Les références visuelles à la Tapisserie de Bayeux dans la culture populaire

Il y a un siècle exactement, la commémoration du millénaire de la Normandie a donné lieu à d’importantes fêtes officielles, notamment à Rouen durant le mois de juin 1911. Plusieurs affiches et cartes postales représentant de redoutables drakkars remplis de farouches Vikings furent alors éditées.

Presque cinquante ans plus tard, l’affiche du film de Richard Fleischer The Vikings (1958, avec Kirk Douglas, Tony Curtis et Janet Leigh) reprend les mêmes stéréotypes concernant ces pillards venus du froid dans leurs effrayantes embarcations.


Le « genre viking » n’est pas très prolifique au cinéma mais il compte néanmoins quelques dizaines de titres1. Depuis The Viking (Roy William Neill, 1928, premier long métrage en Technicolor) jusqu’à The 13th Warrior (John McTiernan, 1999), l’examen rapide des photogrammes disponibles sur Internet montre que les poncifs visuels sur cette époque perdurent. Les clichés relevant d’une sorte de « mythologie viking » demeurent pratiquement inchangés malgré les évolutions techniques et les jeux d’acteurs bien différents: drakkars véloces aux figures de proue menaçantes, navigation intrépide dans une brume mystérieuse, casques à cornes, guerriers robustes et brutaux maniant la hache de guerre avec dextérité, banquets bruyants et beuveries où l’on boit dans des cornes, etc.2

Le film de Fleischer a pourtant renouvelé cette imagerie populaire. Des créations visuelles d’origine « savante » ont enrichi les représentations stéréotypées. Les drakkars en particulier y sont un peu plus réalistes que dans beaucoup d’autres productions, et surtout, le film s’ouvre sur une animation remarquable décrivant de manière très sommaire les origines géographiques de ces peuples, certaines de leurs croyances, et leurs raids maritimes dévastateurs:

La séquence s’inspire manifestement des images de la Tapisserie de Bayeux et représente des hommes en armes et des navires bien différents des clichés habituels sur les Vikings. De nombreux motifs proviennent directement de l’œuvre brodée. Par contre, il n’y figure aucun texte en latin à l’exception d’un REX ANGLORUM [Roi des Anglais] dans une composition copiée de la scène 30 de la Tapisserie3.

Le commentaire, dit par Orson Welles, situe l’histoire durant la période viking aux 8ème et 9ème siècles et souligne que ces peuples avaient pour ambition la conquête de l’Angleterre. Le récit imaginaire du film se déroule à une époque où les offensives scandinaves conduisirent à l’établissement du Danelaw, cette partie de l’Angleterre concédée aux envahisseurs vikings plus de vingt ans avant la création de la Normandie et où leur loi s’appliquait.

Le générique de fin est également inspiré par la célèbre Broderie:

Enfin, une tenture est accrochée dans l’habitation du chef Viking. Elle est bien visible lors des festins animés qui s’y déroulent. Ses dessins sont différents de ceux de la Tapisserie mais son format et la disposition des marges sont tout à fait similaires:

Ces animations et cette tenture directement empruntées à l’œuvre du 11ème siècle sont donc utilisées par Richard Fleischer pour illustrer des envahisseurs scandinaves des 8ème et 9ème siècles convoitant l’Angleterre. L’anachronisme est évident mais permet d’inscrire le film dans la « grande histoire ».

La Tapisserie n’est cependant pas citée comme une source d’inspiration dans le générique. Le seul crédit mentionné est celui du studio d’animation UPA (United Productions Artists), créé en 1942 après une scission des studios Disney à l’issue d’une grève. Le père du cinéaste, Max Fleischer, était réalisateur de dessins animés (Betty Boop, Popeye, etc). Il a peut-être contribué aux séquences d’introduction et de fin du film.

À la suite de l’historienne de l’art Shirley Ann Brown, spécialiste de la Tapisserie et auteure de bibliographies incontournables sur le sujet [Brown1], comparons maintenant ces deux exemples plus précisément: la commémoration de 1911 et le film The Vikings.

La Tapisserie et les Vikings – références et absences de références

Le site officiel actuel sur le 1100ème anniversaire de la Normandie ne manque pas de mentionner la Tapisserie de Bayeux. Par contre, il n’existe apparemment aucune carte postale ou affiche des festivités du millénaire qui la représente. Les fêtes de juin 1911 à Rouen ont mis à l’honneur plusieurs monuments, événements ou figures qui n’avaient rien à voir avec la création de la Normandie. On y a ainsi célébré le Mont-Saint-Michel et Jeanne d’Arc qui venait d’être béatifiée, mais rien qui rappelle la Broderie. Les festivités avaient été inaugurées par le président Armand Fallières qui était un ardent défenseur de la Triple Entente. Il est possible que l’on ait estimé alors qu’il n’était pas très opportun de mettre en avant une telle œuvre représentant de « fâcheux » événements lointains mais dont le souvenir demeure bien présent pour les Anglais. Hypothèse fragile certes, mais tout de même confortée par certains petits faits curieux; ainsi, on remplace rue Jeanne d’Arc une effigie équestre du Conquérant par le drakkar de Rollon et on édite une carte postale libellée L’Entente Cordiale figurant la Normandie entraînant Marianne et Britannia dans une danse effrénée [Chaline, pp. 43 et 55].

Shirley Ann Brown a étudié cette absence de références à la Broderie dans les diverses représentations et publications qui accompagnèrent en 1911 le millénaire normand [Brown2]. Elle propose une autre interprétation après avoir remarqué notamment que la Tapisserie a joué un rôle étonnamment faible dans les ouvrages académiques publiés à cette occasion. La découverte du bateau viking de Gokstad en 1880 et son rapprochement avec les navires figurés sur la Broderie avaient pourtant conduit a reconsidérer celle-ci à la lumière de la culture nordique et dans le contexte européen de réaffirmation des identités nationales et régionales. Elle conclut de cette absence de référence en 1911 que « les savants français et normands de l’époque ont mis du temps à identifier la Broderie comme reflet des racines scandinaves de leur héritage » [Brown2, p. 235].

Brown s’est également interrogée sur l’origine des séquences d’animation du film The Vikings. Elle se demande ainsi si leur concepteur n’avait pas visité Bayeux dans les années cinquante, ou s’il connaissait l’étude de Frank Stenton, parue en 1956 et considérée depuis comme un ouvrage séminal sur la Tapisserie.

Ces conjectures peuvent être facilement renouvelées sans supposer la connaissance d’une culture savante de la part du réalisateur. Le magazine Life par exemple a publié en 1956 les « bonnes feuilles » du livre de Winston Churchill A History of the English-Speaking Peoples. En deux livraisons successives, le magazine décrit ainsi l’époque des Vikings dans un article où figure une illustration du navire de Gokstad, puis la conquête normande avec une double page sur la Tapisserie. L’association visuelle des Vikings à la Broderie était donc tout à fait possible à l’époque de la conception des animations du film sans pour cela que leur auteur ait connaissance d’ouvrages relativement confidentiels.

Par ailleurs, The Vikings est à notre connaissance le seul film du genre a évoquer ainsi la Broderie. Au delà de l’anachronisme assumé et des différences de représentations entre les séquences d’animation et le film lui-même, on peut estimer que Fleischer a utilisé le matériau figuratif de la Tapisserie moins parce que l’œuvre brodée serait perçue comme « viking » qu’en raison de l’intrigue de son film qui évoque les invasions Vikings du Nord de l’Angleterre anticipant de quelques siècles la conquête de 1066.

L’analyse de Brown est tout à fait intéressante et le bref résumé proposé ci-dessus à propos de deux exemples ne rend pas justice à la qualité de son article. L’absence de référence à la Tapisserie lors du millénaire normand et son évocation directe dans le film de Fleischer sont expliquées par la reconnaissance ou non des éléments de culture scandinave encore manifestes dans l’œuvre du 11ème siècle. Autrement dit, l’identification de la parenté entre les Vikings et la Tapisserie constitue selon l’historienne de l’art l’explication principale de la référence à cette dernière dans certaines formes de culture populaire.

L’argument développé dans le présent billet est complémentaire et s’appuie sur de nombreux autres exemples. Selon nous, les évocations modernes de la Tapisserie sur différents supports visuels de la culture populaire (principalement des dessins et des films) sont essentiellement liées à la mise en image spectaculaire et fort ancienne d’une invasion réussie, la conquête de l’Angleterre, perçue comme l’un des épisodes fondateur de l’identité nationale du côté britannique et simplement comme un antique haut fait guerrier joliment illustré du côté français; elles ne sont en rapport avec une réminiscence de la culture scandinave que dans un second temps et seulement dans certains cas bien particuliers tels que le film de Fleischer.

L’enquête qui suit ne s’intéresse pas aux représentations directes de la Tapisserie, c’est-à-dire aux publications ou aux films didactiques qui décrivent explicitement l’œuvre en question ou les événements qu’elle relate. La recherche porte uniquement sur les évocations visuelles conçues d’après la Tapisserie et qui donc n’en constituent pas du tout des images fidèles mais rappellent cette dernière par leurs styles, leurs compositions, les textes qui y figurent.

Broderies

Quelques ouvrages textiles réalisés en France s’inspirent de la Tapisserie:

  • La Tapisserie du château fort de Pirou dans la Manche. Réalisée de 1976 à 1992 par une brodeuse locale, Madame Thérèse Ozenne, la broderie raconte la conquête de l’Italie du Sud et de la Sicile par les Normands.
  • Pour le 1100ème anniversaire, une équipe interdisciplinaire a aussi réalisé en 2011 la Tapisserie de Rollon. L’œuvre «  raconte les expéditions guerrières de Rollon, son accord avec le roi des Francs, son baptême et ses efforts pour gérer au mieux le territoire concédé. »

En Grande-Bretagne, plusieurs broderies s’inspirent également de la Tapisserie. On peut mentionner sans que cette liste soit exhaustive:

The Prestonpans Tapestry (extrait)

Ces deux listes permettent déjà de comprendre la différence de perception importante de part et d’autre de la Manche envers l’œuvre modèle et les événements qu’elle relate. En France, les broderies récentes sont peu nombreuses et ne possèdent pas une dimension nationale. Elles évoquent une histoire régionale, celle de l’ancien duché. Dans les deux cas relevés, ce sont des conquêtes guerrières qui sont relatées. En Grande-Bretagne par contre les œuvres sont plus nombreuses et se réfèrent à de grands événements de l’histoire du pays. La Tapisserie sert de référence pour unifier dans une même forme d’expression monumentale et artistique certaines étapes historiques qui pour la plupart relèvent plus de l’expansion et de la conquête que de la « simple » bataille.

Timbres

Certaines scènes célèbres de la Tapisserie sont représentées sur des timbres émis par plusieurs pays (voir ici): Grande-Bretagne et France bien sûr, mais aussi Danemark, et plus curieusement Qatar et Surinam.

Plus intéressant, l’île de Jersey a édité en 1987 une petite série qui retrace dans le style de la Broderie l’histoire de la Normandie puis de l’Angleterre de 911 à 1151:

1135: le roi Étienne (Stephen), Geoffrey V d’Anjou et Mathilde. 1151: mort du roi Geoffrey, Henri II accède au trône.

Jersey, vestige politique, représente ses origines lointaines en prolongeant le récit imagé de la conquête vers le passé (Rollon) et le futur (le premier Plantagenêt). Les épisodes figurés sont rassemblés sous une unique matrice formelle qui ancre l’histoire de l’île normande dans celle de l’Angleterre.

Évocations dans des films historiques

Le film de Fleischer comme nous l’avons observé est probablement le seul du genre viking où la Tapisserie est évoquée. Il existe cependant d’autres références visuelles dans quelques films qui décrivent d’autres époques médiévales.

François Amy de La Bretèque a publié en 2004 un ouvrage monumental issu de sa thèse sur l’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental [AdB]. À partir de cette étude, le théoricien Richard Burt a analysé les évocations de la Tapisserie dans plusieurs films. Son travail de contextualisation littéraire s’appuie sur de nombreuses références psychanalytiques ainsi que sur la théorie des média développée par Lev Manovich, Richard Grusin et Jay David Bolter, et sur la culture visuelle médiévale étudiée par Michael Camille et Valentine Groebner. Il est exposé dans un article [Burt1] et certains passages d’un livre [Burt2].

Nous reprendrons ici la plupart de ces descriptions complétées par nos propres investigations. On pourra lire aussi les analyses complémentaires (mais discutables…) de Burt en suivant les liens à partir de cette page.

Un fragment de la Tapisserie apparaît dans El Cid (Anthony Mann, 1961) quand la princesse Urraca (Geneviève Page) vient rendre visite à Jimena (Sophia Loren):

Le film retrace la vie romancée du Cid, héros de la Reconquista dans l’Espagne du 11ème siècle. Les événements sont postérieurs à la conquête normande de l’Angleterre (Le Cid est mort en 1099) mais l’on retrouve des situations analogues dans leurs grandes lignes à celles qui sont décrites dans la Tapisserie: invasion et lutte contre l’invasion, conflit de succession, héros touché par une flèche mortelle.
La portion de broderie sur le cadre de Jimena s’inspire d’une partie de la scène 53 de la véritable Tapisserie. On peut lire les lettres DERUN SIMUL extraites de la légende hIC CECIDERUN(T) SIMUL ANGLI ET FRANCI IN PRELIO [Ici Anglais et Français succombèrent en même temps durant le combat]. Cependant, le bouclier de gauche comporte ici une croix et surtout, un personnage de soldat avec une lance et un bouclier rond ont été ajoutés.

Une scène du Macbeth de Roman Polanski (1971) se déroule dans une pièce de palais recouverte par une tenture dans une style relativement proche de celui de la Tapisserie:

Les dimensions de la pièce accrochée au mur sont très différentes de celles de leur inspiratrice et l’on ne reconnaît aucune scène expressément. Néanmoins, les tenues des soldats au combat, les postures des cavaliers et les corps qui jonchent le sol rappellent incontestablement la figuration de la bataille d’Hastings.

Le générique de La Chanson de Roland (Frank Cassenti, 1978) représente successivement plusieurs scènes de la Tapisserie en plan fixe. Ces scènes ne suivent pas la progression de l’œuvre initiale:

Là encore, l’anachronisme peut être considéré comme limité puisque la version écrite de la Chanson de Roland date également de la fin du 11ème siècle. La tradition raconte d’ailleurs que les combattants normands à Hastings ont déclamé la Chanson de Roland pour s’encourager. Le choix illustratif du réalisateur pourrait aussi avoir été guidé par le fameux Turold. Un personnage un peu énigmatique portant ce nom apparaît en effet en scène 10 de la Tapisserie, et l’on sait que la Chanson est parfois attribuée également à un certain Turold.

Le Hamlet de Franco Zeffirelli (1990) est une adaptation de la tragédie de Shakespeare, située comme on sait à la cour du roi du Danemark. Le film comporte deux séquences inspirées par la Broderie:

Et:

Dans la première séquence, Laërte (Nathaniel Parker) vient dire au revoir à Ophelia (Helena Bonham-Carter) dans un atelier où s’affairent plusieurs brodeuses. On voit d’abord l’envers de la pièce sur laquelle travaille Ophelia, puis son endroit où figure une ébauche de la fin de la scène 43 de la Tapisserie ponctuée par le texte ET hIC EPISCOPUS CIBŪ ET POTŪ BENEDICIT [Et ici l’évêque bénit la nourriture et la boisson]. À noter que le grand motif végétal à la gauche de cette scène de la broderie du film ne figure pas sur l’œuvre modèle.

Dans la seconde séquence, Ophelia porte un morceau (indéterminé) de broderie et travaille dessus quand elle aperçoit Hamlet (Mel Gibson). On distingue ensuite en plongée la pièce sur le métier décrite précédemment. Un peu plus avant, Ophelia se tient sur un autre métier où l’on reconnait une ébauche dessinée et encore peu brodée qui est inspirée par la scène 34 de la Tapisserie (un navire anglais accoste sur les terres de Guillaume). Là encore, le motif ne reproduit pas fidèlement le modèle puisque les dessins des marges ne correspondent pas.

Le générique de Robin Hood: Prince of Thieves (Kevin Reynolds, 1991) est un panorama en plan rapproché sur certaines scènes de la Tapisserie. La texture de la toile est apparente:

Les séquences repérables sont apparemment conformes à l’original. D’après Burt cependant, elles sont recolorisées.

Le roman Ivanhoé de Walter Scott a associé l’histoire de Robin à celle des rebelles saxons en lutte contre les seigneurs normands, ce qui peut expliquer l’ouverture du film sur l’origine imagée de cette rivalité entre Saxons et Normands.

Une autre raison est fournie par le scénario, amalgame de références diverses en particulier aux Croisades. Le film débute en 1194 à Jérusalem où Robin est prisonnier. On apprend plus tard que la femme de Robin, Maid Marian (Mary Elizabeth Mastrantonio), telle Pénélope, a réalisé elle-même la Tapisserie en l’attendant [sic]:

Le film Braveheart (Mel Gibson, 1995) décrit les exploits de William Wallace, héros de l’indépendance écossaise au 13ème siècle. Une pièce du palais du roi Édouard Ier d’Angleterre (Patrick McGoohan) figure couverte de fresques dans un style proche de celui de la Tapisserie:

Ces décors sont une création de Thomas E. Sanders. Il ne s’agit pas cette fois de broderies et la hauteur des fresques est plus grande que celle de leur modèle. Bien que l’on ne puisse reconnaître de scènes directement inspirées par la Broderie, la composition générale avec ses marges, les motifs végétaux, les soldats et chevaux, est toutefois facilement identifiable.

À l’exception du film de Fleischer décidément singulier, les références cinématographiques les plus anciennes de cette liste appartiennent clairement à la culture élitiste: El Cid, Macbeth, La Chanson de Roland, Hamlet. Cependant, toutes ces évocations médiévales, y compris celles que l’on peut considérer comme populaires, fonctionnent comme des références à un Moyen Âge indifférencié et ajoutent aux films une note d’authenticité.

Une moquerie historique

Blackadder: Back and Forth (Paul Weiland, 1999) est un court film basé sur la série Blackadder (La Vipère noire) produite par la BBC. La série raconte les aventures d’Edmund Blackadder (Rowan Atkinson) et de son domestique Baldrick à travers l’histoire de l’Angleterre.

Le générique du film déroule plusieurs images iconiques de l’histoire de la Grande-Bretagne avec à chaque fois une incrustation de Blackadder:

La première séquence détourne un épisode célèbre de la dernière scène de la Tapisserie quand Harold est tué par une flèche dans l’œil. La caméra remonte alors vers la gauche, on aperçoit Blackadder en archer et l’on comprend que c’est lui qui a tiré la flèche fatale.
L’ensemble des évocations historiques où Blackadder s’invite n’est pas sans rappeler le mème bien connu Sarkozy partout. On remarquera toutefois que La Tapisserie ne semble pas voir été utilisée comme cadre des exploits uchroniques du président français. L’œuvre brodée ne possède pas le même statut iconique de chaque côté de la Manche. Tandis qu’en Angleterre, elle est perçue comme un document relatant un événement crucial (et malheureux) dans l’histoire du pays, elle n’a pas véritablement cette importance en France où l’on préfère très souvent mettre l’accent sur son intérêt artistique.

Une double référence lors de la Seconde Guerre mondiale

« Un ersatz de l’invasion de l’Angleterre »

La Tapisserie a été étudiée durant l’Occupation par une mission dépendant de la société de recherches Das Ahnenerbe (« l’héritage des ancêtres ») qui relevait du bureau personnel de Heinrich Himmler. La mission était dirigée par l’archéologue Herbert Jankuhn qui avait alors le grade de SS-Sturmbannführer (commandant).

Les objectifs du petit groupe pluridisciplinaire ainsi constitué étaient multiples. Ils s’y mêlaient notamment les motivations idéologiques suivantes [d’après Lemagnen]:

  • déceler le sens politique de la Tapisserie,
  • réaliser un inventaire des emblèmes germaniques dans la Tapisserie,
  • montrer que « l’héritage et les coutumes des pays scandinaves continuaient à vivre en Normandie dans une forme relativement pure »,
  • comparer le document avec d’autres œuvres d’art, puis éditer une monographie (jamais réalisée) dont « naîtra sous un jour nouveau l’image globale de l’art de culture occidentale ».

L’intérêt symbolique et idéologique des instances « culturelles » du IIIième Reich envers la Tapisserie tenait également au sujet représenté: la dernière invasion historique « réussie » de l’Angleterre (si l’on excepte bien entendu l’occupation des îles anglo-normandes). Après l’échec de la Bataille d’Angleterre, la toile où figurait la conquête normande continuait à symboliser pour certains dignitaires nazis la vulnérabilité de l’ennemi britannique. On sait ainsi que le 21 août 1944, lors de la libération de Paris, deux officiers SS viennent voir Von Choltitz pour lui demander la Tapisserie de Bayeux cachée au Louvre; Himmler veut l’offrir à Hitler (d’après les mémoires de Von Choltitz). La scène figure dans le film Paris brûle-t-il ? (René Clément, 1966). Von Choltitz rétorque alors à cette demande un sarcastique « Un ersatz de l’invasion de l’Angleterre ! » (on peut douter qu’il ait réellement prononcé ces mots):

Quelques dessins humoristiques ont évoqué après la Libération le rapprochement entre les événements figurés sur la Broderie et les aspirations contrariées du régime nazi. Le dessinateur Jean Effel a ainsi croqué Pétain et Goebbels admirant un pastiche de l’œuvre qui représente le journaliste collaborateur Jean Hérold-Paquis à l’assaut de l’Angleterre. Les légendes latines jouent sur les mots et les références culturelles « savantes »:

Jean Effel – Jours sans Alboches (1944)

La référence la plus étonnante à cette audacieuse association historique est fournie par la séquence d’introduction du film Bedknobs And Broomsticks (L’Apprentie sorcière, Robert Stevenson, 1971) produit par les studios Disney:

Le film combine des animations et des prises de vues réelles. Le scénario situé en 1940 s’inspire de deux romans fantastiques de Mary Norton destinés à la jeunesse et parus en 1943.

L’animation d’introduction fait écho à la séquence finale du film, lorsque le débarquement secret de troupes allemandes dans ce paisible village anglais est repoussé par une troupe hétéroclite formée d’armures médiévales vides conduites par la sorcière Églantine.

« An old invasion »

L’édition du 26 juin 1944 du magazine Life s’ouvre sur trois pages reproduisant la Tapisserie sous le titre Speaking of pictures… Bayeux Tapestry reports old invasion:

Life, 26 juin 1944, pp. 8-9

Vingt jours après le Débarquement, l’article met en relation les événements en cours avec l’invasion inverse qui s’était déroulée plusieurs siècles auparavant et estime que les alliés anglophones (américains compris donc) réalisent par là une sorte de retour à l’une des sources majeures de la culture anglaise. Les différentes scènes reproduites dans ces pages sont commentées de manière didactique.

Quelques jours plus tard, le magazine The New Yorker du 15 juillet 1944 fait sa Une avec un dessin humoristique:

The New Yorker, 15 juillet 1944, couverture

Cette couverture a été créée par Rea Irvin qui était alors le directeur artistique du magazine. La construction en trois bandes superposées n’est pas sans rappeler les modernes mèmes multipans. Les bordures de l’œuvre originale ne sont pas oubliées. On reconnaît en haut le roi George, accompagné par Roosevelt et Churchill, puis les généraux Eisenhower et Montgomery, et en bas Hitler et Boorman. Pour une analyse plus précise de ce dessin, on se reportera à cet article de Joyce K. Schiller sur le site du Rockwell Center for American Visual Studies.

Le rapprochement entre les deux invasions, bien qu’il soit manifestement évoqué de façon plaisante, n’en est pas moins traité sur un mode historique et culturel comme en témoignent les légendes en latin.

Directement inspirée par la Tapisserie, The Overlord Embroidery a été commencée en 1968 et décrit l’histoire de l’opération Overlord, c’est-à-dire les opérations du Débarquement de Normandie. Sa réalisation a mobilisé 20 brodeurs durant 5 années. Elle est actuellement exposée au D-Day Museum de Portsmouth:

The Overlord Embroidery (extrait), D-Day Museum, Portsmouth

La composition graphique de cette œuvre contemporaine est bien différente de celle de son illustre ancêtre. Elle ne comporte aucune marge illustrée en haut et en bas, ni aucun texte associé aux dessins. La réalisation de ce projet montre néanmoins la volonté d’inscrire les événements de 1944 au même niveau d’importance dans l’histoire de l’Angleterre que ceux de 1066. Les deux périodes s’interpénètrent dans une continuité qui est plus que symbolique, presque physique. Ce n’est plus une simple référence graphique puisque l’on emprunte la technique même de l’œuvre initiale pour signifier la parenté profonde des deux périodes au regard d’une Histoire de l’Angleterre conçue comme un récit épique ponctué de hauts-faits mémorables.

Cette parenté est même représentée comme une véritable filiation au mémorial britannique de Bayeux où l’on peut lire, à la manière de la Tapisserie, l’inscription latine suivante: NOS A GUGLIELMO VICTI VICTORIS PATRIAM LIBERAVIMUS  [Nous qui avons été vaincus par Guillaume, nous avons libéré la patrie du vainqueur]:

The Bayeux Memorial , by Cross Duck, Creative Commons

Dans ces monuments modernes faits de toile ou de pierres semble se concrétiser l’idée d’une « imaginaire-invasion« , similaire à l’idée d’imaginaire-bataille dont parlait Rémy Besson dans un billet de Culture Visuelle à propos d’un imaginaire qui se construit et se transforme à travers le temps à l’aide de références historiques à différentes batailles.

Dessins et comics

La référence à la Tapisserie dans les dessins humoristiques est ancienne. Dès 1848, l’illustrateur Richard Doyle pour le magazine Punch l’utilise dans une proposition de décoration parodique pour la Chambre des Lords. Puis en 1881, dans ce même magazine, Edward Linley Sambourne croque à la manière de la bataille d’Hastings dans la Broderie des événements confus qui se sont déroulés au Parlement:

Linley Sambourne, Punch, 1er Octobre, 1881, p. 146

Plus récemment, nous avons vu que Jean Effel à la Libération s’est également inspiré de la Broderie. Il l’a utilisé ensuite à plusieurs reprises comme support allégorique en 1946 puis en 1960. Le sujet en était alors bien différent. Sympathisant communiste, Effel brocardait alors de Gaulle:

Jean Effel – Moitié gauche de la Tapisserie – in Tambour, Pastis et Orgue (1946). Jean Effel – L’Unique (1959-1960)

Le dessinateur du Canard enchaîné Roland Moisan a également croqué de Gaulle sur le même canevas graphique en 1966 pour retracer l’épopée de Charles le Conquérant:

Roland Moisan – L’épopée de Charles le Conquérant (détail) – Le Canard enchaîné, 17 août 1966

Si Effel demeure fidèle aux légendes en latin, Moisan par contre utilise le français. Progressivement, les évocations graphiques de la Tapisserie deviennent moins « savantes ».

Les évocations de la Broderie sont toutefois plus nombreuses dans la presse britannique comme en témoignent cette recherche sur le site British Cartoon Archive de l’Université de Kent et celle-ci sur le site commercial cartoonstock.

De 1954 à 2003, plusieurs cartoonists de renom outre-Manche ont ainsi utilisé ce matériau:

Nicholas Garland – Daily Telegraph, 24 Oct 1984; Richard Jolley (RGJ), date de publication et journal inconnus (copyrighted material from Richard Burt’s website)

Les dessins représentent la plupart du temps des acteurs de la scène politique britannique, parfois accompagnés par leurs interlocuteurs français (Giscard/Callaghan, Mitterand/Thatcher). La Tapisserie est clairement considérée comme un référent culturel anglais lié à l’histoire mouvementée entretenue avec l’ancien ennemi français, et ce référent appartient à la culture « savante ». Certains d’entre eux, comme celui de Richard Jolley reproduit ci-dessus, introduisent un aspect nouveau en mettant en scène deux touristes américains dont le référent culturel n’est visiblement pas l’histoire européenne mais une forme de culture populaire, le cinéma.

Notre moisson tapissière est par contre plus pauvre du côté des comics. Richard Burt a néanmoins relevé un bel exemple dans un Ivanhoe édité en janvier 1957. Cette bande dessinée de 48 pages a été créée et illustrée par Norman Nodel4 pour la série populaire Classics Illustrated qui proposait au jeune public des adaptations des classiques de la littérature5 :

Norman Nodel, Ivanhoe, Classics Illustrated, janvier 1957, p. 23

La tenture décorant le mur est visible dans deux cases de la page; les compositions superposées sont inspirées des scènes 39 (les chevaux sortent des navires) et 47 (Hastings) de la Broderie. Elle est accrochée dans le château du chevalier normand Maurice de Bracy, l’un des principaux villains du roman avec Brian de Bois-Guilbert, et l’apparition de cette « reproduction »est tout à fait appropriée dans la trame générale du récit marquée par l’opposition entre Saxons et Normands dans l’Angleterre du 12ème siècle.

Animations

Les animations qui figurent dans les films The Vikings et Bedknobs And Broomsticks ont déjà été mentionnées précédemment.

Dans un contexte très différent mais toujours en introduction de film, un épisode de la série The Simpsons (saison 19, ép. 10, janvier 2008) intitulé E Pluribus Wiggum comporte également une animation inspirée par la Tapisserie:

C’est le seul titre d’un Simpsons en latin; il fait référence à la devise des États-Unis E pluribus unum [Un à partir de plusieurs] et rappelle les textes de la Broderie.

La parodie de la Tapisserie représente la famille de Ned Flanders en train de voler le canapé de la famille Simpson. Les Simpsons partent alors en guerre sur deux navires, prennent d’assaut le château des Flanders, les exterminent, puis reprennent possession de leur canapé.

Autres références

Certaines créations paraissent très éloignées de l’œuvre de référence. Richard Burt mentionne ainsi l’exemple de la filiale britannique du groupe de chimie allemand Bayer qui a retracé son histoire à la manière de la Tapisserie:

The Bayer Tapestry, date inconnue

L’initiative était probablement justifiée par la proximité phonétique entre Bayer et Bayeux. Il est intéressant cependant de noter qu’elle provient de la filiale britannique et utilise la structure graphique et plusieurs motifs de son ancêtre pour raconter une histoire d’expansion économique, une manière de conquête moderne.

Medieval macros

En 2003, un développeur allemand de Cologne, Bjorn Karnbogen, a créé sur Internet plusieurs générateurs de cartes virtuelles. Parmi ces petites applications ludiques, The Historic Tale Construction Kit est devenu très populaire parmi les utilisateurs de la plate-forme 4chan créée la même année. Il permettait de générer facilement des images à partir de différents motifs extraits de la Tapisserie en les positionnant sur une surface, éventuellement accompagnés de textes imitant les caractères de l’époque6.

Medieval macros réalisées avec The Historic Tale Construction Kit

D’après le site knowyourmemes, le pic d’activité sur 4chan en ce qui concerne les images créées à l’aide du Kit semble avoir été atteint en 2006 (plusieurs threads sont archivés: ici, , et ).

Les créations se réfèrent souvent à d’autres images populaires sur la plate-forme; elles font partie de la culture Internet. Le texte qui donne sens à l’image est fréquemment rédigé en un vieil anglais approximatif, très rarement en latin. La Tapisserie, dont une des caractéristiques est l’incorporation de textes au récit illustré, s’est transformée presque naturellement en réservoir d’images macro, ces images avec un texte humoristique surimposé qui abondent sur Internet. Avec cette application, la Tapisserie est devenue appropriable.

Une recherche à poursuivre

Si nous connaissons bien les évocations de la Tapisserie au cinéma grâce aux travaux de François Amy de La Bretèque et Richard Burt, il reste certainement de nombreuses références à découvrir dans les dessins de presse, les comics, et d’autres corpus d’images qui n’ont pas été examinés ici.

La piste inexplorée la plus prometteuse pourrait bien être l’analyse de l’iconographie présente dans les manuels scolaires en usage à différentes époques. Dans l’esprit de l’étude proposée par André Gunthert sur la transition de la monumentalisation à la médiatisation, une recherche devrait être menée pour collecter les représentations de la Tapisserie dans les manuels d’histoire français et anglais depuis le début du 20ème siècle. La recherche devrait d’ailleurs être élargie aux images figurant les invasions Vikings, la création du Danelaw et de la Normandie, la conquête de l’Angleterre au 11ème siècle, les personnages de Guillaume et Harold, etc.

Nous pouvons néanmoins récapituler ici les conclusions (provisoires) de la petite recherche actuelle.

Tout d’abord, la perception de l’œuvre et surtout des événements qu’elle relate est bien différente en Grande-Bretagne et en France. Pour faire bref, la Tapisserie est pour les Français une œuvre patrimoniale tandis qu’elle est pour les Anglais un monument de l’histoire nationale. La majorité des références visuelles sont d’origine anglaise ou américaine et participent à la constitution d’une culture commune où la conquête normande est perçue comme une épreuve cruciale et parfois même comme une tragédie. Même lors des reenactments de la bataille d’Hastings, à Battle, les envahisseurs Normands sont les méchants, analogues aux villains des comics, et ils sont hélas vainqueurs des gentils Saxons. Dans la culture ordinaire anglaise, la Tapisserie a été revisitée par Ivanhoé.

La conquête du 11ème siècle est aussi constamment en relation avec d’autres batailles historiques, d’autres invasions qui sont réinterprétées selon l’imaginaire qu’elle véhicule, en particulier à travers les visuels issus de la Tapisserie. Lors de Seconde Guerre mondiale, la crainte d’une défaite et d’une invasion allemande en 1940, puis le Débarquement comme une sorte d’invasion inversée, presque une revanche à plusieurs siècles d’intervalle, sont intégrés à cet imaginaire.

Les réminiscences vikings que l’on aurait pu penser prédominantes sur le seul exemple du film de Richard Fleischer ne tiennent en réalité qu’une place secondaire dans ces références à la Tapisserie dans la culture populaire.
Les évocations de la Broderie retiennent essentiellement deux aspects de l’œuvre: l’invasion et la conquête d’une part, le récit sous une forme dessinée d’autre part. Les questions fondamentales suscitées par l’œuvre et qui intéressent les médiévistes, la représentation de la légitimité de l’invasion, les techniques de construction, l’art de la guerre ou les traits scandinaves des navires pour ne citer que quelques exemples bien connus, n’intéressent pas vraiment les appropriations visuelles modernes.

Pour autant, les références à la Tapisserie dans les médias de masse, le cinéma ou d’autres vecteurs de culture populaire se sont construites à partir de la culture savante et se sont progressivement adaptées à leur nouveau public. Un bon marqueur de cette migration est la langue des textes incorporés aux dessins en guise d’explications. Elle a progressivement évolué du latin (y compris dans les dessins humoristiques) aux langues modernes, éventuellement agrémentées d’archaïsmes approximatifs qui ajoutent à la fois une connotation sérieuse rappelant son origine savante et un effet comique.

Deux interprétations culturellement distinctes de la Tapisserie coexistent. Une interprétation savante, historique, archéologique, artistique, etc. et une interprétation populaire d’un événement lointain situé dans un Moyen Âge un peu flou. Un événement fondateur, élevé au rang de mythe pour les Anglais. Un événement devenu l’archétype d’autres invasions ou conquêtes historiques, indissociable du déroulé d’un récit imagé facilement reconnaissable.

Mise à jour du 19 décembre 2011

Pierre-Olivier Dittmar me signale cette couverture du livre France-Grande-Bretagne – l’entente cordiale, par William Boyd et François-Charles Mougel, Édité par Association pour la diffusion de la pensée française, 2006. La composition s’inspire de la scène 53 de la bataille d’Hastings – hIC CECIDERUN(T) SIMUL ANGLI ET FRANCI IN PRELIO [Ici Anglais et Français succombèrent en même temps pendant le combat] – et constitue une antiphrase visuelle de l’entente cordiale.
Merci PO!

Mise à jour du 11 janvier 2012
Couverture illustrée du livre Le roman de Tristan et Iseut, édité par Joseph Bédier, Paris: L’Édition d’art, 1926. À l’époque, les références culturelles à la Tapisserie étaient en France uniquement « savantes ». Ce choix illustratif s’explique probablement par l’origine normande des premières rédactions de ce texte médiéval majeur.
Mise à jour du 16 février 2012
Une équipe de brodeuses d’Aurigny propose une reconstitution des scènes finales de la Tapisserie, cf. Alderney’s missing link in the Bayeux Tapestry.
Mise à jour du 3 mai 2013
Merci à Alexandra Opillard qui me signale deux autres références:
– dans Robin Hood (Ridley Scott, 2010), une tenture inspirée de la Tapisserie apparaît dans la chambre du futur roi d’Angleterre, le prince John. Trois scènes fictives (qui n’existent pas dans la Tapisserie) sont superposées et les inscriptions figurent dans les marges. À noter: une tour d’un bâtiment tombe, apparemment bousculée par un personnage:
– dans Game of Thrones, Season 2 (2011), dans la tente de Renly Baratheon, prétendant au trône et frère du roi défunt Robert Baratheon. Le groupe de guerriers brandissant leurs lances s’inspire de la fin de la scène 51:
Mise à jour du 26 décembre 2014
Ye Berlyn Tapestrie, panorama humoristique de l’artiste anglais John Hassall, imprimé en 1915, figurant l’invasion des Flandres et de la France par le Kaiser Guillaume II.
(merci à William Blanc pour le signalement)
Clip du groupe anglais Jaldaboath, mélange de métal, de Moyen-Âge, et de Monty Python.
(merci à Alexandra Opillard pour le signalement)
Références
  • [AdB] François Amy de La Bretèque, L’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris: Champion, 2004
  • [Besson] Rémy Besson, Robin des bois, Facebook et la tapisserie de Bayeux, mardi 18 mai 2010
  • [Boyer] Régis Boyer, Sur le mythe viking en France, in Dragons et drakkars : le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie, XVIIe-XXe siècle, Caen: Musée de Normandie, 1996
  • [Brown1] Shirley Ann Brown, The Bayeux Tapestry : History and Bibliography, Woodbridge, Boydell Press, 1988.
    Bibliographie complétée par l’article: La Tapisserie de Bayeux: analyse critique des publications des années 1988-1999, in Pierre Bouet, Brian Levy, François Neveux, La Tapisserie de Bayeux: l’art de broder l’Histoire, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (1999), Caen: Presses universitaires de Caen, 2004, pp. 27-47.
  • [Brown2] Shirley Ann Brown, The Bayeux Tapestry and the Vikings, 2007
    Version augmentée en anglais de la communication: Les Scandinaves, les Vikings et la Tapisserie de Bayeux, in Sylvette Lemagnen (sous la direction de), La tapisserie de Bayeux: une chronique des temps vikings ?, Actes du colloque international de Bayeux – 29 et 30 mars 2007, Bonsecours: Point de vues, 2009
  • [Burt1] Richard Burt, Re-embroidering the Bayeux Tapestry in Film and Media: the Flip Side of History in Opening and End Title Sequences, special issue of Exemplaria on « Movie Medievalism« , 19.2. (Summer 2007), 327-50, co-edited by Richard Burt and Nickolas Haydock.
    L’artcicle n’est plus disponible mais il est archivé [PDF] sur archive.org.
    Résumé et matériel graphique complémentaire ici.
  • [Burt2] Richard Burt, Medieval and Early Modern Film and Media, Palgrave MacMillan, 2008
  • [Chaline] Quand Rouen fêtait le millénaire normand, présenté et commenté par Jean-Pierre Chaline, Rouen: Amis des monuments rouennais, 2011
  • [Cinémathèque] Cahiers de la Cinémathèque, Le Moyen Âge au Cinéma, 42/43, 1985
  • [Lemagnen] Sylvette Lemagnen, L’histoire de la Tapisserie de Bayeux à l’heure allemande. Un nouvel éclairage sur la mission dirigée par Herbert Jankuhn pendant la seconde guerre mondiale, in Pierre Bouet, Brian Levy, François Neveux, La Tapisserie de Bayeux : l’art de broder l’Histoire, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (1999), Caen: Presses universitaires de Caen, 2004, pp. 49-64
  1. Voir la filmographie sur Medieval History in the Movies, à compléter par la liste Viking Movies, plus longue mais qui ne contient pas seulement des films du genre en question. []
  2. Sur le « mythe Viking », voir [Boyer] (les références entre crochets figurent en fin d’article). La bande dessinée a également beaucoup représenté les Vikings. Le contexte médiéval et le monde violent dans lequel les personnages évoluent rapprochent ces représentations de l’heroic fantasy. Plus généralement, une vision proprement romantique des anciennes cultures scandinaves a influencé divers courants artistiques, y compris dans le rock heavy metal. []
  3. Pour une présentation des principales scènes de la Tapisserie, voir par exemple le diaporama Lire la Tapisserie de Bayeux. []
  4. Il a aussi dessiné de beaux dinosaures, avis aux amateurs… []
  5. Voir ici une intéressante collection de cette série où figure intégralement notre Ivanhoe. []
  6. L’application n’est plus disponible actuellement mais un petit film de démonstration illustre son fonctionnement. Un nouveau générateur permettant de créer de petits diaporamas existe désormais sur le site de la Tapisserie de Reading.
    Mise à jour du 31 janvier 2012: l’application a été réécrite en HTML5 par Johannes Jander sur bayeux.datensalat.net. []

12 réflexions sur « Les références visuelles à la Tapisserie de Bayeux dans la culture populaire »

  1. Dans les lointains descendants iconographiques de la Tapisserie, on pourrait peut-être aussi y placer la scène d’introduction de Zelda – the Wind Waker :
    http://www.youtube.com/watch?v=NCKUR_XBNYk
    Même si je ne saurais pas vraiment l’expliquer. Le déroulé horizontal de la séquence centrale, la palette, le trait, le souffle épique ? Au moins on peut remarquer une analogie visuelle :
    Tapisserie de Bayeux http://www.bourlingueur.org/assets/galleries/1963/bayeux-detail3.jpg
    Wind Waker http://zone47.com/i/winwaker.png
    Et le bouclier devint nuage.

  2. @Benoît: Merci, je ne connaissais pas. Il y a un air de famille, c’est indéniable: le déroulé en effet, la vague connotation médiévale, l’attitude du cavalier armé que vous relevez, un peu les inscriptions également. Ce n’est pas toutefois une référence claire à la TB à mon avis. Je crois que l’on pourrait ouvrir une rubrique « probablement influencé par la TB » à son sujet.

  3. Voir aussi (je te l’avais signalé je pense) la manière dont les théoriciens de la bande dessinée, à la suite de Gérard Blanchard (La Bande dessinée, histoire des images de la préhistoire à nos jours, 1969), ont utilisé la tapisserie de la reine Mathilde comme ancêtre « noble » pour ce média.

  4. Merci Jean-no pour ce rappel. Je n’avais pas oublié, mais ce n’était pas mon sujet. Par contre, je pense qu’il serait intéressant d’exposer les raisons pour lesquelles les historiens et théoriciens de la BD se réfèrent souvent à la TB comme à un ancêtre « noble » du média, alors que les médiévistes sont en général très réticents (pour ne pas dire hostiles) à cette idée. Un autre billet peut-être.

  5. Bonjour,
    Pour votre information et nourrir votre belle recherche, l’artiste photographe Joachim Mogarra, a réalisé en 2009, dans le cadre d’une commande menée par Le Pôle Image Haute-Normandie et Le Point du Jour, deux centres photographiques de Normandie, une version personnelle de la Tapisserie de Bayeux en 51 photographies avec légendes et rajouts de dessins. Vous pourrez vous en faire une idée dans le catalogue d’exposition « Voyages pittoresques – Normandie 1820-2009 » musées des beaux-arts de Rouen, Le Havre et Caen, SilvanaEditoriale, 2009 où l’oeuvre est reproduite.
    Didier Mouchel
    Chef de projet photographie au Pôle Image Haute-Normandie

    PS : Amusant également nous venons d’engager avec l’artiste Yves Trémorin un projet photographique autour de la représentation de la Normandie et des légendes vikings à partir entre autre du conte La baleine rouge de Théodore Monod et du film « Les vikings » de Richard Fleischer

  6. @Didier Mouchel: Merci pour le signalement de ces intéressants travaux, dont il est hélas difficile de trouver des images sur Internet 😉

  7. Il y a une référence a la Tapisserie dans le Robin des Bois de Scott et aussi dans la saison 2 du Trone de Fer, dans la tente de Robb Stark. Je peux vous faire des caotures d’ecran. emailez moi si intéressé!_

  8. Du côté des dessins animés, je crois me souvenir qu’il y a également une représentation de la tapisserie de Bayeux dans l’un des Shrek. Le deuxième il me semble mais je n’en suis pas sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *