Revoir Capa

La redocumentarisation des images d’archive ne consiste pas seulement à rédiger des légendes plus précises ou à distribuer de nouveaux tags. La diversité des sources disponibles sur le Web permet dorénavant de rapprocher significativement différents corpus qui étaient auparavant isolés, parfois mal connus, et dont les éléments sont souvent médiocrement décrits. La mise en relation d’images éparpillées dans de multiples collections devient ainsi essentielle pour la valorisation nouvelle des fonds iconographiques historiques.

Cette possibilité est permise parce que les images publiées sur Internet, qu’elles soient animées ou fixes, peuvent désormais être appréhendées comme des entités similaires du point de vue documentaire et être l’objet d’un travail collaboratif. Ces deux types d’images étaient traditionnellement documentées indépendamment car la pratique archivistique traitait séparément les deux médias, en grande partie en raison des contraintes techniques des supports de restitution respectifs – l’écran de projection et le papier. Désormais, toutes les images numérisées appartiennent à une même classe et peuvent donc être décrites avec les mêmes méthodes et techniques.

Lire la suite

À propos d’une « église vivante et parlante » : art brut et art de propagande

L’abbé Victor Paysant (1841-1921) est nommé curé de Ménil-Gondouin (Orne) en 1873. Une nouvelle église vient d’être bâtie à la suite du regroupement de trois paroisses. Elle n’est pas encore terminée. Le nouveau curé l’achève puis il entreprend sa décoration. Durant 48 ans, il restaure des sculptures anciennes et en crée de nouvelles, modifie les autels, décore le bénitier, enrichit le mobilier, et couvre l’édifice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de peintures et inscriptions pieuses diverses. L’abbé fait visiter volontiers son œuvre qu’il qualifie de musée chrétien ou de bibliothèque chrétienne et qu’il nomme l’église vivante et parlante1 de Ménil-Gondouin. Il entreprend également de publier plusieurs brochures et de nombreuses cartes postales où il se met bien souvent en scène. Ajoutées à son caractère « original » et à ses boutades réputées, toutes ces initiatives heurtent néanmoins ses supérieurs. Après sa mort et à la demande de ses successeurs, les sculptures sont retirées et les peintures sont effacées ou recouvertes.

L’église Saint-Vigor vivante et parlante de l’abbé Victor Paysant à Ménil-Gondouin (photo : Virginia Manso)

L’église est restaurée à partir de 2004 à l’initiative de la municipalité et avec l’autorisation de l’évêché.

Lire la suite

  1. Cette expression concernant l’Église en tant qu’institution figure déjà dans un passage hostile au protestantisme dans l’Histoire universelle de l’Église Catholique de René François Rohrbacher parue entre 1842 et 1849. Il est possible que l’abbé Paysant l’ait empruntée à cet historien ecclésiastique qu’il a pu lire lors de ses études de séminariste de 1863 à 1867 []

Une excursion dans les bas-fonds de Flickr

Lors de ma récente présentation sur les machine tags au CNAM, certains intervenants – mués sans doute par une curiosité scientifique insatiable – m’ont suggéré un billet sur les bas-fonds de Flickr. Animé à mon tour par la même soif de connaissance, il m’a semblé que l’analyse des groupes de discussion de la plate-forme pourrait fournir rapidement quelques résultats statistiques intéressants sur le sujet. J’étais un peu optimiste. Mais tout d’abord, quelques rappels s’imposent.

Cloaca Maxima by pcambraf, licence CC
Cloaca Maxima by pcambraf, licence CC

Lire la suite

Les machine tags de Flickr

Il est très simple d’associer des tags à une photo sur Flickr. Chaque tag proposé est un mot-clé quelconque, sans contrainte syntaxique particulière si ce n’est la nécessité de l’encadrer par des guillemets s’il contient un ou plusieurs espaces.

Pourtant, lorsque l’on examine certaines photos, la liste des tags est parfois suivie d’un discret Show machine tags (ou Afficher les tags de programmation si l’interface de Flickr est en français) précédé d’un petit triangle. En cliquant sur ce libellé, celui-ci se transforme en Hide machine tags (ou Masquer les tags de programmation) et de nouveaux mots-clés s’affichent : les machine tags. Si la photo ne comporte pas de tags standards, alors les machine tags sont affichés comme des tags, sans le libellé Show/Hide machine tags.

Ainsi, la photo ci-dessous comporte 6 tags standards et 13 machine tags.
(cliquer sur la photo pour l’afficher sur Flickr) :

Smoking Blonde, projet accessCeramics, artiste : Rimas VisGirda
Smoking Blonde, projet accessCeramics, artiste : Rimas VisGirda

Lire la suite

Lady Gaga, virtuose de l’image dropping

La plupart des analyses des vidéos de Lady Gaga mettent en avant un ensemble de références visuelles empruntées à une catégorie précise de sources et ignorent d’autres allusions. Ainsi, tel article considère que ces clips sont construits comme des bandes-annonces usant de références évidentes à des séquences de longs métrages, un autre reconnaît les tenues vestimentaires remarquables de la star, tandis qu’un troisième s’attache à mettre en évidence les emprunts au symbolisme occultiste. En réalité, les références visuelles que l’on peut déceler dans ces films sont nombreuses et s’enchevêtrent tellement qu’il n’est guère possible de privilégier une source ou un point de vue sans risquer une mésinterprétation.

Sur une séquence très brève de la vidéo du titre Paparazzi, nous identifierons des références diverses qui s’entrecroisent de façon apparemment chaotique. Il devient alors difficile de postuler que ces séquences possèdent une interprétation unique qui ne pourrait être connue que par ceux qui en possèdent les clés. Nous avançons bien au contraire l’hypothèse selon laquelle ces collages d’images puisées dans des réservoirs hétéroclites constituent un « image dropping« , une technique d’expression visuelle dont le ressort est l’étonnement du spectateur et qui a pour objectif principal la légitimation de la star en tant qu’artiste.

Photogrammes de la vidéo Lady Gaga - Paparazzi entre 2:04 et 2:27
Photogrammes de la vidéo Lady Gaga – Paparazzi entre 2:04 et 2:27

Lire la suite

Séminaire Folksonomies et Tagging

DICEN : Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique

Séminaire Folksonomies et Tagging

Des balbutiements du Web2.0 à nos jours, premiers bilans interdisciplinaires
26 mars 2010 – CNAM : amphi Z  Robert-Faure accès 1  -1 (Escaliers devant l’entrée principale)
Organisé par Alexandre Monnin et Evelyne Broudoux (Dicen)
9h30 – 12h30 et 14h – 17h

L’activité d’étiquetage des contenus par les internautes est devenue partie prenante de l’écriture-lecture pendant la consultation de sites web. Les collections d’étiquettes – communément dénommées « tags » – réalisées par les internautes les associant à des ressources ou des situations dans l’objectif de les médiatiser ou de les thésauriser, ont été nommées « folksonomies ».
Les interprétations diverses du terme « folksonomies » laissent entrevoir les polémiques qui accompagnèrent le lancement de techniques visant à transformer les mots des usagers en des leviers organisationnels, désertant en cela les méthodes de classification des professionnels de l’information et de l’organisation des connaissances fondées sur des vocabulaires contrôlés. Son appropriation devint rapidement, dans la période qui suivit la crise dite de « la bulle Internet », l’enjeu, voire le prétexte, d’une contestations de formes d’autorités réelles ou supposées.
Ces nouvelle formes d’auto-organisation censées traduire l’adaptation des systèmes à la diversité des classements réalisables par les internautes ont stimulé l’intérêt de différentes communautés professionnelles et scientifiques.

Lire la suite

L’information embarquée dans l’image : une idée centenaire et son implémentation numérique

« Prendre » une photo, c’est d’abord collecter des informations1. Non seulement celles véhiculées par la lumière dans le dispositif photographique et que nous interprétons comme une image, mais aussi les multiples informations constituées par les choix et constructions de l’opérateur. Selon ce point de vue informationnel, le travail de documentation de l’image poursuit ce processus en lui ajoutant de nouvelles données. J’utilise à dessein le verbe poursuivre parce que nous concevons presque toujours ce nouvel acte comme subordonné à l’acte photographique proprement dit. Ce serait une sorte de post-production accessoire et fastidieuse, nécessaire seulement si l’on veut s’y retrouver dans de vastes collections, et en tout cas non constitutive de la photographie.

Lire la suite

  1. Sans entrer dans les détails, j’emploie ici le terme information au sens général de données interprétées. Voir par exemple : Luciano Floridi, Information: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2010 et Patrick Peccatte, Notes sur la structure informationnelle de la photographie (format PDF), 2008. []

Les flux d’images de 4chan

Plusieurs articles sur 4chan parus récemment1 ont donné lieu à des discussions sur la nature et l’intérêt de cet ensemble d’imageboards. Le présent billet s’intéresse uniquement à la circulation des images depuis et vers 4chan, c’est-à-dire à l’origine de ces images (flux entrant) et où vont ces images après avoir transité par 4chan (flux sortant). Je ne parlerai donc pas des contenus textuels de la plate-forme et me garderai bien de donner un avis quelconque sur la qualité des productions que l’on y trouve2. De surcroît, même en limitant ainsi mon sujet aux images, je ne prétends pas ici apporter quelque chose de vraiment nouveau aux débats en cours. Mon objectif est simplement de montrer à l’aide d’outil publics simples à mettre en œuvre que 4chan n’est pas le fondement (je reste poli) du Web que l’on a pu décrire, mais qu’il doit plutôt être considéré comme un espace actif où circulent et se transforment rapidement certaines productions iconographiques d’un Web plus « habituel ».

Lire la suite

  1. 4chan for God (Girls and Geeks), 27 janvier 2009 ; L’industrie du LOL et ses difficultés à traverser l’Atlantique, par Vincent Glad, 23 février 2009 (repris sur Owni le 20 février 2010); 4chan ou la relativité du mal (Godwin inside) par Titiou, 27 mars 2009 ; Les 5 plus grands coups de 4chan et 4 chan : tout ce que vous devez savoir sur le pire forum, par Mathias Riquier, deux articles non datés (signalé dans un dossier le 3 février 2010) ; Que nous apprend 4chan sur l’internet de demain ? par Fabrice Epelboin, 15 février 2010 ; /b/razil par Bombox, 16 février 2010 (repris sur owni) ; Patch Rectificatif : Fixed 4chan ignorance issues par Pierre-Alexandre Rouillon, 18 février 2010 ; Project Chaos on Internet, par Alexandre Léchenet, 21 février 2010 ; 4Chan nombril du web par Yann Leroux, 21 février 2010 []
  2. Je précise tout de même que j’observe – pardon, je lurke – 4chan de temps en temps depuis plus d’un an et que les images en question ne correspondent que fort occasionnellement à mes goûts personnels. []

Roues imaginaires

La roue, l’une des plus anciennes inventions de l’humanité, constitue toujours le dispositif technique à la base de nos moyens de transport terrestre. Si elle est un simple composant pour les catégories habituelles de véhicules (deux-roues, quatre-roues), certains engins, réels ou imaginaires, sont totalement conçus à partir d’une roue unique. Ce sont les monowheels dont l’origine remonte à 1869 si l’on en croit le Museum of RetroTechnology. Ils sont désormais considérés comme des curiosités de l’histoire des techniques, relégués au rang de gadgets et construits actuellement dans un but ludique ou pour des animations. Mais jusqu’à la fin des années 1930, ces véhicules ont été créés comme des prototypes dont le développement devait permettre l’apparition de nouveaux moyens de transport efficaces et réellement utilisables. Les illustrations futuristes des magazines de vulgarisation scientifique de l’époque témoignent d’un remarquable optimisme dans l’avenir de telles machines.

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932, Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959

Lire la suite

Les magazines sur Google Books – l’exemple de Popular Science

Google Books, comme son nom ne l’indique pas, permet aussi d’accéder à des magazines numérisés. Le service a débuté en décembre 2008 et compte actuellement 104 titres : 92 en anglais, 8 en espagnol, 3 en portugais, 1 en français (Mobiles magazine du groupe Oracom). Les titres disponibles les plus connus sont Life (de novembre 1936 à décembre 1972), Ebony (de novembre 1959 à novembre 2008), Popular Mechanics (de janvier 1905 à décembre 2005) et Popular Science (de mai 1872 à mars 2009). Pour Life, rappelons que les photos de la collection sont disponibles sur Google Images.

La recherche à l’aide de Google Books porte par défaut sur les livres et les magazines mais on peut aussi renvoyer uniquement les résultats concernant les magazines en utilisant la fonctionnalité Advanced Book Search. L’outil de navigation et de recherche est très simple ; on se reportera éventuellement à l’aide succincte et au blog de Google dédié à la recherche sur Books. Cet outil est à la fois extrêmement puissant et utile tout en demeurant, à certains égards, frustre et insatisfaisant. Pour illustrer cette dualité, je montrerai dans ce billet comment Google Books permet de reconstituer rapidement l’évolution éditoriale d’un titre de magazine sans pouvoir répondre à certaines questions pourtant simples.

Lire la suite