Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (2/4)

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]

6. Atlas

Selon la mythologie grecque, Atlas est un Titan condamné à soutenir la voûte céleste. Sans s’embarrasser de nuances, bon nombre d’illustrateurs ont allégé son fardeau initial en le remplaçant par la Terre.

Au début du 19e siècle, Charles Williams est caricaturiste en chef pour le principal éditeur britannique Samuel William Fores qui était lui-même illustrateur. Il dessine en 1806 un groupe de politiciens britanniques du parti Whig ; ce sont des Atlas modernes qui chancellent sous le globe “State of the Nation” de leur propre formation, une sphère formée de continents et océans aux noms évocateurs des tribulations politiques.
En 1813, dans une caricature allemande, Napoléon grimpe une échelle bancale dont les barreaux portent les noms de ses différentes campagnes ; il prétend se substituer à Atlas en demandant aux dieux de rester en arrière.

Image 6-1 – S.W. Fores & Charles Williams (Argus), Modern Atlas’s Tottering under a Globe of their own Formation!!, 1806, Victoria and Albert Museum / Plan zur Universalmonarchie… Verdammte Götter bleibt zurück! [Plan pour une monarchie universelle… Maudits dieux, restez en arrière !], 1813, Deutsche Digitale Bibliothek et Stadtgeschichtliches Museum Leipzig

Thomas Nast ne quitte pas la mythologie en imaginant que la Terre est un énorme boulet de canon qu’Atlas est en train de charger, avec l’aide du dieu de la guerre Mars et sous le regard du dieu Mercure.

Image 6-2 – Thomas Nast, The advanced age. Mercury. “What under the sun are you doing?” Mars. “Mortals will make such big guns, and this is the consequence.”, Harpers Weekly, Nr. 1064, 19.05.1877, Seite 381, dilibri – Rheinland-Pfalz

L’allégorie mythologique est également utilisée par le caricaturiste français Crac qui représente Léon Gambetta portant les différents dossiers cruciaux du monde.
Le cartooniste américain Louis Dalrymple adopte également l’allégorie en imaginant l’économiste Henry George soutenant le fugace United Labor Party en s’appuyant sur ses théories jugées ‘vaporeuses’ plongées dans les nuages.

Image 6-3 – Crac, Le nouvel Atlas en simili, Le Triboulet, 18 décembre 1881, p. 9, RetroNews-BnF / Louis Dalrymple, A Tough Job for the Atlas Of The United Labor World – Henry George, Puck, 1886, HenryGeorge.org

En 1885, Draner [Jules Renard] fait allusion dans Le Charivari à deux crises en Asie : l’incident du Pandjeh entre la Russie et l’Afghanistan alors contrôlé par la Grande-Bretagne, et la guerre franco-chinoise. L’activité guerrière dans cette partie du monde déséquilibre le pauvre Atlas.

Image 6-4 – Draner [Jules Renard], Ce pauvre Atlas ! – Ah ! Mais… si tout le monde se porte par là, plus d’équilibre possible, Le Charivari, 14 avril 1885, p. 72, Gallica-BnF

Le caricaturiste politique Udo Keppler a plusieurs fois exploité le motif d’Atlas : en 1899, John Bull et l’Oncle Sam portent la Terre tandis qu’un ange de la paix la survole ; en 1905, un étudiant de l’année propose à Atlas de se charger du monde ; en 1911, un vieil Irlandais soutient le globe sur lequel l’Irlande prend toute la place d’un hémisphère.

Image 6-5 – Udo J. Keppler, “–and peace shall rule”, Puck, v. 45, no. 1156, (1899 May 3), centerfold, The Library of Congress / Udo J. Keppler, The June Proposition – Class of ‘05. – I’ll relieve you of that now, Atlas, old man. Puck, v. 57, no. 1477 (1905 June 21), cover, The Library of Congress / Udo J. Keppler, On the seventeenth — the Irishman’s idea of Atlas, Puck, v. 69, no. 1776 (1911 March 15), cover, The Library of Congress

Au début du 20e siècle, le banquier américain John Pierpont Morgan est le financier et homme d’affaires le plus puissant du monde. Il fait l’objet de nombreuses caricatures dans la presse. Sur celle-ci, dont l’origine précise est inconnue, il figure en nouvel Atlas, portant le monde où apparaissent ses industries florissantes.

Image 6-6 – Mr. Morgan as the New Atlas – By 1901, J. Pierpont Morgan assumed the title of “The Most Powerful Economic Force On The Planet”!, Source : Marc J. Seifer, Nikola Tesla: The Lost Wizard, Reprinted from: ExtraOrdinary Technology (Volume 4, Issue 1; Jan/Feb/Mar 2006)

Le point de vue est très différent sur ces cartes postales allemandes publiées vers 1910. Le sujet est identique sur les deux versions. Un travailleur porte le monde sur lequel sont assis un curé, un capitaliste et un militaire, manifestement réjouis de leurs positions confortables. Un quatrième homme indéterminé figure de dos. Ces cartes appartiennent vraisemblablement à une série éditée à l’initiative d’un parti ou d’un groupe politique, probablement communiste.

Image 6-7 – Carte postale allemande, Was der Arbeiter trägt und erhalten muss [Ce que le travailleur porte et doit recevoir], c. 1910, source : site de vente de cartes postales akpool.de / Autre version, source : site de vente en ligne tchèque aukro.cz

Au début de la Première Guerre mondiale, un dessin du cartooniste américain Fred Buchanan exprime la mauvaise humeur d’Atlas qui se plaint du Kaiser en furie, brandissant la foudre et un sabre.
Pour le caricaturiste Gabriele Galantara, à la une de L’Asino, le Kaiser utilise cette-fois le globe comme un trône, et ce sont les autres pays qui supportent péniblement le poids du monde et de ses prétentions.

Image 6-8 – Fred Buchanan, Atlas: Oh won’t someone please quiet him ? He’ll upset the whole thing soon [Quelqu’un pourrait-il le faire taire ? Il va bientôt tout chambouler], Cartoon, c. 1914, mediastorehouse.com / Rata Langa [Gabriele Galantara] Deutschland über alles! – L’idée-fixe du fou-criminel ; Guillaume : Dieu me l’a donnée et… je m’assieds dessus !, L’Asino, 28 Febbraio 1915, archive.org

Après la guerre, en couverture de Simplicissimus, Thomas Theodor Heine se plaint des conséquences pour l’Allemagne du traité naval de Washington signé en 1921. Un minuscule Allemand apparaît complètement écrasé par le globe sur lequel des mains géantes appuient.

Image 6-9 – Thomas Theodor Heine, Das Resultat von Washington – 1. Es wird weiter gerüstet. 2. Deutschland hat nicht nur die Arbeitslast, sondern auch die Arbeitslosenunterstützung fur die gange Welt zu tragen [Le résultat de Washington – 1. La préparation (de l’armement) se poursuit. 2. L’Allemagne doit non seulement supporter la charge du travail, mais aussi les allocations de chômage pour le reste du monde], Simplicissimus, Heft 35 Seite 453, 23 November 1921 [PDF]

Dans les années 1930 et durant la Seconde Guerre, Olaf Gulbransson a dessiné plusieurs Atlas pour Simplicissimus. Ses dessins accablent les Alliés et particulièrement Winston Churchill.

Image 6-10 – Olaf Gulbransson, Der deutsche Sport – Deutschland hat bei den Olympischen Spielen die Goldmedaille für Gewichtheben gewonnen – Kein Wunder, da es eine Welt von Elend zu fragen gewohnt ist! [Le sport allemand – l’Allemagne a remporté la médaille d’or de l’haltérophilie aux Jeux olympiques – Pas étonnant, car elle est habituée à demander à un monde de misère !], Simplicissimus, Heft 23 Seite 267, 4 September 1932, p. 267 [PDF] / Olaf Gulbransson, Atlas hat genug! [Atlas en a assez : Depuis quatre cents ans déjà, je porte le monde entaché de la maladie anglaise ! Cette fois, je le laisse nettoyer chimiquement !], Simplicissimus, Heft 37 Seite 433, 15 September 1940 [PDF]

Image 6-11 – Olaf Gulbransson, Roosevelts Morgengymnastik – Der Präsident trainiert für seine zukünftige Rolle als Atlas [La gymnastique matinale de Roosevelt – Le président s’entraîne pour son futur rôle d’Atlas], Simplicissimus, Heft 52 Seite 832, 23 Dezember 1942, p. 16 [PDF] / Olaf Gulbransson, Zukunftstraum der Atlasse – “Jeder soll die Stützpunkte erhalten, die er sich verdient hat!” [Le rêve d’avenir des Atlas – “Chacun devrait recevoir les bases qu’il mérite !”], Simplicissimus, Heft 37 Seite 421, 13 September 1944 [PDF]

Dès 1933, une caricature d’Hitler, affublé en clown, stigmatise les prétentions du dictateur. Dix ans plus tard, c’est un Atlas totalement hors du contexte de la guerre en cours, débonnaire et discutant avec Mercure, que dessine Jean Effel.

Image 6-12 – Deutschland über alles – Sans blague !, Bec et Ongles, n° 85, Samedi 23 Septembre 1933, Gallica-BnF / Jean Effel, Atlas, Lithographie signée, 1943, Source : eBay et Solo, Dico Solo – Plus de 5000 dessinateurs de presse & 600 supports en France de Daumier à l’an 2000, Aedis, 2004, p. 264

7. Écrasés par le monde

Dans les images de la catégorie précédente, plusieurs personnages en postures d’Atlas semblent presque écrasés sous la charge du globe. L’écrasement effectif d’un personnage est cependant rarement représenté.

En 1814, une caricature allemande montre Napoléon qui trébuche sur des ossements ; il est sur le point d’être écrasé par un globe couvert d’une multitude de soldats armés et brandissant des drapeaux.
En 1870, une curieuse illustration tchèque est composée de quatre dessins formant deux strips verticaux. Sur le premier strip, Bismarck apparaît exalté sur le globe, il perd l’équilibre et se retrouve écrasé. Sur le second strip, il joue la comédie, défonce le plancher et se retrouve en fosse.

Image 7-1 – Das Lied vom Ende. “Helft, die große Kugel erdrückt mich!” [La chanson de la fin. “Aidez-moi, la grosse boule m’écrase !”], c. 1814, Five Colleges and Historic Deerfield Museum Consortium et Stadtgeschichtliches Museum Leipzig / [Artiste inconnu], Kdo se povysuje, bývá ponizen [Celui qui s’exalte est humilié] – Komedie [Comédie], c. 1870, Wien Museum – Online Sammlung

En 1901, dans Kladderadatsch, le peintre et caricaturiste Ludwig Stutz représente John Bull tenant le monde en équilibre sur son nez, mais qui se retrouve finalement écrasé.
[À noter que ce dessin aurait pu également être classé dans la catégorie ‘Globe-jouet’]

Image 7-2 – Ludwig Stutz, Die ganze Weltkugel ein englischer Plumpudding – Leider scheint das Kunststück nicht zu gelingen [Le globe entier un plumpudding anglais – Malheureusement, l’exploit ne semble pas réussi], Kladderadatsch: Humoristisch-satirisches Wochenblatt, c. 1901, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

À la suite de l’engagement des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, c’est l’empereur Guillaume II qui est montré en mauvaise posture par Lucien Métivet et Orson Lowell.
[Le dessin de Métivet aurait pu lui aussi être classé dans la catégorie ‘Globe-jouet’]

Image 7-3 – L. M. [Lucien Métivet], Un monde (et même deux mondes) d’ennemis – Trop lourde, la boule du bilbochet !, Le Rire, 21 avril 1917, p. 3, Gallica-BnF / Orson Lowell, Giving Him What He Wanted – Merely, We Roll Along, Roll Along, Roll Along, Judge, October 19, 1918, JF Ptak Science Books, Post 2581

Les dessinateurs de cartes postales représentent aussi l’empereur écrasé par le globe terrestre.
[Là encore, le dessin de Jarry aurait pu également être classé dans la catégorie ‘Domination sur le monde’]

Image 7-5 – [D], Qui trop en lasse 1914 Manque le Rhin !, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / H. Alquié, L’écrasé !, carte postale, c. 1914, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Durant la guerre, le caricaturiste britannique William Haselden a obtenu un grand succès avec sa série Big and little Willie qui se moquait de l’empereur Guillaume II et de son fils. Certains de ses dessins ont été traduits en français et publiés sous forme de cartes postales.
La seconde carte, non signée, représente Guillaume II écrasé à la fois par le monde et une ‘Grosse Bertha’, et secouru par le Kronprinz. Cette carte est manifestement la suite de celle intitulée ‘His dream’ où l’empereur apparaît triomphant sur le même canon surmontant le globe, sous le regard admiratif du Kronprinz (voir Image 3-11).
[À nouveau, le dessin de Haselden aurait pu lui aussi être classé dans la catégorie ‘Globe-jouet’]

Image 7-6 – W. K. Haselden, Les deux Willy. Le clown prince, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / La Catastrophe, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Une caricature parue en 1918 dans le journal du plus grand syndicat des cheminots britanniques représente un géant, le syndicat, roulant la Terre sur la route du progrès en écrasant un roi et un riche actionnaire.

Image 7-7 – ‘The Railway Review’, weekly newspaper of the National Union of Railwaymen, Labour’s Turn Now, 8 March 1918, The University of Warwick Library

À l’opposé du spectre politique, dans les années 1930 et durant la Seconde Guerre mondiale, Philipp Rupprecht (Fips) a exploité pour Der Stürmer le motif de l’écrasement dans des caricatures antisémites.

Image 7-8 – Fips [Philipp Rupprecht], Accident de travail, Der Stürmer, Oktober 1938, archive.org / Strip antisémite probablement de Philipp Rupprecht, Der Stürmer, Date inconnue [Mai 1944 selon le site source Журнал Третьего Рейха ‘Штурмовик’ [en russe] archivé sur archive.org]

8. Globe maltraité, saccagé, détruit

Les activités des hommes, notamment les guerres, saccagent et détruisent le monde.

En 1848, une caricature allemande représente Metternich qui défonce le globe terrestre. L’homme d’État autrichien est figuré à la manière de Napoléon.

Image 8-1 – [Artiste inconnu], Metternich und die Weltkugel (Satirischer Vergleich Metternichs mit Napoleon) [Metternich et le globe terrestre (comparaison satirique de Metternich avec Napoléon)], 1848, Wien Museum – Online Sammlung

Les deux planches suivantes appartiennent sans doute plus à l’histoire de la bande dessinée fantastique qu’à la caricature proprement dite, mais elles méritent mention.
Le peintre et illustrateur Kaspar Braun est considéré comme l’un des précurseurs de la bande dessinée. En 1872, il raconte comment une comète personnifiée (!) percute la Terre sous le regard effaré de la Lune et la brise en multiples morceaux ; la comète recolle ensuite les morceaux et rafistole une nouvelle Terre très approximative. L’histoire est reprise vingt-cinq ans plus tard par Maurice Radiguet, toujours sous le regard expressif de la Lune. Mais dans sa version, la comète n’est plus personnifiée, et c’est Dieu lui-même qui répare les dégâts en prenant bien soin de scinder la Terre reconstituée en deux, distinguant les ‘peuples sympathiques’ (Les Français) des autres peuples…

Image 8-2 – Kaspar Braun, Der Komet und die Erde [La comète et la Terre], Münchener Bilderbogen Nr. 573., c. 1872, billerantik.de et Stadtgeschichtliches Museum Leipzig / Maurice Radiguet, Monde Nouveau, Le Rire, 27 November 1897, p. 12, Gallica-BnF

En 1868, pour le journal bruxellois L’Espiègle, le dessinateur Émile Breyer imagine Napoléon III mettant le feu au monde pour éviter que la Prusse n’établisse son hégémonie sur la France ; “deux musiciens allemands sont présents : l’un, Guillaume, joue manifestement un air pacifique, alors que l’autre, Bismarck, s’apprête à emboucher une trompette de guerre. Le même dessin raille les prétentions contradictoires des Français et des Allemands à posséder le meilleur fusil, soit, respectivement, le chassepot et le fusil à aiguilles” (présentation de l’illustration par Francis Sartorius, voir légende ci-dessous).
Le dessinateur libre-penseur Watson Heston représente une scène semblable en 1892, mais cette fois, c’est le pape et un prêtre qui regardent le monde brûler, à l’abri derrière leur parapluie ‘Superstition’.

Image 8-3 – Émile Breyer, « Pour détruire la prépondérance de la Prusse en Europe, Bonaparte mettrait, au besoin, le feu aux cinq parties du monde », L’Espiègle, 26 avril 1868. Cité par Francis Sartorius, La caricature antibonapartiste à Bruxelles durant les années 1860, In : La Caricature entre République et censure : L’imagerie satirique en France de 1830 à 1880 : un discours de résistance ?, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1996. Disponible sur OpenEdition / Watson Heston, The World As The Priests Would Have It, Truth Seeker, January 9, 1892, Creative Commons by-nc-sa, Michael Bettencourt, Flickr

En 1900, l’empereur Guillaume II qui souhaite intervenir jusqu’en Chine maltraite le globe.

Image 8-4 – The Mailed Fist of the Emperor and Its Long Thrust [Le poing maillé de l’empereur et sa longue poussée] – From The Amsterdammer, The American Monthly Review of Reviews, Vol. XXII, N° 4, October 1900, p. 417, archive.org

Durant la Première Guerre, le caricaturiste roumain Nicolae Petrescu-Găină a représenté l’empereur tenant le monde ensanglanté dans ses mains ou le foulant aux pieds.

Image 8-5 – Nicolae Petrescu-Găină, Hamletul prusian [Hamlet prussien], 1914, Commons Wikimedia / Nicolae Petrescu-Găină, Pământul e prea mic pentru mine ! [La terre est trop petite pour moi !], c. 1914, Commons Wikimedia

Plusieurs caricaturistes italiens (Petrella, Gischiat, Foggini) ont également représenté le monde saccagé, ensanglanté par la guerre.

Image 8-6 – Petrella, Pasquino : giornale umoristico, non politico, con caricature, Num. N. 34, Agosto 1914, Biblioteca nazionale centrale di Roma – Archivio digitale

 

Image 8-7 – Gischiat, Il 420, 6 Novembre 1915, The Central National Library of Florence / Foggini, La missione del 1916 secondo il Kaiser, Il 420, 31 Dicembre 1915, The Central National Library of Florence

Des dessinateurs français de cartes postales (Maurice Radiguet, A. Mercoyrol, Pierre Guy) montrent le globe transpercé d’un sabre, repeint en rouge-sang ou bleu de Prusse par l’empereur, ou bien encore menacé d’un poignard.

Image 8-8 – Radiguet, Vouloir… et pouvoir !, carte postale, 1914, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / A. Mercoyrol, Aucun homme, Mon vieux François n’aura mis tant de rouge sur le globe !!, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

 

Image 8-9 – Pierre Guy, Il exagère !, carte postale, c. 1914, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / [Auteur inconnu], Assassin ! bandit ! tartuffe ! fou !!, carte postale, 1914, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Le peintre et illustrateur Thomas Theodor Heine a réalisé des couvertures marquantes pour le magazine Simplicissimus. Il utilise lui aussi le thème du monde ensanglanté. En 1900, il dénonce l’impérialisme occidental, et en 1922, il accuse l’hégémonie économique américaine de massacrer le monde.

Image 8-10 – Thomas Theodor Heine, Ein Traum der Kaiserin von China – Der Europäer giekt die Segnungen seiner Kultur über den Erdball aus [Un rêve de l’impératrice de Chine – L’Européen répand les bienfaits de sa culture à travers le monde], Simplicissimus, Heft 15 Seite 117, Juli 9, 1900 [PDF] / Thomas Theodor Heine, Der Sieger – Seid verschlungen, Millionen! Her den Skalp der alten Welt! [Le vainqueur – Soyez engloutis, millions ! Voici le scalp de l’ancien monde !], Simplicissimus, Heft 25 Seite 357, 20 September 1922 [PDF]

En 1933, le graphiste et caricaturiste Boris Prorokov accuse l’Allemagne de Hindenburg de vouloir s’emparer d’une partie du territoire soviétique, comme d’un simple morceau de tarte. Trois ans plus tard, le magazine satirique polonais Mucha fait sa une sur Hitler qui s’apprête à déverser un énorme bac d’huile bouillante sur le monde.

Image 8-11 – Boris Ivanovitch Prorokov, L’Allemagne veut mordre à pleines dents dans une délicieuse tarte soviétique, dessin, 1933, bidspirit.com [portail de vente aux enchères israélien] / Mucha – pismo satyryczno-polityczne, Niemcy przygotowuja sie do wojny [L’Allemagne se prépare à la guerre], R. 68, 11 wrzesnia [septembre] 1936, no 38, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie

Dans les années 1930 et durant la guerre, le caricaturiste nazi Philipp Rupprecht met en scène pour le magazine Der Stürmer le globe terrestre victime des ‘périls’ du moment : le Bolchevisme, les Juifs, l’Angleterre.

Image 8-12 – Fips [Philipp Rupprecht], Mordbrenner bolschewismus [le bolchevisme assassin], Der Stürmer, Juni 1937, archive.org / Fips [Philipp Rupprecht], Die Urfache jedes Weltenbrandes [Les origines de chaque conflagration mondiale], Der Stürmer, Oktober 1939, archive.org / Fips [Philipp Rupprecht], Englands Brandmeister am Welt [Les maîtres du feu anglais dans le monde], Der Stürmer, Januar 1940, archive.org

En septembre 1938, le quotidien L’Ordre publie dans ses pages intérieures deux dessins signés Wo où le Führer s’acharne violemment sur le globe terrestre. C’est l’historienne Nathalie Raoux qui a sorti de l’oubli Wolfgang Hamburger dit Wolf ou Wo, jeune dessinateur juif allemand alors exilé à Paris, et qui a fait connaître ses dessins.
[Pour en savoir plus sur Wo, voir l’interview de Nathalie Raoux par Eva Soto : Un dessinateur face à Hitler, 7 décembre 2021, sur le site akadem.org]

Image 8-13 – Wo [Wolf Hamburger], France-Allemagne – Construction de la ligne « Siegfried », L’Ordre, 3 septembre 1938, p. 3, Gallica-BnF / Wo [Wolf Hamburger], Tout ce que le Führer fait est bien fait (proclamation de M. Rudolph Hess à Nuremberg), L’Ordre, 10 septembre 1938, p. 5, Gallica-BnF

La frénésie destructrice d’Hitler envers le monde entier a été plusieurs fois représentée, notamment par le caricaturiste politique Luis [Louis Tochebus] dans Juvénal , et en une du magazine polonais Mucha.

Image 8-14 – Luis, Jup… Hitler tonnant, Juvénal, 28 janvier 1939, Gallica-BnF / Mucha – pismo satyryczno-polityczne, Zuch z zastrzezeniem – Hitler .- Rwe co moge i jak moge, alem w strachu, czy ta bomba mnie nie rozerwie [Scout avec réserve – Hitler .- Je déchire ce que je peux et comme je peux, mais j’ai peur que cette bombe ne me déchire pas.], R. 71, 12 maja [mai] 1939, no 20, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie

Le “rêve d’Hitler” ensanglante toute la Terre et va jusqu’à annexer la Lune. Ce dessin de 1939 est attribué par erreur à un certain Paul Bachier par Tony Husband dans son livre Hitler in Cartoons et à Paul Bachise sur différents sites commerciaux (voir par exemple sur akpool.fr). En fait, il est clairement signé Paul Barbier, et il existe en version anglaise dans la Collection of [Anti] Nazi Propaganda Postcards by Daniel D. Teoli Jr., archivist, sur archive.org (voir aussi ici). Cet illustrateur est inconnu du Dico Solo.
La source et la date de publication du dessin d’Elkins, qui fait allusion aux velléités artistiques du dictateur, n’ont pas été retrouvés.

Image 8-15 – Paul Barbier, Le rêve d’Hitler, 1939, in Tony Husband (dir.), Hitler in Cartoons: Lampooning the Evil Madness of a Dictator, Arcturus Publishing, 2016 / Elkins, Le peintre en bâtiment – Combien de temps couvrira-t-il le monde de sa couleur brune ?, source inconnue, c. 1941, Calvin University – German Propaganda Archive

Les caricaturistes de Simplicissimus ont également utilisé le thème du globe saccagé… par les Anglais et les Américains bien sûr. Parmi eux, on reconnaît Olaf Gulbransson, Karl Arnold, Erich Schilling déjà mentionnés, mais aussi Hanns Erich Köhler [Erik].

Image 8-16 – Olaf Gulbransson, Der bestrafte Erdkugel [Le globe puni], Simplicissimus, Heft 11 Seite 161, 11 März 1942 [PDF] / Karl Arnold, Auf der Suche nach der zweiten Front [À la recherche du deuxième front], Simplicissimus, Heft 29 Seite 449, 15 Juli 1942 [PDF]

Image 8-17 – Erich Schilling, Die Jagd nach dem Sieg [La chasse à la victoire], Simplicissimus, Heft 33 Seite 437, 18 August 1943 [PDF] / Erik [Hanns Erich Köhler], Der Bock als Gärtner [Le bouc jardinier], Simplicissimus, Heft 43 Seite 559, 27 Oktober 1943, p. 559 [PDF]

Après la libération, le journal Aux Armées, créé fin 1944, publie une caricature où le globe est représenté comme une bombe dans les mains d’Hitler. Il est possible que ce dessin ait été publié en fait avant la guerre.

Image 8-18 – [Auteur inconnu], Je pense que je suis sur le point d’exploser, Aux Armées, nº 6, 1945, ABC.es – Segunda Guerra Mundial (archivé sur archive.org)

9. Résistance du monde

Un petit nombre d’illustrations dépeignent un monde retors, un monde qui résiste aux agressions qu’il subit.

Vers 1814, une caricature allemande montre Napoléon sur un char tiré par des diables et qui voit le monde lui échapper.

Image 9-1 – Der Himmel entriss mir die Welt, meine Reise geht in die Hölle [Le ciel m’a arraché le monde, mon voyage va en enfer], c. 1813-1814, Staatlichen Kunstsammlungen Dresden, Online Collection

En 1908, l’illustrateur norvégien Ragnvald Blix signe un strip vertical dans Simplicissimus. Repris quelques jours plus tard dans Le Rire, horizontalement, ce strip se moque des canons à longue portée de l’artillerie. L’idée est reprise dix ans plus tard par le caricaturiste américain John F. Knott, mais avec une signification bien différente ; après avoir provoqué la guerre, le Kaiser reçoit maintenant le fruit de son militarisme.

Image 9-2 – Ragnvald Blix, Das Geschoß der Zukunft [Le projectile de l’avenir], Simplicissimus, 1908 (Jg. 13) Heft 6 Seite 100, 11.05.1908, p. 100 [PDF]. Strip repris sous le titre “Histoire d’un canon à longue portée”, Rubrique “Le Rire à l’étranger”, Le Rire, 23 mai 1908, p. 12, Gallica-BnF / It Shoots Further Than He Dreams, March 26, 1918, War Cartoons by John F. Knott, Cartoonist for the Dallas News, Copyright 1918 by John F. Knott, p. 55, archive.org

Pour Abel Faivre et O’Galop, deux illustrateurs français renommés durant la Grande Guerre, le monde ne fait pas seulement preuve de résistance, il agresse carrément l’empereur Guillaume II.

Image 9-3 – Abel Faivre, Comment le monde portera le casque, Le Rire Rouge, n° 12, 6 février 1915, Gallica-BnF / O’Galop, Nous aimons Don Quichotte…, Le Rire, 20 mai 1916, p. 8, Gallica-BnF

Toujours en 1916, le strip en deux cases de Gabriele Galantara illustre là encore la révolte du monde envers le militarisme du Kaiser.
En 1933, le dessin de Karl Arnold peut être interprété comme l’impossibilité d’échapper à la peur mondiale du moment.

Image 9-4 – R. L. [Rata Langa, Gabriele Galantara], Wilhelm II, Emperor of Germany, L’Asino, 2 Aprile, 1916, back cover, archive.org / KA [Karl Arnold] Quand on a trop peur… Sacrebleu, cette fois-ci nous sommes descendus un peu trop bas !, Simplicissimus, Heft 31 Seite 364, 29 Oktober 1933, p. 364 [PDF]

10. Plusieurs personnages agrippés au globe ou se l’accaparant

Intéressons-nous à présent aux personnages qui s’agrippent au globe terrestre.
Deux catégories d’images seront successivement examinées :
• les illustrations où figurent plusieurs personnages qui, en général, veulent s’accaparer le globe chacun pour soi et qui s’affrontent ;
• les illustrations, plus nombreuses, où figure un seul personnage agrippé au globe, et qui feront l’objet de la section suivante.

Les images où deux personnages sont agrippés au globe sont proches de la catégorie ‘Affrontement, conflit’ examinée au début de cet article. La caractéristique formelle très reconnaissable que constitue l’accrochement des individus permet cependant de les distinguer.

En 1876, l’illustrateur Frank Bellew représente deux jeunes géants, Ivan et Jonathan, qui atteignent l’Asie par des routes opposées.
Paru en 1882 dans l’hebdomadaire satirique catalan La Mosca Roja, le second dessin illustre la compétition entre la Grande-Bretagne et l’Espagne pour la domination du monde ; pour le caricaturiste, elle prend la forme d’une rivalité entre la force militaire britannique et les jésuites espagnols (le curé porte dans sa poche un livre “Vida de San Ignacio de Loyola”).

Image 10-1 – American cartoon, 1876, by Frank Bellew occasioned by the USA signing a commercial pact with Hawaii and Russias expansion into China, 1876, mediastorehouse.com / La Mosca roja : periódico joco-sério: No. 19 (5 agosto 1882), p. 2, Arca – Arxiu de Revistes Catalanes Antigues

Le premier dessin ci-dessous que l’on doit à Wilhelm Scholz provient d’un recueil sur Bismarck publié en 1884 par la revue satirique allemande Kladderadatsch. Bismarck est assis au sommet du globe, fumant une longue pipe et lisant un livre intitulé “Réformes sociales”, tandis que des personnifications de la Grande-Bretagne, de la France, de la Russie et d’autres nations se disputent en dessous (source : German colonial empire sur Wikipedia/En).
Sur le second dessin, signé Thomas Nast, Bismarck et le tsar Alexandre III sont tous deux munis de sacs à provisions et ils pillent le globe. Bismarck s’empare de Zanzibar, Alexandre de l’Afghanistan. John Bull, également équipé d’un sac, leur fait remarquer que les deux appartiennent déjà à l’Angleterre.

Image 10-2 – Wilhelm Scholz, Die Südsee ist das Mittelmeer der Zukunft – Mir kann es ganz recht sein, wenn die anderen dort unten Beschäftigung finden. Man hat dann endlich Ruhe hier oben [Les mers du Sud sont la Méditerranée de l’avenir – Cela ne me dérange pas que les autres trouvent du travail là-bas. On sera enfin tranquille ici], Kladderadatsch / Bismarck-Album, 1884, page 159, Universitätsbibliothek Heidelberg / Thomas Nast, The world’s plunderers – It’s English, you know, Harpers Weekly [Les pilleurs du monde – C’est anglais, vous savez], No. 1487, June 20, 1885, dilibri – Rheinland-Pfalz

Sur la caricature du Harper’s Weekly, la main de John Bull qui s’accapare des terres va plus loin que celles de la Russie, de l’Italie, de la France et de l’Allemagne.
Le dessin intitulé Cupidité en italien représente les mains des principaux pays impliqués dans la Première Guerre mondiale et se disputant le contrôle du monde.

Image 10-3 – The Longest Reach in Land-grabbing [La plus longue portée en matière d’accaparement des terres], Harper’s Weekly, January 27, 1900, MIT Visualizing Culture / R. Ferro, Cupidigia [Cupidité], 1916, Biblioteca Universitaria Alessandrina, 14-18 – Documenti e immagini della grande guerra – Istituto centrale per il catalogo unico delle biblioteche italiane

Après la Première Guerre, un dessin du journal satirique L’Asino reproduit dans Le Rire illustre les griefs de l’Italie envers les vainqueurs.
En 1936, pour illustrer les taux de change en cours à l’époque, le magazine polonais Mucha montre un dollar et une livre britannique obèses qui s’accaparent le globe terrestre sous le regard d’un minuscule franc qui réclame une petite place.

Image 10-4 – Injustice d’après guerre, Rubrique “Le Rire à l’étranger”, extrait du journal L’Asino, Rome, Le Rire, 15 mai 1920, p. 17, Gallica-BnF / Swiatowy stosunek walut – Frank.- Proszę, nie pchajcie się tak, bo ludzie gotowi pomyśleć, że świat opiera się na was, a nie na mnie! [Taux de change mondial – Le Franc .- S’il vous plaît, ne vous poussez pas comme ça, parce que les gens sont prêts à penser que le monde est basé sur vous et pas sur moi !], Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 68, 16 pazdziernika [octobre] 1936, no 43, p. 4, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie

En 1937, le dessinateur de Mucha se moque des forces de l’Axe qui prétendent mettre le monde sur une nouvelle voie.
En 1939, avant l’entrée en guerre des États-Unis, le cartooniste américain Herbert Block [qui signait Herblock] défend la politique interventionniste en montrant Hitler agrippé au globe et menaçant un GI.

Image 10-5 – Berlin – Rzym – Tokio. Wspoinymi silami pchniemy swiat na nowe tory… [Berlin – Rome – Tokio. Ensemble, nous mettrons le monde sur une nouvelle voie…], Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 69, 26 listopada [novembre] 1937, no 49, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie / Hitler with demonic eyes faces a U.S. soldier across the world, 1939 by Herb Block, in Tony Husband (dir.), Hitler in Cartoons: Lampooning the Evil Madness of a Dictator, Arcturus Publishing, 2016

La couverture du magazine Collier’s de février 1943 est devenue célèbre. On la doit à Arthur Szyk, artiste et caricaturiste né dans une famille juive en Pologne, qui a produit de nombreuses illustrations politiquement engagées durant et après la Seconde Guerre mondiale.

Image 10-6 – Arthur Szyk, Collier’s, February 27, 1943, Norman Rockwell Museum – Rockwell Center for American Visual Studies

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2023, 21 août). Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (2/4). Déjà Vu. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nia2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search