Séminaire Cinémas de genre – Les origines du cinéma de nazisploitation

Dans le cadre du séminaire Cinémas de genre, j’ai été invité le 12 janvier  2018 à présenter mes recherches sur les origines du cinéma de nazisploitation dans les pulp magazines, dès la Seconde guerre mondiale.

Un grand merci aux organiseurs.trices du séminaire Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel et Tomas Pillard pour cette invitation, et au public pour les échanges qui ont suivi.
Voici le support de cette présentation.

Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation

Près de quarante ans après sa sortie, le film de Liliana Cavani Portier de nuit (Il Portiere di notte, 1974) demeure dérangeant et toujours controversé:

En 1957, à Vienne, Max (Dirk Bogarde) est portier de nuit dans un palace. Il croise un soir Lucia (Charlotte Rampling) descendue à l’hôtel avec son mari, chef d’orchestre américain en tournée. Ils se reconnaissent immédiatement et leur passé commun resurgit. Ancien officier SS dans un camp de concentration, Max a entretenu une relation sadomasochiste avec Lucia, une jeune déportée. Ils sont à nouveau attirés l’un par l’autre et reprennent cette relation. Mais dans cet hôtel, d’anciens SS essaient de faire oublier leur passé nazi en éliminant les témoins gênants. Max et Lucia, devenus des menaces, s’enferment alors dans leurs jeux sexuels sadomasochistes et deviennent traqués par les anciens amis de Max.

Lire la suite