], cartoon from ‘The Minneapolis Times’, circa 1902, reproduced in Lectures Pour Tous, 1902-03, Private Collection, Archives Charmet-Bridgeman Images, Mediastorehouse

Durant la Première Guerre, c’est à nouveau l’impérialisme britannique qui est visé dans une caricature de la revue italienne Il Mulo, reproduite dans Le Rire, et dans le dessin de couverture de Simplicissimus, signé Olaf Gulbransson, où un chevalier (teutonique ?) tente de libérer le monde d’une pieuvre arborant l’Union Jack.

Image 14-2 – Il mostruoso polipo inglese [La monstrueuse pieuvre anglaise], Il mulo : periodico settimanale anticanagliesco, Num. N. 42, 18 Ottobre 1914, Biblioteca nazionale centrale di Roma – Archivio digitale. Image reproduite dans Le Rire, 13 février 1915, p. 11, Gallica-BnF / Olaf Gulbransson, Der Weltbefreier [Le libérateur du monde], Simplicissimus, Heft 3 Seite 29, 17 April 1917 [PDF]

Dans l’immédiat après-guerre, c’est encore l’impérialisme, cette fois américain, que fustige Leonard Shields dans un dessin paru dans le London Magazine et repris dans l’hebdomadaire berlinois Welt-Echo.
En 1921, le peintre, illustrateur et écrivain d’origine polonaise Georges d’Ostroya se moque des difficultés du premier ministre britannique Lloyd George avec les dominions de l’empire.

Image 14-3 – Leonard Shields, Jonathan macht das Rennen [Jonathan fait la course ; source : London Magazine], Welt-Echo: Eine politische Wochenschau, 23. Oktober 1919, Nr 43., p. 8, Digital Library Biblioteka Elbląska Im. Cypriana Norwida / George d’Ostroya, Les dominions récalcitrants, Le Clairon [dirigé par Émile Rouxeville], 1921 [sans autre précision], source : Dico Solo, Aedis, 2004, p. 175

Dans les années 1930, les dessinateurs allemands exploitent la figure de la pieuvre dans d’autres contextes. Erich Schilling illustre la crainte envers l’impérialisme japonais, et Josef Plank dit ‘Seppla’, l’un des principaux caricaturistes nazis en Allemagne de 1935 à 1945, commet une caricature antisémite et anti-britannique en représentant une pieuvre avec la tête de Churchill, une étoile de David sur la tête, enserrant le globe dans ses tentacules.

Image 14-4 – Erich Schilling, Der japanische ‘Gehirntrust’ und wie er sich auszuwirken gedenkt [Le ‘trust cérébral’ japonais et la manière dont il prévoit d’agir], Simplicissimus, Heft 44 Seite 517, 27 Januar 1935 [PDF] / Anti-Semitic cartoon by Seppla (Josef Plank) – An octopus with a Star of David over its head has its tentacles encompassing a globe, circa 1938, United States Holocaust Memorial Museum, voir aussi Churchill and the Great Republic Exhibition (Library of Congress)

Les illustrations suivantes sont extraites de deux ouvrages aux positions politiques opposées, publiés tous deux en 1938.
Le premier est un pamphlet réalisé par le Service des bibliothèques catholiques américaines ; sa couverture “dépeint le communisme comme une pieuvre avec ses tentacules et le visage de Staline. L’une d’elle entoure totalement l’Espagne, les Soviétiques ayant été fortement impliqués dans la guerre civile au côté des républicains9.
Le second est un livre de l’écrivain Henry C. Wolfe qui développe l’un de ses articles publié en 1937 dans la revue The Atlantic. Sous le titre “La pieuvre allemande”, il décrit la situation politique critique des petits pays de l’Europe de l’Est qui sont menacés par une future agression allemande.

Image 14-5 – [Artist unknown], How Communism Works, a 1938 anti-communist pamphlet from the Catholic Library Service in the United States, Les cartes de propagande (24 juillet 2017), Carnet Néocarto (Nicolas Lambert et Françoise Bahoken) sur Hypotheses.org / [Artist unknown], Henry C. Wolfe, The German Octopus – Hitler bids for world power, Published by ‘The Atlantic Monthly’, U.S.A., 1938, Mideast Cartoon History – 1938, The Calm Before the Storm

Au début de la guerre, plusieurs caricatures d’Hitler en pieuvre ont été publiées.
Le premier dessin provient d’une publication française inconnue et a été réalisé par un artiste également inconnu.
Le second est signé du caricaturiste canadien John Collins.

Image 14-6 – [Artist unknown], “Adolf Hitler” (c. 1935–39). France : cartoon caricature from publication, The Nib – In Their Grasp, Posted on January 15, 2021 / John Collins, Where Will He Grab Next?, c. 1939, The McCord Museum, Canada

En 1943, le thème de l’impérialisme britannique est à nouveau illustré par Giulio Bertoletti, dessinateur qui produira après-guerre des bandes dessinées d’amour (romance comics italiens, à la manière des romans-photos).

Image 14-7 – Giulio Bertoletti, Pax Britannica. Caricatura di John Bull, personificazione dell’Inghilterra, dal cui collo partono dei tentacoli che avvolgono il globlo terrestre perforandolo e causando ferite sanguinolente [Caricature de John Bull, personnification de l’Angleterre, d’où partent des tentacules qui s’enroulent autour du globe en le perforant et en provoquant des blessures sanglantes. Affiche de propagande], 1943, Catalogo generale dei Beni Culturali

Lion

Symbole de la monarchie puis de l’Empire britannique, le lion apparaît associé au globe terrestre dans plusieurs caricatures allemandes.

En 1926, Wilhelm Schulz prend parti pour les ouvriers anglais lorsqu’il illustre la grève générale au Royaume-Uni ; un ouvrier tente de dompter le lion britannique qui domine le monde avec une bombe attachée à la queue.

Image 14-8 – Wilhelm Schulz, Streik in England – Ich will doch mal sehen, ob ich das hochmütige Tier zur Raison bringe [Grève en Angleterre – Je vais voir si je peux faire entendre raison à cet animal orgueilleux], Simplicissimus, Heft 8 Seite 101, 24 Mai 1926 [PDF]

Durant la Seconde Guerre, Olaf Gulbransson campe un lion britannique décrépi et apeuré qui s’agrippe difficilement au globe terrestre ensanglanté, et Wilhelm Schulz dépeint l’ours soviétique qui veut détrôner le lion britannique de la domination du monde.

Image 14-9 – Olaf Gulbransson, Altersschwäche – “Verdammt, meine Beine werden immer schwächer und früher bin ich doch so sicher auf der Kugel gestanden!” [Vieillissement – “Bon sang, mes jambes s’affaiblissent de plus en plus, pourtant avant, je me tenais si sûrement sur la balle !”], Simplicissimus, Heft 18 Seite 288, 29 April 1942, p. 16 [PDF] / Wilhelm Schulz, Der Kampf um die Kugel – “Herunter von der Kugel, jetzt werde ich einmal die Welt-Attraktions-Nummer übernehmen!” [La bataille pour le globe – “Descendez du globe, maintenant je vais prendre en charge le numéro d’attraction du monde !”], Simplicissimus, Heft 2 Seite 15, 12 Januar 1944, p. 15 [PDF]

Ours

L’ours en effet figure bien sûr la puissance de l’empire russe puis celle de l’Union soviétique. C’est un autre animal, symbole d’un pays, parfois associé au globe terrestre. On l’observe à propos de la Seconde guerre anglo-afghane en 1878-1880, et en mai 1939 lorsque le dessinateur Olaf Gulbransson représente Neville Chamberlain traçant des cercles autour de l’Italie (allusion possible à la crainte d’une réaction des Soviétiques à la suite de l’invasion italienne de l’Albanie en avril 1939).

Image 14-10 – The Russian bear on the move, The Second Anglo-Afghan War, 1878-1880, c. 1880, Mideast Cartoon History – Cyprus Under British Flag, 1878 / Olaf Gulbransson, Der störrische Sowjet-Bär – “Stör mir meine Kreise nicht!” [L’ours soviétique têtu – “Ne dérange pas mes cercles !”], Simplicissimus, Heft 21 Seite 249, 28 Mai 1939 [PDF]

Aigle

À l’image du lion et de l’ours, l’aigle, symbole de l’Allemagne, est parfois associé au globe.
Durant la Première Guerre mondiale, l’aigle est fréquemment en mauvaise posture face au coq français.

Image 14-11 – Lorsque le Coq gaulois, de son bec héroïque, Aura crevé les yeux de l’Aigle germanique, Nous entendrons son chant vibrer au clair soleil. Henri de Régnier, 1914, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

En 1938, Juvénal consacre deux couvertures au motif de l’aigle nazi menaçant le monde.
Sur la première, signée Luis, l’aigle projette la croix gammée sur l’ensemble du monde. Le dessin a été republié sous un autre titre en 1939 après la déclaration de la guerre.
La seconde couverture que l’on doit à Robert Dansler précise les cibles du Troisième Reich, directes (Tchécoslovaquie) ou indirectes (Espagne, Chine-Manchukuo).

Image 14-12 – Luis, L’Ombre, Juvénal, 18 juin 1938, Gallica-BnF. Dessin repris le 9 décembre 1939 avec le titre ‘Il faut l’abattre’, Gallica-BnF / R. Dan [Robert Dansler], La Griffe, Juvénal, 9 juillet 1938, Gallica-BnF

Cochon

Comme la pieuvre, la plupart des animaux associés au globe ne sont pas symboles d’un pays.
C’est le cas du cochon que l’on retrouve dès 1885 dans un dessin en deux épisodes de Thomas Nast.
Sur la première image, Bismark donne à un garçon un morceau du globe représentant la Nouvelle-Guinée. Sur la seconde image, dans un geste similaire, un cochon en uniforme allemand offre la Nouvelle-Guinée à un autre cochon représentant John Bull qui tient l’Égypte au bout de sa fourchette et une bonne partie du globe sur ses genoux. Les superficies mentionnées en haut du dessin enfoncent le clou : le gourmand est bien plus l’Empire britannique que l’Empire germanique.

Image 14-13 – Thomas Nast, The greedy boy [Le garçon gourmand] – The greedy. Which ? [Le gourmand. Qui ?], Harpers Weekly, Nr. 1468, 07.02.1885, Seite 96, dilibri – Rheinland-Pfalz

Une caricature de 1895 montre le ‘véritable Lion britannique’ sous la forme d’un cochon vautré sur le monde. L’année suivante, un dessin dénonce le capitalisme monopolistique, représenté avec une tête de cochon. Un homme en guenilles l’accuse de voler la Terre et tente de l’en empêcher.

Image 14-14 – “The Real British Lion,” 1895 cartoon from the New York Evening World. Reprinted in Norton, et.al., A People and a Nation: A History of the United States, 3rd edition. (Boston: Houghton Mifflin Co., 1990), 645, University of Michigan University Library, David J. Staley, An Associative Assemblage of the History of Globalization / Stop Thief ! He wants the Earth [Arrêtez le voleur ! Il veut la Terre], The Ram’s Horn, April 18, 1896, Oxford Academic, Healthy, Wealthy, and Fair: Health Care and the Good Society, James A. Morone (ed.), Lawrence R. Jacobs (ed.), Conclusion: Prospering in the Age of Global Markets [abstract]

Araignée

L’araignée est utilisée à plusieurs reprises et dans des contextes très différents pour stigmatiser la Grande-Bretagne.

Image 14-15 – Affiche ‘L’Entente Cordiale’, 1915, The Library of Congress. Existe aussi en carte postale, cf. Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent / Fips [Philipp Rupprecht], Die Kreuzspinne [L’araignée croisée], Der Stürmer, August 1940, source archive.org

Dans les années 1930, la propagande antisémite exploite la figure de l’araignée.

Image 14-16 – La Conspiration de l’Univers, Le Juif Talmudiste, A. Rohling [the Talmudist Jew]. Brussels, 1936. First edition, Kedem Auctions

Chien, phoque

Le chien est également un symbole de l’Angleterre, utilisé sur ces deux dessins selon des points de vue opposés.

Image 14-17 – It Will Be a Far Far Better World Soon Dear!, Collection of [Anti] Nazi Propaganda Postcards by Daniel D. Teoli Jr., archivist, archive.org / Affiche du Secrétariat d’État à l’Information, vers 1942. In Françoise Passera, La propagande anti-britannique en France pendant l’Occupation, LISA e-journal, Vol. VI – n°1 | 2008

Le phoque est, plus rarement, un autre symbole de l’Angleterre.

Image 14-18 – Fips [Philipp Rupprecht], Der britische Seehund [Le phoque britannique], Der Stürmer, Dezember 1939, source archive.org

Serpent

Tour à tour, selon les époques et les médias, le serpent dominant le globe peut symboliser l’Empire britannique, les Communistes ou les Nazis.

Image 14-19 – Frei, wie des Meeres Moge […] Friede auf Erden !, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 68, 22 maja [mai] 1936, no 22, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie / Strube, The Daily Express, July 7, 1941, Mideast Cartoon History – 1941, Battle for the Middle East

Autres animaux

Plus occasionnellement, d’autres animaux ont été associés au globe. Le singe, notamment.
En 1919, un journal londonien présente un bolchevique (indéterminé) sous les traits d’un singe, en faisant allusion à Darwin. Et en 1944, John Heartfield assimile Hitler à un singe.

Image 14-20 – Pronostics du Bystander (Londres) sur le Bolchevisme, Rubrique “Le Rire à l’étranger”, Le Rire, 22 novembre 1919, p. 17, Gallica-BnF / John Heartfield, Fotomontage für den Gedichtband ‘Und sie bewegt sich doch! Freie Deutsche Dichtung’ (1943) [Photomontage pour le recueil de poèmes ‘Et pourtant elle bouge ! Poésie allemande libre’’(1943)], Akademie der Künste, Berlin, Kunstsammlung: John Heartfield, Nr. 706

On se souvient qu’en 1903 Leal da Câmara s’était moqué des diplomates (entre autres) dans un numéro spécial de L’Assiette au beurre (voir Image 11-8). Il réitère l’année suivante en couverture du même magazine en dessinant un perroquet en grand habit de diplomate tenant le globe dans l’une de ses pattes.
Durant la Première Guerre mondiale, le peintre et illustrateur Franc Malzac est directeur artistique du journal de tranchées L’Écho des gourbis, créé par Jules Lafforgue. Il réalise pour ce journal plusieurs illustrations dont l’une qui représente Guillaume II en paon, enserrant dans ses pattes le globe terrestre qui saigne.

Image 14-21 – Leal da Câmara, Les Diplomates, L’Assiette au Beurre, 11 juin 1904, Gallica-BnF / Franc Malzac, Carte de l’Écho des Gourbis [131e Territorial, sect. 53] (dessinées au Front), 1914-1916. 10. Le paongermanisme, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

En 1934, Staline, Hitler et Mussolini sont caricaturés en mouches qui s’agitent autour du globe dans le magazine catholique Le Pélerin.
En 1941, le cartooniste américain Charles Werner fustige le militarisme européen représenté sous la forme d’un immense ver affamé et agressif, coiffé d’un casque à pointe.

Image 14-22 – Les mouches du coche, Pélerin, Juillet 1934, source : caricaturesetcaricature.com [Guillaume Doizy], Caricatures de Hitler, 4 août 2020. Voir aussi sur bridgemanimages.com / Charles (Chuck) Werner, Army Worm!, June 25, 1941, Coppola Collection, LSA – College of Literature, Science, and the Arts, University of Michigan

Illustrateur régulier pour le journal Fliegende Blätter, le peintre et écrivain Josef Mauder dessine en 1943 une autruche coiffée d’un chapeau américain, tentant d’avaler le globe.

Image 14-23 – Josef Mauder, Aus USA der Straußenhahn hat einen großen Magen, doch diese hier ist Größenwahn, das wird er nicht vertragen! [L’autruche venue des États-Unis a un grand estomac, mais elle a la folie des grandeurs, elle ne le supportera pas !], Fliegende Blätter, 1943, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

Pluralité d’animaux

Conçue dès 1942 dans la clandestinité et publiée à la libération, la bande dessinée La bête est morte ! est une satire de la Seconde Guerre mondiale où les différents protagonistes ou pays sont représentés par des animaux – Hitler est Le Grand Loup en Fureur, Staline est Le Grand Ours, Mussolini est L’Hyène à peau de Louve, les Britanniques sont des Bull-dogs, les Américains des Bisons, etc. Un procédé similaire sera utilisé par Art Spiegelman dans son roman graphique Maus. L’ouvrage a été publié initialement en deux volumes. Le scénario est de Victor Dancette et Jacques Zimmermann. Les dessins de Calvo ne comportent pas de phylactères, et le texte de Dancette qui les accompagne raconte pour l’essentiel le déroulement du conflit en Europe. Le second volume consacre néanmoins quelques pages à la guerre du Pacifique où les Japonais sont assimilés au peuple des Singes jaunes…
Vers la fin du premier volume, une double page illustre l’ampleur mondiale du conflit en représentant différents animaux belligérants sur le globe terrestre.

Image 14-24 – La bête est morte ! La guerre mondiale chez les animaux, dessins de Edmond-François Calvo, scénario de Victor Dancette et Jacques Zimmermann, 1944, réédition Futuropolis 1977, (c) Gallimard 1995, p. 27

Monstres

Durant la Première Guerre mondiale, un artiste suisse a dessiné une carte postale où un monstre dinosaurien apparaît accroché au globe, comme un symbole de la terreur qui s’abat sur le monde entier.

Image 14-25 – [E. Sollberger], Der Weltschreck. Terreur mondiale, carte postale suisse, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Parfois, c’est la figure archétypale du ‘Hun’ qui est représentée sous une forme monstrueuse comme sur le dessin de l’artiste australien Norman Lindsay, ou l’empereur Guillaume II lui-même comme sur la carte postale de S. Morinet.

Image 14-26 – Norman Lindsay, 1918 propaganda poster featuring the German “Hun”, ‘The Thing We Fight’ by Claire Hunter, 28 February 2018, Australian War Memorial / S. Morinet, Le vampire terrestre, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

En 1931, le peintre et illustrateur Willibald Krain signe dans le journal satirique socialiste Der wahre Jakob un étrange dessin où la Grande Dépression est figurée sous la forme d’un monstrueux poulet au cou sectionné qui prend appui sur l’ensemble du monde.
En 1934, la caricature du journal polonais Mucha est moins énigmatique et rappelle que le monstre de la guerre mondiale menace à nouveau.

Image 14-27 – Willibald Krain, Die Weltwirtschaftskrise [La Grande Dépression], Der wahre Jakob, illustrierte Zeitschrift für Satire, Humor und Unterhaltung, Nr. 4, 14 Februar 1931, p. 14, Heidelberg historic literature – digitized / Międzynarodowa bestja – Nie mam szczęścia! Już myślalem, że mi się tak dobrze uda, jak w 1914 r. po morderstwie austrjackiego księcia Ferdynanda w Serajewie a tu, jak dotad, nic [La bête internationale – Je n’ai pas de chance ! Je pensais déjà réussir aussi bien qu’en 1914 après l’assassinat du prince autrichien Ferdinand à Sarajevo, et là, pour l’instant, rien], Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 66, 26 października [octobre] 1934, no 44, p. 4, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie

En 1943, Olaf Gulbransson présente dans Simplicissimus une sorte de monstre affublé d’un caleçon aux couleurs américaines, gobant le globe sous les yeux d’un Roosevelt plein de morgue.

Image 14-28 – Olaf Gulbransson, Der Künstler am Werk – Sehen Sie, so stelle ich mir den Frieden vor! [L’artiste à l’œuvre – Vous voyez, c’est ainsi que j’imagine la paix !], Simplicissimus, Heft 5 Seite 76, 3 Februar 1943, p. 76 [PDF]

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2023, 22 août). Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (3/4). Déjà Vu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nia3

  1. Guillaume Doizy, Édouard Drumont et La Libre parole illustrée : la caricature, figure majeure du discours antisémite ?, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 135 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017. []
  2. Voir Jérôme Schweitzer, N comme NICOTINE, Quand fumer alimentait la propagande (1941), La Revue de la BNU [En ligne], 9 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014. []
  3. Juan Manuel González Martel, El japonismo bélico de Adaramakaro y Leal de Câmara, máscaras samuráis y lusitanas de la ilustración modernista. L’assiette au beurre (París, 1904), Journal of Hispanic Modernism, Issue 2, 2011. []
  4. Voir néanmoins la notice Cartes postales suisses interdites par la censure par John Grand-Carteret, Le musée et l’encyclopédie de la guerre ; recueil mensuel illustré de documents et pièces rares. Publié avec le concours des amateurs, collectionneurs, chercheurs, historiens, archivistes, bibliothécaires français, alliés, neutres, n° 7, 31 août 1917, p. 147, sur archive.org. []
  5. Au passage, ce dessin illustre la couverture de l’édition récente du livre de Jacques Bainville, Les Dictateurs, Perrin, collection Tempus, 2019, paru initialement en 1935. []
  6. La Library Of Congress propose deux autres affiches de Wilbur, ici et , mais curieusement pas celle avec le globe. []
  7. Source Dico Solo, p. 732. []
  8. Voir l’article Окна ТАСС sur Wikipedia/Ru. []
  9. Les cartes de propagande (24 juillet 2017), Carnet Néocarto (Nicolas Lambert et Françoise Bahoken) sur Hypotheses.org. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search