Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie

[Note du traducteur. Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman et son équipe ont publié une longue série d’articles qui remet en cause le récit habituel de la ruine des photos prises par Robert Capa lors du débarquement en Normandie1.
Membre de ce projet, Charles Herrick vient de publier deux articles sur un film en couleurs tourné à Omaha Beach le 6 juin 1944. Il décrit dans le second comment il a identifié Robert Capa qui apparaît fugacement dans plusieurs séquences de ce film. Au delà de l’intérêt de cette découverte pour l’histoire du photographe et pour le projet de l’équipe de Coleman, il m’a semblé intéressant de proposer une traduction de cet article parce qu’il rappelle que la recherche d’informations dans les archives visuelles nécessite de réexaminer constamment des sources que nous croyons parfois bien connaître; au cours des dix années d’activité du projet PhotosNormandie, en effet, nous avons déjà eu l’occasion d’analyser et de citer le film en question, mais sans jamais remarquer les brèves séquences où figure Capa.
Je remercie Charles Herrick et A. D. Coleman de m’avoir autorisé à publier ici une traduction française de cet article. – PP.]

[Note de l’éditeur. Les articles précédents du vétéran et historien militaire amateur Charles Herrick ont été décisifs dans cette série; ils ont permis de corriger 70 années de légendes erronées de l’un des dix clichés du D-Day pris par Robert Capa à Omaha Beach, et d’identifier l’emplacement exact et l’horaire approximatif de son débarquement sur le secteur Easy Red avec une vague plus tardive.
Dans ce nouvel article, Herrick examine les séquences cinématographiques de 16 mm réalisées lors du D-Day par David T. Ruley, qui avait le grade de second chef photographe [Chief Photographer’s Mate (CPHoM)] des U.S. Coast Guards. Ruley a filmé le débarquement depuis sa position assignée à bord du LCI(L)-94 – qui est par hasard le navire même sur lequel Capa a quitté le secteur Easy Red. Le film de Ruley contient de brefs aperçus de Capa, fournissant une preuve irréfutable de sa présence à bord et du moment où il a quitté le champ de bataille. Ce sont là quelques-unes des rares images filmées de Capa en action, et les premières – sinon les seules – images fixes ou cinématographiques de lui réalisées lors du D-Day.
Herrick compare les éléments de preuve dans le film de Ruley avec des photographies pertinentes prises par Capa et par d’autres photographes, et il obtient ainsi, entre autres choses, des informations supplémentaires sur les conditions qui régnaient sur le secteur Easy Red d’Omaha Beach au moment du départ de Capa.
Vous pouvez agrandir toutes les illustrations en cliquant dessus, et lire en anglais la partie 1 (non traduite) et la partie 2 traduite ci-dessous. – A. D. C.]

[Note du traducteur. Le film de Ruley est conservé au U. S. Naval Photographic Center sous la référence NPC-10782. Il peut être vu librement sur Archive.org et sur le compte YouTube National Archives Video Collection mais ces numérisations sont de qualité médiocre. Les photogrammes de l’article proviennent d’une version numérisée de meilleure qualité.
L’article mentionne plusieurs catégories de navires dont les dimensions et les fonctions étaient différentes: LCI(L) (Landing Craft Infantry (Large), grande péniche de débarquement de troupe), LCT (Landing Craft Tank, grande péniche de débarquement de chars de combat), LCVP (Landing Craft Vehicle & Personnel, petite péniche de débarquement de troupe et de véhicules). Le USS Samuel Chase quant à lui était un navire de transport et d’attaque, alors au large dans la « zone de transport », qui embarquait plusieurs LCVP. – PP.
]

Le navire des U.S. Coast Guards LCI(L)-94 a été touché peu de temps après s’être retiré d’Easy Red. Après que l’équipage ait effectué un contrôle rapide des dégâts, le capitaine a dirigé à nouveau le bateau vers la zone de transport, où les navires plus grands étaient ancrés, à 14 milles de la côte.
Après avoir embarqué sur le LCI(L)-94, Capa, selon son propre récit, est allé à la salle des machines, s’est séché les mains, a changé de film dans ses deux caméras Contax, puis il est retourné sur le pont pour prendre quelques dernières photos de la plage et des autres bateaux de débarquement.
[Note de l’éditeur. Ceci est corroboré par des témoignages des membres d’équipage du LCI(L)-94 Charles Jarreau et Clifford W. Lewis. Lewis indique que Capa s’est embarqué peu de temps après avoir débarqué leurs troupes. Frappé par plusieurs obus alors qu’il commençait à s’éloigner de la plage, le LCI(L)-94 s’est arrêté brièvement afin de procéder à des réparations temporaires et n’a pas quitté Omaha Beach avant 9 heures environ. Dans son journal à la date du 12 juin, Lewis mentionne Ruley, mais sans citer son nom: « Nous avions un photographe des Coast Guards avec nous qui prenait des films colorés [sic] et il était satisfait du matériel disponible ». Selon les dossiers militaires, l’affectation de Ruley au LCI(L)-94 a duré du 18 avril au 12 août 1944 – A. D. C.]

Fig. 1 – Life magazine, reportage »Beachheads of Normandy » paru le 19 juin 1944, photo par Robert Capa, p. 28 (détail).

L’une de ces images de Capa, prise à environ deux milles au large, montre le LCT-305 lors de sa course finale vers la plage (figure 1). Le 305 avait été envoyé sur la ligne de départ à 9 heures, ce qui situerait la photo de Capa peu de temps après. Compte tenu de la vitesse normale d’un LCI, le voyage de retour du LCI(L)-94 vers la zone de transport aurait duré environ une heure, et c’est durant cette période que le chef photographe des U.S. Coast Guards David T. Ruley a filmé les séquences où figure Capa.

Fig. 2 – Robert Capa tient l’ardoise du cinéaste à bord du LCI(L)-94, 6 juin 1944, photogramme du film de David T. Ruley.

Le premier clip, qui commence en 4:55 sur la version disponible sur Archives.org (figure 2), est une sorte de non-événement. Capa est à bord du 94, tenant obligeamment l’ardoise d’identification pour Ruley au début du clip. Bien que seule la moitié inférieure de son visage soit visible, le nez et la bouche appartiennent clairement à Capa [Note du traducteur. Comparez avec la célèbre photo de Capa prise par Kati Horna en 1933, voir figures 3 et 4 ci-dessous. – PP]. En outre, le personnage porte un uniforme de terrain vert olive de l’U. S. Army, et non l’équipement protecteur pour temps humide des Coast Guards et le gilet de sauvetage porté par les membres de l’équipage du navire. Comme ce film a été réalisé après que le 94 ait débarqué ses troupes de l’Army, le seul personnage à bord à ce moment qui était vêtu d’un uniforme de terrain de l’Army était Capa. Sa sangle de caméra est également visible, suspendue à son cou.

Fig. 3 – Kati Horna, Robert Capa au studio de József Pécsi, Budapest, 1933.
Fig. 4 – photogramme du film de David T. Ruley, 6 juin 1944 / détail du portrait de Robert Capa par Kati Horna, 1933.

Tout dans cette histoire est typique de la saga de Capa qui ne fait aucune mention de sa rencontre avec un cameraman des forces armées à bord du LCI. Et il est peut-être aussi symptomatique que Ruley n’ait jamais mentionné non plus qu’il avait rencontré Capa. Seul le clip du film fournit la preuve qu’ils se sont rencontrés.

Une dernière observation enfin: l’uniforme de Capa, en laine, coton et flanelle, semble remarquablement propre et sec, compte tenu de sa supposée expérience récente sur la plage, au cours de laquelle il a prétendu avoir traversé les vagues, couché dans le ressac derrière un hérisson, se glissant sur le ventre depuis le rivage vers les galets, effectuant un effort vain pour creuser un trou de protection, et parvenant finalement au 94 dans l’eau qui s’approchait de son menton. Aucun des effets de cette description ne se voit dans le film de Ruley.

Fig. 5 – Des médecins et membres d’équipage soignent un marin blessé à bord du LCI(L)-94, 6 juin 1944. Photogramme du film de David T. Ruley (à gauche) et photo de Robert Capa (à droite).

La séquence suivante du film, qui commence en 5:01, montre l’équipage qui soigne un homme mortellement blessé, le matelot de première classe Jack DeNunzio. Bien que l’on ne voit pas Capa dans cette séquence, celui-ci a réalisé au moins deux photos de la même action prises du même point de vue que Ruley. L’une a été publiée dans le livre de Capa Slightly Out of Focus, paru en 19472, l’autre, une photo très similaire, apparaît dans le livre de Charles Wertenbaker Invasion! publié en 1944 (figure 5).

Plus avant dans le film, une brève séquence montre les préparatifs pour transférer l’un des membres d’équipage blessé sur le USS Samuel Chase qui possédait de meilleures installations médicales. Un LCVP du Chase manœuvre pour présenter son côté tribord le long du LCI(L)-94, tandis qu’au premier plan à droite, l’équipage du LCI lutte pour descendre un blessé, le quartier-maître de troisième classe David S. Anthony, du pont du bateau jusqu’à une civière sur le pont principal (figure 6).

Fig. 6 – Robert Capa, au centre et en arrière-plan, à bord du LCVP de l’USS Samuel Chase, caméra prête, durant le transfert d’un blessé, 6 juin 1944, photogramme du film de David T. Ruley.

Curieusement, Capa est déjà à bord du LCVP dans la séquence qui débute en 5:26. Il est à l’avant, à bâbord, sa main gauche saisissant la rampe du LCVP. Sa main droite maintient sa caméra, et il semble disposé à photographier le transfert du blessé. Cependant, s’il a pris des photos de la scène, celles-ci n’ont jamais fait surface. Dans les derniers instants de cette scène, le sac en cuir brun de sa caméra est visible, accroché à son épaule gauche.

Fig. 7 – Robert Capa, Weymouth, Angleterre, 7 juin 1944. Photo par David Scherman (annotée).

Capa portait sa cantine de manière inhabituelle, sur son côté gauche juste en avant de sa hanche, et cette position est visible dans le clip de Ruley. La photo de Capa prise par David Scherman le lendemain à Weymouth (figure 7) montre un placement identique de sa cantine, ce qui renforce notre identification de Capa.

Fig. 8 – Robert Capa, en bas à gauche, à bord du LCVP de l’USS Samuel Chase, assistant au transfert d’un blessé, 6 juin 1944, photogramme du film de David T. Ruley.

Deux courtes scènes plus tard nous retrouvons le même LCVP. Cette fois, son côté bâbord est le long du 94. L’action saisit la difficulté d’abaisser la civière du quartier-maître Anthony dans le LCVP. Dans les derniers instants de la séquence, Capa se déplace dans le champ pour aider à abaisser la civière (figure 8). Ce clip montre plus clairement le sac en cuir de la caméra de Capa. Dans ses deux récits du D-Day, Capa a donné différentes raisons pour expliquer son retrait de la plage. Dans la version la plus ancienne, dictée au correspondant du Time Charles Christian Wertenbaker pour son livre Invasion! paru à l’automne 1944, il aurait quitté la plage parce qu’il a manqué de film, ce qui semble improbable compte tenu de la taille de son sac de caméra et de l’importance historique de son affectation.

[Note de l’éditeur. Dans ses mémoires de 1947 Slightly Out of Focus, Capa ne donne aucune indication quant à la portée de sa mission lors du D-Day ou de son plan pour la couverture de l’événement. Le lecteur pourrait en déduire que – en supposant que les Alliés réussissaient à établir une tête de pont – Capa devait s’intégrer aux troupes et les suivre à l’intérieur du pays, tout comme les autres photojournalistes du magazine Life Bob Landry et George Rodger.
Pourtant, aucune déclaration de Capa ou de John Morris, et certainement aucunes preuves tangibles, ne justifient cette hypothèse. Cela laisse ouverte la possibilité que, même s’il avait atteint la terre ferme, Capa n’avait aucunement l’intention d’y rester longtemps, il aurait toujours prévu de revenir en Angleterre à bord d’un navire au départ de la zone de transport cet après-midi là, ce qu’il a effectivement fait. – A. D. C.]

Fig. 9 – Fatalement endommagé, le LCI(L)-85 retourne vers l’USS Samuel Chase, 6 juin 1944, photogramme du film de David T. Ruley.

Un autre clip de Ruley (figure 9) montre le LCI(L)-85 se diriger lentement vers le Chase, dans la zone de transport. Le 85 avait été touché par une mine et sa coque avait été percée plusieurs fois par des obus au-dessous de la ligne de flottaison alors que des troupes débarquaient, et le navire luttait contre les incendies et les inondations. On l’avait fait revenir à la zone de transport avec un certain nombre de soldats encore à bord, et il était mal en point. Bien que Capa ait quitté le 94 au moment où Ruley a filmé le 85, le LCVP sur lequel il avait été transféré aurait croisé le 85 gravement endommagé qui était en route vers le Chase.

Après que Capa ait été ramené sur le Chase, il a pris un certain nombre de photos supplémentaires des activités de cette matinée. Un des clichés montre directement les ponts du 85 endommagé après qu’il ait atteint le Chase (figure 10). Le 85 avait accosté le Chase à environ 12 h 00 et il a sombré vers 14 h 30, cela indique donc que Capa était à bord du Chase au moins durant ce créneau de temps.

Fig. 10 – Robert Capa, vue du LCI(L)-85 depuis l’USS Samuel Chase, 6 juin 1944. Capture d’écran du site web de Magnum Photos.

Le sort du LCI(L)-85 a dû impressionner Capa. Apparemment, cela l’a incité à inclure dans Slightly Out of Focus la fausse précision suivante: « Notre bateau prenait l’eau et s’éloignait lentement de la plage, essayant de rejoindre notre navire ravitailleur avant de couler. » [Note du traducteur. Cité d’après la traduction française, op. cit., p. 171. – PP.]. Le LCI(L)-94 avait lui aussi été touché, mais pas en dessous de la ligne de flottaison, et il n’a pas pris l’eau. Il a effectué un certain nombre de courses supplémentaires entre la zone de transport et la plage durant le D-Day et dans les jours qui ont suivi. C’est le 85 qui a pris l’eau et qui a finalement sombré et c’est la détresse du 85 que Capa a « empruntée » pour sa propre histoire. (Il est utile de se souvenir que Capa a été très franc en admettant que Slightly Out of Focus n’était pas contraint par un strict respect de la vérité.)

[Note de l’éditeur. Cette image que je ne connaissais pas auparavant apparaît dans un sujet sur Capa paru sur le site Magnum Photos, daté du 26 février 2017, et intitulé « D-Day and the Omaha Beach landings« . Sa légende est la suivante: « Un engin de débarquement américain rencontre un navire de transport de troupe au large d’Omaha Beach, près de Colleville-sur-Mer. Normandie, France. 6 juin 1944. » – A. D. C.]

Bien que le film de Ruley découvert jusqu’alors n’inclut pas les séquences clés relevées par Allan Coleman dans « At the Beaches of Normandy »3, il fournit néanmoins une foule d’informations, complétant de nombreux détails sur les agissements de Capa ce jour-là. Nous possédons maintenant une preuve positive que Capa a évacué la plage sur le LCI(L)-94 – et non sur le LCI(L)-85 – et que le site de débarquement du 94 était beaucoup plus à l’est sur Omaha Beach que son équipage ne le pensait. Nous savons aussi qu’au moins deux séquences non créditées découvertes par Coleman ont été filmées par Ruley à bord du 94.

Le clip de Ruley sur le débarquement du LCI en particulier fournit un contexte précieux pour les images peu nombreuses de Capa prises depuis la plage. À l’exception des 5 vues initiales prises depuis l’avant du LCVP qui l’avait amené à terre, le reste des photos de Capa semble représenter des soldats immobilisés dans l’eau et un assaut bloqué dans les vagues déferlantes. Mais en examinant le clip de débarquement de Ruley (figure 11), nous obtenons une perspective très différente.

Fig. 11 – David T. Ruley, secteur Easy Red, Omaha Beach, 6 juin 1944, USCG film, photogramme annoté.

Trois groupes différents de soldats sont debout et se déplacent vers le rivage, sans compter les deux colonnes d’hommes débarquant du LCI. Deux de ces groupes (surlignés en rouge) se déplacent rapidement, et le troisième (surligné en bleu) se déplace plus lentement alors que le char DD [duplex drive tank] devant eux avance à une allure de marche à pied. Cela confirme notre conclusion publiée antérieurement selon laquelle Capa a débarqué sur un secteur de la plage d’Omaha relativement légèrement défendu, même si ses photos ont été mal interprétées plus tard.

Ainsi, les photos de Capa prises depuis la plage, bien qu’elles soient émotionnellement puissantes, ne sont pas forcément une représentation fidèle des conditions qui régnaient à ce moment-là sur cette partie précise de la plage. Ses photos fournissent un enregistrement visuel important, mais qui en soi est loin d’être complet ou précis, ne capturant pas plus d’informations et d’émotion que ce que les photographes militaires en mission ont également produit ce jour-là.

Une dernière information importante: le Chase, avec Capa à bord, s’est ancré à son retour à Portland Harbour, en dehors de Weymouth, le 7 juin à 5 h 36. Le premier bateau qui a accosté ensuite à côté était le remorqueur HMS Queen Empress, à 10 h 45, pour débarquer les victimes, survivants et morts. Le remorqueur a été enregistré quittant le Chase à 12 h 45; il a donc fallu deux heures pour transférer les blessés et les morts du Chase. Cela signifie que Capa (techniquement un « retardateur » aux yeux de l’armée) n’a probablement pas pu atteindre le rivage avant 13 heures, soit 7 heures après que le navire ait jeté l’ancre. Cela réduit considérablement l’écart entre l’heure de son retour en Angleterre et l’arrivée de ses films à Londres vers 21 heures ce soir-là.

[Note de l’éditeur. Nous savons donc maintenant que Ruley s’est rendu sur Easy Red et en est revenu sur le LCI(L)-94, qu’il a réalisé là-bas des films de cet épisode qui correspondent à la scène telle qu’elle est représentée sur les photos de Capa, que ces moments filmés correspondent approximativement à la période où Capa était sur Easy Red, que Capa est retourné sur le Chase sur le LCI(L)-94, et enfin que Ruley l’a filmé brièvement à bord du LCI(L)-94 ce matin-là.
Par ailleurs, nous savons aussi, à partir de ces clips de film, qu’une grande partie du compte rendu de Capa sur les conditions qui régnaient alors sur la plage et son propre retour sur le USS Samuel Chase a été, pour le dire gentiment, largement enjolivé. Ces extraits démontrent que (a) les soldats étaient en mouvement régulier à ce moment-là, ils n’étaient pas paralysés par la peur et immobilisés par le feu ennemi, (b) les eaux peu profondes et la plage n’étaient pas jonchés de corps à cet endroit, et enfin (c) au moins un cinéaste a enregistré la même scène avec succès. – A. D. C.]

[Traduction par Patrick Peccatte de l’article Guest Post 24 Charles Herrick on Capa’s D-Day (f) – Photocritic International, publié le 17 mai 2017 dans le cadre du Robert Capa D-Day Project]

  1. Pour en savoir plus sur ce Robert Capa D-Day Project, lire l’article récent de Coleman que j’ai traduit: Une autre histoire. Les photos du Débarquement de Robert Capa dans le dernier numéro de la revue Études photographiques, n° 35, mai 2017; voir aussi un résumé du projet sur mon blog: Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations, 24 juin 2015. []
  2. [Note du traducteur. Traduction française: Robert Capa, Juste un peu flou: Slightly out of focus, avec Richard Whelan (préface), Cornell Capa (préface), traduit de l’anglais par Catherine Chaine, Paris: Delpire, 2003; la photo a été publiée page 177 dans cette traduction. Elle a aussi été publiée dans le reportage « Beachheads of Normandy » du magazine Life, le 19 juin 1944, page 30 – PP.] []
  3. [Note du traducteur. Il s’agit du film « At the Beaches of Normandy » disponible sur Vimeo et décrit par A. D. Coleman dans son article n° 33 du 30 avril 2017. – PP.] []

2 pensées sur “Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *