L’information embarquée dans l’image : une idée centenaire et son implémentation numérique

« Prendre » une photo, c’est d’abord collecter des informations1. Non seulement celles véhiculées par la lumière dans le dispositif photographique et que nous interprétons comme une image, mais aussi les multiples informations constituées par les choix et constructions de l’opérateur. Selon ce point de vue informationnel, le travail de documentation de l’image poursuit ce processus en lui ajoutant de nouvelles données. J’utilise à dessein le verbe poursuivre parce que nous concevons presque toujours ce nouvel acte comme subordonné à l’acte photographique proprement dit. Ce serait une sorte de post-production accessoire et fastidieuse, nécessaire seulement si l’on veut s’y retrouver dans de vastes collections, et en tout cas non constitutive de la photographie.

Lire la suite

  1. Sans entrer dans les détails, j’emploie ici le terme information au sens général de données interprétées. Voir par exemple : Luciano Floridi, Information: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2010 et Patrick Peccatte, Notes sur la structure informationnelle de la photographie (format PDF), 2008. []

Les flux d’images de 4chan

Plusieurs articles sur 4chan parus récemment1 ont donné lieu à des discussions sur la nature et l’intérêt de cet ensemble d’imageboards. Le présent billet s’intéresse uniquement à la circulation des images depuis et vers 4chan, c’est-à-dire à l’origine de ces images (flux entrant) et où vont ces images après avoir transité par 4chan (flux sortant). Je ne parlerai donc pas des contenus textuels de la plate-forme et me garderai bien de donner un avis quelconque sur la qualité des productions que l’on y trouve2. De surcroît, même en limitant ainsi mon sujet aux images, je ne prétends pas ici apporter quelque chose de vraiment nouveau aux débats en cours. Mon objectif est simplement de montrer à l’aide d’outil publics simples à mettre en œuvre que 4chan n’est pas le fondement (je reste poli) du Web que l’on a pu décrire, mais qu’il doit plutôt être considéré comme un espace actif où circulent et se transforment rapidement certaines productions iconographiques d’un Web plus « habituel ».

Lire la suite

  1. 4chan for God (Girls and Geeks), 27 janvier 2009 ; L’industrie du LOL et ses difficultés à traverser l’Atlantique, par Vincent Glad, 23 février 2009 (repris sur Owni le 20 février 2010); 4chan ou la relativité du mal (Godwin inside) par Titiou, 27 mars 2009 ; Les 5 plus grands coups de 4chan et 4 chan : tout ce que vous devez savoir sur le pire forum, par Mathias Riquier, deux articles non datés (signalé dans un dossier le 3 février 2010) ; Que nous apprend 4chan sur l’internet de demain ? par Fabrice Epelboin, 15 février 2010 ; /b/razil par Bombox, 16 février 2010 (repris sur owni) ; Patch Rectificatif : Fixed 4chan ignorance issues par Pierre-Alexandre Rouillon, 18 février 2010 ; Project Chaos on Internet, par Alexandre Léchenet, 21 février 2010 ; 4Chan nombril du web par Yann Leroux, 21 février 2010 []
  2. Je précise tout de même que j’observe – pardon, je lurke – 4chan de temps en temps depuis plus d’un an et que les images en question ne correspondent que fort occasionnellement à mes goûts personnels. []

Roues imaginaires

La roue, l’une des plus anciennes inventions de l’humanité, constitue toujours le dispositif technique à la base de nos moyens de transport terrestre. Si elle est un simple composant pour les catégories habituelles de véhicules (deux-roues, quatre-roues), certains engins, réels ou imaginaires, sont totalement conçus à partir d’une roue unique. Ce sont les monowheels dont l’origine remonte à 1869 si l’on en croit le Museum of RetroTechnology. Ils sont désormais considérés comme des curiosités de l’histoire des techniques, relégués au rang de gadgets et construits actuellement dans un but ludique ou pour des animations. Mais jusqu’à la fin des années 1930, ces véhicules ont été créés comme des prototypes dont le développement devait permettre l’apparition de nouveaux moyens de transport efficaces et réellement utilisables. Les illustrations futuristes des magazines de vulgarisation scientifique de l’époque témoignent d’un remarquable optimisme dans l’avenir de telles machines.

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932, Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959

Lire la suite

Les magazines sur Google Books – l’exemple de Popular Science

Google Books, comme son nom ne l’indique pas, permet aussi d’accéder à des magazines numérisés. Le service a débuté en décembre 2008 et compte actuellement 104 titres : 92 en anglais, 8 en espagnol, 3 en portugais, 1 en français (Mobiles magazine du groupe Oracom). Les titres disponibles les plus connus sont Life (de novembre 1936 à décembre 1972), Ebony (de novembre 1959 à novembre 2008), Popular Mechanics (de janvier 1905 à décembre 2005) et Popular Science (de mai 1872 à mars 2009). Pour Life, rappelons que les photos de la collection sont disponibles sur Google Images.

La recherche à l’aide de Google Books porte par défaut sur les livres et les magazines mais on peut aussi renvoyer uniquement les résultats concernant les magazines en utilisant la fonctionnalité Advanced Book Search. L’outil de navigation et de recherche est très simple ; on se reportera éventuellement à l’aide succincte et au blog de Google dédié à la recherche sur Books. Cet outil est à la fois extrêmement puissant et utile tout en demeurant, à certains égards, frustre et insatisfaisant. Pour illustrer cette dualité, je montrerai dans ce billet comment Google Books permet de reconstituer rapidement l’évolution éditoriale d’un titre de magazine sans pouvoir répondre à certaines questions pourtant simples.

Lire la suite

Le casque de Dark Vador

La plupart des exégètes de Star Wars estiment que le costume de Darth Vader (Dark Vador dans la version française) s’inspire de la tenue médiévale des samouraïs. Pour le couvre-chef, c’est moins clair. La version française de l’encyclopédie Wikipédia estime ainsi que le casque du Seigneur Sith s’inspire également de celui des samouraïs alors que la version en langue anglaise penche pour un casque allemand. Les partisans de la première thèse mettent en avant la ressemblance avec le kabuto des armures traditionnelles japonaises, tandis que les tenants de la seconde relèvent des similitudes avec le casque dit Stahlhelm qui remonte à la Première Guerre Mondiale.

azeaze
Original Publicity Photo (1977) Star Wars Helmets The Archive of Helmets and Costumes of the Star Wars Galaxy

Lire la suite

Déjà vu

Merci à André Gunthert et à l’équipe du LHIVIC de m’accueillir sur Culture visuelle.

J’essaierai sur ce nouveau blog Déjà vu de noter quelques remarques et idées concernant la façon dont Internet impacte notre vision d’images parfois bien connues, le contexte de publication, les informations et métadonnées relatives aux images, la redocumentarisation iconographique, etc. Les billets proposés ici seront signalés sur mon autre blog Du bruit au signal (et inversement) où je continuerai par ailleurs à écrire (peut-être) sur des sujets qui n’ont pas de liens évidents avec la culture visuelle.