Recherche éveillée sur Internet : mode d’emploi (note de lecture)

Nombre de recherches d’informations sur le Web sont entièrement confiées à un outil unique, Google. Symbolisée par le lien opportuniste J’ai de la chance et son interface épurée, la facilité d’usage du moteur a construit une grande part de son succès.
À l’opposé de cette conception minimaliste où le rôle du chercheur est réduit à l’extrême, pratiquement nié, le livre Recherche éveillée sur Internet : mode d’emploi de Béatrice Foenix-Riou1 décrit de nombreux outils et des méthodologies élaborées permettant à l’utilisateur d’effectuer des recherches approfondies et souvent originales.

L’ouvrage est organisé en trois parties de longueurs inégales.

La première, la plus importante, décrit l’histoire et le mode d’utilisation de différentes familles d’outils généralistes ou spécialisés permettant d’interroger le Web. Elle débute en rappelant la distinction entre Web visible et Web invisible et la nécessité d’interroger plusieurs moteurs. Puis, les principes fondamentaux des moteurs, leurs différences ainsi que les métamoteurs, sont exposés en expliquant dans quel cas ils peuvent être utilisés. Les subtilités des syntaxes de recherches avancées sont parfaitement expliquées, malgré la tendance à leur uniformisation sous la domination de Google. La recherche d’images est illustrée à travers la description d’outils bien connus des visualistes (on aurait aimé cependant que cette partie soit plus développée).

Elle se poursuit ensuite en décrivant les annuaires généralistes et spécialisés, les répertoires et les outils thématiques, etc. Un chapitre est bien sûr consacré aux blogs, microblogs, RSS, et réseaux sociaux. Certaines techniques comme la création de flux RSS sur des pages qui n’en possèdent pas sont expliquées et de nombreux outils peu connus ou négligés (comme Voxaleadnews) sont décrits.

La seconde partie décrit quatre exemples très différents de stratégies de recherche précisément commentées. Les annuaires thématiques et la recherche sur les sources de données ouvertes ou en langues étrangères ne sont pas oubliés.

La dernière section enfin est composée de fiches détaillées constituant le mode d’emploi de dix outils de recherche fondamentaux: Bing, Exalead, Google, Google Scholar, Intute, Open Directory, Scirus, les signets de la BnF, Signets Universités, Yahoo!. Les fonctions avancées des différents moteurs ou services sont décrites en détail, exemples à l’appui.

Limite d’une publication papier sur un sujet aussi évolutif, l’ouvrage paru en avril 2011 ne parle pas des dernières nouveautés qui intéressent en particulier les chercheurs attentifs aux images, telles que Google Images Sort by subject ou Search by Image. Le livre est toutefois complété par un blog que le lecteur intéressé par l’actualité des méthodologies de recherche consultera avec intérêt (en plus de Culture Visuelle, bien entendu…).

Cet ouvrage s’adresse certes aux professionnels de la recherche d’informations, mais il devrait aussi intéresser tous les utilisateurs confrontés à des questions « pointues » ou qui ne se satisfont pas des réponses trop formatées fournies par le moteur leader. Les chercheurs et étudiants en particulier tireront profit de cet ouvrage qui se lit facilement et devrait figurer dans les bibliothèques « éveillées ». La littératie numérique a besoin de tels supports pédagogiques.

  1. Recherche éveillée sur Internet : mode d’emploi – Outils et méthodes pour explorer le Web, par Béatrice Foenix-Riou, Paris: Bases Publications & Lavoisier, 2011, 368 pages. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.