Présentation « La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux – Esquisse d’une histoire de leur comparaison » – Angoulême, le 3 mai 2017

J’ai été invité par les étudiant.e.s du master bande dessinée de l’ÉESI (École européenne supérieure de l’image) d’Angoulême à participer le 3 mai 2017 à une journée d’étude de fin de cycle ayant pour thème les formes modernes de l’imaginaire médiéval en bande dessinée.

Voir ici le programme de cette journée d’étude, ainsi que le reportage photo publié sur Facebook par Alain François.

Voici le support de ma présentation intitulée La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux – Esquisse d’une histoire de leur comparaison.

Cette présentation reprend pour l’essentiel mon article La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison publié en décembre 2016.
Je remercie vivement les organisateurs de cette journée d’étude très réussie, les autres intervenants pour la qualité et la variété de leurs présentations, et le public pour les échanges qui ont suivi.

La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] – Le « système du poil » dans les narrations visuelles séquentielles

[Rappel de la première partie: La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison]

Parmi les caractéristiques qui rapprochent la Tapisserie de Bayeux de la bande dessinée, on pense habituellement au découpage et à la séquentialité des scènes ainsi qu’à l’association des dessins et des textes. Un point commun est par contre fréquemment oublié, sans doute parce qu’il est trop évident.

L’identité et la permanence des personnages dans les narrations visuelles séquentielles

La Tapisserie de Bayeux et les bandes dessinées peuvent être considérées comme des narrations visuelles séquentielles, des dispositifs matériellement simples qui racontent une histoire en déroulant une succession d’images. L’histoire racontée fait évoluer des personnages représentés plusieurs fois dans des situations différentes et dans des espaces graphiques distincts – des scènes pour la TB, des cases (en général) pour la BD. Un même personnage doit être reconnaissable immédiatement d’une occurrence à une autre, que ce soit grâce à sa désignation (son nom) ou par la permanence de son identité graphique. Permettre à un spectateur de reconnaître et identifier instantanément un personnage, et donc de le distinguer des autres personnages, constitue un caractère essentiel des narrations visuelles séquentielles. Continuer la lecture de « La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] – Le « système du poil » dans les narrations visuelles séquentielles »

La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison

Au milieu des années 1960, des intellectuels et universitaires américains ont soutenu que les comics méritent le respect et qu’ils sont dignes d’être étudiés sérieusement1. À la même époque, en France, quelques passionnés ont organisé en dehors du monde académique les premières associations de recherche sur la bande dessinée et publié les premiers bulletins sur ce média et son histoire2. La bande dessinée a alors commencé son long processus de légitimation en tant que phénomène culturel. La quête de sa reconnaissance sociale a conduit ensuite plusieurs auteurs à publier des ouvrages grand public caractérisés par une définition très lâche de la bande dessinée qui permettait d’y amalgamer plusieurs œuvres d’art anciennes et prestigieuses. La Tapisserie de Bayeux tout particulièrement est ainsi devenue caution d’une certaine légitimité culturelle naissante de la bande dessinée. Continuer la lecture de « La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison »

  1. Bart Beaty, Comics Versus Art, University of Toronto Press, 2012, p. 57 []
  2. Thierry Groensteen, Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie [à propos de Pierre Couperie], Neuvième Art 2.0, mars 2014. []

Les références visuelles à la Tapisserie de Bayeux dans la culture populaire

Il y a un siècle exactement, la commémoration du millénaire de la Normandie a donné lieu à d’importantes fêtes officielles, notamment à Rouen durant le mois de juin 1911. Plusieurs affiches et cartes postales représentant de redoutables drakkars remplis de farouches Vikings furent alors éditées.

Presque cinquante ans plus tard, l’affiche du film de Richard Fleischer The Vikings (1958, avec Kirk Douglas, Tony Curtis et Janet Leigh) reprend les mêmes stéréotypes concernant ces pillards venus du froid dans leurs effrayantes embarcations.


Lire la suite

Lire la Tapisserie de Bayeux

Voici le support d’une présentation sur la Tapisserie de Bayeux effectuée aux journées sur la formation de formateurs « Histoire des arts et culture médiévale » – Lyon, Institut Français de l’Éducation, le 23 novembre 2011.

Merci à Martine Marzloff pour son invitation et l’organisation de ces journées.

Voir aussi sur ce blog : La composition graphique de la Tapisserie de Bayeux.

La composition graphique de la Tapisserie de Bayeux

La Tapisserie de Bayeux est une pièce de toile brodée racontant une série d’événements qui se sont déroulés de 1064 à 1066 et conduisirent à la conquête de l’Angleterre par le duc de Normandie Guillaume le Conquérant.

Scène 44: le duc Guillaume entouré de ses demi-frères l’évêque Odon de Bayeux et le comte Robert de Mortain

Cette œuvre très célèbre a fait l’objet de multiples études selon diverses disciplines : histoire de l’art, analyse des textes médiévaux, archéologie, recherches sur l’architecture militaire et civile, les textiles anciens, les costumes, les techniques de construction navale, etc., sans oublier l’examen des procédés narratifs utilisés. L’approche adoptée ici ne prétend pas se situer sur le terrain de ces travaux extrêmement spécialisés. Elle a simplement pour objectif de montrer que la composition générale de l’œuvre présente certaines singularités visuelles intéressantes et d’en proposer une interprétation.

Lire la suite