L’Arche de l’espace d’Elon Musk

Le 5 décembre, Elon Musk publie sur son compte Twitter une illustration avec cette description : “Un vaisseau spatial emmène des êtres vivants de la Terre vers Mars”. Dans un second tweet, il précise qu’il s’agit d’une œuvre de l’artiste japonais Shigeru Komatsuzaki (1915-2001) datant de 1968.
Comme toujours avec Musk, ce tweet a suscité de nombreux commentaires, et un opportuniste a même acheté le nom de domaine ArkOfElon.com.

image 01 – Tweets d’Elon Musk le 5 décembre 2022 [voir sur Twitter]

Le dessinateur Shigeru Komatsuzaki “a marqué de son empreinte la science-fiction japonaise des années 60 et 70 en illustrant des affiches, des couvertures de magazines, des illustrés, des boîtes de jeux, de maquettes en plastique et de jouets, etc. Dans ses dessins, on retrouve ses thèmes de prédilections : des robots, des fusées, des vaisseaux d’exploration spatiale, des soucoupes volantes… mis en scène dans un univers futuriste très coloré” (Illustrations de science-fiction de Shigeru Komatsuzaki, Les infos de Ballajack, 03/08/2010).

Cette illustration Ark of Space a été abondamment diffusée sur Internet. Elle apparaît parfois avec des inscriptions en japonais, ce qui indique qu’elle a probablement été publiée à l’origine dans un magazine que nous n’avons pas réussi à identifier.

image 02 – Ark of Space, Shigeru Komatsuzaki, 1968

image 03 – Ark of Space, Shigeru Komatsuzaki, 1968, avec des inscriptions en japonais

La scène est facile à interpréter. Alors que la Lune s’est considérablement rapprochée de la Terre, provoquant un cataclysme figuré par le naufrage d’un navire au second plan, des couples de chacune des espèces animales embarquent dans un immense vaisseau spatial. C’est une arche de Noé de l’ère spatiale.

Quelques arches de l’espace

Le dessin de Komatsuzaki n’est en réalité pas très original. L’artiste japonais s’est d’ailleurs inspiré très largement d’une illustration bien plus ancienne – nous y reviendrons.

L’idée d’une arche envoyée dans l’espace afin de sauvegarder des formes de vie, le plus souvent terrestres, est assez commune dans la science-fiction. Pour l’époque moderne, l’exemple le plus connu est certainement l’épisode The Ark in Space de la série Doctor Who (1975).

Si l’on s’en tient seulement aux images antérieures au dessin de Komatsuzaki (1968), une investigation rapide permet de retrouver plusieurs exemples d’arches de l’espace. Elles sont décrites ici en trois catégories – cartoons, comics, pulps – de la plus récente à la plus ancienne. Ce relevé montre que les images d’arches de l’espace illustrent des histoires de science-fiction très variées ; il se termine par un résumé du roman qui a inspiré indirectement l’illustration de Komatsuzaki, dont le dénouement est aux antipodes des lubies d’Elon Musk.

Cartoons
Une arche de l’espace figure sur deux dessins humoristiques (cartoons) publiés dans des journaux ou des magazines par deux dessinateurs américains célèbres, Irving Phillips et Charles Addams [le créateur de La famille Addams].

Ces deux dessins sont similaires et s’appuient sur la culture biblique du lecteur. Une arche de Noé moderne embarque des couples d’animaux, ce qui annonce qu’une catastrophe imminente menace actuellement la Terre.

image 04 – Irving Phillips, The Strange World of Mr. Mum, 1960. Source : Newspaper Comic Strips, September 5, 2021

image 05 – Charles [Chas] Addams, The New Yorker, July 13, 1946, page 20. Source : Attempted Bloggery, January 15, 2017

Il est remarquable que Phillips soit revenu plusieurs fois sur le thème de l’arche en 1960.

image 06 – Irving Phillips, The Strange World of Mr. Mum – deux autres dessins publiés en 1960. Source : Newspaper Comic Strips, September 5, 2021

Comics
Les histoires qui mettent en scène des arches de l’espace dans les comics sont souvent très éloignées du scénario convenu, le sauvetage à l’approche d’un cataclysme inspiré de l’épisode biblique.

Le personnage de Beast Boy est créé en novembre 1965. C’est un super-héros capable de se transformer en n’importe quel animal. Le mois suivant, il se retrouve parmi les animaux transportés par une arche spatiale et vendus à un zoo. Sa présence menace alors la Terre.

image 07 – The Menace of Beast Boy!, Tales of the Legion of Super-Heroes, Adventure Comics #339, December 1965

Dans une histoire de Blackhawk parue en 1960, un vaisseau spatial construit par des aliens et transportant quelques-uns de leurs animaux atterrit sur la Terre. Le dessinateur a représenté une vue en coupe schématique de cette arche venue d’un autre monde.

image 08 – Noah’s Ark from Space, Blackhawk #152, September 1960, Pencils Dick Dillin, Inks Sheldon Moldoff, Letters Ira Schnapp

L’année précédente, c’est une autre arche venue de l’espace qui aborde la Terre avec des millions d’aliens endormis.

image 09 – Amazing Ark of Space!, Mystery in Space, #54, September 1959, Script Otto Binder, Pencils Sid Greene, Inks Sid Greene

En 1955, la couverture de Strange Adventures représente une arche de l’espace qui semble plus “habituelle” en embarquant des animaux. Pourtant, dans ce grand vaisseau de l’espace, ce sont des créatures d’un autre monde qui rassemblent des couples de tous les êtres vivants de la Terre, et ils considèrent les humains comme une forme animale également à collecter.

image 10 – The Ark from Planet X, Strange Adventures #59, August 1955, Cover artists Gil Kane & Bernard Sachs; p. 6 Script John Broome, Pencils Sid Greene, Inks Joe Giella

Toujours en 1955, sur la petite planète Moru, la prophétesse Hella prédit la destruction du système solaire. Elle fait construire une arche qui pourra sauver 500 personnes extrêmement fortunées, une élite qu’elle choisira. Le space ranger Rocky Jones est envoyé sur Moru et déjoue ce projet en révélant qu’il s’agit d’une escroquerie.

image 11 – The Ark, Space Adventures #17, July 1955, Script Joe Gill, Art Ted Galindo, p. 8

En 1953, Noé s’oppose au tyran Torus. À l’inverse du Noé biblique il prophétise qu’une sécheresse prolongée va frapper la Terre, et il la quitte avec son arche spatiale.

image 12 – Noah, Marvel Tales #118, September 1953, p. 19, Art by Hy Rosen

En 1952, Superboy doit affronter une collection d’animaux terrifiants sortis d’une arche envoyée sur la Terre par une civilisation hostile.

image 13 – The Noah’s Ark from Space!, Superboy #22, October-November 1952, Script Edmond Hamilton, Art John Sikela, pp. 2-3

L’arche de l’espace qui figure en 1951 dans une aventure du jeune super-héros Captain Marvel Jr. a été construite par des extraterrestres semblables aux humains. Ils quittent leur planète menacée de destruction et aborde la Terre. Leur vaisseau peuplé d’étranges animaux ressemble à une grande maison posée sur une coque de navire.

image 14 – Captain Marvel Jr. And The Ark from Space, Captain Marvel Jr. #98, June 1951, Script Bill Woolfolk, Art Bud Thompson, pp. 25-26

Toujours en 1951, les Terriens viennent à la rescousse d’une arche occupée par des aliens ayant quitté leur planète juste avant qu’elle n’explose.

image 15 – The Ark of Space, Action Comics, #152, January 1951, Pencils Curt Swan, Inks John Fischetti

En 1943, un professeur idéaliste veut coloniser la face cachée de la Lune en y envoyant une arche remplie d’animaux. Avec l’aide de Mary Marvel, il devra affronter les redoutables hommes de pierre qui peuplent notre satellite.

image 16 – Mary Marvel and the Stone Men of the Moon [Ark to the Moon], Wow Comics #16, August 1943, Art by Jack Binder, cover & p. 4

Pulp magazines

Les pulp magazines sont des périodiques bon marché édités à partir de la fin du 19ᵉ siècle. Imprimés sur du papier de mauvaise qualité (pulp), ces magazines ont publié des nouvelles de genres très différents et comportent des couvertures illustrées ainsi que des dessins généralement en noir et blanc en pages intérieures.
Hugo Gernsback lance le magazine Amazing Stories en avril 1926. Après avoir perdu le contrôle de celui-ci en 1929, il crée trois autres magazines dont Science Wonder Stories qui deviendra Wonder Stories. C’est à partir de cette date et avec ce magazine qu’apparaît le mot science-fiction. Auparavant, Gernsback utilisait fréquemment le mot scientifiction qu’il concevait comme une sorte de futurologie dont l’objectif était d’éprouver de manière littéraire des conceptions nouvelles avant que les scientifiques ne s’en emparent. Par la suite, de nombreux pulps dédiés à la science-fiction sont créés : Fantastic Adventures et Startling Stories, par exemple, tous deux apparus en 1939. D’autres pulps qui n’étaient pas spécialisés dans la science-fiction, comme Blue Book, ont aussi publié des récits de ce genre.

Lark on the Ark raconte en 1946 l’histoire d’un professeur qui projette de quitter la Terre avec ses animaux et de s’installer sur Vénus.

image 17 – Richard Casey, Lark on the Ark, Fantastic Adventures, February 1946, pp. 72-73

Les familiers des pulps connaissent bien l’illustration suivante1. C’est manifestement cette couverture du magazine Startling Stories en 1939 qui a été réinterprétée par Shigeru Komatsuzaki. La section suivante est consacrée à cette image et à la longue nouvelle qu’elle illustre.
En l’absence de crédit dans le magazine, comme c’était fréquemment le cas à l’époque, on ne connaît pas avec certitude l’artiste qui a créé cette couverture. Le nom qui revient le plus souvent est celui de l’illustrateur Howard V. Brown2. D’autres sources mentionnent Earle K. Bergey3.

image 18 – Startling Stories, November 1939 [Ark of Space], Illustrateur inconnu, peut-être Howard V. Brown ou Earle K. Bergey

En 1932 et 1933, le roman When Worlds Collide d’Edwin Balmer et Philip Wylie est publié en six parties dans le magazine Blue Book. Il est adapté au cinéma en 1951 et traduit en français en 1952 sous le litre Le Choc des mondes. L’histoire raconte la découverte de deux planètes errantes dont l’une devrait frôler la Terre et provoquer des cataclysmes. Un groupe de chercheurs décide de construire un vaisseau spatial pour transporter des hommes et des animaux vers l’autre planète afin de sauver l’humanité de l’extinction.

image 19 – Edwin Balmer and Philip Wylie, When Worlds Collide, part 6, Blue Book v056 n04 [1933-02], pp. 122-123, illustrations by Joseph Franké

Notre relevé n’a pas permis de retrouver d’images d’arches de l’espace antérieures aux années 1930. Deux illustrations qui datent de 1931 et 1926 méritent néanmoins une brève mention, car elles représentent des ‘arches’ originales à l’apparence très ‘spatiale’.

En 1931, l’écrivain britannique John Wyndham publie sa première nouvelle de fiction Worlds to Barter sous le nom de John B. Harris. Elle sera traduite en français en 1987 seulement, sous le titre Le Troc des mondes. Dans ce récit, des descendants de la race humaine, petits et aux gros cerveaux, obligent des hommes et des femmes modernes à changer de monde en voyageant dans le temps. Ils les expédient vers le futur à l’aide de transporteurs, “des machines redoutées et méprisées qui étaient devenues des symboles de sauvetage”. Ces transporteurs sont de véritables ‘arches temporelles’.

image 20 – Worlds to Barter, by John B. Harris, Wonder Stories, May 1931, art by Marco Enrico Marchioni [as Marchioni]

Garrett Putnam Serviss était un astronome américain et un vulgarisateur scientifique. Entre 1898 et 1915, il a publié plusieurs romans de science-fiction (qui ne s’appelait pas encore ainsi…). Paru initialement en 1911 en sept parties dans le magazine The Cavalier, The Second Deluge raconte comment l’astronome Cosmo Versál découvre qu’une nébuleuse aqueuse va traverser le système solaire et provoquer un déluge frappant l’ensemble de la Terre. Personne ne le croit. Il décide alors de construire une arche et incite le monde à construire d’autres arches.
L’arche de Cosmo Versál n’est pas spatiale. À l’instar de celle de Noé, c’est un immense vaisseau destiné à sauver des hommes et des animaux en attendant la fin du déluge. C’est ainsi qu’elle est représentée dans les premières éditions du roman et dans sa traduction en français dès 19124, ainsi que dans une édition en 1933 dans Amazing Stories Quarterly.

image 21 – The Second Deluge, by Garrett P. Serviss, Illustrations by George Varian, New York, McBride, Nast & Company, 1912, frontispice. Source sur archive.org / L’arche sur le monde – L’arche naviguait au-dessus des cités détruites et des anciennes capitales, Le Second Déluge, par Garrett P. Serviss, traduit par Ève et Lucie Paul-Margueritte, Illustrations de S. Macchiati, partie 2, Je sais tout, n° 94, 18 novembre 1912. Source sur Gallica-BnF Je sais tout du 15 août au 15 décembre 1912 / The Second Deluge, by Garrett P. Serviss, Amazing Stories Quarterly, Winter 1933, interior artwork by Leo Morey

À partir de novembre 1926, Amazing Stories publie en quatre parties le roman de Serviss illustré par Frank R. Paul. L’artiste créait à cette époque de nombreuses images spectaculaires de vaisseaux de l’espace, souvent représentés comme des roues ou des disques5. Il donne à l’arche du roman une forme circulaire analogue, très éloignée de celle d’un navire. Pour un lecteur moderne, elle ressemble à une soucoupe volante.

image 22 – The Second Deluge, by Garrett P. Serviss, part 1, Amazing Stories, November 1926, cover & p. 676, art by Frank R. Paul

Similitudes

Shigeru Komatsuzaki réinterprète au plus près la couverture de Startling Stories mais son œuvre ne peut être considérée comme un plagiat. Il observe scrupuleusement la même composition en la modernisant. Il la revisite dans ses moindres détails, en y ajoutant, comme on l’a observé, une énorme Lune et le naufrage d’un navire au second plan, suggérant un cataclysme terrestre en cours. En empruntant un terme du monde des comics, on peut légitimement considérer que ce dessin est un swipe, une imitation intentionnelle et réinterprétée d’une couverture en forme d’hommage à l’œuvre d’origine.

image 23 – Startling Stories, November 1939, cover / Ark of Space, Shigeru Komatsuzaki, 1968

Komatsuzaki connaissait bien les pulp magazines et les appréciait. Son travail comporte d’autres réinterprétations de pulps, d’autres swipes. Ainsi, son illustration The End of The World (1968) est également inspirée par une couverture de Wonder Stories que l’on doit à Frank R. Paul en 1933. Le dessin de Paul illustre le début d’une nouvelle que les lecteurs devaient compléter, The Moon Doom, qui raconte comme un astéroïde percute la Lune, ce qui modifie considérablement son orbite. La Lune apparaît alors de plus en plus proche dans le ciel. Le phénomène provoque d’énormes marées sur Terre et entraîne la submersion de New York. C’est une scène semblable, visuellement spectaculaire, que l’artiste japonais a ajouté à son interprétation de l’illustration de 1939.

image 24 – The Moon Doom (An Unfinished Story), by Nathaniel Salisbury, Wonder Stories, February 1933, cover by Frank R. Paul / The End of the World, Shigeru Komatsuzaki, 1968

Un détail est intriguant. Sur la couverture de Startling Stories, des soldats en armes interdisent à la foule l’accès à l’arche. Au centre, la scène tourne au massacre. Plusieurs soldats ouvrent le feu à bout portant. Des corps gisent au sol, ainsi qu’un soldat sur la droite. Sur le dessin de Komatsuzaki, c’est une ligne de policiers casqués et en armes qui tente de contenir la foule, mais sans tirer. Par contre, les gens refoulés et qui lèvent les bras semblent noirs − c’est manifeste pour l’homme qui figure en bas à droite – tandis que les policiers sont blancs. Dans les deux versions, l’arche de l’espace n’est pas accueillante, elle est manifestement réservée à une minorité qui ne craint pas de défendre violemment le privilège d’y avoir accès. Tout le monde ne peut être sauvé, et ce sont les puissants, ceux qui contrôlent la police et l’armée, qui décident qui peut l’être.

image 25 – en haut : Startling Stories, November 1939, cover [détail] / en bas : Ark of Space, Shigeru Komatsuzaki, 1968 [détail]

Dans deux des comics évoqués ci-dessus, la foule est également tenue à l’écart de l’arche, beaucoup moins brutalement cependant : un cordon de policiers empêche la foule de monter dans le vaisseau lors de l’embarquement des couples d’animaux (Strange Adventures) et une barrière protège le périmètre des visiteurs (Space Adventures).

image 26 – à gauche : The Ark from Planet X, Strange Adventures #59, August 1955 [détail] / à droite : The Ark, Space Adventures #17, July 1955, p. 8 [détail]

Dès 1911, dans le roman de Garrett P. Serviss, le héros Cosmo Versál entoure son arche d’une barrière électrique. Il prévoit en effet qu’après les moqueries dont il a été l’objet, son vaisseau fera l’objet d’attaques désespérées lorsque les gens s’apercevront qu’il avait raison. Ce dispositif est représenté en 1926 par Frank R. Paul, comme le précise le magazine en légende de sa couverture :

Notre couverture montre la grande Arche prête à être lancée. Elle est protégée des attaques de la population enragée par une barrière électrifiée. Bien que prévenue du déluge à venir, l’humanité s’est moquée et paie aujourd’hui de sa vie la négligence à construire des arches similaires pour s’échapper.

Le roman nous apprend d’ailleurs que cette barrière ne sera pas totalement dissuasive. Des fusillades devront contenir les assaillants de l’arche6.

image 27 – Amazing Stories, November 1926 [détail]

Enfin, une autre proximité formelle a été observée. Sur son blog, un spécialiste des dessins du New Yorker qui signe ‘docnad’ a noté une similarité entre l’illustration de Startling Stories et le dessin de Chas Addams7. Si l’orientation de l’arche est différente, la rampe d’accès des animaux est très similaire sur les deux images. Le blogueur cependant demeure prudent et ne conclut pas à une influence directe du pulp magazine sur le dessinateur. Même si cette influence reste pour lui possible, il préfère mettre l’accent sur les différences profondes entre les deux dessins.

image 28 – Startling Stories, November 1939, cover / Charles [Chas] Addams, The New Yorker, July 13, 1946, page 20

The Fortress of Utopia, par Jack Williamson

Jack Williamson est un auteur prolifique, auteur de plus de cinquante livres et de très nombreuses nouvelles. Dans un éditorial de 1979, Isaac Asimov le place en tête de sa liste des ‘doyens de la science-fiction’8. Dans les années 1930, Williamson est déjà très connu.

La couverture du numéro de novembre 1939 de Startling Stories dont Shigeru Komatsuzaki s’est inspiré illustre un épisode précis de la nouvelle de Williamson The Fortress of Utopia [ce numéro du magazine est disponible sur archive.org ou sur pulpmags.org]. Pour comprendre la signification et le destin de l’arche figurée sur cette couverture, il nous a paru nécessaire de décrire avec quelques détails l’histoire assez foisonnante racontée dans ce roman.

Une immense nébuleuse approche de la Terre et menace d’entrer en collision avec elle. Bien qu’elle ne touchera pas notre planète avant deux cents ans, l’humanité n’est pas suffisamment avancée pour déjouer la catastrophe qui s’annonce. Une équipe de scientifiques composée de quatre hommes et une femme élaborent un plan pour sauver l’espèce humaine. Parmi eux, le jeune Jay Cartwright est secrètement amoureux de la femme de l’équipe, Pat Wayland. Ils sont associés à un groupe à but humanitaire appelé Utopia Incorporated. Pour le compte d’Utopia, Cartwright est le pilote d’un vaisseau spatial très avancé, le Pioneer. Pat Wayland se révèle une scientifique d’exception qui a mis au point des inventions étonnantes : le “tau-ray”, un appareil qui efface les souvenirs, l’“idéophore”, un appareil qui implante des connaissances spécialisées directement et instantanément dans le cerveau du récepteur, des chambres d’hibernation qui permettent de dormir durant de très longues durées. À l’aide de ces dispositifs, les membres d’Utopia effacent la mémoire d’humains sélectionnés et implantent dans leurs cerveaux vides des connaissances scientifiques. Ces humains deviennent des leaders des Utopiens dont l’objectif est de construire une civilisation avancée qui permettra de résoudre le problème de la collision avec la nébuleuse. Les membres de l’équipe scientifique quant à eux conservent leurs souvenirs intacts. Ils hibernent à intervalle régulier et viennent constater l’avancement de leurs plans sans apparemment vieillir.

La Terre est alors peuplée d’Utopiens et de ‘renégats’ qui ont échappé à l’idéophore et contestent le leadership des Utopiens. Génération après génération, les descendants des renégats acquièrent beaucoup de connaissances, en particulier grâce à leurs espions chez les Utopiens. Ils ont creusé des tunnels et vivent essentiellement sous terre. Par défi, ils en viennent à s’appeler entre eux les ‘Under-men’, les ‘souterrains’ mais aussi les sous-hommes…

Grâce à l’équipe de scientifiques qui pense pouvoir mettre au point une source d’énergie suffisante, les Utopiens ont le projet de construire une Arche de l’espace dans laquelle leur colonie pourrait vivre et attendre que la Terre redevienne habitable après son passage à travers la nébuleuse. La construction d’une arche d’un mile de long commence en Antarctique. Pendant ce temps, la femme de l’équipe, Pat Wayland, disparaît. Cartwright part ensuite en mission de reconnaissance de la nébuleuse avec le Pioneer, et lorsqu’il revient sur le site de l’Arche, il est accablé :

Un blizzard antarctique avait fait rage ici, il le savait, parce que l’arche avait été abandonnée. Cela devait faire plusieurs jours. Il a essayé de reconstituer la scène, de trouver un sens aux indices muets et glacés qui l’entouraient. Son esprit voyait l’image telle qu’elle devait être, avant cette mystérieuse tragédie. L’arche de l’espace, se dressant splendidement au-dessus des glaciers stériles – le dernier espoir de l’humanité. Les ouvriers grouillants, réduits à l’état d’insectes par son énorme masse, s’occupant de mille derniers détails. Les débardeurs chargeant la dernière cargaison de la Terre. Les animaux conduits sur les passerelles, deux par deux. Les passagers sélectionnés se pressant à bord avec leurs biens, se hâtant vers la promesse d’un nouveau monde et d’une nouvelle vie. Des gardes armés, sans doute, retenant les parents et amis hystériques, la foule frénétique des condamnés. Puis, soudain – quoi ? Cartwright était aux prises avec une énigme. L’arche avait été soudainement abandonnée. Il y avait des signes d’une bataille. Les provisions et les milliards de dollars en or n’avaient pas été dérangés. Les gens avaient tout simplement disparu. La chose était aussi mystérieuse et paralysante que la disparition de Pat Wayland.” (pp. 82-83)

[La couverture de Startling Stories illustre donc une scène imaginaire reconstituée par Cartwright d’après les indices trouvés sur le site abandonné de l’arche en construction]

Cartwright envisage alors d’échapper à la collision avec la nébuleuse en transformant le Pionner en une petite arche de l’espace. En manœuvrant, il s’aperçoit que la Terre est en train de quitter son orbite. Cartwright revient sur Terre et se pose en Antarctique non loin de l’arche abandonnée. Il se dirige vers une vaste structure plate en forme de disque d’où s’élève une colonne céleste de feu vert. C’est à cet endroit que Pat Wayland réapparaît. Elle lui explique :

Il semble qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec notre grand plan, Jay. Notre Utopia a échoué. Ce sont les renégats, ceux que nous avons essayé d’anéantir, qui ont véritablement progressé. Parce que, je suppose, ils devaient avancer pour survivre. Maintenant, ce sont eux qui ont sauvé la Terre.” (p. 87)

Avec l’aide de Pat Wayland, ce sont les Under-men qui ont réussi à mettre au point un dispositif pour infléchir la course de la Terre dans l’espace9.

La Terre est désormais un vaisseau […] Désormais, elle peut naviguer dans l’espace, d’étoile en étoile, partout où l’homme la guidera. Une nouvelle ère est arrivée, celle de la connaissance, de la liberté et du pouvoir. Les hommes sont désormais les maîtres de leur environnement, et non des esclaves.” (pp. 87-88)

Comme on peut l’imaginer, l’histoire s’achève sur un baiser entre Jay Cartwright et Pat Wayland.

En résumé, l’artiste japonais Shigeru Komatsuzaki s’est emparé d’une illustration d’un roman de science-fiction publié en 1939. Cette illustration représente l’échec du projet d’Arche de l’espace envisagée par un groupe élitiste et brutal pour sauver une part élue de l’humanité. L’utopie totalitaire et discriminante a échoué. Le lavage de cerveaux n’a pas marché. Ce sont les renégats, les Under-men qui ont réussi à sauver l’humanité entière tout en demeurant sur la Terre. À la lumière de ce récit, le choix d’image effectué par Elon Musk apparaît judicieux !

  1. Je l’ai signalée dans mon article Roues imaginaires, roues possibles – une enquête visuelle et deux propositions théoriques, 27 avril 2013, Mis à jour le 12 mai 2020. []
  2. Voir par exemple Vincent De Fate, Science Fiction Art: Some Contemporary Illustrators, in The Science fiction Reference Book, edited by Marshall B. Tymn, Starmont House, 1981, p. 36 ; voir aussi la description de la couverture sur l’Agence Martienne. []
  3. Voir par exemple Lester del Rey, Fantastic Science-Fiction Art 1926-1954, Ballantine Books, 1975. []
  4. J’ai mentionné cette traduction dans mon article Archéologie de la statue de la Liberté en ruine, 4 janvier 2014, mise à jour le 3 mai 2020. []
  5. Voir mon article Roues imaginaires, roues possibles – une enquête visuelle et deux propositions théoriques, 27 avril 2013, Mis à jour le 12 mai 2020. []
  6. The Second Deluge, by Garrett P. Serviss, part 1, Amazing Stories, November 1926, p. 700 sq. []
  7. Updating Noah’s Ark: Charles Addams and Howard V. Brown, Attempted Blogger by docnad, January 15, 2017. []
  8. Le ‘palmarès’ d’Asimov : Jack Williamson, Clifford D. Simak, L. Sprague de Camp, Lester Del Rey, Robert A. Heinlein, cf. Isaac Asimov, Isaac Asimov’s Science Fiction Magazine, November 1979, editorial The Dean of Science Fiction, p. 6. []
  9. La spécialiste des études bibliques Nicole L. Tilford estime que “Williamson a franchi une étape plus radicale que ses homologues dans la transformation du récit biblique. Il a changé le sexe de son protagoniste. Noé est devenu une femme.”, cf. Nicole L. Tilford, The Women of Noah in Early Twentieth-Century Science Fiction, Journal for Interdisciplinary Biblical Studies, Vol 3.1, Summer 2021.
    C’est oublier tout de même que l’héroïne du récit reconnaît elle-même que ce sont des technologies développées par les Under-men qui ont permis de sauver la Terre. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Patrick Peccatte (16 décembre 2022). L’Arche de l’espace d’Elon Musk. Déjà Vu. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ni9v


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search