Les bricolages d’archives de Jean-François Delassus

Le 7 mai 2015, TF1 diffusait le documentaire Délivrance réalisé par Jean-François Delassus. Construit à partir d’archives colorisées et sonorisées, ce film de 90 minutes retrace la fin de la Seconde Guerre mondiale à partir de Noël 1944.

Depuis Apocalypse, la Seconde Guerre mondiale, le film de Daniel Costelle et Isabelle Clarke diffusé initialement sur France 2 en 2009, tous les documentaires de première partie de soirée « bénéficient » de la colorisation et parfois de la sonorisation des images du passé. Par la suite, ces deux auteurs ont réalisé deux autres séries documentaires selon les mêmes procédés, Apocalypse, Hitler en 2011 et Apocalypse, la Première Guerre mondiale en 2014. De nombreux articles ont critiqué les films de la suite Apocalypse où les images d’archives tronquées, recadrées, colorisées, sonorisées, décontextualisées sont mises bout à bout au service d’une narration simplifiée. Ainsi, Georges Didi-Huberman avait expliqué lors de la diffusion du premier opus en quoi les procédés de remontage, sonorisation et colorisation sont plus destinés à « en mettre plein les yeux » qu’à nous donner à voir et à comprendre les événements (une sélection de ces articles critiques figure à la fin de ce billet).

Lire la suite

Entre reconstitution historique et documentaire: Theirs is the Glory (1946)

Dans un article récent, Rémy Besson rappelle que le tournage du film Misère au Borinage (Henri Storck et Joris Ivens, 1933) « s’est déroulé en septembre 1933, soit plus ou moins une année après les faits sur lesquels il porte (la grève de 1932)« . Il précise aussi que plusieurs séquences du film sont en réalité des mises en scène, donnant l’exemple d’un extrait où un huissier souhaite saisir les meubles d’une famille d’ouvriers.

S’agit-il de fiction ou de documentaire (quel est le sens de ces mots ?) s’interroge alors l’historien.

Lire la suite

Les premiers films de Georges Rouquier – faits, fictions, dissimulations

Bien qu’il ne soit plus guère apprécié que par les cinéphiles, Georges Rouquier (1909-1989) est toujours considéré comme un réalisateur original grâce à deux films: Farrebique (1946), chronique d’une famille paysanne de l’Aveyron suivie durant une année entière, rythmée par la succession des saisons, et Biquefarre (1984), tourné presque quarante ans plus tard sur les mêmes lieux et dans la même famille. Ce diptyque constitue un témoignage sur la mutation profonde du monde paysan vers l’agriculture moderne. Le travail de Rouquier est parfois qualifié d’anthropologie visuelle et ses films sont désormais vus et étudiés comme des classiques du cinéma dit documentaire.

Controverses et consécration

La sortie de Farrebique dans l’immédiat après-guerre a pourtant provoqué des polémiques maintenant oubliées. Vilipendé par certains auteurs influents au premier rang desquels figure Henri Jeanson, le film a d’abord été éliminé de la sélection officielle du festival de Cannes. Défendu ensuite par de nombreux cinéastes et critiques ainsi que par des écrivains1, il obtient finalement une récompense créée spécialement pour lui, le prix de la critique internationale.

Lire la suite

  1. Citons Jean Painlevé, Marcel Carné, Jacques Becker, André Bazin, Georges Sadoul, Georges Charensol, Jean Cocteau, Jacques Prévert, René Barjavel, Michel de Saint-Pierre. []