L’information embarquée dans l’image : une idée centenaire et son implémentation numérique

« Prendre » une photo, c’est d’abord collecter des informations1. Non seulement celles véhiculées par la lumière dans le dispositif photographique et que nous interprétons comme une image, mais aussi les multiples informations constituées par les choix et constructions de l’opérateur. Selon ce point de vue informationnel, le travail de documentation de l’image poursuit ce processus en lui ajoutant de nouvelles données. J’utilise à dessein le verbe poursuivre parce que nous concevons presque toujours ce nouvel acte comme subordonné à l’acte photographique proprement dit. Ce serait une sorte de post-production accessoire et fastidieuse, nécessaire seulement si l’on veut s’y retrouver dans de vastes collections, et en tout cas non constitutive de la photographie.

Lire la suite

  1. Sans entrer dans les détails, j’emploie ici le terme information au sens général de données interprétées. Voir par exemple : Luciano Floridi, Information: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2010 et Patrick Peccatte, Notes sur la structure informationnelle de la photographie (format PDF), 2008. []