L’évolution des martiens

Dans son récent article Seul sur Mars, une fiction pour y croire, André Gunthert propose une interprétation culturelle stimulante du film de Ridley Scott. Son argumentation s’appuie sur la distinction entre deux genres narratifs: « [d’une part] celui de la conquête spatiale, inauguré par Jules Verne avec De la Terre à la Lune (1865), [qui] se caractérise par une recherche de crédibilité et l’emprunt de nombreux marqueurs savants [et d’autre part] les récits martiens [qui] comportent dès l’origine un sérieux défaut. Incarnée dans La Guerre des mondes (1898) de Herbert George Wells par des êtres repoussants dotés d’une tête démesurée et de tentacules, l’existence d’une civilisation extraterrestre, quoique couramment admise par les spécialistes à la fin du XIXe siècle, ne peut s’appuyer sur aucune information descriptive ». L’article est construit autour de ces deux pôles : d’un côté « les codes réalistes de la conquête lunaire », de l’autre la « fantaisie débridée », autrement dit une vision rationnelle, technique et plausible du futur en contraste avec sa fictionnalisation indifférente à toute vraisemblance.

Lire la suite

Roues imaginaires, roues possibles – une enquête visuelle et deux propositions théoriques

Un monowheelest un véhicule constitué d’une seule roue où le conducteur est à l’intérieur de la roue elle-même1 [fig. 1]:

(1) Monowheel, 1933. Walter Nilsson inside the wheel

Lire la suite

  1. On rencontre parfois monoroue en français, mais nous utiliserons le plus souvent le terme anglais. []

Entre reconstitution historique et documentaire: Theirs is the Glory (1946)

Dans un article récent, Rémy Besson rappelle que le tournage du film Misère au Borinage (Henri Storck et Joris Ivens, 1933) « s’est déroulé en septembre 1933, soit plus ou moins une année après les faits sur lesquels il porte (la grève de 1932)« . Il précise aussi que plusieurs séquences du film sont en réalité des mises en scène, donnant l’exemple d’un extrait où un huissier souhaite saisir les meubles d’une famille d’ouvriers.

S’agit-il de fiction ou de documentaire (quel est le sens de ces mots ?) s’interroge alors l’historien.

Lire la suite

Fictions et mondes possibles

Les auteurs de Culture Visuelle abordent fréquemment la question de la fiction et de son rapport à la réalité. Ainsi, André Gunthert considère que la fiction est un « exercice qui a les mêmes aspects formels que la description, mais que celle-ci est déliée de toute obligation référentielle. La fiction est aréférentielle. »1.

Le recours à la référence, qui fonde cette distinction entre description et fiction, n’est pas sans rappeler les débats sur la référence directe et la description définie dans la tradition de la philosophie analytique.

Ce rapprochement entre une approche culturaliste de la fiction et un courant philosophique majeur n’est pas fortuit. Dans les années 1980, la théorie de la littérature s’est en effet emparée de certains développements en logique et philosophie analytique pour décrire et expliquer le statut de la fiction littéraire et constituer un nouveau domaine de recherche, la théorie littéraire des mondes possibles2 ou fiction theory.

Lire la suite

  1. André Gunthert, Fiction et hypothèse (notes),  10 juin 2012. []
  2. C’est le titre du seul ouvrage d’envergure sur le sujet publié en français sous la direction de Françoise Lavocat [2010]. []

Les premiers films de Georges Rouquier – faits, fictions, dissimulations

Bien qu’il ne soit plus guère apprécié que par les cinéphiles, Georges Rouquier (1909-1989) est toujours considéré comme un réalisateur original grâce à deux films: Farrebique (1946), chronique d’une famille paysanne de l’Aveyron suivie durant une année entière, rythmée par la succession des saisons, et Biquefarre (1984), tourné presque quarante ans plus tard sur les mêmes lieux et dans la même famille. Ce diptyque constitue un témoignage sur la mutation profonde du monde paysan vers l’agriculture moderne. Le travail de Rouquier est parfois qualifié d’anthropologie visuelle et ses films sont désormais vus et étudiés comme des classiques du cinéma dit documentaire.

Controverses et consécration

La sortie de Farrebique dans l’immédiat après-guerre a pourtant provoqué des polémiques maintenant oubliées. Vilipendé par certains auteurs influents au premier rang desquels figure Henri Jeanson, le film a d’abord été éliminé de la sélection officielle du festival de Cannes. Défendu ensuite par de nombreux cinéastes et critiques ainsi que par des écrivains1, il obtient finalement une récompense créée spécialement pour lui, le prix de la critique internationale.

Lire la suite

  1. Citons Jean Painlevé, Marcel Carné, Jacques Becker, André Bazin, Georges Sadoul, Georges Charensol, Jean Cocteau, Jacques Prévert, René Barjavel, Michel de Saint-Pierre. []