Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations

La version « canonique » de l’histoire des photos prises par Robert Capa lors du D-Day peut être résumée ainsi: le 6 juin 1944, Capa est le seul photographe de presse présent lors du débarquement des troupes américaines à Omaha Beach. Durant une heure et demi, il photographie au plus près les soldats qui subissent un intense mitraillage. Il prend 106 photos, revient en Angleterre, envoie les cartouches de pellicules au bureau de Life à Londres, puis il retourne en Normandie. Pressé par le temps, le jeune laborantin inexpérimenté en charge du développement sèche les films à une température trop élevée, ce qui fait fondre l’émulsion et endommage irrémédiablement les photos. Une dizaine de clichés assez flous échappent au désastre et seront publiés par le magazine Life daté du 19 juin 1944.

La mystification des photos perdues lors du développement

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman a publié sur son site Photocritic International une longue série d’articles qui remet en cause ce récit habituel.

La série débute par un article en deux parties d’un invité de Coleman, le photojournaliste J. Ross Baughman, prix Pulitzer en 1977, qui, en s’appuyant sur l’analyse des négatifs qui subsistent, estime qu’il n’est pas possible que les pellicules aient été ruinées lors de leur développement. Baughman conclut crûment en affirmant que ce n’est pas le jeune laborantin de Life, Dennis Banks, qui a détérioré les films, mais Capa lui-même.

Lire la suite

La commémoration du D-Day et le « devoir de mémoire » rabâché

En cette année riche en commémorations, le soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie sature désormais l’espace médiatique. Comme on peut s’en rendre compte à l’aide d’une simple recherche, les présentations des nombreuses manifestations qui célébreront l’événement mentionnent fréquemment le « devoir de mémoire« , sans autre précision, comme s’il s’agissait là d’une expression désormais bien connue dont il est inutile de donner la signification exacte dans le contexte en question.

Lire la suite

La fabrication de la renommée d’une ville – Sainte-Mère-Église

Sainte-Mère-Église est l’une des premières communes de France libérées durant la nuit du 5 au 6 juin 1944. Le touriste qui visite le bourg ne manque pas de photographier le mannequin parachutiste accroché au clocher qui rappelle cet événement.

Recherche de « Sainte-Mère-Église » sur Google Images

Lire la suite

Les premières publications des photos de Robert Capa sur le débarquement en Normandie

Le 19 juin 1944, le magazine Life publie plusieurs pages de photos et commentaires sur le débarquement en Normandie. Intitulé Beachheads of Normandy, l’article comporte deux parties: sept pages de photos prises par Robert Capa à Omaha Beach le 6 juin, puis six pages de clichés pris par d’autres photographes ainsi que des cartes.

(1) Life, 19 juin 1944, page 27

Lire la suite

Revoir Capa – apostille 1

Cette note est la suite du billet Revoir Capa publié en avril 2010; elle donne des informations jusqu’alors inédites sur des photos de Robert Capa étudiées dans ce précédent article.

1. Reprenons la photo prise par Capa à Cherbourg le 26 juin 1944 où figurent des soldats allemands qui se rendent aux troupes américaines.

Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – Référence: PAR179755

Lire la suite

Revoir Capa

La redocumentarisation des images d’archive ne consiste pas seulement à rédiger des légendes plus précises ou à distribuer de nouveaux tags. La diversité des sources disponibles sur le Web permet dorénavant de rapprocher significativement différents corpus qui étaient auparavant isolés, parfois mal connus, et dont les éléments sont souvent médiocrement décrits. La mise en relation d’images éparpillées dans de multiples collections devient ainsi essentielle pour la valorisation nouvelle des fonds iconographiques historiques.

Cette possibilité est permise parce que les images publiées sur Internet, qu’elles soient animées ou fixes, peuvent désormais être appréhendées comme des entités similaires du point de vue documentaire et être l’objet d’un travail collaboratif. Ces deux types d’images étaient traditionnellement documentées indépendamment car la pratique archivistique traitait séparément les deux médias, en grande partie en raison des contraintes techniques des supports de restitution respectifs – l’écran de projection et le papier. Désormais, toutes les images numérisées appartiennent à une même classe et peuvent donc être décrites avec les mêmes méthodes et techniques.

Lire la suite