Le projet d’indexation collaborative « Débarquement de Normandie » de l’ECPAD – espoir et déception

L’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) est un établissement public à caractère administratif du ministère des Armées1.

L’ECPAD produit et diffuse toute la production audiovisuelle du ministère et conserve la plupart de ses archives images et sons. L’établissement a également numérisé des fonds de photographies privées ainsi que des fonds sur la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, et toutes les opérations où les armées françaises ont été engagées. Quelques-unes de ces collections sont partiellement accessibles sur son site.

Parmi les collections considérables de l’ECPAD, celles de la Seconde Guerre mondiale ont particulièrement intéressé le collectif PhotosNormandie, un projet collaboratif débuté en 2007 qui a pour but d’améliorer les légendes de plus de 5100 photos et 300 films historiques de la bataille de Normandie. Deux séries réalisées par les services cinématographiques américain et britannique, illustrant notamment le débarquement et la bataille de Normandie, ont en effet été numérisées par l’ECPAD ; ces deux séries portent respectivement les références 3H et SA. Par ailleurs, l’ECPAD conserve aussi une partie de la production audiovisuelle des compagnies de propagande allemandes qui comprend quelques films et des photographies réalisés durant l’occupation et la bataille de Normandie (voir ici la description des fonds de l’ECPAD concernant la Seconde Guerre mondiale).

La série 3H de l’ECPAD

La série 3H comporte 208 rushes réalisés par l’Army Pictorial Service (APS) qui était rattaché au Signal Corps réorganisé en 1942 à la suite de l’engagement des États-Unis dans la guerre (voir ici la description des collections de l’ECPAD sur le débarquement et la bataille de Normandie). L’APS était supervisé par Darryl F. Zanuck et Frank Capra, respectivement avec les grades de colonel et major. Les équipes légères de l’APS, formées d’un photographe et d’un cameraman accompagnés d’un chauffeur et d’un secrétaire, opéraient la plupart du temps simultanément sur le terrain, filmant et photographiant ensemble les mêmes événements. Sur certains événements importants, ils étaient aussi accompagnés par les correspondants de presse. Il n’est donc pas étonnant que les images fixes et animées produites par ces différentes sources – presse ou militaire – puissent quelquefois être rapprochées et s’éclairent mutuellement. Retrouver les liens perdus entre les photos et les films est d’ailleurs rapidement devenu l’un des axes importants du projet PhotosNormandie. Actuellement, nous avons repéré 457 photos qui correspondent à des séquences filmées.

Jusqu’à tout récemment, les films de la série 3H n’étaient pas proposés sur le site internet de l’ECPAD. Ils devaient être visionnés au fort d’Ivry, dans le Val-de-Marne, sur demande explicite, avec toutes les contraintes liées à l’accès et à la consultation dans une enceinte militaire. Ce mode de travail est évidemment inconciliable avec notre projet qui repose sur une diffusion libre en ligne et sur la discussion ouverte et publique – PhotosNormandie est pleinement dans la culture du partage. C’est pour cela que le collectif a pris contact avec l’ECPAD en 2013 en proposant à l’établissement d’avoir accès sur un espace collaboratif aux films américains de la série 3H, et en suggérant un partenariat, à l’image de celui que nous avions établi deux ans auparavant avec la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville2.

Sans réponse de la part de l’établissement, le collectif a alors décidé de financer lui-même et de réaliser la numérisation des films américains sélectionnés et archivés sur le site NARA de College Park, à côté de Washington D. C.3. Désormais, 300 films sur le débarquement et la bataille de Normandie sont numérisés et disponibles en libre accès sur le compte YouTube de PhotosNormandie – soit une centaine de plus que la série 3H de l’ECPAD sur le même sujet.

Le projet d’indexation collaborative « Débarquement de Normandie » de l’ECPAD

Le 6 février 2023, l’ECPAD a lancé son projet d’indexation collaborative « Débarquement de Normandie »dont l’objectif est de proposer aux internautes d’enrichir les légendes de plus de 200 rushes de l’armée américaine relatifs à la bataille Normandie”.
Le projet est précisé en ces termes :

C’est la première fois que l’ECPAD fait appel aux contributeurs afin d’améliorer l’indexation des fonds qu’il conserve. Après avoir acquis en 1990 la série de films « Débarquement de Normandie » constituée de copies de rushes des actualités américaines, l’établissement vient de les rendre accessibles en ligne sur son site ImagesDéfense. Ces 208 bobines sont également conservées à la National Archives and Records Administration (NARA) à Washington aux États-Unis […]
Elles se distinguent, pour la plupart, par leur grande qualité technique visuelle. Cependant, les documents d’origine de ces films comportent des erreurs de légendage et de localisation, ainsi que des lacunes, certains sujets n’ayant pas du tout été identifiés à l’époque.
Pour améliorer l’indexation de ces 191 rushes, l’ECPAD lance un appel à contribution auprès des internautes en les sollicitant afin qu’ils enrichissent les légendes […]
Le projet d’indexation collaborative « Débarquement de Normandie » est ouvert à tous les contributeurs.
L’indexeur est invité à noter la référence du film et toute information relative à la date, au lieu, à l’unité militaire, à une personnalité visible à l’image et à un matériel militaire, en précisant le time code et la source de ses informations.

La série 3H est donc désormais accessible sur ImagesDéfense, la plateforme développée par l’ECPAD pour offrir à un large public la consultation de ses archives audiovisuelles et qui sert également pour la vente de ces archives.

image 01 – La série 3H (débarquement de Normandie) sur ImagesDéfense

Seize ans après le début de notre projet collaboratif sur les photos de la bataille de Normandie, dix ans après son extension aux films, le collectif PhotosNormandie a pris connaissance de cette initiative avec une grande satisfaction !
Nous avons été vite déçus.

Un projet décevant en l’état

Les filigranes
Les numérisations de la série 3H proposées par l’ECPAD sont de très bonne qualité, bien meilleure que celles de PhotosNormandie qui disposait en 2013 d’un budget limité et n’a pu atteindre un même niveau qualitatif. Mais cet avantage est totalement gâché par les nombreux filigranes intrusifs qui affectent les films. Chaque image est estampillée par plusieurs bandeaux Images défense et des cercles qui les séparent (voir image 2 ci-dessous). Ce marquage rend la visualisation assez pénible et gêne beaucoup le travail d’analyse des séquences.

image 02 – Photogramme extrait du film 3H 021 (référence NARA 111-ADC-2122), 3’21 s.
15 août 1944 – Entrée d’unités de la Third Armored Division (3AD) dans le village de Rânes (Orne) par la route de Carrouges. Le panneau d’entrée du village est criblé d’impacts. Le bourg a été détruit à 80 % environ par les bombardements américains [et non par les combats].

Le processus de collecte des contributions

Le processus de collecte retenu par l’ECPAD est simple. Chaque contributeur doit envoyer sa proposition de contribution à l’adresse documentation(arobase)ecpad.fr. On peut imaginer que l’établissement évaluera chaque proposition reçue, et demandera éventuellement des précisions en dialoguant avec le contributeur. Le processus n’est pas décrit plus avant, mais il est probable que toutes les propositions reçues, après évaluation, permettront d’améliorer et de mettre à jour la description du film. Cette procédure n’est pas véritablement collaborative puisque les différents contributeurs ne peuvent pas communiquer entre eux. Le dialogue s’établit indépendamment entre chaque contributeur et la personne responsable de la collecte à l’ECPAD. Un contributeur ne peut pas connaître les informations proposées par les autres contributeurs, les discuter, les évaluer. Il n’en prendra connaissance que lorsque une nouvelle description du film aura été publiée. L’établissement apparaît dès lors comme une instance supérieure qui régit et contrôle les propositions envoyées par des ilotes.

Avec le projet PhotosNormandie, nous avons toujours souhaité éviter ce type de point de vue “surplombant”, la posture de l’institution qui veille jalousement sur ses documents bardés de filigranes et qui contrôle scrupuleusement ce qui en est dit sans possibilité de dialogue mutualisé. PhotosNormandie est fondé sur la discussion ouverte entre tous les contributeurs. C’est d’ailleurs aussi cette position d’ouverture qui a été adoptée par les institutions qui participent au projet The Commons [Pour rappel, The Commons a été initié en 2008 par la Library of Congress, un an après PhotosNormandie. The Commons utilise également Flickr comme plateforme et regroupe actuellement 114 institutions dans 24 pays. Selon sa FAQ, The Commons a deux objectifs principaux : accroître l’accès du public aux collections de photographies d’archives conservées par les institutions et permettre au grand public d’apporter des informations et des connaissances afin d’améliorer leurs descriptions4]. Le processus retenu par PhotosNormandie comme par The Commons est la discussion ouverte sur chacun des documents proposés. Il n’existe pas de statut particulier pour les responsables du projet, chaque participant peut lire et critiquer les propositions de contributions des autres, et la nouvelle description est l’œuvre d’un collectif.

Le principe d’un projet collaboratif en ligne est de solliciter les internautes afin d’améliorer la description des contenus proposés et découvrir d’autres contenus en relation. L’institution qui souhaite conduire un tel projet reconnaît donc une certaine expertise aux internautes, et doit mettre tout en œuvre pour que leur travail collectif soit fructueux ; elle doit être à l’écoute des contributeurs potentiels, être leur égal, faciliter leur dialogue mutuel, les encourager dans une tâche longue, fastidieuse et obscure.

Un projet perfectible

Malgré ces critiques, le collectif PhotosNormandie estime néanmoins que cette initiative de l’ECPAD est très encourageante et souhaite bonne chance à ce projet, en espérant qu’il puisse être étendu à d’autres collections de l’établissement – par exemple aux images du fonds allemand sur la bataille de Normandie que nous connaissons très mal. Nous souhaitons surtout que le projet actuel ne soit qu’un “premier jet” et progresse sur les deux points évoqués qui nous semblent essentiels : atténuer l’impact des filigranes qui devraient être réduits à une seule mention de taille minime, en bas ou en haut de l’image, et élaborer un site qui permette aux contributeurs un véritable dialogue ouvert et mutuel, en partenariat égalitaire avec l’établissement. Une évolution dans ce sens constituerait un signal très fort pour les institutions françaises, toujours timorées sur le travail collaboratif.

  1. Il s’appelait ECA Établissement cinématographique des armées) de 1961 à 1969, puis ECPA (Établissement cinématographique et photographique des armées) de 1969 à 2001. []
  2. Voir l’article : Partenariat entre la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville et PhotosNormandie, 17 mai 2011. []
  3. Voir l’article : Une collection de films d’archives sur YouTube pour PhotosNormandie, 27 septembre 2013. []
  4. Pour en savoir plus sur The Commons, voir cette présentation sur le site de la Flickr Foundation []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search