Libération et la « modernisation industrielle » de la presse

Vendredi 7 février, les actionnaires de Libération ont annoncé vouloir transformer le journal en « un réseau social, créateur de contenus monétisables sur une large palette de supports multimédias (print, vidéo, TV, digital, forums, événements, radio, etc.) » et transformer les locaux actuels, avec l’aide de Philippe Starck, en « un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une newsroom digital [sic], un restaurant, un bar, un incubateur de start-up ».

Les salariés du journal ont alors réagi vivement en exprimant leur opposition et leur « colère » en Une de l’édition du week-end suivant.

Libération, samedi 8 février 2014

(Lire sur Libération Écrans: Le projet des actionnaires pour Libération et Les jours noirs d’un quotidien).

Le slogan Nous sommes un journal a ensuite été repris sur une page de soutien Facebook, un compte twitter, un tumblr, montrant par là que les salariés indignés ne sont pas si archaïques.

Projet éditorial et dédain de l’entreprise

Paru en réalité en décembre dernier, un article de Robert Maggiori est souvent mis en avant par les opposants au projet des actionnaires. Morceau choisi:

« […] un quotidien n’est pas seulement une entreprise : il est une part de l’agora où se déroule le débat démocratique, il est une instance culturelle, intellectuelle, politique, sociale, etc. Il a une histoire propre, entrelacée à l’histoire tout court, il est promoteur de valeurs, il participe à la formation des citoyens, etc. Si bien qu’il n’est pas incongru d’estimer qu’une entreprise en déclin peut produire un journal qui remplit toutes ses fonctions, ou, à l’inverse, qu’une entreprise florissante peut produire un journal malade, incapable de tenir son rôle. » (Robert Maggiori, Un quotidien n’est pas qu’une entreprise).

Après le coup du livre qui ne serait pas un produit industriel comme un autre, voici donc la presse qui ne serait pas une entreprise comme une autre, puisqu’un journal posséderait des « valeurs » citoyennes justifiant qu’il continue à être publié par une entreprise en faillite ou sous perfusion. Car enfin, tout le monde sait parfaitement que Libération, comme d’ailleurs toute la presse quotidienne et une bonne partie de la presse magazine, survit grâce aux subventions publiques – ce qui ne l’empêche pas d’ailleurs de dénoncer régulièrement l’assistanat, mais évidemment dans d’autres contextes sociaux. Dans l’article de Maggiori, le modèle économique n’est jamais évoqué, il est fantasmatique. Le journal est assimilé à un service public, onéreux mais indispensable dans une démocratie. Le tour de passe-passe consiste à distinguer soigneusement une essence de journal, le projet éditorial, instancié par l’activité des journalistes, et les basses contingences incarnées par ce mot honteux d’entreprise. L’argumentation qui suit alors est simpliste: les journalistes se chargent de définir un nième projet éditorial et les actionnaires trouvent de l’argent quelque part pour continuer.
On se demande encore comment un tel discours opposant un journalisme idéal paré de toutes les vertus et méprisant à la fois les actionnaires et les ressources publiques qui le font vivre peut être tenu.

La « modernisation industrielle » de la presse

Cette indifférence aux réalités économiques, ce dédain des impératifs industriels et du monde de l’entreprise sont bien connus chez certains journalistes. Mais je voudrais ici en rechercher une part de l’origine au sein même de l’histoire récente des entreprises de presse; pour la première fois sur ce blog (et peut-être la dernière), j’utilise ici à dessein le « je » en décrivant quelques impressions personnelles, puisque la majeure partie de ma carrière professionnelle, soit presque trente ans, s’est déroulée dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler la « modernisation industrielle de la presse »1.

De nombreuses réactions très critiques à cette Une du 8 février désormais fameuse ont été publiées – voir par exemple celles de Jean Quatremer sur son compte Facebook, de Sébastien Fontenelle sur bakchich, de Philippe Kieffer sur le Huffington Post, de Stefan de Vries et Erwann Gaucher sur leurs blogs respectifs.

Toutes ou presque mettent l’accent sur l’importance des aides publiques pour la survie du secteur. Initialement instaurées pour aider et garantir la diversité et la liberté d’opinion, ces subventions directes et indirectes sont jugées de plus en plus scandaleuses à l’époque actuelle.
(Les salariés de Libération ont répondu récemment à ces critiques, lire Des aides à la presse pour la liberté d’opinion)

Parmi ces aides diverses, des subventions ont été accordées pour la modernisation de l’outil industriel, ce qui recouvre grosso modo les imprimeries, la chaîne de fabrication et le pré-presse (processus éditoriaux et archivistiques), puis le multimédia et le Web à partir de la fin des années 1990.

Au cours de mon expérience professionnelle, j’ai pu observer dans les années 80 et 90 à quel point l’outil industriel de production mis en œuvre dans la presse, depuis le traitement de texte spécialisé jusqu’aux rotatives, était considéré comme inintéressant par la plupart des journalistes et des cadres dirigeants; mes interlocuteurs savaient bien sûr que des équipements industriels sont nécessaires pour fabriquer un journal ou un magazine, mais pour eux, ces installations constituaient une boîte noire, sans grand intérêt, confiée à un directeur technique et ses équipes, charge à eux de sortir les journaux à temps et au moindre coût. Pour les journalistes de cette époque, un journal, c’était juste une rédaction; le reste était accessoire. Un groupe de presse était bien rangé. Trois ordres participaient à la réalisation d’un journal: l’élite des journalistes qui le concevait et deux ordres subalternes qui le fabriquaient2 et le vendaient.

L’attitude des journalistes envers les systèmes de publication, et plus généralement envers la technique, témoignait alors d’une obstination à réduire le produit journal (ou magazine) à une activité éthérée, purement intellectuelle, sans cambouis. C’est exactement le même type d’attitude que l’on retrouve actuellement quand on distingue strictement un journal de l’entreprise qui le crée.

Dans les années 90, les équipes en charge du pré-presse dans les journaux quotidiens étaient la plupart du temps constituées de techniciens et d’un unique secrétaire de rédaction, caution journalistique nécessaire pour que les rédactions acceptent les évolutions inévitables3. Très peu de journalistes étaient alors véritablement engagés dans la veille technologique; personnellement, je n’ai pratiquement jamais vu de journalistes lire le Seybold Report ou participer aux salons IFRA, les grand-messes incontournables des techniques de presse alors en plein bouleversements. En bref, un journaliste de modèle courant jusqu’au début des années 1990 était parfaitement indifférent à l’outil industriel et commercial qui permettait son activité. Il me semble que ce comportement hautain a largement alimenté le dédain envers le journal considéré comme un produit et l’entreprise qui le fabrique, entièrement remplacés dans l’imaginaire journalistique par un journal idéal sans contraintes de réalisation et commercialisation.

Le Web ou l’appropriation industrielle ratée

Avec la diffusion massive d’Internet, les rédactions ont commencé à s’intéresser à la technique et aux modes de production des journaux pour en extraire quelques articles destinés au Web. À partir du milieu des années 1990, elles proposent timidement quelques sélections d’articles en ligne. En mai 1995, Libération met son cahier multimédia sur un serveur tiers, puis adopte un nom de domaine propre à la fin de l’année 1996.

À la fin des années 1990, des systèmes de publication multi-canaux, capables de gérer à la fois des flux éditoriaux indépendants pour le print et pour le web, commencent à apparaître. À cette époque cependant, le web était conçu comme un succédané médiocre du print. Les rédactions étaient préoccupées de savoir si la publication web nécessitait une rédaction, et quelle devait être sa position hiérarchique par rapport à la publication print. La publication web était alors une vitrine; quelques années plus tard, elle est devenue une crainte, un ennemi qui détourne la manne publicitaire. Cette première époque de la présence de la presse sur le Web est marquée essentiellement par l’incapacité à concevoir le journal autrement que sous sa forme supposée noble, celle du print. Si l’on en croit Jean Quatremer, beaucoup de journalistes à Libération en sont encore à ce stade: « trop de journalistes considèrent encore le web comme un second vin, bien moins noble que le papier, quand ils n’ignorent pas ce qui s’y passe ». (Jean Quatremer sur son compte Facebook déjà mentionné)

En 2002, le Financial Times de Londres choisit un système de la société EidosMedia pour ses éditions print et web. Ce choix a marqué une étape importante pour plusieurs raisons. Un titre prestigieux montrait qu’il n’existait plus d’obstacle technique pour la substitution du web au print, en clair pour la disparition totale du journal sous sa forme papier. Mais surtout, l’aval de l’activité rédactionnelle habituelle, tout le processus pré-presse et presse, n’existait plus dans le cas du web. La fabrication du journal en ligne pouvait être intégralement du ressort d’une rédaction.

Dès lors, d’années en années, il devenait évident que la publication print allait disparaître. L’éditorial et la production deviendraient indiscernables, fondus dans un seul outil uniquement électronique, développé par des journalistes de plus en plus informaticiens et des informaticiens de plus en plus journalistes.

Pourtant, durant toute cette première époque de présence de la presse sur le web, la plupart des acteurs (journalistes ou non d’ailleurs) ont continué à penser le journal comme un flux fonctionnellement dichotomique, une étape rédactionnelle suivie d’une étape éditoriale qui remplaçait l’ancien processus pré-presse et l’imprimerie. Ankylosés par leur arrogance intellectuelle et un certain mépris de la technique, les journalistes ne se sont jamais appropriés la maîtrise industrielle de leur journal.

En 2007, Libération lance ses premiers forums. La même année, un éditeur de logiciel propose déjà à l’IFRA un système de réseau social entièrement dédié à la presse. Rétrospectivement, c’est bien à cette époque où Facebook commence seulement à monter en puissance et où Twitter est encore balbutiant que les journaux auraient dû investir résolument les réseaux sociaux.

D’une manière générale, malgré un plus grand intérêt des rédactions issues du print pour les processus de publication durant cette période, leur très faible implication technique les a empêché de penser l’avenir de la presse comme de véritables projets industriels. Leur incapacité à penser le futur de la presse autrement que comme un journal se traduit par l’insistance sur l’idée de projet éditorial déconnecté de tout projet industriel.

  1. Le détail de mon parcours personnel n’a pas grande importance, mais comme je soupçonne que ce billet pourrait susciter la curiosité du lecteur sur ce point, le voici résumé brièvement: de 1985 à 1989 j’ai travaillé d’abord comme ingénieur d’étude puis comme ingénieur système au Groupe Presse Hachette, par la suite, j’ai été jusqu’en 1992 directeur de l’informatique éditoriale au Groupe Expansion, de 1993 à 2004 j’étais directeur du développement chez un fournisseur de systèmes destinés à la presse (IPA Systems) et depuis 2004 j’ai créé ma propre structure, Soft Experience, et je suis intervenu très régulièrement chez plusieurs éditeurs de presse durant plusieurs années avant de m’orienter vers d’autres secteurs à partir de 2009 environ – à cause justement de la crise de la presse… []
  2. Y compris, dans le cas de la presse quotidienne, les ouvriers du Livre, accusés par de nombreux journalistes (et pas seulement eux) d’être l’une des raisons de son déclin. Rappelons au passage qu’il existe aussi une aide publique à la modernisation sociale de la presse quotidienne d’information politique et générale, destinée « à la résorption des sureffectifs observés dans les services de fabrication des journaux quotidiens ». []
  3. À la Tribune de l’Expansion, ce groupe s’appelait déjà Modernisation à l’époque; on connaît le résultat final. []

51 pensées sur “Libération et la « modernisation industrielle » de la presse”

  1. Super toutes ces critiques qui finissent par pointer « l’incapacité à penser le futur », j’en déduis que vous occupez une position de surplomb pour avoir ce regard.
    Alors vous proposez quoi ?

    1. Merci. Je me suis sans doute mal exprimé, ou vous n’avez pas lu ma petite note 1 ;). Je n’occupe pas une position en surplomb, j’ai simplement donné mon avis de modeste acteur d’une histoire récente (et oubliée) de la presse: sa tentative de « modernisation industrielle ». Mais puisque vous me le demandez, je donne mon avis. Libération nous joue encore une fois son couplet de « journal historique qui a révolutionné la presse française » mais il n’est plus lu. Donc les recettes publicitaires, qui comptent bien plus que les abonnements, ne le redresseront jamais. Comme dans d’autres secteurs économiques, il n’y a guère d’autre solution que de faire table rase, arrêter le titre, et éventuellement reconstruire un autre projet, industriel et éditorial, en pure player. Libération a déjà défendu de telles solutions drastiques concernant d’autres secteurs, je me trompe ?

  2. Ne vous inquiétez pas, j’ai bien lu votre note (clin d’œil appuyé).

    « Libération a déjà défendu de telles solutions drastiques concernant d’autres secteurs, je me trompe ? ».
    Et donc ils devraient prendre acte de votre constat et arrêter le titre ? C’est assez radical comme façon de penser le futur :).

    Sur le pure player, c’est assez éventuel comme vous dites, l’expérience de Newsweek montre bien qu’il ne s’agit pas seulement d’être moderne pour garantir un avenir, la rédaction de Libé l’a bien compris d’où l’attente d’un projet éditorial durable exprimé par Robert Maggiori.
    Au fond vous réagissez en entrepreneur (les déficits conduisent à la fermeture) et non en lecteur qui se fiche si le titre est prospère ou pas.
    Maggiori le dit autrement :
    « il n’est pas incongru d’estimer qu’une entreprise en déclin peut produire un journal qui remplit toutes ses fonctions, ou, à l’inverse, qu’une entreprise florissante peut produire un journal malade, incapable de tenir son rôle. »

    Je comprends donc pourquoi son texte vous a paru si ridicule.

  3. Quelques points à la fois précisions et réflexions:
    – Dans l’historique, entreprise / rédaction et rédaction / production, une étape me semble t -i l a été les lancements de The European à Londres ou de La Truffe à Paris initiés par Jean Schalit au début des années 90 dont l’axe était: plus d’équipe technique, tout devait être piloté par la rédaction (y compris la couleur par exemple).
    – A l’autre bout de l’histoire, c’est à dire maintenant, on pourrait noter la volonté de 20 minutes de faire du papier un sous produit du Web. Malheureusement on doit aussi constater que les tentatives des pure players, tels que Mediapart, Backchich , Rue 89 de sortir des versions papier ont échoué et avaient quelque chose de pathétique: le papier allait sauver le Web qui lui non plus ne trouve pas, ou très douloureusement, son modèle économique.
    – Il faut noter que ceci est vrai à l’échelle internationale: on a vu aux USA en particulier les journaux faire des allers retours nombreux Web/ papier, payant/ gratuit tous aussi infructueux les uns que les autres.
    – Ceci il me semble pour une raison à la fois simple et centrale: dans tous les pays les journaux ont été au début des journaux de publicité, de petites annonces. La fabrication papier exigeait, ne serait ce que pour des raisons de diffusion, une dispersion sur le territoire. aujourd’hui la pub est de plus en plus captée par Internet et pratiquement centralisée par un seul acteur: Google. C’est pourquoi tous les modèles économiques (ou presque) basés sur le papier (mêmes les gratuits!) mais aussi les Webs échouent. Seuls les réseaux sociaux semblent résister c’est pourquoi celui de faire de Libé un réseau social (ce qu’il est de fait depuis plusieurs années) ne me parait pas si absurde! et je ne le dis pas parce qu’en tant que voisin je pourrais bénéficier du bar, du resto etc…

  4. @Zoran: Je ne prétends pas que ma « solution » en soit vraiment une, je vous donnais juste mon avis puisque vous me l’aviez demandé. Mais il ne vous a pas échappé que ce n’est pas du tout le sujet de mon billet. Pour le résumer autrement, je voulais juste tenter de montrer que le dogme du projet éditorial comme quintessence d’un journal peut être relié chez les journalistes à une sorte d’oubli de la technique (osons ce décalque heideggerien). Il se peut que je réagisse en entrepreneur (que je ne suis pas), mais on peut aussi estimer que je réagis en contribuable (que je suis). Ah au fait, si, je suis lecteur de Libé, depuis sa création même, mais vraiment très épisodiquement ces dernières années.

    @Jean: Oui, The European bien sûr. C’est vrai que plusieurs journaux français sont venus visiter cette expérience de journal dont tout était piloté par la rédaction comme tu dis. Mais y avait-il beaucoup de journalistes lors de ces visites londoniennes ? Et tu sais très bien, puisque tu en étais, qu’il y avait tout de même une équipe technique. La Truffe, c’était bien trop bref pour avoir été significatif et avoir laissé un souvenir très positif, tu le sais bien aussi 😉 Sur le reste, je suis assez d’accord avec toi, excepté peut-être sur le fait que Libé serait déjà un réseau social. On en discutera un de ces jours…

  5. « mais on peut aussi estimer que je réagis en contribuable (que je suis). »

    Surprenant ! En tant qu’ex directeur de l’informatique éditoriale au Groupe Expansion, vous avez été pourtant bénéficié directement de l’aide publique à la modernisation des éditeurs de presse, le secteur informatique étant le premier concerné par ce type de subventions !

  6. Et vous, Zoran, on ne vous a pas demandé votre pedigree! C’est curieux, vous semblez intervenir surtout sur des billets qui parlent de Libé…On dirait que vous êtes très très concerné! C’est une bonne idée de demander des solutions pour le journal aux blogueurs bénévoles, vous ne risquez pas de grever le budget… 😉

  7. Cher André Gunthert,
    C’est vrai qu’on ne me demande pas mon pedigree, c’est également exact que j’interviens sur certains billets qui parlent de Libération, et oui je suis concerné, mais indirectement.
    Ce qui me frappe sur culture visuelle c’est l’attaque systématique, les vôtres sont d’ailleurs les plus violentes, j’ai fini par m’en étonner. Une simple recherche sur le site du journal m’a fourni une explication très plausible sur votre animosité qui ressemble fort à un règlement de compte :). D’ailleurs la plupart des billets, les vôtres et ceux des autres, sont truffés d’approximations sur lesquelles se construisent les réquisitoires, et c’est cela qui m’a mis sur la voie.
    Par conséquent je ne crois pas que ce soit une bonne idée de demander des solutions pour le journal, qu’au reste personne ne lit ici, ce serait assez illusoire, mais il est paradoxalement intéressant de poser des questions très naïves, cela remet les choses à leurs places.

  8. Où voyez-vous des attaques systématiques? Simplement parce que nous sommes d’accord avec une majorité d’ex-lecteurs qui, comme nous, ont abandonné au fil du temps ce journal? Lorsqu’on commence à raisonner en termes de complot, à chercher compulsivement sur internet des preuves de ses hallucinations, il vaudrait mieux se demander si l’on n’est pas un peu seul… Bonne chasse aux sorcières! Pas sûr que vous réussissiez à recruter de nouveaux lecteurs de cette manière…

  9. Vous pouvez tenter de me faire passer pour un dingue, un parano ou un troll, franchement cela n’a pas beaucoup d’importance, ces insultes en disent plus longs sur vous que sur moi.

  10. Qui a parlé de dingue? Je dis juste, et c’est visible même ici, que vous êtes un peu seul. A ma connaissance, troll n’est pas une insulte (@Patrick: excuse-moi de troller ton billet… 😉 ). Par ailleurs, si vous préférez les bisous, demandez-vous si on les gagne en commençant par être désagréable avec tout le monde.

    Vous m’accusez de je ne sais quel « règlement de compte », parce que vous avez cliqué sur deux ou trois de mes billets portant sur Libé. Mais je vous signale que je tape au moins autant sur Le Monde, Le Point, Paris-Match, BFM-TV, etc…, etc… Sale caractère ou vigilance? J’admets bien volontiers un point de vue hypercritique, mais la vérité impose de constater que si j’avais tort, la presse se porterait mieux…

  11. Je suis effectivement seul ici, mais les autres ont sans doute été échaudés par votre sens de la « conversation » qui consiste à modifier les messages de vos contradicteurs et après coup des vôtres rendant les échanges assez surréalistes !
    Le Monde, s’il est l’objet de critiques, ne bénéficie certes pas du même traitement. Depuis quand lui avez-vous consacré un billet en le prenant à partie comme seul sujet ? Tandis que pour Libé, c’est un véritable festival :).
    Pas besoin d’être parano, ni pris de folie hallucinatoire, il suffit juste de savoir compter ;-). Par ailleurs travaillant également pour Le Monde (mais pas pour Match), j’aurais pu être tout autant sensible à des critiques systématiquement virulentes, mais ce n’est pas le cas.
    Maintenant faisons le comparatif inverse en cherchant votre nom sur les sites du monde.fr et de libération on voit également une différence de traitement : le monde vous cite largement comme spécialiste, tandis qu’a libé c’est comme si vous n’existiez pas, ou quand vous apparaîssez c’est sous l’angle d’une certaine ironie : « plus grand spécialiste autoproclammé ».
    Vos critiques sont inversement proportionnelles, le constat est métrique ;-). Il n’y a aucun mystère là dedans.

    Si je me permets d’intervenir sur ce billet c’est pour poser une ou deux questions et faire part de mon étonnement concernant l’indignation de P Pecatte sur les subventions de l’état dont il a été, un temps, le bénéficiaire. Vous y voyez une « chasse aux sorcières », libre à vous, pour ma part j’y vois la question de l’honnêteté intellectuelle.
    Des bisous vous dites ?
    « Quels bisous ? Quels genres de bisous ? » (Claude Ponti)

  12. Ceci n’est pas une pipe, tout va bien pour la presse, qui ne mérite aucune critique, vous êtes le représentant d’une foule innombrable qui se précipite tous les jours que Dieu fait chez les kiosquiers, et je suis bien évidemment un aigri solitaire plein de haine et de ressentiment de ne pas voir sa photo à la Une de Libé. Votre sens aigu de l’observation, appuyé sur un brevet de statistiques, est-il également assorti d’une carte de presse? 😉

  13. La critique, oui, mais laquelle ? Celle d’universitaires prompts à tordre les faits (ou les chiffres) pour les faire entrer dans leurs argumentaires ? C’est très français comme méthode mais pas très efficace, ni convainquant. Pour critiquer il faut au moins avoir l’humilité (j’ai relevé le mot dans une intervention, je vous le renvoie donc) de lire l’objet de vos études. Grosso modo vos argumentaires concernant la pertinence des billets sur Libé, les vôtres, ceux de P Pecatte ou de S Maresca s’appuient invariablement sur l’air de « on est d’anciens lecteurs et c’était mieux avant », ce qui est assez comique pour des gens qui se présentent comme des vigies de la modernité :).
    On peut aussi se demander pourquoi consacrer autant d’énergie pour cet objet manifestement si nul que plus personne ne lit (sic) ?
    La carte de presse, c’est important pour vous ? 😉
    Il est très possible que Robert Maggiori, par ailleurs prof de philo ne l’ait pas, et qu’il ne soit donc pas assimilé « journaliste », d’ailleurs pas mal de ses articles sont vu sous l’angle philosophique et c’est souvent intelligent, raison pour moi suffisante pour acheter le journal et le défendre un peu ici ;-).

    1. @zoran: Je ne crois pas avoir exprimé mon indignation (votre terme) en ce qui concerne les aides à la presse. Si vous lisez attentivement mon billet, vous remarquerez que je mentionne quelques critiques tierces à propos desquelles je dis que « Toutes ou presque mettent l’accent sur l’importance des aides publiques pour la survie du secteur […] ces subventions directes et indirectes sont jugées de plus en plus scandaleuses à l’époque actuelle ». Je pense seulement que les bénéficiaires des aides en question doivent rendre des comptes de leur utilisation. C’est très banal de le dire, mais un système où un journal doit sa survie à l’injection régulière de fonds des actionnaires et de subventions publiques ne peut pas durer. Cette histoire d’aides publiques à la presse intéresse le citoyen et le contribuable, c’est tout ce que je dit. Au fait, le Groupe Expansion s’est tellement gavé de subventions (ironie, je précise) qu’il s’est alors engagé dans une série de plans de licenciements. J’étais dans le premier.

      Mon billet ne s’appuie pas du tout sur l’air de “on est d’anciens lecteurs et c’était mieux avant”, où avez-vous lu cela ?

      @André: pas de problème, j’ai une affection toute particulière pour les trolls.

  14. @Patrick Pecatte,
    Si les subventions permettaient d’éviter les licenciements et les fermetures on vivrait le plein emploi en France. Vous dites réagir aujourd’hui « en contribuable », je suppose que ce n’est donc pas pour vous féliciter des projets d’aides publiques…
    Quant aux actionnaires personne ne leur force la main, concernant Libé l’affaire se complique sérieusement avec les déboires fiscaux de Ledoux (il doit 40 millions d’euros), par ailleurs propriétaire de l’immeuble de Libé via une société basée au Luxembourg avec d’autres sociétés off shore dans le CA… le faire passer pour une victime est un peu fort de café ! C’est pourquoi je suis très pessimiste sur l’avenir du journal, il n’y a plus de projet sur la base d’un investissement éditorial et financier. Quant le propriétaire d’un journal décide de vendre la marque c’est le signe d’un lâchage éditorial, autrement dit cela compromet l’avenir du titre, c’est le sens de l’article de Maggiori.

  15. cher Patrick,
    Personnellement, je pense que les services pré-presse, imprimerie, puis les directions informatiques ont aussi une lourde responsabilité, beaucoup étaient plus que réticents à proposer des solutions éditoriales permettant une meilleure implication des journalistes dans le process général des journaux.
    Pour Libé, je ne le lis plus beaucoup, même sur le web mais ça me semble un challenge intéressant et novateur de repenser entièrement la propagation de leurs écrits et opinions

    1. PL, je ne l’ai pas vécu exactement comme cela pour ma part. Je ne veux pas dire que les directions techniques (pour résumer) ne portent pas une part de responsabilité dans la très faible implication des journalistes. Pour des raisons de prérogatives et parce que dans ce domaine on craint toujours les risques lors des évolutions (la non parution, ça ne pardonne pas), ils ont été souvent timorés et n’ont pas toujours cherché à impliquer les journalistes. C’est vrai. Mais j’ai surtout remarqué que ces questions n’intéressaient pratiquement jamais les journalistes, dont beaucoup avaient un comportement hautain voire méprisant envers la technique et parfois les techniciens. Mais bon, je n’ai pas envie de faire l’ancien combattant, ce qui m’intéresse surtout c’est d’observer que le refus actuel de concevoir l’avenir d’un journal comme un projet industriel bien plus que comme un projet éditorial possède des racines anciennes et profondes, liées à cette sorte de déni de la technique, et qui tiennent sans doute à une forme d’arrogance intellectuelle.

  16. Mes chers amis,
    Tout d’abord je dois vous dire que j’ai le souvenir précis de mon père, lorsque j’avais 12 ans, ramenant à la maison le dernier numéro du quotidien Combat titré « Silence on coule ». Cela m’avait incroyablement marqué de voir des pages quasiment vides avant le silence définitif.
    http://www.chateau-de-medan.fr/histoire/journal-combat-medan.html

    Aujourd’hui la disparition annoncée de Libération est une catastrophe.
    Nous avons tous participé à la construction d’une fantastique pyramide et celle ci est achevée maintenant.
    Chacun à notre petit niveau a apporté tel un esclave égyptien un petit morceau du gigantesque édifice:
    Notre monde numérique de l’Internet.
    Maintenant le problème est qu’il y a un Pharaon dans la pyramide et il s’appelle Google.
    Nous ne l’avions pas prévu. Nous n’avions pas imaginé une seule seconde que tout cela n’allait servir qu’à une seule entité, une entreprise, 2 hommes.
    Google est un prédateur inouï. Il s’est branché sur internet et par la publicité qu’il a presque entièrement capté à la source il est en train de décimer non plus seulement les journaux, la presse, les médias mais surtout la lecture même.
    « les gens n’ont jamais autant lu qu’aujourd’hui » nous dit on, certes mais est ce de la lecture?
    J’ignore ce qui va se passer mais je crains de voir disparaitre les marchands de journaux, les librairies, les titres de presse, les journalistes, la lecture puis enfin la pensée critique.
    La pyramide numérique internet n’était pas faite pour servir un maitre, un Google, c’était pour construire un monde libre.
    La dictature de Google doit cesser et l’internet redevenu libre devra trouver l’organisation permettant de financer non plus des aéroports privés remplis de jumbo jets mais des rédactions avec des journalistes bien payés pour bien enquêter sur les dérives notre monde et informant des opinions publiques vigilantes et activistes…

    JBD

    1. Hello Jean-Baptiste. Nous avons sévi jadis dans des activités similaires auprès de groupes de presse parfois concurrents, mais je dois dire que désormais je ne partage plus grand chose avec toi, en tout cas rien de ton catastrophisme exprimé ici 😉 Le remplacement des journaux par d’autres dispositifs ou services, la plupart encore à inventer, ne fait guère de doute. Même si je comprends la nostalgie que l’on peut avoir du vieux Libé (j’ai encore en mémoire les campagnes de souscription au resto U que je fréquentais à l’époque du lancement…), sa probable disparition prochaine ne m’apitoie guère. Raisonnons en darwiniens, cela laissera la place à d’autres initiatives! Et je ne crois pas que nous assistions à un dépérissement de la lecture et de la pensée critique. Je ne crois pas non plus à une dictature de Google, mais à un monopole de fait, qui se combat aussi en développant d’autres trucs. Un peu d’imagination pour continuer à être informés, vigilants et activistes comme tu le dis bien. Amicalement.

  17. Les avocats de l’ancien monde disent craindre la disparition de la « pensee critique ». Pourtant, quand celle-ci se manifeste, ils sont les premiers à s’offusquer. Faudrait savoir ce qu’ils veulent… De la pensée critique bien gentille, bien dans les clous, respectueuse de Libération et des autorités des années 1980? N’est-ce pas précisément cette pasteurisation de l’esprit critique qui a tué Libé?

  18. « Quand l’esprit critique se manifeste… »

    De quoi parlez-vous ? Du vôtre ? Une sorte d’esprit critique « autoproclamé » 😉 ?
    Il y a une autre pasteurisation de l’esprit critique qui consiste a ne pas avoir assez de mains pour applaudir tout ce qui est nouveau ;-), mais n’y voyez pas de critique de ma part, vous êtes parfait dans ce rôle.
    (Cela dit je ne suis pas non plus d’accord avec l’intervention de JBD)

  19. @Zoran Chez moi le film est précédé par une publicité qui donne une toute autre interprétation du darwinisme en commençant par un homme (genre QI élevé selon un publicitaire) qui déclare « Vous pensez que les femmes n’ont pas le sens de l’orientation » 🙂

  20. Bonjour,
    Je rejoins votre analyse sur l’absence d’intérêt des journalistes pour le projet industriel, l’absence d’intérêt pour le projet entrepreneurial des lecteurs, l’absence d’intérêt pour la dimension citoyenne des actionnaires. En disant cela je contredis l’objet même de mon intervention ici à savoir que je pense qu’au contraire les 3 entités ont un intérêt fort à collaborer et à prendre en compte l’ensemble des dimensions du projet pour sortir du pétrin. S’arque-bouter sur la forme du « journal » alors que le journal comme objet n’intéresse plus que les collectionneurs montre en effet un désintérêt total pour les différentes dimensions que composent « un journal » et les formes nouvelles et plus en phase avec la société qu’ils peuvent prendre.
    Une collaboration tri-partite au lieu d’un conflit tri-partite me semblerait bien plus vertueux comme on peut le lire dans d’autres domaines aujourd’hui je pense à l’alimentaire.

  21. Il est assez fascinant de constater la formidable puissance projective que suscite la presse … Un bref coup d’œil dans l’édition du jour permet de remettre quelques fantasmes en perspectives. Lisez-donc l’article de D Schneiderman, Libé : placer le site web au centre, si d’aventure le sujet vous intéresse vraiment, ce dont je doute :).

  22. Mea culpa, je n’avais pas compris que la proposition de « réseau social » pour Libération était un projet en parallèle, et non une consolidation diversification du titre et je l’appuyai donc un peu rapidement. Du coup j’ai relu l’article de Patrick et je comprends mieux le malaise qu’une certaine aigreur de ton article dégage. Pour être aussi précis et minutieux que tu l’es souvent:
    1) Confusion entre deux contradictions différentes: Production – technique versus rédaction, et papier versus Web. La première était déjà surmontée avant le web: encore une fois les solutions à The European comme à la Truffe intégraient les deux: PL (commentaire 21) comme moi étions à la rédaction qui, en ce qui concerne La Truffe, intégrait 6 ouvriers du Livre comme secrétaires de rédaction. JBD (commentaire 23) allait prolonger ceci chez Prisma par exemple. Je comprends ta confusion car le système rédactionnel QED que nous avions développé à l’époque pour répondre à cette demande, et que tu as toi même installé plus tard a été utilisé dans un contexte plus traditionnel.
    2) Les innovations ci dessus impliquant des technologies nouvelles étaient celles d’un journaliste: Jean Schalit qui venait volontiers dans les salons techniques!, comme il nous faisait participer aux conférences de rédaction. Reprocher aux journalistes de ne pas assister à des salons techniques!!!
    3) s’acharner sur la rédaction de Libération en difficulté parce que les journalistes, de façon générale, n’auraient pas anticipé les évolutions et su développer des alternatives industriellement viables!!! mais en quoi la production-technique ou les directions ont elles été plus innovantes? C’est vraiment le coup de pied de l’âne!
    4) Enfin aucun mot sur le fait que Google pille la production de Libération, des journalistes, des photographes comme celle des autres titres pour valoriser sa régie publicitaire. Ce n’est plus le coup de pied de l’âne c’est hurler avec les loups! Je vois que JBD (commentaire 23) malgré son éloignement, ne perd pas de vue l’essentiel et que le problème est plus du coté de Google que de celui de Libération avec qui je sympathise dans cette période difficile.

    1. L’expérience de La Truffe était marginale et fugitive, la personnalité de Schalit n’était absolument pas représentative du comportement général des journalistes envers la technique (et d’ailleurs j’ai souvenir de propos peu aimables à son égard et sur ses initiatives formulées par quelques-uns de ses confrères connus, là où j’étais à cette époque, Jean Boissonnat par exemple pour n’en citer nommément qu’un seul). Je ne vois pas en quoi montrer l’indifférence des journalistes pour les processus techniques dans les médias, leur obstination à réduire un journal au seul projet éditorial sans le considérer comme un produit industriel, ou même leur arrogance intellectuelle constituerait un coup de pied de l’âne. Je ne m’acharne pas sur Libération, j’essaie de comprendre, en relation avec ce rapport des journalistes à la technique, le clivage entre journal et entreprise qui semble si fondamental à Maggiori. Rien d’autre. Encore une fois mon billet fait juste état de mon impression à la suite d’une certaine expérience professionnelle précise. D’autres (dont toi) qui ont vécu des situations comparables dans d’autres journaux peuvent l’avoir perçu très différemment, c’est certain. Enfin, mon sujet n’est pas Google, mais puisque tu en parles, on doit bien constater qu’ils ne sont pas apparus du jour au lendemain. Au lieu de crier au loup, ce serait intéressant de comprendre comment tous les acteurs industriels, y compris dans les médias, n’ont jamais réussi à construire des alternatives, à s’opposer à leur montée en puissance, et finalement à leur hégémonie.

  23. @P Peccatte,
    Vous lisez le texte de Maggiori de façon a satisfaire votre démonstration, précisément quand il écrit le mot « entreprise », vous lisez « industrie ». On comprend bien dans votre petit tour de passe-passe votre désir de revanche de ces années où Jean Boissonnat ne vous a pas écouté, mais il n’y a pas de rapport avec le texte de Maggiori et celui de Scheidermann qui synthétise au passage très justement le fait que La situation de Libé cristalise toutes les difficultés de la presse ;-).

    1. Qui ne sait pas lire ? Je n’ai aucune revanche à prendre et je n’ai jamais dit que JB ne m’a pas écouté! (d’ailleurs, il n’écoutait pas grand monde). Je crois bien avoir déjà trop nourri le gros troll que vous êtes, on arrêtera là si vous le voulez bien.

  24. 1/ C’est bien vous qui parlez de mépris du journaliste à l’égard de la technique et des techniciens.
    2/ Industrie et entreprise ne sont pas une et unique même chose, Maggiori défend l’idée que les erreurs de gestion sont aussi la cause des problèmes du journal, sans remettre en question les modernisations proposées par Schneidermann.
    3/ Finalement « Troll » est une insulte.

  25. Sur le côté « recherche des responsables boucs émissaires » je dois dire que la situation de Libé, mais plus largement de la presse, mais aussi de l’imprimé, peut s’expliquer de nombreuses façons: certes il y a eu une certaine arrogance des journalistes grands intellectuels éthérés (il y en avait, il y en sans doute encore), une certaine arrogance des gens de la technique, bref de tout ce qui peut considérer sa responsabilité comme un hochet. Pour ma part je considère que nous avons eu une période formidable de pionniers du Mac puis avec l’arrivée du web nous avons eu l’émergence de forces innombrables et malsaines que je résumerai sous le terme « les spéculateurs » avec les premières startups et surtout la folie Netscape qui mena à la bulle internet, ou tous ceux qui avait un sens de l’opportunisme se réveillèrent dans les médias. La fièvre de l’or s’empara des journaux (et de tout le reste aussi) et ce ne sont plus juste les journalistes et les techniciens qui voulaient le pouvoir sur le secteur de l’Internet mais aussi les hommes et les femmes de marketing, de publicité, de commerce, de finance et d’à peu près tout à part le service des coursiers.
    Ce combat des chefs amena un manque de réaction homogène du secteur. Le chacun pour soi à l’intérieur ne pouvait pas faire une unité extérieure.
    Pourtant c’est ce qu’il aurait fallu avoir pour résister à la déferlante des entreprises américaines qui se sont emparées du secteur stratégique de la publicité avec une mentalité américaine du copyright qui est que le contenu est réglé au créateur au forfait en une seule fois. La les américains ont décidé que le contenu était gratuit une bonne fois pour toute et tout le mal fut fait. A partir du moment ou le contenu était gratuit et utilisé comme un appât pour vendre toute la quincaillerie, c’était définitivement cuit.
    Il existe encore de la résistance du print, de secteurs (la bédé par exemple), d’entités (Springer avec Dopfner) mais cela devient dur…
    Personnellement à mon petit niveau de consommateur, je reviens pas mal au print car c’est la que les créateurs reçoivent encore une juste récompense.
    Mais je vois le péril grandir. Les outils de piratages qui présentent les contenus comme dans les meilleurs écosystèmes payants des moguls, les outils de suppression de pub, sont de plus en plus sophistiqués et éliminent les meilleures volontés de faire payer le « contenu ». Alors il reste a payer avec ses données perso ce qui est un contrat Faustien.
    Je ne sais pas lire l’avenir. Peut être que quelqu’un trouvera une solution, mais le drame est que la solution n’existe pas encore, que le trapèze d’arrivée n’existe pas au moment ou le trapéziste va devoir lâcher son trapéze de départ…

  26. @Durand: « A partir du moment ou le contenu était gratuit et utilisé comme un appât pour vendre toute la quincaillerie, c’était définitivement cuit » Cela fait longtemps que le contenu est utilisé comme « appât ». Je vous rappelle que le lecteur ne paye jamais le véritable prix de l’information dans la plupart des organes généralistes, appuyés sur la publicité – un principe mis en œuvre dans La Presse par Emile de Girardin en 1836. Bien avant les « gratuits », cela fera bientôt un siècle que la radio puis la télévision ont expérimenté l’offre payée par un tiers, qui autorise une diffusion gratuite… Là encore, c’est un peu simple de mettre tout sur le dos d’internet ou des américains…

  27. Il y a encore beaucoup d’informations à rassembler pour comprendre ce qui s’est passé dans la presse et l’édition des 30 dernières années. Autre contribution, qui montre au moins que certains avis exprimés ci-dessus sont assez largement partagés, et dont il faut lire également les commentaires, le texte de Christian Salmon sur Mediapart vient documenter à son tour le long catalogue des errements et des erreurs qui sont celles d’une génération (je précise qu’AMHA, l’histoire de Libé ne peut se lire qu’en parallèle avec l’histoire du PS, de ses dérives et de ses impasses, dont nous n’avons pas fini de payer le prix – en réalité, cette histoire, qui risque bien d’être tragique, ne fait peut-être que commencer) :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-salmon/230214/hypocrite-libe-mon-semblable-mon-frere

  28. Le texte de Christian Salmon est intéressant, les critiques sont justes, mais il jette tout. Les « édicrotates » n’étaient pas seuls à avoir la voie au chapitre, les pages Rebonds donnent justement quotidiennement la possibilité d’un autre son de cloche. Il se fixe aussi beaucoup sur Christian Lacroix, mais il y a eu beaucoup d’autres intervenants extérieurs intéressants. Sur l’idéologie ses remarques sont pertinentes, d’ailleurs les bons résultats du journal en 2012 tiennent essentiellement aux élections. Et son adresse aux croques mort de la presse en conclusion est particulièrement d’à propos ici : « C’est ce qu’oublient les fossoyeurs zélés de la presse écrite : la technique ne fait rien à l’affaire. Un journal doit être utile, il doit livrer une version originale du monde ».
    J’ajouterai qu’une vision ce n’est justement pas un produit, n’en déplaise à Bruno Ledoux, le nouveau patron de Libé…

  29. Ce que vous appelez la volonté d’idéaliser le contenu éditorial n’est absolument pas un déni de la réalité de la diffusion ou « production » culturelle, l’article de Daniel Schneidermann que j’ai pointé en est une parfaite illustration. Où est le mépris dans cet article ? D’où tient-on ici que Maggiori serait hostile à la modernisation ? Parce qu’il fait des critiques sur la gestion de l’entreprise ? Si je suis votre logique binaire, les articles de maggiori et de Schneidermann devraient donc s’opposer en tous points, c’est faire bien peu de cas de la réalité que de croire que les journalistes n’ont pas intégré l’importance de l’ensemble de ces paramètres …
    A ce propos, dans quelles conditions matérielle et financières croyez-vous que le nouveau site internet du journal a été conçu ? Et à votre avis de quel(s) soutient(s) ses concepteurs ont ils bénéficié de la part des actionnaires pour mener à bien ce projet ?
    Etudes Photographiques (dont je suis lecteur sur papier et sur internet) est une publication spécialisée avec un lectorat ciblé, je ne dis pas que c’est facile, mais monter un projet éditorial généraliste c’est une autre paire de manches, restons dans le comparable. Pour exister aujourd’hui un quotidien doit être présent sur de multiples supports de diffusion, papier, internet, et sur internet proposer du texte, de la photo, de la video, du son ! Je ne comprends pas le rapport que vous établissez entre la question du prix et celle de l’utilité, s’agit-il de l’équation plus c’est cher, plus la diffusion se réduit ?
    « j’aimerais bien voir la défense d’un projet présenté comme inutile… »
    Avec plaisir, dans la production culturelle ça pullule, un exemple :
    http://www.laffont.fr/site/le_desir_d_etre_inutile_ne_&100&9782221089439.html

  30. C’est assez amusant de vous tendre un miroir, manifestement vous n’aimez pas trop que votre idée du « journaliste » sorte du cadre que vous avez fixé. Désolé, mais c’est un peu plus complexe, welcome into the real world !
    Clin d’œil appuyé.

  31. J’ajoute un mot sur Hugo Pratt, qui en tant qu’auteur de livres de bd est bien dans le secteur de productions culturelles dont vous parliez. Et plutôt que de vous livrer à vos attaques personnelles habituelles, essayez-donc de répondre aux questions que je vous posais concernant les conditions de développement du site de Libé etc, mais de grâce, pas ici ni dans l’instant. Je me fatigue de vos réponses jetées au hasard de vos idées toutes faites.
    Bon travail.

  32. Je profite de l’annonce de l’arrivee de Netflix pour ajouter un petit grain de sel sur le sujet.
    Je suis utilisateur de canal play qui permet de faire ce que fait netflix et est sur la télé (avec appletv) une copie de l’iTunes movie store. Malheureusement le catalogue de canal play est franchement minable et pratiquement jamais augmenté de films même anciens. Bref une sacré collection de rinrins que je ne garde que parce qu’il y’a des dessins animés en pagaille genre tous les titeuf et Tintin.
    La chronologie des médias de 3 ans est délirante mais n’explique pas la pauvreté de ce catalogue a 7 euros par mois.
    Quand à netflix faudra juger sur les doublages, j’espère qu’on aura pas droit aux VF québécoises.
    L’intérêt de cette arrivée de netflix est de bousculer le monopole de canal qui exagère sur les prix depuis trop longtemps.
    On raconte que netflix pourrait être inclus dans l’abonnement orange comme deezer. Ça serait bien. On se rapprocherait de ce que j’espère depuis des lustres, la licence globale. Si on pouvait avoir les journaux et magazines et bédés numeriques en illimité inclus dans l’abonnement ça serait top.
    Ce que les gens veulent c’est ce qu’ils ont avec le piratage, l’illimité tous médias. Et ce piratage devient aussi convivial et transparent que les plateformes de contenus payants, attention, c’est urgent!
    J’ajoute qu’il faut rendre à César ce qui est a César et ne pas oublier que les journalistes ont été les premiers à fabriquer du contenu numérique des la fin des années 80 car la production éditoriale est devenue numérique bien avant l’invention du web finalement. Les journalistes furent précurseurs du numérique selon moi. Et Libé en particulier.
    Bref j’espère que la solution viendra d’une licence globale incluse dans l’abonnement a l’accès multiplateformes qui pourra financer la création de « contenus » de tous genres et qui le méritent pour tous les types et tailles de créations (comme ce blog de Patrick par exemple).
    Wait And see…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *