Esprit de récupération

La marque de prêt-à-porter et d’accessoires de mode Esprit a fait appel au photographe suisse Yvan Rodic pour son actuelle campagne de publicité Make Your Wish:


Les photos de ces affiches ont été réalisées en studio avec des modèles professionnels (Ollie Henderson et Jamie Thompson pour l’exemple ci-dessus).

L’entreprise a cependant choisi ce photographe particulier afin d’accompagner cette campagne de publicité classique par un autre projet réalisé en partenariat avec Leica.

Spécialiste du streetstyle, Rodic est connu dans le monde de la mode pour son blog facehunter où il présente des portraits de personnes aux looks stylés et inventifs rencontrées au cours de ses voyages.

L’équipe du photographe a parcouru durant six semaines six villes différentes – Berlin, Shanghai, Sydney, Los Angeles, New York et Londres – et a réalisé 60 photos et 18 clips vidéos où chaque modèle improvisé tient une pancarte exprimant un vœu à l’occasion des fêtes de fin d’année:

L’accumulation de ces individus porteurs d’un message rappelle bien sûr le dispositif mis en place fin août 2011 sur le blog collaboratif We are the 99 percent analysé par André Gunthert dans son billet Des mots sur un visage.

L’expression visuelle collective issue du mouvement Occupy Wall Streat a très probablement inspiré le projet publicitaire d’Esprit qui s’étend du 14 novembre au 31 décembre; le travail de Rodic a en effet été réalisé en octobre si l’on en croit ce post du blog facehunter et New York est l’une des villes sélectionnées.

Mais cette appropriation commerciale est devenue totalement lisse, aseptisée. Elle ne conteste et ne dénonce rien du tout. Les gens qui figurent sur ces portraits sont tous jeunes, beaux, souriants. Ces images laissent une impression de grande uniformité. Les pancartes sont soi-disant personnalisées mais elles sont toutes écrites de manière très régulière et bien lisible. Ces écritures impersonnelles sont bien différentes de celles que l’on peut lire ou parfois seulement déchiffrer sur We are the 99 percent.

Esprit est une marque internationale. Les messages portés par les modèles sont donc bien entendu déclinés en plusieurs langues. Mais ce sont toujours de courtes phrases exprimant des souhaits naïfs, consensuels et bien souvent insipides. Sur la version française de l’affiche présentée plus haut, la jeune femme brandit fièrement « Je souhaite que le bonheur des gens s’accomplisse » tandis que le jeune homme assène « Je souhaite que l’on puisse avoir tout ce dont on a toujours rêvé (et plus encore) ». Esprit déploie une campagne publicitaire « dégoulinante de bons sentiments » (Les Demoiselles de Paris). On croirait lire les vœux d’une Miss France souhaitant la fin de toutes les guerres et le bonheur pour tous.

La société Esprit a également lancé un troisième étage de type crowdfunding puisqu’elle propose à tout un chacun de participer à son effort promotionnel:

« Du 14 novembre au 31 décembre vous pouvez formuler vos souhaits sur notre site et les faire partager en ligne à vos amis. Votre souhait peut être grand ou petit, personnel ou général, faites comme bon vous semble. Parmi l’ensemble des souhaits exprimés, nous en choisirons cinq que nous réaliserons. »

Le participant sélectionne une photo de lui, rédige son souhait, donne quelques informations dont la langue de son message et son pays. Le texte du souhait est alors intégré à la photo qui est ensuite publiée après vérification. Il est également possible de construire son souhait à partir d’une petite application Facebook.

La page d’accueil du site présente alors certains de ces vœux imagés flottants avec quelques-uns des portraits réalisés par Rodic. Les créations automatiques effectuées à partir des envois des visiteurs sont facilement reconnaissables car les personnes ne tiennent pas leur message à la main. De plus, en filtrant les souhaits sur une autre langue que l’anglais, les portraits institutionnels de Rodic disparaissent (!):

Si certains vœux généraux et désintéressés formulés par les visiteurs rappellent ceux de l’initiative publicitaire, la promesse de réalisation de cinq propositions incite plutôt ces derniers à exprimer des souhaits concrètement réalisables (une maison, un travail, une nouvelle garde-robe, etc.). Le jeu participatif est bien perçu comme un concours.

L’effet visuel produit par ce mur des aspirations et des désirs est plus dynamique (il est écrit en Flash), plus élégant que celui du fruste We are the 99 percent. On est bien loin pourtant de la « puissante œuvre collective » – pour reprendre l’expression d’André Gunthert – que constitue l’initiative des protestataires du mouvement Occupy.

Cette appropriation formelle témoigne de la capacité de la publicité à recycler l’expression d’indignations individuelles et une véritable révolte collective en une loterie de Noël.

Le marketing viral en œuvre dans le procédé initialement politique est devenu totalement mercantile. La récupération opportuniste du dispositif initié par les « indignés » de Wall Street aboutit à un travail collectif édulcoré mais fort bien encadré. Selon les terms of use, le matériel posté par les participants devient de facto propriété de la société Esprit qui se réserve le droit de l’utiliser dans des produits ou contenus dérivés.


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Outre le caractère stéréotypé des poses, l’écriture identique de plusieurs panneaux, à l’évidence rédigés par l’équipe et repérables par ville, contredisent de façon visible la forme aussi bien que l’esprit de l’initiative We are… Triste hommage à la mobilisation collective, le caractère propret et sans âme de cette campagne se retourne contre l’envoyeur, dont la superficialité et la sottise sont les seuls messages qui resteront…

  2. Patrick Peccatte dit :

    @Thierry: Je n’ai jamais douté de cette capacité de la publicité à recycler les bonnes idées apparues ailleurs. Ce qui m’intéressait dans ce cas, c’est l’origine collective et politique du dispositif ainsi copié et passé à la machine à édulcorer, ainsi que la stratégie mise en place sur le web.
    @André: En effet, les panneaux de la galerie Rodic ont apparemment été tous écrits par une même main dans chaque ville. Et je suis bien d’accord avec ta conclusion…

  3. Ils sont peut-être également un peu trop précurseurs dans leur récupération du mouvement des 99% dans la mesure où ils continuent à proposer des fringues plutôt classiques, destinées à des gens très propres sur eux. Ce qui créé un gros décalage, en particulier en ce qui concerne les photos des mannequins.

  4. PCH dit :

    C’est probablement un peu à côté de la plaque mais cette récupération me fait penser à celle qui montre les ex stars du rock (brian ferry, iggy pop, l’année dernière il me semble keith richard) vanter des produits aussi plats qu’ils le sont devenus… Ce qui est certain c’est que l’avilissement de tout ce que peut tenter de récupérer le mercantlisme est frappant (ça m’a fait penser à ça aussi : http://www.youtube.com/watch?v=-J4O2-nsFBA … hein)

  5. Patrick Peccatte dit :

    @PCH: Je pense que la récupération des ex stars du rock que vous relevez est assez différente. Cela se remarque sans doute un peu plus parce que le rock est plus ou moins associé à une forme de culture revendicative ou contestataire, mais ce n’est pas fondamentalement différent de la participation des stars (anciennement vedettes) quelconques à plusieurs formes de publicité. Ces participations existent depuis fort longtemps et chacun semble y trouver son compte, financièrement du côté de la star et sur le plan de la notoriété du côté de la marque.

    @PCH et Thierry: Là encore, le clip de Dylan me semble assez différent du dispositif We are…/Esprit qui collecte de multiples photos+pancartes proposés par des quidams (ou supposés tels). Mais il est par ailleurs remarquable (tout comme la chanson d’ailleurs) et ses différentes imitations (appropriations ?) dans la culture populaire, récapitulées dans cet article de Wikipedia, sont très intéressantes.
    Je doute un peu qu’il y ait une filiation entre ce clip et le blog We are… mais si elle existe, peut être inconsciemment chez les initiateurs du blog, elle n’est n’est pas déshonorante, bien au contraire 😉

  6. Coté presse, et avec le même effacement des revendications à caractère collectif de Occupy Wall Street au profit d’un “concours” de souhaits individuels, on trouve une tentative équivalente au Québec, dans La Presse.ca du 25 décembre : http://youtu.be/0P1leqRo7is.

    On peut aussi consulter des vidéos du site ici : http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/mots-despoir/

    et là : http://www.cyberpresse.ca/actualites/201112/23/01-4480768-la-vie-revee.php

  1. 30 décembre 2011

    […] sito molto attento all’ universo dell’ immagine come Culture Visuelle descrive un nuovo capitolo di questo processo di appropriazione dei codici della rivolta da parte […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.