La FAQ du projet PhotosNormandie

PhotosNormandie est un projet collaboratif qui a pour but d’améliorer les légendes de plus de 3900 photos et 300 films historiques de la bataille de Normandie.

Lancé fin janvier 2007 sur Flickr, PhotosNormandie a dix ans, et c’est un projet toujours actif – le nombre total de photos en ligne sera ainsi porté à plus de 5000 durant l’année 2017.
Nous proposons ci-dessous une version actualisée et complétée de la FAQ du projet rédigée … il y a cinq ans.

1. D’où viennent les photos ?

La collection principale provient du site Archives Normandie 1939-1945 mis en place en 2004 par le Conseil Régional de Basse-Normandie à l’occasion de la commémoration du soixantième anniversaire de la libération de la région. Ce site n’existe plus, mais il est archivé sur Internet Archive, par exemple ici.

Les photos qui étaient alors proposées en libre téléchargement proviennent des Archives Nationales des États-Unis (NARA) et des Archives Nationales du Canada. Elles avaient été numérisées par le CR de Basse-Normandie pour ce projet inabouti.

Nous avons ajouté à ce fonds initial:

Carentan (Manche), entre le 15 et le 20 juin 1944. Allongé dans l’herbe près de sa tente, un parachutiste lit le numéro de juin 1944 de Sparkler Comics. Réf. LC001826. Life Photo Collection via Google Cultural Institute.
Carentan (Manche), entre le 15 et le 20 juin 1944. Allongé dans l’herbe près de sa tente, un parachutiste lit le numéro de juin 1944 de Sparkler Comics. Réf. LC001826. Life Photo Collection via Google Cultural Institute.

2. D’où viennent les films ?

Le travail de numérisation des 300 films a été intégralement financé par les participants au projet PhotosNormandie. Il a été réalisé au cours de l’année 2013 par WWII Archives, une entreprise locale créée par Antonin Dehays, docteur en histoire et spécialiste de la bataille de Normandie. Cette petite entreprise propose des services de recherche et fourniture d’archives sur la Seconde guerre mondiale, et sa proximité avec le site NARA de College Park lui permet d’être très réactive et compétitive (Lire l’article Une collection de films d’archives sur YouTube pour PhotosNormandie).

3. Avez-vous le droit d’utiliser ainsi ces photos et ces films ?

Oui. Les photos de la collection principale sont déclarées « libres de droits » sur le site Archives Normandie 1939-1945. Voici les conditions d’utilisation telles qu’elles sont archivées sur Internet Archive:

Toutes les images dont les descriptifs comportent la mention de copyright « libre de droits » et qui ont été numérisées, peuvent être téléchargées en haute définition (fichiers numériques TIFF en 300 DPI) et utilisées librement, avec pour seule contrainte l’obligation d’inscrire, lors de toute utilisation, la mention :
« Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA » pour les images dont l’origine indiquée sur le descriptif est « NA-USA »
« Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives Canada » pour les images dont l’origine indiquée sur le descriptif est « NA-CA ».

Même si la formule libre de droit n’a en fait guère de sens en droit français, les conditions d’utilisation stipulées sont claires et nous nous y conformons scrupuleusement. L’origine est aussi rappelée dans le champ copyright de chaque photo.

Les photos sont d’autre part disponibles sur Internet en de nombreux autres endroits, comme sur le site commercial Archives de Guerres, mais sans nos légendes.

Quatre sous-collections (Cherbourg-Octeville, Lisieux, Rodger Hamilton, Vic Zarnock Sr) ont fait l’objet d’accords avec les fournisseurs pour leur mise en ligne sur PhotosNormandie. Les photos de The Allison Collection et de Life (via Google Cultural Institute) ont été mises en ligne à titre de sauvegardes et en conservant les licences (copyright) d’origine.

Financée par les participants au projet, la collection de films est disponible en accès libre sur le compte YouTube de PhotosNormandie.

4. Quels types de licences utilisez-vous ?

Les photos de la collection principale provenant du site Archives Normandie 1939-1945 ainsi que celles des sous-collections Lisieux, Rodger Hamilton et Vic Zarnock SR sont sous licence creative commons. Les autres photos sont déclarées Tous droits réservés (copyright).

Les films sont proposés selon la même licence standard YouTube que les films de la chaîne US National Archives.

Les légendes des photos par contre sont toutes librement utilisables. Nous demandons seulement de créditer PhotosNormandie quand on les utilise.

5. Pourquoi avoir lancé ce projet ?

Les légendes des photos sur le site Archives Normandie 1939-1945 étaient très médiocres et pour certaines complètement désastreuses ou fantaisistes.

6. Dépendez-vous du Conseil Régional de Normandie ou d’une quelconque institution ?

Non. Nous sommes un collectif indépendant.

7. Le Conseil Régional de Normandie et le Mémorial de Caen sont-ils au courant de votre projet ?

Nos tentatives pour intéresser ces institutions à nos activités ont toujours été vaines. Le site Archives Normandie 1939-1945 d’où proviennent la majorité des photos a disparu en 2012.

8. Êtes-vous subventionnés, sponsorisés ? Gagnez-vous de l’argent avec PhotosNormandie ?

Non, PhotosNormandie n’a jamais été subventionné ou sponsorisé. Notre travail a une finalité patrimoniale et il est réalisé par un collectif totalement bénévole et indépendant. Il n’est pas question non plus de « vendre » les légendes qui sont librement utilisables. Nous demandons seulement de créditer PhotosNormandie quand on utilise nos légendes.

9. Comment définir le projet ?

Le projet peut être défini comme une forme de crowdsourcing, c’est-à-dire une activité sur le Web où les contenus sont générés par les utilisateurs. Il est qualifié parfois d’indexation sociale, d’indexation collaborative, d’indexation contributive, etc. La terminologie est assez fluctuante et n’a pas vraiment d’importance. PhotosNormandie en tout cas ne correspond pas à une folksonomie caractéristique du web social. Les tags y sont très peu utilisés. Les légendes sont souvent assez longues et soigneusement rédigées.

Dès le début du projet, les motivations des participants étaient claires : ils souhaitaient remédier à la médiocrité des descriptions proposées sur le site d’origine et démontrer qu’il est possible de faire beaucoup mieux grâce à un travail collaboratif totalement ouvert. En quelques mois, plusieurs contributeurs bénévoles ont réussi à améliorer considérablement la plupart des notices documentaires. D’autres motivations sont alors apparues : la satisfaction de mettre en valeur certains clichés ou détails peu connus, le défi de retrouver des informations inédites, le plaisir de participer à la résolution de petites énigmes, la fierté d’inventer des méthodes d’investigation ingénieuses, etc.

PhotosNormandie correspond en fait à une démarche documentaire et rédactionnelle, à un travail collectif avec un objectif de production. C’est une entreprise qui vise à traiter à nouveau une collection de documents en utilisant les fonctionnalités sociales d’une plate-forme de partage. Dans plusieurs communications, j’ai retenu le terme de redocumentarisation, même si ce néologisme est un peu barbare.

Dans l’acception qui est la nôtre pour ce projet, redocumentariser, c’est retraiter un document ou un ensemble de documents numérisés de façon à les enrichir de descriptions (métadonnées) nouvelles et à réarranger et relier leurs contenus (voir aussi mon billet Vous avez dit « redocumentarisation » ?).

10. Existe-t-il d’autres projets semblables ?

Oui, le plus connu est The Commons qui utilise également Flickr.
The Commons a été initié par la Library of Congress un an exactement après PhotosNormandie. Il regroupe actuellement 112 institutions dont deux françaises, la Bibliothèque de Toulouse et l’Université de Caen1.
Selon sa FAQ, The Commons a deux objectifs principaux. Il s’agit à la fois d’augmenter l’exposition des collections de photos et de permettre au grand public d’apporter des informations et des connaissances afin d’améliorer leurs descriptions.

Il existe d’autres projets dont les finalités et les modes de fonctionnement peuvent être différents.

11. Pourquoi n’êtes-vous pas membre de The Commons ?

Ce n’est pas possible. Nous ne sommes pas une institution mais un collectif indépendant. Les photos appartiennent in fine aux Archives Nationales des États-Unis et aux Archives Nationales du Canada. Dans le cadre du projet The Commons, elles devraient être proposées par ces institutions.

12. Quelle est la fréquentation de la galerie de photos ?

Le partage d’une collection cohérente et suffisamment vaste sur une plate-forme grand public permet de bénéficier d’une forte visibilité. Depuis fin janvier 2007, la galerie et les photos de PhotosNormandie ont été vues plus de 40 millions de fois, ce qui correspond en moyenne à près de 11000 visites par jour. Nous avons constaté une grande progression de la fréquentation depuis cinq ans environ puisque l’on comptait environ 4000 à 5000 visites quotidiennes en 2012.

Sans surprise, nous constatons aussi des pics de fréquentation aux alentours de la date anniversaire du débarquement en Normandie. Le 6 juin 2014 nous avons ainsi comptabilisé près de 200 000 visites.

Statistiques PhotosNormandie, le 6 juin 2014
Statistiques PhotosNormandie, le 6 juin 2014

13. Comment êtes-vous organisés ?

En dix ans, plus de soixante-dix contributeurs différents ont participé au projet et le groupe Flickr Discussions sur PhotosNormandie créé pour donner une vue commode sur les discussions en cours compte à ce jour 72 membres.

Cependant, une dizaine seulement de ces participants constitue le « noyau dur » du projet et forme une véritable communauté de recherche. Avec le temps, nous constatons aussi que les participations régulières deviennent de plus en plus rares. Nous sommes à la recherche de nouveaux intervenants compétents!

En comparant notre mode de fonctionnement avec certains autres projets qui marchent visiblement beaucoup moins bien (dont certains sur The Commons), nous estimons qu’une part essentielle du succès du projet vient de la constitution de ce groupe de recherche informel mais très motivé.
Lorsque l’on partage des photos sans constituer en même temps un groupe de travail actif, si l’on omet de répondre aux intervenants, de créer un peu d’animation, de démarcher les sites spécialisés et les forums déjà constitués, si, en bref, on « balance » des photos sur Flickr en attendant sagement que les visiteurs viennent proposer des commentaires intéressants, les résultats sont décevants.

14. Comment sont rédigées les légendes ?

Le processus de crowdsourcing est très différent de celui de Wikipedia.
Une discussion peut s’établir entre les divers participants. La discussion se termine par la validation collective des modifications proposées. On constate en général peu de désaccords lors des échanges. La rédaction de la légende nouvelle est alors effectuée par une seule personne (Michel Le Querrec, co-initiateur du projet) à partir d’informations multiples fournies par les intervenants.

15. Vos informations sont-elles fiables, contrôlées ? Quelles sont vos compétences sur cette période historique ?

Le projet est ouvert à tous. Aucun diplôme en histoire ou archivistique n’est bien entendu requis pour participer. Néanmoins, le groupe de recherche s’est constitué autour de passionnés aux compétences complémentaires où l’on compte des archivistes, documentalistes, enseignants, etc. Nous avons aussi bénéficié de contributions de la part de plusieurs historiens, en particulier Antonin Dehays et Simon Trew, professeur à la Royal Military Academy Sandhurst.

Tous les participants connaissent visiblement très bien l’histoire de la bataille de Normandie et disposent d’une abondante documentation. Ils sont pour la plupart originaires de la région et possèdent aussi une excellente connaissance familiale et locale de ces événements. Beaucoup d’entre eux ont collecté des informations sur leurs villes d’origine2.

De plus, à côté de la production directe sur Flickr, il existe une seconde strate dans l’organisation du travail. Elle est constituée par les contributions indirectes apportées par les utilisateurs des forums que nous consultons; ils forment une sorte de réseau de second niveau qu’il est indispensable d’activer dans ce genre de projet.

Nos règles concernant les sources sont simples:

  • si une information provient d’une source publiée, on doit citer cette source;
  • sinon, on doit produire des éléments visuels (observation de la photo, autres photos similaires, films, etc.) ou bien d’autres arguments provenant de sources publiées, de témoignages directs ou indirects;
  • les informations plausibles mais non certaines doivent toujours être mentionnées comme des hypothèses.

16. Votre projet a-t-il été critiqué ?

Parfois, mais les critiques ont toujours été formulées oralement, jamais par écrit. Elles portent sur la question de l’autorité, sur la légitimité de l’entreprise, sur son contrôle (ou son absence de contrôle) par le monde universitaire. Notre réponse est invariable: le projet est public et facilement contrôlable, les historiens spécialistes de la période sont les bienvenus pour nous aider à corriger des points qui leurs sembleraient erronés.

Il est du reste très facile de juger de la qualité de notre travail. Pour la sous-collection principale issue de Archives Normandie 1939-1945, nous utilisons les mêmes références de photos, tout comme Archives de Guerre. Le lecteur peut donc aisément comparer les différentes légendes sur les trois sites.

17. Quand décidez-vous qu’une légende est terminée, qu’une description de photo est achevée ?

Jamais. Nous ne sommes pas dans un modèle où la légende imprimée ne peut être modifiée, où la « fiche documentaire » rédigée par un archiviste assène une vérité immuable. Une légende est toujours ouverte, toujours révisable. C’est pour nous un contenu public potentiellement perfectible.

18. Vous considérez-vous comme des amateurs ?

Nous sommes des amateurs passionnés, et notre « modèle » est celui de l’astronomie. Dans cette discipline en effet, les amateurs aident les professionnels pour des tâches ingrates, répétitives, immenses: la surveillance des étoiles variables, la découverte de nouveaux objets (comètes, étoiles variables), etc. Leur rôle, certes modeste, est reconnu par une instance comme l’Union Astronomique Internationale (pour en savoir plus, voir aussi mon billet Les pratiques amateurs en astronomie).

Nous ne prétendons pas être reconnus comme de véritables historiens. Notre ambition est modeste. Mais nous pensons que le travail considérable effectué en améliorant pas à pas la description de cette collection, en accumulant patiemment une quantité de petites informations nouvelles, est utile à la fois au grand public et aux historiens professionnels.

19. Quels sont vos résultats ?

Plus de 9500 légendes ont été rédigées par Michel Le Querrec, co-initiateur du projet, en collationnant les contributions de plus de soixantaine-dix participants. Certaines de ces légendes ont été mises à jour plusieurs fois. Nous pouvons affirmer sans forfanterie que l’ensemble forme probablement la meilleure description documentaire globale de cette collection de photos.

Parmi les nombreuses petites découvertes effectuées, nous sommes particulièrement fiers de l’identification de Robert Capa effectuée par Claude Demeester début 20083.

Un autre travail important consiste à retrouver les films en relation avec les photos. Depuis 2013 en effet, nous avons mis en ligne 300 films historiques en libre accès sur YouTube. Jusqu’à ce que nous les recherchions systématiquement, les liens entre les photos et les films produits par le Signal Corps avaient été négligés et ignorés car la pratique archivistique de l’immédiat après-guerre traitait séparément les deux médias. En dix ans, nous avons ainsi identifié 418 photos qui sont en lien immédiat avec des séquences filmées, et le travail d’identification se poursuit toujours.

20. Pourquoi travaillez-vous avec Flickr qui est une société commerciale ?

La plate-forme Flickr permet de conserver la totale maîtrise des informations que nous produisons (voir ci-dessous) et de dialoguer très facilement sur les photos. Elle offre en outre une excellente visibilité à la collection.

Lors du démarrage du projet en 2007, Flickr était pratiquement la seule plate-forme répondant à nos besoins. Actuellement, l’hébergement sur une autre plate-forme est tout à fait envisageable si nous conservons les mêmes facilités de dialogue et le contrôle des légendes. Il nous est en revanche impossible de rejoindre Wikimedia Commons car les photos ne nous appartiennent pas, et, surtout, les clichés de certaines sous-collections (Cherbourg, Allison, Life) doivent être proposés avec un copyright.

21. Dépendez-vous de Flickr ?

Aucunement. Flickr est uniquement un outil permettant de publier et d’organiser des images, puis de les annoter collectivement. C’est un album moderne en quelque sorte. Un bel outil, certes, mais rien d’autre qu’un outil que l’on doit pouvoir abandonner pour un autre. Comme un album qui deviendrait usé, fatigué et devrait être remplacé. Ce qui signifie, en poursuivant la comparaison, que les annotations de photos que l’on souhaite conserver ne doivent en aucun cas figurer sur l’album lui-même, mais « au dos » des photos. Une plate-forme qui ne permet pas de disposer à tout moment des images accompagnées de leurs légendes n’a aucun intérêt.

22. Comment est géré le lien entre une photo et sa description ?

Nous utilisons la technique d’encodage des métadonnées descriptives à l’intérieur des images numériques selon les standards IPTC/IIM et XMP. Chaque photo haute résolution sur Flickr contient ses métadonnées descriptives. De cette façon, la pérennité du travail est garantie4 .

La description textuelle de l’image est toujours disponible avec l’image et facilement réutilisable. Nous sommes libres vis-à-vis de Flickr et de la technologie de base de données utilisée pour l’exploitation de la collection documentée. C’est un principe fondamental dans tous les projets de ce genre, que l’on peut résumer ainsi: vos données vous appartiennent, elles n’appartiennent pas à votre prestataire de service.

Nous pouvons facilement quitter Flickr et poursuivre le projet sur une autre plate-forme supportant un jeu réduit de métadonnées embarquées (comme 500px, fotki, ipernity [clone de Flickr], joomeo, smugmug, etc.).

23. Comment référencer une photo ? Pourquoi ne peut-on pas utiliser l’URL de la forme www.flickr.com/photos/photosnormandie/<numéro_flickr-de_la_photo>/ et pourquoi doit-on utiliser son identifiant qui figure en titre de sa légende sur Flickr (en général de la forme pxxxxxx) ?

Comme indiqué ci-dessus, les légendes des photos sont stockées à l’intérieur des images numériques sous la forme de métadonnées descriptives selon les standards IPTC/IIM et XMP. À chaque mise à jour de légende, nous effaçons donc l’ancienne photo sur Flickr et nous rechargeons le fichier de la photo contenant sa nouvelle légende. Cette méthode est lourde, mais il n’est pas possible de modifier uniquement la légende d’une photo sur Flickr sans changer la photo, car alors nous introduirions des discordances graves entre les légendes affichées sur Flickr et les légendes stockées à l’intérieur des images et exploitées dans nos bases de données locales. En rechargeant systématiquement la photo avec sa nouvelle légende incorporée (après avoir supprimé l’ancienne version donc) nous garantissons que les légendes affichées et les légendes stockées dans les photos sont toujours en concordance, ce qui permet à quiconque d’exploiter les informations simplement en téléchargeant les images haute définition depuis Flickr.

Nous avons bien conscience des inconvénients de cette méthode, en particulier le fait que les URLs de la forme www.flickr.com/photos/photosnormandie/<numéro_flickr-de_la_photo>/ ne sont pas pérennes dans notre projet. Mais les avantages surpassent à notre avis ces inconvénients. Comme nous avons maintenu les références d’origine des photos depuis le site maintenant disparu Archives Normandie 1939-1945 (les numéros de la forme pxxxxxx), on peut toujours rechercher les photos à l’aide de ces numéros de référence. Au lieu de travailler avec des URLs fixes, on effectue alors une recherche Flickr; par exemple, la recherche de la photo p001250 s’effectue ainsi:
https://www.flickr.com/search/?user_id=58897785%40N00&view_all=1&text=p001250 (où 58897785 est le numéro de compte Flickr de PhotosNormandie)

En résumé, on ne doit jamais utiliser comme références les liens (URLs) Flickr qui ne sont pas pérennes, mais seulement les identifiants de la forme pxxxxxx (ou équivalents pour les autres collections comme Coriallo, etc.).

24. Quelles sont vos méthodes ?

La base du travail consiste à examiner très attentivement chaque photo, à collecter, compiler, discuter et critiquer toutes les informations que nous trouvons. La méthodologie suivie peut être décrite comme un ensemble de règles heuristiques que j’ai exposé dans l’article Heuristique et sérendipité : un exemple en images (janvier 2010).

La nature collective du travail est très importante. Chaque intervenant apporte sa petite ou sa grande contribution et l’ensemble des contributions est consolidé dans une nouvelle description.

Nous utilisons aussi tous les outils disponibles du Web. Ainsi, nous avons exploité la recherche inversée d’images dès l’ouverture du service TinEye en 2008.

Beaucoup de photos ne sont pas (ou mal) localisées. Afin d’identifier ces localisations inconnues, nous utilisons souvent les cartes postales anciennes et sollicitons quelquefois les collectionneurs. Nous avons mis au point également une technique simple, mais longue à mettre en œuvre. Après avoir identifié une unité militaire qui figure sur une photo à l’aide des marquages sur les matériels ou des patchs des soldats, nous estimons une fourchette de dates probables de prise de vue. Puis nous suivons sur Google Street View le trajet de l’unité en question durant cette période en tentant de repérer la localisation moderne correspondant à la scène photographiée. Cette méthode est bien sûr inopérante pour les zones urbaines qui ont été profondément transformées. C’est un exemple de tâche fastidieuse, dont le résultat n’est pas garanti, que des amateurs passionnés peuvent réaliser mais qui n’aurait probablement jamais été effectuée par un historien professionnel.

Localisation à l'aide de Google Street View (réalisée par Claude Demeester). Référence p013041. Conseil Régional de Basse-Normandie/National Archives USA.
Localisation à l’aide de Google Street View, retrouvée par Claude Demeester. Référence p013041. Conseil Régional de Basse-Normandie/National Archives USA.

D’autres exemples de méthodes d’identification de lieux figurent ici.

25. Comment gérez-vous les commentaires indésirables ?

Sur certaines photos où figurent des Waffen SS, nous avons parfois relevé des commentaires bienveillants ou admiratifs envers ces unités. C’est arrivé très rarement, à peine une dizaine de fois en dix ans. Nous avons effacé immédiatement ces propos indésirables5.

26. Avez-vous noué des contacts avec des institutions intéressées par votre projet ? Avez-vous développé des partenariats ?

Plusieurs musées, collectivités locales et photothèques françaises m’ont demandé des « conseils » pour développer des projets similaires. Les questions abordées concernaient essentiellement les aspects juridiques et techniques, rarement l’animation de l’activité. Aucun des projets envisagés n’a été réalisé à ma connaissance.

À l’inverse, nous avons exposé le projet à des institutions ou établissements qui détiennent (parfois au sens carcéral du terme) des collections de photos ou films qui nous intéressent et pourraient être « redocumentarisées » selon notre méthodologie. Dans plusieurs cas, nous n’avons reçu aucune réponse à nos propositions, et le plus souvent, le refus était net sous prétexte de problèmes de droits sur les images ou d’un manque à gagner redouté.

Nous avons néanmoins conclu un accord de partenariat avec la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville en avril 2011 grâce à la ténacité de Barbara Hirard, responsable du fonds régional et des fonds iconographiques de la bibliothèque. Ce premier partenariat a été suivi ensuite par plusieurs autres (voir question 1).

27. Votre travail et vos résultats sont-ils reconnus ?

Les légendes de PhotosNormandie sont maintenant reprises dans plusieurs ouvrages spécialisés. Nous constatons aussi, hélas, quelques reprises intégrales de nos légendes sans que PhotosNormandie soit crédité.

Le projet a également obtenu en 2010 une mention honorable dans la catégorie Best Use of Crowdsourcing for Description des Best Archives on the Web awards décerné par le site ArchivesNext à la suite d’un vote organisé auprès de la communauté des archivistes américains.

L’une des idées les plus tenaces concernant le crowdsourcing sur Internet postule que les internautes engagés dans des activités collectives seraient motivés par la quête d’une forme de reconnaissance, ou bien encore une recherche d’estime, de réputation, de prestige. Je peux affirmer que l’équipe de PhotosNormandie n’a jamais été à la recherche d’un quelconque prestige. Par contre, il est certain que le collectif aurait souhaité que son travail soit soutenu publiquement par les historiens spécialistes du sujet et que les résultats obtenus soient reconnus – quand bien même ils peuvent être considérés comme un assemblage d’informations minuscules sans grand intérêt historique. Or, la reconnaissance n’est pas intervenue là où les participants au projet l’attendaient. Elle ne s’est pas manifestée sur les résultats mais à propos de la méthodologie mise en œuvre. C’est bien plus la description du fonctionnement du projet que la production effective d’informations qui a été reconnue dans les diverses présentations du projet effectuées dans des séminaires, colloques, publications spécialisées. C’est la méthode du projet et non ce qu’il a généré qui nous a conforté dans le rôle de pionnier auprès de plusieurs acteurs des humanités numériques, alors en cours de constitution en France dans les années 2008-2010.

En fait, nous percevons une sorte de réticence dans le milieu académique français à reconnaître que ce genre de travail réalisé par des amateurs possède une valeur. En forçant un peu le trait, il semble bien que PhotosNormandie soit perçu par bon nombre d’organismes, et parfois par le monde académique, comme une sorte d’Uber de la description documentaire d’un patrimoine visuel jadis inaccessible, un concurrent dont la légitimité serait douteuse et qui évolue inconsidérément dans un domaine réservé depuis toujours aux seuls spécialistes institutionnels. Mais ce n’est pas très important. La conception que nous défendons – où la description documentaire est toujours publiquement révisable et perfectible – conduit à envisager PhotosNormandie comme une simple expérience, mais une expérience qui dure et a produit des résultats significatifs.

28. Quelles sont les perspectives de développement du projet ?

Le site Archive Normandie 1939-1945 à l’origine du projet contenait plus de 14000 photos. Nous avons utilisé pour notre projet celles qui sont libres de droit. Les autres photos, qui ne sont pas disponibles en haute résolution, comportent également des légendes souvent inexactes ou très peu détaillées. Nous souhaitons que ce verrou des droits ne soit plus un obstacle et qu’il soit possible un jour de les mettre à disposition du public, peut-être sous une forme plus restrictive, afin d’améliorer aussi leurs descriptions. C’est exactement ce que nous avons réalisé avec la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville et d’autres partenariats, et nous aimerions étendre l’expérience à d’autres fonds photographiques.

Les descriptions des photos sont actuellement rédigées en français. On nous a demandé assez souvent des légendes en anglais. Nous avons besoin pour réaliser cela d’une personne capable non seulement de traduire les descriptions actuelles, ce qui est déjà une tâche colossale, mais aussi de développer le projet en constituant et en animant une communauté anglophone.

Nous envisageons de géolocaliser les photos, c’est-à-dire écrire dans les images numériques les coordonnées du lieu de prise de vue de façon à permettre leur positionnement sur des cartes telles que Google Maps par exemple.

Enfin, l’expérience acquise au cours de ce projet est très positive et certainement applicable à de nombreux domaines qui nécessitent la participation de spécialistes disséminés dans le monde entier.

29. Comment en savoir plus sur le projet ?

J’ai effectué durant ces dix années de nombreuses présentations auprès d’historiens, archivistes, documentalistes, bibliothécaires, iconographes, photographes, etc. J’ai aussi écrit plusieurs articles et billets de blogs sur le projet. Une sélection de ces interventions figure ci-dessous:

Je signale également différentes études en relation directe avec le projet:

30. Comment participer au projet ?

C’est très simple, il suffit d’ouvrir un compte gratuit sur Flickr et/ou YouTube et de commenter les photos et/ou les films.

  1. Voir par exemple ma présentation de The Commons lors du séminaire Muséologie, muséographie et nouvelles formes d’adresse au public à l’IRI le 14 février 2012. []
  2. À titre d’exemple, je m’occupe d’un site sur Rânes, un petit village de l’Orne, et Michel Le Querrec a créé un site sur Caen durant la SGM. []
  3. Identification reprise et confirmée dans l’ouvrage Robert Capa – Traces d’une légende, par Bernard Lebrun et Michel Lefebvre. Paris: Éditions de la Martinière, 2011, page 213. []
  4. À titre indicatif, la Library of Congress utilise une autre technique basée sur les machine tags de Flickr pour maintenir un lien entre sa base de données et sa galerie sur The Commons. []
  5. Voir aussi l’article Des nazillons sur Flickr ? []

1 pensée sur “La FAQ du projet PhotosNormandie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *