Parties d’images

Une image fixe peut s’inscrire à l’intérieur d’une forme géométrique à peu près quelconque. Quand on s’intéresse à ce que l’on pourrait appeler la « topologie des images », on est alors conduit à procéder à plusieurs simplifications successives afin de réduire cette diversité. La première consiste à restreindre le champ d’étude aux seules images planes en ignorant les images 3D, holographiques, etc. Dans la suite de ce billet, image signifiera donc image fixe plane figurant sur un support quelconque.

Formes

La très grande majorité des images qui nous entourent sont rectangulaires. Qu’elles soient publiées sur papier ou numériques, presque toutes les images adoptent en effet cette forme géométrique simple (comme chacun sait, un carré est aussi un rectangle). Ce ne sont pourtant pas les seules formes possibles, bien évidemment, que l’on songe par exemple aux dessins et peintures préhistoriques, aux fresque murales ou aux images qui figurent sur des objets d’aspects divers.

Mais depuis les tableaux encadrés jusqu’à nos modernes écrans, en passant par l’imprimé et la photographie, les dispositifs de visualisations modernes ont imposé le rectangle comme la forme géométrique de référence dans laquelle s’inscrit l’image plane. La fenêtre d’Alberti est devenue le cadre d’accueil privilégié de l’image.

Tous les objets graphiques du web sont ainsi nécessairement rectangulaires. Seuls des artifices permettent de représenter une image de forme quelconque sur le web. L’image doit alors être préparée avant d’être publiée; elle demeure rectangulaire mais une partie est rendue transparente (pour les formats gif ou png) ou modifiée avec la couleur du fond où elle s’affiche (pour le format jpeg). En raison de ces contraintes, il existe très peu d’images « non-rectangulaires » sur le web. Sur une base considérable d’images comme Flickr, des groupes dédiés à ces créations tels que Shards ou Round Image demeurent en fait peu actifs. Mais surtout, ce mode de fabrication signifie bien que le rectangle est la référence, et que l’image de forme quelconque, non rectangulaire, en est dérivée comme une partie incomplète de la forme complète initiale. Dès que l’on s’éloigne du format rectangulaire, la notion de partie s’impose et il devient difficile de s’en affranchir lors de la visualisation.

Les images non rectangulaires les plus connues sont réalisées par détourage, en délimitant le contour d’un objet et en rendant la partie extérieure de l’image transparente ou invisible [exemple ci-dessous: Samara – Traube, by quapan – Flickr, Creative Commons].

En réalité, toute courbe de Jordan peut délimiter une image dans un plan. Une telle courbe, rappelons-le, est tracée sans lever le crayon, sans repasser deux fois au même endroit, et elle se ferme sur elle-même. Or le théorème de Jordan (1887) montre qu’une courbe de ce genre découpe le plan en deux parties distinctes qui sont chacune formée d’un seul tenant: l’intérieur qui est fini et peut recevoir l’image, et l’extérieur qui est infini. La courbe est le bord commun à l’intérieur et à l’extérieur1.

Dans la vie courante on ne considère qu’un très petit nombre de courbes de Jordan susceptibles de recevoir une image: en premier lieu le rectangle, parfois le triangle, le cercle ou l’ellipse, et plus rarement encore des courbes moins régulières. Le « privilège » accordé à la forme rectangulaire comme support des images constitue donc une simplification considérable d’un simple point de vue topologique. Elle induit de plus une autre réduction, plus subtile.

Connexité

Le rectangle et toutes les courbes équivalentes – homéomorphes en langage plus technique – délimitent en effet des surfaces connexes, formées d’un seul tenant (on peut toujours passer d’un point d’un objet connexe à un autre point du même objet en suivant un chemin continu, sans « sortir » de l’objet). Mais pourquoi une image serait-elle obligatoirement connexe ? À la vérité, il n’est pas très difficile de concevoir qu’une image n’a pas besoin d’être connexe pour être une véritable image. Certaines images, qui peuvent sembler un peu particulières au premier abord, peuvent en effet être constituées de plusieurs morceaux disjoints. Les polyptyques et dans un tout autre domaine les écrans multiples affichant une image en plusieurs parties constituent de bonnes approximations visuelles d’images qui ne sont pas nécessairement connexes.

Last Judgment, Salle du Polyptyque, Hospices de Beaune, par jeroen020 (Flickr, Creative Commons)

L’idée que l’on se fait d’une image non connexe est cependant toujours liée aux perceptions individuelles de ses différentes composantes. Pour le dire autrement, on aura toujours tendance à concevoir une image non connexe comme un complexe de parties qui forment un tout mais demeurent néanmoins disjointes et géométriquement indépendantes. Dans une image non connexe, les parties apparaissent topologiquement primitives par rapport au tout. Et d’ailleurs, on ne peut guère se représenter ce qu’est une image non connexe qu’en l’insérant intégralement dans un cadre, c’est-à-dire en fabriquant une nouvelle image banalement rectangulaire qui englobe chacune de ses parties. Là encore, le concept de partie d’image s’impose avec force.

Dans la suite de ce billet, nous adopterons cette double simplification; ainsi, une image (que nous nommerons image-rectangle) sera toujours connexe et inscrite dans une forme rectangulaire.

Dimensions et partitions

Avec toutes ces restrictions, l’image-rectangle serait-elle devenue si insignifiante qu’il n’y aurait plus rien à en dire, et que ce billet s’arrêterait là ? Ce serait ignorer que les rectangles peuvent avoir des dimensions quelconques.
Intéressons-nous ici aux images rectangulaires très allongées, comme cette vue prise en 1925:

Balboa Beach Bathing Beauty Parade, 1925, The Library of Congress

On remarque d’emblée que cette image est composite, formée d’un assemblage de plusieurs clichés. Les limitations des appareils photographiques imposent que les images de formats inhabituels soient fabriquées par parties ensuite rassemblées. Néanmoins, le spectateur appréhende encore facilement l’ensemble du panorama ainsi proposé, l’image est bien perçue comme un tout.

Mais on peut allonger encore l’une des dimensions du rectangle comme dans cette image de la Tapisserie de Bayeux représentée ici dans son intégralité (cliquer sur l’image pour la visualiser à une autre échelle en 30000 × 340 pixels)2.

Tapisserie de Bayeux, image panoramique, source: Wikimedia Commons

Cette image a une unité, elle forme un tout en représentant une œuvre spécifique qui elle-même constitue un tout. Il n’est pas possible pourtant de l’appréhender autrement que par parties, en parcourant l’image sur l’écran à l’aide de la fonction de scrolling horizontal, comme une transposition de la déambulation que l’on effectue lorsque l’on admire in situ la célèbre pièce brodée.

Un ensemble de contraintes techniques sur les dispositifs de visualisation, mais aussi de contraintes physiques, physiologiques (champ de vision) et perceptives (acuité visuelle) nous conduisent à segmenter mentalement une image-rectangle de grande dimension, à l’analyser d’abord en parties distinctes pour la synthétiser ensuite en un tout.

Extractions et partitions

Une partie quelconque d’une image-rectangle est-elle encore une image ? La question peut paraître saugrenue et mériter peu d’attention. Après tout, quand on recadre une image, pour la publier par exemple, on produit bien une nouvelle image extraite de la première avec l’intention de mettre en évidence une partie (édition) ou d’en masquer une autre partie (censure) [sur ces deux aspects du cadrage, voir mon billet Éditer, censurer]. Mais c’est oublier que le recadrage d’une image produit en fait deux objets, deux parties. L’une est clairement reconnaissable comme une image, mais la partie éliminée peut-elle encore être conçue comme une véritable image ?

Examinons le cas où le recadrage consiste à isoler un détail.

De l’immense fresque de Raphaël L’École d’Athènes (1510), on ne retient que la tête remarquable d’un personnage aux traits féminins.


Le morceau éliminé est donc très grand.


Cette partie écartée à la suite de la sélection d’un détail est-elle une image ? On peut certes la décrire comme une image avec un trou ou une image incomplète, mais est-ce vraiment une image ? Dans ce cas précis, il n’est pas difficile d’imaginer le résultat obtenu comme une variante de ces panneaux imagés munis d’un trou pour passer la tête que l’on voit dans les foires, magasins, et autres lieux publics.

Head through the hole photobooth – Britannia Pier, Great Yarmouth, Norfolk, England, UK, by Leo Reynolds, Flickr/Creative Commons

Le groupe Flickr Head in the hole en recense plusieurs centaines, et il existe sur Internet des applications qui permettent de composer selon ce principe sa propre image à partir de chefs-d’œuvre de la peinture.

On pourrait penser que ce type d’image avec un trou est un cas particulier. Un tel objet est facilement reçu comme une image parce que la partie manquante sollicite en quelque sorte la complétion. L’ensemble de la composition forme une image potentiellement évolutive au gré des remplissages du manque.

Réalisons maintenant une expérience simple sur ces deux images. Quand on effectue une recherche sur le détail (la tête) avec Google Search By Images (SbI), le moteur fournit l’identification du personnage aux traits féminins (Hypatia, cliquer ici). Une recherche analogue sur l’image avec un trou permet également de retrouver le tableau de Raphaël, non troué bien évidemment (cliquer ici). Dans un article précédent, j’ai déjà proposé de considérer la recherche inversée d’images comme une recherche par parties3. Dans ce mode de recherche en effet, la connaissance d’une partie d’une image quelconque permet souvent d’identifier différentes variations de l’image dont est extraite la partie en question. Plus généralement, la plupart des techniques de recherches habituelles (sur des textes, des sons, des images) peuvent être considérées comme des méthodes d’accès à un objet inconnu à partir d’une portion de celui-ci, l’objet connu sur lequel porte l’investigation.

Que se passe-t-il maintenant lorsque l’on recadre le tableau de Raphaël pour ne conserver que les personnages. L’extrait prend alors une toute autre dimension et ne peut plus guère être considéré comme un détail. La partie éliminée est dans ce cas une image avec un gros trou.

Il ne reste plus qu’un cadre dans lequel le spectateur peut imaginer toute sorte de figurations, peut raconter pratiquement n’importe quelle histoire pour reprendre l’expression d’Alberti. Cette versatilité peut conduire à contester le statut d’image à cette construction. Pourtant, Google Sbi retrouve bien le tableau de Raphaël à partir de cette image fort incomplète (cliquer ici). L’algorithme du moteur opère sans nos a priori culturels et relie une multitude d’images partielles qui peuvent nous apparaître étranges ou artificielles à l’image complète originale.

L’expérience peut être poursuivie avec d’autres images incomplètes ou oblitérées comme celles du bubble porn (ou mormon porn) qui sont apparues sur le web en 2010 environ4.

Cette image typique du bubble porn peut être vue comme une image non connexe, composée de morceaux indépendants, semblable en cela à un polyptyque (l’idée est plaisante d’ailleurs, mais c’est une autre histoire). Mais quand on réalise l’expérience décrite avec les images précédentes, c’est-à-dire une recherche « par parties » avec Google SbI, on retrouve l’image d’origine, l’image sans les bulles (cliquer ici). Et l’on s’aperçoit que les images du bubble porn sont presque toutes fabriquées à partir d’images qui ne sont pas pornographiques (c’est aussi ce qui les rend intéressantes). Si l’on recherche le polyptyque des Hospices de Beaune, on retrouve d’autres images de la même œuvre, cela permet de l’identifier si on ne la connaissait pas, mais rien de plus. En fait, Internet nous oblige à considérer une image non plus isolément, mais insérée dans un réseau complexe d’occurrences diverses, de références à des appropriations diverses, à des images dérivées, à des variations qui incluent des parties de l’image. La recherche inversée permet de comprendre un peu mieux ce réseau. [paragraphe ajouté le 7/10/2012 à la suite d’une remarque de Thierry Dehesdin].

À partir de ces quelques exemples, on peut alors être tenté de généraliser les observations effectuées sous la forme d’une sorte de « loi universelle »: toute partie d’image est une autre image. Mais est-ce bien vrai ?

Une méréotopologie des images ?

On rappellera ici brièvement que la méréologie est l’étude des relations entre la partie et le tout. C’est une discipline qui emprunte à la fois à la philosophie et à la logique formelle.

La méréologie permet en quelque sorte d’organiser à l’aide de la relation partie/tout des notions très diverses: objets du monde matériel, événements, formes dans l’espace, concepts linguistiques ou de l’intelligence artificielle, etc. Lorsqu’elle s’intéresse à l’espace, la méréologie fait appel à des notions élémentaires de topologie, en particulier la notion de frontière, et dans la littérature scientifique, elle prend alors souvent le nom de méréotopologie (on doit reconnaître cependant que le développement de ce champ d’étude est pratiquement insignifiant par rapport au développement considérable de la topologie proprement dite).

Notre discussion précédente sur les images et parties d’images conduit alors à se poser la question de la possibilité d’une méréotopologie spécifique à ce domaine. Est-il possible de développer une méréotopologie des images ? Sans répondre précisément à cette question (qui dépasse certainement les compétences de l’auteur de ce billet), nous terminerons en évoquant deux difficultés qui ne manqueront pas de se manifester si l’on cherche à approfondir cette question.

Le bateau de Thésée

Après avoir extrait un « gros morceau » d’une image, supposons maintenant que nous en enlevions une toute petite partie. Pour être plus clair, supposons que nous extrayions un pixel d’une image-rectangle numérique de très bonne résolution pour le déposer dans un autre rectangle vide, aux même coordonnées relatives à l’intérieur du rectangle d’accueil5. Ce nouveau rectangle presque vide doté d’un seul pixel prélevé sur l’image originale forme-t-il une image ? Il est assez difficile de concevoir qu’un pixel isolé est une image, et à tout le moins, il paraît nécessaire de préciser auparavant ce qu’est une image. Pour construire une méréotopologie des images, on pourrait reformuler la petite « loi » décrite précédemment sous une forme vague telle que une partie d’image suffisamment grande est une autre image mais ce n’est guère satisfaisant.

Si l’on refuse d’admettre qu’un seul pixel puisse former une image, mais que l’on continue le processus aléatoirement en dégarnissant l’image d’origine pixel après pixel pour garnir le nouveau rectangle, à partir de quel stade le nouveau rectangle est-il une image ? Et puisque le processus a été enclenché à partir d’une image de bonne résolution, est-il vrai que l’on obtiendra deux images semblables et pratiquement indiscernables quand on aura traité ainsi à peu près la moitié des pixels ?

Cette expérience de pensée rappelle celle du bateau de Thésée. Au retour de son combat contre le Minotaure, les Athéniens ont préservé le bateau de Thésée en changeant régulièrement les pièces usées par des pièces neuves. Quand toutes les pièces ont été changées, le bateau est-il toujours celui de Thésée ? Et si l’on reconstruit un bateau avec les pièces usées, quel est le vrai bateau de Thésée, le neuf qui peut naviguer, ou le vieux incapable de prendre la mer et n’est donc même pas un véritable bateau ?

Ces questions sont débattues depuis longtemps par les philosophes, mais on peut se demander pourquoi les expériences en pensée sur les images ne semblent pas utilisées, au moins comme nouveaux exemples sinon comme génératrices de nouvelles interrogations6. La question du statut ontologique de l’image quand on l’aborde avec les outils proposés par la méréologie demande certainement que l’on réexamine la vieille énigme du bateau de Thésée.

Images récursives

Les images contenant des images identiques sont connues depuis longtemps. Elles sont présentes dans la publicité (Vache qui rit, Dubonnet) et plus rarement dans l’art (Escher) ou l’édition (une couverture récente du Nouvel Observateur).

Whiz Comics #91, November 1947

Le procédé porte plusieurs noms: mise en abyme, effet Droste, images récursives.
Sur le web, il existe une multitude d’images de ce type regroupées dans différentes galeries [1, 2, 3, 4].

Droste experiment, by thomerow, Flickr/Creative commons

Ces créations sont devenues relativement faciles à réaliser depuis l’apparition de logiciels spécialisés comme Photospiralysis ou Mathmap (un plug-in du logiciel de traitement d’images Gimp). Il est aussi possible de réaliser ces effets avec Photoshop.

De nombreuses images récursives sont aussi transformées en gif animés générant alors un effet hypnotique pour le spectateur (mais nous quittons là le sujet de ce billet qui concerne uniquement les images fixes).

La récursivité est à la base de l’effet et rapproche ces créations des figures fractales.
Les fractales sont en effet des objets dont la structure est invariante par changement d’échelle. Il existe là aussi plusieurs logiciels qui permettent de créer et explorer des images fractales. Le Fractal Art s’est développé au milieu des années 1980 et de nombreuses galeries proposent des créations fractales variées [1, 2, 3, 4].

Ces images posent un problème pour une conception méréotopologique. En méréologie, en effet, on accepte en général qu’un objet puisse être conçu comme une partie de lui-même (un peu comme en théorie des ensembles, un ensemble est toujours sous-ensemble de lui-même). On appelle alors partie propre d’un objet une partie qui est différente de l’objet, une véritable partie en quelque sorte. Une partie propre d’un objet est donc un objet différent de l’objet de départ. Ainsi, quand on effectue un recadrage, la partie propre retenue est une image différente de l’image initiale.

Si l’on considère que l’aspect topologique, spatial, doit être privilégié dans une conception méréotopologique, les images récursives ne posent pas de problème particulier. Mais si l’on admet qu’une image récursive contient effectivement l’image d’origine, alors il n’est plus vrai qu’une partie propre d’une image est toujours une autre image. Quand on recadre une image récursive, on peut obtenir dans certains cas la même image qu’au départ à l’échelle près.

Nous ne développerons pas plus avant les deux difficultés évoquées à propos de l’argument du bateau de Thésée et des images récursives. Deux points importants méritent d’être retenus en conclusion.

Il existe des catégories d’images qui peuvent paraître étranges pour différentes raisons: formes ou dimensions inhabituelles, images non connexes, images avec un trou, images récursives, etc. Ce ne sont pas toutefois des images pathologiques que l’on devrait exclure du champ de la réflexion. Ce sont des images à part entière même si elles demandent parfois un effort pour être acceptées comme telles.

Le concept de partie d’image est essentiel. Il paraît bien lié à des impératifs physiologiques ou anthropologiques (champ de vision, acuité, etc.) et aux dispositifs nécessairement limités développés pour visualiser les images. Nous travaillons constamment avec des parties d’images, que ce soit comme opérateur humain (lors d’un recadrage par exemple) ou à travers des algorithmes implémentés dans des logiciels. Le concept de partie d’image ne semble pourtant pas facile à définir correctement avec les outils développés pour expliquer, dans d’autres domaines, le rapport partie/tout. Mais cela ne signifie pas que la mise au point d’une telle définition soit impossible.

  1. Voir mon article Une brève lecture topologique de la fenêtre d’Alberti et du cadre de Derrida. []
  2. J’en profite pour rappeler ici mes articles sur La composition graphique de la Tapisserie de Bayeux et Les références visuelles à la Tapisserie de Bayeux dans la culture populaire. []
  3. Voir De l’objet culturel à l’objet informationnel. Voir aussi Objets informationnels et objets culturels. []
  4. Voir aussi les photos de l’artiste sud-africain Von Brandis. []
  5. Concevoir une image comme un ensemble de pixels n’est pas du tout méréologique. Il n’est pas très difficile cependant, du point de vue méréologique, de considérer un pixel comme une véritable partie d’une image (et donc comme une image). On peut faire appel à un mécanisme semblable à celui utilisé en théorie des ensembles lorsque l’on distingue entre un élément x d’un ensemble E et le singleton {x} c’est-à-dire l’ensemble formé d’un seul élément qui est bien une partie de E (ce que l’on ne peut pas dire de x) [paragraphe réécrit le 7/10/2012 à la suite d’une remarque de NLR]. []
  6. Le livre de Stéphane Ferret, Le bateau de Thésée – le problème de l’identité à travers le temps (Les Éditions de Minuit, 1996), l’un des rares ouvrages en français consacré à cette question, n’utilise pas d’exemples puisés dans le domaine des images. []

5 réponses sur “Parties d’images”

  1. Dans le cas de ta « Samara Traube », le fait qu’elle soit détourée fait référence à un procédé technique qui a permis de la réaliser de cette façon, mais si je l’imprime sur une page de livre ou si je l’affiche sur l’écran de mon ordi sans connaître le procédé, c’est juste une image qui comporte beaucoup de blanc, dans l’espace, le cadre rectangulaire, de ma page ou de mon écran. Si j’ignore le procédé, c’est une image comme les autres.
    Il n’y a que si je la projette sur le mur d’un appartement ou sur une façade, si je la reproduis en deux dimensions sur une surface plane qui n’est pas destinée telle quelle à la reproduction des images et où je ne retrouve pas le rectangle, qu’elle a la vraie singularité d’une image détourée, d’une image sans cadre dont l’extérieur serait infini. Plutôt que « d’infini », il faudrait peut-être parler « d’indéfini » puisque dès que je vais la reproduire sur un livre ou un ordi, elle aura un extérieur le rectangle de la page ou de l’écran.
    La différence significative me semble-t-il ce serait plutôt la présence ou l’absence d’un cadre rectangulaire tel que l’espace du livre de l’écran ou de la toile. Les peintures rupestres qui s’inscrivent dans l’espace de la caverne parce que l’on ne sait pas à proprement parler où l’image commence et où elle s’arrêtent. La photo de Kate Middleton sur une tasse de thé, s’inscrit aussi généralement dans un cadre, mais on peut cependant facilement imaginer des photos qui recouvriraient totalement un objet en trois dimensions la faisant échapper de ce fait au cadre. (Je n’arrive pas à trouver d’exemple).

    Dans le cas de la photographie de la tapisserie de Bayeux, pourquoi faire un cas à part d’un très long rectangle, si ce n’est parce que tu le reproduis sur l’écran de ton ordinateur? Là effectivement contrairement à d’habitude soit tu affiches l’image à la dimension de ton écran, et tu vois que tu ne vois rien, soit tu affiches l’image à 100% mais tu dois la faire défiler. Mais imaginons une image cadrée dans un carré qui compterait des centaines de millions de pixels. Réduite à la taille de ton écran, tu auras l’impression de voir l’image, mais si tu l’agrandis au rapport 100% et que tu la fais défiler en hauteur comme en largeur, tu t’aperçois qu’en fait tu n’avais pas vu l’image.
    Ce serait le dispositif particulier de l’affichage écran qui créerait cette opposition partie/tout, plus qu’une spécificité de l’oeuvre. Je n’ai jamais vu l’original de la tapisserie de Bayeux. Est-ce une expérience entre le tout et les parties si différente que cela de la contemplation d’une oeuvre monumentale de David dans une salle sans recul?

    Et qu’est-ce qui différencie « The Last Judgement » du « Mormon Porn »:-) ? On est dans les deux cas devant des formes géométriques (rectangles d’un coté, ronds de l’autre) qui affichent dans un rectangle une image divisée en plusieurs parties(la photo légendée qui s’affiche dans ton article). C’est parce que j’ai déjà vu des tableaux et que je sais qu’en général ils sont encadrés avec des trucs dorés que je vais identifier The Last Judgement comme une image composite créée à partir d’images distinctes et le « Mormon Porn » comme une image unique fragmentée par les découpes.

  2. Je pense qu’il n’est pas possible de répondre à la question « est-ce une image? » sans se pencher sur ce que celle-ci dénote, ou signifie. Ou alors ce n’est que conjecture philosophique, comme vous le soulignez. « Un pixel d’une image est-il encore une image ? » se pose comme « une brique de bâtiment est-elle encore un bâtiment ? » Non vu que c’est l’unité de base (mettons), mais Oui si l’on considère que la brique peut servir de bâtiment à quelques fourmis. C’est peut être une question de relativité et d’échelle finalement. Vos exemples de mise en abyme semblent l’indiquer.

  3. Merci Thierry et NLR pour vos intéressantes remarques.

    @ Thierry: Concernant les exemples de ton premier paragraphe (le détourage, l’image qui recouvre un objet en trois dimensions), je crois que je n’ai pas vraiment dit autre chose. Au début de mon billet j’ai bien précisé que les images peuvent être inscrites dans (ou sur) des formes diverses, mais que le rectangle apparaît bien comme une forme privilégiée.

    J’ai parlé d’extérieur « infini » et non « indéfini » dans le cadre idéalisé, abstrait, de la topologie ou de la géométrie où le plan est effectivement conçu comme infini. Bien entendu dès que l’on quitte ce cadre abstrait et que l’on s’intéresse aux visualisations effectives d’images, il est sans doute préférable de parler d’extérieur « indéfini » (mais ce mot n’a pas grand sens en topologie…).

    Je pense que les images de tailles inhabituelles, et en particulier les images rectangulaires très longues (mais ce n’est pas le seul cas) montrent que la perception d’une image comme un tout n’est pas toujours facile. Au Musée de la Tapisserie de Bayeux, on commence la visite par … le début, par les premières scènes, mais on ne voit même pas la fin de la Tapisserie, située à 70 mètres environ de là où l’on est. Et d’ailleurs, si je me souviens bien, la salle forme un coude. Il n’est pas possible non plus d’en prendre connaissance globalement en prenant du recul. En ce sens, l’expérience est comparable à la déambulation dans une exposition de peinture, sauf que là, il s’agit d’une seule œuvre exposée. Ma comparaison avec le scrolling ne me paraît pas si mauvaise 😉

    Pour l’image de « mormon porn » tu as parfaitement raison, on peut la voir comme une image non connexe composée de morceaux indépendants, semblable en cela à un polyptyque (l’idée est plaisante d’ailleurs, mais c’est une autre histoire). J’ai été un peu elliptique avec cet exemple et j’aurais dû expliquer que pour le mormon porn, quand on réalise l’expérience décrite avec les images précédentes, c’est-à-dire une recherche « par parties » avec Google SbI, on retrouve l’image d’origine, l’image sans les bulles. Et on s’aperçoit que les images du mormon porn sont presque toutes fabriquées à partir d’images qui ne sont pas pornographiques (c’est aussi sur ce point que ces images sont intéressantes ). Si l’on recherche le polyptyque des Hospices de Beaune, on retrouve d’autres images de la même œuvre, cela permet de l’identifier si on ne la connaissait pas, mais rien de plus. En fait, Internet nous oblige à considérer une image non plus isolément, mais insérée dans un réseau complexe d’occurrences diverses, de références à des appropriations diverses, à des images dérivées ou des variations qui incluent des parties de l’image. Et la recherche inversée permet de comprendre un peu mieux ce réseau.

    @ NLR: Mon billet essaie de montrer justement qu’une réflexion « philosophique » sur les images est possible indépendamment de cette question de la dénotation. Il s’inspire de la méréologie où l’on essaie de comprendre les relations partie/tout sans que l’on ait besoin de connaître la nature précise des objets examinés. Pour prendre une autre comparaison, ce point de vue est semblable à celui de la logique du premier ordre où l’on examine les possibilités de combinaison entre les propositions sans « descendre » dans l’analyse du contenu des propositions (qui est l’objet de la logique du second ordre). Pour cette histoire de pixel, j’ai simplifié à l’extrême, mais il n’est pas très difficile en fait, du point de vue méréologique, de considérer un pixel comme une véritable partie d’une image (et donc comme une image). C’est à peu près le même mécanisme qu’en théorie des ensembles lorsque l’on distingue entre un élément x d’un ensemble E et le singleton {x} c’est-à-dire l’ensemble formé d’un seul élément qui est bien une partie de E (ce que l’on ne peut pas dire de x).

    @ Thierry et NLR: suite à vos remarques, je vais préciser ces quelques points dans mon billet. Merci encore.

  4. Dans cette réflexion sur le concept de « partie d’image », est-ce que tu ne dépends pas trop de Google? Je recadre beaucoup de mes photos avant de les rendre publiques. Au moins à la marge. Formellement, ce sont donc des parties d’images. Mais pour qu’elles soient considérées comme des parties d’image par Google, il faudrait que j’ai mis en ligne la version non recadrée de l’image. Ce qui distinguerait le tout de la partie, ce ne serait donc pas quelque chose qui tiendrait à la nature de l’image ou à la prise de vue, mais aux informations dont dispose Google.
    Ou alors il faudrait prendre pour référence la volonté de l’auteur (ce qui ne serait pas pour me déplaire), et définir l’image « entière » comme étant celle qu’il a décidé de rendre publique. On serait dans la logique du droit moral avec le droit de divulgation. Mais si l’auteur décide qu’un recadrage est une nouvelle image et non pas une partie d’un tout?

  5. Mon billet comme je le disais s’inspire de la méréologie, c’est-à-dire que j’essaie de comprendre cette relation partie/tout en ce qui concerne les images indépendamment du support des images, de leur publication ou non, des intentions des auteurs, etc. C’est une abstraction, je te l’accorde, mais pas plus que la logique du premier ordre comme je l’expliquais plus haut. La méréologie est une théorie (ou plutôt un ensemble de théories) modélisant une relation partie/tout idéalisée. C’est une théorie assez fortement formalisée où les objets manipulés sont abstraits mais modélisent des objets bien réels. Pour prendre une autre comparaison, on rencontre plein d’objets circulaires dans la vraie vie mais jamais de cercles qui sont des idéalités géométriques.
    Google SbI (et les moteurs de recherche inverse en général) sont intéressants parce qu’il fournissent des méthodes d’accès à des images qui sont justement reliées entre elles par cette relation partie/tout. Rien d’autre. Mais évidemment, les images qui ne sont pas sur Internet font partie du champ de la réflexion exactement au même titre que celles qui sont en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *