Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc

On ne connaît qu’une seule image de Jeanne d’Arc qui lui soit contemporaine, un dessin à la plume effectué en marge d’un registre par Clément de Fauquembergue, alors greffier du parlement de Paris. Daté du 10 mai 1429, soit deux jours après la fin du siège d’Orléans, le croquis n’est évidemment pas un portrait puisque Fauquembergue n’a jamais vu Jeanne et décrit des événements qui lui ont été relatés. Il mentionne dans son texte que « les ennemis avoient en leur compagnie une pucelle seule ayant bannière entre lesdits ennemis, comme on disait »1.

Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du parlement de Paris, croquis du 10 mai 1429, Archives Nationales, X1A 1481, F. 12R
Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du parlement de Paris, croquis du 10 mai 1429, Archives Nationales, X1A 1481, F. 12R

Sans doute intrigué par l’événement extraordinaire qu’on lui rapporte, le greffier dessine une femme de profil avec une épée trop grande pour elle et un étendard à deux pointes où l’on peut lire l’inscription « JHS » (pour « Jhesu« ). Il choisit de représenter une Jeanne très féminine, en robe, avec une abondante chevelure tombant dans son cou et une poitrine marquée.

Continuer la lecture de « Les figurations sensuelles et érotiques dans l’imagerie de Jeanne d’Arc »

  1. Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, Jeanne d’Arc. Histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 2012, p. 136-137. []

Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation

Près de quarante ans après sa sortie, le film de Liliana Cavani Portier de nuit (Il Portiere di notte, 1974) demeure dérangeant et toujours controversé:

En 1957, à Vienne, Max (Dirk Bogarde) est portier de nuit dans un palace. Il croise un soir Lucia (Charlotte Rampling) descendue à l’hôtel avec son mari, chef d’orchestre américain en tournée. Ils se reconnaissent immédiatement et leur passé commun resurgit. Ancien officier SS dans un camp de concentration, Max a entretenu une relation sadomasochiste avec Lucia, une jeune déportée. Ils sont à nouveau attirés l’un par l’autre et reprennent cette relation. Mais dans cet hôtel, d’anciens SS essaient de faire oublier leur passé nazi en éliminant les témoins gênants. Max et Lucia, devenus des menaces, s’enferment alors dans leurs jeux sexuels sadomasochistes et deviennent traqués par les anciens amis de Max.

Lire la suite