Sur un dessin publié lors d’une exposition contre les Jeux Olympiques de 1936

Note à propos des réactions sur Twitter à la publication de cet article (rédigée le 2 avril 2023)

Publié le 15 mars et mis à jour le 31 mars, cet article a suscité le 1er avril une avalanche de commentaires désobligeants sur Twitter. J’ai cru que le sujet de cet article et son argumentation étaient clairs. Apparemment, ce n’était pas le cas. Voici donc quelques précisions :
– il s’agit d’un article qui s’inscrit dans le champ des études visuelles [visual studies], ce n’est pas un article d’histoire ;
– mon sujet est de replacer un dessin publié en 1936 dans le contexte des caricatures d’Hitler durant les années 1930 ; c’est une enquête visuelle dont l’objectif est de montrer que ce dessin peut être mis en relation graphique et sémantique avec d’autres caricatures, et donc qu’il n’est pas isolé dans la production satirique de l’époque ;
– mon sujet n’est pas l’auteur (inconnu) de ce dessin ;
– mon sujet n’est pas les caricaturistes que je mentionne, qu’il s’agisse de Wo, de Marcel Thierry (M. Thierry) ou de Luis ;
– j’ai été accusé de plagiat, de pillage, d’appropriation du travail d’autrui. Je mets ces accusations graves sur le compte d’une non lecture de mon article. Je ne plagie personne, je ne pille personne, je ne m’approprie rien du tout. Je cite toutes mes sources, en particulier chaque image possède une référence précise et un lien vers la source utilisée. Il suffit de cliquer sur les liens.
– apparemment, la publication de 4 images de Wo dans cet article est le déclencheur de cette avalanche. Lorsque j’ai identifié certains dessins de M. Thierry – notamment l’image 4 qui possède à la fois les relations graphiques et sémantiques évoquées – j’ai poursuivi l’examen de la production de ce dessinateur, et j’ai repéré des dessins de Wo un peu plus tard dans le même journal. Il m’a paru intéressant de mentionner ce fait puisque Wo a été évoqué comme possible auteur du dessin de 1936. Erreur funeste. J’ignorais que les dessins de Wo sont chasse-gardée. J’espère maintenant que les spécialistes de M. Thierry ne vont pas me tomber sur le dos.

Un dernier point. Je mentionne explicitement Nathalie Raoux qui m’a fait connaître, à moi et à beaucoup d’autres, ce dessin et Wo, et je précise que « c’est une découverte et c’est passionnant ». Je reconnais que j’aurais dû ici exprimer un remerciement pour cette découverte. Je ne l’ai pas fait. Dont acte. Je ne suis pas sûr cependant d’avoir envie de le faire maintenant.

Post-scriptum du 3 avril 2023
rappel : mon sujet est une enquête visuelle sur des images possédant un air de famille avec un dessin de 1936 ; le sujet de Nathalie Raoux est Wo.
Début mars, lorsque Nathalie Raoux a fait connaître à tous sur Twitter le dessin de 1936, j’ai posté un commentaire et manifesté mon intérêt pour cette image. J’ai sans doute été naïf ou maladroit, toujours est-il que je me suis fait rembarré (voir ici et ). Dans ces circonstances, quand j’ai décidé peu après de débuter mon enquête visuelle – qui n’est pas son sujet donc – il ne m’est pas venu à l’idée d’envisager une collaboration avec elle.
On peut juger que mon article est mauvais, estimer que mon enquête visuelle est ratée ou sans intérêt. Affirmer qu’il s’agit d’un plagiat, d’un pillage, ou que je me suis approprié son sujet est par contre malhonnête. Encore une fois, je cite toutes mes sources.
Lisez et faites lire cet article. Forgez-vous votre opinion. Et surtout, n’hésitez pas à cliquer sur les liens.

[Article mis à jour le 31 mars 2023]

L’exposition D.O.O.D. à Amsterdam en 1936

L’exposition D.O.O.D. [De Olympiade Onder Dictatuur – L’Olympiade sous la dictature] s’est déroulée à Amsterdam en 1936 pour protester contre les Jeux Olympiques qui avaient lieu cette année-là dans l’Allemagne nazie. Comme pour souligner la gravité du sujet, l’acronyme de l’exposition signifie mort en néerlandais. Cent cinquante artistes, principalement des Pays-Bas, mais aussi de Belgique, de France, de Grande-Bretagne, du Danemark, des États-Unis, ainsi que des émigrants allemands, ont envoyé plus de 300 œuvres d’art à l’exposition. Parmi les participants figuraient de nombreux artistes de renom, comme Robert Capa, Paul Citroen, Max Ernst, Marcel Gromaire, Fernand Léger, André Lhote, Jacques Lipchitz, Jean Lurçat, Lucien Pissarro, Ossip Zadkine, etc.

L’exposition a été inaugurée le premier août 1936, le même jour que le début des Jeux à Berlin, et elle s’est achevée à la mi-octobre. Elle comportait deux sections. La première présentait des informations sur les conditions de vie dans l’Allemagne nazie, la vie sous la dictature et une carte indiquant les prisons et les camps de concentration. Une deuxième section, à l’étage supérieur, abritait les œuvres d’art1.

À l’exception notable des dessins et des caricatures de la section documentation de l’exposition, de nombreuses œuvres n’étaient pas explicitement politiques, comme les photographies de Robert Capa des célébrations de la Semaine Sainte à Séville et un paysage de Lucien Pissarro, quand bien même les artistes effectuaient de fait une déclaration politique par leur simple présence à cette exposition.” (Dirk Deklein, D.O.O.D – De Olympiade Onder Dictatuur – The Olympics under dictatorship, February 7, 2018).

L’exposition a suscité des protestations de la part de l’ambassadeur d’Allemagne à La Haye et du consul d’Allemagne à Amsterdam. Le maire d’Amsterdam a fait enlever un certain nombre d’œuvres avant l’ouverture et la police a constitué un volumineux dossier sur l’exposition. Cependant, aucune interdiction générale n’a été prononcée et l’exposition a été vue par environ 7000 personnes.

Les œuvres confisquées et de nombreux documents ont été conservés dans les archives de la police néerlandaise. Le dossier de police peut d’ailleurs être consulté sur le site des Archives d’Amsterdam. À partir de ces éléments, une reconstitution de l’exposition D.O.O.D. a été présentée au printemps 1996 aux archives municipales d’Amsterdam ainsi qu’à Berlin, et un ouvrage d’accompagnement a été publié2.

Un dessin remarquable en couverture d’un bulletin

À l’initiative du critique musical du journal Het Volk Paul F. Sanders, l’exposition avait été organisée par deux associations néerlandaises, le B.K.v.K. [Bond van Kunstenaars ter Verdediging van de Kulturele Rechten – Union des artistes pour la défense des droits culturels] et le B.O.G. [Bescherming van de Olympische Gedachte – Comité pour la protection de la pensée olympique]. Dans le matériel conservé par la police d’Amsterdam figure un Bulletin du B.K.v.K. dont la couverture reproduit une caricature remarquable ; cette œuvre sera désignée par la suite ‘dessin bkvk’.

Image 01 – Olympiade 1936, bulletin bkvk, no. 12, aug. 1936. Source : Gemeentearchief Amsterdam. Voir aussi l’ouvrage d’accompagnement de l’exposition reconstituée en 1996, op. cit. p. 12.

Dans un tweet récent, Nathalie Raoux a fait connaître ce dessin en demandant aux personnes qui la suivent si, à leur avis, il s’agit d’une œuvre de Wo ou non. L’historienne travaille en effet actuellement sur le dessinateur juif allemand exilé Wolfgang Hamburger, dit Wolf ou Wo, et elle partage régulièrement quelques-uns de ses dessins et parfois des tableaux [pour en savoir plus sur Wo, voir l’interview de Nathalie Raoux par Eva Soto : “Un dessinateur face à Hitler”, 7 décembre 2021, sur le site akadem.org – c’est une découverte et c’est passionnant].

L’ouvrage d’accompagnement de la reconstitution de 1996 mentionne bien Wolf comme participant à l’exposition D.O.O.D.3, et Nathalie Raoux précise qu’elle a retrouvé le catalogue de 1936 qui indique que deux dessins de Wo ont été exposés, et en donnent les titres, “mais cela s’arrête là4. Par ailleurs, Wo a publié dès décembre 1935 un dessin sur les Jeux Olympiques, mais celui-ci n’a rien à voir avec le ‘dessin bkvk’5. L’auteur du ‘dessin bkvk’ demeure donc inconnu – alors pourquoi pas Wo ? Mais pour en savoir plus, les seules ressources disponibles sur Internet concernant l’exposition D.O.O.D. ne sont pas suffisantes ; les bulletins B.K.v..K. par exemple ne semblent pas numérisés et accessibles sur les sites institutionnels néerlandais6. En l’absence d’archives complémentaires, l’examen des seules caractéristiques stylistiques de l’œuvre, malgré les aléas de la méthode, apparaît dès lors comme un recours pertinent.

Une autre approche et une enquête visuelle ardue

Même si l’attribution du ‘dessin bkvk’ à un artiste précis est une question que l’historien(ne) aimerait pouvoir résoudre, une autre approche, ‘visualiste’, peut aussi être expérimentée. On peut en effet s’interroger sur le contexte d’apparition de ce dessin dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Dès les années 1920, et plus encore à partir de janvier 1933 lorsqu’Hitler devient chancelier, les nazis et Hitler ont fait l’objet de multiples caricatures dans le monde entier. Même en Allemagne, de telles caricatures ne sont pas rares dans la presse jusqu’en février 1933. À l’époque des Jeux Olympiques de Berlin, il n’est pas exagéré d’affirmer que cette production satirique faisait partie de la culture visuelle de l’époque – en dehors de l’Allemagne évidemment où ces dessins n’étaient plus diffusés, même si des revues satiriques exilées, en langue allemande, ont paru jusqu’en 19357.

Des caricatures qui présentent un certain air de famille avec le ‘dessin bkvk’ ont-elles existé dans les années 1930 et plus précisément vers 1936 ? On doit reconnaître ici que la question ainsi posée est ardue. Au premier abord, le dessin apparaît original et très isolé dans la production de caricatures de l’époque. Hitler arborant un rameau d’olivier juché sur groupe de canons, ce n’est pas un motif récurrent, un trope visuel, encore moins un cliché ou un stéréotype8.

La difficulté cependant n’est pas insurmontable, et deux investigations peuvent tout de même être entreprises :

  • une recherche d’images possédant des ressemblances graphiques formelles avec le ‘dessin bkvk’ ;
  • une recherche d’images sémantiquement apparentées, d’images qui évoquent la même idée que celle suggérée par le dessin.

Ces investigations ont été effectuées simultanément dans une sélection de journaux et de magazines français et allemands qui contiennent des dessins satiriques et qui ont été publiés durant les années 1930.

Ressemblances graphiques formelles

Dans ce type de recherche, les images doivent présenter certaines caractéristiques graphiques distinctives et facilement identifiables. Deux figures ont été retenues : le motif du personnage juché sur un canon, puis celui des bouches de canons formant des anneaux olympiques.

Recherche sur le motif d’un personnage juché sur un canon

Aucune autre image représentant un personnage debout sur un canon n’a été retrouvée. Si l’on s’en tient à cette caractéristique précise, le ‘dessin bkvk’ apparaît singulier. La recherche a donc été élargie aux personnages proches d’un canon mais dans une autre position.

La caricature suivante représente Hitler à côté et non sur un canon ; elle a été publiée au moment des Jeux Olympiques par le dessinateur Marcel Thierry – qui signait le plus souvent M. Thierry – dans le quotidien L’Ordre. La signification de cette image est bien entendu très différente de celle du ‘dessin bkvk’ et n’a rien à voir avec les Jeux.

Image 02 – M. Thierry, Le droit des gens ? C’est le bon plaisir du plus fort !, L’Ordre, 8 août 1936. Source : Gallica-BnF.

Recherche sur le motif des bouches de canons formant des anneaux olympiques

Pour la recherche de ce motif, le résultat est nettement plus convaincant. Un dessin du caricaturiste Luis, paru en couverture de l’hebdomadaire Juvénal au début des Jeux, représente Hitler vociférant derrière un groupe de canons dont les embouchures dessinent les anneaux olympiques. À la différence du ‘dessin bkvk’, le dictateur ne brandit pas un rameau d’olivier, il ne paraît pas juché sur le groupe de canons, et le dessin comporte une légende. Malgré ces différences, sa date de publication est proche de celle du bulletin bkvk, ce qui conduit à penser que les deux dessinateurs se sont peut-être influencés (mais dans quel sens ?).

Image 03 – Luis, Performance Olympique : La course aux armements, Juvenal, 8 août 1936. Source : Gallica-BnF.

En dehors du contexte spécifique des Jeux Olympiques, la représentation du dictateur nazi ou d’autres personnages près de canons a été abondamment utilisée par les caricaturistes dans les années 1930. L’analyse du quotidien L’Ordre permet de donner un aperçu significatif des illustrations exploitant ce motif.

Les caricaturistes et le motif récurrent du canon – l’exemple du journal L’Ordre (1936-1938)

Le quotidien L’Ordre a été créé en 1929 par Émile Buré. Fortement influencé par son vieil ami Clemenceau, ce journaliste politique est partisan d’une droite modérée et patriote. L’Ordre est un journal d’opinion de format réduit, sur quatre pages seulement dont une de publicités. Son tirage est modeste. Dans la presse de droite de l’époque, Buré détermine une ligne éditoriale originale, opposée aux accords de Munich, aux Ligues d’extrême-droite et aux discours antisémites. Le journal combat non seulement Hitler et Mussolini, mais aussi Franco, ce qui n’est pas si commun pour ce bord politique.

À partir d’août 1935, le journal publie quotidiennement des reprises de caricatures de la presse étrangère9. En septembre 1935, Marcel Thierry y publie son premier dessin10. Il est rejoint en avril 1936 par Elkins qui signera les portraits-caricatures de personnalités en illustrations des articles11. Thierry et Elkins seront les “piliers” des caricaturistes du journal et signeront des centaines de dessins jusqu’à ce que L’Ordre cesse de paraître en juin 194012 [Buré relancera le journal après la guerre, mais c’est une autre histoire…].

Le dessin de Thierry reproduit ci-dessus (image 2) n’est pas isolé. Entre 1936 et 1937, en dehors du contexte des Jeux Olympiques, le dessinateur a fréquemment représenté Hitler ou d’autres personnages associés à de gros canons. En voici quelques exemples.

Le dessin qui suit illustre déjà la duplicité d’Hitler proclamant qu’il veut la paix, entouré d’une multitude de canons. À la différence du ‘dessin bkvk’, le dictateur ne brandit pas un rameau d’olivier, et aucun détail du dessin n’exprime l’idée de la paix. Seule la légende permet de comprendre l’image.
À l’époque, les caricatures de presse étaient souvent encadrées par deux légendes, l’une en haut du dessin et l’autre en bas. Pour un lecteur moderne, cette habitude est lourde. En se remémorant le ‘dessin bkvk’, on peut juger que le caricaturiste Thierry est passé à côté d’un dessin plus percutant, s’il avait dessiné le rameau d’olivier et omis la légende inférieure.

Image 04 – M. Thierry, Hitler va parler chez Krupp – Je veux la paix !, L’Ordre, 27 mars 1936. Source : Gallica-BnF.

À d’autres reprises, Thierry reprend ce thème en opposant une allégorie de la paix et un ou plusieurs canons.
Une illustration d’un discours de Goebbels représente la paix, portant une colombe et un rameau d’olivier, cernée par des canons.
Sur le dessin suivant, Hitler joue la partition ‘Pax Germanica’ sur un orgue dont les tuyaux sont des canons.

Image 05 – M. Thierry, Le discours du docteur Goebbels – “L’Allemagne est aujourd’hui une île fortifiée de la paix”, L’Ordre, 23 février 1936. Source : Gallica-BnF / M. Thierry, Discours à grand orchestre – L’organiste, L’Ordre, 29 mars 1936. Source : Gallica-BnF.

Les figurations symboliques sont parfois peu conventionnelles. Hitler met le feu à une feuille de papier enroulée en forme de canon et sur laquelle sont inscrites des propositions de paix.
La dernière caricature représente les trois dirigeants de l’Axe. C’est l’une des rares images où Hitler est figuré avec un rameau d’olivier. Le canon est cette fois attaché dans son dos.

Image 06 – M. Thierry, Braqué sur l’Europe, L’Ordre, 3 avril 1936. Source : Gallica-BnF / M. Thierry, Les anges de la paix, L’Ordre, 9 novembre 1937. Source : Gallica-BnF.

Le caricaturiste a aussi fréquemment représenté Hitler avec des canons sans que ces derniers soient opposés à une quelconque allégorie de la paix.

Le deuxième dessin où Hitler et Mussolini sont représentés à califourchon sur un canon apparaît deux fois dans la collection du journal13.

Image 07 – M. Thierry, L’ultimatum allemand, L’Ordre, 17 mars 1936. Source : Gallica-BnF / M. Thierry, À cheval sur les principes, L’Ordre, 3 février 1937. Source : Gallica-BnF [ce dessin a été repris plus tard sous le titre Ceux de l’Axe, L’Ordre, 20 mai 1937. Source : Gallica-BnF]

Pour le caricaturiste, le couple de dictateurs affectionne particulièrement les canons.

Image 08 – M. Thierry, Le “complot démocratique”, L’Ordre, 27 février 1937. Source : Gallica-BnF / M. Thierry, Aux usines Krupp, L’Ordre, 28 septembre 1937. Source : Gallica-BnF.

Jusqu’en 1938, Thierry et Elkins demeurent les principaux caricaturistes du journal qui fait très occasionnellement appel à d’autres dessinateurs14. Mais le 31 mai 1938, L’Ordre augmente sa pagination et passe de 4 à 6 pages. Dès le lendemain, Louis Frick, syndicaliste CGT, signe des dessins dans la nouvelle formule du journal15. Dans les semaines qui suivent, le journal ouvre ses colonnes à d’autres jeunes dessinateurs plutôt marqués à gauche : Valère Sorokine dit Soro qui travaillera plus tard pour la presse de la Libération, Nitro qui dessinait déjà pour La Vie ouvrière, Jean Ravet dit Teyvar, Joseph Paz dit Jo Paz, et… Wo.

Du 24 juin au 18 novembre 1938, le quotidien L’Ordre publie 79 dessins de Wo. Ces dessins sont pour la plupart politiques, mais pas toujours. Wo caricature aussi le Tour de France par exemple. À la différence de Thierry qui publie une dizaine de dessins chaque semaine, le rythme de Wo est moins soutenu tout en étant régulier. Il arrive qu’il publie deux dessins dans une même parution, et même trois le 9 juillet 193816.

Même s’ils sont moins nombreux que chez Thierry, les canons sont bien présents dans la production de Wo à cette époque.

Sur le second dessin ci-dessous, la position du dictateur agité derrière ses canons rappelle un peu les compositions de Luis (image 3) et de Thierry (image 4). Au premier plan, le personnage qui lâche son fusil, surpris par le déploiement de force nazi, est le Président de la République tchécoslovaque Edvard Beneš. Le gouvernement tchécoslovaque venait en effet de décréter la mobilisation partielle de son armée en réaction au déploiement de troupes hitlériennes à sa frontière pour “protéger les Allemands des Sudètes”.

Image 09 – Wo, Après deux ans de guerre – Dire qu’ils ne sont pas encore « belligérants » !, L’Ordre, 26 juillet 1938. Source : Gallica-BnF / Wo, Mobilisation – Hé la ! Provocateur !, L’Ordre, 13 août 1938. Source : Gallica-BnF [un autre dessin de Wo est présent sur la même page : Retrait des volontaires].

Wo revient sur la crise des Sudètes dans les deux dessins suivants. Sur le premier, le personnage réjoui qui figure à cheval sur un canon est Konrad Henlein, le fondateur et chef du Parti allemand des Sudètes qui prône l’intégration de la région à l’Allemagne. La posture du personnage rappelle là encore le dessin de Thierry représentant Hitler et Mussolini à cheval sur un canon (image 07). En arrière-plan, Hitler observe en souriant cette position ridicule et belliciste, comme pour souligner que le leader séparatiste est une simple marionnette.

Image 10 – Wo, Parbleu – Rien n’est changé à la position du parti sudète !, L’Ordre, 26 août 1938. Source : Gallica-BnF / Wo, Alors militaire, le moral est bien trempé ?, L’Ordre, 28 septembre 1938, p. 2 . Source : Gallica-BnF.

On observe que Thierry dessine ses canons en 1936 et 1937. Par la suite, de 1938 à 1940, il n’utilise plus jamais ce motif dans le journal. En 1938, c’est Wo qui dessine des canons, comme s’il exploitait à sa manière le motif délaissé par son devancier toujours actif.

Images sémantiquement semblables

Dans ce type de recherche, les images doivent évoquer une idée semblable à celle suggérée par le ‘dessin bkvk’, l’antinomie entre un armement massif et la paix, symbolisée par une colombe ou un rameau d’olivier. Nous avons déjà relevé de telles caricatures dans la production de Marcel Thierry pour le quotidien L’Ordre (images 4 et 5). Dans l’idéal, la signification devrait être plus précise et illustrer la duplicité du dictateur qui se présente comme pacifique, rameau d’olivier à la main, tout en s’affichant avec un énorme arsenal.

Durant les années 1930, plusieurs dessins satiriques ont représenté le contraste entre la course aux armements des États, jugée en grande partie responsable de la Première Guerre mondiale, et les intentions de paix manifestées par les politiques et particulièrement par Hitler.

En 1931, le magazine satirique Der wahre Jakob illustre l’annonce de la Conférence mondiale pour le désarmement, organisée par la Société des Nations l’année suivante. Tout en s’engageant activement dans le réarmement, le Troisième Reich quitte cette conférence en octobre 1933.

La seconde caricature illustre la réaction du magazine américain The Nation au discours d’Hitler au Reichstag le 17 mai 1933, qualifié de “Discours de la Paix” [Friedensrede]. Il exprime la crainte que les déclarations de paix d’Hitler soient mensongères et que l’Allemagne revienne de fait à un militarisme agressif. L’origine de l’image est surprenante. Elle a été collectée par Ernst Hanfstaengl, un proche d’Hitler qui deviendra conseiller de Roosevelt durant la guerre (!), et publiée en 1934 dans un recueil intitulé Hitler dans la caricature du monde [Hitler in der Karikatur der Welt]. Ce recueil plusieurs fois réédité avait été approuvé par Hitler. Il comporte des commentaires qui réinterprètent ces images afin qu’elles apparaissent favorables au dictateur17.

Image 11 – 1932 Abrüstungs-Konferenz [Conférence du désarmement de 1932], Der Wahre Jacob, Nr. 7, 28. März 1931 ; Na, Sie da unten, beeilen Sie sich nur, dass Sie noch hinkommen! [Eh bien, vous là-bas, dépêchez-vous d’y aller !] Source : Heidelberger historische Bestände – digital / The Nation, New York, 1933, reproduit dans Ernst Hanfstaengl, Hitler in der Karikatur der Welt – Tat gegen Tinte, Ein Bildsammelwerk von Ernst Hanfstaengl, Berlin: Verlag Braune Bücher Carl Rentsch, 1933-1934, p. 125 [consultable sur archive.org]

À la suite de ce ‘discours de la paix’, la couverture de l’hebdomadaire Les Potins de Paris illustre également le double-jeu du dictateur – Hitler a le regard maussade, il tient la colombe de la paix en cage dans un brasier figurant la guerre.

La couverture de l’hebdomadaire Juvénal en 1935 représente Hitler écoutant un marchand de canon, surveillé par John Bull et Staline, tandis qu’une colombe de la paix minuscule figure au-devant de la scène.

Image 12 – Le discours du Fuhrer – La tentation, Les Potins de Paris, 21 mai 1933. Source : Gallica-BnF / Jean Turpin, Et maintenant… si on parlait un peu de la paix ?, Juvénal, 23 mars 1935. Source : Gallica-BnF.

En mars 1936, une caricature de Jean Effel montre le dictateur changer le papier peint d’un appartement. L’ancien papier où figure une colombe de la paix est arraché ; il sera remplacé par un nouveau motif, un corbeau sur un fusil. Quelques mois plus tard, une caricature illustre la sournoiserie du dictateur représenté en colombe de la paix tandis qu’une brute nazie met le feu aux poudres dans plusieurs pays européens.

Image 13 – Jean Effel, Changement de papier peint, Marianne, 11 mars 1936, p. 2. Source : Gallica-BnF / La poudrière, La Vie ouvrière, 21 août 1936, p. 12. Source : Gallica-BnF.

Bien qu’elles reposent sur le contraste entre l’armement ou la guerre et une allégorie de la paix, toutes ces images demeurent graphiquement éloignées du ‘dessin bkvk’ – Hitler par exemple n’y brandit pas un rameau d’olivier.

Dans la profusion des caricatures de l’époque, le dessinateur Moisan a plusieurs fois représenté Hitler avec une auréole et un rameau d’olivier. Mais si cette dernière caractéristique rapproche son personnage du ‘dessin bkvk’, il en demeure, là encore, assez éloigné.

Image 14 – En plein carnaval – La promenade des Anglais, dessin de Moisan, Le Merle blanc, 30 mars 1935. Source : Gallica-BnF / Politique extérieure hitlérienne, dessin de Moisan, Le Merle blanc, 29 août 1936. Source : Gallica-BnF.

La caricature suivante rassemble par contre plusieurs caractéristiques semblables au ‘dessin bkvk’. Elle a été publiée fin 1933 dans Frei Presse, un hebdomadaire éphémère créé par des sociaux-démocrates allemands en exil à Amsterdam. Elle représente Hitler en ange de la paix, un rameau d’olivier à la main, avec en arrière-plan une armée en marche accompagnée d’avions militaires. Ce dessin est de Josef Čapek, peintre, écrivain, photographe et illustrateur tchécoslovaque [on lui doit le mot robot qui apparaît pour la première fois en 1920 dans une pièce de théâtre écrite par son frère Karel Čapek]. La légende fait allusion à des déclarations d’Hitler sur la paix, dans le journal Le Petit Parisien, alors que l’Allemagne venait de quitter la Conférence mondiale pour le désarmement (voir ci-dessus). La caricature de Čapek illustre clairement la duplicité du dictateur à l’aide d’éléments graphiques semblables à ceux utilisés dans le ‘dessin bkvk’, à l’exception des canons qui sont ici remplacés par une armée.

Image 15 – Josef Čapek, Zu den Enthüllungen des “Petit Parisien” – Hitler: “Ich erkläre feierlichst vor aller Welt, dass ich den Verfasser von ‘Mein Kamf’ nicht kenne!” [Concernant les révélations du “Petit Parisien” – Hitler : “Je déclare solennellement devant le monde entier que je ne connais pas l’auteur de ‘Mein Kampf’ !”], Freie Presse, Nummer 21, Amsterdam, 2. Dezember 1933, p. 7. Source : International Institute of Social History, voir aussi sur Wikimedia.org.

La caricature qui suit fait intervenir deux supports imprimés totalement antagonistes. Elle est parue en effet initialement dans le quotidien yiddish new-yorkais Der Tog [The Day]. Elle a ensuite été reproduite dans un article du magazine nazi Der Stürmer, avec un autre caricature et une photo. Les trois documents sont mentionnés comme extraits d’une édition du journal Der Tog publié à l’automne 1935, sans autre précision de date. Der Stürmer publiait en effet parfois des extraits de la presse juive, toujours accompagnés bien sûr de commentaires violemment antisémites à visées propagandistes18.

Image 16 – Extrait de Der Tog, automne 1935, reproduit dans Der Stürmer, Nr. 52, Dezember 1935, p. 8. Légende du magazine nazi : “Hitler!” — Der Text lautet: “Er spricht vom Frieden und meint den Krieg” [Le texte dit : “Il parle de paix et veut dire la guerre”]. Source : archive.org.

Cette caricature rassemble deux des caractéristiques graphiques principales du ‘dessin bkvk’ : le groupe de canons et le personnage d’Hitler brandissant un rameau d’olivier. Comme la caricature précédente de Josef Čapek – et le ‘dessin bkvk’ lui-même bien entendu – elle dénonce la duplicité du dictateur qui parle de paix tout en préparant la guerre. On serait presque tenté de dire qu’il manque juste les bouches de canons en forme d’anneaux olympiques…

Cette image demeure néanmoins une énigme. Der Tog est numérisé et disponible intégralement sur le site de la National Library of Israel [NLI]. Lorsque l’on examine la séquence de numérotation des parutions, la collection ne semble pas comporter de manques pour l’année 1935. Le dessin a été publié en page 10 du quotidien comme l’indique le bandeau de titre au-dessus du l’image. Même en examinant toutes les pages 10 du journal pour l’année 1935, il demeure pourtant introuvable. Par contre, il existe un dessin figurant un personnage tout à fait semblable, manifestement du même dessinateur, dans l’édition du 17 septembre 1935… mais pas en page 10 (image 17 ci-dessous) ! Interrogée, la NLI confirme que le dessin publié dans Der Stürmer n’apparaît pas dans la collection du journal Der Tog numérisée par l’institution israélienne19. L’énigme demeure. Il est possible que le journal paraissait sous plusieurs éditions.

Image 17 – Der Tog, 17 September 1935⁩, p. 4. Source : National Library of Israel / Extrait de Der Tog, automne 1935, reproduit dans Der Stürmer, Nr. 52, Dezember 1935, p. 8. Source : archive.org.

Un dessin satirique dans son contexte visuel

Le ‘dessin bkvk’ est incontestablement l’œuvre d’un artiste de talent qui a réussi à dépeindre l’instrumentalisation politique des Jeux de 1936 et la duplicité d’Hitler proclamant la paix tout en préparant la guerre. Malgré son originalité, pourtant, cette œuvre n’est pas isolée dans le contexte visuel des années 1930. D’autres caricatures qui lui sont antérieures condamnent également l’hypocrisie du dictateur qui multiplie les déclarations pacifistes tout en réarmant massivement le Reich. De plus, quelques-unes de ses caractéristiques graphiques les plus frappantes se retrouvent dans d’autres dessins : l’amoncellement de canons, leurs embouchures en forme d’anneaux olympiques, le dictateur qui brandit un rameau d’olivier. Sémantiquement et graphiquement, le ‘dessin bkvk’ n’est pas un hapax visuel, il appartient pleinement à la production satirique de l’époque. Il partage avec quelques autres dessins, dont certains sont sans doute encore à découvrir, une sorte d’air de famille. Et il fait désormais partie du patrimoine visuel des dessinateurs politiques. Avec le dessin de Luis relevé plus haut (image 3), il pourrait même avoir inspiré l’auteur de la couverture du magazine américain Newsweek qui, un mois après l’invasion soviétique de l’Afghanistan, pose la question du boycott des Jeux Olympiques d’été de 1980 à Moscou.

Image 18 – Newsweek, January 28, 1980

  1. D’après : D.O.O.D. sur Wikipedia/NL [en néerlandais] ;
    Volker Kluge, ‘D.O.O.D.’ – the 1936 Art Olympiad in Amsterdam, Journal of Olympic History, Volume No. 26, Issue No. 3, pp. 66-67, 2018 ;
    Jurryt van de Vooren, Al in 1936 was er in Amsterdam een protest tegen een sportevenement vanwege de mensenrechten in het gastland, December 5, 2022 [en néerlandais]. []
  2. Die Olympiade unter der Diktatur : Rekonstruktion der Amsterdamer Kunstolympiade 1936 : Kunst im Widerstand / mit Beiträgen von Peter Hofland, John Steen, Sarah Wilson ; Redaktion, Betsy Dokter, Carry van Lakerveld ; für die deutsche Ausgabe, Dominik Bartmann ; [Übersetzung, Marlene Müller-Haas], Berlin : Stadtmuseum Berlin : Sportmuseum Berlin ; Amsterdam : Gemeentearchief Amsterdam ; Zwolle : Waanders, 1996 [en allemand]. []
  3. Op. cit., p. 32. []
  4. Discussion publique sur Twitter, 3 mars 2023. []
  5. Wolf, L’esprit olympique…, Vendredi – hebdomadaire littéraire, politique et satirique, 13 décembre 1935, p. 10, rubrique ‘Olympiades 1936’. Source : Gallica-BnF. Le journal Vendredi a publié d’autres dessins de Wo. []
  6. Voir par exemple cette fiche sur le NIOD Instituut voor Oorlogs-, Holocaust- en Genocidestudies [Institute for War, Holocaust and Genocide Studies]. []
  7. Indications bibliographiques :
    Liz Mcquiston, Protest! A History of Social and Political Protest Graphics, Princeton University Press; Illustrated edition, 2019, particulièrement le chapitre 3 ;
    Tony Husband, Hitler in Cartoons: Lampooning the Evil Madness of a Dictator, Arcturus Publishing Limited, 2017 ;
    Zbynek Zeman, Heckling Hitler: Caricatures of the Third Reich, I B Tauris & Co, 1987 ;
    Claude Maillard et Jean-Claude Simoën, Hitler à travers la caricature internationale, Albin Michel, 1974 ;
    Pour l’Allemagne :
    Patrick Rössler, À coup de crayon contre le régime nazi : les dessinateurs des magazines satiriques Simplicus et Der Simpl (1934-35) et leur production en exil à Prague, Traduit de l’allemand par Béatrice Pellissier, Matériaux pour l’histoire de notre temps 2020/1-2 (N° 135-136), pages 16 à 27. []
  8. J’ai développé dans plusieurs articles, sur des exemples variés, ces notions de trope visuel, de cliché et stéréotype. Voir : La déploration du super-héros, 6 août 2012 :
    Les stéréotypes visuels dans les war comics, 5 février 2013 ;
    Roues imaginaires, roues possibles – une enquête visuelle et deux propositions théoriques, 27 avril 2013 ;
    La noirceur du petit ramoneur, 9 décembre 2013 ;
    Les origines des clowns agressifs dans la culture populaire, 24 décembre 2014 ;
    “De Superman à Wittgenstein” – les ressemblances de famille et imitations d’un célèbre dessin, 27 février 2015 ;
    L’imagerie des dinosaures dans les pulp magazines et les comics, 13 octobre 2015 ;
    Le regard masculin dans les premières publications populaires américaines (1840-1920), 22 mars 2018, en trois parties. []
  9. L’actualité politique par la caricature [reprise d’un dessin paru dans La Stampa], L’Ordre, 16 août 1935. []
  10. M. Thierry, Un dernier effort, Président !, L’Ordre, 14 septembre 1935. []
  11. Elkins, Portrait de P.-E. Flandin, L’Ordre, 7 avril, 1936. []
  12. M. Thierry, En Hitlérie, L’Ordre, 8 juin 1940. []
  13. La figure remonte au moins à une carte postale allemande de la Première Guerre mondiale qui représente un jeune garçon à califourchon sur un canon. Voir la carte postale, Hier werden noch Kriegserklärungen angenommen [Les déclarations de guerre sont toujours acceptées ici], c. 1915, in Friedrich Wendel, Deutsche Kriegspostkarten – Ein Panoptikun des Kitsches und der Volksverdummung [Cartes postales de guerre allemandes – un panoptique du kitsch et de l’abêtissement du peuple]. Der wahre Jakob, Nr. 7, 18. Februar 1933 [encart du magazine]. Source : Heidelberger historische Bestände – digital. []
  14. Tom, Monsieur Jouhaux revient d’Espagne, L’Ordre, 18 août 1936. []
  15. Frick, La responsable, L’Ordre, 1er juin 1938 []
  16. Wo, Ça va pas mal, le moral seul est atteint… [sur le Tour de France], L’Ordre, 9 juillet 1938 ; Wo, Du sport, L’Ordre, 9 juillet 1938, p. 2 ; Wo, Inondations, L’Ordre, 9 juillet 1938, p. 3. []
  17. Voir Matthias Kohlmaier, Wie die Welt Hitler sah, Süddeutsche Zeitung, 31. Juli 2012 [en allemand]. []
  18. voir Ralph Keysers, Les caricatures antisémites, in Ralph Keysers (dir.), Der Stürmer, Instrument de l’idéologie nazie – Une analyse des caricatures d’intoxication, préface de Yamina Benguigui, Paris, L’Harmattan, collection “Allemagne d’hier et d’aujourd’hui”, 2012, p. 51 sq. []
  19. Communication de Daniel Lipson de la NLI, le 20 mars 2023. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Patrick Peccatte (15 mars 2023). Sur un dessin publié lors d’une exposition contre les Jeux Olympiques de 1936. Déjà Vu. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ni9x


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search