Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (1/4)

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]

Dans l’une des scènes les plus connues du film Le Dictateur, Hynkel s’empare d’un ballon en forme de globe terrestre, puis il joue avec jusqu’à ce qu’il lui explose à la figure.

Image 1-0 – Photogramme du film Le Dictateur (The Great Dictator), Charlie Chaplin, 1940.

[La scène complète peut être visionnée ici]

Cette scène burlesque fameuse témoigne incontestablement du génie créatif de Chaplin. Le célèbre acteur/réalisateur n’a pourtant pas inventé la figure du dictateur qui se saisit du globe terrestre.

Globe terrestre et personnages – une enquête visuelle

Au cinéma, l’association du globe terrestre et d’un personnage est bien antérieure au Dictateur et remonte sans doute à Méliès1.

Pour ce qui concerne le domaine des imprimés, les images de globes accompagnés de personnages humains représentés à peu près à la même échelle sont évidemment beaucoup plus anciennes. Au 16e siècle déjà, de nombreuses gravures représentent symboliquement des personnages à côté de corps sphériques célestes divers, dont la Terre2.

Une part bien spécifique des images de globes terrestres associés à des personnages est constituée de dessins satiriques qui dénoncent des situations diverses. Bien avant l’apparition du cinéma, plusieurs de ces images montrent des despotes ou des personnages dominateurs qui prétendent s’accaparer l’entièreté du globe.

L’enquête visuelle qui suit recense 400 dessins publiés depuis le 17e siècle. L’objectif initial du projet était de retrouver des images satiriques qui puissent être rapprochées de certains plans de la scène du Dictateur. La recherche a donc été conduite jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale seulement. Cette limitation a permis aussi de contenir le corpus résultant dans des proportions raisonnables. Bien entendu, de nombreux dessins satiriques analogues ont été publiés après la guerre et le thème est toujours présent de nos jours. Même sur la période retenue, il va de soi également que la collection rassemblée demeure incomplète et toujours susceptible de s’enrichir de nouvelles images. Comme pour toute enquête visuelle de ce genre, l’actuel travail ne vise pas à épuiser la recherche d’exemples, mais à établir un corpus suffisamment vaste pour être considéré comme raisonnablement représentatif.

Les scènes représentées dans les différents dessins satiriques retenus se sont révélées beaucoup plus variées que la seule figure du dictateur qui s’empare du globe, à l’instar de la scène du film de Chaplin. Néanmoins, par-delà les époques et contextes où ces images sont apparues, et indépendamment des événements ou des individus qu’elles brocardent, ces figurations possèdent des caractéristiques formelles communes. Le thème du globe terrestre et des personnages caricaturaux représentés tout à côté est multiforme, mais il possède une certaine unité. Afin de décrire commodément la diversité des images rassemblées, il est apparu indispensable de regrouper celles-ci selon plusieurs catégories, d’en dresser en quelque sorte une typologie formelle. Le corpus a donc été organisé en seize catégories :

      1. Affrontement, conflit
      2. Partition du monde
      3. Domination sur le monde
      4. Globe chosifié
      5. Globe-jouet
      6. Atlas
      7. Écrasés par le monde
      8. Globe maltraité, saccagé, détruit
      9. Résistance du monde
      10. Plusieurs personnages agrippés au globe ou se l’accaparant
      11. Personnage unique agrippé au globe ou se l’accaparant
      12. Paix, fraternité
      13. Personnages mangeant le globe
      14. Globe et animaux
      15. Globe animalisé
      16. Globe anthropomorphisé

La présentation qui suit décrit chacune de ces catégories, et les images sont introduites par ordre chronologique à l’intérieur de chaque catégorie. Avec ce choix d’une organisation basée sur certaines ressemblances formelles entre les images, on ne s’étonnera pas qu’une même catégorie regroupe des illustrations dont les intentions caricaturales sont très dissemblables – un dessin ridiculisant les nazis peut ainsi côtoyer une caricature antisémite.

Les images collectées sont des lithographies pour les plus anciennes, des dessins de presse, des cartes postales, et très rarement des publicités. Toutes sont sourcées, et l’on peut retrouver leur origine à partir des liens qui sont donnés dans les légendes.

La caricature – et surtout la caricature de presse – peut être considérée comme un art du commentaire graphique sur l’actualité. En conséquence, un grand nombre de dessins satiriques anciens liés à l’actualité du moment sont difficilement compréhensibles sans un minimum d’explications. Les brèves descriptions qui introduisent les images essaient de préciser les événements auxquels elles font allusion. Cette re-contextualisation des images s’accompagne aussi d’un effort pour identifier leurs auteurs, autant qu’il est possible. En somme, en complément de la légende qui accompagne chaque image, la description introductive a pour objectif d’aider à répondre, à la question : qui s’exprime graphiquement sur quelle actualité ? Et pour en savoir plus, à propos de l’image comme de son auteur, le lecteur peut suivre les liens fournis.

À la fin de l’article, les concepts de trope visuel et formule compositionnelle sont présentés à partir de certains des exemples exposés.

1. Affrontement, conflit

Les conflits entre pays qui s’opposent pour une partie du monde sont symbolisés fréquemment par un affrontement entre deux personnalités emblématiques.
En 1798, le caricaturiste et graveur James Gillray représente le jeune général français Buonaparte et Jack Tar – le symbole de la marine royale britannique – se bagarrant à califourchon sur le globe terrestre. Quelques années plus tard, un autre caricaturiste et graveur britannique, Piercy Roberts, dépeint un minuscule Johnny Bull qui défend la vieille Angleterre en se battant avec un énorme Napoléon Bonaparte enjambant le monde entier.

Image 1-1 – James Gillray; John Sebastian Miller, ‘Fighting for the Dunghill, or, Jack Tar Setting Buonaparte’ (caricature), Published 20 November 1798, National Maritime Museum, Greenwich, London. Caird Fund / Piercy Roberts, A Stoppage to a Stride over the Globe [Napoleon Bonaparte vs Johnny Bull], etching hand-coloured, 1803, British Museum

En 1909, le dessin de une de L’Assiette au Beurre est signé du peintre et caricaturiste portugais Tomás Leal da Câmara. Il illustre la polémique entre les explorateurs Robert Peary et Frederick Cook qui prétendent tous deux avoir atteint le pôle Nord le premier. Alors que les explorateurs emmitouflés en viennent visiblement aux mains, l’absurdité du conflit est ironiquement soulignée par les deux drapeaux américains que chacun brandit.

Image 1-2 – Le Pôle Nord par Leal da Camara, L’Assiette au Beurre, 12 octobre 1909, Gallica-BnF

Au début de la Première Guerre mondiale, les illustrateurs Marcel Capy et Charles-Émile Egli dit Carlègle ont utilisé le globe pour représenter les Allemands aux prises avec deux de leurs ennemis, la Russie et la France.
Le premier dessin est surprenant. Il figure un casque allemand fiché sur un pieu ressemblant à une borne-frontière, à Berlin. Ce symbole représente habituellement un hommage à un soldat mort au combat3. Il est qualifié ici d’épouvantail dans la légende et ne semble pas effaroucher les hordes de cavaliers russes qui déferlent sur l’Allemagne. La caricature retourne la signification du symbole qui devient infamant.

Image 1-3 – Marcel Capy, L’épouvantail – Ils y viendront, Le Rire, 17 avril 1915, p. 12, Gallica-BnF / Théodore Botrel, Sur les routes du Kaiser, Chansons de route (1er janvier – 31 août 1915), dessins de Carlègle [Charles-Émile Egli], Paris, Payot, 1915, p. 27, archive.org

En 1917, Henri Armengol et le cartooniste américain John F. Knott mettent en scène l’affrontement mondial entre l’Allemagne et les Alliés.

Image 1-4 – Henri Armengol, L’offensive des Alliés, Le Rire, 12 août 1916, p. 6, Gallica-BnF / Some day they’ll get together, November 16, 1917, War Cartoons by John F. Knott, Cartoonist for the Dallas News, Copyright 1918 by John F. Knott, p. 37, archive.org

Les dessinateurs de cartes postales représentent également le conflit en tirant parti du globe terrestre. Les personnages sont alors parfois allégoriques.

Image 1-5 – Niké, On t’a assez vu !…, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / Hobarts, Hence ! Va-t’en !, carte postale, 1916, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

 

Image 1-6 – Justice sera faite, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / [Morais], Tremblez tyrans et vous perfides, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Image 1-7 – J. Delena, Contre la barbarie, les peuples s’unissent !!, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / La guerre européenne, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / [Mattei], La dernière fauchée, texte de André Rosa, carte postale, 1915, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

De 1896 à 1944, Simplicissimus est l’une des principales revues satiriques allemandes. Elle a accueilli de nombreux illustrateurs talentueux. Parmi eux, Wilhelm Scholz et Erich Schilling ont décrit dans les années 1910-1920 plusieurs situations conflictuelles mondiales en usant du globe terrestre.

Image 1-8 – Wilhelm Scholz, Das hilfreiche Japan [Le Japon utile ; le Japon et John Bull, allégorie de l’Angleterre], Simplicissimus, Heft 36 Seite 453, 5 Dezember 1916 [PDF] / Erich Schilling, Und sie bewegt sich doch – aber rückwärts! [Et pourtant ça bouge – mais à l’envers !], Simplicissimus, Heft 49 Seite 633, 4 März 1929 [PDF]

Après la Révolution russe de 1917, plusieurs artistes soviétiques dont Victor Deni ont représenté la lutte du communisme contre le capitalisme mondial.

Image 1-9 – Affiche “La dernière bataille décisive !”. Moscou : Maison d’édition d’État, 1920 (Moscou : 1ʳᵉ typolithographie d’État, département Pyatnitsky). Lithographie en couleurs. Bibliothèque d’État de Russie, Wikimedia-Commons / Le camarade Lénine balaie les saletés de la terre, par Victor Deni d’après un dessin de 1918 de M. Cheremnykh, 1920. Archives Ostrogolovy, Wikipedia/RU.

Avant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs journaux de différents pays ont utilisé le globe pour représenter les tensions dans le monde qui devaient conduire au désastre, du magazine satirique polonais Mucha à l’hebdomadaire français Juvénal avec ce dessin de Luis.

Image 1-10 – Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 65, 20 stycznia [janvier] 1933, no 3, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie / Casse-tête chinois ou Empire et Gens du Milieu…, Juvénal, 19 décembre 1936, dessin de Luis, Gallica-BnF.

En décembre 1941, le caricaturiste gallois Leslie Illingworth a représenté sur un globe terrestre l’état du conflit mondial, en Libye et en Russie ; alors que Churchill défend seul la Grande-Bretagne, des explosions dans le Pacifique et un navire qui traverse l’Atlantique figurent l’entrée dans la guerre des États-Unis à la suite de l’attaque de Pearl Harbor.

Image 1-11 – Leslie Illingworth, The Daily Mail, December 13, 1941, Mideast Cartoon History – 1941, Battle for the Middle East

2. Partition du monde

Quand l’affrontement devient furieux, le globe est parfois physiquement partagé par les parties adverses. À la fin du 17e siècle, le graveur italien Giuseppe Maria Mitelli a représenté sous cette forme les rivalités entre les puissances européennes de son époque.

Image 2-1 – Giuseppe Maria Mitelli, Satire on the rivalry of the European powers: five men, representing Britain, Spain, Germany, Turkey and France, pull apart a globe of the world. 1690, British Museum / Giuseppe Maria Mitelli, Satirical rebus with a Frenchman and Spaniard tearing apart the globe of the world, 1692, British Museum

Une estampe du début du 18e siècle montre Louis XIV et le roi d’Espagne Philippe V qui scient le monde. Au centre, Madame de Maintenon tient un billet sur lequel est écrit : “Barcelone, Turin, Ramillies, Milan et Ménin nous font du chagrin”. Mais surtout, la position de l’épouse secrète du roi de France intrigue : elle lubrifie la scie en urinant (!), comme l’indique un passage du texte ‘explicatif’ :

[…] ainsi pour aider Maintenon
Monte d’un bon cœur sur le Monde, sans façon,
Tachant d’assister Louis & par eau virginale,
De faire bien glisser la scie Monarchale.

Un siècle plus tard, James Gillray brocarde à nouveau Napoléon (v. Image 1-1) dans l’une de ses plus célèbres caricatures. On y voit le Premier ministre britannique William Pitt et le nouvel empereur de France, tous deux en uniformes militaires. Ils découpent le globe terrestre en parts d’influence. La découpe de Pitt est nettement plus grande que celle de Napoléon.

Image 2-2 – Philippe et Louis scient le monde ici, 1706, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l’Histoire de France. Tome 80, Pièces 7041-7113, période : 1706 [extrait], Gallica-BnF / James Gillray, The Plumb-pudding in danger, or, State Epicures taking un Petit Souper, 1805, Wikipedia/En

Certaines caricatures des années 1930 exploitent également l’image du globe scié ou coupé.
Publiée dans le magazine satirique polonais Mucha, la première représente Hitler et Mussolini.
La seconde, parue dans le magazine chinois Modern Sketch, dénonce l’annexion par le Japon des provinces septentrionales de la Chine.

Image 2-3 – Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 65, 31 marca [mars] 1933, no 13, p. 6, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie / Lu Shaofei, “Unbridled Fantasy”, The Tumultuous Year of 1935 Begins, in China’s Modern Sketch, MIT Visualizing Cultures

3. Domination sur le monde

En 1854, l’hebdomadaire satirique britannique Punch minimise la puissance de l’Empire russe dans la Guerre de Crimée en invoquant des vers de Shakespeare (orthographié Shakespere). Bien que le guerrier qui menace le monde soit représenté avec un casque à pointe plutôt prussien, le contexte du magazine confirme que la caricature vise le tsar Nicolas Ier .

Image 3-1 – “A little gale will soon disperse that cloud, And blow it to the source from whence it came” — Shakspere [sic] [Un petit coup de vent va bientôt disperser ce nuage, Et le renverra à la source d’où il est venu], artist unknown, Punch 1854: Vol 26, p. 170, archive.org ; voir aussi Mideast Cartoon History – The Crimean War, 1853-1856 ; Victorian Web, Punch on the Crimean War ; heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

Le caricaturiste américain Thomas Nast a souvent représenté des personnages qui dominent ou souhaitent dominer le monde. Les dessins se rapportent alors à des épisodes précis de la vie politique américaine de l’époque. Le premier ci-dessous illustre les soupçons de corruption concernant le gouverneur de New Tork, John T. Hoffman, à travers l’organisation Tammany Hall liée au Parti démocrate. Sur le second, Uncle Sam est capable de déclencher des éclairs partout dans le monde en appuyant sur un bouton depuis Washington.

Image 3-2 – Thomas Nast, It’s love that makes the world turn round, Harpers Weekly, Nr. 724, 12.11.1870, Seite 727, dilibri – Rheinland-Pfalz / Thomas Nast, The Electric Touch – Around the World, Harpers Weekly, Nr. 1463, 03.01.1885, dilibri – Rheinland-Pfalz

Ce troisième dessin de Nast met en scène le président Grover Cleveland dont le très long message s’adresse à toutes les parties ou presque de la Terre.
Sur le dessin suivant, le caricaturiste William Allen Rogers raille le successeur de Cleveland, Benjamin Harrison ; représenté en monarque shakespearien, il rêve de son futur Secrétaire d’État James Blaine qui souhaite dominer le monde avec son bâton ‘Diplomacy’.

Image 3-3 – Thomas Nast, “The President’s message is long” – (Press Opinions.) – but see the ground he covered, Harpers Weekly, Nr. 1513, 19.12.1885, dilibri – Rheinland-Pfalz / W.A. Rogers, The Republican Candidate & His Warwick, Harper’s Weekly, October, 13, 1888, HarpWeek – Cartoons from Harper’s Weekly and Other Leading Journals

Rares sont les illustrations de domination sur la Terre entière qui ne se rapportent pas au monde politique. À la fin du 19e siècle, le dessinateur libre-penseur Watson Heston publie dans le magazine The Trush Seeker plusieurs caricatures antireligieuses. Sur l’une d’elles, le pape entouré du diable et de la mort trône sur le monde. Au début du siècle suivant, le peintre, illustrateur et romancier Georges d’Ostoya est tout aussi acerbe en représentant le pape en épouvantail, avec un perroquet sur un bras, dominant le globe.

Image 3-4 – Watson Heston, The Trinity That Ruled The World During The Dark Ages, The Truth Seeker, February 23, 1889, Creative Commons by-nc-sa, Michael Bettencourt, Flickr / Sic, carissimi filii…, dessin d’Ostroya, L’Assiette au beurre, n° 283, La véritable encyclique de S. S. le pape Pie X, 1er septembre 1906, p. 16, Gallica-BnF

Mais le plus souvent, ce sont des sujets politiques ou militaires qui sont évoqués. L’empire britannique difficilement victorieux dans la guerre des Boers est une cible de choix. La couverture de l’hebdomadaire satirique La Caricature que signe le dessinateur brésilien Crispim do Amaral représente deux ‘photographies’ de la reine Victoria, avant et après la guerre ; la souveraine qui dominait le Monde entier a singulièrement rétréci et ne trône plus que sur l’Angleterre. Après la guerre, le bellicisme britannique est toujours dénoncé, par exemple dans cette caricature d’un auteur inconnu parue dans le quotidien Le Charivari.

Image 3-5 – Amaral, L’enfant n’a pas profité, La Caricature, 13 janvier 1900, Gallica-BnF / Maintenant que j’en ai fini avec les Boers, à qui chercherais-je bien querelle ?, Le Charivari, 8 juillet 1902, Gallica-BnF

Au début du 20e siècle, les dessinateurs des journaux satiriques français Le Charivari et Le Rire illustrent d’autres thèmes d’actualité à l’aide du motif du globe accompagné d’un personnage dominateur : par exemple la politique du ministre des Affaires étrangères Théophile Delcassé ou la pièce Chantecler d’Edmond Rostand (affiche de Leonetto Cappiello).

Image 3-6 – Nos ministres – M. Delcassé, Ministre des Affaires étrangères, Le Charivari, 12 août 1902, Gallica-BnF / Cappiello, La comète Chantecler est celle qui asphyxie le plus sûrement, Le Rire, 5 février 1910, p. 16, Gallica-BnF

Les caricaturistes américains illustrent quant à eux des thématiques de leur pays : la toute puissance de l’électricité selon Thomas Edison croqué par George Rehse, cartooniste du New York World, ou la politique interventionniste et dominante du président Theodore Roosevelt. Allusion à la doctrine connue sous le nom de corollaire Roosevelt, le gros bâton aux initiales T. R. rappelle la diplomatie du Big Stick formulée trois ans auparavant par Roosevelt, alors vice-président.

Image 3-7 – George Rehse, Thomas Edison Says Electricity will Drive Out Old Dobbin and the Locomotive, St Paul Pioneer Press, 1903, Smith College / Boom Teddy for Ruler of the World, The Library of Congress, in Gregory Cami’s Political Cartoons, circa 1904

Lors de la Première Guerre mondiale, les prétentions coloniales anciennes de l’Allemagne sont rappelées par la republication commentée d’un dessin de 1885, et par une caricature du peintre et graveur d’origine grecque Démétrios Galanis qui ridiculise l’ambition hégémonique du Kaiser Guillaume II.

Image 3-8 – Cherchant des colonies, L’Europe anti-prussienne : images et documents pour servir à l’histoire de la guerre, n° 8, 25 décembre 1914, p. 8, Gallica-BnF / Démétrios Galanis, Une mappemonde de la Prusse, Le Rire, 3 avril 1915, p. 6, Gallica-BnF

Les caricaturistes de presse se moquent des rêves de domination du Kaiser ; parmi eux, un dessinateur inconnu du magazine américain Puck, et le caricaturiste australien Will Dyson

Image 3-9 – Le rêve du Kaiser, Rubrique “Le Rire à l’étranger”, extrait de la revue Puck, New York, Le Rire, 23 janvier 1915, p. 11, Gallica-BnF / Will Dyson, Rêves prématurés du moderne jeune Alexandre pour la conquête du Nouveau Monde, L’Europe anti-prussienne : images et documents pour servir à l’histoire de la guerre, n° 4, 10 février 1915, p. 9, Gallica-BnF

… ainsi que le dessinateur en chef du magazine britannique Punch, Bernard Partridge.

Image 3-10 – Bernard Partridge, Gulielmus Maximus Orbis Terrarum Imperator, Punch, June 30, 1915, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

Les dessinateurs de cartes postales produisent eux aussi de nombreuses images dans la même veine sarcastique.

Image 3-11 – Pol, Son Rêve…“Deutschland” Uber Alle !!! L’Hégémonie Prussienne… ou l’Allemagne au-dessus de tout !.., carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / His dream, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

 

Image 3-12 – Le Fou et le Globe, Imitation de Cham, La caricature polonaise, 17, carte postale, 1914, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / Le Kaiser – Et toi, Phebe, si tu ne deviens pas ma fidèle vassale, je te violerai aussi, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Image 3-13 – Ce qu’il voulait être – Ce qu’il est, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / De loin, c’est quelque chose ; Et de près, ce n’est rien. [épouvantail], carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Image 3-14 – Papa, je ne vois pas bien nos colonies ? – Elles ont disparu comme ta garde…, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / [Rul], C’est moi, Guillaume, le plus grand conquérant de l’Univers !, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

L’abdication du Kaiser est tournée en ridicule. Sur un dessin du caricaturiste espagnol Manuel Tovar, tel un touriste avec ses valises et son chapeau à plume, l’empereur déchu recherche sur le globe un coin où se poser. Sur une caricature néerlandaise, il apparaît la mine défaite, assis sur le globe, serrant ses mallettes de voyage, le Kronprinz à son bras avec son accordéon et sa canne à pêche. L’empereur et son incapable de fils se demandent où aller et choisissent l’exil aux Pays-Bas.

Image 3-15 – Manuel Tovar Siles, Buscando un rincón en el globo [À la recherche d’un coin sur le globe], Heraldo de Madrid, 16 de noviembre de 1918, p. 1, Hemeroteca Digital – Biblioteca Nacional de España / Quo vadis ? (waarheen ?) [où aller ?], Plantijn – W. den Boer, 1919, Nimh.nl [Nederlands Instituut voor Militaire Historie]

La figure du dominateur juché sur le globe est utilisée par des dessinateurs aussi différents que George H. Ben Johnson, artiste afro-américain considéré comme un pionnier de l’afrocentrisme4, et Jacobus Belsen, artiste letton qui a travaillé en Allemagne jusqu’en 1933, notamment dans des revues libérales de gauche comme Der wahre Jakob.

Image 3-16 – George H. Ben Johnson, The War King Speaks, Souvenir cartoons, 1917, p. 17, Openlibrary.org / Jacobus Belsen, Der kranke Kapitalismus [Le capitalisme malade], Der wahre Jakob: illustrierte Zeitschrift für Satire, Humor und Unterhaltung, Nr. 3, Januar 1932, Heidelberg Digital Library

Dans les années 1930, la figure est utilisée dans la presse française pour dénoncer les ambitions d’Hitler et de Mussolini.

Image 3-17 – Jean Bray, Le rêve d’Hitler – Imposer à l’Europe le plan National Socialiste, Les Potins de Paris, 30 mai 1935, Gallica-BnF / Juvénal, 20 mars 1937, dessin de Crac, Gallica-BnF

Karl Arnold, l’un des caricaturistes allemand les plus importants de la première moitié du 20e siècle, a signé de nombreuses couvertures du magazine satirique Simplicissimus. Durant la guerre, comme tous les dessinateurs de l’hebdomadaire, il diffuse la propagande du Troisième Reich et dénonce la domination britannique ainsi que l’accord anglo-soviétique.
Erich Schilling quant à lui se moque de l’interventionnisme américain, avant même que les États-Unis n’entrent en guerre.

Image 3-18 – Karl Arnold, Weltbeherrscher John Bull – Jim, tragen Sie den Globus hinaus, ich kann sowas nicht mehr sehen! [John Bull, dominateur mondial – Jim, enlevez cette mappemonde, je ne peux plus la voir !], Simplicissimus, Heft 33 Seite 385, 18 August 1940 [PDF] / Erich Schilling, Roosevelt der Entdecker – “Was machst du denn da, Frank Delano?” – “Ich suche noch jemand, dem wir helfen können!” [Roosevelt le découvreur – “Qu’est-ce que tu fais là, Frank Delano ?” – “Je cherche encore quelqu’un que nous pouvons aider !”], Simplicissimus, Heft 17 Seite 262, 23 April 1941 [PDF] / Karl Arnold, Anglo-Sowjet-Abkommen [Accord anglo-soviétique], Simplicissimus, Heft 27 Seite 417, 1 Juli 1942 [PDF]

Le caricaturiste le plus connu de l’hebdomadaire nazi Der Stürmer, Philipp Rupprecht (qui signait Fips), a réalisé de nombreuses caricatures violemment antisémites ; sur celle-ci, il exploite le thème bien connu de la soi-disant domination des Juifs sur le monde.
Lustige Blätter, le principal concurrent de Simplicissimus, combine quant à lui l’antisémitisme et la dénonciation de l’impérialisme britannique.

Image 3-19 – Fips [Philipp Rupprecht], Der Schatten [L’ombre], Der Stürmer, März 1937, archive.org / Englands Führung liegt in guten Händen ! [Le leadership anglais est entre de bonnes mains !] Lustige Blätter, Issue #44, 25 Oktober 1940, Calvin University – German Propaganda Archive

En 1939, l’illustrateur britannique Bernard Partridge croque Hitler observant un crâne dans une boule de cristal marquée de l’année 1914 ; le spectre du Kaiser à ses côtés achève sans doute de le rendre inquiet. Ce dessin devenu populaire ne représente pas un globe, mais il en a inspiré un autre, en 1943, avec le même titre ; c’est cette fois le monde entier, devenu boule de cristal, qui effraie le dictateur.

Image 3-20 – The Crystal-Gazer, Sir Bernard Partridge, Punch Magazine, 1939 / The Crystal Gazer, 1943, artiste inconnu, source : Aunt Ethel’s War – A collection of World War 2 Political Cartoons [ce site n’existe plus depuis 2020]

Les rêves de domination du monde du dictateur sont contrecarrés par John Bull seul en 1941, puis par l’alliance de Churchill, Roosevelt et Staline qui impriment en 1943 leurs silhouettes sur le globe (dessin de l’artiste britannique Ernest Howard Shepard, le dessinateur de Winnie l’Ourson…).

Image 3-21 – Second World War poster: ‘Hitler eyes Britain from Berlin’, c. 1941, British Library – Central Office of Information Archive / “The Fates Decide” by E. H. Shepard, 1943, in Tony Husband (dir.), Hitler in Cartoons: Lampooning the Evil Madness of a Dictator, Chapter 3: Decline and fall, Arcturus Publishing, 2016

4. Globe chosifié

Plusieurs images montrent le globe terrestre comme un objet passif, réduit à une simple chose soumise aux personnages qui l’entourent.
Au début du 19e siècle, et sans doute avant, certains dessins non satiriques ont représenté le levier d’Archimède capable de soulever le monde. Le motif est utilisé plus tard par les caricaturistes, comme dans ce curieux dessin que l’on doit à Joseph E. Baker, auteur d’un portrait célèbre de Lincoln. Dans cette lithographie de 1865 qui comporte déjà des phylactères, l’artiste “montre le vice-président Andrew Johnson assis sur un globe terrestre, tentant de recoudre la carte des États-Unis à l’aide d’une aiguille et d’un fil. Abraham Lincoln se tient debout, à droite, et utilise un rail fendu pour positionner le globe. Johnson prévient : ‘Prenez-la tranquillement, oncle Abe, et je la dessinerai plus serrée que jamais’. Tandis que Lincoln le félicite : ‘Encore quelques points de suture, Andy, et la bonne vieille Union sera réparée’.” (traduction de la notice de la Library of Congress).

Image 4-1 – Illustration of Archimedes’ levers, Mechanic’s Magazine vol. II, London, 1824, Wellcome Collection / Joseph E. Baker, The “Rail Splitter” at Work Repairing the Union, lithograph, 1865, The Library of Congress

La lithographie suivante, du grand Honoré Daumier, symbolise l’équilibre précaire du monde à la suite de la guerre austro-prussienne de 1866.

Image 4-2 – Honoré Daumier, L’Équilibre européen, planche 231 de la série Actualités, Le Charivari, 1er décembre 1866, p. 3, Gallica-BnF

La double page du dessinateur Leal da Câmara se moque du rêve commun de John Bull et de l’Oncle Sam : porter à eux seuls le destin du monde entier tout en s’épiant du coin de l’œil.

Image 4-3 – Leal da Câmara, Leur rêve, L’Assiette au beurre, n° 13, 27 juin 1901, pp. 8-9, Gallica-BnF

Le dessin qui suit, d’origine catalane, brocarde Guillaume II qui prétend faire entrer le monde dans son casque à pointe.

Image 4-4 – L’Obsession de l’Impérialisme ou l’éternelle prétention de vouloir accommoder le Monde à la… sauce piquante de son casque, caricature de l’Esquella de la Torratxa, Barcelone, L’Europe anti-prussienne : images et documents pour servir à l’histoire de la guerre, n° 6, 5 décembre 1914, Gallica-BnF

La première carte postale qui suit a probablement été réalisée par le peintre et illustrateur Joseph Faverot. L’empereur se tient devant une tranchée pleine de cadavres ; le globe terrestre qu’il tient dans sa main comme un simple ballon est assimilé au crâne d’Hamlet et symbolise la mort qu’il apporte partout sur la Terre. Sur la seconde carte, le ballon lui échappe.

Image 4-5 – [Joseph Faverot], European War – 1914-1915.William II. To be or not to be! (Shakespeare, Hamlet), carte postale, c. 1914-1915, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / [Nib], Guillaume perd la boule, carte postale, c. 1914-1918, Cartes postales en guerre 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Dans les deux caricatures suivantes, Mussolini et Hitler réduisent eux aussi le globe à l’état d’objets familiers : un ballon (avec lequel le dictateur ne joue pas…) dans le dessin publié par Cyrano, une marmite dans celui réalisé par le dessinateur juif polonais Mendel Reif pour le magazine satirique Szpilki.

Image 4-6 – Lui !, Cyrano, n° 311, 1er juin 1930, Gallica-BnF / Mendel Reif, Kucharz doskonaly [Le parfait cuisinier], Szpilki, 20 sierpień [août] 1939 nr 29, p. 3, Digital Library of the University of Lodz

Deux visions de la guerre s’opposent en 1942 dans les caricatures suivantes.
Erich Schilling pour Simplicissimus montre John Bull à bout de souffle qui peine à jouer dans sa cornemuse mondiale.
Le célèbre groupe de trois caricaturistes soviétiques connu sous le nom de Koukryniksy dépeint Hitler piteux, en 1942, devant un tableau du Hitler conquérant de 1941. En une année, le globe embroché du tableau s’est transformé en un seau rempli de crânes.

Image 4-7 – Erich Schilling, John Bull geht die Luft aus [John Bull est à bout de souffle], Simplicissimus, Heft 26 Seite 416, 24 Juni 1942, p. 16 [PDF] / Koukryniksy, Hitler de juin 1942 regarde Hitler de juin 1941, Galerie nationale Tretiakov, 1942, Dzen.ru (avec Bridgemanimages.com)

Publiée le 14 août 1941, la Charte de l’Atlantique est une déclaration commune américano-britannique qui définissait les objectifs des deux pays pour le monde à venir après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 28 octobre 1942, Roosevelt donne une conférence de presse dans laquelle il précise que “la Charte de l’Atlantique s’applique à toute l’humanité”. La caricature du président enveloppant le globe dans la charte illustre ce propos.

Le peintre et caricaturiste norvégien Olaf Gulbransson a vécu en Allemagne et travaillé pour Simplicissimus à partir de 1902. En 1944, il raille l’impérialisme de l’Oncle Sam, représenté comme un personnage porcin sur son trône, le buste et le sceptre marqués du dollar ; ce n’est pas l’orbe crucigère – la sphère surmontée d’une croix symbole de la souveraineté universelle – qu’il tient dans sa main gauche, mais un véritable globe terrestre avec une minuscule croix.

Image 4-8 – Stretched around the World, The Atlantic Charter applies to all humanity, source : Encyclopédie conservatrice et fondamentaliste Conservapedia / Olaf Gulbransson, Onkel Sams Wunschtraum – Der Weltimperator [Le rêve de l’Oncle Sam – L’empereur du monde], Simplicissimus, Heft 3 Seite 25, 19 Januar 1944 [PDF]

5. Globe-jouet

Dans certaines caricatures, le globe n’est plus un objet inerte ou passif pour les personnages qui l’accompagnent, il peut devenir un jouet. C’est dans cette catégorie bien sûr que l’on peut observer quelques images évoquant des plans de la séquence du Dictateur mentionnée au début de l’article.

Au cours de sa longue carrière d’illustrateur et caricaturiste, John Tenniel a plusieurs fois dessiné en couverture de Punch un bouffon jouant avec le globe. L’association fonctionne comme un condensé du magazine, satirique et universel.

Image 5-1 – John Tenniel, Punch cover, Punch Vol. LII, 1867, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg / John Tenniel, Punch cover, Punch Vol. LVII, 1869, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg / John Tenniel, Punch cover, Punch Vol. 99, 1890, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

À la fin de la guerre de 1870, le caricaturiste Draner [Jules Renard] campe Bismarck perché sur une terre-ballon. Affublé bien entendu d’un fort accent germanique, le chancelier est surpris de perdre l’équilibre et que son pied glisse sur la boule.

Image 5-2 – Draner [Jules Renard], L’Homme À La Boule, 1871, Guity Novin’s A History of Graphic Design

En 1874, Jules Verne adapte au théâtre son roman Le tour du monde en 80 jours. La pièce remporte un très grand succès public, elle sera jouée au théâtre de la Porte-Saint-Martin durant plus d’un an. À la une du journal satirique L’Éclipse, André Gill met dans les mains de l’écrivain une sorte de jouet d’enfant associant le globe et le nom du théâtre. Albert Le Petit quant à lui n’hésite pas à représenter l’écrivain en acrobate, jonglant avec le globe terrestre devant un parterre de spectateurs ébahis.

Image 5-3 – André Gill, M. Jules Verne par Gill, L’Éclipse, 13 décembre 1874, Gallica-BnF / Alfred Le Petit, Galerie Charivarique – Jules Verne, Le Charivari, 15 décembre 1874, p. 262, Meisterdrucke.fr

En 1881, dans sa série Les Hommes d’aujourd’hui, Gill croque à nouveau Jules Verne devant un théâtre, cette fois pour la représentation de sa pièce Michel Strogoff au Châtelet. L’écrivain a pris le globe pour cible et l’a transpercé.

Image 5-4 – Les Hommes d’aujourd’hui, 3e volume, n° 123, Jules Verne, dessins de Gill [André Gill], texte de Pierre et Paul, 1881, Paris – Bibliothèques patrimoniales

En 1901, le caricaturiste Charles Léandre dresse un portrait inhabituel du nouveau roi du Royaume-Uni, Charles VII. Le monarque est affublé d’une couronne parodique et d’un voile qui le font ressembler à sa mère, la reine Victoria. Dans sa main droite, il ne tient pas l’orbe crucigère, mais une minuscule mappemonde semblable à un hochet d’enfant.
Le peintre, illustrateur et caricaturiste italien Gabriele Galantara, qui signait fréquemment de son pseudonyme Rata Langa, a participé à la création du magazine satirique L’Asino. Il en dessinait fréquemment les couvertures. Celle qui est reproduite ici dénonce en 1905 la Weltpolitik colonialiste et impérialiste du Kaiser ; une mappemonde en équilibre sur le doigt, l’empereur se considère comme l’arbitre du monde.

Image 5-5 – Édouard VII, roi d’Angleterre, empereur des Indes, dessin de Charles Léandre, Le Rire, 2 février 1901, Gallica-BnF / Rata Langa [Gabriele Galantara], L’Arbitro Mondiale, L’Asino, 20 Agosto, 1905, Wikimedia-Commons

Au début du 20e siècle, deux illustrateurs américains de renom ont transformé le globe terrestre en ballon à la une du magazine Puck.
Udo Keppler décrit un jeune homme avec un diplôme “B.A.” en poche et divers équipements sportifs étalés sur le sol derrière lui. Il avance à grands pas vers un avenir radieux, le monde entier est au bout de ses doigts.
La couverture de Louis Glackens illustre “l’eugénisme qui fait tourner le monde”. Un vieil homme bien habillé, portant un chapeau haut de forme et des guêtres, est allongé sur le dos et fait rebondir le globe sur ses pieds. Sa trousse de médecine et divers instruments sont répartis près de lui au premier plan. À sa gauche figure un chérubin en pleurs. La corde de son arc est cassée et des flèches jonchent le sol. L’allégorie de l’eugénisme est claire : les naissances ne doivent plus rien à l’amour, elles sont contrôlées mondialement par la médecine.

Image 5-6 – Udo J. Keppler, The Game of Life – Commencement Day, 1904, Puck, June 8, 1904, The Library of Congress / Eugenics makes the world go ’round, art by Louis M. Glackens, Puck, v. 73, no. 1894 June 18, 1913, The Library of Congress

Durant la Première Guerre mondiale, la propagande allemande a instrumentalisé l’image du globe terrestre dans d’autres jeux : un ballon de baudruche gonflé par John Bull ou une balançoire pour illustrer ‘l’équilibre européen’ dominé par l’Allemagne (ce thème de carte postale existe aussi en version ‘tir à la corde’, sans globe).

Image 5-7 – Attention, attention, John ! Il ne faut pas trop gonfler ! Rubrique “Le Rire à l’étranger”, extrait de la revue allemande Kladderadatsch, Berlin, Le Rire, 30 août 1913, p. 15, Gallica-BnF / Das europäische Gleichgewicht [L’équilibre européen], carte postale allemande, Österreichischen Nationalbibliothek, 1914-1918

Les dessinateurs de cartes postales françaises utilisent eux aussi le thème du globe transformé en instrument de jeu.

Image 5-8 – [CH], Les projets germaniques ! En cas de Victoire ??? Ceux en cas de défaite n’étaient pas prévus au programme… Cependant…, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon / Verdier, La guerre. La dernière partie de quilles du Kaiser et de François-Joseph qui veulent jouer avec le monde, carte postale, c. 1914-1918, (c) Collection Agnès & Henry Parent de Curzon

Pour Bernard Partridge, le monde de 1920 est une toupie fouettée par le travail.

Image 5-9 – Bernard Partridge, Labour, Punch, Vol. CLVIII, January 7, 1920, heidICON Universitätsbibliothek Heidelberg

En 1921, Frank Reynolds montre le nouveau secrétaire d’État aux colonies Winston Churchill jouant au polo avec le monde à la suite de la conférence du Caire.
En 1936, Karl Arnold illustre pour Simplicissimus les dangers de la spéculation pétrolière en représentant un homme en équilibre sur une mappemonde au milieu de dossiers, jonglant avec des lampes à pétrole.


Image 5-10 – Frank Reynolds, Our Imperial N° 1, Punch, June 15, 1921, Mideast Cartoon History – 1921, Churchill and the Cairo Conference / Karl Arnold, Petroleum – Es wird so lange jongliert, bis noch ein Unglück passiert! [Pétrole – On continue à jongler jusqu’à ce qu’un autre malheur se produise !], Simplicissimus, Heft 49 Seite 577, 1 Marz 1936 [PDF]

Dans les années 1930, les caricaturistes de plusieurs pays ont décrit les dictateurs du moment en train de jouer avec le monde.

Image 5-11 – Hitler w zapale [Hitler s’enflamme], Mucha – pismo satyryczno-polityczne. R. 65, 10 marca [mars] 1933, no 10, p. 6, Crispa – Biblioteka Uniwersytecka w Warszawie / Football sur le terrain espagnol, Aux écoutes, 14 janvier 1937, source : caricaturesetcaricature.com [Guillaume Doizy], Caricatures de Hitler, 4 août 2020

Image 5-12 – Andrzej Siemaszko, Trzęsienie Ziemi [Tremblement de terre], Szpilki, R. 4, nr 26, 26.VI.1938, Digital Library – Catholic University of Lublin / Clifford Kennedy Berryman, It’s A Good Act But It’s Hard On The Spectator, August 20,1939, U. S. National Archives

[article en quatre parties : P1, P2, P3, P4]



Citer ce billet
Patrick Peccatte (2023, 21 août). Globe terrestre et personnages – typologie et évolution d’une imagerie satirique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (1/4). Déjà Vu. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nia1

  1. Une scène du film Le Voyage dans la Lune (1902) de Méliès représente le songe des savants sur la Lune. Le vieux Saturne se penche par une fenêtre de la planète aux anneaux, Séléné, la déesse de la Lune (!), apparaît assise sur une balançoire en forme de croissant, et deux jeunes femmes tiennent une étoile – voir ici la séquence du songe à partir de 7’30. Il existe un photogramme ancien de cette scène où Séléné semble tenir dans sa main le globe terrestre – voir par exemple sur Wikimedia ou sur l’agence Alamy. Le globe n’existe pas dans le film actuellement connu ; le photogramme est peut-être extrait d’une version disparue. []
  2. Voir par exemple : Frontespizio del libro I mondi (1552) di Anton Francesco Doni (1513 – 1574). Voir aussi l’exposition BnF en ligne : Le monde en sphère – 2 500 ans d’histoire de la représentation de la Terre et de l’univers, section Le triomphe du globe. []
  3. Cf. mon article La construction d’un symbole visuel américain, 5 novembre 2010. []
  4. Voir : Benjamin R. Bates, Mark Cervenka, Windy Y. Lawrence, Redrawing Afrocentrism: Visual Nommo in George H. Ben Johnson’s Editorial Cartoons, Howard Journal of Communication 19(4):277-296, November 2008, Taylor & Francis online [payant]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search